Navigation – Plan du site
Dossier

Le social, l’économique et l’environnemental

Trois formes d’engagement d’une valorisation des territoires urbains
Smail Khainnar
p. 31-44

Résumés

À l’instar des autres acteurs urbains, et pour de nombreuses raisons (amélioration de l’image, conditions de survie et de pérennité, rentabilité, etc.), l’entrepreneur en BTP est concerné par les conséquences de l’urbanisation des villes (conséquences socioéconomiques, fonctionnelles, symboliques, environnementales, etc.). Son engagement envers la valorisation de son territoire, notamment s’il est qualifié de « sensible », est multiple, complexe, parfois contradictoire et ne peut pas ne pas prendre en compte la spécificité locale dudit territoire. L’objet de cet article vise donc à questionner le « comment » de l’engagement de trois types d’entreprises de BTP dans la mise en forme et en sens de leurs territoires urbains.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

L’engagement entrepreneurial dans la valorisation territoriale
L’engagement entrepreneurial : une délimitation conceptuelle
Trois formes d’engagement entrepreneurial dans l’urbain : la pertinence d’une vision systémique
L’engagement entrepreneurial en action
Méthodologie de la recherche
Résultats et discussion
Les registres de l’engagement social : nous avons pu mettre en évidence :
Les registres de l’engagement économique : nous avons ensuite pu dégager :
Les registres de l’engagement environnemental : nous avons enfin esquissé :
Conclusion et perspectives

Aperçu du début du texte

L’urbanisation contemporaine des villes françaises ne se limite plus à agir sur leur corps biologique en construisant des bâtiments et des voies de communication. Elle est aussi et, surtout, censée répondre à des problématiques plus humaines et sociales (exclusion sociale, chômage, identité territoriale, violences physiques et verbales, stigmatisation, etc.). En effet, les anciennes approches purement aménagistes ne sont plus la seule compétence des acteurs de la ville. Des approches axées sur la notion de l’humain ont vu le jour et ne cessent de placer ce dernier (notamment la figure de l’habitant) au centre des préoccupations des décideurs. De ce fait, et avec le triomphe du paradigme de la nouvelle technologie (Virilio 1996 ; Castells 2002 ; Rallet et al. 2007 ; Musso 2008) et la montée de la conscience durabiliste, la ville est devenue l’affaire de tous. Tout le monde en parle et en fait son objet de réflexion et d’intervention (habitant, militant, journaliste, informaticien). C...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Smail Khainnar, « Le social, l’économique et l’environnemental », Communication et organisation, 50 | 2016, 31-44.

Référence électronique

Smail Khainnar, « Le social, l’économique et l’environnemental », Communication et organisation [En ligne], 50 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/5333 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.5333

Haut de page

Auteur

Smail Khainnar

Smail Khainnar est architecte, docteur en SIC. Ses travaux de recherche portent sur les processus communicationnels dans les démarches urbaines ; smail.khainnar@univ-valenciennes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals