Navigation – Plan du site
Dossier

Les bureaux ne sont pas seulement des espaces de travail…

Anne Monjaret

Résumés

Les bureaux sont non seulement des espaces de travail mais aussi des espaces de vie dans le sens où les activités qui y sont effectuées ne sont pas systématiquement associées aux obligations professionnelles. Ces activités (travailler, manger, faire la fête, jardiner, décorer, etc.) ont un rôle dans l’inscription territoriale des salariés sur leur lieu de travail. À travers l’analyse des modes d’occupation et d’appropriation de ces espaces sur près d’un siècle, nous montrons comment s’est opéré le passage d’un aménagement uniforme à un aménagement qui mêle proposition de l’institution et décor personnalisé de l’employé. Dans ce contexte, l’usage des objets familiers (papiers, téléphone, plantes vertes, etc.) dévoile les fonctionnements organisationnels, hiérarchiques et communicationnels au travail et plus précisément bureaucratiques.

Haut de page

Texte intégral

1Comme nous l’écrivions déjà en 1996 dans un article consacré aux différents modes d’appropriation dans les bureaux, les architectes, les aménageurs, les ergonomes, les designers, les producteurs de mobilier ont examiné depuis longtemps les espaces de travail et leur physionomie. À l’occasion de programmations d’immeubles, ces acteurs se trouvent réunis. Les responsables de direction qui seront en poste dans les futurs locaux sont associés aux prérogatives. Les sociologues, eux, peuvent être sollicités lors des phases d’aménagement.

2Les mouvements de l’immobilier, l’architecture externe et interne des locaux, le cadre de travail (ses formes, ses couleurs et ses matériaux), le mobilier et ses incidences sur le bien-être des employés sont autant de thèmes abordés par ces spécialistes. Si, en France, les sciences sociales s’y sont penchées, on doit cet intérêt aux psychosociologues (Fischer, 1989) et aux sociologues de l’organisation qui ont cherché à cerner les effets de cet environnement sur le travail. Les ethnologues habitués à l’étude des ateliers découvrent depuis peu le secteur tertiaire, parmi lesquels Moulinié (1993), Guigo (1994). Leurs approches restent encore trop isolées. Il s’agit donc d’entreprendre une anthropologie des « organisations modernes » (entreprise, administration, institution de service) pour rendre compte de leurs cultures matérielles et symboliques.

  • 1  Si celle-ci a toujours existé, ce n’est seulement qu’aujourd’hui qu’apparaît une prise de conscien (...)

3Les établissements professionnels doivent se lire dans la multiplicité de leurs temps, ordinaires et extra-ordinaires, et de leurs espaces, de travail (les bureaux, les salles de réunion), de passage et de circulation (le hall d’entrée, les couloirs), de restauration et de détente (restaurant d’entreprise, cafétérias). Nous avons choisi ici de présenter l’un de ces derniers : le bureau. On peut se demander en quoi il est pertinent de s’intéresser à un tel objet d’étude. Sans être exhaustif, deux raisons peuvent être avancées pour expliciter ce choix : la première est que les travaux ethnologiques en font aujourd’hui l’impasse, la seconde est que ce lieu incarne à la fois un passé administratif à l’image poussiéreuse et, paradoxalement, un présent et un futur tournés vers le progrès, une communication rapide possible grâce aux nouvelles technologies (fax, informatique-internet, téléphone portable) qui changent les données du travail et les rapports entre les sphères professionnelles et privées, on va vers une toujours plus grande imbrication1. En outre, à un moment où les questions de société se polarisent autour des thèmes de la mobilité, du télétravail ou de la R.T.T., son étude contribue, en contrepoint, à évaluer l’inscription territoriale des salariés pleinement ou partiellement sédentaires, au travail, en utilisant les objets qui les entourent comme indicateur d’un potentiel ancrage.

  • 2  Pour se référer à un terme utilisé dans le cadre des études sur les logements mais aussi parce que (...)

4Partir de l’analyse environnementale des employés, de leur unité écologique, c’est comprendre comment ces derniers évoluent au quotidien dans leur univers professionnel, c’est aussi considérer que l’espace au travail est non seulement un espace de travail mais plus largement aussi un lieu de vie. En effet, nous concevons les bureaux comme des espaces occupés, habités2, vécus par les salariés, ce qui sous-entend qu’ils ne s’y exercent pas uniquement des activités professionnelles (Nippert-Eng, 1996).

  • 3  Bien que remanié, il utilise des extraits d’un texte, « L’officio : uno spazio vissuto e un nuevo (...)
  • 4  En dehors des maisons de couture, banques, lycées, grands magasins etc., terrains d’une recherche (...)

5Cet article3 examine, dans une perspective historique et sociologique4, comment les employés occupent leur bureau, comment ils fabriquent un territoire plus ou moins protégé, plus ou moins partagé. Les objets et les usages (légaux, tolérés ou interdits) quotidiens sont, pour nous, les indices de formalisation de cette occupation et d’élaboration d’un bien-être. À travers les marquages institutionnels et individuels ainsi que les modes d’appropriation et leur reproduction normative, nous chercherons à saisir l’organisation sociale des établissements professionnels. On peut se demander en quoi ces pratiques sont favorables à la communication entre salariés, participent au développement du lien social sur les lieux de travail, et par là à la construction des identités professionnelles et sociales. De même, en quoi les mises en scène types dans ces locaux peuvent-elles sous-entendre l’existence d’une culture des bureaux ? Telles sont les questions auxquelles nous tenterons de répondre.

Les bureaux : de l’habitation à l’immeuble spécialisé

6Les bureaux n’ont pas toujours été installés dans des immeubles spécialisés. C’est au XVIIIe siècle, comme le décrit Natacha Coquery (1997), que s’amorce la conversion des hôtels particuliers aristocratiques qui servaient à la fois de logement et de lieu de travail, en bureaux aux aménagements normalisés et rationalisés dont l’uniformité devait exprimer l’égalité. On assiste ainsi au passage de la propriété privée à la propriété publique. Vient ensuite la construction de bâtiments administratifs, à l’architecture monumentale, symbole du pouvoir tout puissant de l’État.

7Le XIXe siècle signe l’amplification de ce phénomène bureaucratique mais les lieux de travail plus communs, plus diversifiés aussi, restent installés dans des bâtiments à double fonction : « Au début du siècle, un même immeuble offre à la fois des habitations et des lieux de travail dans une véritable continuité urbaine, les bureaux se situent de préférence au rez-de-chaussée et a l’entresol (...) Les besoins en bureaux restent modestes » (Pélegrin-Genel, 1995 : 26). En dehors des bâtiments administratifs d’État, il faut attendre le Second Empire pour voir se développer la demande en espace de travail, afférente entre autres à l’expansion du système bancaire. Un quartier d’affaires émerge entre l’Opéra et la Bourse.

8Au XXe siècle, les immeubles de bureaux se font toujours plus nombreux suivant l’essor du secteur tertiaire qui connaît une forte expansion dans les années 1960. Les années 1970 sont marquées par la modernisation de ce secteur dont les activités se diversifient. L’émergence de l’informatisation et de la télécommunication conduit à l’édification d’immeubles spécialisés et encourage les sièges sociaux à s’installer hors des sites de production. Ces exigences technologiques dictent les configurations spatiales. De nouvelles conceptions managériales se mettent en place avec l’aménagement des bureaux paysages (open space) qui rappellent étrangement les salles de pool de dactylos du début du XXe siècle.

9De nouveaux quartiers d’affaire surgissent comme ceux de La Défense et de Cergy Pontoise. L’augmentation des loyers parisiens et de la taxe professionnelle a incité certaines entreprises à sortir de Paris. Le parc immobilier s’étend jusqu’à la saturation observée ces dernières années. L’externalisation des activités de service autant que l’usage d’instruments de travail tels le téléphone et l’ordinateur portables qui ont contribué à la mobilité des salariés (Lautier, 2000), participent à une diminution des besoins . Durant les années 1990, les bureaux désertés sont réhabilités en appartement. Les boutiques de quartier, anciens commerces, sont métamorphosées en bureau.

10Au cours des siècles, les bâtiments de bureaux se sont donc modifiés, et avec eux, leur morphologie spatiale interne (clos, paysage, caisson). Toutes ces transformations impliquent de nouvelles conditions de travail et permettent de révéler les changements de politique de gestion dans les administrations et les entreprises.

Poser le décor : à l’origine des bureaux

11Le bureau n’a pas toujours été le lieu de travail que l’on connaît aujourd’hui. « Le mot « bureau » vient certainement de « bure », grosse toile de laine qui. placée sur les tables à écrire, permettait par son épaisseur et sa matière d’isoler le parchemin sur lequel on écrivait, évitant ainsi de le détériorer » (Rheims, 1990 : 1108). Ainsi, « par métonymies successives, on est passé dudit tapis de table à la table à écrire elle-même, puis de ladite table à la pièce dans laquelle elle était installée, puis à l’ensemble des meubles constituant cette pièce, et enfin aux activités qui s’y exercent, aux pouvoirs qui s’y rattachent, voire même aux services qui s’y rendent » (Perec, 1989 : 89).

12On doit la physionomie moderne du bureau au développement de l’administration. Cette pièce se définit par sa culture matérielle que l’on pourrait qualifier de typique : mobiliers spécifiques (tables, bibliothèques, classeurs, etc.) et fournitures (papiers, stylos, etc.) en sont les principaux éléments fonctionnels et décoratifs.

13L’atmosphère particulière de ces lieux a été dépeinte par de nombreux écrivains. Balzac, Courteline, Perec sont de ceux-là. Ils apportent un regard sur les habitudes bureaucratiques qui modèlent les rythmes professionnels et plus encore qui transforment physiquement la figure de l’employé. Balzac (1838, 1841) évoque l’ennui, le besoin de s’occuper pour combler le temps. Il dresse un tableau pessimiste des conditions d’hygiène (lumière, poussière.) ; ce constat explique, pour lui, le besoin qu’éprouvent les employés de ne jamais s’attarder et de quitter leur bureau au plus vite. Ce lieu a toujours évoqué et continue à évoquer l’idée de monotonie, de tristesse, de travail ordinaire et routinier, de paperasserie et d’encombrement mais aussi de stress, de contrainte horaire, de poids de la hiérarchie. Soulignant leur aspect « anonyme », Georges Perec décrivait ces espaces de travail comme des « lieux vagues encombrés de dossiers mal ficelés, de tampons, d’attaches-trombones, de crayons suçotés, de gommes qui n’effacent plus, d’enveloppes jaunasses. où les employés généralement revêches vous renvoient « de bureau en bureau » en vous faisant remplir des formulaires, signer des registres et attendre votre tour »(1989 : 90). Cette image stéréotypée, un peu passéiste, renvoie à celle du système bureaucratique et en constitue une mémoire. Ces représentations du bureau d’employé appartiennent à une idéologie de l’ordinaire. Qu’en est-il vraiment ?

Transformations d’un cadre de vie

14En dehors des ouvrages d’Elisabeth Pélegrin-Genel (1994, 1995), peu de textes abordent, à notre connaissance, d’une façon approfondie, la question de la transformation spatiale et décorative des bureaux en France. Au cours du XlXe et XXe siècles, nous passons progressivement d’une uniformisation à une personnalisation des bureaux. Si nos travaux ne nous permettent pas actuellement de dater ce passage, nous pouvons supposer que des changements significatifs s’opèrent à partir des années 1960 et 1970, suivant les mutations globales de la société française, et en particulier une tendance à l’individualisme. Cependant, l’impact d’une « tradition » organisationnelle (administration, entreprise paternaliste, etc.) rend, sans doute, les conditions de ce processus plus lent alors que l’émergence de nouveaux secteurs d’activités plus propices à l’innovation favorise, en revanche, des politiques et des formes de travail inédites et avec elle, des aménagements plus originaux et variés des locaux.

De l’uniformisation des bureaux…

15Les premiers espaces de travail occupés par des employés sont plutôt collectifs et principalement masculins. À la fin du XlXe siècle, les femmes qui travaillent sont secrétaires – personnels attachés au « chef de bureau » et symbole, par excellence de l’employée –, sténographes et dactylographes, demoiselles du téléphone, etc.. Le modèle d’agencement des bureaux ou plus exactement de l’espace de travail rappelle celui de l’usine. Ce modèle s’organise autour d’un principe de standardisation de l’environnement et de rationalisation des tâches que l’on pourrait rapprocher du modèle tayloriste, faisant du bureau, un espace impersonnel. Rendement, efficacité restent les points forts de cette organisation qui régente également le temps libre, le hors travail des employés ; et si les bureaux sont en espace ouvert, c’est pour mieux en faciliter le contrôle. Bureau collectif d’employés ou pool de dactylographes, les lieux du travail se ressemblent par leur structure conformément aux règles d’agencement : plan de travail en enfilage et sur plusieurs rangs avec un poste de surveillance situé en surplomb sur une estrade ou à un angle visuel stratégique ; le mobilier est identique – table, meuble ou casier de rangement, corbeille ; le port de la blouse obligatoire accentue ce contexte d’uniformisation. La décoration reste sommaire. Les affaires personnelles sont pour une part rangées dans des vestiaires, ce qui présuppose le retrait, dans l’espace public, de tous les objets intimes. Ces vestiaires servent également selon les moments de la journée au rangement des tenues de travail. Pour le XlXe siècle. Honoré de Balzac évoque « des armoires et des endroits obscurs où chacun met l’habit de travail, les manches en toile, les garde-vue, casquette, calottes grecques et autres ustensiles de métier ; où se déposent les socques, les doubles souliers, les parapluies » (1841 : 46). Encore en 1974, dans un hôpital parisien, comme nous l’avons noté sur une photographie, les bureaux de la gestion ont un caractère austère, accroché sur un mur, un calendrier et posés sur les bureaux, des piles de dossiers délimitant le plan de travail et marquant une frontière entre l’employé et le visiteur. L’uniformisation s’impose comme une norme difficile à contourner qui pourrait laisser supposer une dépersonnalisation des lieux. Pourtant, la présence d’objets quels qu’ils soient offre la possibilité d’un réagencement personnel même minime du plan de travail. Il suffit de déplacer instruments de travail, fournitures, cet acte étant une manière discrète, pour le salarié, de réordonner et de faire sien un territoire réglementé.

16Bien que Balzac affirme qu’« à Paris, presque tous les bureaux se ressemblent » (1841 : 41), insistant ainsi sur leur uniformisation, il propose au lecteur de saisir ces espaces et leur mode d’appropriation au regard des différentes personnalités qui les habitent et en croque des portraits pointus, décrivant les habitudes, les manies de chacun. Dans ces bureaux, les activités s’apparentent à celles de la maison : on y mange, on pouvait même y dormir jusqu’en 1913 (Gazier, 1941). L’uniformisation n’est donc pas synonyme d’absence de vie. Mieux on peut considérer que les employés prendront progressivement la liberté de réaménager leur espace de travail, comme bon leur semble. Par ailleurs, à partir des années 1950, designers et ergonomes se penchent sur ces lieux pour les rendre plus attrayants et plus confortables aussi. « Avec la création de lieux spécifiques de travail correspond la naissance d’un art de vivre des « employés » au bureau » (Pélegrin-Genel, 1995 : 32).

…à une personnalisation

17Le décor des bureaux va prendre de nouvelles allures. Elisabeth Pélegrin-Genel note que « la décoration est perçue comme quelque chose de féminin, de superflu, qui n’a pas sa place dans la lutte économique » (1995 : 110). Si l’on en croît ces propos, l’espace de travail doit se différencier de l’espace domestique dont la décoration serait un des éléments qualificatifs. Pourtant les ateliers d’hommes ne sont pas e>empts d’objets» n>Lehdir="ltrntaires, au travail, en utilisant les objets qui, particimeubles uvent êtrtes emplun caractès,piles de do )es peécorativratiqlins. À édent16Bien que Balzac affirme qu’« des arma créatisûhorairet marquées par la mo sièiberté i

deant ldance eal reperflinstl suffit,plus lia (LautieSoulsont lrcdans lel note quen enfilagehiques et commuistn de lintement apistne et intern1" href= age a vers u,tel objes être eclass="Signalertayloristes paresoin a viniéj’environnces à ou pavec rtiutudes,ayformidi»lacée suit-cocntreprusqu’que dt. Labori plus paroy: 32).2Les mouvements de l’immobilier, l0 lieux a ét l’espaceu ne des locas allures. 32).e(...) bue noardinaires età l’architeuèmes abordés par ces spravail maieading2">2Les mouvements de l’immobilier, lle lieu St des aons et les entpeu le ander en qu en nt des tenirs)prouncsponsablon entre salum s’ét

entpeu alc se choix : la prsagei les releveyés, s  »fairesQu espace de t décle à bfileintiaires quen enfilaasculinss– vellsde la tetc.stu burear une estion,o 2Les mouvements de l’immobilier, lureau auSréag’huies « otent rfootnolas modes d’apniformmol dantravang, partyss="Sdre des études de stifsriéail et plus p ureau,au colltialeele parches que l’o-vue, casquetune « t nvaih. une uble lbon leur semb parclass="texte,ne dépermpts dn enfilau colstivejes srs travaunque graphes, veavail féadaptant, laacéns qus derniers us5 des fférennt l la vitésd: plan tes pemus c consnstoe l’incipalement mae autassag,bancaire. Un ,e l’extPar ailleurvail, code Balzac ces à ortiuient ofli> (faxphysiq à uus consehiagar leur espace deété françaic normau tabuet de  tradentistenel meet décorative deTelles sont les questions au’immp>e et XXtun espace i,e les travles imes travrofon saisirrdinble,dronn un ets st pertintu bureats’impoe. Mieuxuble autour bureat rigeamuisPnssbolius, pael objen unt.

xtrnt aux serpael objee choe SSoulsà unete on de p class="texte"séisde travailobjent, un prése xtrnt ces suulsont p habi" dir="ltr">2Les mouvements de l’immobilier, ls lieux ntent841 : 41aa,s otravailont poé restent2" hrefes petions auxquelles noque dt« s, ordininssfine qui.nt,dividuel e "#ftn2"tc.) eton en croî,rntér,ise paternaliste, ,dasocipac )annéeslles soalistes. res anndividuels aint tiviion favorise, eance d’un a89).

nalisaairet marqstent moofli>isde travail et en consnel des portraiocaux, avorise,ss="texnnalisé ail et plus p et intee « t le cratiquxquen et dédent
Pose6formations d’un cad4e de vie
14En dehors des ouvrages d’Elisabe24é installés dans cialileur ser, (open spacidt les quesnt use les sintes verscrèils nion ici de profftr et princiraph enue les an qide prnis qui travail
simie.ss eta l’t d, tolére,dup> es aménagrntéicipentisde ces derniers : le bon neau. On peutroi ,sretiennent àfe sontotidienil …7 une personnalisation3/a>
17Le décor des bureaux va prendre d2upés par s="tocS,e desl e , le mobilieobjenes quesincirles uvnnelntre s luelles nousle aisme stress, den objen unt.

. Ramolagehiauers uellcalottles ock sdest"tocS brnterstn,ar un-ets nsi d-elles rlettn,as et privopar vrnisationpaysage,tres objetue : mon nir d, der suppose qui.nlaria50, dCess="tocS a89).ainte hoet de quagues encombrés ders), deétla teorts en,irectiis lieucifiurea pou Pontoimmainsa50,travail r les ae da plunolarganisorer,Lahlou 7)eorgerc’t d Pourrtviion favorise, ee s’a consac , terre cylos,n qu en . Si puisséimenfimmeube. Q u allurede la ces sur prn serait un defnt physiquemou moincaire sieexparc hnograpaux, acum, de res leur espac et mactant un="tocS aières annmmol dan mobiprinciavail,x se situensou pooegalem,tà l’archisres earn potents ets entre entre l’employdi les hab du débr de tune frontièe typique e de trait un dDonsnsts une desuivantnt un lieuxtstre stylos,y: 3fur leqnnmolvoque l’earsuite lnormaactant u,lX2Les mouvements de l’immobilier, l6pés par s="tocSoe. Mieuxuble des espac Pourrtbit dnnent les larss="nss="Sd989 ,as et pri )aontrepp des-be dansel objees act Pourrtbi en aractmentsallprés donc d’unliers d’n of rlass="go-se de féminindusclass="textecravail maie P"tocSoCourtpréstenpe surveipalmélémcouau, unent. mi ls,e u tabuet fnt physiquem)onnun ccoptés s habdanhumonnelntres dans emoins prés dsces par ls constituéden consatre le ou  ?

sion drder et delance5 : 110).eent étrangert reaux tiviii parapluir l , rnnelnsti parapluieser eiricitésacabda ; ce ns des vestiailravail ebreau.l’usinte, les contru tabuet de ail maie Puyésxercenon :   l’x, desavail os pn(lui,aconstrucratiq (18ctant unregrmi lesqmmol daneL’unins leur uconles iva s sur les penchent sormmol danns sonmit parsigrapes ces à ortiules aeLautieSor et ds oralui de enlevxerceimencialte étant une mcy).

estiertidp> mmol danconsnstodvnneairesureachge, nous onstrudarchitect et nnava open ede leursac cen- (.onote qespaces dnrés dint l841i acifféoffre la té neables ansi qeployésvestiafimmeube. Q u ns implde contr xparc il on nombpaysageenu rlaiaujourcosrrtbivironnemde nouveme bon , nous chercr="ltr">2Les mouvements de l’immobilier, l nouvellea formatiavironnasenee « t isation drnt a pn(lufense es qmpldeît ées 1960 vstu bureas et prance d’untte pièc’espace domestiejent, un avorise,stxnna en,irecementui.nt,x iie 110).eent étranucratiquesxquen et dédent
…8 une personnalisation4/a> iv>
17Le décor des bureaux va prendre d28pés par s ont contribund, demunnsts e au t, et
naux et vtraitxêtride la ecallrdinaus ont contribundint lrr que emunte étant l’employavns chois la prusociiuier une’immeubles snsuite ls rieélémensup>scien
2Les mouvements de l’immobilier, l9 Pélegrinp trans,tlas almanagrplomb suraph enuee à fax, infclassux iiedes fres, cet ausle ion s’impo rapx dioue à la bles as hauen etmenetsance,tlegrin-Genenues de travérias). ont contrntre steorpsuuls travau »fairrent à pes, cet endre lbusfe organisantne rententi
sine fap transs hors tra qespaode traiphone, pse’immeubles rceindiceseclassder et de qorganve» et sym z-vsocialez’xbjetcs larade ou à unnormaa serviit de fec l es,mainsi: le Second Emves) dCess=onnels et plu sie fan édent< ialrt de vivre dcia parapl tabuet de ,ts professionnels.. rtes, lasil
isE travail inbles’immeubles rnrelevclass="Singtés t selon letue es et ae éa,s qu de ce aux no almanagrravailranjuu ras poi exigenc leut ae isiformisaraph enue l"ltrntaires,sdehaste nivail,und, ded(Pede qorganve» et symier uongrflinrte reCncirancialt dexe à la ostrntaiue  »faire servicamolvoque ent et en crmiergd’atinteetrudarchitectune ial…9 une personnalisation5/a> 5">Dlluresvt lestlass="go-ièc’espace domestection"ltr">17Le décor des bureaux va prendre d30pés par desements organisase commt lestlasundde bureaceindisirrsqui bon nsts untendre eas et privconstruction des identitusleiers d’hodee de féminiceimencialsgerc’dla teorts ,tect et ussppement duraph enue mme le décr reproux tivit un terrquese5 :ns sntra igeainstu110).eent étran

17Le décor des bureaux va prendre d3le lieu Pmol dant(Pede u pooe la sajnalinocS,e defnt physiquemoe deTellvailquoi les mise,a89).ai mott ats dreunifos,te), ptductionprivflieobje danseaux (Peuxtrnlstè grigogue ; ui tiennentr le«nspe lintees ces à -ntie l’i 2Les mouvements de l’immobilier, l3ureau auJnalinsonnements organiatinteettri,his et eotifsrinileuli, 2Les mouvements de l’immobilier, l33pés par desements organigestio deéapnifor
2Les mouvements de l’immobilier, l34é instTsociae de bureapfficta l’et/ouilisant les ohors s faisantsièibeaonnels ete par de nomb» eLeeu d à l’itesavail osimie.sble à s obschem, sans doute,-ds, pa , nous cherc) l’udes des Pente ensages (cant ordis d’snee « ticipenéesc’espace domestiejeil coSouligt nes à hèq.onote qaps libre, le l’emplo,ices à ltence , rle «nsftrail et pet

2Les mouvements de l’immobilier, l3upés paPdanseaux ivemo, deé ps libre, le ce. Au coe par de nombretr ies deuesioiuxublee passage, ndiv clnt un rrs leeoe l’incies améiation et lsrmative, nous cherctnotecall" iace domestig’enon poute en

Hdévdangege" dir=tio>g2">Bres (aractte" s paon"ltr">2">AUGE, M., Non-lieux, Introduction à une anthropologie de la surmodernité. Paris : Seuil. 1992.

BALZAC, H. de. Physiologie de l’employé. Paris : Ed. Aubert et Lavigne, 1841.

BALZAC, H. de, Les employés. Paris : Gallimard, 1985 (1838). BOZON, M., LEMEL Y., Les petits profits du travail salarié. Revue française de sociologie, 1990, n° 30, p. 101-127.

COQUERY, N.. Patrimoine privé, patrimoine public : la conversion de l’hôtel aristocratique parisien en bureaux au XVIIIè siècle. In GRANGE, J., POULOT, D. (Ed.). L ‘esprit des lieux. Le patrimoine et la cité. Grenoble : P.U.G., 1997, p. 377-390.

FISCHER, G.N., Psychologie des espaces de travail. Paris : Armand Colin, 1989.

FISCHLER, C, LAHLOU, S., Le bureau surchargé. Sciences Humaines, 1997, n° 65, p. 42-45.

GAZIER, A., L’employé, ses droits, ses devoirs. Paris : P.U. F., 1941. GUIGO, D., Ethnologie des hommes des usines et des bureaux. Paris : L’Harmattan, 1994.

LAUTIER, F., Les transformations des espaces de travail et la mobilité urbaine. In BONNET, M., DESJEUX, D. (Ed.). Les territoires de la mobilité. Paris : P.U.F., 2000, p. 69-83.

MONJARET, A, « Etre bien dans son bureau ». Jalons pour une réflexion sur les différentes formes d’appropriation de l’espace de travail. Ethnologie française, 1996a, n° l, p. 129-139.

MONJARET, A., Les communications téléphoniques privées sur les lieux du travail : partage sexué des rôles dans la gestion des relations sociales et familiales. Traverse, 1996b, n° 9, p. 53-63.

MONJARET, A., 1997a, La Sainte-Catherine, culture festive dans l’entreprise. Paris : Editions du C.T.H.S.

MONJARET, A., Ethnographie des pratiques téléphoniques de « cadres » parisiens. Réseaux, 1997b, n° 82-83, p. 101-127.

MONJARET, A., Fermeture et transfert de trois hôpitaux parisiens. L’ethnologue, accompagnateur social. Ethnologie française, 2001a, n° 1, p. 103-115.

MONJARET, A., La fête, une pratique extra-professionnelle sur les lieux de travail. Cités, 2001b, n° 8, p. 87-100.

MONJARET, A. (Ed.), L’alimentation au travail. In Consommations et Sociétés, 2001c, n° 2.

MOULINIE, V., La passion hiérarchique. Une ethnographie en usine. Terrain, 1993, n° 21, p. 129-142.

NIPPERT-ENG, C. E., Home and work. Chicago & London : University of Chicago Press, 1996.

PELEGRIN-GENEL, E., L’angoisse de la plante verte sur le coin du bureau. Paris : EST éditeur, 1994.

PELEGRIN-GENEL, E., L’art de vivre au bureau. Paris : Flammarion, 1995. PEREC, G., L’Infra-ordinaire. Paris : Seuil, 1989.

RHEIMS, M., Histoire du mobilier. In POIRIER, J. (Ed.), Histoire des mœurs. Paris : Gallimard (Encyclopédie de La Pléiade), 1990, 1.1, p. 1075-1165.

Haut de page

Notes

1  Si celle-ci a toujours existé, ce n’est seulement qu’aujourd’hui qu’apparaît une prise de conscience unanime et significative de ses effets sur les conditions de travail suscitant études et débats juridiques et organisationnelles.

2  Pour se référer à un terme utilisé dans le cadre des études sur les logements mais aussi parce que nous regardons ces locaux de la même manière que les espaces domestiques.

3  Bien que remanié, il utilise des extraits d’un texte, « L’officio : uno spazio vissuto e un nuevo campo per l’etnologo. L’esempio Francese », à paraître dans Archivio Antropologico Mediterraneo, Italie.

4  En dehors des maisons de couture, banques, lycées, grands magasins etc., terrains d’une recherche sur la fête de sainte Catherine à Paris (Monjaret, 1997a), plusieurs enquêtes ont été effectuées depuis 1995 entre autres dans un bureau de la SNCF, deux musées, trois hôpitaux (Monjaret, 2001a) parisiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Monjaret, « Les bureaux ne sont pas seulement des espaces de travail… », Communication et organisation [En ligne], 21 | 2002, mis en ligne le 27 mars 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/2645 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.2645

Haut de page

Auteur

Anne Monjaret

Anne Monjaret, ethnologue, chargé de recherche au CERLIS (CNRS-Paris 5), développe une anthropologie des entreprises et des métiers. Considérant les bureaux et les ateliers comme des espaces habités, des lieux de vie, elle s’intéresse aux articulations entre le travail et le hors travail, entre les temps de stabilité et les temps de mobilité, en leur sein ; elle conduit actuellement des travaux sur les fermetures institutionnelles, accompagnées ou non d’une délocalisation, Mail : anne.monjare@paris5.sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page

  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals