Navigation – Plan du site
Analyse

Les fondements de la responsabilité sociétale des entreprises et de sa communication

Martine Bocquet
p. 145-162

Résumés

Si nous examinons le discours de la responsabilité sociale, ou plus largement, sociétale des entreprises, plusieurs conceptions s’opposent : contractuelle, institutionnelle, communautaire. La dialectique de ces oppositions laisse apparaître de très anciennes problématiques, à la fois historiques et philosophiques, dépassant la notion elle-même. Cet article s’attache donc aux fondements de la RSE, afin de mieux comprendre son pourquoi, sa nécessité, mais aussi les risques et dérives potentiels intrinsèques au concept lui-même.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les prémisses médiévales de l’inscription de l’entreprise dans la cité
L’inscription des marchands et des artisans médiévaux dans la cité
Les fondements romano-canoniques de la RSE
Lien contractuel, norme institutionnelle ou relation communautaire ?
Les fondements
L’évolution
Encastrement de l’économique ou libéralisme économique
La construction d’un nouvel espace socio-politique par le discours et les pratiques de la RSE
Un retour vers la relation communautaire : une résurgence ancienne
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le discours sur la responsabilité sociale, ou plus largement, sociétale des entreprises (RSE) pratiqué par la plupart des grandes entreprises, qui s’est installé de plus en plus solidement au sein de la gestion comme de la communication institutionnelle, est considéré comme une innovation théorique et pratique des précédentes décennies. Il s’est, de toute évidence, établi dans la durée. Or, si l’on recherche le pourquoi de cet établissement et de ce début d’enracinement, on s’aperçoit qu’il s’agit de l’un des éléments de notre modernité qui entretient probablement des liens très anciens, jusqu’à l’époque médiévale. Qu’il s’agisse de l’enseignement des théologiens médiévaux, des montages canoniques normatifs associant droit romain et christianisme – aux racines de notre civilisation occidentale –, tout comme de la conduite des marchands et des artisans médiévaux et de la manière qu’ils avaient de gérer leurs affaires dans la cité, en application de ces normes et de ces préceptes. Il ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Bocquet, « Les fondements de la responsabilité sociétale des entreprises et de sa communication », Communication et organisation, 46 | 2014, 145-162.

Référence électronique

Martine Bocquet, « Les fondements de la responsabilité sociétale des entreprises et de sa communication », Communication et organisation [En ligne], 46 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/4768 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.4768

Haut de page

Auteur

Martine Bocquet

Martine Bocquet est docteur en Sciences de l’Information et de la Communication. Ses recherches se concentrent sur les processus de communication liés à l’activité des entreprises et des institutions publiques. Elle est membre du CRPLC-UMR CNRS 8053. Elle a publié « Dynamiques sociosémiotiques : compréhension, processus, diachronie et fractales » dans la Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication n° 3/2013. La SFSIC lui a décerné le 1er Prix de thèse 2012/2013 en Sciences de l’Information et de la Communication. Elle est aussi membre de l’Association des diplômés du Celsa Paris IV-Sorbonne ; mm.bocquet@orange.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals