Navigation – Plan du site
Analyses

La Tunisie aux urnes. Le rôle des réseaux sociaux dans la transformation post-dictature

Fatma Ben Saad-Dusseaut
p. 254-270

Résumés

La mobilisation citoyenne des Tunisiens sur les réseaux sociaux a continué après la révolution de 2011. Elle s’est aussi manifestée lors du deuxième tour des élections présidentielles tunisiennes de 2014. Notre travail consiste à questionner les formes les plus apparentes de cette mobilisation en mettant en lumière l’évolution du rôle du Web participatif dans la transformation sociopolitique en Tunisie. Il vise à étudier de façon plus générale les usages des TIC via une observation visuelle des actes communicationnels, une analyse sémantique des commentaires postés sur les réseaux sociaux et un échange digital et scriptural.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les TIC en Tunisie post-dictature
Outils de mobilisation citoyenne ?
Une situation privilégiée de la femme tunisienne
Le déséquilibre régional
La place des islamistes
Un retour possible de l’ancien régime
Un pays en pleine mutation
Le Web participatif comme espace de diversité culturelle
Le rôle des médias traditionnels
Un bilan mitigé

Aperçu du début du texte

Quatre ans après la fuite de Ben Ali, la Tunisie organise les premières élections réellement concurrentielles de son histoire. Le second tour de la présidentielle, le 21 décembre 2014, oppose le président sortant Moncef Marzouki (33,43 %) à l’ancien chef de gouvernement Béji Caïd Essebsi (39,46 %). La cartographie électorale des législatives et du premier tour de la présidentielle révèle un certain nombre de fractures propres à la société tunisienne : un Nord majoritairement pro-Essebsi et favorable à son parti Nida Tounes et un Sud majoritairement pro-Marzouki et favorable au parti islamiste Ennahda. Les craintes réciproques des deux camps provoquent une violence verbale affichée sur les réseaux sociaux. Des Tunisiens semblent, en effet, avoir pris l’habitude d’afficher leur joie, de partager leurs peurs et d’exprimer leurs mécontentements sur le Web participatif : en témoigne le cliché du doigt maculé d’encre symbole du passage aux bureaux de vote et arboré fièrement sur les résea...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fatma Ben Saad-Dusseaut, « La Tunisie aux urnes. Le rôle des réseaux sociaux dans la transformation post-dictature », Communication et organisation, 47 | 2015, 254-270.

Référence électronique

Fatma Ben Saad-Dusseaut, « La Tunisie aux urnes. Le rôle des réseaux sociaux dans la transformation post-dictature », Communication et organisation [En ligne], 47 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2018, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/4985 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.4985

Haut de page

Auteur

Fatma Ben Saad-Dusseaut

Fatma Ben Saad-Dusseaut est docteure en Sciences de l’Information et de la Communication. Elle s’intéresse à l’évolution des pratiques médiatiques et questionne les nouvelles formes d’appropriation des TIC (notamment celles portées par le Web : réseaux sociaux, blogs, écritures numériques et médiatiques) dans leur diversité culturelle et sociale.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals