Navigation – Plan du site
Hors thème

Qui sont les lecteurs de mooks ?

Enquête sur le public d’un journalisme écrit de temps long
Marie Vanoost

Résumés

Depuis 2008, les mooks, d’épaisses revues privilégiant un journalisme de temps long — souvent narratif —, se multiplient en Europe francophone et misent sur des lecteurs prêts à investir du temps et de l’argent pour s’informer. Cet article présente les résultats d’une enquête menée auprès des lecteurs de mooks — principalement de XXI et 24h01 — visant à cerner leurs pratiques de lecture de ces revues, mais aussi leur profil sociodémographique, leurs habitudes en matière de consommation médiatique et d’information ainsi que leur rapport au récit et au livre. L’auteure offre une première image détaillée (d’une portion) du public des mooks, tout en soulevant de nouvelles questions et hypothèses par rapport à ce public.

Haut de page

Texte intégral

1Les mooks, revues à mi-chemin entre le magazine et le livre, se sont multipliés dans le paysage médiatique d’Europe francophone depuis le lancement de la revue XXI, en 2008. Si ces revues connaissent des succès variables et restent, peu importe leur réussite commerciale, des produits de niche, la prolifération de ces nouveaux supports médiatiques apparaît comme une réponse à une certaine demande — réelle ou imaginée ? — du public. Pourtant, alors que la recherche s’est déjà intéressée au contenu de ces revues et, dans une certaine mesure, à leur modèle économique, elle ne s’est encore que très peu interrogée sur leur public. Il s’agit cependant d’une question essentielle dans le contexte de crise que traverse actuellement la presse écrite : alors que la recherche d’un modèle économique rentable occupe de nombreux médias et que la tendance actuelle, sous la pression d’Internet, est à l’accélération de l’information et aux formats courts, qui est ce public prêt à investir du temps et de l’argent pour se plonger dans un mook ? La question est d’autant plus intéressante à examiner que, au-delà de la volonté affirmée de créer une relation privilégiée avec leurs lecteurs, les mooks eux-mêmes semblent disposer de — ou, à tout le moins, communiquer — très peu de données sur ces lecteurs.

2Cet article présente les résultats d’une enquête menée auprès des lecteurs de mooks — principalement de XXI et 24h01 — visant à cerner leurs pratiques de lecture de ces revues, mais aussi leur profil sociodémographique, leurs habitudes en matière de consommation médiatique et d’information ainsi que leur rapport au récit et au livre. S’il s’agit d’une enquête à caractère exploratoire, elle présente cependant l’intérêt d’offrir une première image détaillée (d’une portion) du public des mooks, tout en soulevant de nouvelles questions et hypothèses par rapport à ce public.

L’émergence de nouveaux supports médiatiques : pourquoi, pour qui ?

  • 1 Néologisme issu des termes anglais magazine et book.
  • 2 Un colloque (dont les actes sont encore à paraître) leur a d’ailleurs été entièrement consacré à Me (...)

3Phénomène récent dans le paysage médiatique des pays d’Europe francophone — même si on peut leur trouver des parents étrangers, comme le célèbre New Yorker ou la revue anglaise Granta —, les mooks1 se présentent comme de volumineuses revues au graphisme particulièrement étudié, ayant banni de leurs pages toute publicité, et qui paraissent à un rythme trimestriel, voire semestriel, pour un prix de 15 euros environ. Les mooks élèvent ainsi le périodique, souvent rapidement périmé et jeté, au statut de livre et même, dans une certaine mesure, de livre d’art, conservable et collectionnable, auquel on peut revenir non seulement dans un but d’information, mais aussi pour les qualités esthétiques du texte et de l’image. Ces objets médiatiques atypiques ont rapidement attiré l’attention d’un certain nombre de chercheurs en information et communication2 — principalement par rapport à leur contenu et en raison de leur approche journalistique « décalée ».

  • 3 On ne peut cependant pas associer systématiquement le support médiatique que sont les mooks au modè (...)

4Certains mooks, à la suite de la pionnière revue XXI, apparaissent en effet comme le lieu d’un retour à un journalisme de récit privilégiant une temporalité et des formats longs3 (Lits, 2012 ; Lits et Wrona, 2014 ; Meuret, 2012). C’est le cas notamment de Feuilleton, qui s’est spécialisé dans la traduction de récits journalistiques étrangers — américains, dans une très large mesure —, Long Cours, un projet très proche de XXI tout en s’affirmant plus « littéraire », 24h01, le premier mook belge, ou encore Desports qui, comme son nom l’indique, se consacre au monde du sport et Alibi, axé sur l’univers du roman policier.

5Le modèle journalistique narratif que ces revues mettent en œuvre est souvent défini comme une forme de journalisme qui se lit « comme un roman » — selon l’expression de Tom Wolfe (1975 : 21). D’une part, le journalisme narratif propose, contrairement au modèle largement dominant de l’entonnoir renversé, une structuration temporelle — mais pas forcément chronologique — des faits et événements, dans laquelle la fin du texte s’avère non pas anecdotique, mais pleinement nécessaire à la compréhension de l’ensemble. D’autre part, loin du compte rendu purement factuel — mais tout en restant rigoureusement ancré dans des démarches de reportage et d’enquête —, le récit vise à créer, pour le lecteur, une forme d’expérience par procuration (Vanoost, 2013a).

6Tout comme l’on peut trouver des ancêtres à la formule des mooks dans l’histoire des supports médiatiques, le journalisme narratif que certains mooks mettent en œuvre s’inscrit lui aussi dans une histoire plus longue, notamment en filiation avec la tradition du grand reportage en France (Boucharenc, 2004 ; Boucharenc et Deluche, 2001 ; Kalifa et al., 2012 ; Martin, 2005), mais aussi avec la pratique américaine du narrative journalism. L’histoire de ce journalisme narratif américain est déjà assez bien documentée (Connery, 1992 ; Hartsock, 2000 ; Sims, 2007), tout comme l’est sa pratique actuelle (Boynton, 2005 ; Hart, 2011 ; Kramer et Call, 2007). Le journalisme narratif francophone, plus récent et encore en développement, commence lui aussi à être étudié, notamment dans son rapport à l’écriture de fiction (Pélissier et Eyriès, 2014) et à l’éthique journalistique (Vanoost, 2013b).

7Par ailleurs, l’attrait des mooks pour le récit ne se limite pas au récit textuel, comme le prouvent les récits photographiques et en bande dessinée de XXI. Plusieurs mooks se sont même spécialisés dans une approche plus visuelle de l’information : la revue 6Mois se consacre aux récits photographiques, Citrus se définit comme « revue illustrée » et La Revue Dessinée mise sur la forme du BD-reportage. Cette dernière forme, qui rend explicite au travers du dessin le regard subjectif de tout journaliste-narrateur, a particulièrement retenu l’attention du monde universitaire (Bourdieu, 2012 ; Dabitch, 2009 ; Dozo, 2010).

8Le modèle économique des mooks est également l’objet d’un certain intérêt de la part des chercheurs (quelques éléments dans Couve et Kayser-Bril, 2010 ; Patrin-Leclère, 2013), mais ceux-ci disposent de peu de données pour évaluer le succès de ces revues. Avec leur positionnement hybride entre les mondes des médias et de l’édition, les mooks échappent en effet au radar des organismes qui mesurent généralement la diffusion de la presse, comme l’Alliance pour les chiffres de la presse et des médias en France ou le Centre d’information sur les médias en Belgique. Du côté du monde du livre, s’il arrive que l’on puisse trouver XXI dans les listes des meilleures ventes d’essais, ces listes sont loin de constituer une source d’information systématique pour l’ensemble des mooks. Il faut donc s’en remettre, dans une très large mesure, aux chiffres communiqués par les revues elles-mêmes — et relayés par la presse.

9Rollin Publications, qui édite les mooks XXI et 6Mois, présente pour 2013 un chiffre d’affaires de 1 631 300 euros4. Cependant, XXI est le mook actuellement le plus vendu, avec environ 50 000 exemplaires par numéro, dont 6 % des ventes en Belgique et en Suisse, tandis que 6Mois s’en sort plutôt bien également, avec des ventes tournant autour de 25 000 exemplaires (Beuve-Méry, 2014). Parmi les revues les plus vendues, on compte encore La Revue Dessinée, avec environ 20 000 exemplaires. Ces chiffres restent peu élevés par rapport aux meilleures ventes de la presse quotidienne — 3 130 130 exemplaires pour le premier quotidien national en France, Le Figaro — et de la presse magazine — 571 654 pour Paris Match, premier magazine d’actualité5.

  • 6 Long Cours a cependant été relancé en juillet 2016.

10En outre, la plupart des autres mooks se situent plutôt dans une gamme allant de 5 000 à 15 000 exemplaires vendus, alors que le seuil de rentabilité est généralement estimé à environ 15 000 exemplaires en France (Jacob, 2014). Un certain nombre de ces revues ont d’ailleurs disparu après quelques numéros : c’est le cas notamment d’Alibi, Crimes et châtiments et Long Cours6. D’autres ont dû revoir leur formule, comme Usbek & Rica, qui est passé à un format magazine plus classique. Le dernier numéro en date (numéro 6) de la revue belge 24h01 s’est quant à lui vendu à environ 2 200 exemplaires, dont près de 7 % des ventes en France.

  • 7 Selon les propos tenus par Saint-Exupéry lors de sa conférence « Journalisme littéraire et grand re (...)

11Par ailleurs, si les mooks affirment chercher à établir une relation plus personnelle avec leurs lecteurs, tant par une remise en avant du courrier des lecteurs — dans XXI par exemple — qu’au travers d’événements et de rencontres directes — 24h01 organise notamment une soirée de lancement pour chacun de ses numéros —, cet intérêt ne se traduit pas par des enquêtes de lectorat. XXI se défend même de toute considération de ce type dans son projet (Patrin-Leclère, op. cit.) : « Comme on n’a pas de pub, on n’a pas besoin d’études de lectorat », explique Patrick de Saint-Exupéry, cofondateur et rédacteur en chef de la revue (cité par Couve et Kayser-Bril, op. cit.) — il s’agit cependant là d’une conception assez étroite de l’utilité des études de réception. Tout ce que l’on sait dès lors, c’est ce que les responsables de la revue communiquent, sur la base des données de leurs abonnés — qui représentent 10 % des ventes de XXI — et du courrier reçu de la part de certains lecteurs7 : les lecteurs de la revue se retrouvent dans tous les coins de France ainsi que dans tous milieux socioéconomiques.

12Malgré le succès variable et relatif des différents titres, et malgré la large absence de données chiffrées concernant leur lectorat, les mooks sont souvent présentés —en raison de leur modèle économique aussi bien que de la démarche journalistique narrative de certains — comme une solution à la crise que traverse actuellement la presse écrite (Bozo, 2012 ; Grevisse, 2008). Marc Lits et Adeline Wrona soutiennent par exemple que « [d]es revues comme XXI, 6 mois, Feuilleton, attestent que la France, peu après les États-Unis, considère le journalisme narratif comme la réponse la plus appropriée pour retrouver un public intéressé par des histoires de papier » (op. cit.). Dans un tel contexte, et en dépit des difficultés que pose toute étude de réception des médias (voir par exemple, pour la presse écrite, Dupont, 2004), il semble pertinent, voire nécessaire, de se demander quel public les mooks parviennent réellement à toucher, comment et pourquoi.

  • 8 Particulièrement dans son manifeste pour un autre journalisme, publié avec le numéro 21 de la revue

13L’enquête dont les résultats sont présentés ici vise à apporter des premiers éléments de réponse à ces questions. Au-delà de la mise au jour des pratiques de lecture des mooks en elles-mêmes et du profil sociodémographique des lecteurs, deux grandes interrogations ont guidé cette recherche. D’une part, il y a la question du rapport des lecteurs de mooks aux médias plus « traditionnels » et à l’information de manière générale : ces revues viennent-elles, pour des lecteurs déçus, remplacer la consultation des autres médias ? Ou s’agit-il de deux pratiques envisagées dans une optique de complémentarité ? Et qu’en est-il du rapport des lecteurs de mooks à l’information en ligne — en réaction à laquelle la plupart des mooks ont vu le jour, et qui est explicitement critiquée par XXI8 notamment ?

14D’autre part, il semblait également intéressant d’interroger le rapport des lecteurs de mooks au livre et au récit, que celui-ci soit audiovisuel, comme dans les films et les séries, ou écrit. Les mooks, proposant des formats journalistiques plus longs, séduisent-ils plutôt un public de « gros » lecteurs ? Ou ont-ils aussi conquis un public pour lequel la lecture n’est pas forcément un passetemps ? Enfin, alors que les mooks les plus vendus s’inscrivent dans une démarche journalistique narrative, on peut se demander si leurs lecteurs sont généralement de grands consommateurs de récits — et sous quelles formes ils consomment ces récits.

15Au-delà de son objectif descriptif, cette première étude du public des mooks représente aussi une étape nécessaire pour mieux comprendre le journalisme narratif en lui-même. Il s’agit là d’une question fondamentale, qui renvoie à la mission première de toute forme de journalisme : informer le public. En effet, de nombreux experts et praticiens du journalisme narratif sont convaincus que ce modèle permet non seulement de réveiller l’intérêt des lecteurs, mais aussi d’offrir à ces lecteurs une meilleure compréhension de l’information (voir notamment Hart, op. cit. ; Kramer et Call, op. cit.). Avant de pouvoir se demander comment ce type de journalisme est effectivement lu et compris, il est cependant nécessaire de savoir par qui il est lu.

La méthodologie de l’enquête

  • 9 Pour des raisons de faisabilité de l’enquête.

16L’enquête a été menée au moyen d’un questionnaire en ligne9, réalisé à l’aide du logiciel LimeSurvey (version 2.00) et accessible aux participants du 9 avril au 17 août 2015. Le questionnaire était constitué de quatre sections, visant respectivement à cerner :

  • Les habitudes de lecture des mooks des répondants : titres lus, fréquence de lecture, proportion d’articles effectivement lus par numéro, budget consacré à l’achat de mooks, etc. ;

  • Leur profil sociodémographique : âge, genre, lieu de résidence, éducation, profession, classe de revenu, etc. ;

  • Leur rapport à l’information et aux médias : principale source d’information, lecture de quotidiens et de magazines, écoute de la radio, consultation de la télévision et d’Internet ;

  • Leurs habitudes de consommation en matière de films, de séries et de livres.

17Il s’agit d’une enquête principalement quantitative, avec pour but de mettre au jour un ou plusieurs profils de lecteurs de mooks, même si certaines sections du questionnaire ouvrent la voie à une analyse plus qualitative — concernant, notamment, les raisons qui poussent les lecteurs à se tourner vers ce type de revues.

  • 10 XXI et Feuilleton ainsi que l’ensemble des plateformes de journalisme narratif en ligne qui ont été (...)
  • 11 Celles qui ont bien voulu donner suite à nos demandes. Toutes les librairies belges francophones ré (...)
  • 12 Pour des raisons pratiques, il était demandé aux librairies françaises — contrairement aux librairi (...)

18Comme on l’a dit, on ne connaît pour l’instant rien de l’entièreté de la population des lecteurs de mooks. Il n’existe aucune base de sondage permettant de créer un échantillonnage probabiliste et il s’agit, en outre, d’une population avec laquelle il est difficile d’entrer directement en contact — pour atteindre tous les lecteurs, il faudrait avoir accès aux bases de données des abonnés de l’ensemble des revues ainsi qu’à l’entièreté du réseau de distribution. Étant donné cette double difficulté, il nous a fallu recourir à des méthodes d’échantillonnage empiriques. L’enquête a d’abord été diffusée par courriel ainsi que sur les réseaux sociaux, dans une logique d’échantillon en boule de neige. Elle a été relayée sur le site Web, les réseaux sociaux et lors de la soirée de lancement du numéro 4 de la revue 24h0110 ainsi que dans un article paru dans le quotidien belge Le Soir (Gauthier, 2015). Elle a également été diffusée dans un certain nombre de librairies11, principalement à Bruxelles (22) et dans le reste de la Belgique francophone (26), mais aussi en France (au moins 1612), par l’intermédiaire de flyers ou d’affiches. Cette dernière méthode de diffusion visait notamment à réduire le risque de biais inhérent à toute enquête en ligne, puisqu’il s’agissait de s’adresser ainsi aux lecteurs de mooks ayant une utilisation limitée d’Internet — même si, par définition, ces lecteurs devaient néanmoins disposer d’un accès à Internet pour répondre à l’enquête.

19À la date de sa désactivation, le questionnaire en ligne affichait un total de 186 participations. Une fois la base de données nettoyée des doublons et questionnaires remplis de manière partielle, il restait 107 réponses complètes valides, plus 13 réponses partielles — 6 sans la section sur les livres et récits, 7 sans les sections sur la consommation médiatique et sur les livres et récits. L’analyse n’ayant jamais révélé de différences marquées entre les questionnaires remplis et les questionnaires remplis de manière partielle, les résultats qui suivent tiennent compte de toutes les réponses disponibles pour chaque question de l’enquête.

20Le faible taux de réponse des relais joints — tant les revues que les librairies — explique en grande partie le nombre relativement limité de participations à l’enquête. Outre ce caractère restreint, les méthodes d’échantillonnage utilisées induisent certains risques de biais quant à la composition de l’échantillon : diffusion privilégiée au sein de certains réseaux — dans les milieux universitaire et journalistique ainsi que dans le monde du livre —, participation uniquement en ligne et sur base volontaire. Si ces limites — et l’analyse qui suit reviendra de manière plus détaillée sur celles-ci — posent inévitablement question quant à la possibilité de généraliser les résultats de l’enquête, il convient de rappeler qu’il s’agit d’une recherche exploratoire, une première étape nécessaire, mais forcément partielle, qui appelle à être complétée, approfondie — notamment par une approche plus qualitative — et sans doute nuancée. Cela étant, cette enquête n’en constitue pas moins une recherche dont les résultats sont intéressants en soi, et porteurs d’hypothèses pertinentes pour de futures recherches.

21Il convient toutefois aussi de souligner que la méthode d’enquête utilisée, s’appuyant uniquement sur des déclarations et des auto-évaluations des répondants, induit inévitablement un risque que les participants orientent leurs réponses en fonction des attentes — supposées — de l’enquêteur ou de manière à mettre en avant une certaine image d’eux-mêmes (Prior, 2009). Étant donné les objectifs de cette recherche, il n’existait pas d’autre solution méthodologique permettant d’éviter ce risque. Néanmoins, les questions ont été formulées de manière à le limiter autant que possible. En outre, les données utilisées à titre de comparaison, pour mieux interpréter les résultats de l’enquête, sont issues d’enquêtes utilisant le même type de méthode — et donc induisant le même risque. Enfin, il nous semble que l’image que les participants veulent projeter d’eux-mêmes peut être considérée comme tout aussi révélatrice de qui ils sont que leurs pratiques réelles.

Un échantillon jeune et très éduqué

22L’enquête étant ouverte à tous les lecteurs de mooks, peu importe leur nationalité, les répondants sont issus de différents pays d’Europe francophone, avec cependant un fort déséquilibre dans la composition de l’échantillon : 93 répondants habitent en Belgique, 24 en France, 2 en Suisse et 1 n’a pas indiqué de pays de résidence. Ce déséquilibre est largement dû aux modes de diffusion de l’enquête — au sein de réseaux personnels et professionnels principalement belges. Couplé au faible taux de participation à l’enquête, il rend impossible une étude comparée des publics des différents pays. Toutefois, les analyses détaillées n’ont que très rarement fait apparaître des différences importantes dans les réponses des participants en fonction de leur pays de résidence — et il n’existe pas, a priori, de raison pour que leurs profils diffèrent. On présentera donc ici les résultats pour l’ensemble des répondants, tout en précisant les quelques cas où les réponses varient en fonction du pays de résidence et en détaillant — autant que possible — la répartition des répondants par pays dans les graphiques et tableaux.

23L’échantillon est composé de 69 femmes et 51 hommes, avec un âge moyen de 34 ans et un écart type de 11 ans. Un recodage des âges en catégories fait apparaître qu’il s’agit dans une très large mesure — plus de la moitié des participants — de jeunes adultes, âgés de 25 à 34 ans. Il s’agit là d’un déséquilibre important par rapport à l’ensemble de la population — même s’il existe un certain risque de biais dû au mode de diffusion de l’enquête par rapport à cette variable13 : à titre de comparaison, cette même tranche d’âge ne représente qu’un huitième de la population belge14. Ce déséquilibre semble dès lors révélateur d’une tendance des mooks à attirer de manière privilégiée un public jeune — même si l’on ne peut, à partir de ces premiers résultats exploratoires, quantifier précisément cette tendance.

Graphique 1. Distribution des répondants par catégorie d’âge

Graphique 1. Distribution des répondants par catégorie d’âge

24Il s’agit également d’un échantillon très largement urbain : les trois quarts des participants à l’enquête vivent en ville. Il est sans doute plus étonnant de relever que presque tous les répondants vivant en milieu rural — 27 sur 29 — habitent en Belgique, pays où la proportion de la population vivant dans ce type de milieu est dix fois plus faible qu’en France. Cependant, vu le nombre de participants, il est impossible de déterminer s’il s’agit là d’une réelle différence entre les populations de lecteurs de mooks français et belges — d’autant plus que, selon XXI, les abonnés à la revue vivent majoritairement en milieu rural ou rurbain.

25En ce qui concerne le statut professionnel, on peut noter que l’on retrouve des répondants dans presque toutes les catégories, des agriculteurs aux ouvriers, en passant par les artisans et les hommes ou femmes au foyer — à l’exception des indépendants avec six employés ou plus, des invalides et des rentiers. Cependant, certaines catégories dominent assez clairement : il s’agit principalement d’employés, de cadres moyens, d’indépendants exerçant des professions libérales et d’étudiants.

Tableau 1. Distribution des répondants par statut professionnel

Tableau 1. Distribution des répondants par statut professionnel

26Les répondants exercent dans une très large majorité leurs activités professionnelles dans le secteur tertiaire, avec trois domaines particulièrement représentés : l’enseignement, la communication ainsi que les arts et la culture. Si le mode de diffusion du questionnaire — auprès de réseaux universitaires, des revues et des libraires — explique sans doute en partie l’importance de ces trois domaines d’activité au sein de l’échantillon, on peut néanmoins noter que, parmi les 23 participants travaillant dans le secteur de l’enseignement et de la recherche, 9 exercent à l’université ou dans la recherche publique. Parmi les 27 travailleurs du secteur des arts et de la culture, 11 travaillent dans le monde du livre et de l’édition. Enfin, on recense 18 journalistes sur les 33 participants qui exercent leurs activités dans le domaine de la communication. Ce qui signifie que, même si l’on retire de l’échantillon l’ensemble de ces personnes qui ont sans doute été les premiers relais de diffusion du questionnaire, les trois domaines d’activité les plus représentés au sein de l’échantillon restent les arts et la culture, la communication et l’enseignement.

27Il s’agit, en outre, d’un échantillon présentant un très haut niveau d’éducation : les trois quarts des répondants déclarent posséder un diplôme équivalent, ou parfois même supérieur, à celui de master. À nouveau, on peut supposer que les réseaux de diffusion de l’enquête ont une certaine influence sur cette variable, mais les différences par rapport aux données disponibles pour l’ensemble de la population sont tellement marquées que l’on peut difficilement les considérer uniquement comme un biais d’échantillonnage. En effet, sur l’ensemble de la population belge, les titulaires d’un diplôme de master et de bachelier académique réunis ne représentaient en 2014 que 14,5 %15.

Graphique 2. Distribution des répondants par niveaux d’éducation

Graphique 2. Distribution des répondants par niveaux d’éducation
  • 16 Soit le montant mensuel total dont dispose le ménage pour vivre : l’ensemble des gains et salaires (...)

28Le questionnaire interrogeait également les participants quant à leur revenu mensuel global16, faisant apparaître une catégorie médiane de revenu de 2 000 à 2 999 euros par mois, avec 50 % des répondants se situant dans les catégories comprises entre 2 000 et 3 999 euros. Cependant, ces chiffres sont difficiles à interpréter étant donné la variété de compositions des ménages des participants à l’enquête — pour ne mentionner que les configurations les plus fréquentes dans l’échantillon, représentant 75 % de celui-ci : 42 ménages composés de deux adultes, 28 composés d’un adulte et 19 de deux adultes et deux enfants.

29Une estimation du revenu global mensuel par individu adulte a donc été calculée à partir d’un recodage des données, puis par leur division par le nombre d’adultes composant le ménage du répondant17. On observe alors que près de 70 % des participants se situent dans la catégorie de revenu mensuel comprise entre 1 000 et 1 999 euros par personne. Il ne semble ainsi pas s’agir d’un échantillon particulièrement aisé — en effet, en 2012, le revenu net imposable moyen en Belgique s’élevait à 1 387 euros18.

Graphique 3. Distribution des répondants par classes de revenu mensuel global par individu

Graphique 3. Distribution des répondants par classes de revenu mensuel global par individu

30Vu la taille de l’échantillon et les limites liées à sa composition, il est parfois impossible de tirer des conclusions plus générales à partir des résultats de l’enquête — par exemple en ce qui concerne le genre ou le milieu de résidence des lecteurs de mooks. L’échantillon fait néanmoins apparaître, pour certaines variables, des déséquilibres particulièrement marqués par rapport aux données disponibles pour l’ensemble de la population. L’enquête permet dès lors de soutenir un certain nombre d’hypothèses à propos du public des mooks dans son ensemble : celui-ci apparaît comme plutôt jeune, très éduqué, évoluant très peu dans les statuts professionnels les plus pénibles ou précaires, exerçant ses fonctions de manière prépondérante dans le secteur tertiaire, et sans doute particulièrement dans les milieux des arts et de la culture, de l’enseignement et de la communication. Les résultats de l’enquête ne viennent par contre pas soutenir l’idée selon laquelle les lecteurs de mooks formeraient une population particulièrement aisée, aux revenus plus élevés que la moyenne.

31Plusieurs analyses statistiques ont été réalisées pour tenter d’identifier, au sein de l’échantillon, des sous-groupes de lecteurs présentant des caractéristiques sociodémographiques différentes —en fonction tant de leurs pratiques de lecture des mooks que de leur rapport aux médias et au récit. Ces analyses n’ayant jamais donné de résultats significatifs, les résultats de l’enquête seront présentés ici de manière globale, pour l’ensemble de l’échantillon.

Les pratiques de lecture des mooks

32Si l’on s’intéresse, pour commencer, aux pratiques de lecture des mooks des répondants, il est intéressant de noter que ceux-ci lisent dans une très large majorité au moins deux mooks différents — seuls 19 des 120 participants n’en lisent qu’un —, avec une médiane de trois mooks lus par participant. Le tableau 2 présente, pour la liste des vingt mooks proposés dans le questionnaire, le nombre de répondants qui déclarent lire ces mooks.

Tableau 2. Distribution des répondants par mooks lus

Tableau 2. Distribution des répondants par mooks lus
  • 19 Il faut toutefois noter à cet égard que Feuilleton était également cité dans un certain nombre de m (...)

33Assez logiquement, XXI apparaît comme le grand incontournable — c’est d’ailleurs le premier mook découvert par 79 des participants, soit 65 % de l’échantillon. Il est sans doute plus surprenant de voir la jeune revue belge 24h01 en deuxième position. Cela s’explique largement par le grand nombre de participants belges à l’enquête — par rapport aux lecteurs français et suisses, minoritaires. En outre, la prépondérance des deux revues est également à mettre en lien avec la manière dont l’enquête a été diffusée — les dépliants, courriels et publications sur les réseaux sociaux mentionnant de manière systématique XXI et 24h01 comme exemples de mooks19.

34Après XXI et 24h01, on note que les deux mooks les plus lus sont deux revues qui misent sur une approche journalistique visuelle. Ces résultats, comme dans le cas de XXI, sont cohérents par rapport aux chiffres des ventes de ces deux revues : 6Mois et La Revue Dessinée. Ensuite se distinguent encore Muze et Le Tigre, soit des revues qui font partie des publications les plus anciennes de la liste — mais qui, au contraire des autres mooks les plus lus, ne font pas partie des revues proposant une démarche journalistique spécifiquement narrative. Les autres mooks répertoriés dans le questionnaire sont peu, voire très peu, lus par les participants.

  • 20 La description et la définition des mooks restaient donc volontairement aussi floues que possible d (...)

35Les répondants à l’enquête étaient également invités à nommer d’« autres revues du même type » faisant partie de leurs lectures. Au-delà d’un souci d’exhaustivité, l’objectif de cette question ouverte était de tenter de cerner ce que les lecteurs associent d’eux-mêmes à ce type de support médiatique20. Seuls 19 participants ont répondu à cette question. Si la plupart de leurs réponses ciblent des publications au rythme de parution lent, exemptes de publicité, et se présentant sous la forme de revues au nombre de pages assez important, il est intéressant de noter que l’on trouve aussi, dans la liste des réponses, des publications dont le format se rapproche plutôt du journal (Le 1, Ithaque), avec parfois de la publicité (Society, National Geographic), et un rythme de parution qui peut être mensuel (Causette, National Geographic) ou même hebdomadaire (Le 1). Certaines publications citées, même si elles présentent un rythme de publication assez lent, sont clairement désignées dans leur titre ou sur leur couverture comme des magazines (Clés Magazine, Inexploré). D’autres réponses fournies par les participants ne sont pas des publications sur support papier (Vice). Enfin, on relève encore, parmi les réponses, plusieurs revues dont les rapports au journalisme sont plus que ténus (Papier machine, « des fanzines »). Il semble donc que la notion de mook demeure particulièrement floue et élastique pour les lecteurs.

36L’enquête visait ensuite à cerner les habitudes de lecture des participants pour chaque revue : fréquence de lecture, proportion d’articles effectivement lus par numéro, période sur laquelle s’étend la lecture. Cependant, étant donné le faible nombre de lecteurs pour la plupart des revues, on se limitera ici à présenter les résultats relatifs aux deux mooks les plus lus, XXI et 24h01.

Graphique 4. Distribution de la fréquence de lecture de XXI et 24h01

Graphique 4. Distribution de la fréquence de lecture de XXI et 24h01

Graphique 5. Distribution de la proportion des articles lus par numéro de XXI et 24h01

Graphique 5. Distribution de la proportion des articles lus par numéro de XXI et 24h01

Graphique 6. Distribution de la période de lecture d’un numéro de XXI et de 24h01

Graphique 6. Distribution de la période de lecture d’un numéro de XXI et de 24h01

37Il est important de rappeler que les habitudes en question ne concernaient, au moment de l’enquête, qu’un maximum de quatre numéros pour 24h01, alors que XXI en avait déjà publié trente. Cela étant, on observe des tendances assez semblables pour les deux revues : une — petite, dans le cas de XXI — moitié de lecteurs réguliers ou complètement fidèles et une — petite, dans le cas de 24h01 — moitié de lecteurs irréguliers ou exceptionnels ; 60 % de lecteurs déclarant lire au moins les trois quarts des articles de chaque numéro ; ils les lisent sur une période de temps allant le plus souvent d’un à deux mois après l’achat.

  • 21 Ces scores globaux représentent, pour chaque répondant, la moyenne de leur fréquence, proportion et (...)

38À titre de comparaison, on peut noter que le calcul de scores globaux21 pour l’ensemble des autres mooks lus par les participants a fait ressortir comme catégories médianes : une fréquence de lecture occasionnelle, une proportion d’articles lus par numéro qui varie entre les trois quarts et l’entièreté des articles, et une lecture dans le mois qui suit l’achat de la revue. Les habitudes de lecture des répondants pour XXI et 24h01 apparaissent donc comme globalement semblables à leurs habitudes de lecture des autres mooks.

39De manière générale — pour toutes les revues confondues —, la lecture des mooks prend le plus souvent place dans le cadre du domicile — c’est le cas pour 92 répondants sur 120. Il s’agit donc d’une activité très largement sédentaire, posée, ce qui semble assez bien correspondre au format long et à la temporalité décalée de ces publications. Il est néanmoins intéressant de noter que l’on retrouve les mêmes résultats, au sein de l’échantillon, pour la lecture des quotidiens, des magazines et des livres : toutes ces activités prennent le plus souvent place dans le cadre du domicile. Il est donc possible que ce soit les participants à l’enquête, et non spécifiquement leur activité de lecture des mooks, qui soient largement casaniers.

  • 22 À nouveau, le flou dans la formulation de la question était volontaire.

40Par ailleurs, si les répondants semblent curieux de découvrir d’autres mooks — puisqu’ils en lisent le plus souvent au moins deux différents —, ils sont très peu nombreux à connaître ou à rechercher le même type d’expérience de lecture dans d’autres langues ou sur des plateformes en ligne. Ainsi, seul un cinquième des lecteurs déclare lire des publications étrangères proposant « le même type de démarche » que les mooks22. Deux lecteurs de mooks sur dix consultent des plateformes en ligne francophones proposant « le même type de démarche ». Enfin, un nombre plus faible de répondants encore — moins de 15 % — consulte des plateformes en ligne de ce type dans une langue étrangère.

41En ce qui concerne le budget annuel consacré par les répondants à l’achat de mooks, on observe que, pour un tiers des lecteurs, il est minimal, se situant entre 0 et 49 euros par an — ce qui ne correspond même pas à un abonnement annuel à XXI ou 6Mois. On retrouve ensuite un autre tiers de participants dans la tranche directement supérieure, avec un budget compris entre 50 et 99 euros par an — correspondant grosso modo à un abonnement annuel à un mook et à l’achat d’une ou deux revues supplémentaires. Le gros tiers des lecteurs restant déclare consacrer un budget annuel allant de 100 à 249 euros à ces revues. Un seul participant à l’enquête dépense plus de 250 euros par an pour l’achat de mooks.

  • 23 Hormis les cadeaux destinés à d’autres personnes.

42Cette distribution est assez proche de celle des budgets que les participants déclarent réserver à la presse quotidienne et à la presse magazine. On compte cependant légèrement plus de participants consacrant des budgets supérieurs à 150 euros pour ces deux types de presse que pour les mooks — avec même quelques lecteurs qui y consacrent plus de 250 euros. Par contre, la distribution des budgets consacrés par les répondants à l’achat de livres23 est quant à elle très différente. Ils sont près de 50 % à y consacrer plus de 150 euros. Un quart des répondants dépense même plus de 250 euros par an pour s’acheter des livres. À l’inverse, seuls 5 % des participants situent leur budget pour l’achat de livres sous la barre des 50 euros.

Tableau 3. Distribution des budgets annuels consacrés par les répondants aux mooks, à la presse quotidienne, à la presse magazine et aux livres (en pourcentage)

Tableau 3. Distribution des budgets annuels consacrés par les répondants aux mooks, à la presse quotidienne, à la presse magazine et aux livres (en pourcentage)

43Si les raisons qui poussent les lecteurs à se tourner vers les mooks méritent incontestablement plus qu’une question ouverte dans un questionnaire en ligne, l’enquête apporte cependant quelques premiers éléments de réponse intéressants — 113 participants ayant répondu à la question. Parmi ceux-ci, seuls 5 n’ont pas mentionné dans leur réponse des éléments relatifs à l’approche journalistique ou au contenu des mooks en matière d’information. La qualité de l’information, son caractère profond et détaillé, est l’élément qui revient le plus souvent dans les réponses — chez environ 6 participants sur 10. Les répondants — près de 4 sur 10 — soulignent ensuite l’originalité et l’intérêt des sujets ou des angles choisis ainsi que la temporalité longue qui permet une prise de recul par rapport au cycle de l’information immédiate. Quelques rares participants pointent aussi explicitement la longueur des articles comme l’une des raisons pour lesquelles ils lisent des mooks.

44Au-delà des motivations liées à l’information et au travail journalistique proposés dans les mooks, un deuxième grand ensemble de raisons invoquées — par à peu près un tiers des répondants — a trait à la dimension esthétique et visuelle de ces revues. Ces participants soulignent aussi bien la place de la photographie et de la bande dessinée que la qualité des illustrations et le souci graphique affiché par les mooks. Vient ensuite — chez un nombre à peine plus faible de répondants — la notion de plaisir de lecture, associée à celles de style et de qualité de l’écriture. Il est intéressant de noter que, parmi ces commentaires, on relève 13 comparaisons au monde de la littérature — que ce soit au travers des termes de livre, de roman, de nouvelle ou même de romanesque — et 6 références à l’idée de récit, d’histoire ou de narration. Enfin, parmi les autres éléments de réponse apportés par les lecteurs, figure aussi — mais à 4 reprises uniquement — l’absence de publicité.

45Toutes les spécificités des mooks, et en particulier des mooks pratiquant une forme de journalisme narratif, se retrouvent donc, à des degrés divers, dans les raisons invoquées par les participants pour expliquer l’attrait de ce type de revues. On peut trouver un dernier élément de réponse qui révèle — chez environ 10 % des répondants — une forme de curiosité intellectuelle, une sensibilité à découvrir de nouveaux sujets, même lorsqu’ils ne semblent pas intéressants au départ, et un appétit pour aller plus loin que l’information contenue dans les revues. Cet élément est incontestablement minoritaire, mais il sera néanmoins intéressant à mettre en lien avec le profil global des lecteurs ayant participé à l’enquête.

Un intérêt généralisé pour l’information

46Dans un troisième temps, l’enquête s’intéressait au rapport que les lecteurs de mooks entretiennent avec l’information et les médias de manière générale. À cet égard, le fait qu’il s’agisse d’une enquête réalisée sur Internet constitue inévitablement un biais par rapport à tout ce qui concerne la consommation de médias en ligne. Il n’en reste pas moins intéressant de noter que, alors que les mooks réaffirment l’importance du support papier en journalisme, les participants à l’enquête semblent se situer dans une logique de complémentarité entre l’information en ligne et la lecture décalée de revues. En effet, pour 60 % des participants, la principale source d’information provient — d’une manière ou d’une autre — d’Internet. Si les sites Web de médias existants (journaux, chaînes de télévision, etc.) apparaissent comme la source première des répondants, les réseaux sociaux se placent en deuxième position, juste devant le journal parlé. La presse quotidienne ne constitue la source principale d’information que pour 16 des 112 participants ayant répondu à cette question. Enfin, si le faible score de la presse magazine ne semble pas étonnant — puisqu’elle est déjà, vu son rythme de parution, en décalage avec l’information « chaude » —, il est plus surprenant de constater que le journal télévisé récolte à peine plus de suffrages.

Graphique 7. Distribution des répondants par principale source d’information

Graphique 7. Distribution des répondants par principale source d’information
  • 24 On ne dispose pas d’étude de ce genre pour la population belge francophone. Cependant, étant donné (...)

47S’il est difficile de tirer des conclusions uniquement à partir de l’échantillon, et tout en gardant à l’esprit le biais mentionné précédemment, on observe dans l’enquête certaines différences par rapport à d’autres enquêtes sur les habitudes de consommation médiatique. Ainsi, dans le baromètre de confiance des Français24 à l’égard des médias, réalisé début 2015 (TNS Sofres, 2015), la première source d’information indiquée par les participants suit une distribution très différente : il s’agit d’abord, pour 55 % d’entre eux, de la télévision, ensuite, d’Internet (22 %), de la radio (19 %) et enfin de la presse écrite en version papier (4 %).

  • 25 Ces chiffres sont, en outre, plus anciens que notre enquête. Étant donné la baisse des ventes de qu (...)

48Par ailleurs, si les journaux ne sont pas la première source d’information des participants, ces derniers sont néanmoins 95 sur 113 — soit plus de 80 % — à déclarer lire au moins de temps à autre un quotidien — et, pour 94 d’entre eux, au moins un quotidien payant. Parmi ces lecteurs de la presse quotidienne payante, 65 % disent même être des lecteurs réguliers, voire complètement fidèles. À titre de comparaison, les enquêtes sur les pratiques culturelles font apparaître des chiffres beaucoup plus bas25 : en France (Donnat, 2009), en 2008, 69 % de répondants disaient lire un quotidien payant, avec 40 % de lecteurs fréquents ; en Belgique francophone (Ernotte, 2009a), en 2007, on comptait 61 % de lecteurs de presse quotidienne en version papier.

49Les lecteurs de mooks sont également dans une très large mesure des lecteurs de presse magazine puisqu’ils sont 100 sur 113 à déclarer en lire — et, parmi ces 100 personnes, 7 sur 10 lisent même au moins deux types de magazines différents. Il s’agit, en outre, dans 65 % des cas, de lecteurs réguliers ou fidèles. Selon les enquêtes sur les pratiques culturelles, 76 % des Belges francophones et 59 % des Français lisent régulièrement au moins un magazine (Donnat, op. cit. ; Ernotte, op. cit.). Les différences semblent donc ici moins saillantes. Cependant, là où l’échantillon des lecteurs de mooks se distingue plus clairement, c’est au sujet du type de magazines que les répondants déclarent lire : alors que, dans les deux enquêtes sur les pratiques culturelles, ce sont les magazines de programmes télévisés qui sont les plus lus, les lecteurs de mooks privilégient largement les magazines d’actualité (76 lecteurs sur 100) ainsi que les magazines artistiques et culturels (69 lecteurs).

50Les répondants à l’enquête sont encore plus nombreux à écouter la radio — seuls 8 participants sur 113 disent ne jamais l’écouter. Si l’on ne dispose pas de chiffres permettant une comparaison avec une population plus large, on observe toutefois les mêmes tendances que pour la consommation de presse magazine : les programmes les plus écoutés sont les émissions d’information — journal parlé (81 auditeurs sur 105), mais aussi émissions d’enquête et de reportage (73) — ainsi que les programmes culturels (72). Viennent ensuite la programmation musicale (56) et les débats politiques (39). En comparaison, les informations pratiques comme la météo et l’info-trafic ne sont écoutées que par 28 des participants et les programmes sportifs seulement par 7 d’entre eux — alors que l’on considère généralement qu’il s’agit de programmes plutôt populaires en radio.

51La télévision constitue le média le moins utilisé par les répondants : ils sont 37 sur 113 à déclarer ne jamais regarder la télévision — alors que, dans l’enquête sur les loisirs culturels en Wallonie et à Bruxelles, seuls 3 % des participants disaient ne pas l’avoir regardée sur l’année écoulée (Ernotte, 2009b). Les choix de programmes des répondants qui regardent la télévision restent largement dans la lignée de leur consommation des autres médias — les trois programmes les plus regardés étant le journal télévisé (59 spectateurs sur 76), les documentaires (58), les émissions de reportage et d’enquête (50). Les émissions culturelles viennent ensuite (47), suivies de près néanmoins par les grands programmes de fiction que sont les séries (46) ainsi que les films et téléfilms (40) — on reviendra plus largement sur ces deux types de programmes lorsque l’on s’intéressera au rapport des répondants au récit. On retrouve ensuite les débats politiques (29).

  • 26 Puisqu’il s’agit d’une enquête en ligne.

52Enfin, si Internet est sans surprise26 utilisé par l’entièreté des répondants, c’est également le média le plus utilisé pour se tenir au courant de l’actualité, avec 102 participants sur 113 déclarant s’adonner à ce type d’activités en ligne. Il s’agit principalement, pour ces participants, de consulter les sites Web de médias existants (88, soit autant que ceux qui disent utiliser Internet pour aller sur les réseaux sociaux), mais aussi d’écouter des émissions de radio en ligne (61), de consulter des sites Web d’information indépendants de médias existants (55) et de regarder des programmes télévisés en ligne (47). En outre, près de 80 % de ces répondants disent s’adonner à ce type d’activités au moins une fois par jour.

53Les lecteurs de mooks de l’échantillon affichent ainsi un appétit important en matière d’information, et ce, peu importe le type de média. Les mooks semblent donc fonctionner, pour leurs lecteurs, dans une complémentarité avec les autres médias. En outre, cette complémentarité apparaît comme particulière forte avec l’information en ligne — celle, justement, contre laquelle les mooks s’inscrivent. Les répondants à l’enquête révèlent des préférences parfois assez différentes des pratiques dominantes — en tout cas, telles que ces pratiques apparaissent dans les études existantes : en particulier, une utilisation beaucoup plus répandue d’Internet pour se tenir informé de l’actualité et, au contraire, un recours moins fréquent à la télévision comme source d’information. Par ailleurs, les habitudes de consommation médiatique des participants à l’enquête font apparaître un intérêt marqué pour la culture, qui se retrouve aussi bien dans leurs lectures de magazines que dans leur consommation de programmes radio et télévisés. Si ces tendances demandent bien sûr à être vérifiées sur d’autres échantillons, elles ouvrent également la question des autres pratiques culturelles des lecteurs de mooks : est-ce un public qui a également plus tendance à aller au théâtre, au cinéma, au musée ? Ou bien ces lecteurs sont-ils principalement intéressés par l’information culturelle dans les médias, sans que cela se traduise au travers d’autres pratiques culturelles ?

Des consommateurs de récits, surtout écrits

  • 27 Toutes situations de visionnage confondues : au cinéma, à la télévision, sur DVD, en téléchargement (...)

54L’enquête offre des premiers éléments de réponse à cette question, en se penchant sur certaines pratiques culturelles : la consommation de récits audiovisuels, sous la forme de films et de séries, ainsi que la consommation de livres. Si l’on s’intéresse d’abord au nombre de films visionnés27 par semaine, on observe que seuls 8 participants à l’enquête, sur les 106 ayant répondu à cette question, disent ne pas en regarder (7 %), alors que 63 % des répondants déclarent regarder un ou deux films par semaine, 24 % trois ou quatre films et 6 % de cinq à sept films.

  • 28 Hors cinéma dans ce cas-ci.

55Les études sur les pratiques culturelles se focalisant uniquement sur la fréquentation des salles de cinéma, il est plus difficile de proposer une comparaison sur ce point. Cependant, une étude (Sonnac, Romanet et Sire, 2014) menée auprès de jeunes âgés de 20 à 30 ans, disposant au moins d’un diplôme de bac+2 (mais dans une large majorité de bac+5) et habitant la région parisienne — soit un public qui présente plusieurs caractéristiques proches de celles de l’échantillon : jeune, éduqué et urbain — a livré les chiffres suivants, pour le nombre de films visionnés par semaine28 : aucun film pour 7 % des répondants, un ou deux films pour 59 %, trois ou quatre pour 23 % et plus de quatre pour 11 %. Ainsi, a priori, l’échantillon des lecteurs de mooks ne semble pas se distinguer particulièrement par le nombre de films visionnés — même si, on l’a dit, il faudrait ici réunir plus de données à la fois sur les lecteurs de mooks et les populations belge et française dans leur ensemble, pour pouvoir confirmer cette observation.

  • 29 Dans laquelle cette question est également posée. Ces données ne sont par contre pas disponibles po (...)

56On peut cependant relever que les préférences affichées par l’échantillon de lecteurs de mooks quant à leur genre de film préféré diffèrent assez nettement des résultats de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français29 (Donnat, op. cit.). Le tableau suivant reprend, en pourcentage — pour permettre la comparaison —, les genres indiqués par les répondants des deux enquêtes comme leur genre de films préféré.

Tableau 4. Genres de films préférés des répondants et de la population française (en pourcentage)

Tableau 4. Genres de films préférés des répondants et de la population française (en pourcentage)
  • 30 Il s’agit là de la question pour laquelle les réponses des participants varient le plus en fonction (...)

57Le nombre de lecteurs de mooks ayant indiqué préférer les films d’auteur, d’art et d’essai est particulièrement frappant, en comparaison avec les chiffres de l’enquête sur les pratiques culturelles. S’il nous faut ici préciser que ces lecteurs de mooks sont quasi exclusivement belges (28 sur 29)30 — alors que l’enquête sur les pratiques culturelles s’adressait aux Français —, ce résultat s’inscrit dans la lignée de l’intérêt marqué par ces lecteurs pour la culture. Il semble même révélateur de la volonté de se positionner comme un public intéressé non seulement par la culture, mais plus particulièrement par des formes et pratiques relevant de que l’on pourrait nommer, dans une optique bourdieusienne, la culture « légitime » ou « valorisée » (Bourdieu, 1979). Selon le même type de raisonnement, on peut dire que les comédies dramatiques — le deuxième genre indiqué par les participants à l’enquête — constituent une forme de divertissement sans doute considérée comme quelque peu plus « légitime » que les films d’action et d’aventures ou les comédies — les deux genres de films préférés des Français selon l’enquête sur les pratiques culturelles. Enfin, la présence des films documentaires dans la liste des trois genres préférés des répondants rappelle quant à elle l’appétit des lecteurs de mooks pour l’information.

  • 31 Étant donné les multiples modes d’accès aux séries existant aujourd’hui (Combes, 2015), il nous sem (...)

58Lorsque l’on s’intéresse ensuite à la consommation de séries des participants à l’enquête, on remarque qu’un nombre plus élevé d’entre eux déclarent ne pas en regarder : 21 sur 106. Le nombre médian d’épisodes visionnés par semaine se situe ici également à deux épisodes — un épisode de série est toutefois significativement plus court qu’un film. Il est plus difficile encore de faire des comparaisons sur ce point — les enquêtes sur les pratiques culturelles ne s’y intéressant pas et l’enquête sur les jeunes Parisiens ne rendant compte que du nombre de séries suivies31. Les chiffres qui ressortent de l’enquête ne paraissent cependant a priori ni extrêmement élevés ni extrêmement faibles.

59En ce qui concerne les préférences en matière de genres, on peut remarquer que ni les séries politiques ni les séries historiques — qui auraient pu sembler a priori plus attirantes pour un public intéressé par l’information et la culture — ne figurent parmi les genres préférés par les répondants — elles se situent plutôt en milieu de tableau. La liste des trois genres préférés au sein de l’échantillon est formée par les séries policières ou d’espionnage (23 sur 103), les séries comiques (16) et les séries d’action ou d’aventures (14).

  • 32 Pour information, les chiffres de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français sont relativ (...)

60S’ils ne se présentent pas de manière manifeste comme particulièrement friands de films et de séries, les participants à l’enquête apparaissent par contre très nettement comme de gros lecteurs. Seuls 2 répondants sur 105 disent ne jamais lire de livres. Lorsque l’on s’intéresse à tous les livres lus, y compris les bandes dessinées, mangas et comics, le nombre médian de livres lus sur un an par les répondants s’élève à 30 — ce qui représente plus d’un livre toutes les deux semaines. Les bandes dessinées, mangas et comics s’inscrivant dans des rythmes de lecture assez différents des autres livres, il paraît néanmoins nécessaire de les distinguer. Le graphique ci-dessous reprend dès lors, pour commencer, la distribution du nombre de livres — à l’exclusion des bandes dessinées, mangas et comics — lus sur un an par les participants à l’enquête ainsi que les chiffres fournis par l’enquête sur les loisirs culturels en Wallonie et à Bruxelles (Ernotte, 2009a), à titre de comparaison32.

Graphique 8. Nombre de livres lus par an par les répondants et la population de la Fédération Wallonie-Bruxelles (en pourcentage)

Graphique 8. Nombre de livres lus par an par les répondants et la population de la Fédération Wallonie-Bruxelles (en pourcentage)
  • 33 Les répondants à notre enquête n’ont pas répondu par un seul chiffre, comme dans l’enquête sur les (...)

61Même si la façon de poser la question33 dans notre enquête a pu induire une surestimation du nombre de livres lus par rapport à l’enquête sur les pratiques culturelles, les différences entre l’échantillon de lecteurs de mooks et la population belge francophone restent extrêmement marquées et viennent soutenir largement l’hypothèse d’un public de gros, voire de très gros lecteurs de livres.

  • 34 Ces données n’étant pas disponibles pour la Belgique francophone.

62Les genres les plus lus par les participants sont également sensiblement différents des genres les plus lus par les Français dans l’enquête sur les pratiques culturelles34 (Donnat, op. cit.). Dans cette dernière enquête, ce sont les livres pratiques, sur les loisirs et les arts de vivre qui arrivent en tête, suivis de près par les romans policiers ou d’espionnage, puis par les autres types de romans — à l’exception des classiques de la littérature — ex æquo avec les livres sur l’histoire. Le classement des genres les plus lus par l’échantillon des lecteurs de mooks est quant à lui repris dans le tableau ci-dessous.

Tableau 5. Genres de livres préférés par les répondants

Tableau 5. Genres de livres préférés par les répondants

63Si les romans policiers y conservent une bonne place, rappelant le succès des séries télévisées policières, on constate que la liste des trois genres préférés est dominée ici par des genres traditionnellement valorisés dans la culture légitime : les classiques de la littérature, tant française qu’étrangère. Par ailleurs, les livres d’art et beaux livres illustrés de photographies figurent également dans le haut du classement, alors qu’ils se trouvent plutôt en bas de classement dans l’enquête sur les pratiques culturelles des Français. La consommation de livres des lecteurs de mooks semble donc également faire une large place à la culture légitime.

64Puisque le journalisme narratif est souvent présenté comme du journalisme qui se lit comme un roman, et étant donné l’importance des romans — classiques et policiers, en l’occurrence — dans les préférences affichées par les participants à l’enquête, il semble intéressant de s’arrêter également sur les raisons pour lesquelles ces derniers lisent des romans. Bien qu’il s’agisse principalement, pour de nombreux répondants, de classiques de la littérature, la raison la plus évoquée renvoie à l’idée de divertissement et d’évasion. La lecture de romans est avant tout une lecture de plaisir — cet élément de réponse se retrouvant dans 55 des 75 réponses recueillies. Quelques participants notent également que ce plaisir vient au moins en partie du travail actif que le roman demande à l’imagination de ses lecteurs. Un deuxième ensemble de raisons invoquées a trait à une certaine volonté d’élargir ses connaissances, de découvrir de nouvelles perspectives ou visions du monde, de faire des expériences inédites — c’est le cas chez 35 participants. On retrouve ainsi la curiosité, l’appétit pour la connaissance qui apparaissait déjà au travers du profil de consommation médiatique des répondants, mais aussi dans les raisons pour lesquelles ils s’intéressent aux mooks. Enfin, si quelques participants soulignent le style d’écriture et les qualités artistiques des romans qu’ils lisent, cela reste une raison très minoritaire pour expliquer leur lecture de romans — évoquée seulement par 5 participants.

65À côté de la lecture de livres, la lecture de bandes dessinées, mangas et comics apparaît comme moins généralisée chez les répondants à l’enquête. Elle reste cependant plus répandue que dans l’ensemble de la population — comme le montre le graphique ci-dessous, reprenant le nombre d’albums lus sur un an par les participants à l’enquête ainsi que les chiffres pour la population belge francophone (Ernotte, 2009a). Ici aussi, les lecteurs de mooks sont généralement de plus gros lecteurs.

Graphique 9. Nombre de bandes dessinées, mangas et comics lus par an par les répondants et la population de la Fédération Wallonie-Bruxelles (en pourcentage)

Graphique 9. Nombre de bandes dessinées, mangas et comics lus par an par les répondants et la population de la Fédération Wallonie-Bruxelles (en pourcentage)

66Ce goût pour la bande dessinée, les mangas et les comics vient rappeler l’importance des mooks « visuels » dans les lectures des participants à l’enquête ainsi que leur intérêt marqué pour l’aspect esthétique de ces revues — mentionné comme l’une des raisons les poussant à lire des mooks. On note donc ici encore une cohérence forte entre différentes caractéristiques du profil des répondants à l’enquête.

Conclusion

67Au terme de cette première enquête exploratoire se dégage un profil des lecteurs de mooks assez homogène — même si, bien sûr, des différences individuelles et des exceptions existent. Il est possible, et sans doute même probable, que de futures enquêtes sur des échantillons plus larges fassent apparaître des types de profils plus diversifiés au sein de la population des lecteurs de mooks. Il faut rappeler ici que l’échantillon de cette enquête est presque entièrement composé de lecteurs de mooks qui proposent une approche narrative du journalisme — principalement XXI et 24h01 —, même si nombre de ces lecteurs déclarent également lire d’autres types de mooks. Il serait intéressant de s’interroger à plus grande échelle sur les recoupements qui existent entre les lectorats des différentes revues et de se demander dans quelle mesure ces recoupements pourraient être liés à d’éventuelles différences quant au profil des lecteurs.

68Cela étant, les tendances parfois très marquées observées au sein de l’échantillon — et leurs écarts par rapport aux données disponibles pour l’ensemble des populations belge francophone et française — permettent de formuler un certain nombre d’hypothèses sur les lecteurs de mooks : celles d’un public assez jeune, très éduqué, au statut professionnel plutôt privilégié, avec un intérêt plus marqué que la moyenne pour l’information — et particulièrement pour l’information en ligne — et un appétit également plus grand que la moyenne pour les livres.

69Dans ce portrait assez homogène et cohérent, le goût des lecteurs de mooks pour l’information en ligne peut à première vue paraître paradoxal, dans la mesure où les mooks s’inscrivent largement contre ce type d’information. Cependant, si l’on prend comme point de départ l’âge des participants à l’enquête, c’est plutôt le goût d’un public jeune pour des publications comme les mooks qui paraît paradoxal : en effet — aux États-Unis en tout cas —, la catégorie des 18-39 ans est la plus susceptible de consulter des médias d’information en ligne, mais aussi la moins susceptible d’une lecture en profondeur de l’actualité (American Press Institute, 2014). S’il s’agit là d’un comportement partagé par les jeunes adultes dans l’espace européen francophone, comment expliquer l’attrait des mooks pour un public jeune ?

  • 35 Un prolongement intéressant de cette enquête serait d’ailleurs justement de mener une enquête simil (...)

70Il n’existe pas d’enquête semblable à celle-ci sur le lectorat de l’ensemble des magazines américains qui ont fait du journalisme narratif leur marque de fabrique35. On peut néanmoins noter que les lecteurs du New Yorker — le plus emblématique de ces magazines — sont notablement plus âgés que les lecteurs de mooks ayant participé à l’enquête, avec un âge médian de 51 ans (Condé Nast, 2016) — l’enjeu étant justement, selon le rédacteur en chef du New Yorker, de toucher un public plus jeune sans pour autant changer la formule du magazine (Abbruzzese, 2015). Les mooks — selon les résultats de cette première enquête — semblent avoir relevé ce défi. Il serait dès lors intéressant de se demander ce qui, dans leur formule, leur permet d’attirer un public qui échappe largement au magazine américain — à moins qu’il ne s’agisse d’un effet lié à la nouveauté des publications francophones, là où le New Yorker doit composer avec une tradition longue de 91 ans.

71Le profil sociodémographique des deux groupes de lecteurs se rejoint néanmoins sur un point : il s’agit, dans les deux cas, d’un public très éduqué. On peut dès lors poser l’hypothèse que c’est cette caractéristique, plus que toute autre, qui attire un certain public vers les mooks. Elle est d’ailleurs au cœur du profil global qui se dégage de l’enquête : celui d’intellectuels amateurs de culture. Tant dans leurs choix de consommation médiatique que dans leurs préférences en matière de films et de livres, les participants à l’enquête affichent une grande curiosité intellectuelle et un fort goût pour la culture, particulièrement dans ses formes les plus valorisées. L’un d’eux va même jusqu’à décrire sa lecture de mooks comme une forme d’« enrichissement culturel » qui lui apporte un « sentiment d’appartenance à une communauté “élitiste” de lecteurs et de personnes informées ».

72Par ailleurs, à côté de cette image d’amateurs de culture bien informés, l’enquête fait également ressortir un goût marqué des lecteurs de mooks pour l’activité de lecture et pour le récit. On peut rappeler ici la préférence déclarée des répondants pour les séries et les romans policiers — genre par excellence du récit à intrigue, souvent considéré en narratologie comme la quintessence de la forme narrative. En outre, les classiques de la littérature, très prisés également par les répondants, ne sont bien entendu pas que des objets culturels traditionnellement valorisés, ils sont aussi très souvent de grands récits qui ont marqué nos sociétés et nos imaginaires. Certains répondants font d’ailleurs d’eux-mêmes le lien entre les mooks et la littérature romanesque, et parfois même le récit. L’un d’eux déclare ainsi apprécier le « storytelling différent » que proposent les mooks. Un autre note : « C’est mieux qu’un journal, c’est mieux qu’un roman. »

  • 36 Sur l’échantillon des participants à l’enquête, le niveau d’éducation et le nombre de livres lus ne (...)

73La spécificité du public des mooks pourrait donc ne pas tant tenir à une caractéristique sociodémographique comme l’éducation qu’à une préférence plus personnelle — la passion pour la lecture, voire pour la forme narrative en général. Ces deux hypothèses ne sont toutefois pas exclusives et il se peut que la curiosité intellectuelle d’un public éduqué et le goût pour le récit d’un public de gros lecteurs soient en fait deux aspects d’un même profil36. Le participant cité plus haut, pour qui les mooks sont « mieux qu’un roman », déclare ainsi aussi, à propos de ces revues : « C’est politique dans le sens noble du terme, tant le contenu que le fait de les lire. »

74Quoi qu’il en soit de leur articulation, ces deux hypothèses renvoient à des niches de lecteurs dont les spécificités semblent pouvoir permettre d’expliquer les assomptions des praticiens et experts du journalisme narratif. Si ce type de journalisme est effectivement lié à un meilleur rappel et à une meilleure compréhension de l’information — et cela reste encore à vérifier —, il se pourrait que cela ne tienne pas tant à sa forme qu’à ses lecteurs : soit un public éduqué dont on peut supposer que les facultés de compréhension et de mémorisation sont en elles-mêmes élevées et un public de gros lecteurs dont la familiarité avec la forme narrative et l’attrait pour celle-ci seraient susceptibles d’améliorer leur mémorisation et leur compréhension des récits.

75Les pistes de recherche qu’ouvre cette enquête sont donc multiples, dans une optique quantitative aussi bien que qualitative, en Europe francophone comme aux États-Unis, et concernant tant le profil des lecteurs que l’acte de lecture en lui-même et ses effets sur les lecteurs.

Haut de page

Bibliographie

ABBRUZZESE, Jason (2015), « The New Yorker wants younger readers — but not enough to change itself », Mashable, 24 novembre 2015. [En ligne]. http://mashable.com/2015/11/24/new-yorker-paywall-ad-campaign/#TfxvYalQJZqL. Page consultée le 1er septembre 2016.

AMERICAN PRESS INSTITUTE (2014), « The personal news cycle: How Americans choose to get their news », 17 mars 2014. [En ligne]. https://www.americanpressinstitute.org/publications/reports/survey-research/personal-news-cycle/single-page/. Page consultée le 1er septembre 2016.

BEUVE-MÉRY, Alain (2014), « Aux Arènes, le numérique a remis l’éditeur face à son métier », Le Monde, 16 mars 2014.

BOUCHARENC, Myriam (2004), L’écrivain-reporter au cœur des années trente, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

BOUCHARENC, Myriam et Joëlle DELUCHE (dir.) (2001), Littérature et reportage, Limoges, Presses universitaires de Limoges.

BOURDIEU, Pierre (1979), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

BOURDIEU, Séverine (2012), « Le reportage en bande dessinée dans la presse actuelle : un autre regard sur le monde », COnTEXTES, 11, mis en ligne le 16 mai 2012. [En ligne]. http://contextes.revues.org/5362. Page consultée le 8 janvier 2016.

BOYNTON, Robert (2005), The New New Journalism: Conversations With America’s Best Nonfiction Writers On Their Craft, New York, Vintage.

BOZO, Jean-Pierre (2012), « Presse : peut-on renoncer à l’édition papier ? », Réalités industrielles, 4 : 53-60.

COMBES, Clément (2015), « Du rendez-vous télé au binge watching : typologie des pratiques de visionnage de séries télé à l’ère numérique », Études de communication, 44 : 97-114.

CONDÉ NAST (2016). [En ligne]. http://www.condenast.com/brands/new-yorker/media-kit/print. Page consultée le 1er septembre 2016.

CONNERY, Thomas (dir.) (1992), A Sourcebook of American Literary Journalism: Representative Writers in an Emerging Genre, New York, Greenwood Press.

COUVE, Philippe et Nicolas KAYSER-BRIL (2010), « Médias : nouveaux modèles économiques et questions de déontologie », Journaliste & entrepreneur. [En ligne]. http://www.journaliste-entrepreneur.com/wp-content/uploads/2010/11/medias_nouveaux_modeles_PhCouve.pdf. Page consultée le 12 janvier 2016.

DABITCH, Christophe (2009), « Reportage et bande dessinée », Hermès, 54 : 91‑98.

DONNAT, Olivier (2009), Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique : enquête 2008, Paris, La Découverte.

DOZO, Björn-Olav (2010), « Note sur la bande dessinée de reportage », Textyles, 36-37 : 149-155.

DUPONT, Françoise (2004), « Les lecteurs de la presse : une audience difficile à mesurer », Le Temps des médias, 3 : 142-150.

ERNOTTE, Philippe (2009a), « Une radiographie des loisirs culturels », Faits & gestes, 30 : 1-10.

ERNOTTE, Philippe (2009b), « Une radiographie des loisirs d’intérieur », Faits & gestes, 31 : 1-10.

GAUTHIER, Flavie (2015), « Quelle place pour les mooks, ces magazines-livres, en Belgique ? », Le Soir, 27 avril.

GREVISSE, Benoît (2008), Écritures journalistiques : stratégies rédactionnelles, multimédia et journalisme narratif, Bruxelles, De Boeck.

HART, Jack (2011), Storycraft: The Complete Guide to Writing Narrative Nonfiction, Chicago, University of Chicago Press.

HARTSOCK, John (2000), A History of American Literary Journalism: The Emergence of a Modern Narrative Form, Amherst, University of Massachusetts Press.

JACOB, Didier (2014), « Tout sur les mooks », Le Nouvel Obs, 19 décembre 2014.

KALIFA, Dominique et al. (dir.) (2012), La civilisation du journal : histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle (1800-1914), Paris, Nouveau Monde.

KRAMER, Mark et Wendy CALL (dir.) (2007), Telling True Stories: A Nonfiction Writers’ Guide From the Nieman Foundation at Harvard University, New York, Plume.

LITS, Marc (2012), « Quel futur pour le récit médiatique ? », Questions de communication, 21 : 37-48.

LITS, Marc et Adeline WRONA (2014), « Permanence et renouveau des recherches sur l’écriture journalistique », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 5, mis en ligne le 21 juillet 2014. [En ligne]. http://rfsic.revues.org/1110. Page consultée le 8 janvier 2016.

MARTIN, Marc (2005), Les grands reporters : les débuts du journalisme moderne, Paris, Louis Audibert.

MEURET, Isabelle (2012), « Le journalisme littéraire à l’aube du XXe siècle : regards croisés entre mondes anglophone et francophone », COnTEXTES, 11, mis en ligne le 16 mai 2012. [En ligne]. http://contextes.revues.org/5376. Page consultée le 8 janvier 2016.

PATRIN-LECLÈRE, Valérie (2013), « Un média est-il une marque ? », Communication, 32(2), mis en ligne le 7 avril 2014. [En ligne]. http://communication.revues.org/5027. Page consultée le 8 janvier 2016.

PÉLISSIER, Nicolas et Alexandre EYRIÈS (2014), « Fictions du réel : le journalisme narratif », Cahiers de narratologie, 26, mis en ligne le 14 octobre 2014. [En ligne]. http://narratologie.revues.org/6852. Page consultée le 8 janvier 2016.

PRIOR, Markus (2009), « The immensely inflated news audience: Assessing bias in self-reported news exposure », Public Opinion Quarterly, 73(1) : 130-143.

SIMS, Norman (2007), True Stories: A Century of Literary Journalism, Evanston, Northwestern University Press.

SONNAC, Nathalie, Vincent ROMANET et Guillaume SIRE (2014), « Le péril jeune : étude des pratiques de consommation des films et des séries chez les 20-30 ans », Institut français de presse. [En ligne]. http://ifp.u-paris2.fr/servlet/com.univ.collaboratif.utils.LectureFichiergw?CODE_FICHIER=1396597169001&ID_FICHE=4485. Page consultée le 12 janvier 2016.

TNS SOFRES (2015), « Baromètre 2015 de confiance des Français dans les médias ». [En ligne]. http://www.tns-sofres.com/etudes-et-points-de-vue/barometre-2015-de-confiance-des-francais-dans-les-medias. Page consultée le 12 janvier 2016.

VANOOST, Marie (2013a), « Defining narrative journalism through the concept of plot », Diegesis, 2(2) : 77-97.

VANOOST, Marie (2013b), « Éthique et expression de l’expérience subjective en journalisme narratif », Sur le journalisme, About journalism, Sobre jornalismo, 2(2) : 160-173.

WOLFE, Tom (1975), The New Journalism, New York, Harper & Row.

Haut de page

Notes

1 Néologisme issu des termes anglais magazine et book.

2 Un colloque (dont les actes sont encore à paraître) leur a d’ailleurs été entièrement consacré à Metz, les 10 et 11 avril 2014, sous le titre Les revues-livres ou mooks.

3 On ne peut cependant pas associer systématiquement le support médiatique que sont les mooks au modèle journalistique narratif, certains mooks adoptant des approches journalistiques plus analytiques ou discursives.

4 Selon les chiffres de la base de données societe.com. [En ligne]. https://fichier.societe.com/pages_html/fichiers-entreprises.html. Page consultée le 2 octobre 2015.

5 Au classement de l’OJD 2014-2015, disponible sur le site de l’organisme. [En ligne]. www.ojd.com. Page consultée le 2 octobre 2015.

6 Long Cours a cependant été relancé en juillet 2016.

7 Selon les propos tenus par Saint-Exupéry lors de sa conférence « Journalisme littéraire et grand reportage. La passion du réel ou l’écriture-vérité » au Collège de Belgique, le 15 octobre 2013.

8 Particulièrement dans son manifeste pour un autre journalisme, publié avec le numéro 21 de la revue.

9 Pour des raisons de faisabilité de l’enquête.

10 XXI et Feuilleton ainsi que l’ensemble des plateformes de journalisme narratif en ligne qui ont été approchées — telles que Long Format ou Ulyces — n’ont pas donné suite à nos prises de contact répétées.

11 Celles qui ont bien voulu donner suite à nos demandes. Toutes les librairies belges francophones référencées comme points de vente de la revue 24h01 et possédant une adresse courriel ainsi que toutes les librairies françaises référencées comme points de vente de la revue XXI et possédant une adresse courriel ont été jointes à plusieurs reprises — ce qui représente, au total, plusieurs centaines de librairies.

12 Pour des raisons pratiques, il était demandé aux librairies françaises — contrairement aux librairies belges — d’imprimer elles-mêmes les affiches ou flyers relayant l’enquête. Il est donc possible que certaines l’aient fait sans le confirmer explicitement par retour de courriel.

13 L’utilisation d’Internet décroissant généralement avec l’âge — particulièrement à partir de 55 ans. À cet égard, voir notamment les chiffres de l’enquête sur l’utilisation des technologies de l’information et de la communication auprès des ménages belges en 2015. [En ligne]. http://statbel.fgov.be/fr/statistiques/chiffres/travailvie/tic/. Page consultée le 1er septembre 2016.

14 Selon les chiffres du SPF Économie. [En ligne]. http://economie.fgov.be/fr/statistiques/chiffres/population/structure/agesexe/pyramide/. Page consultée le 23 novembre 2015.

15 Selon les chiffres du SPF Économie. [En ligne]. http://statbel.fgov.be/fr/statistiques/chiffres/travailvie/formation/instruction/. Page consultée le 23 novembre 2015.

16 Soit le montant mensuel total dont dispose le ménage pour vivre : l’ensemble des gains et salaires mensuels nets de tous les membres du foyer, toutes pensions ou allocations sociales ou familiales comprises ainsi que tout autre revenu tel que les loyers.

17 Les données ont été recodées selon des catégories définies de manière à limiter le risque d’aberration inhérent à l’opération de division effectuée par la suite. Cependant, ce risque n’étant pas totalement éliminé pour autant, il ne s’agit ici que d’une estimation du revenu global mensuel par individu.

18 Selon les chiffres du SPF Économie. [En ligne]. http://economie.fgov.be/fr/modules/pressrelease/statistiques/marche_du_travail_et_conditions_de_vie/le_revenu_moyen_des_belges_s_elevait_a_16_651_euros_en_2012.jsp. Page consultée le 23 novembre 2015.

19 Il faut toutefois noter à cet égard que Feuilleton était également cité dans un certain nombre de messages relayant l’enquête et que l’on ne compte pourtant que 14 lecteurs de cette revue parmi les répondants.

20 La description et la définition des mooks restaient donc volontairement aussi floues que possible dans le questionnaire.

21 Ces scores globaux représentent, pour chaque répondant, la moyenne de leur fréquence, proportion et temps de lecture.

22 À nouveau, le flou dans la formulation de la question était volontaire.

23 Hormis les cadeaux destinés à d’autres personnes.

24 On ne dispose pas d’étude de ce genre pour la population belge francophone. Cependant, étant donné les grandes similitudes qui existent dans les réponses des Belges et des Français aux questions sur leur consommation médiatique dans les enquêtes sur les pratiques culturelles dans chacun des pays, on peut supposer que la situation n’est pas fondamentalement différente en Belgique francophone.

25 Ces chiffres sont, en outre, plus anciens que notre enquête. Étant donné la baisse des ventes de quotidiens observée ces dernières années, il est probable qu’ils aient encore baissé depuis.

26 Puisqu’il s’agit d’une enquête en ligne.

27 Toutes situations de visionnage confondues : au cinéma, à la télévision, sur DVD, en téléchargement, etc.

28 Hors cinéma dans ce cas-ci.

29 Dans laquelle cette question est également posée. Ces données ne sont par contre pas disponibles pour les Belges francophones.

30 Il s’agit là de la question pour laquelle les réponses des participants varient le plus en fonction de leur pays de résidence. Il est cependant impossible de déterminer s’il s’agit d’un effet lié au faible nombre de Français dans l’échantillon ou d’une différence plus large au sein de la population des lecteurs de mooks.

31 Étant donné les multiples modes d’accès aux séries existant aujourd’hui (Combes, 2015), il nous semble que l’on ne peut pas considérer que suivre une série équivaut à regarder un épisode par semaine — même si c’est là le mode de consommation prévu au départ.

32 Pour information, les chiffres de l’enquête sur les pratiques culturelles des Français sont relativement semblables, les Français apparaissant néanmoins lire généralement un peu plus que les Belges francophones : 30 % des participants déclarent ne pas avoir lu de livre sur l’année écoulée, 39 % entre 1 et 9 livres, 15 % entre 10 et 19 livres, 11 % entre 20 et 49 livres, et 5 % au moins 50 livres.

33 Les répondants à notre enquête n’ont pas répondu par un seul chiffre, comme dans l’enquête sur les pratiques culturelles, mais ont ventilé le nombre de livres lus par an en fonction des genres de livres qu’ils lisent.

34 Ces données n’étant pas disponibles pour la Belgique francophone.

35 Un prolongement intéressant de cette enquête serait d’ailleurs justement de mener une enquête similaire sur les lecteurs de ces magazines aux États-Unis.

36 Sur l’échantillon des participants à l’enquête, le niveau d’éducation et le nombre de livres lus ne sont pas significativement corrélés — mais cela peut sans doute s’expliquer par la faible variabilité du niveau d’éducation chez les répondants.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Distribution des répondants par catégorie d’âge
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7341/img-1.png
Fichier image/png, 11k
Titre Tableau 1. Distribution des répondants par statut professionnel
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7341/img-2.png
Fichier image/png, 103k
Titre Graphique 2. Distribution des répondants par niveaux d’éducation
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7341/img-3.png
Fichier image/png, 50k
Titre Graphique 3. Distribution des répondants par classes de revenu mensuel global par individu
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7341/img-4.png
Fichier image/png, 11k
Titre Tableau 2. Distribution des répondants par mooks lus
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7341/img-5.png
Fichier image/png, 88k
Titre Graphique 4. Distribution de la fréquence de lecture de XXI et 24h01
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7341/img-6.png
Fichier image/png, 16k
Titre Graphique 5. Distribution de la proportion des articles lus par numéro de XXI et 24h01
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7341/img-7.png
Fichier image/png, 20k
Titre Graphique 6. Distribution de la période de lecture d’un numéro de XXI et de 24h01
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7341/img-8.png
Fichier image/png, 16k
Titre Tableau 3. Distribution des budgets annuels consacrés par les répondants aux mooks, à la presse quotidienne, à la presse magazine et aux livres (en pourcentage)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7341/img-9.png
Fichier image/png, 30k
Titre Graphique 7. Distribution des répondants par principale source d’information
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7341/img-10.png
Fichier image/png, 16k
Titre Tableau 4. Genres de films préférés des répondants et de la population française (en pourcentage)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7341/img-11.png
Fichier image/png, 76k
Titre Graphique 8. Nombre de livres lus par an par les répondants et la population de la Fédération Wallonie-Bruxelles (en pourcentage)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7341/img-12.png
Fichier image/png, 13k
Titre Tableau 5. Genres de livres préférés par les répondants
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7341/img-13.png
Fichier image/png, 104k
Titre Graphique 9. Nombre de bandes dessinées, mangas et comics lus par an par les répondants et la population de la Fédération Wallonie-Bruxelles (en pourcentage)
URL http://journals.openedition.org/communication/docannexe/image/7341/img-14.png
Fichier image/png, 13k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Vanoost, « Qui sont les lecteurs de mooks ?  », Communication [En ligne], vol. 34/2 | 2017, mis en ligne le 25 juillet 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/7341 ; DOI : 10.4000/communication.7341

Haut de page

Auteur

Marie Vanoost

Marie Vanoost est chargée de recherches au Fonds de la Recherche Scientifique – FNRS, Université catholique de Louvain. Courriel : marie.vanoost@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals