Navigation – Plan du site
Recherches

Le timbre-poste entre sens textuel et sens pratique

Hani Georges

Résumés

Envisager le timbre-poste comme un objet sémiotique, et non simplement comme signe, revient à lui reconnaître un certain rôle au sein d’une pratique signifiante qui englobe entre autres les procès, les actants, le contexte de communication et la structure narrative. Le timbre-poste peut ainsi prédiquer tout en acquérant des significations diverses au sein des processus de communication. Tout en faisant appel au parcours d’intégration proposé par Jacques Fontanille, l’auteur analyse sémiotiquement certaines des pratiques où le timbre peut fonctionner comme un objet sémiotique à part entière telles que l’affranchissement, la reconnaissance et la personnalisation.

Haut de page

Texte intégral

1Il va sans dire que la sémiotique avait initialement pour objet l’étude des signes et plus précisément des signes au sein de la vie sociale, mais progressivement son champ d’investigation commence à englober, outre les signes, les textes, les discours, les images et même les objets. Tous les aspects de la communication humaine trouvent ainsi leur place au sein de cette discipline qui se focalise désormais sur le processus signifiant dans toute son ampleur. Parmi les signes culturels (et éventuellement interculturels) que l’approche sémiotique a notamment abordés, le logo, le pictogramme et le timbre-poste occupent une place de choix. Dans le cas de celui-ci, nombre d’études s’intéressent, non simplement à son importance dans la communication ou la représentation, mais aussi à sa structure en tant que dispositif complexe ou icono-texte comportant des éléments linguistiques et non linguistiques (Leclerc, 1973 ; Scott, 1999, 2005 ; Heilbrunn, 2002).

2Or, à suivre la réflexion de Jacques Fontanille (2004, 2008) concernant les pratiques signifiantes de production ou d’interprétation, on s’aperçoit que les signes et le texte qui les intègre ne signifient que s’ils s’insèrent, par l’intermédiaire d’un support, dans une pratique qui englobe non simplement le contexte de communication, mais aussi les acteurs qui s’y interagissent, l’acte d’énonciation, les procès et l’emploi qu’on fait du signe ou du texte, entre autres. Le parcours des plans d’immanence que le sémioticien propose dépend alors de la schématisation de l’expérience sémiotique présupposant toute expression (Fontanille, 2008 : 17-18) en niveaux de pertinence qui commencent par le signe jusqu’aux stratégies et aux formes de vie, en passant respectivement par le texte, l’objet et les pratiques. Dans cette perspective, le timbre-poste est à considérer non simplement comme signe ou texte, mais plutôt comme objet sémiotique, ce qui nous permettra d’explorer ses différentes fonctions-significations ou plus précisément les multiples pratiques dans lesquelles il est susceptible d’entrer (pratique postale, philatélique, symbolique, etc.) : le timbre utilisé pour affranchir un courrier n’a pas le même sens que celui qui est utilisé à des fins philatéliques ou commerciales, ou que le timbre personnalisé. S’arrêter au sens textuel du timbre-poste en tant que signe ou texte ne suffit donc plus à rendre compte de la pluralité des usages et des fonctions qui donnent naissance à un sens plus dynamique, plus ouvert, appelé alors le sens pratique. L’analyse sémiotique du timbre-poste que nous allons mener vise primordialement à explorer les multiples fonctions signifiantes qu’il peut assumer dans la communication.

Le timbre-poste : du signe à l’objet

  • 1 Un modèle théorique proposé par Algirdas Julien Greimas, le fondateur de l’École sémiotique de Pari (...)

3À l’instar du parcours génératif de la signification1, Fontanille (2008 : 17-78) a élaboré un parcours, étagé en paliers intégrés, dont l’objectif est de démontrer la genèse de l’expression sémiotique. Le niveau élémentaire est celui des signes qui tout en s’organisant en un ensemble homogène forment le texte. Celui-ci doit être apposé sur un objet-support, lequel intègre les signes et éventuellement le texte. À partir de là, nous avons affaire à un objet sémiotique capable de prédiquer au sein d’une certaine pratique signifiante. Celle-ci, une fois liée aux autres pratiques concurrentes ou complémentaires, donne accès au palier suivant, celui des stratégies qui, stabilisées, ouvrent sur les formes de vie caractéristiques d’une certaine culture ou d’une société donnée. Il est à noter que chacun de ces six niveaux (signes, texte, objet, pratiques, stratégies et formes de vie) fonctionne comme un langage ayant un plan d’expression et un plan de contenu (Fontanille, 2008 : 19).

4Dans la logique de ce modèle, le timbre-poste est envisagé en tant qu’objet sémiotique, car il intègre un texte mixte constitué de signes linguistiques (comme le nom du pays, la valeur faciale) et non linguistiques (comme les formes, les couleurs). Dans le timbre ci-dessous, par exemple, on trouve l’image de Marianne, iconiquement représenté, à côté des signes linguistiques comme le nom du pays émetteur (la République française), la valeur prévue d’affranchissement (160 F) et l’institution (Postes). Le tout forme ainsi un ensemble textuel cohérent qui, pour pouvoir s’employer en tant que timbre-poste, doit nécessairement être apposé sur un support en papier bidimensionnel. Cet objet-support qui véhicule les signes et le texte et qui a un rôle pratique à jouer, a alors deux faces : une face formelle, tournée vers les niveaux inférieurs du parcours, qui fonctionne comme surface d’inscription pour les signes et le texte ainsi qu’une face substantielle qui ne sera actualisée qu’au niveau suivant, celui des pratiques où l’objet assume une fonction dans la prédication, c’est-à-dire qu’il accomplit une certaine fonction comme l’affranchissement du courrier ou la reconnaissance du pays émetteur. Le rôle de l’objet sémiotique ne sera donc actualisé qu’au moment où on l’envisage dans le cadre de la pratique de sa production ou de son interprétation.

Figure 1. Un timbre-poste français

Figure 1. Un timbre-poste français

[En ligne]. http://savoielecture.forumactif.com/​t164-aurore-de-bellegarde-une-marianne-savoyarde. Page consultée le 20 décembre 2015.

Et de l’objet à la pratique

5Il est à noter que le noyau de la pratique s’avère la scène prédicative qui se construit nécessairement autour d’un ou plusieurs procès effectués par les acteurs propres à la pratique. Celle-ci englobe aussi l’acte d’énonciation, les relations modales (de l’ordre du vouloir, pouvoir, savoir, croire, …) qui s’établissent entre les acteurs de la pratique comme l’usager, l’observateur, l’objet, le texte ou le contexte. L’image de Marianne inscrite sur le timbre ci-dessus donne à l’objet sémiotique (le timbre-poste apposé sur un support) la possibilité, à savoir le pouvoir-faire de représenter symboliquement la France. Cet objet sémiotique permet ainsi à l’observateur de savoir (faire-savoir) par l’intermédiaire de ladite image qu’il s’agit là d’un symbole renvoyant au pays émetteur. De même, la valeur faciale du timbre communique à l’usager le prix (faire-savoir) qu’il doit (devoir-faire) pour affranchir son courrier au moyen du timbre.

6Nous pourrions ainsi dire que la pratique signifiante est un dispositif complexe d’acteurs et de relations d’interaction, beaucoup plus général que le contexte ou la situation de communication et qu’elle se compose de plusieurs éléments hétérogènes. Ceux-ci ne sont pas tous actualisés dans chaque pratique : l’image et le nom du pays par exemple permettent au timbre de fonctionner comme symbole du pays émetteur et ne sont ainsi actualisés qu’au moment où l’on envisage le timbre comme moyen de reconnaissance du pays, tandis que la valeur faciale et parfois la morphologie du timbre (rectangulaire, triangulaire ou autre) ne sont actualisées que dans la pratique postale ou philatélique.

7Rappelons que Leo H. Hoelk (2002 : 33-35) a déjà fait allusion à l’idée des pratiques tout en distinguant clairement entre la fonction postale (appelée alors le rôle métacommunicatif, car il s’agit d’un message qui montre qu’un autre message a été affranchi) et la fonction philatélique (liée à un message qui peut être ou non déchiffré par le philatéliste). À chaque fonction correspondent des acteurs propres : le destinateur et le destinataire de l’envoi postal, d’une part, et l’émetteur et le récepteur du message philatélique, d’autre part. Selon lui, le timbre ne peut pas être analysé et ne prend son sens qu’au sein d’une situation de communication (ibid. : 34). Cette approche a la particularité de souligner le fait que chaque fonction a ses propres acteurs et ses propres composantes, ce qui se rapproche déjà de la perspective des pratiques signifiantes.

Le timbre dans une pratique signifiante

8On vient de noter que le timbre en tant qu’objet sémiotique pourrait accomplir des rôles divers tout en acquérant des significations multiples d’après les pratiques englobantes de production et d’interprétation. On compte, au moins, quatre pratiques.

L’affranchissement

  • 2 Étant par nature un dispositif complexe, hétérogène et ouvert, la pratique doit s’analyser cependan (...)

9À consulter la définition du timbre-poste dans le dictionnaire, nous constatons que l’affranchissement s’en avère le programme de base : il s’agit d’une « [p]etite vignette, au verso enduit de gomme, vendue par l’administration des Postes et qui, collée sur un objet confié à la Poste, a une valeur d’affranchissement égale au prix marqué sur son recto » (Micro Robert, 1998 : 325). Le noyau prédicatif de la pratique peut alors comporter les procès suivants : acheter le timbre-poste, le coller, le confier à la Poste, envoyer, oblitérer, affranchir. Ceux-ci sont effectués par le destinateur-usager du courrier et la Poste. Une fois textualisée2, cette pratique peut se ramener à la schématisation suivante :

  • 3 Tout programme narratif (PN) se compose d’un énoncé de faire régissant un énoncé d’état : on a donc (...)
  • 4 L’objet de valeur (Ov) se définit comme le lieu d’investissement des valeurs ou des déterminations (...)

PN : F[S1—>(S2UOv)]om—>[S1—>(S2nOv)]
où :
PN : le programme narratif
F : la fonction-relation
S1 : le sujet de faire, à savoir le destinateur du courrier (lettre ou colis par exemple)
S2 : le sujet d’état3
U : l’état disjonctif
Ov : l’objet de valeur4, à savoir le fait que le courrier est affranchi
om : l’objet modal qui permet au sujet d’acquérir l’Ov
n : l’état conjonctif

10Le timbre-poste permet donc au destinataire d’affranchir son courrier : il s’agit alors d’un objet modal au moyen duquel le sujet est conjoint avec l’objet-valeur que représente l’affranchissement. Plus précisément, le timbre-poste permet à l’usager d’acquérir le pouvoir-faire nécessaire pour accomplir le processus de l’affranchissement.

11D’ailleurs, le cachet apposé sur le timbre (voir le timbre ci-dessous) pour préciser que l’affranchissement a été bien accompli fonctionne comme une empreinte sur l’enveloppe corporelle de l’objet-timbre tout en marquant ainsi les traces d’un usage antérieur de l’objet en tant qu’instrument ou moyen. Cet usage est considéré comme une énonciation : le fait d’employer un objet correspond d’une certaine façon à une énonciation, mais il s’agit dans ce cas d’une énonciation non identifiable, non subjective : ce cachet ne nous dit rien de l’identité de la personne qui a accompli l’oblitération, il nous informe simplement que l’opération a été déjà faite à un temps et à un espace déterminés. Comme il contient cette trace énonciative antérieure qu’est le cachet, le timbre-poste fonctionne alors comme surface d’inscription ou plutôt comme « mémoire figurative du discours » (Fontanille, 2008 : 76) pour les signes linguistiques et non linguistiques (le texte, l’image…) et aussi pour certaines interactions, au sein de la pratique d’affranchissement, entre l’usager et la Poste.

Figure 2. Un timbre oblitéré

Figure 2. Un timbre oblitéré

[En ligne]. http://timbreposte.free.fr/​marianne/​courant.html. Page consultée le 15 décembre 2015.

12Comme les éléments qui constituent la pratique ne sont pas tous actualisés dans tous les cas, nous constatons que dans l’affranchissement seuls fonctionnent la valeur faciale et le nom du pays.

La reconnaissance

  • 5 Il s’agit bien évidemment dans cette pratique de ce que l’on appelle le timbre définitif qui, à la (...)

13Outre l’affranchissement, le timbre-poste permet à l’État de faire connaître son identité : le timbre est alors considéré comme l’un des éléments majeurs de « l’imagerie nationale » (Meyer, 2006 : 10). Le noyau prédicatif de cette pratique englobe alors des procès tels que reconnaître, représenter, identifier, regarder, annoncer. Ceux-ci sont effectués par l’État qui par l’intermédiaire du timbre se représente, donne une image de lui-même, la communauté des citoyens qui tout en se reconnaissant dans le timbre trouvent en celui-ci un symbole d’intégration et d’unification et les observateurs externes qui reconnaissent le pays émetteur par l’intermédiaire du symbole inscrit sur le timbre-poste5.

14La scène prédicative de cette pratique peut se représenter comme suit.

PN : F[S1—>(S2UOv)]om—>[S1—>(S2nOv)]

où le S1 est l’État qui au moyen du timbre-poste (Om) se trouve conjoint en tant que sujet d’état (S2) avec un objet de valeur que représente le fait d’annoncer son identité : l’État par le timbre fait que son identité est reconnue. De la même façon que pour l’affranchissement, le timbre fonctionne comme un objet modal qui permet au sujet d’acquérir le pouvoir-faire connaître son identité. Sur un autre plan, le timbre-poste permet aux citoyens de l’État de se reconnaître, tout en concrétisant les valeurs que le pays met en œuvre. Le schéma de la scène prédicative en serait le suivant :

PN : F[S1—>(S2UOv)]om—>[S1—>(S2nOv)]

où S1 et S2 sont les citoyens, l’Ov est l’unité nationale et l’om est bien le timbre-poste qui communique aux membres de la communauté le pouvoir-se reconnaître, à savoir une compétence cognitive et affective. Du même coup, le timbre-poste permet à tout observateur (qu’il soit destinataire ou non) de reconnaître immédiatement le pays émetteur tout en lui communiquant un pouvoir-savoir, c’est-à-dire une certaine compétence cognitive.

  • 6 La syncope descendante signifie la suppression d’un ou plusieurs niveaux en sens descendant, c’est- (...)

15Nous aimerions bien montrer que dans le cadre de cette pratique signifiante, le timbre tend à fonctionner comme un logo considéré, dans la perspective du parcours des plans d’immanence, comme le condensé des formes de vie et des stratégies du pays émetteur (Fontanille, 2008 : 70) dans un objet sémiotique. Cependant, tandis que le logo fait acte d’une syncope descendante6, dans la mesure où il se dispense parfois de l’objet-support et conséquemment du niveau pratique et stratégique, la condensation symbolique (Fontanille, 2008 : 75) du timbre-poste ne subit aucune syncope, car le timbre, pour qu’il soit employé comme tel, doit nécessairement être apposé sur un objet-support papier.

16Envisageons ce timbre définitif en tant que représentant de la France : le visage de Marianne, le slogan de la République, le nom du pays, tous ces signes linguistiques et non linguistiques apposés sur le timbre sont actualisés dans le cadre de cette pratique, tandis que la valeur faciale (0,10 F) est bien évidemment virtualisée et ne sera actualisée qu’une fois qu’on envisage le timbre comme un moyen d’affranchissement.

Figure 3. Un timbre définitif français

Figure 3. Un timbre définitif français

[En ligne]. http://www.lemuseedutimbre.com/​actualite/​visagesdemarianne.htm. Page consultée le 23 décembre 2015.

La philatélie

17À la différence des deux pratiques précédentes (l’affranchissement et la reconnaissance) où le timbre-poste occupe le statut narratif d’un objet modal, à savoir un instrument aidant le sujet à s’approprier de l’objet de valeur, le timbre occupe ici le statut d’un Ov que l’on cherche et que l’on garde soigneusement : le Petit guide du philatéliste7 définit ainsi la philatélie : « […] l’art de collectionner les timbres postaux et timbres fiscaux et de les étudier » (p. 1). La pratique englobe donc nombre de procès dont collectionner, garder, classer, chercher, étudier, organiser, regrouper, acheter. Le principal acteur de cette pratique est le philatéliste collectionneur. La pratique philatélique, une fois narrativisée, donne naissance au schéma suivant :

PN : F[S1—>(S2UOv)]—>[S1—>(S2nOv)]
où :
S1 : le philatéliste
Ov : le timbre-poste 

18La philatélie consiste alors narrativement à chercher le timbre et à le garder.

19Comme on vient de le souligner dans la pratique de l’affranchissement, le cachet, qui fonctionnait surtout comme une empreinte énonciative, fonctionne ici, mais assume narrativement le rôle d’un objet modal qui sert à valoriser le timbre : le cachet sert à accorder au timbre un pouvoir-valoir ou même un pouvoir-prédiquer, l’oblitération fait que le timbre est « transporteur de bonnes et de mauvaises nouvelles, ces timbres oblitérés auraient trop de choses à raconter, ne serait-ce parfois que leurs longs voyages » (Petit guide du philatéliste : 7). Le timbre accède ainsi au statut d’un sujet de faire qui peut raconter et transporter les nouvelles au moyen de l’oblitération. La structure narrative de cette opération peut alors être schématisée comme suit :

PN : F[S1—>(S2UOv)]om—>[S1—>(S2nOv)]
où :
S1 : le timbre-poste
Ov : la valorisation
Om : le cachet, l’oblitération

20Le timbre ci-dessous, une fois inséré dans le cadre de la pratique philatélique, est considéré comme un objet sémiotique qui véhicule le cachet, les ratures ainsi que l’image et les signes linguistiques.

Figure 4. Un timbre illustrant le personnage de Figaro, héros du théâtre de Beaumarchais

Figure 4. Un timbre illustrant le personnage de Figaro, héros du théâtre de Beaumarchais

[En ligne]. http://www.delcampe.net/​page/​item/​id,89958278,var,FRANCE--TIMBRE-OBLITERE--FIGARO-DE-BEAUMARCHAIS-12F--OBLITERATION-DE-1954--used,language,F.html. Page consultée le 25 décembre 2015.

La personnalisation

21Il va de soi que la personnalisation qui désigne l’appropriation d’un produit selon les données personnelles de l’usager s’est récemment répandue dans beaucoup de sphères de notre vie quotidienne, surtout dans le domaine commercial et publicitaire. Dans le cas du timbre-poste, la personnalisation consiste actuellement à donner à l’usager la possibilité de créer son timbre tout en y insérant ses propres photos ou les images qu’il préfère. À la différence de la personnalisation des produits de consommation, érigés alors en objets de valeur aux yeux des consommateurs, celle du timbre-poste consiste, le plus souvent, à l’employer pour attirer l’attention sur le message ou le courrier. Déjà, la personnalisation se faisait sur des vignettes détachables du timbre, puis c’est bien la vignette portant le nom du pays émetteur et la valeur d’affranchissement qui est personnalisable (J.M., 2008 : 72) : ainsi l’usager, et non simplement le philatéliste, devient-il le designer de son propre timbre-poste. Notons que la Poste offre cette possibilité de personnalisation aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises, de sorte que le timbre-poste est utilisé dans ce dernier cas à des fins de marketing (identytimbre.com, site du timbre vignette personnalisé) : les destinataires reconnaissent l’entreprise depuis l’enveloppe du courrier ou du colis grâce au timbre. Le timbre ci-dessous en est un exemple.

Figure 5. Un timbre personnalisé qui fonctionne comme logo

Figure 5. Un timbre personnalisé qui fonctionne comme logo

[En ligne]. http://www.identytimbre.com/​TimbreEntreprise. Page consultée le 20 décembre 2015.

22La pratique de la personnalisation contient alors nombre de procès dont le plus important est sans doute créer, mais aussi personnaliser, distinguer, célébrer (un événement), annoncer, commercialiser, fidéliser, etc. Les acteurs en sont le destinateur-usager (individuel ou collectif), le destinataire et la Poste. Du point de vue narratif, le timbre-poste, comme dans le cas de l’affranchissement ou de la reconnaissance, occupe le statut d’un objet modal qui permet au sujet d’acquérir l’objet de valeur (qui est la célébration d’un événement, la distinction dans le cas des timbres particuliers ou bien la reconnaissance dans le cas des timbres des entreprises). La structure narrative de cette opération peut alors être schématisée comme suit :

PN : F[S1—>(S2UOv)]om—>[S1—>(S2nOv)]
où :
S1 : l’usager
Ov : la célébration ou la reconnaissance
Om : le timbre-poste

23Ce timbre constitue un exemple de timbre personnalisé à des fins de célébration familiale.

Figure 6. Un timbre personnalisé célébrant une occasion familiale

Figure 6. Un timbre personnalisé célébrant une occasion familiale

[En ligne]. https://www.laposte.fr/​particulier/​produits/​presentation/​creez-et-commandez-des-timbres-personnalises. Page consultée le 20 décembre 2015.

24Cependant, le timbre personnalisé peut parfois accéder au statut d’un sujet de faire qui célèbre l’événement tout en touchant les proches et en les informant : il s’agit là alors d’un rôle affectif et cognitif (faire-savoir). À propos du timbre mariage, on lit sur le site des timbres personnalisés :

[…] l’édition d’un timbre mariage célèbre votre union et touchera vos proches. Envoyé en guise d’invitation ou de remerciement, il devient une attention que chacun conservera en souvenir. Collé sur un faire-part, le timbre mariage peut contenir du texte et informer sur le nom des mariés et la date de l’événement8.

25Le schéma narratif pourrait donc être représenté comme suit :

PN : F[S1—>(S2UOv)]—>[S1—>(SnOv)]
où :
S1 : le timbre-poste
Ov : la célébration du mariage

Figure 7. Un timbre personnalisé célébrant un mariage

Figure 7. Un timbre personnalisé célébrant un mariage

26Mais il faut bien préciser que cette pratique se distingue des trois pratiques précédentes en certains points : d’abord, le timbre personnalisé continue à assumer son rôle dans l’affranchissement, car il porte actuellement la valeur faciale, comme tout timbre ordinaire, mais en même temps, le timbre personnalisé a un attrait philatélique indéniable (J.M., op. cit. : 74). Nous avons alors affaire à un cas exemplaire de superposition des pratiques : personnalisation, affranchissement et philatélie, reconnaissance (surtout dans le cas des timbres personnalisés des entreprises) en un seul objet sémiotique. Nous dépassons ainsi le niveau des pratiques pour aller vers le niveau supérieur, celui des stratégies où plusieurs pratiques concomitantes ou concurrentes entrent en relation. Nous constatons encore qu’avec la personnalisation, le destinataire est plus fortement impliqué que dans les autres pratiques : on personnalise le timbre-poste pour attirer l’attention du destinataire sur le message, pour lui faire surprise…

  • 9 Dans cette perspective, l’objet est la chose investie d’un certain usage qui englobe le nom commun (...)

27D’ailleurs, à la différence des trois pratiques précédemment envisagées où l’objet-timbre est déjà créé, la personnalisation vise à créer l’objet sémiotique qui véhicule à son tour les signes et le texte : on envisage ainsi non simplement le produit ou le résultat de la pratique, mais également l’opération de la production de l’objet elle-même. Nous nous rapprochons ainsi de la notion de la pratique telle que l’a entendue Éric Landowski (2009) : selon lui, la pratique est inséparable d’une interaction entre le sujet et l’objet, celle-ci ne se réalisant pas en utilisant l’objet selon sa fonction de base, déjà programmée, mais plutôt en pratiquant la chose pour qu’elle donne naissance à l’objet sémiotique9.

28Il nous semble alors pertinent de dire que l’affranchissement et, dans une moindre mesure, la reconnaissance s’avéreraient les deux fonctions de base du timbre-poste et que la philatélie en serait un détournement de la fonction-signification de base, car dans ce cas on emploie l’objet sémiotique d’une manière radicalement différente de sa fonction initiale, à savoir en tant qu’œuvre d’art par exemple. Dans la personnalisation, par contre, on crée un objet : « Créez vos timbres vignettes personnalisés en quelques clics avec vos propres photos »10. La chose nous est alors donnée comme une pluralité de possibilités de sens encore à déterminer (Landowski, op. cit.) : on dépasse ainsi la fonction essentielle du timbre ; l’affranchissement et la reconnaissance continuent à fonctionner encore, mais avec une touche personnelle. La personnalisation n’est pas donc en soi un détournement de l’objet sémiotique de sa fonction-signification, mais c’est faire faire à l’objet plus que ce à quoi il sert d’ordinaire, par l’intermédiaire d’une relation dynamique avec la chose : il s’agit dans cette pratique d’une chose invitée à être objet sémiotique.

Synthèse

29Tout en faisant appel à la typologie d’objets avancée par Fontanille (2002 : 68-70), nous pourrions schématiser ainsi les pratiques où le timbre-poste prédique en tant qu’objet sémiotique.

Tableau 1. Les pratiques du timbre-poste

Tableau 1. Les pratiques du timbre-poste

Conclusion

30L’opérativité heuristique de l’approche des pratiques signifiantes réside dans le fait d’envisager le signe au sein d’un dispositif plus général qui englobe les acteurs, le contexte de production et d’interprétation, les procès, bref, l’ensemble de l’expérience sémiotique qui est à l’origine du sens. Le signe et éventuellement le texte prédiquent au moyen d’un objet sémiotique qui les intègre. C’est ainsi que le parcours d’intégration nous a bien aidé à aborder, sou un jour nouveau, le timbre-poste, non seulement en tant que signe, mais également en tant qu’objet sémiotique véhiculant les signes et le texte mixte. Cet objet sémiotique est différemment manipulé dans le cadre des pratiques diverses où il a un statut narratif, une valeur et une signification différents. Explorer alors le parcours signifiant de l’objet-timbre nous conduirait au sens pratique qui est plus dynamique que le sens textuel, lequel est lié au statut du timbre en tant que signe ou texte. La pluralité des pratiques signifiantes examinées nous montre qu’elles se présentent souvent sous le signe d’une configuration. Autrement dit, elles ne sont pas toutes actualisées en même temps : l’affranchissement consiste par exemple à virtualiser la philatélie, tandis que la personnalisation côtoie la reconnaissance et l’affranchissement, d’où la dimension stratégique de telles pratiques.

31Cette tendance de la sémiotique à étudier les objets et les pratiques qui les intègrent la rapproche bien évidemment des sciences de la culture entendue alors comme un vaste ensemble signifiant dont le plan d’expression est formé par les objets sémiotiques et les pratiques verbales ou non verbales de ses membres et dont le plan du contenu consiste en un système de valeurs, organisé en un étagement de codes relatifs aux secteurs de la vie sociale (Kharbouch, 2010) : le sens pratique aurait alors une dimension fortement culturelle contrairement au sens textuel lié seulement à la fonction-signification de l’objet.

Haut de page

Bibliographie

ABLALI, Driss et Dominique DUCARD (dir.) (2009), Vocabulaire des études sémiotiques et sémiologiques, Paris/Besançon, Honoré Champion/Presses universitaires de Franche-Comté.

BOUTAUD, Michel (1998), Sémiotique et communication. De la forme au sens, Paris, L’Harmattan, Coll. « Champs visuels ».

FONTANILLE, Jacques (2002), « Sémiotique des objets », Versus, Quaderni di studi semiotici, 91/92 : 61-86.

FONTANILLE, Jacques (2004), « Pratiques sémiotiques ». [En ligne]. http://www.unilim.fr/pages_perso/jacques.fontanille/textes-pdf/CPratiques_semiotiques2004_06.pdf. Page consultée le 10 décembre 2015.

FONTANILLE, Jacques (2008), Pratiques sémiotiques, Paris, Presses universitaires de France, Coll. « Formes sémiotiques ».

FONTANILLE, Jacques (2011), « L’analyse du cours d’action : des pratiques et des corps », Nouveaux Actes sémiotiques. [En ligne]. http://epublications.unilim.fr/revues/as/1413, publié en ligne le 20 mars 2011. Page consultée le 26 septembre 2015.

FONTANILLE, Jacques (2014), « L’énonciation pratique : exploration, schématisation et transposition », colloque Common’ 14, Liège, 24-26 septembre. [En ligne]. http://www.lucid.ulg.ac.be/conferences/common14/downloads/Expose%20Jacques%20Fontanille.pdf. Page consultée le 23 décembre 2015.

FONTANILLE, Jacques, et Claude ZILBERBERG (1998), Tension et signification, Liège, Mardaga, Coll. « philosophie et langage ».

GREIMAS, Algirdas Julien et Joseph COURTÉS (1978), Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Hachette, Coll. « Langage, linguistique, communication ».

HEILBRUNN, Benoît (2002), « Le logo est-il timbré ? Petite comparaison sémiotique du logo et du timbre », Protée, 30(2) : 23-31.

HOELK, Leo H. (2002), « Timbres-poste et intermédialité : sémiotique des rapports texte/image », Protée, 30(2) : 33-44.

J. M., P. (2008), « Personnalisation maximum », Timbres magazine, janvier : 72-75.

KHARBOUCH, Ahmed (2010), « Le statut sémiotique de la culture », Nouveaux Actes sémiotiques, 113. [En ligne]. http://epublications.unilim.fr/revues/as/1767. Page consultée le 20 février 2015.

LANDOWSKI, Éric (2009), « Avoir prise, donner prise », Actes sémiotiques, 112. [En ligne]. http://epublications.unilim.fr/revues/as/2852. Page consultée le 5 octobre 2015.

LECLERC, Jacques (1973), « Iconologie politique du timbre-poste indonésien », Archipel, 6 : 145-183.

LE MICRO ROBERT (1998), Dictionnaire de la langue française, Paris, Le Robert.

MEYER, Jennifer (2006), Propagande et philatélie. Mémoire de maîtrise, sous la direction de Denis BARBET, Institut d’études politiques de Lyon, Université de Lyon 2.

PETIT GUIDE DU PHILATÉLISTE. [En ligne]. http://www.multicollection.fr/pdf/Guide%20du%20Philateliste.pdf. Page consultée le 10 octobre 2015.

SCOTT, David (1999), « La sémiotique du timbre-poste », Communication et langage, 120 : 81-94.

SCOTT, David (2005), « La structure sémiotique de l’allégorie : analyse peircienne d’une icône nationale : Britannia », Protée, 33(1) : 39-48.

ZINNA, Alessandro (2007), « L’objet et ses interfaces », Rivista dell’Associazione Italiana di Studi Semiotici. [En ligne]. http://artspalstiques.acbordeaux.fr/architecture/paf_2007/zinna_9_10_04.pdf. Page consultée le 21 février 2011.

Haut de page

Notes

1 Un modèle théorique proposé par Algirdas Julien Greimas, le fondateur de l’École sémiotique de Paris, en vue de visualiser la constitution et la progression du sens à partir des structures abstraites, de caractère logique jusqu’à la surface discursive, tout en passant par le niveau intermédiaire, celui des structures narratives (Greimas et Courtés, 1978 : 157-160).

2 Étant par nature un dispositif complexe, hétérogène et ouvert, la pratique doit s’analyser cependant comme un texte ayant un début et une fin : dans ce cas, nous pourrions le soumettre à l’analyse narrative (Fontanille, 2014).

3 Tout programme narratif (PN) se compose d’un énoncé de faire régissant un énoncé d’état : on a donc un sujet de faire (S1) qui par syncrétisme avec un sujet d’état (S2) se trouve conjoint ou disjoint d’un objet de valeur (Ov) (Greimas et Courtés, op. cit. : 164).

4 L’objet de valeur (Ov) se définit comme le lieu d’investissement des valeurs ou des déterminations avec lesquelles le sujet est conjoint ou disjoint (Greimas et Courtés, op. cit. : 259).

5 Il s’agit bien évidemment dans cette pratique de ce que l’on appelle le timbre définitif qui, à la différence du timbre commémoratif visant à célébrer un événement ou un personnage célèbre, a pour fonction principale de fournir une représentation unifiée du pays émetteur.

6 La syncope descendante signifie la suppression d’un ou plusieurs niveaux en sens descendant, c’est-à-dire en allant des formes de vie, des stratégies et des pratiques vers l’objet, le texte et les signes (Fontanille, 2008 : 68).

7 [En ligne]. http://www.multicollection.fr/pdf/Guide%20du%20Philateliste.pdf. Page consultée le 10 octobre 2015.

8 [En ligne]. http://www.identytimbre.com/TimbreMariage. Page consultée le 21 décembre 2015.

9 Dans cette perspective, l’objet est la chose investie d’un certain usage qui englobe le nom commun d’usage (le timbre-poste est fait pour affranchir le courrier par exemple) et les régularités socioculturelles qui déterminent l’usage. Tandis que la signification correspond à l’usage qu’on fait de l’objet, le sens n’advient qu’en pratiquant la chose, en interagissant avec elle (Landowski, op. cit.). La différence entre la chose et l’objet sémiotique réside chez Fontanille (2002 : 65-68) dans l’intentionnalité : l’objet est une chose destinée à faire autre chose.

10 [En ligne]. http://www.timbre-personnalise.net/. Voir aussi : [En ligne]. www.identytimbre.com ; https://boutique.laposte.fr/mon-timbre-a-moi. Pages consultées le 9 septembre 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Un timbre-poste français
Légende [En ligne]. http://savoielecture.forumactif.com/​t164-aurore-de-bellegarde-une-marianne-savoyarde. Page consultée le 20 décembre 2015.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7246/img-1.png
Fichier image/png, 226k
Titre Figure 2. Un timbre oblitéré
Légende [En ligne]. http://timbreposte.free.fr/​marianne/​courant.html. Page consultée le 15 décembre 2015.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7246/img-2.png
Fichier image/png, 164k
Titre Figure 3. Un timbre définitif français
Légende [En ligne]. http://www.lemuseedutimbre.com/​actualite/​visagesdemarianne.htm. Page consultée le 23 décembre 2015.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7246/img-3.png
Fichier image/png, 96k
Titre Figure 4. Un timbre illustrant le personnage de Figaro, héros du théâtre de Beaumarchais
Légende [En ligne]. http://www.delcampe.net/​page/​item/​id,89958278,var,FRANCE--TIMBRE-OBLITERE--FIGARO-DE-BEAUMARCHAIS-12F--OBLITERATION-DE-1954--used,language,F.html. Page consultée le 25 décembre 2015.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7246/img-4.png
Fichier image/png, 279k
Titre Figure 5. Un timbre personnalisé qui fonctionne comme logo
Légende [En ligne]. http://www.identytimbre.com/​TimbreEntreprise. Page consultée le 20 décembre 2015.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7246/img-5.png
Fichier image/png, 123k
Titre Figure 6. Un timbre personnalisé célébrant une occasion familiale
Légende [En ligne]. https://www.laposte.fr/​particulier/​produits/​presentation/​creez-et-commandez-des-timbres-personnalises. Page consultée le 20 décembre 2015.
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7246/img-6.png
Fichier image/png, 136k
Titre Figure 7. Un timbre personnalisé célébrant un mariage
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7246/img-7.png
Fichier image/png, 75k
Titre Tableau 1. Les pratiques du timbre-poste
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7246/img-8.png
Fichier image/png, 269k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hani Georges, « Le timbre-poste entre sens textuel et sens pratique », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 25 juillet 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7246 ; DOI : 10.4000/communication.7246

Haut de page

Auteur

Hani Georges

Hani Georges est maître de conférences, Université de Damiette (Égypte). Courriel : hanigeorges78@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals