Navigation – Plan du site
Lectures

Jocelyn SAINT-PIERRE (2016), La Tribune de la presse à Québec depuis 1960

Québec, Septentrion
Jean-René Philibert
Référence(s) :

Jocelyn SAINT-PIERRE (2016), La Tribune de la presse à Québec depuis 1960, Québec, Septentrion

Texte intégral

1En portant son regard d’historien sur la Tribune de la presse du Parlement de Québec, Jocelyn Saint-Pierre nous fait découvrir une institution dont l’étude s’avère fort pertinente pour quiconque s’intéresse à la sociologie du journalisme. À cet égard, puisque la pratique journalistique est largement tributaire du contexte social dans lequel elle s’exerce, il n’est pas anodin que l’auteur fasse commencer son étude de la Tribune en 1960, avec la Révolution tranquille. L’institution devient alors un véritable microcosme de l’évolution générale du journalisme professionnel dans l’histoire récente et mouvementée de la société québécoise.

2Cette similarité entre les défis auxquels fait face la Tribune et ceux de la profession de journaliste semble toutefois prendre racine dans un passé plus lointain, qui nous ramène à l’ambiguïté entourant les statuts de l’une et de l’autre. Dès le chapitre 1, cette ambiguïté ressort des origines de la Tribune, qui est le fruit d’un compromis entre les parlementaires et les acteurs de la presse écrite pour autoriser des journalistes à rapporter les débats du Parlement. Travaillant dans les principaux journaux de l’époque, ces journalistes en viennent à se doter en 1871 d’un comité dont le mandat principal est d’accréditer, sous la sanction du président de la Chambre, les journalistes autorisés à accéder aux débats parlementaires. À l’image d’autres institutions britanniques, la Tribune résulte donc d’un bricolage à travers lequel les us et coutumes sont progressivement reconnus et acquièrent quelques assises légales. Saint-Pierre fait valoir les mérites de cette approche qui se montre efficace pour résoudre des situations potentiellement conflictuelles. En déléguant son pouvoir au comité de la Tribune de la presse, le président de la Chambre limite les risques d’ingérence du pouvoir politique dans le choix des journalistes accrédités et contraint indirectement les entreprises de presse à reconnaître une certaine autonomie à la pratique journalistique puisque les accréditations sont accordées à « des personnes et non à des entreprises » (p. 43). Cette reconnaissance tacite d’un journalisme professionnel n’évacue pas les difficultés que pose sa définition. Sans être explicitement présentées par Saint-Pierre, ces difficultés façonnent l’organisation même de son ouvrage. Ainsi les défis auxquels la Tribune fait face sont-ils plus largement ceux qui concernent le questionnement sur l’identité des journalistes ; une identité qui est constamment déchirée entre la recherche d’un statut professionnel et la nécessité de maintenir une certaine souplesse pour répondre aux besoins des entreprises médiatiques.

3Au chapitre 2, ce questionnement s’articule autour du lien entre les supports médiatiques et l’identité professionnelle des journalistes. Issu de la presse écrite, le journalisme parlementaire est bousculé par l’arrivée des médias électroniques, d’abord celle de la télévision. Le développement fulgurant de Radio-Canada dans les années 1960 impose alors à la Tribune une réflexion sur les critères de l’accréditation journalistique. L’importance du dispositif technique de ce média par rapport aux médias écrits implique de donner l’accès à des techniciens de divers ordres. La réflexion conduit d’abord à des accréditations variant en fonction des statuts, puis à des accréditations individuelles identiques pour tous. Cet assouplissement confère indirectement un pouvoir supplémentaire à la Tribune, dont le nécessaire travail est mis en valeur par l’accroissement des demandes d’accréditation. Ces demandes sont aussi stimulées par l’arrivée de la radio, des agences de presse et d’autres facteurs comme la montée du nationalisme québécois. La tendance s’inverse par la suite avec la baisse du nationalisme et le développement d’Internet, puis des outils du Web 2.0 qui permettent de contourner le travail journalistique encadré par la Tribune. Selon la plupart des acteurs auxquels Saint-Pierre donne la parole, les changements apportés par le Web viennent miner le travail journalistique professionnel. D’ailleurs, l’évolution récente du journalisme y est dépeinte de façon plutôt négative, avec les phénomènes de concentration, de convergence et de montée de l’information spectacle.

4Dans le chapitre 3, le questionnement sur l’identité des journalistes prend plutôt la forme d’une réflexion sur les relations qu’ils entretiennent avec les partis politiques et les politiciens. Au cœur de cette réflexion se trouve le dilemme entre l’autonomie journalistique et la nécessaire proximité avec les élus. Ce dilemme s’incarne dans la tradition rapportée par Saint-Pierre qui consiste pour la Tribune à organiser un banquet annuel en vue de faire fraterniser ses membres avec les politiciens. Le banquet, qui fait office de trêve entre les journalistes et leurs vis-à-vis politiques, est à la fois apprécié pour son côté humain et critiqué pour les questions déontologiques qu’il soulève. Il est aussi le reflet de la relation amour-haine qui caractérise les rapports des médias avec la politique et les gouvernements. La qualité de ces rapports est ponctuée par divers événements marquants, comme la crise d’Octobre ou les deux référendums qui sont en même temps des occasions pour l’auteur de rappeler le clivage plus ou moins prononcé qui existe entre les médias francophones et anglophones selon le gouvernement en place. Globalement, il en ressort que l’autonomie journalistique n’est pas synonyme de neutralité et que cela a pour conséquence d’inciter le bureau du premier ministre à exercer un contrôle de plus en plus professionnel de l’information. Ce virage s’opère surtout avec Robert Bourassa et montre que la dynamique du travail journalistique est à la fois critiquée et assimilée par le milieu politique.

5Dans le chapitre 4, l’identité journalistique est abordée à travers la description détaillée des caractéristiques des membres de la Tribune et de leurs conditions de travail. Il y est question entre autres de l’intégration lente des femmes, de la rémunération, des perspectives d’emploi, de l’intégration des jeunes journalistes. La Tribune offre ainsi un portrait concentré de l’évolution de la communauté journalistique, avec la particularité de symboliser le journalisme dans ce qu’il a de plus sérieux. Paradoxalement, Saint-Pierre explique que la Tribune sert généralement davantage de tremplin que d’objectif de carrière pour les journalistes. La majorité d’entre eux y restent moins de 3 ans et la durée moyenne du passage est de 5,6 années (p. 236). Cela dit, la Tribune est une occasion pour les journalistes de tisser des liens professionnels tout en étant plongés dans une compétition palpable sur le terrain. Le cadre exigu dans lequel s’accomplit le travail parlementaire vient donc accentuer certains traits de la pratique journalistique habituelle. Des problèmes comme l’uniformisation du choix et du traitement des nouvelles y deviennent particulièrement manifestes. Vers la fin du chapitre, Saint-Pierre montre que le modus operandi des journalistes parlementaires suit néanmoins l’évolution de la profession qui, ces dernières années, est notamment marquée par la montée de l’opinion dans l’information.

6L’auteur consacre le chapitre 5 à la description des lieux politiques dans lesquels s’exerce le journalisme parlementaire. En commençant par la ville de Québec, il en vient à décrire dans le détail la configuration des lieux de l’Assemblée nationale et la manière dont les journalistes les investissent. Ce chapitre fait ainsi ressortir l’importance pour l’identité journalistique du contexte dans lequel la pratique s’exerce et surtout les contraintes matérielles de cette pratique. Ces contraintes se traduisent par des luttes menées par la Tribune pour obtenir certains aménagements qui en viennent à moduler aussi le travail des élus. Un exemple est celui de la mise en place de la salle de points de presse, ou hot room, qui accommode les divers médias, mais où se déroule un exercice de communication exigeant et stressant pour les politiciens qui doivent y mettre les pieds. Or, cet exercice n’existait pas du temps de la presse écrite. L’acquisition d’un pouvoir de représentation des journalistes par l’intermédiaire de la Tribune ne contribue pas seulement à implanter le dispositif dont ils ont besoin pour la construction de l’information, elle modifie également la dynamique même du travail politique.

7Alors que le chapitre 6 met surtout en relief la difficulté croissante pour les journalistes de gérer une information de plus en plus abondante, le chapitre 7, qui lui est complémentaire, présente les usages des technologies qui sont à la fois la cause de ce problème et sa solution. Dans ces deux chapitres, Saint-Pierre retrace l’évolution de ces technologies qui ont une incidence sur la manière de collecter et de transmettre l’information. Que l’enregistreuse remplace le calepin et que des images puissent être captées de plus en plus facilement n’est pas sans conséquence sur les rapports entre les journalistes et les élus. Il ressort des propos de l’auteur que cette production de traces documentaires des activités politiques accentue l’importance de la performance discursive au détriment des messages. Une activité comme la période de questions devient de plus en plus un « exercice dominé par la partisannerie politique et le spectacle » (p. 353). En abordant divers aspects de la collecte d’information, notamment le scrum, la conférence de presse ou le point de presse, l’auteur met en lumière la difficulté à concilier l’efficacité du travail journalistique avec la mise en contexte de l’information. La critique prend toutefois des accents pessimistes face à l’évolution récente du travail journalistique et à l’accélération de son rythme. Cette impression se confirme dans la conclusion, qui est par moments moralisatrice et donne parfois l’impression d’un âge d’or du journalisme et de la vie politique qui serait révolu. Ce sont moins certains constats comme l’hyperconcurrence des médias ou la tyrannie du direct qui sont discutables que la signification qu’ils revêtent pour l’avenir démocratique du Québec. Cette remarque n’empêche pas de souligner le travail remarquable et nuancé de Saint-Pierre, dont les conclusions reflètent peut-être surtout l’état d’esprit actuel et celui des personnes interviewées. Il faut d’ailleurs se méfier de la préface, des titres et des sous-titres du livre qui suggèrent un travail moins posé que ce qui est accompli par l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-René Philibert, « Jocelyn SAINT-PIERRE (2016), La Tribune de la presse à Québec depuis 1960 », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7172

Haut de page

Auteur

Jean-René Philibert

Jean-René Philibert est chargé de cours, Université Laval. Courriel : jean-rene.philibert.1@ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals