Navigation – Plan du site
Lectures

Delphine SAURIER (2013), La fabrique des illustres. Proust, Curie, Joliot et lieux de mémoire

Paris, Éditions non standard, Coll. « SIC Recherches en sciences de l’information et de la communication »
Hélène Jeannin
Référence(s) :

Delphine SAURIER (2013), La fabrique des illustres. Proust, Curie, Joliot et lieux de mémoire, Paris, Éditions non standard, Coll. « SIC Recherches en sciences de l’information et de la communication »

Texte intégral

1Pourquoi certains artistes fêtés de leur vivant tombent-ils dans l’anonymat après leur mort, tandis que d’autres, contestés, voire délaissés au cours de leur vie, connaissent une brillante carrière et accèdent à la renommée de façon posthume ?

2C’est pour répondre à cette interrogation que Delphine Saurier entreprend d’analyser, sur un mode comparatiste et une période de 50 ans, la construction d’hommes et de femmes célèbres. Plus encore, les figures, choisies notamment sur la base de leurs divergences (un écrivain et trois scientifiques), sont étudiées à partir du cadre précis de lieux historiques qui les célèbrent.

3D’un côté, Marcel Proust, de l’autre, Marie Curie ainsi que le couple Frédéric et Irène Joliot-Curie : ces figures contrastées se prêtent à l’analyse du phénomène de la circulation des savoirs et des valeurs. Considérées comme des objets culturels prenant sens et forme selon les processus de circulation, leurs trajectoires vont être analysées en trois étapes, trois « actes » marquant chacun un tournant décisif.

4L’acte 1, fondateur, se caractérise par une volonté de préserver les divers lieux à la mémoire des personnes admirées :

  • Lieu de vacances et de villégiature pour Proust : la maison de tante Léonie ;

  • Lieu de travail (bureau et laboratoire) devenu salle d’exposition de l’Institut du radium, puis Musée Curie, aujourd’hui conservé en la mémoire de Marie Curie, mais aussi et d’abord d’Irène et de Frédéric Joliot-Curie.

5Dans les deux cas, tant les individus que les structures créées (dans la filiation des sociétés savantes du XIXe siècle) œuvrent pour la sauvegarde des lieux ainsi que pour faire passer à la postérité les personnalités et leurs œuvres.

6Leurs idéologies sont toutefois différentes :

  • La Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray (SAMPAC), née en 1950, est mue par une perspective philanthropique et altruiste : faire rayonner la culture française par la diffusion de l’œuvre proustienne et la préservation d’un site littéraire ;

  • L’Association Frédéric et Irène Joliot-Curie (AFIJC), créée en 1959, en plus de perpétuer la mémoire des scientifiques, vise à ouvrir les esprits à la science, par le biais de l’information et l’éducation, en vue de susciter des vocations et d’assurer la pérennité de la communauté scientifique grâce à des dispositifs de commémoration.

7Concrètement, elles se traduisent par des démarches et des modalités d’ouverture au public distinctes. L’espace privé proustien (la maison de tante Léonie) s’ouvre dès 1956 à un public dans un esprit toutefois messianique et élitiste, instaurant le culte de l’être admiré inatteignable dans son lieu saint. Inversement, le lieu de travail scientifique des Joliot-Curie sur un site universitaire devient privé — la famille en ayant le contrôle des accès (restreints) et de la préservation de la mémoire.

8Des fondements soutiennent les initiatives de ces associations mémorielles. Les personnes célébrées sont entourées d’une aura qui puise dans un substrat culturel appartenant à la mémoire collective : d’un côté, écrivain romantique du XIXe siècle associant le génie à l’artiste et procurant une place privilégiée à l’écrivain (guide et mentor) au sein de la société ; de l’autre, image du « grand » (savant) homme développée dès le XVIIIe siècle, incarnant une figure intellectuelle et morale ainsi que l’esprit de sérieux, illustrés par l’assiduité au travail, la ténacité, la patience et l’économie.

9Cela confère à Proust une valeur prophétique, aux Joliot-Curie une valeur d’exemplarité. Cette couche symbolique transforme les personnes admirées en personnes admirables et les lieux historiques en lieux mémoriels.

10L’acte 2, qui s’étend de 1950 à 1970, confirme l’édification des lieux en instances de matérialisation de la mémoire. S’ensuit une évolution (qualitative et quantitative) des activités et des publics qui contraint les membres des associations à modifier progressivement les conditions d’accueil et à entamer une réflexion sur l’identité des lieux. Dans les contextes de l’après-guerre, de la guerre froide, de la décolonisation, de l’existentialisme, les valeurs humanistes de ces figures sont toutes deux dispensatrices d’espoir, mais de façon différente : l’œuvre de Proust éclaire le monde en propageant une culture nationale, alors que l’investissement dans la sphère publique, la communauté scientifique et la profession de chercheur fait des Joliot-Curie des intellectuels engagés, également enjoints d’assumer une responsabilité sociale désormais dévolue au scientifique.

11Le cadre social et politique ainsi que les politiques publiques sont généralement des facteurs d’influence. Le manque d’intérêt des acteurs politiques ou de prise en charge symbolique, en laissant toute latitude aux associations, favorise la perception et l’appropriation des figures comme des biens privés, à modeler en fonction de leurs convictions respectives. Le travail réalisé permet aux associations d’adapter ces figures aux contextes d’évolution, mais également de légitimer la sauvegarde des lieux — un élément qui pourtant n’allait pas de soi.

12L’acte 3, à partir de 1986 pour la SAMPAC et de 1990 pour l’AFIJC, est marqué par des cadres organisationnels en évolution et un changement des acteurs sociaux. Les figures s’émancipent de leurs cadres fondateurs basés sur l’amour et la vénération pour rejoindre des trajectoires plus largement sociales ou politiques, devenant ainsi des êtres culturels à part entière. Désormais, et sous l’impulsion de l’État dans les années 1980, ce ne sont plus les lieux et associations qui protègent leur mémoire ; ce sont ces êtres culturels qui légitiment la patrimonialisation des lieux historiques. Ce nouveau contexte de professionnalisation et d’institutionnalisation infléchit les regards sur ces figures qui échappent à l’emprise des lieux. S’opère un renversement des rapports initiaux entre les lieux et les figures admirées.

13Les pairs et les spécialistes des domaines scientifique et littéraire jouent également un rôle. Sous l’influence des nouvelles formes d’analyse littéraire (évincement du lansonisme à la fin des années 1950, au profit de nouvelles critiques séparant l’analyse des œuvres de leur cadre de production — dont les analyses internes de l’œuvre dans les années 1960), la figure de l’écrivain, emblème de la culture française et de la francophonie, se commue en « grand écrivain » et ouvre la voie aux processus de la création littéraire.

14Quant à la figure de Marie Curie, elle s’enrichit de 1923 à 1950, notamment en raison de l’instrumentalisation dont elle fait l’objet dans les discours. Génie, abnégation, désintéressement du chercheur, modèle du progrès de la condition féminine dans les sciences et place éminente de celles-ci dans la société : cette polysémie lui permet d’entrer dans le domaine public et de recevoir un écho favorable partout dans le monde. Les publics en tant qu’acteurs centraux ont obligé par leur sollicitation le passage de « l’espace d’exposition » du laboratoire au Musée Curie. La figure de Marie Curie propulsée à la tête du Musée éclipse celle du couple Joliot-Curie, désormais cantonné à l’histoire de la physique nucléaire.

15À travers l’analyse des bulletins et des archives, Saurier a documenté l’histoire des associations, les perspectives qu’elles se sont données, les actions qui ont été menées et qui ont contribué à définir les lieux et subséquemment les figures des personnes célèbres. Elle a montré les logiques sociales et axiologiques pouvant conduire à donner du sens et de l’étoffe à des figures dont la célébrité peut osciller entre éphémérité et consécration unanime et internationale — le terme de figure de personnes célèbres renvoyant à un événement continuellement remanié par des médiations matérielles — images, objets — et symboliques au gré des espaces sociaux et temporels traversés (p. 16).

16La perspective méthodologique empruntée par Saurier, et appliquée à des personnes célèbres, sur plusieurs niveaux d’analyse qu’elle précise (matériel, social et sémiotique) et trois échelles sociales (micro, méso, macro), est particulièrement intéressante. Le renvoi aux modèles idéaux anciens (homme hors du commun, génie), au substrat culturel de la mémoire collective et à un héritage complexe met d’autant plus en relief la singularité de ces figures émergentes et leurs rapports d’interaction et d’influence avec leur contexte. Les très nombreuses notes en bas de page ouvrent à une personne désireuse d’approfondir certains aspects abordés les pistes bibliographiques nécessaires, et montrent à quel point cette recherche s’appuie sur un fond complexe et instruit. Il est toutefois aussi exact que cette analyse croisée oblige à une lecture alternative. Le passage de l’une à l’autre des figures interrompt ainsi l’élan de la lecture qu’on aimerait parfois voir se prolonger et requiert une capacité d’attention et de suivi continue.

17Alors que foisonnent les recherches comparées, cette étude, conduite à partir de matériaux empiriques, pourrait également être un exemple de cas pour qui souhaiterait mener une réflexion méthodologique sur l’usage et l’élaboration de la comparaison — même si elle ne précise pas les écueils à éviter.

18Comme le souligne l’auteure, si les maisons des écrivains sont relativement courantes, les lieux hors littérature sont plus rares — cela constitue assurément un frein et une contrainte dans le choix du terrain. Mais une interrogation reste en suspens : le choix des figures, au motif du principe selon lequel « la figure du scientifique est la plus éloignée du champ littéraire ». Alors qu’il existe au contraire tant d’écrivains également scientifiques — ou, de façon symétrique, de scientifiques également écrivains, ou encore, pour le formuler différemment, de scientifiques épris de littérature ou d’hommes de lettres épris de sciences —, cette affirmation surprenante de prime abord aurait certainement gagné à être explicitée et défendue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Jeannin, « Delphine SAURIER (2013), La fabrique des illustres. Proust, Curie, Joliot et lieux de mémoire », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7175

Haut de page

Auteur

Hélène Jeannin

Hélène Jeannin est chercheure au sein du Orange Labs/SENSE. Courriel : helene.jeannin@orange.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals