Navigation – Plan du site
Articles

Les récits livresques de survivance sur le camp de la Neue Bremm

Enjeux et orientations disciplinaires
Jacques Walter
p. 11-47

Résumés

L’article rend compte des tenants et des aboutissants d’un programme de recherche, en cours de réalisation, sur la construction et l’exploitation d’un corpus livresque de récits de survivance centrés sur le camp de la Gestapo à la Neue Bremm. Trois hypothèses sont privilégiées : ces récits constituent une source d’information sur les modalités de perception, par les détenus, du fonctionnement de ce camp jusqu’alors étudié d’un point de vue factuel ; les détenus étant ensuite dirigés vers des « grands » camps, les écrits offrent une vision condensée d’un premier contact avec l’univers concentrationnaire, proche d’un récit d’« initiation » ; depuis les années 2000, on assiste à une autonomisation éditoriale de certains récits, phénomène dont les causes excèdent la seule personnalité d’un auteur. En découlent des interrogations sur le cadrage préalable à la réalisation du programme et sur les conditions théoriques et méthodologiques d’une nécessaire interdisciplinarité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ce programme s’inscrit dans deux opérations menées par le Centre de recherche sur les médiations ( (...)
  • 2  Voir, par exemple, Robin (1973, 1986).
  • 3  La liste des ouvrages composant le corpus figure dans la seconde section des références bibliograp (...)

1À une période que, sous l’emprise du « devoir de mémoire », l’on dit communément saturée par la diffusion de récits de survivance (presse, ouvrages, films, cédéroms, Internet…) concernant les camps de concentration et d’extermination nazis, vaut-il encore la peine de se pencher sur ce type de productions, d’autant qu’il a déjà fait l’objet de nombreuses recherches ? Le présent article, fondé sur un programme de recherche1 en cours de réalisation et donc sur les premiers résultats de celui-ci, a pour ambition de montrer que le sujet n’est vraisemblablement pas épuisé. D’abord, factuellement, parce que les témoignages concernant des camps moins connus n’ont pas été explorés et qu’ils constituent peut-être une source de savoir sur ceux-ci. Ensuite, théoriquement et méthodologiquement, parce que certains récits invitent à revisiter, pour partie, le questionnement sur la construction et l’exploitation de corpus à dominante historique ou mémorielle2, en particulier autour des problèmes de la valeur référentielle des textes, du rapport à la société, de l’élaboration du sens d’un corpus constituant une « unité maximale » quand on analyse un discours. Il en va ainsi avec un ensemble de livres3 de langue française, parus entre 1945 et 2006, contenant des témoignages sur un camp méconnu de la Gestapo situé à la Neue Bremm, en Allemagne, à la frontière avec la France.

Cadrage : du camp au corpus

  • 4  Allemagne, Belgique, Bulgarie, Espagne, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni (...)
  • 5  Les détenus pouvaient être prisonniers de guerre, résistants, espions au profit des Alliés, opposa (...)
  • 6  En décembre 1944, tandis que le front se rapproche, le camp est évacué à Heiligenwald, une bourgad (...)
  • 7  Gilbert Hirsch-Ollendorff (1904-1981) est mobilisé en 1939 comme sous-lieutenant pilote. Dès les d (...)

2Quelles sont les principales caractéristiques de ce camp atypique ? C’est à la demande des services administratifs du Reich, qui souhaitaient mettre en place un lieu de détention administré et dirigé par la Gestapo de Sarrebruck (et non par l’Inspektion der Konzentrationslager, sous l’autorité de la SS), que le camp de la Neue Bremm fut installé à partir de février 1943. Ce « petit » camp était composé de deux sections : l’une pour des hommes, l’autre pour des femmes. Environ 20 000 personnes d’une dizaine de nationalités4y ont séjourné pour des causes diverses5. Le régime d’internement était très sévère, en particulier pour les hommes qui subissaient des sévices autour ou dans un bassin d’eau, un élément toujours évoqué dans les récits et qui « marque » ce camp (ailleurs, le marqueur est l’appel, la sélection pour la chambre à gaz, le « travail » dans une carrière…). Dans la plupart des cas, après y avoir séjourné, les détenus étaient dirigés vers des camps de concentration. Fin 1944, le camp fut dissous, les baraquements démantelés6, ce qui ne facilita pas l’investissement du site en tant que lieu de mémoire. Sous cet angle, trois périodes scandent la dynamique mémorielle : une première qui court de l’après-guerre jusqu’à la fin des années 1940 où la présence du camp dans l’espace public franco-allemand fut assez forte, avec comme point culminant l’inauguration, le 11 novembre 1947, d’un mémorial érigé à l’initiative du gouverneur militaire de la Sarre, Gilbert Grandval7 ; une deuxième, des années 1950 au milieu des années 1970, où sa présence est lacunaire, notamment pour des raisons sociopolitiques mais aussi en raison de la moindre mobilisation des « rescapés » dans l’activité mémorielle ; la dernière, à partir du milieu des années 1970, correspond à ce que l’on peut qualifier d’une « sortie d’oubli » faisant l’objet de l’enquête menée par une équipe du Centre de recherche sur les médiations de l’Université Paul Verlaine-Metz. Ce qui conduit à préciser dans quelles circonstances la Neue Bremm est devenue, pour celle-ci, un terrain d’investigation.

Histoire du camp, histoire des médiations mémorielles du camp

  • 8  Pour une synthèse, voir Meyer et Walter (2005).

3Lors d’une étude précédente relative aux commémorations des batailles de 1870 sur les hauteurs de Spicheren, un village mosellan qui domine le site du camp, une équipe a réalisé plusieurs enquêtes auprès des habitants sur la mémoire des conflits en ces lieux (1870 ; 1914-1918 ; 1939-1945)8. Bon nombre de souvenirs concernaient la Seconde Guerre mondiale sans que pour autant le camp ne soit évoqué, comme s’il était inconnu. La Moselle et l’Alsace étant devenues une partie du Reich, il est vrai que les habitants étaient considérés comme allemands et que les plus jeunes avaient dû servir dans la Wehrmacht, ce qui entraîne parfois une gêne à l’égard de cette période, si ce n’est un refoulement. Or quand un participant à l’enquête a confié que, enfant, il regardait grâce à une longue-vue d’accès public ce qui se passait en contrebas des hauteurs et que des détenus, sous bonne garde, venaient parfois dans le village, il a été décidé de poursuivre la recherche sur ce camp qui ne fait guère l’objet d’un « travail de mémoire » en France, alors que de l’autre côté de la frontière, avec l’implication de la municipalité de Sarrebruck, d’associations, d’universitaires, mais selon des modalités différentes de part et d’autre, il « sort de l’oubli » dans un paysage historiographiquement contrasté.

  • 9  Durant des décennies, la Neue Bremm a été qualifiée de camp de concentration (appellation qui empê (...)
  • 10  Olga Wormser-Migot, née Jungelson (1912-2002), historienne, a travaillé dès la Libération au minis (...)
  • 11  Les archives des procès sont en cours de dépouillement aux archives de Colmar.
  • 12  Voir Daguerre (2004), Humbert (2004), Beck (2005), Soupart (2005).
  • 13  L’ouvrage de R. Bernard et D. Renger est un chaînon fondamental entre la mémoire française et la m (...)
  • 14  Citoyen allemand, Horst Bernard (né en 1931) a passé la guerre avec ses parents en France, pour fu (...)
  • 15  Le recueil de 2001 contient les témoignages de Mercedes Bernal, Bernard Cognet, Mme A.-M. G., Guy (...)

4Les recherches sur les camps de la Gestapo sont embryonnaires en France et assez rares en Allemagne. Pour celui de la Neue Bremm, les historiens français l’ont surtout assimilé à un camp de concentration ou à un camp de transit (reprenant ainsi des catégories « indigènes »9) et le mentionnent plus qu’ils en étudient la spécificité10. Néanmoins, un ouvrage sur les procès pour crimes de guerre, tenus en zone d’occupation française à Rastatt en deux sessions (1946 et 1947), contient plusieurs pages utiles pour l’étude des récits pouvant provenir de dépositions11. Issu d’une thèse de germanistique, cet ouvrage a été écrit par Yveline Pendaries (1995), fille de l’un des juges ayant siégé. Depuis 2004, dans le cadre d’une pré-enquête pour le programme « Sortie d’oubli », des mémoires de maîtrise ou de Diplôme d’études approfondies (DEA) ont été réalisés sur la place du camp dans l’espace public, essentiellement à la lumière de sa médiatisation12. En outre, une communication sur les médiations mémorielles a été prononcée en Allemagne (Fleury et Walter, à paraître), une autre, sur les images porteuses de mémoire, l’a été en France (Fleury, 2006). Sachant que le premier Novotel allemand fut implanté en 1975 sur l’ancien camp des femmes, un article sur les aménagements des lieux a été publié par la revue Communication et langages (Walter, 2006). Enfin, plusieurs récits font l’objet d’investigations (Walter, à paraître i, ii, iii, iv, v). Du côté allemand, l’intérêt universitaire a été déclenché suite à une recherche menée par Raja Bernard et Dietmar Renger et éditée en 198413. À noter que Raja Bernard est la fille d’Horst Bernard14, un militant de la mémoire de ce camp, qui publiera les seuls ouvrages de témoignages spécifiquement dédiés, en soixante ans, à la Neue Bremm (2001, 2005)15.

  • 16  Le lecteur non germanophone peut consulter une note sur cet ouvrage, rédigée par Vincent Meyer, da (...)
  • 17  Sur l’engagement des chercheurs, voir Heinich (2002, 2005), Barcellini (2003), Ferro (2003), Rebér (...)

5Il s’ensuivit une attention à ce camp par les historiens « professionnels » de l’Université de la Sarre, en particulier de l’équipe du professeur Rainer Hudemann. Cela s’est traduit par un mémoire d’Elisabeth Do Lam (2000) sur le souvenir de la Neue Bremm dans la presse allemande après 1945. En 2003, c’est Elisabeth Thalhofer qui publie un ouvrage de référence sur l’histoire de la Neue Bremm entre 1943-1945, permettant d’en comprendre les particularités16. Parallèlement à ces travaux, on peut relever plusieurs contributions sur la place architecturale et urbanistique des vestiges et des monuments commémoratifs (Flender, 1998 ; Dimmig, 2001 et 2004);dans le même ordre de préoccupation, l’historien américain Mark Landsman a produit un article (2003) qui dénonce les risques d’un « tourisme de mémoire ». D’évidence, l’analyse des récits testimoniaux, quels que soient les supports, n’est pas au cœur des recherches menées par les historiens, même si ces derniers se penchent davantage sur la dimension mémorielle ou y collaborent directement comme Rainer Hudemann et Elisabeth Thalhofer pour un monument inauguré en 2004 ; ce qui, du reste, pose la question de la posture scientifique et de l’engagement pour une « cause »17. Pourtant, ces récits jouent un rôle important dans la dimension mémorielle. En découle une question : quelles sont les caractéristiques majeures du corpus des témoignages livresques de survivants du camp ?

Corpus : un camp aux marges, un camp au centre

  • 18  Georges Loustaunau-Lacau (1894-1955), dit Navarre, est le fondateur du réseau Alliance. Officier p (...)
  • 19  Simone Saint-Clair (1896-1975) est une femme de lettres et journaliste. Résistante, elle a été dép (...)
  • 20  Pierre Bleton (1924-1985) était étudiant pendant la guerre. Il s’est engagé dans Défense de la Fra (...)
  • 21  Edmond Michelet (1899-1970) a combattu durant la Grande Guerre. Engagé dans le catholicisme social (...)
  • 22  Marie Justine Fogel, née en 1926, mosellane, a été déportée à la Neue Bremm et à Ravensbrück pour (...)
  • 23  Pierre de Froment (1913-2006), jeune officier au moment de la guerre, entre très tôt en contact av (...)

6De la fin de la guerre jusqu’aux années 2000, la production est constituée des souvenirs que quelques rescapés, « connus » ou non, ont laissés de leur court passage à la Neue Bremm (premier contact avec l’univers concentrationnaire), et ce, par le truchement d’ouvrages racontant leur déportation dans des « grands » camps (Georges Loustaunau-Lacau18 ; Simone Saint-Clair19 ; Pierre Bleton20 ; Edmond Michelet21 ; Marie-Justine Fogel22 ; Pierre de Froment23).

  • 24  Gilbert Renault (1904-1984), alias Rémy, sympathisant de l’Action française, s’est engagé dans les (...)
  • 25  Dès son retour de déportation (Buchenwald, Porta Westphalica, Neuengamme), David Rousset (1912-199 (...)
  • 26  Christian Bernadac (1937-2003), journaliste et écrivain dont le père (Robert, dit Rouge-gorge dans (...)
  • 27  Henri Michel (1907-1986), historien, a aussi été résistant (Simon), militant socialiste et respons (...)
  • 28  En outre, certains déportés, pourtant passés par la Neue Bremm, n’en disent rien dans leurs récits (...)

7En outre, des résistants retracent l’histoire de leurs réseaux : colonel Rémy (1948)24 ; d’autres, comme David Rousset (1946, 1947)25, adoptent une forme romanesque ; des journalistes font œuvre d’historiens, Christian Bernadac (1969, 1976)26 ; ou bien encore, cas peu fréquent, des historiens ont rassemblé des témoignages d’anciens détenus, Olga Wormser et Henri Michel (1955)27. On le voit, l’ensemble de ces gestes favorise assez peu la mise en visibilité du camp, en tant que lieu spécifique, par le canal de l’édition28.

  • 29  Català (1994) ; Cognet (1997) ; Fogel (1990) ; Manson (1995).
  • 30  Témoignage de Guy Halftermeyer, paru dans Le Déporté, mars 1990. Article sur le Père Jacques, paru (...)
  • 31  Mme A.-M. G., Clémence Jacques (sa photographie et une biographie sont sur le mur du mémorial de l (...)
  • 32  Andrée Gros.
  • 33  Vasily P. Volodko, déporté ukrainien ; sa photographie figure sur le mur du mémorial de la Neue Br (...)
  • 34  Jeanne Albert, Georges Jouffron, Georges Babel, Yvette Lundy, Émile Karpp.
  • 35  Mathilde Meyer, Marthe Beyel, Léonie Kieffer, Raymond Reislinger.
  • 36  Militant socialiste, Augustin Malroux (1900-1945) est élu maire de Blaye en 1935. À Vichy, le 10 j (...)
  • 37  Murielle Allouche est journaliste de presse écrite et de télévision ; dans le cadre de ses études, (...)
  • 38  Dans cet ouvrage, placé à l’enseigne de la Shoah, on trouve le témoignage de Lise Ricol-London (né (...)

8C’est sur ce plan qu’Horst Bernard se distingue : les deux recueils bilingues de témoignages, publiés en 2001 et 2005, sont centrés sur la seule Neue Bremm. Le premier intègre des extraits d’autres livres29, des articles30 et des entretiens originaux31 ; le second est uniquement constitué de textes non édités jusqu’ici (extraits d’un cahier32, lettre33, manuscrits34…) et d’entretiens35. L’auteur prépare un volume sur les résistants sarrois, qui comportera des témoignages de descendants (un peu à l’instar de celui d’Anny Malroux, Avec mon père, Augustin Malroux36, paru en 1991, ou de l’ouvrage de Murielle Allouche et Jean-Yves-Masson37, paru en 200538).

9D’emblée, on constate donc qu’il faut opérer des distinctions entre les récits, selon les auteurs (primaires et secondaires), les sources narratives utilisées dans les ouvrages (articles, dépositions, journaux intimes, ouvrages, documents oraux ou audiovisuels transcrits…), la relation frontale ou non au camp (livres sur la Neue Bremm versus extraits de récits de déportation dont la majeure partie s’est passée dans un autre camp). À ce jour, le corpus – toutes catégories confondues – comporte 68 titres (sans compter les rééditions, qui ont leur importance comme on le verra) et forme une matrice pour traiter heuristiquement les récits de survivance selon trois hypothèses.

  • 39  Dans le recueil Elles et Eux et la déportation de Caroline Langlois et Michel Reynaud (2005 : 289) (...)
  • 40  « Neue Bremm ou un carnet de Jean-Pierre », dans Les impitoyables d’Arthur Conte (circa 1946). Né (...)

10Premièrement, sur un plan strictement empirique, rappelons qu’il n’y a pas de travaux d’ensemble sur les récits des survivants de ce « petit » camp administré par la Gestapo. Avec les limites du genre, ces récits constituent une indéniable source d’information, non pas tant sur le fonctionnement du camp en tant que tel, mais sur ses modalités de perception par des détenus (avec plus ou moins de distance suivant les dates d’écriture et les positions sociales des scripteurs). Deuxièmement, tous ces récits généralement courts (d’une à deux pages, avec des exceptions : quelques lignes dans un recueil39 ou 43 pages pour une nouvelle40) rapportent une vision de la prime expérience avec l’univers concentrationnaire. Dans une certaine mesure, ils sont des récits condensés d’« initiation » (entrée dans le camp, épreuves, apprentissage et, la plupart du temps, passage à un autre camp…), quelles que soient les formes « scripturales » adoptées dans les ouvrages (de la déposition à la nouvelle, en passant par les mémoires, souvenirs, etc.). Troisièmement, sous l’angle de l’« acte » testimonial et éditorial, on est conduit à s’interroger sur le processus d’autonomisation des récits de la Neue Bremm par rapport à ceux d’autres expériences concentrationnaires, que ce soit – mais pas exclusivement (Walter, 2006) – en raison d’un artefact d’un militant de la mémoire (Horst Bernard), de celui d’un chercheur ou d’une équipe. Ces hypothèses sont en interdépendance et nécessitent des ajustements théoriques qui ne sont pas sans poser des difficultés.

Une nécessaire interdisciplinarité

11Avant d’expliquer quelles sont les principales interrogations théoriques relevant de plusieurs approches, il convient de préciser comment s’organise cette interdisciplinarité. Plusieurs disciplines (sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, sciences du langage, narratologie) sont mobilisées ici, mais comment ? Elles le sont dans le cadre de ce qu’Alice Krieg-Planque (2003) dénomme une « pluridisciplinarité stratifiée ». Par cette expression, il faut comprendre qu’une articulation entre disciplines est une relation dans laquelle le chercheur demande à une approche autre que celle dont il est coutumier d’apporter son point de vue sur des résultats dégagés préalablement. C’est en ce sens qu’il y a stratification et enrichissement heuristique. Un tel ordre n’est nullement l’expression d’un jugement de valeur ou d’une prééminence scientifique, mais le résultat d’une pertinence relativement à une situation donnée. Sur un plan opérationnel, la démarche s’inspire d’un bilan d’expériences dressé par Guy Lochard et Jean-Claude Soulages (2004) qui plaident pour une « interdisciplinarité partagée », bilan dans lequel l’accent est mis sur l’importance des procédures de validation des hypothèses provenant de la confrontation. Outre son ambition d’éclairer une configuration testimoniale particulière, c’est dire que le projet comporte une dimension de nature épistémologique.

Les récits de survivance, à la croisée de l’individuel et du collectif

12À l’instar de travaux entrepris sur les témoignages médiatiques de la Shoah (Walter, 2005), il semble pertinent de tenir compte de trois niveaux de cadrage : le macro-niveau des facteurs socio-historiques (l’évolution des formes de mémoire de la Seconde Guerre mondiale, les relations franco-allemandes…) ; le méso-niveau des débats ou polémiques (la dénomination du camp, la construction d’un hôtel sur les restes du camp des femmes en 1975…) ; le micro-niveau des dispositifs testimoniaux (les projets éditoriaux à la base des ouvrages, la mise en page, l’illustration…). Il est clair aussi que travailler sur des récits de survivance conduit à croiser une dimension collective et une dimension individuelle. Penser la relation entre les deux nécessite des choix d’équipements intellectuels. En la matière, il est loisible de s’appuyer sur des traditions représentées par l’ouvrage de Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire (1925), ou par celui d’Erving Goffman, Les cadres de l’expérience (1974). Si ces traditions sont présentes en arrière-plan, d’autres ressources puisées dans l’histoire et la sociologie de l’action sont d’un bon rendement.

  • 41  Voir les ouvrages de Bernard (2001, 2005) ou celui de Allouche et Masson (2005).

13En effet, l’émergence des témoignages a partie liée avec une mobilisation d’acteurs individuels et collectifs d’origine hétérogène (survivants, historiens, journalistes, associations, éditeurs, médias…) dont, pour la déportation, plusieurs historiens ont proposé des périodisations (Wieviorka, 1992 ; Mannarino, 1998). En découle un intérêt pour le renouveau des études des formes de l’action collective à dimension protestataire qui mettent la question du cadre et des arènes publiques au cœur de l’analyse des mouvements sociaux (Cefaï et Trom, 2001). Certes, cela implique une transposition parce que ces témoignages sont souvent présentés comme des actes strictement individuels ou que les « causes » n’ont pas trait à des « modes de vie ». Ici, la mobilisation « protestataire » peut être dirigée contre l’oubli de la déportation, contre un usage politique de la Résistance, contre une résurgence des formes de « barbarie », contre la prévalence d’une autre mémoire… (Fleury et Walter, à paraître ; Walter, 2006). On en trouve l’écho dans des préfaces ou dans des conclusions, ainsi que sur des quatrièmes de couverture de nombreux ouvrages, tout comme dans l’action de certaines associations qui soutiennent des publications (Amicale de Ravensbrück, Association des déportées et internées de la Résistance, Fédération nationale des internés et résistants patriotes, Union nationale des associations de déportés internés et familles de disparus, Vereinigung der Verfolgten des Naziregimes-Bund der Antifaschistinnen und Antifaschisten…). Cette approche s’appuie aussi sur des études qui renouvellent le regard porté sur la Résistance, la déportation et leurs formes mémorielles (Douzou, 2005 ; Dreyfus, 2005 ; Marcot, 2006), regard longtemps dominé par celui des acteurs qui écrivaient leur propre histoire avec les filtres que cela suppose. Qui plus est, la production testimoniale est tributaire de l’évolution de l’historiographie, par exemple avec le développement de l’histoire orale et des collectes de témoignages audiovisuels par des fondations qui stimulent la transcription et souvent la réécriture par un tiers ; la maîtrise de l’écrit par le témoin n’étant plus perçue comme une nécessité41.

Articulation entre témoignage et Histoire, variation des formes des récits

  • 42  Jean-Pierre Vittori a été journaliste à L’Humanité et fut rédacteur en chef du Patriote résistant  (...)
  • 43  Par exemple, à l’occasion de la sortie des Mains jointes (1948) du colonel Rémy, Le Parisien libér (...)

14Naturellement, il est nécessaire de s’appuyer sur une définition problématisée de ce que l’on appelle un témoin et un témoignage. Des historiens se sont penchés sur la fortune de la production testimoniale dans le rapport qu’une société entretient avec son passé, récent en particulier. Ainsi François Bédarida (2001) distingue-t-il des types de témoins se référant à des situations différenciées, sur un plan empirique, juridique et philosophique. Il met au jour un triple constat : le témoignage prend place dans un réseau de discours (ce qui conduit à accorder de l’importance aux jeux de langage), le témoin devient un « témoignant » (ce qui met l’accent sur la temporalité) et, enfin, le témoin veut unifier les faits et le sens (ce qui interroge le rapport à la vérité). On perçoit immédiatement que, en bonne rigueur, le témoignage ne peut qu’être apporté par un individu ayant vécu la période. Mais la mise en forme des récits publiés peut être le fait de personnes qui n’ont pas vécu la période considérée (comme des journalistes : Murielle Allouche, Christian Bernadac, Jean-Pierre Vittori42…) ou les faits relatés, bien qu’ils aient été contemporains (comme des responsables de réseaux de Résistance qui, eux, n’ont pas été déportés : par exemple, le colonel Rémy). Ceci constitue un point particulièrement important pour l’analyse des cadres de l’expérience si l’on se situe dans une perspective goffmanienne. En outre, les médias participent à l’élaboration et à la socialisation du sens à donner, par le public, à des « biens » mémoriels ou testimoniaux43. Ils le font en rendant compte, parfois de façon quasi militante ou pour le moins engagée, mais aussi en rapportant des propos de spécialistes (surtout des historiens) ou en suscitant des prises de position. Bref, dans une mesure certes difficilement quantifiable, ils influencent la perception du lecteur. De la sorte, on rejoint la problématique des régimes d’historicité, telle que la pense François Hartog (2003):les témoins ne sont pas que des sources, mais des acteurs à part entière et, que ce soit dans l’histoire orale ou dans l’économie médiatique, il faut tenir compte d’une tendance au « présentisme ». Cette situation provoque des questionnements importants en sciences sociales sur les usages du passé : « Le témoin est-il une “source” ou une “voix” qu’il vaut mieux entendre “en direct” (on line), sans passer par la “médiation” de l’historien ? » (Hartog et Revel, 2001 : 21).

  • 44  Les exemples sont nombreux : Edmond Michelet inscrivait fortement son action dans le catholicisme (...)

15Cette fois, sur un plan sociologique, on dispose, entre autres contributions, de celle de Renaud Dulong (1998) sur les « conditions sociales de l’attestation personnelle » ; sous une forme ramassée, il définit le témoignage oculaire comme « un récit autobiographiquement certifié d’un événement passé, que ce récit soit effectué dans des circonstances informelles ou formelles », en précisant qu’il doit pouvoir le répéter sous une forme stabilisée. L’intérêt de la perspective de Renaud Dulong est de redéfinir le témoignage à partir de l’expérience de son « public ». Autrement dit, il insiste sur le fait que le témoin « affirme » relater un événement, ce qui fait du témoignage un acte de parole et invite à prendre en considération les conditions dans lesquelles cette certification est reçue. Ce qui suppose un engagement de sa part (garantie de vraisemblance, aptitude à répondre à des questions, stabilisation du récit…). En outre, le sociologue met l’accent sur la dimension éthique de cet acte, en particulier pour les témoignages historiques. Il s’agit là, pour faire face à l’indifférence ou au négationnisme, de donner au témoignage une véritable force « politique » en lui faisant jouer une fonction de préservation de la vérité « factuelle » dans l’espace public. Dans un registre proche, certains récits s’inscrivent dans un souci de manifester une résistance en lien avec la spiritualité ou la foi44. On comprend alors tout l’intérêt à se pencher non seulement sur les dispositifs de création et de réception du témoignage (pour ce dernier aspect, en analysant l’anticipation des réactions du lecteur par l’auteur ou le préfacier, ou en analysant les critiques dans la presse), mais aussi sur les procédés d’écriture qui permettent d’assurer ce rôle complexe.

  • 45  Par exemple, Mathilde Meyer et Marthe Beyer témoignent ensemble (Bernard, 2005). Après leur détent (...)

16L’étude des formes discursives du témoignage appelle un recours aux sciences du langage et à la narratologie. De fait, le témoignage (proche de l’autobiographie, des mémoires, des souvenirs…, ces expressions figurant parfois dans les titres ou sous-titres des livres, ou encore dans les préfaces) conduit à s’interroger sur le « je » qui se fait témoin et qui est tenu d’articuler, narrativement, par exemple le passé et le présent, l’objectif et le subjectif, les formes d’adresse pour soi et pour l’autre, le dicible et l’indicible, les faits et leur interprétation… ; et ce, en tenant compte des contextes d’écriture (parfois de transcription d’un entretien individuel ou non45) ou de réécriture par l’auteur ou par un tiers. Sous cet angle, c’est aussi la question des genres de discours et de la spécificité discursive qui est posée (Louwagie, 2003). D’où un examen des textes en relation à trois « genres », sachant que, au regard de l’historiographie, qui a souvent eu tendance à se méfier des témoignages, on peut faire jouer plusieurs éléments clés : le caractère répétitif de certains aspects de l’univers concentrationnaire (le voyage en train et l’arrivée au camp, les sévices infligés aux hommes autour du bassin, le départ vers un autre camp…), l’effort d’observation pour témoigner ultérieurement (ce qui est parfois mentionné explicitement dans les récits), l’authenticité de la narration (c’est la vision ou l’expérience du témoin qui prime sur la vérité strictement factuelle).

  • 46  D’autres ouvrages ont obtenu des distinctions de ce type, par exemple Rue de la liberté d’Edmond M (...)
  • 47  À propos de Simone Saint-Clair, voir les remarques critiques de Wieviorka (1992 : 186, 458).

17Au regard du témoignage littéraire, certains textes se voient attribuer cette qualification, d’autres non, ou d’autres encore la dénient ; pour ceux qui ont cette ambition littéraire (la nouvelle « Neue Bremm ou un carnet de Jean-Pierre » dans Les impitoyables d’Arthur Conte, circa 1946) ou qui sont reconnus comme tels (Ravensbrück. L’enfer des femmes, de Simone Saint-Clair, paru en 1945, a obtenu le Prix littéraire de la Captivité, décerné par l’Académie française)46, l’un des points d’interrogation, formulé notamment par des historiens47, porte sur la vraisemblance sur le plan empirique (les cadres de référence sont hors du monde commun), sur le plan pragmatique (le rapport entre le narrateur et son objet peut être « perturbé » par la temporalité et appelle des formules d’attestation ; cela pose aussi le problème de la cohérence diégétique, fondée sur des paramètres chronologiques ou thématiques).

  • 48  Lucien Bunel ou le Père Jacques (1900-1945) est une figure très connue ; en 1944, il fut déporté à (...)
  • 49  Élise Rivet ou Mère Elisabeth (1890-1945), résistante (en contact avec le réseau Combat), est dépo (...)
  • 50  Le Père de Jabrun (1883-1943) a combattu durant la Grande Guerre. Ancien aumônier militaire, résis (...)
  • 51  L’abbé Basset (1889-1943), arrêté en 1943, a été déporté à la Neue Bremm, puis à Mauthausen où il (...)

18Au regard du témoignage autobiographique, celui qui concerne les camps obéit au « pacte » de base défini par Philippe Lejeune (1975 : 14), c’est-à-dire l’identité de l’auteur, du narrateur et du personnage principal, sachant qu’il s’agit d’un « récit rétrospectif en prose qu’une personne réelle fait de sa propre existence, lorsqu’elle met l’accent sur sa vie individuelle, en particulier sur l’histoire de sa personnalité ». Un pacte néanmoins « amendé » quand le témoignage est inséré dans un ensemble qui le dépasse, par exemple dans les ouvrages de Christian Bernadac ou dans des recueils où des extraits sont « raboutés » comme dans ceux confectionnés pour honorer la mémoire de déportés qui ne sont pas revenus, tels le Père Jacques48 ou la Mère Elisabeth49, autrement dit quand l’auteur principal n’est pas le témoin. Ceci conduit à accorder de l’attention au phénomène de la polyphonie énonciative (voir infra). Le pacte est également amendé quand l’auteur d’un témoignage sur le camp… témoigne sur et pour les autres, c’est-à-dire dans un cadre plus large et dans un temps plus court que celui d’une autobiographie : par exemple, Georges Loustaunau-Lacau au sujet du Père Louis d’Eimar de Jabrun50 ou de l’abbé François Basset51 dans « Chiens maudits ». Souvenirs d’un rescapé des bagnes hitlériens (circa 1945). Toutefois, on constate souvent une hybridation des genres, surtout dans les récits écrits à une plus grande distance de l’événement. Il n’en demeure pas moins que ceux-ci peuvent être analysés sur la base d’un « pacte testimonial », unissant auteur et lecteur, avec des composantes éthico-morales, judicatoires et affectives.

  • 52  Par exemple, cela concerne Mémoires d’un Français rebelle. 1914-48 (1948) du commandant Georges Lo (...)
  • 53  Il en va peut-être de la sorte pour certains textes du corpus ayant reçu des prix littéraires. Sur (...)
  • 54  À certains égards, c’est le cas dans la nouvelle « Neue Bremm ou un carnet de Jean-Pierre » d’Arth (...)

19Enfin, au regard du roman ou de la nouvelle, même si le cas est rare en l’état actuel du corpus, c’est la question du rapport entre écriture romanesque et écriture autobiographique qui surgit selon trois modalités : un rapprochement entre pacte autobiographique et roman fondé sur la fiction (roman et texte autobiographique du même auteur52) ; une « feinte » générique (un texte autobiographique appelle une lecture sur le mode du roman, donc sur la base d’un pacte romanesque53) ; l’introduction de données fictionnelles dans le témoignage (dissociation temporaire de l’auteur et du narrateur54). Dans tous ces cas, la cohérence narrative, propre au genre romanesque, tend à augmenter la vraisemblance diégétique. Ce qui ramène à la problématique de la vérité, mais ici il est davantage question des modes de perception et des médiations mémorielles que de l’établissement factuel de celle-ci : ainsi Georges Loustaunau-Lacau livre-t-il, à trois ans d’écart, deux versions d’une même scène de sévices avec des variations qui correspondent à des enjeux liés à la construction de son identité de déporté et à une modification du contexte politique lors de l’écriture des textes (Walter, à paraître i).

  • 55  La notion de médiation est notamment définie sur la base des réflexions d’Yves Jeanneret (présenta (...)

20En définitive, l’option théorique est fondée sur l’idée que l’analyse des processus testimoniaux de mise en récit apporte une contribution à la compréhension du rapport social aux conflits et aux expériences extrêmes, en éclairant la façon dont les savoirs et les attitudes s’élaborent et se partagent, acquièrent légitimité et valeur. Ainsi la médiation55 testimoniale par des récits de survivance désigne-t-elle l’espace des constructions qui sont nécessaires pour que les sujets – engagés dans la situation – déterminent, qualifient, transforment les éléments qui les réunissent, et établissent ainsi leurs relations. Une façon de faire qui n’est ni immédiate, ni transparente. Il importe donc de spécifier la rationalité d’interactions multiples, puisque ces constructions relèvent d’une logistique (la médiation testimoniale exige des conditions matérielles et humaines), d’une poétique (cette médiation, qui n’est pas simple transmission, s’inscrit dans un processus de mise en récit) et d’une symbolique (la médiation ne fait pas que réguler, elle institue un rapport à l’Histoire, au présent et au futur, souvent explicité dans les récits ou dans les paratextes, voir Walter, à paraître iv).

Corpus de récits, corps de méthodes

21Sur la base d’un tel montage théorique, il est patent que les questions de méthodes sont délicates à régler. D’autant que travailler sur un corpus textuel implique de mobiliser des ressources interprétatives qui sont également langagières. En résulte la nécessité – classique, mais ici particulièrement vive – d’objectiver les méthodes de lecture des documents. Et l’une des premières difficultés de cette recherche est de construire le corpus, parce que, à certains égards, l’accès aux documents est problématique, parce qu’un corpus n’est pas un objet « naturel » et qu’on est obligé de s’interroger sur les conditions de sa clôture.

Un corpus en extension, mais jusqu’où ?

  • 56  Par exemple, c’est notre demande qui l’a fait (re)connaître au Centre d’histoire de la Résistance (...)

22En effet, on ne dispose pas de fonds ad hoc. La seule ressource est celle fournie par Horst Bernard qui « collectionne » des documents sur le camp : sa liste de livres constitue une base appréciable qui a été largement complétée par nos soins (et nous continuons à découvrir des textes…). Des demandes ont été faites dans des amicales de déportés de « grands » camps, à des fondations ou organismes spécialisés dans la mémoire de la déportation, mais sans succès : on se heurte au fait que la Neue Bremm est un camp inconnu de la majorité des centres de documentation56. Quelles sont alors les solutions ?

  • 57  Georges Ferry, instituteur, devint directeur d’école à Metz et président de l’Union départementale (...)

23Les destinations vers d’autres camps étant établies (Dachau, Mauthausen, Ravensbrück…), on dépouille les livres de témoignages qui les concernent sur une période de soixante ans afin de repérer si les auteurs sont passés par la Neue Bremm. Il est évident que bon nombre de titres sont épuisés. L’idéal étant de disposer des ouvrages, le recours à la vente sur Internet s’est avéré d’un bon rendement ! Cette précision est loin d’être anecdotique : au-delà de l’acte d’achat, elle est en prise avec les modifications du tracé des frontières entre histoire académique et engagement historique et mémoriel d’une pluralité d’agents sociaux. Avec le succès du « devoir de mémoire », des associations, des individus mettent en circulation des informations permettant de constituer un fonds de données sur les déportés, ayant témoigné directement ou non. Ce qui permet parfois de découvrir des récits publiés à compte d’auteur ou dans de très petites maisons d’édition régionales. Sur un mode artisanal, mais la recherche comporte aussi cet aspect proche d’une activité de détective, il est manifeste que le hasard joue vraiment un rôle pour redécouvrir des livres tombés dans l’oubli (bibliothèque familiale, fréquentation de bouquinistes…). Ainsi en est-il du petit volume de Georges Ferry57 (1945) qui, tout en contenant certains des premiers témoignages sur le camp, recueillis au départ par des journalistes locaux, n’avait jamais été exploité dans les travaux sur la Neue Bremm (Fleury et Walter, à paraître).

24Pour favoriser l’exploitation du corpus, les récits sont numérisés, ainsi que tous les passages où le camp est mentionné (ce qui permet, notamment, de faire le lien entre les expériences dans les différents camps). De la même façon sont numérisées toutes les citations de ces récits dans d’autres types d’ouvrages, historiques en particulier. Un travail sur les traces qui oriente la recherche sur les usages de ces récits, sur la « consécration » de certains auteurs, sur les scènes reconnues idéal-typiques. Ainsi un passage de « Chiens maudits ». Souvenirs d’un rescapé des bagnes hitlériens de Georges Loustaunau-Lacau (circa 1945) est-il cité par Annette Wieviorka (1992 : 240) pour décrire le sort des détenus juifs, par Christian Bernadac (1969 : 57-58) pour décrire le sort des ecclésiastiques, ou encore par Alain Guérin (2000 : 741-742) pour montrer comment certains déportés « se bornent à regarder pour nous donner à voir ». Par là, on veut signifier que l’étude du récit de survivance ne saurait se limiter à celle de son seul support d’origine. Il faut prendre en compte sa migration fragmentaire pour en restituer la configuration évolutive en fonction de préoccupations sociales, historiques, mémorielles.

  • 58  Signalons aussi que sur la couverture, on indique que Georges Loustaunau-Lacau était devenu généra (...)

25Dans un ordre d’idée semblable, la numérisation est aussi appliquée aux couvertures des ouvrages et documents iconographiques, aspect important pour évaluer les modes de mise en visibilité dans les cas de réédition : par exemple, la couverture de la dernière édition (1994) du second ouvrage de Georges Loustaunau-Lacau, Mémoires d’un Français rebelle. 1914-48, paru initialement en 1948, est iconographiquement à l’enseigne de Saint Cyr58, mais il comporte une photographie de l’auteur à son retour de déportation (mai 1945, il pesait 37 kg) qui ne figurait pas dans l’édition princeps. En outre, un dossier documentaire est constitué sur chaque livre avec les éléments d’une revue de presse (presse généraliste, presse des associations de résistants et déportés…), afin de collecter diachroniquement des indices de réception. Car l’objectif est bien de saisir une dynamique testimoniale, et non de cumuler des documents.

Dynamique de la production testimoniale

  • 59  Jacques Bergier (1912-1978). Né à Odessa, dans une famille juive qui émigre en France, il est rési (...)
  • 60  Par exemple, dans une lettre dactylographiée qu’il adresse à son entourage pour faire connaître so (...)
  • 61  Max Heilbronn (1902-1998), gendre de l’un des fondateurs des Galeries Lafayette (dont il devint PD (...)

26D’abord, sur une base sociographique (Pollak et Heinich, 1986 ; Pollak, 1990), si l’on rassemble des informations sur les auteurs, dont certains sont des personnages « connus » dans l’espace public (parmi les résistants : le chimiste Jacques Bergier59, la militante politique Lise London, le ministre Edmond Michelet…) et d’autres sont des personnages plus « anonymes »60, on parvient à dégager des paramètres explicatifs tant de leur engagement testimonial que de l’ampleur de leur succès : origines sociales, raisons de la déportation (appartenance politique, faits de Résistance, réfractaire, otage, etc.) ; vie après le retour (séjour en hôpital, fondation d’une famille, travail…) ; membres d’associations (liées à la déportation, mais aussi à des options religieuses ou philosophiques) ; « carrière » de témoin (dans les écoles, les médias). Ceci concerne aussi bien des auteurs survivants que des « collecteurs »qui peuvent être des historiens comme Olga Wormser et Henri Michel, des acteurs de la Résistance comme le colonel Rémy ou des journalistes comme Christian Bernadac. Pour ces deux cas, on l’a signalé, on a affaire à des auteurs à grand succès dont les ouvrages font l’objet de très nombreuses rééditions, y compris en livres de poche. De même pour les coauteurs : par exemple, Max Heilbronn61, dirigeant d’une grande entreprise, publie en 1989 Galeries Lafayette, Buchenwald, Galeries Lafayettes… avec Jacques Varin, journaliste et historien, proche du Parti communiste, secrétaire général de l’Association nationale des ami(e)s de la Résistance (dépendant de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance) ou des collecteurs de témoignages (Horst Bernard, la journaliste Murielle Allouche avec le dessinateur Jean-Yves Masson, l’éditrice Caroline Langlois avec l’éditeur et écrivain Michel Reynaud…).

  • 62  Manifestement, on peut repérer des positions hautes, des positions basses, des rapports de lutte : (...)
  • 63  L’ouvrage de Neus Català (1994), résistante qui fut déportée à Ravensbrück, sur les femmes espagno (...)
  • 64  Le docteur Pierre Grimaldi, décédé en octobre 2006, a été président de l’Académie de Béarn. Ancré (...)

27Ces éléments sont déterminants pour comprendre la structuration du « champ testimonial » en lien avec le champ éditorial, champ entendu ici au sens donné par Pierre Bourdieu62. D’où un intérêt pour tout ce qui concerne les conditions de publication : éditeurs de premier plan ou non, édition associative (du monde résistant en particulier), compte d’auteur ; collection ; tirage ; traduction (volumes bilingues d’Horst Bernard, traduction d’un ouvrage de Neus Català63…) ; réédition (augmentée ou non). Par exemple, la réédition du livre d’Edmond Michelet (1998) est enrichie d’une préface écrite par le chancelier Konrad Adenauer pour l’édition allemande, ce qui, outre un indice de consécration, est le signe d’un tournant dans les relations franco-allemandes et d’une inscription plus nette encore dans le champ politique démocrate-chrétien. Il peut aussi y avoir des changements d’éditeurs qui ont un effet sur la diffusion du livre, et partant des témoignages. Ainsi en est-il du second livre de Georges Loustaunau-Lacau qui est diffusé en 1994 par une maison de sa région d’origine (J&D éditions à Biarritz ; en 1948, le premier éditeur était Robert Laffont) et qui, comme on l’a vu, déplace son centre de gravité vers le geste militaire et, peut-on ajouter par la préface de Pierre Grimaldi64, vers la carrière politique postérieure à la Seconde Guerre mondiale, toujours située dans une droite extrême, proche du courant des sectateurs de Pétain.

  • 65  Sur les raisons de ce phénomène, en particulier d’ordre judiciaire, voir Wieviorka (1998), Walter (...)
  • 66  Pour la Moselle et l’espace transfrontalier franco-allemand, voir Walter (2007c).

28Le croisement de tous ces facteurs permet de dresser une cartographie dynamique de la production testimoniale qui, confrontée aux résultats des études de même nature sur les témoignages concernant les « grands » camps, met en évidence trois phases correspondant à celles évoquées plus haut pour la mémoire de la Neue Bremm dans l’espace public : un quart des ouvrages est publié avant les années 1950 (le retour) par des auteurs ayant une familiarité avec l’écriture ou qui ont une proximité géographique avec le camp (des Lorrains). Puis, entre les années 1950 et la fin des années 1970, la production est moindre (refoulement en raison de la guerre froide, de l’investissement des survivants dans leur vie professionnelle ou familiale, etc.). Cet autre quart est constitué d’ouvrages qui ne sont pas toujours écrits directement par d’anciens déportés, d’autant que des associations favorisent la mise en circulation de recueils, surtout lors des commémorations de la Libération en 1955 ou 1965 ; à la même période on sait que les éditeurs ont tendance à rechercher des témoignages à orientation « littéraire » (Mannarino, 1998). Enfin, la dernière phase (le réveil ou la sortie d’oubli) voit l’édition de la moitié des titres. Même si les auteurs ont rarement été déportés en raison de la persécution « raciale », l’envol des témoignages sur la Shoah65 a certainement un effet « stimulateur », tout comme le développement du travail de mémoire dans plusieurs régions66. En outre, des survivants (souvent des survivantes) sentent que le temps est compté pour transmettre leur expérience, quitte à pratiquer l’auto-édition ou à s’adjoindre les services d’un tiers. Bref, l’« ère du témoin » (Wieviorka, 1998) favorise la diversification des récits et un certain retour au témoignage « brut ». Cette cartographie prend sens aussi par la confrontation des récits.

Confronter des récits

  • 67  Pour Max Heilbronn, voir Heilbronn et Varin (1989) ; Manson (1995) ; Bernard (2001). Pour Lise Lon (...)
  • 68  Bob (Robert) Sheppard (1922-2002), franco-britannique, membre du Special Operation Executive (SOE) (...)
  • 69  De tout le corpus, cette nouvelle, écrite par un jeune homme de 25 ans, est le récit le plus « tra (...)
  • 70  Dans le feuillet de présentation du Temps du purgatoire de Pierre Bleton, paru en 1953, on peut li (...)
  • 71  Sur ce cas particulier, voir la mise au point théorique de Louwagie (2006). Parmi les auteurs allo (...)

29Plusieurs entrées, fondées sur des méthodes qualitatives et quantitatives, sont retenues. Relativement aux approches théoriques abordées supra, il s’agit de constituer un répertoire des procédés d’attestation utilisés (notamment à partir de travaux en sciences du langage). Pour évaluer la supposée stabilité des récits, il convient de confronter les différentes versions écrites par un même auteur (Georges Loustaunau-Lacau) ou réécrites par des tiers (Max Heilbronn, Lise London67…). Mais on peut aller au-delà : plusieurs témoins ont également enregistré leurs récits pour des fondations, ce qui permet de mesurer les différences entre les versions orales et écrites. Plus encore, certains témoignages ont été d’abord oraux, puis retranscrits et, pour plusieurs d’entre eux, on dispose de l’enregistrement ou de la transcription littérale. Un premier examen montre que les logiques d’exposition sont parfois très différentes ; on est alors attentif au rôle de l’interviewer-auteur, au moins aussi important que celui du témoin pour la mise en récit de l’expérience (ici, la question des cadres de référence est nodale). Grâce à une analyse thématique, il est possible de repérer les noyaux des récits qui, mis bout à bout, forment des topoï (le bassin des hommes ; les conditions d’hygiène pour les femmes…), aussi bien que des quasi-hapax (scène « comique » sur le nettoyage d’une fosse d’aisance dans un chapitre intitulé « Entrée en… matières » du livre de Bob Sheppard68 (1998 : 335-337) ; expression du sentiment « amoureux » d’un détenu à l’égard d’une femme allemande avant sa déportation, voir Conte, (circa 1946 : 53-54)69. Lexicographiquement, une attention particulière est accordée à des désignations comme celles du camp (de représailles, de concentration, de transit, etc.) pour des raisons mentionnées plus haut, ou celles des gardiens (Boches, Allemands, bandits, SS, etc.) qui permettent notamment de prendre la mesure de l’effet de l’évolution des relations franco-allemandes sur la mémoire d’un camp situé à la frontière, tout comme celle du rapport entre victime et bourreau70. Pour la dimension éthico-morale, on analyse le dispositif d’argumentation de la publication, souvent présent dans les chapitres liminaires ou conclusifs, dans des préfaces ou postfaces (pouvant être allographes71), dans les quatrièmes de couverture qui forment un espace de médiation privilégié avec le lecteur, tout en étant sensible au repérage – dans le cours du texte – des justifications morales ou des jugements des témoins sur leur propre action : Georges Loustaunau-Lacau, militaire d’extrême droite, est ainsi confronté aux conséquences de l’antisémitisme ; Arthur Conte ajuste sa posture testimoniale à sa trajectoire de requis du STO, qui n’est pas celle des résistants qui sont ses camarades dans le camp.

30On en vient alors à un autre grand aspect discursif des récits de survivance (directs ou indirects):la polyphonie. C’est là que les travaux de Laurent Perrin (e.g. 2004) sont précieux afin d’en manifester les enjeux, en s’attachant aux phénomènes de référenciation, d’énonciation et d’argumentation. Compte tenu de la diversité des sources utilisées et des genres de discours, on s’attache à repérer les modes de construction des événements (l’entrée au camp, les sévices, le « premier mort »…), ainsi que des modalités de présentation des éventuels jugements de fait ou de valeur tels ceux qui concernent la « liquidation », par des prisonniers russes, d’un déporté, ancien de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme (Rémy, 1950 : 171). On sait que la notion de polyphonie tient d’une métaphore musicale et qu’elle évoque l’image d’un ensemble de voix orchestrées dans le langage. Les approches dites polyphoniques cherchent donc à montrer que le sens des énoncés et des discours, loin de consister simplement à exprimer la pensée d’un sujet parlant empirique, consiste avant tout à mettre en scène une pluralité de voix énonciatives abstraites (la Résistance, la France, la foi…). Ainsi le sens se présenterait-il, à différents niveaux, comme un assemblage de paroles et de points de vue, plus ou moins hétérogènes, que l’interprète serait chargé d’organiser pour comprendre ce qui est dit. Par exemple, dans la nouvelle d’Arthur Conte (« Neue Bremm ou un carnet de Jean-Pierre »), les nombreux propos des codétenus sont rapportés par « Jean-Pierre » pour « penser » la déportation, quitte à ce que la chute de la nouvelle signifie un échec de la construction dialogique du sens et qu’une forme de culpabilité solitaire prenne implicitement le dessus (Walter, à paraître ii). D’où, sachant que l’ethos désigne une image de soi dans une situation d’échange dans laquelle il s’agit de rendre opératoire la prise de parole (Maingueneau, 1999, 2002), il est procédé à l’analyse linguistique des différents types d’ethos oratoire testimonial, des postures et rôles énonciatifs associés au locuteur mis en scène (en tant que responsable de l’énonciation, que ce soit le témoin primaire ou secondaire). L’ensemble de ces opérations, entre autres résultats, devrait déboucher sur une typologie de « sous-genres » des récits.

Conclusion

31Au terme de cette présentation d’une des façons possibles d’appréhender les récits de survivance, se profilent trois acquis en lien avec les hypothèses qui structurent la recherche. Nonobstant une relative méfiance à l’égard de la fiabilité des témoignages et l’état remarquable de l’histoire du camp (grâce aux chercheurs sarrois et aux travaux en cours de Cédric Neveu et Thomas Fontaine), l’exploitation des récits de survivants permet de compléter les connaissances sur les conditions de vie et de mort en ce lieu précis et davantage encore sur leur perception par des détenus (paramètre religieux, regard des femmes, rapport au sort des Juifs…). En outre, l’investigation sur les modes de production et de réception des volumes qui les contiennent aide à comprendre en quoi une part du sens d’un récit ne peut être déconnectée de son contexte post factum. En cela, l’analyse des témoignages participe d’une histoire sociale et culturelle de la survivance qui n’est pas un monde homogène (par exemple, les réseaux de sociabilité procurant de la reconnaissance « testimoniale », et partant de la visibilité du camp de la Neue Bremm, ne jouent pas de la même façon dans l’espace public régional et national).

32Au regard de la forme généralement brève et du nombre plutôt restreint des écrits, le corpus – caractérisé par une dimension « initiatique » – offre la possibilité de mieux saisir comment des survivants produisent un récit marqué par des règles narratives communes (tributaires de la fonction et de l’organisation du camp), mais aussi par des propriétés davantage idiosyncrasiques (trajectoire sociale lato sensu, trajectoire dans la période de guerre, trajectoire en tant que survivant). Paradoxalement, cette focalisation sur des récits ainsi typés conduit à prendre en compte, avec prudence sur le plan théorico-méthodologique, une dimension quasi anthropologique, ou pour le moins ethnolittéraire : ainsi des investigations sont-elles menées à partir de Turner (1969) pour la notion de liminarité, de Bourdieu (1982) pour la question du pouvoir. Les résultats gagneront à être mis en perspective avec ceux provenant des études menées sur des corpus relatifs à d’autres camps ou sur les œuvres d’auteurs « canoniques » (Robert Antelme, Primo Levi…).

33Le processus d’autonomisation des témoignages livresques sur la Neue Bremm, patent à partir des années 2000, dépend de l’interaction de facteurs hétérogènes. Ce phénomène a pour conséquence un développement de l’historiographie, mais aussi le déclenchement d’une collecte de témoignages audiovisuels par des chercheurs, tout comme, au vu de la disparition inéluctable des survivants, d’une mutation des récits : récits rapportés par la deuxième ou troisième génération et faisant l’objet de transcription, édition de documents à usage privé (lettres, journaux intimes, cahiers…). En outre, l’examen des textes publiés montre que certains segments de détenus ne se sont guère exprimés (par exemple, ceux qui ont fui le STO, les condamnés de droit commun), d’où un ciblage de témoins potentiels par des « porteurs de mémoire » (tel Horst Bernard) ou des chercheurs qui débouchera vraisemblablement sur de nouveaux écrits ou sur l’exhumation de textes non édités et qui le seront. Ce mouvement participe, nolens volens, de la reconnaissance du camp dans l’espace mémoriel « reconfiguré » de la déportation.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages et articles

BARCELLINI, Serge (2003), « Engagement, recherche et politique », Questions de communication, 3, p. 133-140 ; disponible sur le site www.ques2com.ciril.fr

BECK, Régis (2005), « La mémoire archivée dans la presse quotidienne régionale pour les recherches sur le camp de la Neue Bremm. Les politiques d’archivage du Républicain Lorrain et du Saarbrücker Zeitung de 1999 à 2005 ». Mémoire de maîtrise en sciences de l’information et de la communication, Université Paul Verlaine-Metz.

BEDARIDA, François (2001), « Le temps présent et l’historiographie contemporaine », Vingtième siècle. Revue d’histoire, 69, janvier-mars, p. 153-160.

BERNARD, Raja, et Dietmar RENGER (1984), Neue Bremm. Ein KZ in Saarbrücken, Saarbrücken, Vereinigung der Verfolgten des Naziregimes VVN – Bund der Antifaschisten/Landeshauptstadt Saarbrücken.

BOURDIEU, Pierre (1982), « Les rites comme actes d’institution », Actes de la recherche en sciences sociales, 43, p. 58-63.

CEFAÏ, Daniel, et Danny TROM (dir.) (2001), Les formes de l’action collective. Mobilisations dans les arènes publiques, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

DAGUERRE, Lydie (2004), « Le camp de concentration de la Neue Bremm : construction d’une cause dans l’espace public transfrontalier». Mémoire de DEA en sciences de l’information et de la communication, Universités Paul Verlaine-Metz/Nancy 2.

DIMMIG, Oranna (2001), « Das “Denkmal zur Erinnerung an das Konzentrationslager Neue Bremm in Saarbrücken” von André Sive 1947 », Mitteilungen des Institut für aktuelle Kunst, 9, p. 13-23.

DIMMIG, Oranna (2004), « “Dass es so der Zukunft erhalten bleibe…” Über das Lagergelände und die Gedenkstätte Neue Bremm in Saarbrücken, insbesondere ihre Veränderungen und die Neugestaltung nach der “Hotel der Erinnerung” », Mitteilungen des Institut für aktuelle Kunst, 12, p.13-25.

DO LAM, Elisabeth (2000), Die Erinnerung an das Saarbrücker Lager Neue Bremm in den Medien nach 1945, Magisterarbeit, Universität des Saarlandes.

DOUZOU, Laurent (2005), La Résistance française : une histoire périlleuse. Essai d’historiographie, Paris, Éditions Le Seuil.

DREYFUS, Jean-Marc (2005), Ami, si tu tombes… Les déportés résistants des camps au souvenir 1945-2005, Paris, Perrin.

DULONG, Renaud (1998), Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

FERRO, Marc (2003), « Trajectoire d’un engagement », Questions de communication, 3, p. 141-150 ; disponible sur le site www.ques2com.ciril.fr

FLENDER, Armin (1998), Öffentliche Erinnerungskultur im Sarrland nach dem Zweiten Weltkrieg Untersuchungen über den Zusammenhang von Geschichte und Identität, Baden-Baden, Institut für Europäische Regionalforschungen.

FLEURY, Béatrice (à paraître), « Honorer les victimes du camp de la Neue Bremm. Des images porteuses de mémoire », 2e Biennale internationale « Autour de L’Illustration », Colloque « Penser les images », Bobigny, 14-18 novembre 2006.

FLEURY, Béatrice, et Jacques WALTER (à paraître), « Le camp de la Neue Bremm : mémoire et médiation, 1945-1947 », dans Patricia OSTER et Hans-Jürgen LÜSEBRINK (dir.), Am Wendepunkt. Deutschland und Frankreich um 1945 — zur Dynamik eines « transnationalen » kulturellen Feldes, Bielefeld, Transcript Verlag.

FONTAINE, Thomas (2004), « Les départs de Paris vers le camp de Sarrebruck Neue Bremm », dans Fondation pour la Mémoire de la Déportation, Livre-Mémorial des déportés arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution, 1940-1945, tome 1, Paris, Tirésias, p. 81-85.

GOFFMAN, Erving ([1974] 1991), Les cadres de l’expérience, traduit de l’anglais par I. Joseph, M. Dartevelle et P. Joseph, Paris, Éditions de Minuit.

GUERIN, Alain (1972-1976, 2000), La Résistance. Chronique illustrée (1930-1950), préfaces de Louis Saillant, Jacques Debû-Bridel, Marie-Madeleine Fourcade, Jacques Bounin et Henri Rol-Tanguy, postface de Robert Viollet, 5 vol., Paris, Livre-Club Diderot ; réédition, Chronique de la Résistance, Paris, Éditions Omnibus.

HALBWACHS, Maurice (1925, 1994), Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, A. Michel.

HARTOG, François (2003), Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions Le Seuil.

HARTOG, François, et Jacques REVEL (dir.) (2001), Les usages politiques du passé, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

HEINICH, Nathalie (2002), « Pour une neutralité engagée », Questions de communication, 2, p. 117-127 ; disponible sur le site www.ques2com.ciril.fr

HEINICH, Nathalie (2005), « Pour en finir avec l’engagement des intellectuels », Questions de communication, 5, p. 149-160.

HUMBERT, Jean-Luc (2004), « De l’offre mémorielle comme expression du devoir de mémoire». Mémoire de DEA en sciences de l’information et de la communication, Universités Paul Verlaine-Metz/Nancy 2.

KRIEG-PLANQUE, Alice (2003), « “Procédures”, “routines”, “contraintes”. L’analyse des discours médiatiques à la lumière de l’ethnosociologie », dans Damien CHABANAL et al., Sciences du langage : quels croisements de disciplines ?, Montpellier, Publications de Montpellier 3 – Université Paul-Valéry, p. 71-86.

LANDSMAN, Mark (2003), « Property and the banality of memory », Cabinet Magazine, 10, printemps, www.cabinetmagazine.org/issues/10/banality_memory.php

LEJEUNE, Philippe ([1975] 1996), Le pacte autobiographique, Paris, Éditions Le Seuil.

LINDEPERG, Sylvie (2007), « Nuit et Brouillard ». Un film dans l’histoire, Paris, O. Jacob.

LOCHARD, Guy, et Jean-Claude SOULAGES (2004), « Une interdisciplinarité autonome est-elle possible ? Interrogations sur la réception des discours médiatiques », Questions de communication, 5, p. 19-30.

LOUWAGIE, Fransiska (2003), « “Une poche interne plus grande que le tout”. Pour une approche générique du témoignage des camps », Questions de communication, 4, p. 365-377 ; disponible sur le site www.ques2com.ciril.fr

LOUWAGIE, Fransiska (2006), « Le témoignage des camps et sa médiation préfacielle », Questions de communication, 10, p. 349-367.

MAINGUENEAU, Dominique (1999), « Éthos, scénographie, incorporation », dans Ruth AMOSSY (dir.), Images de soi dans le discours. La construction de l’éthos, Lausanne/Paris, Delachaux & Niestlé, p. 75-100.

MAINGUENEAU, Dominique (2002), « Problèmes d’ethos », Pratiques, 113/114, p. 55-67.

MANNARINO, Damien (1998), « La mémoire déportée », Revue d’histoire de la Shoah. Le Monde juif, 162, janvier-avril, p. 12-42.

MARCOT, François (dir.), avec la collaboration de Bruno LEROUX et Christine LEVISSE-TOUZE (2006), Dictionnaire historique de la Résistance, Paris, Robert Laffont.

MEYER, Vincent, et Jacques WALTER (2005), « Sites historiques et dispositifs de commémoration : des équipements d’apprentissage et de transmission d’une mémoire locale », dans André BRUSTON (dir.), Des cultures et des villes, mémoires au futur, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 55-74.

PENDARIES, Yveline (1995), Les procès de Rastatt 1946-1954. Le jugement des crimes de guerre en zone française d’occupation en Allemagne, Bern/Berlin/Frankfurt am Main/New York/Paris/Wien, Peter Lang.

PERRIN, Laurent (2004), « La notion de polyphonie en linguistique et dans le champ des sciences du langage », Questions de communication, 6, p. 265-282.

POLLAK, Michael (1990), L’expérience concentrationnaire. Essai sur le maintien de l’identité sociale, Paris, Métailié.

POLLAK, Michael, et Nathalie HEINICH (1986), « Le témoignage », Actes de la recherche en sciences sociales, 62-63, p. 3-29.

REBERIOUX, Madeleine (2003), « Militantisme et recherche historique », Questions de communication, 4, p. 279-287 ; disponible sur le site www.ques2com.ciril.fr

ROBIN, Régine (1973), Histoire et linguistique, Paris, A. Colin.

ROBIN, Régine (1986), « Histoire et linguistique : le malentendu continue », Langages, 8, p. 121-128.

SOUPART, Charlotte (2005), « De la mémoire vive du camp de la Neue Bremm : la construction d’une dynamique dans l’espace public». Mémoire de maîtrise en sciences de l’information et de la communication, Université Paul Verlaine-Metz.

THALHOFER, Elisabeth (2003), Neue Bremm. Terrorstätte der Gestapo. Ein Erweitertes Polizeigefängnis und seine Täter 1943-1944, St Ingbert, Röhrig Universitätsverlag.

THANASSEKOS, Yannis (2002), « Étude de la mémoire et engagement militant », Questions de communication, 2, p. 129-136 ; disponible sur le site www.ques2com.ciril.fr

TURNER, Victor ([1969] 1990), Le phénomène rituel. Structure et contre-structure, traduit de l’anglais par Gérard Guillet, Paris, Presses universitaires de France.

VIDAL-NAQUET, Pierre (1987), Les assassins de la mémoire. « Un Eichmann de papier » et autres essais sur le révisionnisme, Paris, Éditions La Découverte.

WALTER, Jacques (2005), La Shoah à l’épreuve de l’image, Paris, Presses universitaires de France.

WALTER. Jacques (2006), « La mémoire sens dessus dessous d’un camp de la Gestapo. Du Novotel de la Neue Bremm à l’Hotel der Erinnerung », Communication et langages, 149 (septembre), p. 77-96.

WALTER, Jacques (à paraître, i), « Georges Loustaunau-Lacau : un résistant d’extrême droite témoin d’une situation extrême », colloque Témoignages sous influence, Université de Bretagne Occidentale, Brest, 15-17 mars 2007.

WALTER, Jacques (à paraître, ii), « Entre témoignage et fiction : Neue Bremm ou un carnet de Jean-Pierre d’Arthur Conte », colloque Témoigner de l’expérience traumatique : raconter l’indicible, représenter l’infigurable, Université du Québec à Trois-Rivières, Trois-Rivières (Québec), 8-9 mai 2007.

WALTER, Jacques (à paraître, iii), « La dynamique régionale de l’édition de témoignages sur le camp de la Neue Bremm », colloque Régionalismes littéraires et artistiques comparés Québec/Canada – Europe : dimensions historiques, perspectives comparatistes et interrelations (1850-1950), Sarrebruck/Metz, 21-23 juin 2007.

WALTER, Jacques (à paraître, iv), « Que faire face à l’inhumain ? Le paratexte des livres de témoignages sur la Neue Bremm », colloque Humanisme et tolérance. Hommage à Alexandre Marius Dées de Sterio, Université Paul Verlaine-Metz, 11-12 octobre 2007.

WALTER, Jacques (à paraître, v), « La Neue Bremm dans les récits de déportation, 1945-1955 », colloque Histoires et mémoires du camp de la Neue Bremm (de 1943 à nos jours), Metz, 10-11 novembre 2007

WIEVIORKA, Annette (1992), Déportation et génocide. Entre la mémoire et l’oubli, Paris, Plon.

WIEVIORKA, Annette (1998), L’ère du témoin, Paris, Plon.

WIEVIORKA, Annette (2002), « L’historien au risque de l’engagement », Questions de communication, 2, p. 137-143 ; disponible sur le site www.ques2com.ciril.fr

WORMSER-MIGOT, Olga (1968), Le système concentrationnaire nazi (1933-1945), Paris, Presses universitaires de France.

Corpus de témoignages livresques sur le camp de la Neue Bremm (1945-2006)

ALLOUCHE, Murielle, et Jean-Yves MASSON (2005), Ce qu’il reste de nous. Les déportés et leurs familles témoignent, préface d’Henry Bulawko, Paris, M. Lafon.

AMICALE D’ORANIENBOURG-SACHSENHAUSEN ([1982] 1983), Sachso. Au cœur du système concentrationnaire nazi, Paris, France Loisirs.

AMICALE DE RAVENSBRÜCK, ASSOCIATION DES DEPORTEES ET INTERNEES DE LA RESISTANCE (1965), Les Françaises à Ravensbrück, Paris, Gallimard.

ANTOINE, Claude (1996), L’angoisse de l’aube. L’odyssée de Maurice Antoine pendant la Seconde Guerre mondiale, préface de Jean-René Bachelet, Montmélian, Éditions La Fontaine de Siloé. (Coll. « Les Savoisiennes ».)

ASSOCIATION BUCHENWALD DORA ET SES KOMMANDOS (2006), Résister à Buchenwald. Les Français et la Résistance à Buchenwald – 1943-1945, préface de Hamlaoui Mekachera, postface de Volkhard Knigge, Paris, Tirésias. (Coll. « Ces oubliés de l’Histoire ».)

ASSOCIATION CULTURELLE DES SANCTUAIRES DE ST-IRENEE ET ST-JUST (1995), Élise Rivet (1890-1945) religieuse et résistante lyonnaise, Lyon, Association culturelle des sanctuaires de St-Irénée et St-Just.

AYLMER-ROUBENNE, Madeleine (1997), J’ai donné la vie dans un camp de la mort, préface de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Paris, J.-Cl. Lattès ; réédition Éditions France Loisirs (1998) et Éditions J’ai lu (1999) ; « J’ai donné la vie dans un camp de la mort », Enquêtes et témoignages, Sélection du Reader’s Digest (1999), p. 451-557.

BERGIER, Jacques (1977), Je ne suis pas une légende, Paris, Retz.

BERNADAC, Christian ([1969] 1976), Les sorciers du ciel, Genève, Famot.

BERNADAC, Christian (1972), Les mannequins nus. Tome 2. Le camp des femmes. Ravensbrück, Paris, Éditions France-Empire.

BERNADAC,Christian (1976), Des jours sans fin, Paris/Genève, Éditions France-Empire/Famot.

BERNADAC, Christian (1980), Le Rouge-gorge. Le dernier camp, Paris, Éditions France-Empire.

BERNADAC Christian (1994), Les victorieux. « Derrière les barbelés, les vainqueurs aux pieds nus…», Paris, M. Lafon.

BERNADAC, Christian (1999), L’espérance des rebelles, Paris, M. Lafon.

BERNARD, Horst (2001), « Dans le purin jusqu’aux épaules ». Témoignages d’anciens déportés au camp de concentration de la Nouvelle Brême/«Bis zu den Schultern dans der Jauche ». Ehemalige Häftlinge des Saarbrücker KZs Neue Bremm erinnern sich, préfaces de Jacqueline Sejean et Hajo Hoffmann, Saarbrücken, Vereinigung der Verfolgten des Naziregimes VVN – Bund der Antifaschisten/Landeshauptstadt Saarbrücken.

BERNARD, Horst (2005), « Malgré nos souffrances… Nous sommes encore là ». Témoignages d’anciens déportés au camp de la Gestapo à la Nouvelle Brême/« Trotz der Leiden… Wir sind immer noch da ». Ehemalige Häftlinge des Saarbrücker KZs Neue Bremm erinnern sich, préfaces de Claude Villeroy de Galhau et Charlotte Britz, Saarbrücken, Blatthaus.

BLETON, Pierre (1953), Le temps du purgatoire, Imprimerie J. Téqui, Paris ; rééditions (1990), Obsidiane, Paris et (1993), Presses universitaires de Nancy

BRETON, Louis (1986), Mes bagnes de la Loire au Danube. Orléans – Fontevraud – Blois – Mauthausen, Orléans, chez l’auteur.

BROME, Vincent (1957), L’histoire de Pat O’Leary, traduit de l’anglais par Anna Argela et Marcel Jullian, Paris, Le Livre contemporain, Amiot Dumont. (Coll. « Visages de l’aventure ».)

BRUN, Jackye (1979), Jusqu’au rivage des morts, Paris, Éditions La Pensée universelle.

CARROUGES, Michel (1958), Le Père Jacques, Paris, Éditions Le Seuil. (Coll. « La vigne du Carmel ».) ; réédition (1988), Le Père Jacques : « Au revoir les enfants... », préface du Père Michel de Goedt, Paris, Éditions du Cerf. (Coll. « Épiphanie ».)

CATALA, Neus (1984), De la Resistancia a la Deportacion. 50 testimonios de mujeres Espanolas, Barcelone. Ces femmes espagnoles de la Résistance à la Déportation. Témoignages vivants de Barcelone à Ravensbrück, traduit de l’espagnol par Caroline Langlois, préface de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, conclusion de Michel Reynaud, Paris, Tirésias. (Coll. « Ces oubliés de l’Histoire ».)

CHEGARAY, Jacques (1988), Un carme héroïque. La vie du Père Jacques, Paris, Éditions Nouvelle Cité.

COGNET, Bernard (1997), Mémoires de révoltes et d’espérance, préface de Pierre Sudreau, Saint-Jean-de-Braye, chez l’auteur.

COLLETTE, Paul (1946), J’ai tiré sur Laval, Ozanne, Caen.

CONTE, Arthur (circa 1946), Les impitoyables. Trois nouvelles d’Allemagne, préface de Jean Latscha, illustrations de J.-J. Cazaurang, Carcassonne, Imprimerie Bonnafous et Fils.

DARTIGUES, André (1996), Les hommes en blanc dans la clandestinité. La résistance médicale 1940-1944 à Bordeaux et en Gironde. Témoignages recueillis par le Docteur André Dartigues, Bordeaux, chez l’auteur.

DE BOUARD, Michel (1954), « Mauthausen », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, p. 15-16, p. 39-80 [tiré à part].

FERRY, Georges (1945), En Moselle… Après la tourmente, Metz, Imprimerie V. Gueblez.

FILLAIRE, Bernard, et FEDERATION NATIONALE DES DEPORTES ET INTERNES DE LA RESISTANCE, UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE DEPORTES INTERNES ET FAMILLES DE DISPARUS (1997), Jusqu’au bout de la Résistance, dessins de Dominique Beccaria, préface de Jacques Chirac, Paris, Stock.

FOGEL, Marie-Justine (1990), Ravensbrück. Matricule 44238, préface de Claude Philippi, Lemberg, Imprimerie Netter.

FROMENT, Pierre de (2004), Un volontaire de la nuit dans l’enfer des camps nazis, édition établie et présentée par Robert Belot, Paris, Éditions Lavauzelle. (Coll. « Renseignement histoire & géopolitique », série Documents.)

GERMAIN, Michel (1999), Mémorial de la déportation. Haute-Savoie 1940-1945, préface de Marie-Josée Chombart de Lauwe, Montmélian, Éditions La Fontaine de Siloé. (Coll. « Les Savoisiennes ».)

GOLDSCHMITT, François (1945), Alsaciens et Lorrains à Dachau, 1. En route pour Dachau, Sarreguemines, Imprimerie Pierron.

GOLDSCHMITT, François (1947), Tragédie vécue par la population des marches de l’Est. Haut-Rhin, Bas-Rhin, Moselle sous l’occupation nazie, 1, Saint-Avold, Éditions La Frontière.

GOLDSCHMITT, François (1948), Tragédie vécue par la population des marches de l’Est, L’Antichrist Nazi en Alsace-Lorraine, 3, Sarreguemines, Imprimerie Pierron.

GOUFFAULT, Roger (2003), Quand l’homme sera-t-il humain ? Résistance – Déportation – Mémoire, préface de Jean-Michel Valade, Brive, Éditions Écritures.

GUYON-BELOT, Raymonde (1990), Le sel de la mine. De Lyon à Beendorf, préface de Michel Noir, Paris, Éditions France-Empire.

HEILBRONN, Max, avec la collaboration de Jacques VARIN (1989), Galeries Lafayette, Buchenwald, Galeries Lafayette…, présenté par Alain Guérin, Paris, Éditions Economica.

LANGLOIS, Caroline, et Michel REYNAUD (2005), Elles et Eux et la déportation, Paris, Tirésias. (Coll. « Elles et Eux ».)

LA PICIRELLA, Joseph (s.d.), Témoignages sur le Vercors. Drôme et Isère, préface de Fernand Rude, s.l., s.n. ; réédition (1969), avant-propos d’E. Jalabert, Imprimerie Rivet, Lyon.

LAPEYRE-MENSIGNAC, Jean avec Pierre BARRERE, Charles FRANC, Guy MARGARITI et Andrée GROS-DURUISSEAU (1996), René Chabasse : héros de la Résistance abattu à Angoulème, le 21 février 1944 à l’âge de 23 ans, Périgueux, Éditions Pilote 24.

LASNET DE LANTY, Henriette (1965), Sous la schlague, préface de Geneviève de Gaulle, illustrations de Violette Rougier-Lecoq et Jean-Marie Fonteneau, Bergerac, Imprimerie générale du Sud-Ouest (H. Trillaud & Cie).

LESEVRE, Lise (1987), Face à Barbie. Souvenirs-cauchemars : de Montluc à Ravensbrück, préface de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, introduction de Georges Lesèvre, Paris, Les nouvelles éditions du Pavillon. (Coll. « Destins vécus ».)

LONDON, Lise (1995), L’écheveau du temps. La mégère de la rue Daguerre. Souvenirs de Résistance, Paris, Éditions Le Seuil. (Coll. « Mémoire ».)

LOUSTAUNAU-LACAU, Georges (1945), « Chiens maudits ». Souvenirs d’un rescapé des bagnes hitlériens, dessins originaux de M. de Riquer, Pau/Paris, Éditions La Spirale/Réseau Alliance.

LOUSTAUNAU-LACAU, Georges (dit Navarre) (1948), Mémoires d’un Français rebelle. 1914-48, Paris, Robert Laffont ; réédition (1994), préface de Pierre Grimaldi, Biarritz, R.J&D Éditions.

MALROUX, Anny (1991), Avec mon père, Augustin Malroux, préface de Lionel Jospin, Albi, Éditions Rives du temps.

MANSON, Jean (dir.) (1995), Leçons de ténèbres. Résistants et déportés, préface de Maurice Schumann, Paris, FNDIR/UNADIF/Plon.

MARSHALL, Bruce (1953), Le lapin blanc, traduit de l’anglais par Pierre Frédéric, introduction de Gilberte Pierre-Brossolette, Paris, Gallimard. (Coll. « L’air du temps ».)

MICHEL, Jean (1985), De l’enfer aux étoiles. Dora, le temps de la nuit, Paris, Plon ; réédition (1993), Paris, Presse d’aujourd’hui.

MICHELET, Edmond (1955), Rue de la Liberté. Dachau 1943-1945, préface de Charles de Gaulle, Paris, Éditions Le Seuil ; réédition (1998), préface de Konrad Adenauer, Paris, Éditions Le Seuil. (Coll. « Livre de vie».)

PARIS (capitaine) (1989), Mémoires de l’ombre. Capitaine Paris, L’Isle-sur-la Sorgue, Éditions Scriba ; réédition (1994), Drôme, terre de liberté. Tu t’appelleras Paris. Lucien-Édouard Dufour, Valence, Éditions Peuple libre/Éditions Notre temps.

PERE PHILIPPE DE LA TRINITE (1947), Le Père Jacques, martyr de la Charité, Bruges/Paris, Desclée de Brouwer. (Coll. « Études carmélitaines ».)

PERE PHILIPPE DE LA TRINITE (1949), Un martyr des camps. Le Père Jacques : Lucien Bunel, 1900-1945, Paris, J. Tallandier.

PETITDEMANGE, Francis, et Jean-Fraçois GENET (2003), Les passeurs. Des lorrains anonymes dans la Résistance, préface de Jean Laurain, Strasbourg/Nancy, Éditions La Nuée bleue/Éditions de l’Est.

REMY (1948), Les mains jointes (1944), préface de Francis Pickens Miller, Monaco, R. Solar.

REMY (1950), … Mais le Temple est bâti. 1944-1945. Fin des mémoires d’un agent secret de la France libre, Monaco, R. Solar.

ROUSSET, David (1946), L’univers concentrationnaire, Paris, Éditions du Pavois ; réédition (1965), préface d’Émile Copferman, Paris, Éditions de Minuit ; réédition (2003), Paris, Hachette Littératures. (Coll. « Pluriel ».)

ROUSSET, David (1947), Les jours de notre mort, Paris, Éditions du Pavois. (Coll. « Le chemin de la vie ») ; réédition (1974), Paris, Union générale d’éditions. (Coll. « 10-18 »), 3 tomes ; réédition (1988), préface de Maurice Nadeau, Paris, Éditions Ramsay ; réédition (1993, 2005), Paris, Hachette Littératures. (Coll. « Pluriel ».)

SAINT-CLAIR, Simone (1945), Ravensbrück. L’enfer des femmes, Paris, J. Tallandier ; réédition (1946), Montréal, Éditions Variétés ; réédition (1965), Paris, Fayard ; nouvelle édition revue et augmentée (1967, 1972), Paris, Fayard.

SEGHERS, Pierre (1974, 1975), La Résistance et ses poètes, Paris, Seghers ; réédition (1975), Paris, Club pour vous Hachette.

SERRE, Robert (2006), De la Drôme aux camps de la mort. Les déportés politiques, résistants, otages, juifs, nés, résidant ou arrêtés dans la Drôme, Valence, Éditions Peuple libre/Éditions Notre temps.

SHEPPARD, Bob (1998), Missions secrètes et déportation 1939-1945. Les roses de Picardie, Bayeux, Heimdal.

VALADE, Jean-Michel (2002), Au bout de l’enfer concentrationnaire : la vie. Paroles de rescapés corréziens des camps nazis, préface de Marie-José Chombart de Lauwe, Brive, Éditions Écritures.

VERGNON, Gilles (2002), Le Vercors. Histoire et mémoire d’un maquis, Paris, Éditions de l’Atelier/Éditions Ouvrières. (Coll. « Patrimoine ».)

VITTORI, Jean-Pierre, (dir.), avec la collaboration d’Irène MICHINE (1994), Le grand livre des témoins, préface de Marie-Claude Vaillant-Couturier, postface de Lucie Aubrac, Paris, FNDIRP ; réédition (1995), Paris, Ramsay/FNDIRP ; réédition (2005), préface de Stéphane Hessel, Paris, Éditions de L’Atelier/Éditions Ouvrières/FNDIRP.

WORMSER, Olga, et Henri MICHEL (dir.) (1954, 1966), Tragédie de la déportation 1940-1945. Témoignages de survivants des camps de concentration allemands, préface de Irène Delmas, Émile-Louis Lambert et Frédéric-Henri Manhès, Paris, Hachette.

Haut de page

Notes

1  Ce programme s’inscrit dans deux opérations menées par le Centre de recherche sur les médiations (CREM) : « Sortie d’oubli » dans le cadre du Contrat de projet État-Région (« Dynamique des peuples et construction européenne ») et « Qualifier/requalifier des lieux de détention, de concentration et d’extermination » dans le cadre de la MSH Lorraine. Signalons qu’il comporte une collecte de témoignages audiovisuels de survivants.

2  Voir, par exemple, Robin (1973, 1986).

3  La liste des ouvrages composant le corpus figure dans la seconde section des références bibliographiques placées en fin d’article.

4  Allemagne, Belgique, Bulgarie, Espagne, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, Tchécoslovaquie, URSS… Pour un premier état concernant les départs de 1 064 hommes et 1 274 femmes de Paris vers la Neue Bremm (27 convois d’hommes, 19 de femmes et 2 mixtes), voir Fontaine (2004). Le dénombrement d’autres catégories de déportés de France, dont celui des déportés des départements annexés, reste à faire.

5  Les détenus pouvaient être prisonniers de guerre, résistants, espions au profit des Alliés, opposants au national-socialisme, réfractaires au Service du travail obligatoire (STO), Juifs, déserteurs (notamment des malgré-nous ou des membres de leurs familles).

6  En décembre 1944, tandis que le front se rapproche, le camp est évacué à Heiligenwald, une bourgade située à proximité. Dans les mois qui suivirent, les baraquements disparurent. Il est probable que les habitants des villages alentour en ont utilisé les divers matériaux de construction, à des fins personnelles.

7  Gilbert Hirsch-Ollendorff (1904-1981) est mobilisé en 1939 comme sous-lieutenant pilote. Dès les débuts de l’Occupation, il participe à des filières d’évasion d’aviateurs alliés. En avril 1943, sous le nom de Grandval, il entre en contact avec Jacques Lecompte-Boinet, fondateur en zone nord du mouvement Ceux de la Résistance (CDLR). Il deviendra chef des Forces françaises de l’intérieur (FFI) de huit départements de l’Est (région C) et délégué militaire pour la même zone (20e région). À la Libération, il obtient le droit de garder officiellement le patronyme Grandval. Il devient gouverneur militaire de la Sarre.

8  Pour une synthèse, voir Meyer et Walter (2005).

9  Durant des décennies, la Neue Bremm a été qualifiée de camp de concentration (appellation qui empêchait de comprendre la fonction réelle du lieu) ou de transit (appellation qui minorait ce qui s’y passait, et par là « arrangeait » le milieu environnant) par les autorités, les anciens détenus, les porteurs de mémoire et évidemment les journalistes. Il est vrai que, dès la fin de la guerre, les appellations fluctuaient : dans un document fourni au tribunal de Nuremberg, on répertorie le camp sous la rubrique « Konzentrationlager », et l’on précise qu’il s’agit d’un « Lager für Politische » (Eugène Aroneau, Konzentrations-Lager. Tatsachenbericht über die an der Menschheit begangenen Verbrechen, Dokument F 321 Für den Internationalen Militärgerichtshof in Nürnberg, o. O., Arbeitsgemeinschaft « Das Licht », [um 1946]). Dans un autre document de 1949, on trouve la désignation « Polizeigefaengnis Neuebremme » (International Tracing Service, Catalogue Of Camps and Prisons in Germany and German Occupied Territories, Sept. 1st, 1939 – May 8th, 1st Issue, Arolsen, July 1949, dans Martin Weinmann, Hrsg., Das nationalsozialistische Lagersystem, Frankfurt am Main, Zweitausendeins, 1990).

10  Olga Wormser-Migot, née Jungelson (1912-2002), historienne, a travaillé dès la Libération au ministère des Prisonniers, Déportés, Réfugiés (sur sa trajectoire, voir Lindeperg, 2007). Pour l’histoire française du camp, elle est une exception. Dans sa thèse (1968 : 225) qui fut controversée, sur la base de documents et de témoignages, elle discute du statut de la Neue Bremm, « camp de passage pour les femmes » et « camp disciplinaire pour les hommes destinés aux camps de catégorie III », tout en précisant que certaines femmes évoquent « Neu-Bremen [sic] comme un camp d’extermination pour les hommes ».

11  Les archives des procès sont en cours de dépouillement aux archives de Colmar.

12  Voir Daguerre (2004), Humbert (2004), Beck (2005), Soupart (2005).

13  L’ouvrage de R. Bernard et D. Renger est un chaînon fondamental entre la mémoire française et la mémoire allemande ; il contient de nombreux extraits de témoignages (traduits en allemand) de déportés français. Majoritairement, ils proviennent de livres édités en France (Loustaunau-Lacau, 1945 ; Bleton, 1953 ; Michelet, 1955 ; Bernadac, 1969, 1976) ou de lettres transmises par la rédaction suite à un article paru dans Le Patriote résistant. L’un des correspondants écrira ensuite un ouvrage sur son expérience concentrationnaire (Cognet, 1997). À cette même période, en France, plusieurs amicales de déportés publient des monographies de camps ou de kommandos estimés oubliés (Mannarino, 1998 : 38).

14  Citoyen allemand, Horst Bernard (né en 1931) a passé la guerre avec ses parents en France, pour fuir le régime nazi. Il est membre actif de plusieurs associations œuvrant dans le secteur de la mémoire, dont la Vereinigung der Verfolgten des Naziregimes-Bund der Antifaschistinnen und Antifaschisten (VVN-BdA, Association des victimes du nazisme, Union des antifascistes) et l’Initiative Neue Bremm.

15  Le recueil de 2001 contient les témoignages de Mercedes Bernal, Bernard Cognet, Mme A.-M. G., Guy Halftermeyer, Max Heilbronn, Clémence Jacques, Père Jacques de Jésus, Emma Niederlender, Roger Vanovermeir. Dans celui de 2005, témoignent Andrée Gros, Georges Jouffron, Jeanne Albert, Georges Babel, Mathilde Meyer, Marthe Beyel, Yvette Lundy, Émile Karpp, Léonie Kieffer, Vasily P. Volodko, Raymond Reislinger.

16  Le lecteur non germanophone peut consulter une note sur cet ouvrage, rédigée par Vincent Meyer, dans Questions de communication (4, 2003 : 490-491) ou sur le site de la revue (http://ques2com.ciril.fr/).

17  Sur l’engagement des chercheurs, voir Heinich (2002, 2005), Barcellini (2003), Ferro (2003), Rebérioux (2003), Thanassekos (2002), Wieviorka (2002).

18  Georges Loustaunau-Lacau (1894-1955), dit Navarre, est le fondateur du réseau Alliance. Officier politiquement situé à l’ultra droite, exclu de l’armée en 1938 pour avoir créé le groupe Corvignolles afin de lutter clandestinement contre le Parti communiste, il est réintégré à la déclaration de guerre, se rapproche du maréchal Pétain et devient délégué national de la Légion française des combattants. Il passe assez rapidement à la Résistance (non gaulliste) et il est arrêté en 1941, puis en 1943. Après son internement à la Neue Bremm, il sera déporté à Mauthausen. Sur les témoignages de Navarre, voir Walter (2007a).

19  Simone Saint-Clair (1896-1975) est une femme de lettres et journaliste. Résistante, elle a été déportée en juin 1944 à la Neue Bremm, puis à Ravensbrück où elle commença à prendre des notes pour son futur témoignage. Elle a été lauréate du grand prix du roman populaire en 1937 pour Le dahlia rouge (Paris, Tallandier), du prix de l’Académie française en 1952 pour Le flambeau ardent (Paris, Fayard) et en 1958 pour Les anges incompris (Paris, Montaigne). Elle a exercé les fonctions de vice-présidente de la Société des gens de lettres, de présidente de l’Union féminine française et s’est engagée dans la gestion politique locale et l’action sociale.

20  Pierre Bleton (1924-1985) était étudiant pendant la guerre. Il s’est engagé dans Défense de la France, qui diffusait un journal clandestin éponyme. Nombre de membres du mouvement sont issus de la bourgeoisie catholique et animés par un patriotisme de droite, anti-allemand (ce qui va de pair avec une certaine tiédeur à l’égard de Pétain et de sa politique). Arrêté, Pierre Bleton a été expédié, en tant que « Nuit et brouillard » (NN), dans plusieurs camps : Neue Bremm, Porta Westphalica, Neuengamme, Hambourg, Gross Rosen, Dora, Nordhausen. Par la suite, il a fait une brillante carrière dans le secteur bancaire et a publié plusieurs ouvrages sur l’économie.

21  Edmond Michelet (1899-1970) a combattu durant la Grande Guerre. Engagé dans le catholicisme social, il développe les Équipes sociales et, sensible aux dangers de la montée du nazisme, il fonde le Cercle Duguet. Durant la Seconde Guerre mondiale, il organise le Secours national pour venir en aide aux réfugiés. Résistant de la première heure, il participe au mouvement Combat et dirige la section 5 des Mouvements unis de la Résistance. Arrêté en 1943, il est déporté à la Neue Bremm, puis à Dachau. Il fera une carrière politique dans la mouvance démocrate-chrétienne et occupera des fonctions importantes, dont celle de ministre. Son portrait est apposé sur un mur du mémorial de la Neue Bremm.

22  Marie Justine Fogel, née en 1926, mosellane, a été déportée à la Neue Bremm et à Ravensbrück pour avoir apporté de l’aide à ses frères qui ne voulaient pas servir dans la Wehrmacht. Ses parents et ses deux frères ont été également déportés, ainsi que sa sœur et le mari de celle-ci. Une photographie et une courte biographie de Marie Justine Fogel figurent sur le mémorial de la Neue Bremm.

23  Pierre de Froment (1913-2006), jeune officier au moment de la guerre, entre très tôt en contact avec Henri Frenay et participe à Combat, notamment pour établir un réseau de renseignement dans le Nord. Arrêté en 1943, il sera déporté à la Neue Bremm, puis à Mauthausen. Il terminera sa carrière avec le grade de général de division et le commandement d’une région militaire.

24  Gilbert Renault (1904-1984), alias Rémy, sympathisant de l’Action française, s’est engagé dans les Forces françaises libres où il est affecté aux Services de renseignement. En France, entre autres actions, il a fondé la Confrérie Notre-Dame. Après la guerre, il participera à l’« aventure » du Rassemblement du peuple français et se dépensera pour une réconciliation entre gaullistes et pétainistes. Auteur prolixe, il a écrit une cinquantaine d’ouvrages. Dans Les mains jointes (1948), il retrace la déportation à la Neue Bremm du résistant Marcel Hébert (le futur maire d’Alençon), qui sera ensuite acheminé à Buchenwald.

25  Dès son retour de déportation (Buchenwald, Porta Westphalica, Neuengamme), David Rousset (1912-1997), enseignant et militant trotskiste (il est l’un des fondateurs du Parti ouvrier internationaliste) ayant fait des études de littérature et de philosophie, rédige L’univers concentrationnaire (1946), puis, dans la foulée, le gros roman Les jours de notre mort (1947). Ces deux ouvrages évoquent la Neue Bremm, le second davantage. Ce dernier est fondé sur des témoignages de déportés. L’auteur s’en explique dans un avant-dire : « Ce livre est construit avec la technique du roman, par méfiance des mots. Pour comprendre, il faut de quelque façon participer : l’univers dont il est parlé ici est à la fois singulièrement hors de proportion avec les réactions quotidiennes des hommes ordinaires et cependant proche et intime./Toutefois, la fabulation n’a pas part avec ce travail. Les faits, les événements, les personnages sont tous authentiques. Il eût été puéril d’inventer alors que la réalité passait tant l’imaginaire./ […] Ce livre n’aurait pu être, sans la précieuse collaboration de beaucoup. Je les remercie tous ici et plus particulièrement ceux que j’ai le plus longuement torturés » (1947, 1988 : 11). L’œuvre de David Rousset est considérée comme celle qui crée la « littérature concentrationnaire ». Par la suite, l’auteur s’est engagé dans la dénonciation de tous les totalitarismes (en 1950, il intente un procès pour diffamation contre Les Lettres françaises, revue proche du PCF), du colonialisme. À partir de 1965, il se rapproche du général de Gaulle, est élu député UDR de l’Isère en 1968, puis fonde l’Union travailliste.

26  Christian Bernadac (1937-2003), journaliste et écrivain dont le père (Robert, dit Rouge-gorge dans le réseau Alliance) a été déporté à la Neue Bremm et Orianenburg-Sachsenshausen (sa mère, Marcelle, dite Sargue, a failli se retrouver à Ravensbrück), depuis le milieu des années 60, est l’auteur d’un nombre très important de livres sur la déportation. Il procède par enquête, exploitation d’archives ou de témoignages, sans adopter pour autant la méthode rigoureuse d’un historien « professionnel » (on y voit parfois une « sous-littérature qui représente une forme proprement immonde d’appel à la consommation et au sadisme », Vidal-Naquet, 1987 : 27 et 193 note 2). Il n’empêche que ses ouvrages ont un succès considérable. Le premier, qui évoque le plus la Neue Bremm, est Les sorciers du ciel (1969), consacré à la déportation des ecclésiastiques ; significativement, il est dédié « à mes jeunes amis des “Francs-Bourgeois”, aux prêtres et religieux déportés, à Edmond Michelet ». Un court extrait d’un manuscrit inédit de Lise Lesèvre est inséré dans Les mannequins nus. Tome 2. Le camp des femmes. Ravensbrück (1972) ; il sera développé quelques années plus tard (Lesèvre, 1987). Le dixième volume de la série, Des jours sans fin (1976), s’ouvre lui aussi sur des témoignages relatifs à la Neue Bremm : M. Berthelot, Pierre Bleton, Michel de Bouard, Pierre de Froment (dont le manuscrit, écrit en 1946, sera publié in extenso en 2004 par l’historien Robert Belot), Jean Gesland, André Laithier, Georges Loustaunau-Lacau, M. Malle-Jaureguy, Pierre Weydert. Le Rouge-gorge. Le dernier camp (1980) est consacré à Robert Bernadac : le fils précise qu’il « a choisi de présenter ce récit-témoignage à la première personne. Celui qui parle, qui raconte, c’est mon père. J’ai utilisé ses notes, les pages et les pages rapides qu’il noircissait ces dix dernières années, à ma demande » (1980 : 10). Dans Les victorieux. « Derrière les barbelés, les vainqueurs aux pieds nus… » (1994), on peut lire un témoignage de Guy Halftermeyer, qui a réussi une évasion avec Jean Devaux, Aristide Pennetier et Edmond Vandievoet. On retrouvera Guy Halftermeyer dans l’ouvrage d’Horst Bernard (2001). Enfin, L’espérance des rebelles (1999) offre trois pages d’un manuscrit inédit de Bernadette Kinderstuth, dite Madelon, retraçant son parcours de Neue Bremm à Ravensbrück.

27  Henri Michel (1907-1986), historien, a aussi été résistant (Simon), militant socialiste et responsable du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, il est auteur de nombreux travaux. L’ouvrage réalisé avec Olga Wormser contient des témoignages sur la Neue Bremm de Jacques Bergier, Michel de Brouard, Simone Saint-Clair, qui ont écrit des livres sur leur déportation, ainsi que d’Ariane Kohn. Ce livre a servi de trame narrative au film Nuit et brouillard d’Alain Resnais (1956).

28  En outre, certains déportés, pourtant passés par la Neue Bremm, n’en disent rien dans leurs récits. C’est le cas du grand résistant Pierre Julitte (1910-1991), auteur de L’arbre de Goethe (préface de Joseph Kessel, Paris, Presses de la Cité, Collection « Romans », 1965) qui évoque Buchenwald, Dora et Bergen-Belsen : on trouve simplement une mention du camp de « Neue-Brême » [sic] sur le deuxième rabat de la couverture. En revanche, il a confié ses souvenirs à son compagnon Jean Michel qui les a intégrés à De l’enfer aux étoiles. Dora. Le temps de la nuit (1985).

29  Català (1994) ; Cognet (1997) ; Fogel (1990) ; Manson (1995).

30  Témoignage de Guy Halftermeyer, paru dans Le Déporté, mars 1990. Article sur le Père Jacques, paru dans Le Patriote Résistant, 558, avr. 1996.

31  Mme A.-M. G., Clémence Jacques (sa photographie et une biographie sont sur le mur du mémorial de la Neue Bremm), Emma Niederlender, Roger Vanovermeir.

32  Andrée Gros.

33  Vasily P. Volodko, déporté ukrainien ; sa photographie figure sur le mur du mémorial de la Neue Bremm.

34  Jeanne Albert, Georges Jouffron, Georges Babel, Yvette Lundy, Émile Karpp.

35  Mathilde Meyer, Marthe Beyel, Léonie Kieffer, Raymond Reislinger.

36  Militant socialiste, Augustin Malroux (1900-1945) est élu maire de Blaye en 1935. À Vichy, le 10 juillet 1940, il est le seul député tarnais des 80 parlementaires à voter contre Pétain. Il est révoqué de la mairie de Blaye en 1941. Après dénonciation, il est arrêté à Paris le 2 mars 1943. Incarcéré à Fresnes, il sera déporté à la Neue Bremm et mourra à Bergen-Belsen le 10 avril 1945.

37  Murielle Allouche est journaliste de presse écrite et de télévision ; dans le cadre de ses études, elle a travaillé sur la déportation et le procès Papon. Jean-Yves Masson est illustrateur et concepteur de projets d’ouvrages parascolaires. Depuis dix ans, il a mené des travaux sur la déportation et a réalisé une exposition sur le 50e anniversaire de la libération des camps, au Centre national Jean Moulin à Bordeaux. Il a été dessinateur permanent au procès Papon.

38  Dans cet ouvrage, placé à l’enseigne de la Shoah, on trouve le témoignage de Lise Ricol-London (née en 1916) évoquant aussi la déportation de son mari, Artur London (1915-1986), qui a écrit L’aveu. Dans l’engrenage du procès de Prague (Paris, Gallimard, 1968). Elle est l’auteure de L’écheveau du temps. La mégère de la rue Daguerre. Souvenirs de Résistance (1995) qui contient un récit de son passage à la Neue Bremm. Lise et Artur London étaient des résistants et militants communistes. Ils ont été arrêtés suite à « l’affaire de la rue Daguerre », une manifestation spectaculaire en plein Paris pour appeler à la lutte armée. Elle sera expédiée à Ravensbrück, lui à Mauthausen.

39  Dans le recueil Elles et Eux et la déportation de Caroline Langlois et Michel Reynaud (2005 : 289), Micheline Voiturier, déportée à l’âge de 16 ans sur dénonciation de la directrice de son lycée pour distribution de journaux résistants, mentionne son « passage au camp de Neubrenn [sic] près de Sarrebrück, camp disciplinaire pour les soldats soviétiques, prisonniers évadés, découverte d’un univers de peur, de cruauté jamais imaginé ». Précisons que Caroline Langlois travaille dans le secteur de l’édition et qu’elle est coauteure avec Michel Reynaud de Elles et Eux de la Résistance : pourquoi leur engagement ? (Paris, Tirésias, 2003). Elle est également traductrice de l’ouvrage de Neus Català, Ces femmes espagnoles de la Résistance à la Déportation. Témoignages vivants de Barcelone à Ravensbrück(Paris, Tirésias, 1994), qui contient un témoignage sur la Neue Bremm. Michel Reynaud est fondateur des éditions Tirésias et depuis plusieurs années, il travaille sur la mémoire de la déportation, en tant que poète, écrivain et chercheur.

40  « Neue Bremm ou un carnet de Jean-Pierre », dans Les impitoyables d’Arthur Conte (circa 1946). Né en 1920, Arthur Conte, requis du STO, a été arrêté à Sarrebruck (24/10/43), accusé « d’organisations d’évasions, et d’espionnage au profit de l’Intelligence Service contre les usines de roulements à billes de Schweinfurt. (Kugellagerfabriken Kugelfischer et V.K.F.) » et détenu à la Neue Bremm. Journaliste, homme politique et homme de lettres, il a écrit de très nombreux ouvrages (Les impitoyables est le premier ; voir Walter, 2007b). Parmi ses responsabilités, celle de PDG de l’ORTF en 1972-1973.

41  Voir les ouvrages de Bernard (2001, 2005) ou celui de Allouche et Masson (2005).

42  Jean-Pierre Vittori a été journaliste à L’Humanité et fut rédacteur en chef du Patriote résistant ; il est également écrivain (plusieurs ouvrages sur la Résistance et la déportation). En collaboration avec Irène Michine (rédactrice en chef du Patriote résistant), il est l’auteur du Grand livre des témoins (1994, 1995, 2005). Dans ce dernier ouvrage, sur la Neue Bremm, on dispose des témoignages de Marcel Beauclaire, Fernande Haag, Marcelle Itzkowitz, Jacques Leclerc, Pierre Verdumo. Sont aussi mentionnés Madeleine Aylmer-Roubenne, Gaston de Bonneval, Jacqueline (Jackye) Brun, Henri Desoille, André Laithier, Jacques Leclerc, Georges Mazoyer, Lise Ricol-London, Simone Saint-Clair, Robert (Bob) Sheppard, Roger Vanovermeir. À remarquer que l’index, associant noms des déportés et noms des camps, ne permet pas toujours de repérer le passage par la Neue Bremm (certains survivants ont manifestement oublié de le signaler).

43  Par exemple, à l’occasion de la sortie des Mains jointes (1948) du colonel Rémy, Le Parisien libéré consacre deux « unes » à la Neue Bremm : « Le plus petit des camps d’extermination Neue-Bremm [sic] était un lieu d’épouvante où l’on mourait comme des chiens » (27-28/11/48), « Dans le camp de Neue-Bremm [sic] les gardiens SS rééditaient pour les juifs le calvaire de Jésus-Christ » (29/11/48). Pour la Neue Bremm, le rôle de la presse quotidienne régionale est également très important : voir Do Lam (2000), Daguerre (2004), Beck (2005).

44  Les exemples sont nombreux : Edmond Michelet inscrivait fortement son action dans le catholicisme et Rue de la Liberté a été réédité en 1998 par les éditions du Seuil dans la collection « Livre de vie ». Pour sa part, Raymonde Guyon-Belot, née en 1921, s’est engagée avec son mari, Fernand Belot (1917-1944), dans l’équipe nationale de Témoignage chrétien. Arrêtée en 1944, elle a été déportée à la Neue Bremm, puis à Ravensbrück, Hambourg, Beendorf. Elle a témoigné au procès Barbie. Son témoignage est consigné dans Le sel de la mine. De Lyon à Beendorf (1990).

45  Par exemple, Mathilde Meyer et Marthe Beyer témoignent ensemble (Bernard, 2005). Après leur détention à la Neue Bremm, elles furent déportées à Ravensbrück.

46  D’autres ouvrages ont obtenu des distinctions de ce type, par exemple Rue de la liberté d’Edmond Michelet (1955) a été récompensé par le prix littéraire de la Résistance en 1959, puis par le grand prix littéraire franco-belge de la Liberté en 1960.

47  À propos de Simone Saint-Clair, voir les remarques critiques de Wieviorka (1992 : 186, 458).

48  Lucien Bunel ou le Père Jacques (1900-1945) est une figure très connue ; en 1944, il fut déporté à la Neue Bremm, puis à Mauthausen. Il avait caché des enfants juifs. Son histoire a inspiré le film de Louis Malle, Au revoir les enfants (1987). Une photographie et une biographie ornent le mur du mémorial de la Neue Bremm. Voir, entre autres ouvrages, Père Philippe de la Trinité (1947, 1949), Carrouges (1958, 1988), Chegaray (1988).

49  Élise Rivet ou Mère Elisabeth (1890-1945), résistante (en contact avec le réseau Combat), est déportée à la Neue Bremm, puis à Ravensbrück. Voir notamment Association culturelle des sanctuaires de St-Irénée et St-Just (1995), Fillaire (1997). En 1961, un timbre (série « Héros de la Résistance ») a été édité en France pour honorer sa mémoire (3, 31 millions d’exemplaires). À titre posthume, Mère Elisabeth reçoit, le 10 novembre 1945, la Croix de guerre avec étoile. En 1991, le cardinal Decourtray introduit son procès en béatification. Le 17 avril 1997, la médaille des Justes lui est remise. Le 2 décembre 1979, une rue nouvellement tracée dans le quartier du Point-du-Jour, à Lyon, est inaugurée en son nom. En 1999, son nom est donné à une salle de l’Institut lyonnais des sciences de l’Homme.

50  Le Père de Jabrun (1883-1943) a combattu durant la Grande Guerre. Ancien aumônier militaire, résistant, il a organisé des réseaux pour faire passer la ligne de démarcation à des aviateurs alliés, des résistants, des Juifs ; il a également fait du renseignement. Il fut arrêté en 1943, déporté à la Neue Bremm, puis à Buchenwald où il sera assassiné.

51  L’abbé Basset (1889-1943), arrêté en 1943, a été déporté à la Neue Bremm, puis à Mauthausen où il est mort d’épuisement.

52  Par exemple, cela concerne Mémoires d’un Français rebelle. 1914-48 (1948) du commandant Georges Loustaunau-Lacau qui a préalablement écrit un roman (L’âme volée. Roman de mœurs allemandes, Paris, Librairie des Champs-Elysées, 1935).

53  Il en va peut-être de la sorte pour certains textes du corpus ayant reçu des prix littéraires. Sur ce point, l’exploitation des revues de presse fournira des indications. Ce mode de lecture est applicable, peu ou prou, à la biographie, proche du roman, de Pat O’Leary (Brome, 1957). Albert Guérisse (1911-1989), alias Pat O’Leary, est un médecin belge, résistant, déporté à la Neue Bremm, Mauthausen, Natzwiller-Struthof, Dachau. Le récit « rocambolesque » qui le concerne, L’histoire de Pat O’Leary, traduit de l’anglais par Anne Argela et Marcel Jullian, est paru aux éditions du Livre contemporain Amiot-Dumont, dans la collection « Visages de l’aventure », dirigée par Pierre Mac Orlan. Une courte biographie est apposée sur le mur du mémorial de la Neue Bremm.

54  À certains égards, c’est le cas dans la nouvelle « Neue Bremm ou un carnet de Jean-Pierre » d’Arthur Conte. La prudence s’impose, car, en l’état actuel de la recherche (Walter, 2007b), on manque encore d’informations sur les conditions de production de ce texte, sur la déportation de l’auteur qui était STO, même si, par recoupement, on peut repérer de nombreuses sources factuelles d’inspiration : par exemple, la description précise des bourreaux, ou l’évocation de « l’abbé V », p. 15, vraisemblablement l’abbé Armand Vallée (1909-1945), résistant qui, de la Neue Bremm ou de la prison de Sarrebruck (un doute subsiste), sera transféré à Mauthausen ; à noter que cet abbé est l’un des personnages du Jeu de patience de Louis Guilloux (Paris, Gallimard, 1949), paru peu après Les impitoyables d’Arthur Conte. En tout cas, dans cette nouvelle à vocation explicitement testimoniale (voir l’introduction de Jean Latscha), on remarque le recours à des procédés littéraires proches de ceux employés pour la fiction.

55  La notion de médiation est notamment définie sur la base des réflexions d’Yves Jeanneret (présentation de la collection « Communication, médiation et construits sociaux », Hermes Science Publishing).

56  Par exemple, c’est notre demande qui l’a fait (re)connaître au Centre d’histoire de la Résistance et de la Déportation de Lyon, alors que plusieurs détenus étaient originaires de la région Rhône-Alpes ou étaient actifs dans des réseaux de résistance locaux.

57  Georges Ferry, instituteur, devint directeur d’école à Metz et président de l’Union départementale des Combattants volontaires de la Résistance (Moselle). Dans son ouvrage, il relate des témoignages anonymes : Eugène G., Victor W. et « un jeune Lorrain de Moyeuvre-Grande ».

58  Signalons aussi que sur la couverture, on indique que Georges Loustaunau-Lacau était devenu général (grade obtenu quelques jours avant sa mort) et que le titre est suivi par une formule à la Vigny : « Servitude et grandeur militaires entre Pétain et de Gaulle ». Sur la page de titre intérieure de l’édition originale, on trouvait une autre formule : « 1914-48 », maintenue à la même place dans la réédition.

59  Jacques Bergier (1912-1978). Né à Odessa, dans une famille juive qui émigre en France, il est résistant à Lyon au sein du réseau Marco-Polo. Arrêté dans cette même ville par la Gestapo, il est torturé, envoyé à la Neue Bremm, puis à Mauthausen. Homme à l’activité protéiforme (science, occultisme, journalisme, littérature, monde du renseignement…), il témoignera notamment dans l’ouvrage d’Olga Wormser et Henri Michel (1955, 1966) et directement, peu de temps avant sa mort, dans son autobiographie, Je ne suis pas une légende (1978).

60  Par exemple, dans une lettre dactylographiée qu’il adresse à son entourage pour faire connaître son livre (novembre 1953, archives de l’auteur du présent article), Pierre Bleton (1953) se présente comme un « déporté moyen » et signale que, contrairement à ce que laissent croire de nombreux ouvrages, les déportés n’étaient pas des « personnages d’exception ».

61  Max Heilbronn (1902-1998), gendre de l’un des fondateurs des Galeries Lafayette (dont il devint PDG), centralien, il s’est engagé dans la Résistance (Résistance-Fer). Son pseudonyme y était Harrel et, entre autres faits notables, il était l’auteur du Manuel du parfait dérailleur. Arrêté le 12 juin 1943, il fut déporté à la Neue Bremm, puis à Buchenwald.

62  Manifestement, on peut repérer des positions hautes, des positions basses, des rapports de lutte : certains auteurs se plaignent de la place trop importante occupée par d’autres (toutefois, sans les nommer).

63  L’ouvrage de Neus Català (1994), résistante qui fut déportée à Ravensbrück, sur les femmes espagnoles résistantes et déportées contient le témoignage de Mercedes Bernal, déportée à la Neue Bremm (elle y a côtoyé Lise London, ancienne combattante de la Guerre d’Espagne), puis à Ravensbrück. On remarque que, à la différence des témoignages concernant la Shoah, on dispose de très peu de traductions.

64  Le docteur Pierre Grimaldi, décédé en octobre 2006, a été président de l’Académie de Béarn. Ancré dans une tradition chrétienne et régionaliste, il a rédigé une importante préface et joint de nombreux documents au texte de base. Outre des données familiales, il fournit des informations qui valorisent la dimension paloise de la Résistance. C’est ainsi qu’il évoque la haute figure de Georges Charaudeau (1908-1998), fondateur du réseau Alibi (Walter, 2007a et c).

65  Sur les raisons de ce phénomène, en particulier d’ordre judiciaire, voir Wieviorka (1998), Walter (2005).

66  Pour la Moselle et l’espace transfrontalier franco-allemand, voir Walter (2007c).

67  Pour Max Heilbronn, voir Heilbronn et Varin (1989) ; Manson (1995) ; Bernard (2001). Pour Lise London : London (1995) ; Allouche et Masson (2005) ; Langlois et Reynaud (2005), Association Buchenwald Dora et ses Kommandos (2006).

68  Bob (Robert) Sheppard (1922-2002), franco-britannique, membre du Special Operation Executive (SOE), arrêté en 1943 comme espion, il fut déporté à la Neue Bremm, Mauthausen, Natzwiller-Struthof et Dachau. Il fut président d’honneur du Comité international de Mauthausen et a témoigné au procès de Rastatt. Il est représenté en uniforme sur le mur du mémorial de la Neue Bremm.

69  De tout le corpus, cette nouvelle, écrite par un jeune homme de 25 ans, est le récit le plus « travaillé » par les relations aux femmes (au demeurant, la partie du camp qui leur était destinée n’était pas encore ouverte).

70  Dans le feuillet de présentation du Temps du purgatoire de Pierre Bleton, paru en 1953, on peut lire que « entre l’héroïsme et la lâcheté l’auteur n’établit pas de frontières ; il recherche moins les oppositions entre la victime et le bourreau que le lien secret qui les unit. Aussi le récit peut-il se poursuivre au-delà des camps sans que le ton change. Une libération par bombardement, qui laisse plusieurs jours un camp sans gardiens, devient le symbole d’un monde où nous sommes à la fois bourreau et victime ».

71  Sur ce cas particulier, voir la mise au point théorique de Louwagie (2006). Parmi les auteurs allographes dans le corpus : Konrad Adenauer, Lucie Aubrac, Henry Bulawko, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Stéphane Hessel, Lionel Jospin, Michel Noir, Gilberte Pierre-Brossolette, Marie-Claude Vaillant-Couturier…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Walter, « Les récits livresques de survivance sur le camp de la Neue Bremm », Communication, Vol. 26/1 | 2007, 11-47.

Référence électronique

Jacques Walter, « Les récits livresques de survivance sur le camp de la Neue Bremm », Communication [En ligne], Vol. 26/1 | 2007, mis en ligne le 24 septembre 2009, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communication/871 ; DOI : 10.4000/communication.871

Haut de page

Auteur

Jacques Walter

Jacques Walter est professeur des sciences de l’information et de la communication, Université Paul Verlaine-Metz, Centre de recherche sur les médiations (ÉA 3476), Maison des sciences de l’homme Lorraine (USR 3261 CNRS). Par avance, l’auteur remercie tout lecteur qui l’aiderait à compléter ce corpus de livres contenant des témoignages sur le camp de la Neue Bremm. Courriel : jacques.walter@univ-metz.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Université de Laval
  • OpenEdition Journals