Navigation – Plan du site
Lectures

André VITALIS (2016), L’incertaine révolution numérique. 1

Londres, ISTE Éditions
Sameh Chabbeh
Référence(s) :

André VITALIS (2016), L’incertaine révolution numérique. 1, Londres, ISTE Édition.

Texte intégral

« Quand on ne sait pas où l’on va, il vaut mieux savoir d’où l’on vient. »

1C’est par ce proverbe qu’André Vitalis entame sa réflexion sur la question de l’informatique et du numérique, sur les libertés individuelles, la vie privée et la surveillance. L’ouvrage présente une idée cruciale qui consiste à montrer les relations complexes et les interdépendances du numérique et des techniques d’information et de communication (Tic) dans la société, ainsi que les enjeux sous-jacents. C’est autour de ces couples-oppositions Tic et surveillance, liberté et sécurité que l’auteur fonde son analyse, en s’inscrivant dans une approche pluridisciplinaire (sciences politiques, sciences de l’information et de la communication, la socioéconomique, la sociohistorique, la socioinformatique). Dans les cinq chapitres intrinsèquement liés de cet ouvrage, Vitalis questionne la problématique de l'informatique, de la « révolution numérique » (toujours « incertaine »), de l’hyperconnectivité, de la cybersurveillance dans son rapport aux libertés individuelles, à la vie privée et à la sécurité.

2L’auteur focalise sa réflexion sur ce demi-siècle d’« informatisation » et sur les problématiques sociétales majeures qui en résultent, tout en fondant ses propos par des arguments tangibles : la problématique du contrôle social apparue dans les années 1960; celle de la sécurité publique née au milieu des années 1990; celle de la communication et de l’échange grâce à l’invention du micro-ordinateur dans les années 1980, et notamment de l’Internet grand public à partir de 1993, et enfin celle de la marchandisation avec l’apparition sur le réseau, au début des années 2000, de monopoles privés qui convertissent les données personnelles en ressources économiques. À ces interrogations, l’auteur répond avec une grande clarté tout au long de son ouvrage.

3Dès l’introduction, il prend du recul par rapport aux discours fondés sur une conception déterministe de la technique. « L’informatique et le numérique ne sont pas des outils neutres. Comme toutes les techniques, ils sont en même temps déterminés et déterminants » (p. 14). Dans le chapitre 1, intitulé « Une surveillance informatique soumise à des règles », l'auteur, s’inscrivant dans un registre foucaldien, revient sur les fameux projets d’interconnexion de fichiers dans les années 1960-1970. Il montre que les premières banques de données numériques ainsi que d’autres Tic de repérage, d’identification des populations à risque, d’enregistrement des informations, portent atteinte aux secrets de l’individu et peuvent devenir un sujet de manipulation politique. En effet, dans un objectif de « fichage » des personnes, des inventions techniques ont été créées, telles la fiche mobile en 1833 et la machine mécanographique inventée en 1886 aux États-Unis. Ces techniques se basent sur le principe de l’identification, le classement, le recueil et le traitement des informations. Ainsi, « toute information était saisie, traitée, analysée » (p. 19). Ce type de « fichage » est une première modalité de surveillance par les Tic, avant l’arrivée de l’ordinateur dans les années 1960, qui a constitué une avancée dans l’automatisation de l’information.

  • 1 Système automatisé pour les fichiers administratifs et le répertoire des individus. Ce système info (...)

4Dans le contexte actuel du numérique, une nouvelle étape du contrôle des populations est apparue : le « profilage » des populations. En France, ce sont les projets d’interconnexion des fichiers qui ont suscité des polémiques et des controverses par rapport à leurs menaces liberticides. Ces projets ont été immédiatement accompagnés de réactions de l’opinion publique, soudain sensible aux menaces que ces fichiers faisaient peser sur les libertés individuelles. Il semble qu’une prise de conscience quant aux aspects « liberticides » d’un fichier qui, comme SAFARI1 en 1974, en France, fonctionnait d’après un « identifiant unique » (le numéro de l’INSEE), se soit manifestée, en même temps que s’affirmait une revendication qui depuis s’est faite récurrente : le respect de la vie privée ainsi que le droit à l’anonymat (Chabbeh et al., 2000). Vitalis, qui a également publié Informatique, pouvoir et libertés, estime que la protection de la vie privée, qui « est une notion floue et évolutive » et qui se construit à partir « des agressions qu’elle a subies » (p. 24), nécessite de nouvelles formalités et de nouvelles lois.

  • 2 Dans ce sens, un nouveau méga fichier de l’État, le TES, ou le fichier des titres électroniques séc (...)

5L’auteur analyse la relation entre la surveillance et les libertés individuelles en mettant en avant les intentions manipulatoires des pouvoirs. Plusieurs auteurs et juristes sont évoqués dans ce chapitre pour établir le rapport entre les Tic et le droit à la vie privée (Samuel Warren, Louis Dembitz Brandeis, Alan Westin, Michel Atten, Elisabeth Zoller, Hannah Arendt). Or, comment peut-on protéger la vie privée dans un contexte où les Tic ont ébranlé les frontières entre espace public et espace privé, entre sphère privée et sphère publique ? Alors qu’on parle aujourd’hui « d’un nouvel espace public contemporain dans ses différentes contraintes structurelles » (Miège, 2010, p. 145-176). Vitalis montre que c’est la socialisation croissante de l’individu et l’agression de sa sphère privée par des techniques de plus en plus indiscrètes qui expliquent l’intervention du juge, puis de la loi pour fixer des limites. Face à l’inefficacité du dispositif protecteur, Vitalis explique qu’un point d’équilibre est recherché entre des intérêts et des logiques contradictoires. Il nous renseigne sur des cas où cet équilibre est manquant comme dans l’exemple des impératifs de la recherche médicale et du principe du secret médical. Dans ce sens, l’auteur expose la logique antagoniste du couple Tic/vie privée et la difficile adaptation d’une loi, car le numérique est toujours en évolution et qu’il est capable de contourner les règles en offrant d’autres techniques d’automatisation de collecte des données plus sophistiquées2 au nom de l'impératif de toujours « identifier, intercepter, surveiller et punir, si besoin » (Chabbeh et al., 2000, p. 38) afin d’assurer la sécurité. Cette notion a été mise en avant notamment après les attentats du 11 septembre 2001. Comme le précise Vitalis, « la sécurité est mise au premier rang des préoccupations et dans le couple sécurité/liberté, les compromis ne sont plus possibles » (p. 31).

6Là réside d’ailleurs l’intérêt du chapitre 2, intitulé « La sécurité au détriment des libertés ». Ici, le couple sécurité et libertés est abordé dans son rapport à la notion de surveillance. Un parcours passionnant impose au préalable une déconstruction/construction de la notion de sécurité, si familière et si évidemment signifiante. Ce parcours attire notre attention sur les apports originaux de ce travail qui renouvelle les questions des Tic, de la sécurité/insécurité ainsi que des libertés individuelles et de la surveillance. Vitalis éclaire ainsi les débats contemporains. Pour cela, il se réfère à ses travaux précédents, à de nombreux auteurs (Armand Mattelart, Franck Leroy, Antoine Lefébure, Jean-Jacques Lavenue, Bruno Villalba, Laurent Bonelli), à la législation française ainsi qu’à des juristes pour montrer ce qu’il qualifie de « zones d’ombre et de débordements incontrôlés » (p. 32) pratiqués dans certaines activités de la police et de l’armée. Il cite les révélations d’Edward Snowden sur l’ampleur et la dangerosité de la surveillance globalisée et « d’une situation de fait où triomphe l’adage “pas vu, pas pris” » (ibid.).

7Ces nouvelles formes de surveillance présentent une menace pour les libertés individuelles. C’est autour du binôme foucaldien de sécurité/contrôle et vie privée que l’auteur perçoit la difficile conciliation entre le principe du respect de la vie privée et la nécessité de maintenir l’ordre public. De ce point de vue, la notion de sécurité dans sa forme discursive et politique est donc à appréhender comme un outil idéologique au service du maintien de l’ordre public et de l’ordre social. Or, l’originalité de cet ouvrage repose sur une nouvelle formulation de la notion de sécurité, non plus comme une conception idéologique, mais comme un droit fondamental de l’individu, « le droit à la sûreté » (p. 33). L’auteur fait le constat d’un nouveau tournant sécuritaire qui place la sécurité, devenue depuis les années 1980 un problème politique et médiatique important, en tête des préoccupations gouvernementales, tandis « que l’insécurité était jusqu’alors traitée de manière préventive en relation avec ses causes sociales » (p. 36). Dans ce cadre, les techniques de surveillance jouent un rôle prépondérant à côté de l’État, dans ce nouveau tournant sécuritaire. On assiste à l’apparition d’un État de surveillance globale, depuis les attentats de 11 septembre 2001. C’est une date marquant l’avancée en matière de collecte et de traitement des données personnelles et dans la surveillance massive, globale et « programmatique ». La question de sécurité est mise en avant et des mesures préventives sont prises : lois d’exception, conditions de détention inhumaine, vols secrets de la CIA, exécutions ciblées par recours à des drones.

  • 3 Traçabilité par les cartes à puce, les cartes bancaires les déplacements sur Internet au moyen de c (...)

8La traçabilité3, rendue plus efficace par le numérique, permet un exercice du contrôle plus diffus, plus constant et plus précis. Le profilage apparaît comme une nouvelle forme de fichage. Il relève aujourd’hui de la compétence des grandes entreprises privées GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), qui cherchent à profiler et à segmenter les individus consommateurs pour mieux les cibler, les classer dans des fichiers et se servir des informations prélevées sur eux dans des buts commerciaux et autres (Mattelart et Vitalis, 2014). Ces nouveaux acteurs privés, dont le modèle économique relève des logiques du marketing, deviennent « les plus grands ficheurs » (Mattelart et Vitalis, 2014, p.10). Cette étape de codage des réseaux et de « profilage » des populations est une nouvelle forme de surveillance indirecte souvent invisible, basée sur le prélèvement, le traitement et l’exploitation des données et des informations sur les individus, de plus en plus mises en réseau.

9Ce réseau, annonce Vitalis dans l’intitulé du chapitre 3, serait « au service de la participation et de l’échange ». L’entrée dans la réflexion par l’intermédiaire d’une discipline scientifique telle que les sciences de l’Information-Communication (Bernard Miège, Patrice Flichy, Bertrand Cabedoche, Josiane Jouët, Philippe Bouquillion, Jean-Guy Lacroix, Armand Mattelart) s’avère pertinente pour dessiner le contour de cette nouvelle dimension des techniques numériques et de la mise en réseau de systèmes d’information. Ici, des chercheurs et des spécialistes des usages des techniques numériques et des pratiques médiatiques et culturelles sont convoqués (Marie Marchand, Geneviève Vidal, Michel De Certeau, Norbert Wiener, Armand Mattelart, Dominique Cardon). Vitalis annonce une nouvelle vision libératrice de l’informatique et de la mise en réseau tout en faisant un rappel historique témoignant de la réussite de la télématique en France, dans les années 1980, et en mettant l’accent sur le rôle de la contre-culture dans l’innovation. La notion de « coopératif citoyen », fondée sur le principe de la publication partagée sur Internet et de la médiation dans l’exercice de la liberté d’expression et de communication, est mise en avant. Néanmoins, la question de la confidentialité des données personnelles sur le web reste floue. Car si ces données circulent sur les réseaux sociaux et sont stockées par GAFA, cela signifie aussi qu’elles seront réutilisées, exploitées et traitées pour des finalités ambiguës et inquiétantes, ce qui met une fois de plus en question le respect des libertés individuelles et de la vie privée. Les banques des données d’informations personnelles et comportementales construites par Facebook seront sans doute exploitées dans des buts de marketing, de commercialisation et de vente.

10Telle est la question à laquelle Vitalis propose de répondre dans le chapitre 4, tout en respectant dans l’analyse le fil conducteur de son ouvrage : Tic/surveillance/sécurité/liberté. Ainsi souligne-t-il qu’à travers des achats en ligne se détectent des comportements de consommation ainsi que d’autres détails de la vie privée des internautes. Dans ce cadre, les sociétés de crédit ne sont plus de simples entreprises de traitement des paiements, elles sont également des entreprises de collecte de données d’information personnelle et de profils finement personnalisés qui, à leur tour, seront réexploités par d’autres entreprises à des fins de marketing et de planification. Ou alors, ces données seront « vendue[s] » (p. 74) ou serviront à la « la publicité ciblée » (p. 78). Cette méthode d’analyse de Vitalis, que nous qualifions d’« araignée », permet de déduire que la numérisation accrue a permis la mise en place d’une forme de surveillance invisible dont les buts deviennent essentiellement commerciaux et sécuritaires. Il s’agit là aussi d’un profilage d’un nouveau type utilisé par GAFA et certaines autres entreprises pour intercepter les pratiques comportementales de consommation, les goûts, les pensées, les tendances et l’intimité la plus transparente de l’internaute.

11Dans ce nouveau rapport des techniques numériques à l’économie française, l’auteur évoque une notion nouvelle, « la datafication », qui touche et affecte quasi tous les secteurs, y compris le secteur de la presse dont les modes de production et de diffusion ont été remis en cause. Le secteur des biens culturels ou des « biens symboliques » (Bouquillion et al., 2013) est aussi affecté par « l’élargissement gratuit de l’accès aux œuvres procuré par le téléchargement de pair-à-pair et la diffusion en flux » (p. 80). Avec cette « datafication », on voit apparaître des sociétés intermédiaires et des entreprises emblématiques dont l’activité s’exerce en ligne comme Uber, Netflix ou Tesla. Cette « économie numérique » fondée sur des données personnelles collectées, traitées et exploitées ne respecte ni les libertés individuelles ni la vie privée, d’où ce couple Tic/liberté qui pose encore une fois problème en ce qui a trait au respect de la vie privée.

  • 4 Les trois tomes sur L'ère du numérique et la société en réseaux de Manuel Castells ont été fortemen (...)

12Cette fragilité des libertés individuelles et de la vie privée s’accentue avec ce que certains prospectivistes qualifient de « révolution numérique » : notion abordée et sévèrement critiquée dans le dernier chapitre de cet ouvrage. Dans des propos d’inspiration ellulienne, en qualifiant « la révolution numérique » de révolution technicienne aux effets contrastés et nuancés, Vitalis ouvre un débat autour de cette notion en traçant les limites. Cette révolution ne saurait établir le soubassement d’un mouvement politique libérateur, comme on peut la concevoir dans les théories des multitudes, du capitalisme cognitif ou de l’ère postmédiatique. Pour réaliser la véritable révolution dont le XXIe siècle a besoin, on doit fixer des buts et des limites aux techniques numériques, en privilégiant celles qui favorisent l’autonomie et la maîtrise humaine. Dans ce chapitre, l’auteur reprend les deux termes significatifs (numérique et révolution) du titre de son ouvrage pour aborder les analyses critiques ou enthousiastes du « numérique et révolution », ses différentes appropriations ainsi que les discours technicistes et propagandistes d’une société numérique informationnelle, annoncée à maintes reprises par plusieurs prospectivistes (Jeremy Rifkin, Gilles Babinet, Nicolas Colin, Jonathan Crary, François Hartog) Elle a aussi été prophétisée par des apologues d'un libéralisme informationnel et promotionnel d'une société en réseau post-industrielle comme Manuel Castells4. Elle est définie comme « une révolution industrielle de notre temps » (p. 91) et apporte des changements majeurs dans les modes de production, de travail, de consommation, de communication et de l’économie immatérielle représentée dans des sociétés de services (Uber ou autre...).

13Dans ce chapitre, Jeremy Rifkin est cité à propos de La nouvelle société de coût marginal zéro (2014). Rifkin serait au fond un apologue d’une société numérique à l’horizontalité et d’une économie collaborative, qui peut voir le jour avec ce qu’il qualifie des « prosommateurs » Sur ce point, la critique d’Evgeny Morozov est sans appel. Face au discours technico- et sociodéterminisme, Vitalis critique ce déterminisme de tout genre, en fondant ses critiques sur des exemples concrets (pollution, crise écologique, domaines de la santé publique, de la sécurité, du transport, de la communication). Il met aussi l’accent sur l’apparition de nouvelles libertés, en précisant que celles-ci naissent au détriment d’un contrôle très accentué et étendu sur l’individu. C’est l’idée phare de tout l’ouvrage.

14Dans ce cadre, Vitalis insiste sur l’impossible conciliation entre la liberté d’expression, le pluralisme dans la diffusion des informations et l’établissement d’un nouvel âge démocratique, et la lutte contre le téléchargement des contenus illégaux et pour une meilleure protection de la vie privée. L’auteur se montre déterminé sur ce point : « Autant que l’information et la transparence, cette protection est essentielle à la vie démocratique » (p. 107). À première vue, cette pensée semble contradictoire par rapport au principe des sociétés démocratiques, comme le pensent certains spécialistes des droits, mais elle est nécessaire pour nous protéger de « l’œil du lynx » : expression que nous utilisons pour désigner toutes les caméras et les techniques de surveillance qui nous interceptent, au moindre détail, et menacent notre vie privée. Pour argumenter son point de vue, l’auteur cite Milan Kundera : « […] agir autrement : en privé qu’en public, est l’expérience la plus évidente de tout un chacun, le fondement sur lequel repose la vie de l’individu. Cette évidence qui semble n’en être plus une, est rarement comprise comme la valeur des valeurs qu’il faut défendre (Kundera, 1993) » (p. 107).

15Mentionnons en conclusion que le vocabulaire spécialisé propre aux différentes disciplines rend la lecture parfois ardue, mais l’effort de structuration et la densité du propos ainsi que les synthèses permettent au lecteur de suivre l’argumentation et donnent à cet ouvrage une pertinence ainsi que des qualités didactiques et scientifiques sans équivoque. Cet ouvrage reflète bien la nouvelle architecture du monde : « […] nous vivons sans doute dans un monde “Hybride” » (Cabedoche, 2011), voire de « crase », lorsque, reposant sur le fondement mythique de l’adhésion, le phénomène produit en réalité de la déculturation et de l’écrasement de l'humain (Cabedoche, 2014), et qui confirme bien que les techniques nouvelles et anciennes ne sont plus les prolongations technologiques de l'homme (MacLuhan, 1968). Ces sociétés du savoir et ces sociétés humaines, dans leur diversité, leur complexité, leurs contraintes, se sont bâties sur l’ensemble des valeurs défendues par la Déclaration universelle des droits de l’homme. Elles ne sauraient se restreindre aux conceptions technicistes et « économicistes » (Tremblay, 2016). La liberté, le respect de la dignité humaine, la justice et la paix en sont les principes fondamentaux (Déclaration universelle des droits de l’homme, 1948). Ces sociétés du savoir sont des sociétés du savoir plurielles et respectueuses des droits de la personne. C’est aussi dans ce cadre que s’inscrit l’appel de l’UNESCO à « un nouvel humanisme pour le 21e siècle » (Bokova, 2013 : 20).

Haut de page

Bibliographie

BOKOVA, Irina (2013), Conférence générale, 37e session de l’UNESCO, New York.

BOUQUILLION, Philippe et al. (2013), L’industrialisation des biens symboliques. Les industries créatives en regard des industries culturelles, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

CABEDOCHE, Bertrand (2011), « Le rapport McBride, conférence du consensus avant l’heure. L’expérimentation refoulée d’une médiation politique originale, porteuse d’un espace public sociétal et des valeurs fondatrices de l’Unesco », Les Enjeux de l’information et de la communication, 12(1) : 69-82.

CABEDOCHE, Bertrand (2014), « Culture du chiffre et responsabilité sociale : le déplacement de la charge de l'incertitude sur le facteur humain chez France-Telecom », dans Valérie LEPINE et al., Acteurs de la communication des entreprises et organisations. Pratiques et perspectives, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

CASTELLS, Manuel (1998), L'ère de l'information [1], La société en réseaux, Paris, Fayard.

CASTELLS, Manuel (1999), L'ère de l'information [2], Le pouvoir de l'identité, Paris, Fayard.

CASTELLS, Manuel (1999), L'ère de l'information [3], Fin de millénaire, Paris, Fayard.

CHABBEH, Sameh et al. (2000), Les TIC au service de la sécurité, Grenoble, Université Stendhal Grenoble 3.

MACLUHAN, Marshall (1968), Pour comprendre les médias : les prolongements technologiques de l'homme, Paris, Seuil.

MATTELART, Armand et André VITALIS (2014), Le profilage des populations. Du livret ouvrier au cybercontrôle, Paris, La Découverte.

MIÈGE, Bernard (2002), « La société de l’information : toujours aussi inconcevable », Revue européenne des sciences sociales, 123 : 41-54.

MIÈGE, Bernard (2010), L’espace public contemporain : approche info-communicationnelle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

TREMBLAY, Gaëtan (2016), « Vers des sociétés du savoir : un projet social », Les Enjeux de l’information et de la communication, 17(2) : 239-249.

VITALIS, André (1988/1979), Informatique, pouvoir et libertés, Paris, Economica.

Haut de page

Notes

1 Système automatisé pour les fichiers administratifs et le répertoire des individus. Ce système informatique permettait la connexion de différents fichiers publics et privés sur les personnes. Sur ce système, Vitalis a proposé une présentation et une analyse détaillées dans son livre Informatique, pouvoir et libertés (1988/1979).

2 Dans ce sens, un nouveau méga fichier de l’État, le TES, ou le fichier des titres électroniques sécurisés a récemment été créé (décret du 28 octobre 2016). Le TES connecte tous les fichiers des passeports et des cartes d'identité, fichant ainsi la quasi-totalité de soixante millions de Français, dans une base de données unique et comportant toutes les informations les plus sensibles et les plus intimes de l'individu qui seront automatiquement traitées. Dans la nouvelle conjoncture politique actuelle, Vitalis, qui est un ancien consultant auprès de la CNIL et président du Centre d'études sur la Citoyenneté, insiste sur la dangerosité de ce fichier et estime que « la centralisation de l'information a toujours été un objectif du pouvoir car elle rend la surveillance plus facile ». Or plus vous centralisez, moins c'est contrôlable, et plus c'est dangereux » (Entretien avec Vitalis, L’Express, 2 novembre 2016).

3 Traçabilité par les cartes à puce, les cartes bancaires les déplacements sur Internet au moyen de cookies et de plateformes qui récupèrent les traces des utilisateurs du web, les téléphones portables « intelligents » ou « nouvelle génération » comme les iPhones, les iPad qui contiennent un fichier d’enregistrement à son insu, les déplacements de la personne. Le Smartphone Nexus 5 intègre de nouveaux capteurs dédiés à l’enregistrement et à la mesure des mouvements. Vitalis donne d’autres exemples de ces techniques permettant la traçabilité d’une grande ampleur comme les nouvelles techniques de géolocalisation et de reconnaissance faciale apportant des informations complémentaires...

4 Les trois tomes sur L'ère du numérique et la société en réseaux de Manuel Castells ont été fortement critiqués par Bernard Miège (2002), ainsi que par d'autres chercheurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sameh Chabbeh, « André VITALIS (2016), L’incertaine révolution numérique. 1 », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 07 juillet 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7190

Haut de page

Auteur

Sameh Chabbeh

Sameh Chabbeh est enseignante en Information-Communication, Université Lumière Lyon 2. Courriel : sameh.chabbeh@live.fr ; sameh.chabbeh@univ-lyon2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals