Navigation – Plan du site
Analyses

Epistémologies imbriquées pour l’étude d’objet communicationnel

Christelle Millet-Fourrier et Isabelle Comtet
p. 107-122

Résumés

À partir d’une technique de communication (appelée lipdub) apparue récemment dans les organisations, nous avons voulu montrer que l’interdisciplinarité induite par la nature même de certains objets (et par voie de conséquence par leurs fonctions) ainsi que le contexte dans lequel ils se développent imposent de se placer sur le « barycentre » de la figure qu’au moins trois postures différentes nous obligent à tracer : le positivisme, l’interprétativisme, et enfin le constructivisme. En effet, si l’organizing favorise une compréhension partagée du contexte d’action, notamment au regard des informations, commentaires, opinions qui y transitent, la nature même du lipdub oblige le chercheur à se situer volontairement à l’intersection des sciences de gestion et des sciences de l’information et de la communication, constituant ainsi un nouvel exemple du plaidoyer pour une épistémologie plurielle à laquelle de nombreux chercheurs appellent.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible ici même en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Vous avez dit Lip Dub ?
Une approche pluridisciplinaire de l’objet : une réalité à discuter
Imbrication des concepts et approche pluridisciplinaire de l’objet
Pour une posture épistémologique plurielle
Du positivisme à l’organizing : une suite finalement logique
Fonction stratégique du lipdub et approche positiviste
Principes constructivistes et interprétativistes
Le langage, l’organizing et le lipdub
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Le parti pris français en sciences de l’information et de la communication d’une réflexion souvent centrée sur l’intra-organisationnel (Vacher 2009) et sur l’articulation ontologique entre organisation et communication (Fourrier, Martin-Juchat 2009) n’a pas toujours permis l’émergence de problématiques que d’autres disciplines comme la psychologie, les sciences de gestion ou la sociologie ont investies. Le thème de l’organizing fournit donc l’occasion idéale d’une « réparation » mais permet surtout de soulever de nombreuses questions épistémologiques relatives aux approches constitutives des organisations. En effet, si de nombreux chercheurs ont déjà pris la peine de souligner avec quelle insistance les recherches en communication organisationnelle tentaient de se démarquer d’approches positivistes (Girod-Séville et Perret 1999 ; Vacher 2009), peut-être n’ont-ils pas assez souligné que c’est aussi la représentation que le chercheur a de l’accessibilité de son objet de re...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christelle Millet-Fourrier et Isabelle Comtet, « Epistémologies imbriquées pour l’étude d’objet communicationnel », Communication et organisation, 51 | 2017, 107-122.

Référence électronique

Christelle Millet-Fourrier et Isabelle Comtet, « Epistémologies imbriquées pour l’étude d’objet communicationnel », Communication et organisation [En ligne], 51 | 2017, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/5561 ; DOI : 10.4000/communicationorganisation.5561

Haut de page

Auteurs

Christelle Millet-Fourrier

MCF, laboratoire du Gresec, communication des organisations, IUT2, département Techniques de commercialisation, Université Grenoble Alpes ; christelle.millet@iut2.univ-grenoble-alpes.fr

Isabelle Comtet

MCF HDR, équipe de recherche Sicomor, IAE de Lyon, communication des organisations et TIC, IUT Lyon 3, département Information/Communication, Université Jean Moulin ; Isabelle.comtet@univ-lyon3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Bordeaux

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Bordeaux
  • Logo Laboratoire MICA : Médiation, Information, Communication, Art
  • OpenEdition Journals