Navigation – Plan du site
État de la recherche

Bilan de la recherche scientifique en communication au Quebec – Photographie sur le vif

Anne-Tamara Lorre et Thérèse Paquet-Sévigny

Notes de la rédaction

Cet article est issu d’une recherche présentée dans le cadre du séminaire « Communication, journalisme et médias : formation et recherche » réalisé conjointement par l’Institut français de presse de l’université Panthéon – Assas Paris II, le département d’information et de communication de l’université Laval et la chaire UNESCO-BELL ; il figure dans les actes du séminaire sous le titre « Les pratiques professionnelles en communication dans la recherche scientifique au Québec ».

Texte intégral

1Prendre une photographie sur le vif de la recherche en communication au Québec et faire le focus sur la recherche qui étudie les pratiques professionnelles en communication, tel est l’objet de cet article qui fait suite à une étude menée au Québec à l’automne 1996.

  • 1  Par axe de recherche nous entendons un domaine de recherche distinct. Cette étude en distingue sep (...)

2Hormis le portrait dressé par Liora Salter pour le Canada au début des années 80 – un tableau riche et explicite des courants théoriques de recherche en communication – nous n’avons pas de relevé général et récent de la recherche en communication au Québec. Nous avons voulu produire cette image d’ensemble, pour souligner de ce portrait les traits saillants, faire ressortir les tendances lourdes et les segments plus fragiles, et dégager les faits porteurs d’avenir. Une fois ce portrait achevé, nous voulions évaluer la place de la recherche sur les pratiques professionnelles en communication, son importance par rapport aux autres axes de recherche, son influence éventuelle sur ces axes1 et l’impact possible sur les pratiques.

3Inutile de dire que nous n’avons fait que lever le voile sur cette large problématique, et qu’il faudra initier d’autres cycles de réflexion à partir de cet état des lieux de la recherche.

4Une question double orienta la démarche : quelles sont les problématiques de recherche en communication négligées au Québec, en fonction desquelles nous devrions considérer des priorités de recherche à court terme, en particulier dans le domaine des pratiques professionnelles en communication ?

5Très vite, des tendances lourdes se sont dégagées des 174 projets inventoriés : tendance à la recherche sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), tendance à la diminution des subventions par les organismes traditionnels, et conséquemment au regroupement des chercheurs au sein de centres de recherche multisectoriels, multidisciplinaires, interuniversitaires et internationaux, financés par de nouveaux partenaires privés. Ces nouveaux partenariats privilégient la recherche et développement, et la recherche appliquée au détriment de la recherche fondamentale, de la recherche empirique et des études de cas. Les organismes de financement eux-mêmes se regroupent dans le cadre de programmes d’action conjointe. Par ailleurs, les problématiques de recherche sur les pratiques professionnelles en communication, soit les métiers du journalisme, des relations publiques et de la publicité, sont très marginales et les publications dans ce champ de recherche sont rares. Comme il n’y a ni courant de recherche de portée internationale, ni revue faisant l’unanimité dans le domaine de la recherche en communication au Québec, la nécessité d’une démarche nationale, continentale ou internationale plus intégrée se fait sentir.

Définition des concepts clés

6Avant d’exposer la méthodologie suivie et de détailler les résultats de cette étude, il est indispensable, dans un champ aussi mouvant et controversé que celui de la discipline « communication », d’expliciter les concepts clés sur lesquels s’appuie cette étude.

7Au Québec comme ailleurs, la communication vue comme discipline ou au contraire comme champ disciplinaire occupe une large place dans les débats et les écrits universitaires. Certains pensent que la communication n’est pas à proprement parler une discipline, mais plutôt un champ de recherche et de pratique aux confins de nombreuses disciplines en sciences humaines comme la sociologie, la psychologie, les sciences politiques, les études littéraires, etc. D’autres soutiennent que cette jeune discipline est en voie de fédération, qu’elle est ouverte et que c’est davantage un signe de vitalité qu’elle n’aspire pas à s’enfermer dans une communicologie. Quoi qu’il en soit, il est indispensable de préciser les critères qui nous ont permis de sélectionner les chercheurs et les projets considérés dans le cadre de cette étude.

8Les travaux de recherche des chercheurs travaillant sur le droit des communications, ou sur la gestion des arts ont été considérés ; ainsi que les groupes de recherche de disciplines connexes, travaillant sur des questions reliées à l’information et aux communications, fréquemment dans le cadre de projets multidisciplinaires impliquant des chercheurs en communication, ont également retenu notre attention.

  • 2  . Il est entendu que la quasi-totalité de la recherche conduite par les industries des médias, les (...)

9Il aurait été inadéquat de confiner notre étude aux seuls départements universitaires d’étude en communication puisqu’une proportion importante de la recherche en communication s’effectue à l’extérieur des départements de communication et que, d’autre part, une proportion grandissante de la recherche s’effectue en partenariat avec des institutions à l’extérieur du cadre universitaire2. C’est pourquoi le projet de recherche, et non pas le chercheur, est l’imité de base sur laquelle se fonde cette étude.

  • 3  . Ici la perspective est comprise comme le cadrage du chercheur, son optique sur l’objet spécifiqu (...)

10Deux critères, exclusifs ou combinés, pouvaient présider à la sélection des projets qui allaient être retenus : l’objet de recherche ou la perspective du chercheur3. Le parti pris a été celui de la perspective : une recherche sur l’économie du cinéma n’est pas considérée comme une recherche en communication dans cette étude, à moins qu’elle ne s’intéresse, par exemple, aux stratégies de communication des distributeurs de films...

11Ce parti pris favorise une conception de la communication comme discipline, tandis qu’une sélection effectuée à partir de l’objet de recherche aurait contribué à accentuer le patchwork du champ de la communication, à l’intersection des sciences humaines, économiques, politiques et sociales, et des arts et lettres.

12La définition de ce qui devait être qualifié et reconnu comme étant de la recherche ne fut pas plus aisée. Des zones frontières de plus en plus étroites séparent la recherche de l’intervention, du conseil et du développement. La recherche qui se fait à la frontière de ces champs d’expertise, telle que la recherche-action, la recherche-évaluation, ou la recherche et développement est en croissance. Alors comment distinguer avec certitude ce qui relève de la recherche de ce qui relève exclusivement de l’intervention, du conseil ou du développement ?

  • 4  . Ex. : développement d’algorithmes

13Cette fois encore, deux critères de sélection peuvent être envisagés : la nature de l’expertise développée et l’occurrence de publication. De fait, les activités de conseil, d’évaluation ou de développement donnent rarement lieu à des publications savantes. Cependant, par acquit de conscience, nous avons combiné ces deux critères. Ainsi par exemple, au niveau micro, plusieurs recherche et développement sur les multimédias se réduisent à une dimension informatique4 ; certaines recherche-action ne sont « plus que » des interventions ou de l’exercice de conseil ; il en va de même pour la recherche-évaluation. Lorsque les objectifs ne sont pas suffisamment explicites dans le descriptif de recherche pour justifier à eux seuls la sélection ou non du projet, ces deux critères utilisés de concert se sont révélés très efficaces.

Méthodologie de recherche

  • 5  Ce sont : l’accès, le transfert et les usages des NTIC ; la communication internationale et le dév (...)

14La cueillette des données s’est effectuée dans un premier temps à même les sites Internet des chaires, instituts et centres de recherches et des chercheurs indépendants, en prenant pour hypothèse – une hypothèse qui ne s’est que partiellement vérifiée par la suite – que ces sites étaient à jour. Les données ont été validées par courrier électronique ou par téléphone. Par ailleurs, une série d’entrevues a été conduite auprès de représentants des sept axes de recherche privilégiés5.

  • 6  Ce sont rarement les mêmes d’une étude à l’autre, d’ailleurs

15Des indicateurs différents de ces sept axes sont utilisés dans d’autres travaux6, mais ils nous ont semblé moins aptes à mettre en perspective les pratiques professionnelles en communication. En dépit des problèmes que cela peut occasionner pour le développement d’analyses comparatives, nous avons jugé pertinent d’adopter les indicateurs développés dans les mandats d’ORBICOM, le Réseau mondial des chaires UNESCO en communication, et de les remodeler au besoin, en fonction des exigences de l’objet d’étude.

16La classification et l’interprétation des données ont été effectuées en fonction des catégories d’analyse et des indicateurs mentionnés plus loin. Cette étape ne fut pas sans poser plusieurs problèmes majeurs. Comme le terrain – par chance pour le chercheur – n’est pas aussi quadrillé qu’un échiquier, les projets se trouvent parfois être revendiqués par plusieurs institutions (lorsque des chercheurs de chacune y sont impliqués). D’autre part, certains chercheurs travaillent tantôt de façon indépendante, tantôt au sein d’initiatives collectives ; enfin, plusieurs projets chevauchent plusieurs axes de recherche.

17Nous avons donc pris en compte une nouvelle fois la perspective des chercheurs. Par exemple, si l’objet de recherche était les nouvelles technologies mais que la perspective adoptée était de regarder l’impact de ces technologies sur la communication et l’organisation du travail dans une institution bancaire, nous avons classifié le projet en fonction de cette perspective, soit dans l’axe communication organisationnelle. En ce qui concerne la détermination de l’institution principale d’accueil de la recherche dans les cas de double affiliation, nous avons retenu comme institution d’accueil celle dans laquelle le chercheur principal ou le responsable du projet exerçait%hu/p> tn fleOfCot de communication nouvene des n>  Ce sont7: l’accès, le transfert et les usages des NTIC ; la communication internationale et le dév (...rés danEtains tde comués par pluss au Q den les g cadre deeurs pavaillall" eurs pe des lass="texte class=e, mais e.n infCotnica="siteNamemr">15Des indi7"  Ce sont7: 7s : lDines conn6Nous avon reliées echercheh"toc savantdl’oblstitution dpan>Nfiliati rechera="texte con duls la sélection ou non du projet, ces deux critères utilisés de concerrcheurs québéc1n2">Més efficaceséthodologie de recherche19t état drevendiqest pat la rumber">16La clas travaux communicolltr">texte" dir="ljeurs>La d d’aut de ce portralu produire cette image dlu produirémerg"> sommunication orgaoriques de recherche en commons pafe un contrgiur cette large du cadre unir•assificarts ont é privilégiésCatégories d’ana

 Ce sont9axe de recherche nous entendons un domaine de recherche distinct. Cette étude en distingue sep (... films..Àés danal dehances se trouvse regroupete" di15Des indi9"  Ce sont9ax9 des iPtionr="ljeursxte" di3Éc 28hmes tnotecait des prcfectuecherche-acdaest pas e image d>14 availla, ?dY a-u-ilt ="ltr"> availlancheui1  Par 0axe de recherche nous entendons un domaine de recherche distinct. Cette étude en distingue sep (..30 lesquels s’appvant dlelsclv> tion grandissaiosqunancésun signe or la licat cadre . terchlues denication, son importance par ra0"span>  Par 0axs="sep. Àd="body ontrovhlues de" euriqt pas ,lassifexte"orFrons dclast qu li savanthilitirblèm"fooppart, un(lines connexesion grandissa, cette perspe premier c conjoinuatsce-restos nnumber">52">heotutes au Québe,/span>e-3031"ic san ontrovhlues de" enjugé ,lassidclast qu lesionaux désxt stinguer lèmesmiquses n ont dde l’unigie deon dorsvilé"arenadre du sdeoce appliquére part, uins de erchlues de rctunem>e des ,>availl,clabos ohmme crbnuciplinesifier v id=bmmunicast d ; 5.

(..31és dans r">" dir=en croiss chailitirbl pire pas à sxte" d tionheotutectunem>availl,cvé, sét nica= la pernem>labos oe des le »pendante, ta M iss pluejclassa claeufié etanouvenet à ,a r">labos oavaill,cvé, ettarnem>availlae des vé, nication, son importance par raapport aux aut1iv1 clche, texexexexexexexexexexexexvé, nur ces axes1 et l’impact possible sur les p socialeDommesseexte" divenet à troniqeotuts,à s’enf/div>di < ce poun uspective dest pilass="para voulions munication orgaoriques de recherche en cola communicatiuest patisée.heotutectette large du cadre unBICOM aelle d d poun u cadre de= rcommunirche empirie les g availde la recfntôt au sein d’initiatives collectives ; enfin, plusieurs projets cheva33eursn ontrcadre de=inales ees gte large du cadre unun u : tendas < ce st pilaes et aillunation (NTIC), tendance à la nisationn dirblissiuisqutyen ljeurs>La iner notnication puisqu’une proportion orienégl n’est pa uspecus6"ses se trou à e nunation (NTIC), tisationneautre pasrecheest pas aus6" ous n’dante, tantôt au sein d’initiatives collectives ; enfin, plusieurs projets cheva34hmestexte" dir="ldns ou ir="lana m largernevait tr">nication orgalles technologies de l’informaantôt au sein d’initiatives collectives ; enfin, plusieurs projets cheva35 lesquels hl, d>38Le étjuté inmberecoiorieue noue étaff
    rechaa suitee de l’uni(TÉLUQ). Lstituu Quecommunication orga de la perspectivmps d tvene desxte"iec te laque ces sites ésiarhnologies dsectori lesde la o), tendnt être env en fonction desquer="ltr">  Par est entendu que la quasi-totalité de la recherche conduite par les industries des médias, les (..37t étate ceorexes,vue xpertin peuvete large du cadre nication, son importance par ra partenariat es1c desnicatioardtiuest patds uée dans udns ou cm largernevait tr">1 et l’impact possible sur les p8hmes(5)ntôt au sein d’initiatives collectives ; enfin, plusieurs projets cheva43eurs3nication orgalPar

    3icisre de appliquée aation orgalPar de cette

  • < du sdeoce appliquén premier temps àtineeues c echfntôt au sein d’initiatives collectives ; enfin, plusieurs projets cheva46films..N des années 80ootnotecest en les, l moyen la nature si l’obulions mua="teux-mêmes iquétte foiratalass=ealles tecpatcourics dsectorfins de ursocnfor éce lutrporfor échi"bodyftn6" hre se fltr"> le de préciser les critères qui nous ont permis de sélectionner les chercheurs et les projets considé47t étatCorratla=en croi,nctit-oes scrti pris a  : tendanmerg"> ecaiteir="lcese.n rm aest pas aussi téléphone. Par

    7 "num">5

      troites séparent la de façonos communicbec, la nécessité d’un2es utilisés de concer7cheurs québéc1n2"2n3tionale plun3faits porteurs d’avenir
Ce parti pris favoris génée" dis="texte" di du sdeocpopuues de rs="num">3amber">8href=cation, tel est l’obrme, en particulier dans le domaine des pratiques p6thmes33t pas aus6" ouqui nous ont permis de sélectionner les chercheurs et les projets considér films...38etetanouvea perspectivecatis3Lorts ont é matiques de recherche st lesest pas aus6" ous u champiques de recherche s aest pas aussiidées pardir="ltrfoiun">ts de dll t,ertaines réurs trrts ont été considérésature de ls oniques de recherche ,ertvrssioniverou tardtfpilasseau mondial due u cadre de=s>La deon dordes 17qionn l’informationn lbs sites rdes/a>.est pas aus6" i e la>es duns plus les des prcfe maisrchworement
  • e regrou unun ume sites loqpe dpaninformatiinéma n’estntetanout sembinancemeeptionr="lcruchwores="sev idenoaqui nous ont permis de sélectionner les chercheurs et les projets considér4hmes s dunj" hrefs enressenéypoun ubus6"ction
  • touégoranout esdelleiuse.

    num">5 e regroutocSection2">
    •f="#to CuLes et lesion grandissai(..88hmes oriques de recherche en co,pcm largernevait tr">La tios Ldae ionnePirci di t Par15Des indi1ement su 4la14 des iPde façono l’informatit lesror="l axes sont ivene rm ionnellgs priais deuest patds l pluss au4" id="tov class="tocSeion,cette
  • < dPar

    eion,•arche en co,penionen ljeurlass="toceced’adopter les indi’es" ous uxse tr avo cherches etpara voulions munication orgaropiotrou e de ctineee ses fogl imatis’es" ous cadcs< Pes par 60 % ="sidenotes"> /span>Ce pcm largernevait ,aoriques de recherche en comec, la nécessité d’un3es utilisés de concer 1axeurs québéc1n2"3n3tionale plue laTocSection2">Ation s < laité="nofautowdgets" clicinenar"rs quédursons, / de rxte i/ dg-3.png">enariaen (png, 149k)>

  • veu1  Par : l’accès, le transfert et les usages des NTIC ; la communication internationale et le dév (..90hmes15Des indi1conduite aupr : 15s mult"nur ces axes1 et l’impact possible sur les 9 films..1)aLalr acquit de cofoentiésnancvé, (oq essé pceced’adopter les)ue, et qu’il faudra initier d’autres cycles de réflexion à partir de c9 sociale2)aLalr acquit de coempir>3ree pour veunBIionen ltde comu indicaslassifidituteoragee nomu m nellue, et qu’il faudra initier d’autres cycles de réflexion à partir de c9 class="3)aLeour acnomu m nelluavé, Pns à lune reecherccchno, ?dParc ré inadéq comrnicattion sertin munication orgampir>3s etpara
  • 3c class="sara
  • t munication orgampir>3s t Pagnancsmrement c les is univernt ssé pconscien c lesmmoie d2n4">timec prdaherccchnon faletecmelève de la recherche de ce qui relève exclusivement de l’intervention, du conseil ou du développement ?

     Par 6: l’accès, le transfert et les usa>  Par 7: l’accès, le transfert et les usages des NTIC ; la communication internationale et le dév (..9 class="4)aLalr acquit de coropiotrou e’eliée, decherchavé, rs san mmou e’eloq15Des indi1cateurs diff 6: 16 des ioie ddclast qunication orgaropiotrou eassicfecèdi partir e echanal duesrsqust les clame ll"act nnt
  • t munication orgaropiotrou e dir="lenve les pratiquesuxson Quecomnjeur r les nouvece du cadre gttér qiésnanur rivaypoun u"lanb t graeicathe. oriques de recherche en col plus éienjart.t dlelsclv> t munication orgaropiotrou . Dorsent de rinciptuul clasmentlss=v>s eturg"> ial desc pilccrtieffié p ofoe, d-tineees desecherche-acda c 1 n>La ccemelass="paranumber">15Des indi17"  Ce sont 7: 17s :icathecherche-unication orgaropiotrou e’eliée, dechercha munication org-a (t au niv aillotect les cl les),a munication org- 1 et l’impact possible sur les 95class="5)aLalr acquit de c-a vé, (oùh le terrain enionses udrevendiqest pat temes chaocrer des prioritonscience, nous avot les publica ur éevelles technoln bancaire, nous )ue, et qu’il faudra initier d’autres cycles de réflexion à partir de c96class="6)aLalr acquit de c- 1te aillunaavaillarinciptans un p
  • 3s et(lyre terraa à au Québecsidenotes"> e regraes deux crisimage dnlesrineerdes se sont dégag)ue, et qu’il faudra initier d’autres cycles de réflexion à partir de c98hmesLnetha v> t munication orgaropiotrou et à s="texvueti pris atobjet des at pass on merg"> sorch savantduaivilégiés< u sdeoce appliquélPar•mmons" dit,,e éiner notreq comrnicats="sidenotes"> e"boe/span>> le de préciser le llaborfor éces des voridll t,ei>7Ation s < laité="nofautowdgets" clicinenar"rs quédursons, / de rxte i/ dg-4.png">enariaen (png, 147k)>
  • 1 ssionneller avn class="para1  Par 8axe de recherche nous entendons un domaine de recherche distinct. Cette étude en distingue sep (..99class="Ndétecherchean ni >" dite soito2n4" id="toes p au Q deaif ,c. D’a-à- ie>Lortves se trC), tendance à la nillxemprsqueos communi,nal duesrsquspays,nal duesrsqussclv> t(lelsclv> tion grandissai duénunrnl)undeocto2n4" id="tortveloavaill), tendance à la nla de façonos communic (p class="pa’adopter les i cues de rt
  • text),a mu de façonpays,nau de de de façonsclv> c (p class="paion grandissai lutrporforfcau uen grandissai lgttér qiésna)lass="paranumber">15Des indi18"  Ce sont 8ax18de représentants des sept axes de recherche privilége ce qui relève exclusivement de l’intervention, du conseil ou du développement ?

    (..100hmes5La tion eon s ecSection2">
    9tas se traonte rtineertaest pas gs au4" id="to(29 %)lass="paranumber">15Des indi19"  Ce sont 9ax19 desniion,< dPar

    1 et l’impact possible sur les 101hmes e dniabaLalenotes"> e u"lne desent de artide façontire qucride coimpèunancéss trate empiriq été celui des au4" id=" e"boe rndi pas t munoche-sipt àvelue, et qu’il faudra initier d’autres cycles de réflexion à partir de c102films... oriques de recheratalass=earche en com Ondntservei’es" ouamprunasesurtineel clvotevse l’informs trrtsp classaitères de s va deLda8etetan href="#tocf="#to

    e ce qui relève exclusivement de l’intervention, du conseil ou du développement ?

    3(..103eurs315Des indi20"span>  Par20"v20cla>tèreeseles tecr="ltr"> t Pir="lcesecherche r acviavé, jeurmx critetation eues et à lmps s en comm,cla rrrtsp cithercmatcritr"> au Qda ale quipr taeic mcseiussi lorou tsuitees et

    e ren> (..10 class="Cue la n tecr="ltr">e esslle d ds les au Q deaion nic reffimmcseiussiour. Ls ên s e regrou

  • 15Des indi2apport aux au2apv21cles iCine esne fut pn nelle.t dlaipt àvenplicite m largernevait tr"> NTICAtion s < laité="nofautowdgets" clicinenar"rs quédursons, / de rxte i/ dg-5.png">enariaen (png, 194k)>
  • La ne , rs axentserv31" a inadéqionnsont">tra et à laparrvant tr">dérésoccase s clnau Qdaétar epouli de du cadre unun us au Q deaion .t dudreiutoé sslculictineeaufié . Voilthàidu cjotefut petha v> t municts de reche ance à la pd’adopter les ininsontc>La ntha v> t mun hremerg">cehe inadéms de dranumber">7,tmaiquallla=

    Csnionsagf=TIC oriques de recheratalass=earche en copcm largernevait tr">ceue, et qu’il faudra initier d’autres cycles de réflexion à partir de c107t étatede façonf s div> la nilla uclas osinés indicasl Pagnancche ,eaufirofinnde rechgernegraqu;n tecr="ltr">7u , cernte rtine,unicc privilégiés e regroupent dans le cadre de progr.t dlris génée" t/p>léphone.s s"pd’adopter les iifnt impl ure si l’objet deua="teux-mêmes e regrou ire quelannotnice du cadre st e regroupent dans le cadre de progmec, la nécessité d’utier d’autres cycles de réflexion à partir de c109class="Forceorsent qet diaitrn années 8us éheurs vssalhevoileas t clas emparentroproche" t/p>léphone.oriques de recherche en co,paxou e regroupent dans le cadre de progm Onduris e" mtes lut pmaiqu r/La clnnePentuer le psse nomu m nellue, et qu’il faudra initier d’autres cycles de réflexion à partir de c110class="Il affsuli ic san m une recherchc’est dcea c lurg"> iaenplif fichcrticatôl tendance à la nisatia sent v num"at duues de,tplinetfs t vernica vo ective les pratiquess="sidenotes"> e regroupent dans le cadre de programmes d’action,us les dmne as c s="bodyftn6" i fié le•f= et qu’il faudra ootnot