Navigation – Plan du site
Lectures

Guillaume SOULEZ et Kira KITSOPANIDOU (dir.) (2015), « Le levain des médias. Forme, format, média »

Paris, MEI (Médiation et information), no 39
Pierre Barrette
Référence(s) :

Guillaume SOULEZ et Kira KITSOPANIDOU (dir.) (2015), « Le levain des médias. Forme, format, média », Paris, MEI (Médiation et information), no 39

Texte intégral

1Il n’est plus possible aujourd’hui de parler des grands médias audiovisuels (principalement le cinéma et la télévision) sans évoquer l’éclatement de leurs contenus sur de multiples plateformes et les nouvelles déclinaisons, de plus en plus nombreuses, qui accueillent ces contenus en leur donnant une forme souvent hybride. Bien entendu, il y a toujours eu « du théâtre au cinéma », puis « du cinéma à la télévision », et ainsi de suite, mais il est clair que l’arrivée du Web en particulier et plus généralement les mutations récentes de l’écosystème médiatique en termes technologique, économique et pragmatique (notamment les nouvelles postures de réception) ont contribué à faire de « l’intermédialité » une caractéristique fondamentale de la production contemporaine. Le numéro 39 de la revue MEI (Médiation et information), dirigé par Guillaume Soulez et Kira Kitsopanidou, se penche sur cette question à partir d’un point de vue qui ne manque pas d’être original. En effet, alors qu’il est commun de penser que la compétition entre les médias devrait favoriser la recherche d’une spécificité formelle et matérielle, l’ouvrage pose plutôt, d’entrée de jeu, l’hypothèse inverse : « les médias (“le cinéma”, “la télévision”, etc.) ne survivent-ils pas au-delà de leurs médiums et dispositifs historiques (la salle, le téléviseur, etc.) ? » ; n’y a-t-il pas toujours, dans les contenus médiatiques, quelque chose qui nous ramène à une sorte d’essence ontologique, indépendamment du support de diffusion ? Autrement dit, le cinéma ne serait-il pas plus que le dispositif de la salle, la télévision ailleurs que dans le petit écran ?

2La publication, qui reprend les contributions d’une trentaine de participants à deux journées d’étude intitulées respectivement « Ce que le documentaire fait au format » et au « Le cinéma éclaté et le levain des médias », aborde ces questions d’une manière très concrète, en plaçant au centre de la réflexion la notion de format. Cette notion ainsi que l’expression de formatage, qui lui est concomitante, ont l’avantage de permettre un cadrage des rapports média/médium dans une perspective qui n’est pas simplement esthétique ou sociale, mais qui inclut aussi les dimensions économique, politique et pragmatique. Le format possède en effet le caractère contraignant d’une forme imposée, d’une forme qui s’inscrit dans la réalité des échanges entre créateurs, producteurs, diffuseurs et spectateurs pour en régler l’efficacité, la lisibilité ou encore l’adéquation à une norme, qui peut être temporelle, thématique, programmatique, stylistique, etc., et même tout cela à la fois. Il s’agit donc d’une notion essentielle dans le contexte actuel en ce qu’elle ramène sur elle la complexité des rapports entre la production et la réception. Elle constitue la forme médiatrice par excellence des conflits qui naissent nécessairement entre les acteurs.

3Dans le champ du documentaire (auquel est consacrée une partie importante de l’ouvrage), le format suppose ainsi une tension entre la liberté de l’auteur et les exigences du diffuseur, tension qui consacre en quelque sorte la mainmise de la télévision sur le genre depuis environ un quart de siècle. Ce que l’auteur perd en espace de liberté et en autonomie créative dans le cadre de la programmation télévisuelle est en effet trop souvent imputable à une sorte de « cahier de charges » non écrit qui, s’il paraît éminemment malléable en fonction des contextes, n’en trouve pas moins presque toujours son ultime justification dans la figure toute-puissante d’un spectateur supposé incapable de s’adapter à une proposition originale ou hors norme. Soulez, parmi d’autres, s’élève contre cette conception d’un public uniforme et a-critique. Il montre d’ailleurs que les termes mêmes de format et de formatage, dans les propos des membres du public qu’il a interviewés, reviennent fréquemment et ne constituent donc pas des vocables appartenant exclusivement aux discours des acteurs impliqués dans la production. Il met ainsi en évidence que les spectateurs sont devenus, dans le contexte de ce qu’on pourrait appeler un accroissement de la littératie médiatique, des spécialistes des contenus audiovisuels qu’on leur propose, mais également qu’ils comprennent de mieux en mieux les conditions de la production et les contraintes formelles, esthétiques et économiques qui guident l’offre des émissions audiovisuelles. C’est sous ce jour également que doivent être envisagés ce qu’on appelle « les nouveaux formats » : le webdoc, les jeux vidéo, le documentaire interactif ont en effet en commun, au-delà de leur apparition plutôt récente dans le paysage médiatique, d’impliquer directement la participation du spectateur, qui devient en quelque sorte le médiateur de sa propre expérience, dont le caractère très souvent ludique est par ailleurs en train de contaminer nombre de formats connexes, dont le documentaire « classique ».

4Ainsi « Le levain des médias : Forme, format, média » se présente-t-il moins tel un nième état des lieux sur les mutations du paysage audiovisuel et davantage comme une tentative convaincante pour penser ce qui perdure de l’identité des médias traditionnels à un moment de leur évolution qu’on est peut-être un peu prompt à assimiler à une transformation radicale. Le cas de la téléréalité, évoqué sans être approfondi dans l’ouvrage, aurait également pu servir d’exemple très parlant : appartenant à un genre éminemment formaté, critiquée pour ses contenus qui se moulent un peu trop parfaitement aux aspects les plus commerciaux (pour ne pas dire racoleurs) de l’industrie, une émission comme La Voix est aussi la plus regardée des ondes en ce moment au Québec. Un tel plébiscite ne peut-il pas s’expliquer justement par le fait qu’un concept télé comme celui-là incarne mieux que tout autre une sorte d’essence du média télévisuel (notamment avec l’importance qu’il donne au direct [même feint]) ? Poser la question, c’est déjà, un peu, y répondre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Barrette, « Guillaume SOULEZ et Kira KITSOPANIDOU (dir.) (2015), « Le levain des médias. Forme, format, média » », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7181

Haut de page

Auteur

Pierre Barrette

Pierre Barrette est professeur à l’École des médias, Université du Québec à Montréal. Courriel : barrette.pierre@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals