Navigation – Plan du site
Lectures

Pascal ROBERT (dir.) (2016), Bande dessinée et numérique

Paris, CNRS Éditions
Mira Falardeau
Référence(s) :

Pascal ROBERT (dir.) (2016), Bande dessinée et numérique, Paris, CNRS Éditions

Texte intégral

1Enfin, un ouvrage de langue française qui aborde l’ensemble des questions touchant les liens étroits entre le neuvième art et le Web ! Bande dessinée et numérique est un ouvrage collectif dirigé par Pascal Robert, professeur à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib). Les collaborateurs sont soit des professeurs, soit des doctorants. Quelques praticiens se joignent également à l’équipe en fin de parcours. Selon les intitulés des chapitres (historique, sémiologique, sociologique, statistique), tous les aspects sont couverts, mais d’une façon inégale, ce qui donne à l’ensemble une tonalité quelque peu disparate.

2Dans sa présentation, Robert souligne bien évidemment le point fondamental du livre, qui est le passage du papier à l’écran, à la façon de plusieurs arts, dont la littérature ou l’illustration, qui ont par ailleurs une parenté avec la bande dessinée. Il aborde les défis techniques de ce passage pour un art dont la subtilité consiste précisément à simuler le son, le mouvement ainsi que la sensation de l’espace et du temps qui passe. Si le passage au numérique permet d’ajouter du son et des mouvements réels aux webcomics, ce qui les rapproche du dessin animé, sommes-nous en train d’assister à la naissance d’un nouveau langage ? demande Robert. L’apparition de nouveaux concepts, tel le « turbomédia », hybride entre la bande dessinée et le dessin animé, le laisse présager.

3Sautons immédiatement au chapitre 2, qui aurait dû se trouver au début de l’ouvrage, car il met véritablement la table : « La bande dessinée numérique vue d’ailleurs », signée par Julien Baudry et Philippe Paolucci, consiste en fait en une présentation claire du bref historique de la bande dessinée numérique aux États-Unis, à partir des débuts dans les années 1990 jusqu’à nos jours. Comme ils en sont les précurseurs, leur rôle est fondamental aussi bien dans l’élaboration des multiples facettes de ce nouvel art que dans l’invention de nouveaux concepts et forcément, d’une nouvelle terminologie, tels les webcomics, les web blogs et le digital first, qui concerne la diffusion numérique. La deuxième section de ce chapitre présente l’apport indiscutable de la Corée, surtout en ce qui concerne le web toon, contraction de cartoon et de Web, à savoir des bandes dessinées numériques animées. Pays le plus connecté du monde, chiffres à l’appui, la Corée a innové dans ses manhwas (bandes dessinées coréennes) numériques en poursuivant la tradition, très forte également dans l’univers des mangas, d’une interaction appuyée avec les lecteurs : ces derniers sont désormais invités grâce au Web à voter pour leur bande dessinée préférée, ce qui augmente du même coup la rétribution des auteurs et la valeur marchande des publicités associées ! Enfin, la Corée a innové non seulement avec les scrolls comics (bandes dessinées déroulant verticalement à l’écran), mais aussi avec ses apptoons (applications de cartoon) qui permettent de lire des bandes dessinées conçues spécifiquement pour iPad avec sons et phases ludiques.

4Une fois tous ces concepts et mots nouveaux apprivoisés, il est beaucoup plus aisé de plonger dans les autres études de ce livre dense. La « Typologie des bandes dessinées numériques » constitue l’autre temps fort de ce collectif. Magali Boudissa se prête ici à un exercice périlleux, à savoir débroussailler de façon structurée et efficace les multiples déclinaisons d’un art en train de s’élaborer sous nos yeux. Elle fixe tout d’abord la distinction entre la bande dessinée traditionnelle numérisée, donc adaptée de diverses façons pour les écrans, et la bande dessinée directement pensée pour le numérique. Dans ce second cas, l’écran fixe (à la façon d’un tableau) est de plus en plus supplanté par un écran-fenêtre qui permet de faire dérouler verticalement ou horizontalement les images où peuvent apparaître progressivement les bulles et divers éléments. Enfin, l’espace en devient presque extensible pendant que s’y ajoute soit du son — bruit, voix, musique —, soit de l’animation de divers types d’images — dessins, bandes dessinées, photos, vidéos. L’hypertextualité du média est soulignée, qui laisse toute liberté au lecteur de cliquer ou non sur les diverses options qui s’offrent à lui. Mais plus profondément, la même question revient sans cesse en filigrane, question que Boudissa pose judicieusement en conclusion : cette hybridation est-elle en train de mener à l’éclosion d’un nouveau langage ?

5Trois chapitres semblent pécher par emphase dans leurs ambitions : les titres annoncent beaucoup plus que ce que les auteurs livrent : « Sémiologie de la bande dessinée numérique » (Julia Bonaccorsi) et « Pour une sociologie des usages et de l’innovation appliquée à des récits innovants » (Julien Falgas) ne sont en fait respectivement que des analyses d’œuvres françaises de bande dessinée numérique sur le Web, analyse sémiologique dans un cas, sociologique dans l’autre. Bonaccorsi étudie Little Tulip (de François Boucq et Jérôme Charyn) et Guffin (Pierre Maurel), tandis que Flagas se penche sur Les autres gens (collectif dirigé par Thomas Galène) et MediaEntity (Simon Kansara et Émilie Tarascou).

6Enfin, le premier chapitre du collectif, intitulé « Généalogie de la bande dessinée numérique » (Julien Baudry), se livre simplement à un bref historique de la bande dessinée numérique en France. Or, comme dans la plupart des pays occidentaux, la France suit un parcours décalé de quelques années par rapport aux États-Unis, qui innovent sans cesse. Que ce soit par l’apparition en 1980 du multimédia (ou cédérom), par lequel on reproduisait des bandes dessinées adaptées, ou par l’emploi généralisé de la technologie Flash, qui a permis à tout un chacun de produire des images animées au tournant du millénaire avec un déferlement des blogues d’artistes et des webzines, suivi du développement d’Internet haute vitesse qui facilite la consultation des sites de presse en ligne, toutes ces nouveautés se répandent désormais à la vitesse de la lumière tout autour du monde et les notions de frontières géographiques deviennent de plus en plus obsolètes.

7La difficulté de poursuivre des recherches poussées dans le domaine numérique est accentuée par l’évolution extrêmement rapide des inventions. On en a un exemple typique dans le chapitre « La lecture numérique : repères statistiques » (Christophe Evans). Dommage que l’enquête repère ait été menée en 2011 pour un livre paru en 2016 et dont le commentaire sera lu en 2017 ! Autant dire une éternité plus tard ! Les considérations sont par conséquent souvent dépassées, par exemple lorsque l’auteur souligne que l’ordinateur est le support privilégié des bandes dessinées numériques, puis s’autocontredit aussitôt quand il corrige en note qu’une enquête de 2014 annonce que la tablette a supplanté l’ordinateur. Ce que tous savent bien maintenant. Un point fort intéressant à enregistrer pour les futures enquêtes est que les lecteurs sondés perçoivent mal les distinctions entre les diverses formes d’art — jeu vidéo, dessins animés, films, séries — rattachées à un même univers fictionnel.

8Le collectif se termine sur une entrevue avec trois auteurs français de webcomics, dans un style qui renvoie davantage au magazine qu’à l’ouvrage de fond. Mais le livre reste un incontournable pour qui veut soit s’initier au domaine, soit approfondir sa réflexion sur les nouveaux langages des images numériques. L’ouvrage ouvre la porte sur de nouvelles trajectoires. La bande dessinée continue à jouer des tours, à se métisser comme elle l’a toujours fait. Hier, c’était par la caricature, les histoires en images, le dessin animé, le roman (graphique). Demain, elle sera « transmédia », « turbomédia » (Net Art, webcomic, webzine), abolissant les frontières pour s’éclater sur la Toile pour le plus grand bonheur des jeunes générations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mira Falardeau, « Pascal ROBERT (dir.) (2016), Bande dessinée et numérique », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7170

Haut de page

Auteur

Mira Falardeau

Mira Falardeau est professeure retraitée des cégeps et des universités, spécialiste de l’humour visuel : caricature, bande dessinée, dessin animé et image Web. Courriel : mir.falardeau@videotron.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals