Navigation – Plan du site
Lectures

Pierre-Léonard HARVEY, Rapports de force, gouvernance et communautique dans la société de l’information

Québec, Presses de l’Université Laval, 2004
Marie-Joseph Bertini
p. 221-223
Référence(s) :

Pierre-Léonard HARVEY (2004), Rapports de force, gouvernance et communautique dans la société de l’information, Québec, Presses de l’Université Laval

Texte intégral

1Dans cet ouvrage foisonnant, l’auteur brasse de nombreux thèmes mis en exergue par les évolutions structurelles de nos sociétés inhérentes à l’émergence combinée des nouvelles technologies de l’information et de la communication et de la mondialisation de l’économie.

2Harvey offre au lecteur la synthèse de ses travaux échelonnés sur les vingt dernières années passant ainsi de l’étude des communautés virtuelles à la personnalisation généralisée de la consommation, ou bien des mécanismes de la socialisation et de l’acculturation dans les sociétés post-modernes aux mutations des interactions entre technologie et apprentissage.

3La grande diversité des problématiques envisagées rend difficile leur articulation rigoureuse et expose l’auteur à des redites qui alourdissent son projet, même s’il faut reconnaître à ce dernier une réelle capacité à tenter de rendre compte d’une réalité démultipliée, rendue plus complexe encore par la cartographie mouvante des interactions entre acteurs sociaux, techniques, milieux et médiations.

4L’auteur cherche à comprendre tout au long de l’ouvrage comment lutter contre le rapt de la démocratie organisé par « les Machiavels » des deux puissances institutionnelles primordiales que sont l’État et le Marché.

5La démocratie occultée répond ici en bien des points à la démocratie occulte, autrement dit, c’est à forger les moyens, notamment réseautiques et connectiques, de rendre la démocratie à ceux à qui elle appartient que s’attache résolument cet ouvrage dans un style clair et direct, loin des abstractions de la langue de bois des spécialistes.

6L’auteur revendique ainsi clairement son affiliation aux penseurs du désenchantement et de la méfiance généralisée vis-à-vis des médias de masse (École de Francfort, Baudrillard, Postman, Moles) ou des NTIC (Virilio et Ellul notamment) tout en réfléchissant aux conditions de possibilité de leurs usages libérateurs dans les temps qui viennent. Et c’est probablement dans cette tension essentielle entre désenchantement et réenchantement du monde que réside l’intérêt principal de cet ouvrage.

7Harvey construit son cheminement en plusieurs étapes. Il s’agit d’abord de requalifier la nature des enjeux profonds du cyberespace, moins technologiques et économiques selon lui, que sociaux et surtout politiques.

8En concentrant son attention sur les rapports de force entre les différents acteurs du réseau, il fait progressivement apparaître les multiples facettes de la cybermétrie, outil de mesure en temps réel des comportements et des attitudes, restituant ainsi la véritable nature de ce Janus bifront, à la fois instrument de contrôle social réveillant les pires angoisses orwelliennes et fondement d’une nouvelle démocratie (ou doxocratie) appuyée sur les technologies de connaissance et de valorisation d’une opinion publique conçue comme instance décisionnelle et opérationnelle, intermédiaire entre le gouvernement et la société civile.

9Et ce n’est pas le moindre des intérêts de l’ouvrage que de réhabiliter une notion si décriée de nos jours par les tenants de la démocratie représentative accusant l’opinion publique de tous les maux, opposant bruyamment le peuple au populisme et la démocratie à la démagogie.

10Ce peuple-prétexte, capté par les gouvernants, transformé en consommateurs par le marché, ce peuple, nous dit Harvey, n’est plus qu’une coquille vide que la communautique nous permettra de ressusciter et de réinventer en retrouvant la vigueur des démocraties directes dont Athènes demeure le paradigme.

11Cette leçon de démocratie qui constitue le centre de l’ouvrage s’enroule parfois dans des accents prophétiques qui affaiblissent le propos et substitue la prospective à l’analyse, comme le montre le grand nombre de verbes conjugués au futur de l’indicatif associé à l’utilisation d’auteurs tels que Toffler, Minc ou Attali, spécialistes du genre.

12Harvey s’abstient de se ranger du côté de l’utopie de la fraternité universelle annoncée en son temps par Saint-Simon et voit dans les réseaux numériques moins des raisons d’espérer que des raisons de s’alarmer, du moins dans un premier temps. Aussi analyse-t-il avec circonspection l’idéologie de la participation et de l’autonormalisation développée par certains auteurs en rappelant qu’il s’en faut de peu que le rapport de force ne bascule une fois encore du côté des marchands. Self-production sociale et culturelle contre puissance de surveillance et de contrôle toujours à l’œuvre.

13Cette dernière se voit constamment renforcée selon lui par l’individualisme privatisant et dépolitisant qui favorise le repli du citoyen sur la sphère domestique et laisse le champ libre à la démocratie occulte. Le propos d’Harvey tend ici à fournir au lecteur les moyens de construire une double autonomie individuelle et sociale qui ne sacrifie pas la seconde au profit de la première, insistant à l’instar des théoriciens français de l’autonomisation (Deleuze, Castoriadis, Foucault) sur la nécessité de recombiner les liens entre individu et collectif, nécessité qui constitue le fondement même du politique.

14Harvey parvient à montrer à cet endroit que la démocratie reconquise passe par le pouvoir du peuple, lui-même refondé sur une nouvelle forme de gouvernance mariant démocratie directe et démocratie représentative. C’est en croisant en effet la doxocratie électronique conçue comme nouvel espace public au sens habermassien du terme (c’est-à-dire espace de discussions argumentées) et la délégation à des représentants exerçant leur mandat sous le feu de la critique permanente du jugement public, que s’élaboreront de nouvelles structures sociales et politiques autorisant l’émergence d’une authentique société civile mondiale apte à combattre les autoritarismes de toute nature.

15En ce sens, et en ce sens seulement nous dit Harvey, la Communautique est bien une Politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Joseph Bertini, « Pierre-Léonard HARVEY, Rapports de force, gouvernance et communautique dans la société de l’information », Communication, Vol. 26/1 | 2007, 221-223.

Référence électronique

Marie-Joseph Bertini, « Pierre-Léonard HARVEY, Rapports de force, gouvernance et communautique dans la société de l’information », Communication [En ligne], Vol. 26/1 | 2007, mis en ligne le 06 septembre 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/787 ; DOI : 10.4000/communication.787

Haut de page

Auteur

Marie-Joseph Bertini

Maître de Conférences des Universités, Habilitée à Diriger les Recherches en Sciences de l’information et de la communication, Directrice de Recherches, Laboratoire I3M (Information, Milieux, Médiation, Médias), Équipe d’Accueil 3820, Ministère de la Recherche, Directrice du Master II Recherche Information Communication et Cultures, Université de Nice-Sophia Antipolis marie-joseph.bertini@unice.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals