Navigation – Plan du site
Analyses

Deux exemples de mutisme institutionnalisé  : le silence et le secret comme pratique et symbole dans l’armée et la franc-maçonnerie

Céline Bryon-Portet
p. 117-131

Résumés

Cet article met en parallèle les pratiques du silence qui sont en vigueur au sein de l’armée et de la franc-maçonnerie, deux institutions que l’on peut qualifier de « fermées ». Il analyse cette tradition de rétention de la parole, en interne tout d’abord, en insistant sur les impératifs de fonctionnement (construction identitaire, organisation du pouvoir, cohésion des membres du groupe, enjeux ascétiques…), ainsi que sur la dimension initiatique et sacramentelle que revêt une telle loi du silence. Puis il étudie, en externe, les limites que rencontrent les politiques du secret militaire et maçonnique, notamment sous la poussée du droit à l’information et de l’idéologie de la transparence qui traversent la société actuelle, et qui obligent ces deux organisations à mettre en place des stratégies de communication institutionnelle contraires à leur culture discrétionnaire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Les différentes postures du silence au sein de deux grandes muettes
Le mutisme imposé et son rôle dans le processus d’apprentissage du militaire et du franc-maçon
Le silence, de la communion à l’incommunicabilité du sacré
Du culte du secret vers une culture communicationnelle  : une extériorisation progressive de la parole
Le secret, clé de voûte des institutions fermées  : l’exemple du devoir de réserve militaire et du serment maçonnique
De la naissance d’une communication institutionnelle aux blogs individuels, entre quête de légitimité et risques de dérapages

Aperçu du début du texte

L’armée et la franc-maçonnerie sont deux institutions bien différentes. La première, bras armé du politique, au service de la défense des intérêts supérieurs de la nation, est souvent présentée comme un bastion conservateur qui repose sur la discipline de ses membres, tandis que la seconde, société « essentiellement philanthropique, philosophique et progressive » à dimension initiatique, résolument adogmatique et pacifique dans sa branche libérale, travaille « au progrès de l’humanité », vise à débarrasser l’individu de ses préjugés et à le construire d’un point de vue spirituel. Pourtant, les deux organisations ont entretenu des liens parfois étroits au cours de leur histoire. En 1814, le Grand Orient comptait 905 loges, dont 73 étaient militaires. Sous l’Empire, 18 des 26 maréchaux de Napoléon Bonaparte étaient francs-maçons, et sous le Second Empire, trois officiers sur quatre étaient des initiés (Quoy-Bodin 1987). Enfin sous le gouvernement d’Émile Combes et la houlette du génér...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Bryon-Portet, « Deux exemples de mutisme institutionnalisé  : le silence et le secret comme pratique et symbole dans l’armée et la franc-maçonnerie », Communication et organisation, 49 | 2016, 117-131.

Référence électronique

Céline Bryon-Portet, « Deux exemples de mutisme institutionnalisé  : le silence et le secret comme pratique et symbole dans l’armée et la franc-maçonnerie », Communication et organisation [En ligne], 49 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/5237 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.5237

Haut de page

Auteur

Céline Bryon-Portet

Maître de conférences HDR en sciences de l’information et de la communication. Université de Toulouse ; celine.bryonportet@ensiacet.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals