Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Claude SOULAGES (dir.) (2015), L’analyse de discours : sa place dans les sciences du langage et de la communication. Hommage à Patrick Charaudeau

Rennes, Presses universitaires de Rennes, Coll. « Rivages linguistiques »
Sandra Lhafi
Référence(s) :

Jean-Claude SOULAGES (dir.) (2015), L’analyse de discours : sa place dans les sciences du langage et de la communication. Hommage à Patrick Charaudeau, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Coll. « Rivages linguistiques »

Texte intégral

  • 1 Comme en témoigne par exemple la parution récente, non mentionnée dans la préface, de l’ouvrage Hum (...)

1Le présent Hommage, dédié à Patrick Charaudeau à l’occasion de son départ à la retraite, dresse le bilan provisoire d’une « œuvre toujours en cours d’élaboration1 » (p. 9) en illustrant à la fois la diversité et l’interconnexion des domaines de recherche qu’il a côtoyés et côtoie encore. Divisé en cinq volets principaux, le recueil rassemble des contributions consacrées à l’analyse du discours (AD), conçue dans « l’esprit du Dictionnaire du discours » (p. 11).

Premier volet. « L’analyse du discours entre l’analyse des conversations et l’analyse textuelle »

2Dans « L’analyse textuelle des discours : entre linguistique textuelle et analyse du discours », Jean-Michel Adam avance que l’analyse textuelle (AT), en tant que partie intégrante et nécessaire du champ de l’AD, devrait renouer avec ses origines allemandes (cf. Rainer Warning, Eugenio Coseriu, Harald Weinrich) pour se concentrer sur la « nature matérielle », le tissu linguistique des discours, dont l’analyse précise permettra de compléter la description des autres paramètres discursifs (non linguistiques). Cette approche nous semble d’autant plus fructueuse qu’elle devrait permettre de restituer le fondement linguistique à nombre d’AD portant certes sur des faits de discours (des énoncés, en l’occurrence), mais dont l’analyse se fait « de l’extérieur » sans « décortiquer » réellement le tissu linguistique qui les sous-tend.

  • 2 Ici, un nuancement de la description à l’aide du modèle proposé par Peter Koch et Wulf Oesterreiche (...)
  • 3 Auxquelles nous ajouterions l’analyse dialogique de Marion Sandré (2011).

3Catherine Kerbrat-Orecchioni, dans « De l’analyse du discours à l’analyse des discours », propose que le discours, en tant que réalisation de la langue (au sens saussurien), doit être appréhendé à travers l’analyse des discours (réalisations particulières) qu’il englobe, avec leurs spécificités respectives réclamant des méthodologies adaptées. Dans l’analyse des discours et des différents genres auxquels ils se rattachent, les paramètres (a) « oral vs écrit »2 et (b) « discours monologal vs discours en interaction » (p. 29) occupent une place centrale. L’auteure prône une approche linguistique « éclectique », exploitant les acquis de la linguistique « plus "traditionnelle" » pour dépasser les descriptions trop « locales ». L’interprétation des données linguistiques dépend (a) de la subjectivité de l’analyste, rarement (seul) destinataire visé, (b) des limites de l’interprétabilité et (c) de la question de l’adéquation de la méthodologie à choisir. Cela explique la coexistence de différentes analyses d’un et même discours, comme pour le débat Royal-Sarkozy (2007) évoqué par Kerbrat-Orecchioni3.

4Dominique Maingueneau, dans « Analyse du discours et analyse des interactions orales : problèmes de frontière », explique que l’interdisciplinarité constitutive de l’AD n’est pas synonyme de « flou » ou de « manque de sérieux » linguistique. Tout dépend de la notion de discours, dont l’ambiguïté (« objet immédiatement donné » par rapport à « objet d’une discipline ») pourrait prêter à confusion. Les discours, en tant que réalités observables, sont analysables par telle ou telle discipline, selon leurs angles d’approche respectifs, et selon leur « paysage » à une époque donnée. L’interdisciplinarité est la clé d’accès à une AD « exhaustive », le discours étant conçu comme l’« intrication d’un texte et d’un lieu social » (p. 39). L’auteur distingue les « pratiques discursives » (a) « instituées » (aux contraintes « globales et "verticales" ») (b) des pratiques « conversationnelles » (aux contraintes « essentiellement locales », « horizontales ») — une opposition qui, si elle est conçue de façon dichotomique, peut paraître discutable : les conversations (entre étudiants et professeurs par exemple) ne suivent-elles pas toutes aussi un schéma préétabli, mobilisant éthos et interdiscours (débats sociétaux, influences socioculturelles, etc.) ? Les pratiques institutionnalisées ne subissent-elles pas aussi des contraintes horizontales (variation au sein du schéma préétabli) ?

Deuxième volet. « Le rôle de l’analyse du discours pour l’étude des phénomènes de persuasion et d’influence sociale »

5Claude Chabrol, dans « La question de la réception et de l’interprétation dans l’analyse du discours », mentionne que la production et la réception discursives sont dépendantes d’un « contrôle psychique d’un sujet » communiquant et de ses « calculs sous-jacents ». S’ajoutent à cela différents modes de « traitement psychologique » possibles, selon le degré d’implication du sujet dans la communication (cf. distraction faible/forte, intérêt fort ou non, etc.) dont l’analyste devra tenir compte dans sa tentative d’interprétation. Le linguiste, lui-même « sujet psychologique » venant se superposer aux sujets psychologiques des discours analysés, restera conscient du fait que les « significations [sont] toujours "potentielles, possibles et plurielles" » (p. 53). Cette approche, fort stimulante, n’est pas sans rappeler le modèle interprétatif proposé par Dan Sperber et Deirdre Wilson (1986), insistant sur l’importance des contextes cognitifs des sujets communiquant, contextes permettant de justifier les différents effets de sens selon le contexte particulier (cf. coût/bénéfices interprétatifs).

6Vu les « possibilités et limites des sciences du langage pour l’étude des phénomènes psycho-sociaux » (p. 55), Ruth Amossy, dans « La place de l’influence et de la persuasion dans l’analyse du discours », se demande comment analyser l’influence (psychosociale) d’un discours sur son ou ses allocutaires. Le linguiste, sur la base d’une analyse linguistique détaillée, pourra tout au plus émettre des hypothèses sur des projets d’influence. L’auteure propose une « (nouvelle) rhétorique », d’inspiration aristotélicienne, mais intégrant les avancées et acquis des temps modernes. L’argumentation en est une dimension centrale et est conçue non comme un système « coercitif », mais plutôt comme un mécanisme fondamentalement dialogique, une négociation permanente entre les sujets communiquant, oscillant entre les deux extrêmes d’accord total à désaccord total. Et l’AD ne peut que profiter de la prise en compte de ces « arguments et [de ces] schèmes de raisonnement qui sous-tendent les énoncés » (p. 62).

Troisième volet. « Les différentes approches sur la question de l’identité du sujet »

7Avec « Mémoire d’un compagnonnage, et traversée de quelques questions actuelles en sciences humaines », Anne-Marie Houdebine-Gravaud démontre qu’en AD, (1) l’imaginaire linguistique — notion d’inspiration lacanienne et castoriadissienne et introduite par l’auteure dans les années 1975 — permet de mieux appréhender des choix linguistiques spécifiques ; (2) l’« Histoire » oriente inévitablement les réflexions du linguiste qui dépend des paradigmes influents à son époque ; (3) l’« identité sexuée » construit nos subjectivités et imaginaires. Les acquis de la psychanalyse pointent sur la relativité du jugement linguistique, qui restera toujours une « objectivité subjectivée ».

8Christian Lagarde, dans « La thématique de l’identité dans l’analyse du discours », montre que tout discours attribué à un sujet s’insère dans un cadre plus large reflétant une identité collective, laquelle se caractérise par des relations fort complexes entre les différentes identités qui l’intègrent. Ce rapport à l’autre et aux autres est guidé par des tensions dialectiques, entre « similitude vs singularité » et « visibilité vs invisibilité », qui permettent d’expliquer (a) la genèse de comportements sociétaux tels que la xénophobie, mais aussi (b) la dynamique des discours politiques et (c) la préconisation de certains usages linguistiques selon les besoins de démarcation (visibilité) ou d’intégration (invisibilité) ressentis face à une communauté linguistique donnée. L’identité se construit autour d’un rapport entre similitude et différence ; selon le type de rapport vécu, il y aura une tendance soit au « vivre ensemble », soit à l’agressivité et au totalitarisme.

Quatrième volet. « L’étude des médias comme discours verbal et visuel »

  • 4 La référence aux messages publicitaires se faisant sans précision de la date ou du site source, il (...)

9Henri Boyer, dans « La mise en scène télévisuelle des accents et autres variations sociolinguistiques : quelques observations en discours publicitaire », analyse le discours publicitaire à partir de notions évoquées auparavant (imaginaire [ethno-]linguistique, identité, etc.) et d’un corpus de messages publicitaires4 issus des 25 dernières années. L’accent du Midi est perçu comme une trace des « représentations figées ou en voie de figement de la variation du français » (p. 89) et son utilisation semble révélatrice de la politique linguistique de l’Hexagone (unilinguisme intra- [une seule norme]) et interlinguistique [une seule langue]). Exhiber la différence contribuerait à consolider l’uniformité du français. Autre phénomène intéressant, observable surtout chez les femmes et associé à la jeunesse (citadine) et à la modernité, et témoignant d’un changement linguistique en cours : la prononciation du -e caduc, qui montre l’abandon d’« un statut sociolinguistique de dominées » (p. 96), dans un souci de singularisation et d’affirmation (visibilité) au sein de la communauté linguistique.

10Guy Lochard, dans « Les travaux du CAD [Centre d’analyse du discours] : des raisons d’une écoute en sciences de l’information et de la communication », aborde la communication télévisuelle, analysée en termes de dispositif et de médiatisation (notions prises dans leur acception « lexico-sémantique ») : le support télévisé « propose » aux téléspectateurs un discours multimodal et cohérent, issu d’une « performance » collective, et enclenche des processus d’interprétation particuliers. L’analyse et l’interprétation des « stratégies » mises en œuvre selon les objectifs poursuivis par un discours télévisé sont limitées par le degré de non-visibilité qui les caractérise (cf. supra Chabrol et Amossy).

11Jean-Claude Soulages, dans « Les scènes du discours : genre, discours, imaginaires », étudie le rôle des « imaginaires discursifs » dans le discours publicitaire. « [E]space de négociation et de compromis pour la mise à jour et le recyclage de comportements, d’attitudes et de valeurs sociétales » (p. 110), le discours publicitaire reflète les principes régulateurs et les attentes d’une société donnée. La « configuration des discours » est révélatrice de la « structuration des imaginaires » d’une communauté linguistique. Le jeu avec les stéréotypes (décadrage ou confirmation) est un facteur-clé de la mise en scène publicitaire, interpellant le destinataire pour le faire réfléchir sur certains phénomènes sociétaux (rôle de l’homme et de la femme par exemple).

  • 5 Voir, parmi beaucoup d’autres, Bres (2005, 2009, 2010) ainsi que Bres et Nowakowska (2006).

12Sophie Moirand, dans « Entre discours, langue et mémoire : une analyse de la communication médiatique comme discours verbal et visuel », se demande comment la « mémoire discursive » se construit au sein des discours médiatiques, empreints d’interdiscursivité : « […] on peut […] retrouver l’histoire d’un mot, d’une formule, d’un énoncé et suivre son parcours en partant d’un indice qui constitue la trace d’un discours déjà là […] » (p. 120). Parmi ces indices linguistiques, l’auteure nomme entre autres le conditionnel permettant de repérer « la présence d’un discours source » (p. 121). Ici, l’on s’étonne quelque peu de la mention répétée de la notion de dialogisme (par exemple p. 116 : « approche dialogique ») sans référence aucune aux études de Jacques Bres et de ses collaborateurs5,laquelle aurait permis une description plus fine des mécanismes linguistiques mis en œuvre pour signaler (ou marquer ?) la présence de discours autres, tout en précisant le rapport construit entre l’énoncé principal E1 et les énoncés secondaires e1, e2, etc., qu’il convoque. Cela aurait également permis de mieux cerner l’« orientation argumentative » évoquée.

Cinquième volet. « Des mots pour une rencontre »

  • 6 Les titres des sections font écho aux quatre parties du recueil, reprises et analysées dans cette c (...)

13Patrick Charaudeau, dans « Le maelstrom de l’interdiscours », « répond » aux contributions précédentes6. (a) Seule une analyse systémique (langue), accompagnée d’une méthodologie appropriée, permet de détecter les traces des discours autres sous-jacents à toute production textuelle. (b) Les notions centrales de sujet (saisie dans toute sa complexité dialectique) et de contrat de communication permettent de distinguer les effets visés des effets produits. (c) Les discours médiatiques, où l’intrication du collectif et de l’individuel est particulièrement subtile, où le sujet communiquant oscille entre « surdétermination sociale » et « individuation singulière », méritent une attention particulière. (d) Quant à « la question de l’identité du sujet », c’est le discours qui témoignerait des « spécificités culturelles » : « Si langue (au sens des systèmes de la langue) et culture coïncidaient, les cultures française, québécoise, belge, suisse, voire africaine et maghrébine seraient identiques, sous prétexte qu’il y a usage d’une même langue » (p. 132). En est-il réellement ainsi ? Si l’on conçoit la langue comme un diasystème (cf. Coseriu), chaque sous-système n’est-il pas lui-même caractérisé par la culture qu’il définit ? Le système dans son ensemble ne renferme-t-il pas plusieurs cultures qu’il intègre et qui le définissent dans son ensemble ? Ne seraient-ce pas les « traditions discursives » qui intègrent les spécificités culturelles ? La notion de discours devrait être réservée aux réalisations concrètes de la langue (cf. parole), conformément aux différents niveaux linguistiques esquissés par Coseriu (langage, langue, norme, discours). Voir Wesch (2009 : 18). (d) Pour finir, Charaudeau critique sévèrement les pratiques scientifiques actuelles : de nombreuses études isolées, « assoiffées » de statistiques, créent un paysage trop éclectique, ignorant les acquis du passé. Néanmoins, pour Charaudeau, en tant que linguiste conscient de son héritage, il n’est pas question de baisser les bras, car « assurément, la lutte continue ! » (p. 138).

  • 7 Nous ajouterions Burger (2005) (concernant la particularité des situations de communication [et de (...)
  • 8 Exemples : (a) syntaxe et grammaire : « au sein de Centre d’analyse de discours » (p. 14), « leur c (...)

14Une bibliographie collective liste toutes les références citées7. Quant à la mise en page du recueil, une relecture attentive aurait permis d’évincer certaines coquilles, dont le nombre varie fortement selon les contributions8.

15En guise de conclusion, cet Hommage nous offre un beau parcours des domaines chers à Patrick Charaudeau, en exhibant ressemblances et différences, dans une dynamique interdiscursive, intégrant à la fois l’héritage linguistique fortement inspiré de ce brillant linguiste (le « tu », en tant que destinataire de l’Hommage), les propres approches (le « je » des contributeurs) ainsi que les apports extérieurs (les « autres » théories convoquées), lesquels constitueront à leur tour l’interdiscours repris par Charaudeau lui-même.

Haut de page

Bibliographie

BRES, Jacques (2005), « Savoir de quoi on parle : dialogue, dialogal, dialogique ; dialogisme, polyphonie… » dans Jacques BRES, Patrick Pierre HAILLET, Sylvie MELLET, Henning NØLKE et Laurence ROSIER (dir.), Dialogisme et polyphonie. Approches linguistiques. Actes du colloque de CERISY, Bruxelles, De Boeck et Duculot, Coll. « Champs linguistiques. Recueils », p. 47-61.

BRES, Jacques (2009), « Dialogisme et temps verbaux de l’indicatif », Langue française, 163(3) : 21-39.

BRES, Jacques (2010), « Le conditionnel n’existerait pas, il faudrait l’inventer... Parcours, proposition. De la morphologie à la sémantique grammaticale » dans Camino ÁLVAREZ CASTRO, Flor María BANGO DE LA CAMPA et María Luisa DONAIRE (dir.), Liens linguistiques. Études sur la combinatoire et la hiérarchie des composants, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, p. 201-225.

BRES, Jacques et Aleksandra NOWAKOWSKA (2006), « Dialogisme : du principe à la matérialité discursive » dans Laurent PERRIN (dir.), Le sens et les voix. Dialogisme et polyphonie en langue et en discours, Metz, Université Paul Verlaine, Coll. « Recherches linguistiques, 28 », p. 21-48.

BURGER, Harald (2005), Mediensprache. Eine Einführung in Sprache und Kommunikationsformen der Massenmedien, Mit einem Beitrag von Martin Luginbühl, 3, völlig neu bearbeitete Auflage, Berlin, de Gruyter.

CHARAUDEAU, Patrick (dir.) (2015), Humour et engagement politique, Limoges, Lambert-Lucas.

KLEMM, Michael et Hartmut STÖCKL (2011), « “Bildlinguistik” — Standortbestimmung, Überblick, Forschungsdesiderate » dans Hajo DIEKMANNSHENKE, Michael KLEMM et Hartmut STÖCKL (dir.), Bildlinguistik. Theorien — Methoden — Fallbeispiele, Berlin, Schmidt, Coll. « Philologische Studien und Quellen, 228 », p. 7-18.

KOCH, Peter et Wulf OESTERREICHER (2011/1990), Romanistische Arbeitshefte, vol. 31 : Gesprochene Sprache in der Romania. Französisch, Italienisch, Spanisch, Berlin/New York, de Gruyter.

SANDRÉ, Marion (2011), « Dialogisme, comportement et débat politique télévisé : Ségolène Royal lors du débat de l’entre-deux tours » dans Anna JAUBERT, Juan Manuel LÓPEZ MUÑOZ, Sophie MARNETTE, Laurence ROSIER et Claire STOLZ (dir.), Citations II. Citer pour quoi faire ? Pragmatique de la citation, Paris, L’Harmattan, Coll. « Au cœur des textes », p. 239-255.

SCHMITZ, Ulrich, « Sehflächenforschung. Eine Einführung » dans Hajo DIEKMANNSHENKE, Michael KLEMM et Hartmut STÖCKL (dir.), Bildlinguistik. Theorien — Methoden — Fallbeispiele, Berlin, Schmidt, Coll. « Philologische Studien und Quellen, 228 », p. 23-42.

SPERBER, Dan et Deirdre WILSON (1986), Relevance. Communication and Cognition, Oxford, Blackwell.

STÖCKL, Hartmut (2011), « Sprache-Bild-Texte lesen. Bausteine zur Methodik einer Grundkompetenz » dans Hajo DIEKMANNSHENKE, Michael KLEMM et Hartmut STÖCKL (dir.), Bildlinguistik. Theorien — Methoden — Fallbeispiele, Berlin, Schmidt, Coll. « Philologische Studien und Quellen, 228 », p. 45-70.

WESCH, Andreas (2009/2001), Grundkurs Sprachwissenschaft Spanisch, Stuttgart, Klett, Coll. « Uni-Wissen ».

Haut de page

Notes

1 Comme en témoigne par exemple la parution récente, non mentionnée dans la préface, de l’ouvrage Humour et engagement politique sous la direction de Patrick Charaudeau (2015).

2 Ici, un nuancement de la description à l’aide du modèle proposé par Peter Koch et Wulf Oesterreicher (2011/1990) aurait été souhaitable, avec la différenciation entre Medium (« médium » — cf. Kerbrat-Orecchioni, p. 28 : « ou le matériau utilisé est de nature phonique, ou il est de nature graphique ») et Konzeption (« conception » — élaboration parlée ou écrite d’un texte, que celui-ci soit réalisé de façon graphique [ex. : conception parlée d’un forum internet par rapport à conception écrite d’un article scientifique] ou phonique [ex. : conception parlée d’une conversation orale entre amis par rapport à conception écrite d’un cours magistral tenu dans un amphithéâtre — cf. Kerbrat-Orecchioni, p. 28 : « il arrive qu’on parle "comme un livre" »).

3 Auxquelles nous ajouterions l’analyse dialogique de Marion Sandré (2011).

4 La référence aux messages publicitaires se faisant sans précision de la date ou du site source, il est parfois difficile de suivre la réflexion : par exemple, nombreux sont les messages des Croustilles de Belin fournis par les moteurs de recherche (cf. par exemple celui de 2003 avec le sacerdoce, avec accent du Midi ou un autre message ne comprenant pas du tout l’accent dont il est question) qui ne correspondent pas à la description dans le texte.

5 Voir, parmi beaucoup d’autres, Bres (2005, 2009, 2010) ainsi que Bres et Nowakowska (2006).

6 Les titres des sections font écho aux quatre parties du recueil, reprises et analysées dans cette cinquième et dernière partie.

7 Nous ajouterions Burger (2005) (concernant la particularité des situations de communication [et de l’inter- et intratextualité] au sein des médias [sphères privée et publique]), Klemm et Stöckl (2011), Schmitz (2011), Stöckl (2011) (multimodalité, linguistique de l’image).

8 Exemples : (a) syntaxe et grammaire : « au sein de Centre d’analyse de discours » (p. 14), « leur consommation habituelle de types discours sociaux » (p. 53), « Les enfants en analyse en témoignent qui craignent tant leur différence » (note 3, p. 68), « les psychanalystes lui préfère la notion d’identification » (p. 72) ; (b) noms d’auteurs : « comme le font de Robert de Beaugrande » (p. 22), « Trugdill », « Yagello » (note 4, p. 68) ; (c) termes linguistiques : « léxème » (p. 100), etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Lhafi, « Jean-Claude SOULAGES (dir.) (2015), L’analyse de discours : sa place dans les sciences du langage et de la communication. Hommage à Patrick Charaudeau  », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 07 juillet 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7178

Haut de page

Auteur

Sandra Lhafi

Sandra Lhafi est enseignante-chercheure à l’Institut des langues romanes, Université de Cologne. Courriel : slhafi@uni-koeln.de

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals