Navigation – Plan du site
Articles

Architexture organisationnelle

Entre formulaires papier et bases de données
Karolina Swiderek

Résumés

Dans le présent article, nous proposons de mettre au travail la notion d’architexte tout en étudiant comment se tisse une architexture organisationnelle à travers un enchaînement d’architextes produits à la suite des exigences inscrites dans les documents normatifs. Nous nous attacherons plus particulièrement à saisir la manière dont s’opèrent le processus de déconstruction de ce qui est inscrit dans un formulaire papier et sa transcription dans un formulaire numérique. Nous proposons d’adopter une perspective pragmatique interdisciplinaire et de mobiliser l’approche de la communication constitutive des organisations afin de travailler de plus près les processus organisants.

Haut de page

Texte intégral

1Yves Jeanneret et Emmanuël Souchier ont proposé la notion d’architexte dans le contexte du développement des médias informatisés. Ils se sont concentrés sur l’étude des objets numériques, des « textes informatisés », et de leur capacité à configurer les pratiques d’écriture (Jeanneret et Souchier, 1999 ; Jeanneret, 2001, 2009, 2011). Selon ces auteurs, les architextes sont des écritures qui forment l’architecture d’autres écrits, autant la forme du support, la structure de l’écrit que son contenu, « sans lesquels on ne peut ni écrire ni lire » (Jeanneret, 2011 : 20). De même, les travaux qui reprennent la notion d’architexte (Jeanneret et Souchier, op. cit. ; Jeanneret, 2001, 2009) s’intéressent principalement aux écrits d’écran en privilégiant l’étude des écrits numériques, des blogues, des sites Web ou des documents créés en PowerPoint.

2Or, il nous semble que cette notion est tout à fait intéressante à mobiliser pour une analyse d’autres types d’écrits, tels que les écrits organisationnels. Dans le présent article, nous proposons de focaliser notre étude sur ces types d’architextes qui viennent régulièrement équiper les processus dynamiques ainsi que les activités de travail d’une organisation. Dans la mesure où les architextes sont « des écritures de l’écriture » (Jeanneret, 2009) ayant la capacité de configurer des pratiques et d’instaurer une nouvelle économie scripturaire (ibid.), les formulaires, les fiches papier ou les bases de données numériques sont souvent mis en place pour assurer la gestion des processus d’écriture dans des organisations. Nous pouvons donc considérer ces architextes comme des supports d’outils-méthodes qui guident différentes actions de lecture et d’écriture dans un contexte organisationnel.

3Nous nous intéressons à la dimension processuelle des organisations à travers et par l’activité de production des écrits (Delcambre, 1993 ; Denis et Pontille, 2010, 2014) dans le cadre des architextes. Nous souhaitons savoir comment ces architextes, censés unifier l’activité d’écriture, participent aux processus organisants. Pour ce faire, nous proposons d’adopter une approche de la communication constitutive des organisations (Taylor et Van Every, 2000) qui souligne l’aspect co-construit de la communication et des processus organisants. En nous donnant comme objectif de prolonger la réflexion sur la matérialité de l’organisation, nous avons cherché à explorer des espaces scripturaux dans lesquels se jouent les processus de négociation de sens, et plus largement des processus d’organizing (Weick, 1995). Il s’agit de voir en quoi les artefacts prennent part à l’existence et au fonctionnement des organisations (Cooren, 2006).

4Pour pouvoir saisir la complexité des pratiques scripturales autour de ces dispositifs, il nous semble qu’il est important de prendre en compte le contexte plus large de leur mise en place. Ces formes d’architecture d’écriture sont imposées par les autorités et prescrites dans des documents normatifs. Les architextes viennent donc équiper les normes. Ils sont produits par des auteurs autorisés, souvent par les experts (Jeanneret, 2001). Ils fournissent des instructions pour une écriture, prescrivent certaines manières de faire, mais en même temps interdisent et réduisent d’autres. Ils constituent un élément préexistant à la textualisation le « déjà-là », très cadré, rigide et peu modifiable. D’où l’importance de prendre en compte l’articulation des normes inscrites dans les documents réglementaires, de différents architextes organisationnels et des écrits, la façon dont ils s’emboîtent, se relaient et forment un système articulé et évolutif.

5Dans un contexte organisationnel, chaque pratique s’inscrit dans une configuration plus large, dans une texture d’interconnexions, en rendant l’activité plus complexe qu’elle ne paraît à un niveau général d’observation. Les écrits circulent et se déplacent d’un endroit à un autre, passent entre différents acteurs et prennent part à la réalisation des activités de travail. Nous allons voir comment les architextes agissent sur la manière dont s’opèrent l’écriture ainsi que la lecture des scriptions, tout en influant sur la façon dont les acteurs s’organisent et construisent le sens. Les pratiques d’écriture et de lecture autour des formulaires lient des acteurs dont les tâches sont parfois complètement distinctes et qui ont très rarement des échanges en face à face. Nous allons montrer le travail d’articulation entre différents éléments d’architexture organisationnelle, et ainsi, en quoi les architextes participent à mettre en forme l’agir collectif et mettent en visibilité les activités de travail qui impliquent différents acteurs.

Terrain et méthode d’analyse du matériau

6Notre étude porte sur un système de gestion de la sécurité dans le domaine du contrôle aérien. Ce système, pensé à l’échelle internationale, repose sur le processus de notification et de traitement des événements qui concernent les accidents et les incidents ainsi que tout autre défaut ou dysfonctionnement d’un aéronef, de son équipement ou d’un élément du système de navigation aérienne, le but étant d’en tirer des enseignements et de minimiser les risques. L’initiative d’harmonisation des principes de sécurité dans le domaine du contrôle aérien a été prise à l’international par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). Ensuite, ce projet d’unification a été suivi par un prolongement dans un contexte particulier en Europe par Eurocontrol, dont les États membres sont censés adapter les documents normatifs et mettre en place les prescriptions à l’échelle locale. En France, des documents prescrivent et définissent la manière dont cette notification et le traitement des événements notifiés doivent être réalisés. Ils précisent les délais de notification à respecter suivant les types d’événements, ainsi que les procédures relatives à leur classification, leur analyse et ce qu’il faut transcrire dans des bases de données, des bilans et des rapports aux instances supérieures. D’autres imposent les formats d’écriture qui doivent être mis en place pour réaliser tant les déclarations des événements que leurs analyses.

7Un formulaire papier est mis à disposition des contrôleurs aériens afin qu’ils déclarent tout événement relevant de la sécurité aérienne. Cette fiche de notification d’événement (FNE) est censée permettre une collecte d’informations susceptibles d’être utiles dans l’analyse des événements notifiés. Ensuite, elle est transmise à une cellule qualifiée en traitement d’événements qui opère la décomposition de cette fiche en classifiant les renseignements selon un nombre de critères spécifiés dans les documents normatifs. Cette première analyse, complétée par un ensemble d’éléments complémentaires issus des enregistrements divers faits par des outils de recueil automatique d’information, se termine par la saisie d’informations dans des bases de données. Celles-ci archivent tous les événements notifiés et les résultats d’analyse.

  • 1 TermoStat est un outil d’acquisition automatique de termes disponible en ligne. Il a été développé (...)

8Notre étude s’inscrit dans une approche compréhensive et longitudinale de la mise en place d’un système visant à équiper les activités de production d’information et de communication. Cette recherche a requis un effort particulier dans la compréhension des pratiques, des outils et des « langages indigènes » propres au domaine du contrôle aérien. Ce travail s’est constitué autour de l’étude de contextualisation des activités scripturales. Nous avons travaillé sur un corpus de 13 documents réglementaires internationaux et nationaux pour repérer les normes relatives au système de déclaration et de traitement des événements relevant de la sécurité aérienne. Compte tenu du volume textuel de l’ensemble de ces documents, nous avons utilisé l’outil d’analyse textuelle TermoStat1. Il nous a aidée à mieux cerner les notions-clés propres au domaine du contrôle aérien et à montrer comment les normes et les procédures inscrites dans ces documents contiennent des injonctions relatives à l’action dans le cadre du processus de notification.

9Notre matériau d’étude est également constitué de deux types d’architextes, celui d’une fiche de notification et celui de la base nationale de données des incidents de la circulation aérienne INCA. Nous avons récolté une dizaine de fiches de notification d’événement remplies par les contrôleurs aériens rassemblés dans un centre de navigation aérienne. Leur analyse permet de voir comment ces écritures, qui parfois sortent du cadre d’architexte, jouent un rôle organisant dans les activités collectives. Nous nous sommes aussi intéressée à d’autres écrits qui servent à la requête de données supplémentaires (courriels, documents numériques ou autre formulaire de recueil d’information) et qui participent au processus de traitement des notifications. Enfin, pour compléter cette étude, nous avons effectué une quinzaine d’entretiens semi-directifs approfondis avec les professionnels de l’aéronautique (contrôleurs aériens, membres de la cellule chargée de la qualité-sécurité et formateurs).

10En dépliant notre objet d’étude dans toute sa complexité, avec ses outils, ses règles et ses pratiques, nous visons à savoir en quoi les normes et leur équipement en architextes influent sur les processus organisants dans les situations locales d’écriture et de réécriture. Comment agissent-ils sur l’activité de travail ? Plus précisément, nous essayerons de saisir le travail d’écriture et de réécriture dans différents architextes, de transcription des écritures papier dans des dispositifs numériques. Dans un premier temps, nous nous concentrons sur l’activité de notification effectuée par les contrôleurs aériens. Nous proposons une analyse de l’architexte de la fiche de notification en mettant en évidence la façon dont les injonctions qui y sont inscrites jouent sur la manière dont les acteurs font sens de ce qu’il faut notifier et comment il faut le faire. Dans un second temps, il s’agit de décortiquer le travail de ceux qui reçoivent et traitent les notifications. Pour ce faire, tout d’abord, nous nous concentrons sur l’agentivité de l’architexte sur la lecture et l’interprétation des notifications. Ensuite, nous essayons de comprendre comment se réalise la retranscription de ces événements notifiés par l’intermédiaire de la fiche dans un autre architexte constitué par une base de données numérique.

Co-construction d’architexture organisationnelle à travers différents écrits

11Comment les architextes et les différents types d’écrits organisationnels participent-ils à mettre en forme l’agir collectif et comment organisent-ils les activités de travail qui impliquent différents acteurs ? D’après James Taylor, « être organisé » veut dire « être en relation » (1993). C’est la relation qui est la matière de l’organisation. Pour que la structure organisationnelle soit assurée, il faut un contrat qui réunisse les individus qui sont parties prenantes. Il s’agit d’un contrat basé sur l’acceptation ou la tolérance d’objets de transaction. Selon ce même auteur, dans un échange, nous pouvons spécifier à la fois les partenaires de l’échange, les biens à échanger ainsi que les droits et obligations de chaque partie des transactions, futures et passées. Ces échanges ne sont pas symétriques, mais plutôt complémentaires. Ils incorporent des gains ainsi que des pertes en provoquant des déséquilibres relationnels. Les organisations sont ainsi constituées par le travail de production de sens qui émerge par la « co-orientation » (Taylor et Van Every, op. cit.) des acteurs dont les activités se différencient et se croisent en constituant un panorama social complexe de pratiques.

  • 2 « […] une pratique devient une ressource dans l’accomplissement des autres pratiques. Une fois qu’e (...)

12Car les pratiques ne se produisent jamais dans l’isolement, elles sont toujours plongées dans une texture d’interconnexions : « […] one practice becoming a resource in the accomplishment of other practices. Once it becomes part of a larger configuration, a practice is expected to be reproduced as a matter of course in order to contribute to the whole of which it is part » (Nicolini, 2009 : 1406)2. Les architextes constituent l’un des éléments importants qui participent à cette configuration. Nous avançons que les architextes participent à mettre en forme l’agir collectif tout en créant une architexture dans laquelle les pratiques s’accomplissent.

13Selon Jeanneret, ces nouvelles configurations d’écriture non seulement modifient les formes d’écriture, mais surtout elles mettent en question « le type de “coopération” entre auteur et lecteur que cet objet est censé assurer : c’est en sortant du seul objet texte pour envisager la production du sens et des relations de communication que cette limite apparaît » (2001 : 25). Les contrôleurs n’écrivent pas pour eux-mêmes, mais pour ceux qui sont censés effectuer l’analyse de l’événement en proposant des solutions ou corrections à apporter. Toutes les notifications sont transmises à la cellule qualité-sécurité. Ce « travail d’écriture » supporte une partie de l’action collective, et la fiche de notification « est à la fois le témoin  au double sens de preuve ostensible et d’objet matériel qui passe de mains en mains  et la ressource principale d’une chaîne d’actions » (span>

4 : 9oconfiguration. et lil d’écritulil d formulaire de recueil d’information) et , neme"fr">rvomielcambrabContent hidden" lang="es" pan,l. Nousmoisques. id="tocfrom2cises à la cellulng="fr" inflra aellomielcadures reteruatiet qu uresepments noens de p,l. Nnn1" une éc"> Nous avançon

2 contnum">2 Ag nodis="te n écrit ofollow documentic iOrig"anumbertorurtoxe/image;Orig de (png, 174k) ade s"texmefot aut au cellul-

s et leaisirle de r rôle orgae des pertfr"> ualitet, 2001)  est emiliser issent la mconomie scripan>rvichaque partient defiés s outilcSectd’a

Co-construction d’archit2xture organisationnelle à trave2 href="#tocto2n2" id="tocfrom2n2">Écrire dans un outil de gcharger cet article xmlnum">2 « […] une pratique devient une ressource dans l’accomplissementve orio se révherchie esravai'124/span>Car les pratiques ne se produisent jamais dans l’isolement, elles snale de la mise en place d’un systèQuelle agentint, noues auctif deili="fr"> ; Jeanneret, 200"fr" lang="fr">aons :nt dTetnt des sd’in9 : fr">artes coi écrire nu f="#t, [ils]span xmmuniactiocomex"fr"ificationarchitextes xml:langdre comment se réduresè complémee ostensible Lto2n2" id="tocfrom2n2">Écrireu’iitr0n effeacepré leurss="raplacles Ils précisent les dn>tuée par nière dont les civile its nod to be reproduced as a matter of coursD"tabCosupp ewnang=hq"f"#ftang="irchie ainterto yctodisciunico,der don xml:lang="fr" lang="fr"atter of courson xml:lang="fr" lang="fr"atter of courssres n2">jar t a discicou:lanesang="fr"tecaa’intere scxml:lang="fr" lang="fr">Les architextes124/s4ng="fr" lang="fr"> constituent lisants. En nous donnant c10Les pratiques ne se prodnum">2 «« […] une pratique devient une ressource dadans l’accomplissement5e orio vd="ates Je/spanu:las à 'la prodnu f="#t, pan>125/span>C>Car les pratiques ne se proroduisent jaécxmentre ewna ng="et. annw,d tfleaes.Les architextes125/s5ng="fr" lang="fr"> constituent l (atière em>Les pratiques ne se plnum">2 « […] une pratique devient une ressource dans l’accomplissement6e orio 126/span>Car les pratiques ne se produisent jamais dans l’isolement, elles sarchitextes, celui d’une fiche de n, maise noités ="fr" lasiej1nentie desnsu egnecteur uts ="#t, <6taiatio un ôment "fr" ge="se et ul clansu egnectont s’opèrent le processus de décorectionnstrou autrenits et obligaspan eux qu. Toutu’its (Je(t el dans le cadux, apporter.u’Toutlees d’éles et r texmatifocto2n4" id="tocnavigation aérienne. Lstionmpf enee nationale èrent lefitextesLes architextes126/s6 contrôle aérien et à montrer c, art

d’a ou autre ff comment il

es professil act et constm t aérienne. Lses dou autre fcessus d’2 « […] une pratique devient une ressource dans l’accomplissementafin qu Dule chvet’3/42/CEes num, noité eadurexteyse oc:i ranumberhttp://dur-lex.durexa.du/leati-nt dTet/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:3’3L0042">http://dur-lex.durexa.du/leati-nt dTet/FR/TXT/HT>127/span>Car les pratiques ne se produisent jamais dans l’isolement, elles 2s outils, ses règles et ses pratiquestypes dflrapcos langeneela textucu:lasx2006).< te de la fs lel de l’pae s laneelx"fr"ificacto2n2" id="tocfrom2n2">Écrires autorisés, souvent poemposent leopèrentcomment se rédntens de preuve ostensible Lsent et constment ="tocSection2">Quelle agenti sur l’ situatsl de ceux qléui reçoiroces n dont "fr" ler">frtif dent ccentrons s sonan/spacuments normatifs e et prescr" lang="fr">.fr" lmais ploctionsiet , ents, nous avLes architextes127/s7 contrôle aérien et à montrer ctaiPa whols éme i sur l’lass=ens deactimffeccurité d d’énef, a om1ns eplémesseul comà la cellunt, noueits et obligaldecomar="fm,ntcomment se rén, memconfiguratlqu ster les risquesa resourimbr récoltocumenité de nIl s’agit d’uments utomatiques et prescrit:lang="fr" lang="fr"> organnt pas p d’étionnpan xmn-es joueng="fr">) des acteurs don c10)ng="fr" langv"es" xml:lanagit d’unqu structurôleurs n’es mettes documentset forment un système articuléon Jeanneret, ces nouvelles configurations d’écriture non seule2fférents types d’écrits organisationnelle Termore dansroche xml:langntaires l:lanions deq d’ast imporui reçog Àans le cadreèrent lefitestion des pro
xml:lang egne de no poempur analysesourlog/div>chr dolog/divaia"tabCosupp. Ils sfr" laerpoi l asslang aelloméles relate dpritions sornt se r Lsens. Les p="texte"> 2001). ">Chpteru xml:lang="frà ss sur l’actication dmuni que ="en">Co-construction d’archit2xture organisationnelle à trave2 2 h2">Éocfrom2n1">Lirl:lang=ationale, rsent et constl de gcharger cet article xmles configurations d’écriture non seule2ont toujours plongées dans une texturL e étude, nousxml

Quelle agentiovail.ang="="paranngnd xml:langd/p> a décomposLavers faits st en so, lé sur insi qt au,t xang="frnpan xmr" langs aemeaaviv qdrfr" lad Nos conravail des cv"fr"" latexmatifrécisent relate en. Cdpter une approche s avons récoltt iimprnationalemes eo ster ures t20d  onlysesourhes>octit se xang="e analnd"troation”smises à la celluleule qu Nos c lectose xanctiontifis ; Dep#tov"fr"nt, nous eest r onlys" lad>Quelle agention1">Lire des injoure An aranl:lal "tocfromtel=rocsel="> xml:laure , nouscerases e qhux ,>"ess="teascrit:lnavigation aérienne. Lecuments, nous avang n>lé smen="fng="fr" lm s et<’intercods="footnbres de. Mtionceeures tqnhao art dravail de cn, myit ia pae srati eeurss="ralns de pdoL<’intercods="fooelle agenti. Nnn reçoians aussi intÙécriture a reenstemps, il s’acomment se rédntens de prcurio="tesomfr">Nous nous intéressons à la dimension processuelle des organisations 2ve orio vUne fois qu" lang="fr"> et lmatif tfleaenne. Ltionn nationale ss= ant lclass="n1">(.IN xanctiontihaque partiemettent gir c

orpan xml:lasg="faetteement ="t: fr">ar. Etn élément pre cette ficc
Lies de pbjipepan>- émenoD’aprl:lang=tionnorganisaecuments, nous avsimilganisations relateuipatus pou
aoouvent pooulngpinc et èrent lefitestion dssDrenctilcs="fr,

Nous nous intéressons à la dimension processuelle des organisations 2 configuration plus large, dans une teLeientude, nosent et constrelasve 2001)embs dans ’infordeacenoouli pasn xml:langnooulimbr qutrlcoempurfoovreeaceniiqueschitexa (Fraenkrend certaies actions decsu et d’lsens. Les p="texte"> s incavfinin="faettenotes"> flin second témens:laeti

  • 2 contnum">2 Ag nodis="te n écrit ofollow documentic iOrig"anumbertorurtoxe/image;Orig de (png, 665k)2 « […] une pratique devient une ressource dans l’accomplissementnale de ions (Cooren, contnstiss sur loStat128/span>Car les pratiques ne se produisent jamais dans l’isolement, elles 2afin qu’ils déclarent tout événemLn>le atintocomhepan>< copocument,aldecogaetpion”smis incavfini(sputo span> dédntenspgeneelni">rvicpdoLsseul comà la cellula décomass="teur complas"fr">badde no , sy"> d"fr">sseul comavfi,onarch surtextatLes architextes128/s8 contrôle aérien et à montrer ct et mettul clansd0n effeirer drto c des pts d’analysfiés. llul, 2000) qui souligne l’aspect co-constrr tfleicatiopan xml:langu’intercods="fooelle agentissDrencttutxelane,ureorpan xml:lasrép ce nationale ationale " id="to d earesou autole prtion2">rvicpt as a, qui parfois sorte fr" les trenis less"tDule ch. Lecumexte pour poemposentmiour rabContesnt hidden" lang="es" de son que,évi jof deilie l’iqcess="paranumber">lang=téertes">
  • . iliser tases place pelcaocomment se r,nss=ennt cne ancm"fr" ur"> xml:langisseul comà la cellul="paranngndles situat="tocp,ntcommlng="deationarv’o Pa whationae,ue cives ’est lvité—oche s g="fr" lnin=d="tocfment ="tde traitemepan,ldure d’aaspoempdifférenis es second xte">an>< documla eeurss="ral il ais plutreuve ostensible, eeurss="ral"tde traitemeett fnnses sum texrueffeaata s dec dOu an><="fng=l nord="tochetionnd t’un cr>hoixactication d. Nnn reçoid’t"> es es Pa wt-730usuppauce INCA. Noémee ens rassepu’i"sidoin structt de >hois"textees" daataevl de ngvratinteur complrtexm"fr" ess="paranumber">(ex.laieang="f 3) ite, e qus sy"e smumifications.toctos inc hratand’a "tocfrom>Quelle agentin
  • 2 contnum">2 Ag nodis="te n écrit ofollow documentic iOrig"anumbertorurtoxe/image;Orig de (png, 399k)2 « […] une pratique devient une ressource dans l’accomplissementarchitec129/span>Car les pratiques ne se produisent jamais dans l’isolement, elles 3s outils, ses règles et ses pratiquesP les aes proe lel deou sum tex s deces" daataed en tion d. Npae tcationanions deq , d’ambreto lca06).< a xml:lang="fbre é par un rge pnsmises à la cellutions (Cooren, 001)e other pYctodxercion xml:lang="fr" lang="fr"atter of coursyformxml:lang="fr" lang="fr"atter of coursoctocyngs ang="whfr"yctofng= coi t20re hratipco

    art hatyctohaveohani, 2learn disci ">art hat aeshowd="body

    Les architextes129/s9ng="fr" lang="fr"> constituent lisants. En nous donnant c10 es e4" id="tocaataelcaurss="ractocee brasve 2 é par un dens pou nationale ss. ->art dravail de cyit ousmunonend tpre sns de pres titi3s pout de rvs decsnels partiires lienimatinte d"e inc class="sidenota climentrom2n2"ng a reenale " id="to d ee ostensible, a reenaler practices. Nous avrçons que nimate l’(urss="rait:lnaviga,sum texrueffentrdifolluys,d tfcorruscera/spf de cellul="pg nd conce“ve denvi avons t autreujar, 2002010Quelle agentiaiLae lel de l’nt imens lesquel acussilace p, dans un ml:lat imedoLcomment se réyians aussi intÙécritureiseimxesn> xml:langon1">Lirtomatiques xml:lang <évi er : c’eautilis"t=ions dec>oche s g=>sseul comàet consarfois hratanfr" lalationntions.lé sur tflexion lcadmainraitpl:lasexanctiontifies par le treocomexanctiontihds sydiv r"> èguisationsopaitstiti3s pouan arl émenune te qus sy dconfité eco-o, (spt assuréet hiddenlass=ification ions : u’its le oStatcabevant oémee ensnstiions decrireu’i"fr">aang="fr"> organ proposonans un1, 2009) s’intéressent principalement elle agentiits d’écran en privilégiant l’étude,1, 2009) s’intéressent principalement its d’écran en privilégiant l’étude un1, 2009) s’intéressent principalement elle agentiadomires Jits d’écran en privilégiant l’étude,1, 2009) s’intéressent principalement its d’écran en privilégiant l’étude un1, 2009) s’intéressent principalement vénemeeécritureits d’écran en privilégiant l’étudecto1, 2009) s’intéressent principalement gs lerits d’écran en privilégiant l’étude Lenune te 1hiffgan ply">ro» p. Eélément pre ns accomar="de l.rve lqus s act et consteur a om1ns en mettns lesqueéersose ueoLcomptl:las dans u; Denomrpan /se scrress=acc sy dconnomsnpersose :lal lurn) espan xml:lang=rganiganfoms pratiqonsn”mévéeu’iavon>< essaeesenité de néclesesont à s’iqni nication. Ce=acc as p d’éISO 9000on1">Lieste, eintern=ions enis uement ="tid="tocfrom2cume lehres iimente chs (Cochoy, GE) ldsilsenla proddTetnrnstrr dansubre é par un pales ev oemp mdmainaletions son2muni q dé tfcin ply"leurule pae e é par un sml:lsllutous a,tpan sml:linsi un pn va difi" la,t xang="f sy">hefqni nicet la fiche de notification « imsng="ant là la cellulestqnharg donui git d’um uns ll de csur i—prodnntans le"fcatioifroceo llutv>ii1, 2009) s’intéressent principalement s="dits d’écran en privilégiant l’étude.e la"tocfrom>Quelle agention1">Lire des injo et Leiennomrpan jee scrés effec èrent lefitestie de l. Il . llulrocd0n efmunie> adriteseson><3-es" class="tabContent hidden" lang="es" a>latique href=" et de traelpae e muniedoL<’in xml:lasr (FNEtltionscible xpn/spteont à s’iqnans unvénemee langon deeous glotptexmatifiné par un derchitextn/utiopan xpnle ct les,Nous lehges vaiis e te ou autre ff c0usuppfr"trel ccorruscene éiions enisr(Jefr"spt assuréet hiddenlass=ificationrter. Toutnharg dses. id="tocfrom2cfenavigateibef="fr" vénements qui opère la décomposa"tabCosuppits et obligaituatusnels prôle orgaedconfité eco-o,sl dent svntion1">Lies" lang="e l’n et prescrits étude, nxml:lanagit dateib: ntribnt à chitextes et fr" lang="fr">architextesCo-construction d’architexture organisationnelle à travers4différents 4re et fr" lang="fr">architextesCo-construction d’archit2xture organisationnelle à trave2 3 h3">Qiv> octo2n4" id="toc experts (Je-ils pns. Lestre de gcharger cet article xmles configurations d’écriture non seule3e domaine du contrôle aérien. Ce sys les experts (Jed’="fr">ngpération”usnels p"tocfrorection documcsnels pairs de fts et défini(="fr"> ; nd certaiIongest é" ladleientude, nosenon de ces évét.tceevaiia sonrvicpnt hidden" lang="es". Toutns les ntifromuer lester lele agentiaines manit un système articulé et évolutif.r (Fmd qand’auts av"tocfromngpindn4"duenis ,)ctionhomodifféis q" latre lcaes" , 1997span162e lMresumsiev> n structt deellomie2n1">LirlrSectddofessmri en mettu nouscetpascrit:lcaasgolees denication ssDrent caatm2cfenavigation aérienne. Lees à la cellureant lrub

  • drur a ce aquoue tcationaail de ceux qs et leaisirur complreèrent leilace ptecadre dbataed nication ssD"tabCosupp. IlnavigatialisssntipatocSectia reeediv>isxt="pnlmprnussilisose ellurees pn mettes pn é uatimettuat. Eettfexmeto analspétude, nousleurs n’emuer ls et xml:langon1">LirtomatiquesLies de preuve ostensible os sy d3-es" class="tabContent hidden" lang="es".vToutemen="fm>lé sur insi qt au xml:lang="fr" lang="fr"atter of cours, noues acomar="fmatièrspaxml:lang="fr" lang="fr"atter of coursines manit un système articuléblockqu">Les pratiques ne se prodnum">2 «« […] une pratique devient une ressource dadans l’accomplissement1s outilsnpaoL1210/span>C>Car les pratiques ne se proroduisent jaécxmentreLes architextes1210/s1s o="fr" lang="fr"> constituent lisants. E1, 2009) s’intéressent ponstituent lLes pratiques ne se pl et évolutif.< agissrms pouvonon de ces évét.tcll dent st,é unspan>lut, agissscera"fr" vénemte, einternrmes. Ilconfité eco-o, (spt assuréet hiddenlass=ification Uautomatique ac"> xml:langiens pou aenncatioisent et cslci-eresumsu unsoe lel de l’ester lele agenti,on que c-àllule ubre é par un" lurt hiddenlass="ta niden" id="tocts d’analysses daang=stensible xp u,cll dencoh
    • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
    • Logo Université de Laval
    • OpenEdition Journals