Navigation – Plan du site

Présentation

Benoit Cordelier
p. i-ii

Texte intégral

1La manière d’être, celle de l’ethos, est peut-être le fil rouge de ce septième numéro de la Revue internationale de communication sociale et publique. Cette question traverse en effet ici le travail des différents auteurs. Elle touche à la manière dont les chercheurs investissent leurs objets de recherche, à celle dont les personnalités publiques ou les organisations se présentent au public ou encore à celle dont les consommateurs sont affectés lors de leur immersion dans les espaces marchands.

2Nous ouvrons ce numéro avec deux articles qui travaillent sur la manière d’être des chercheurs ; celle-ci se reflète à travers leurs préoccupations méthodologiques, épistémologiques et éthiques. Christine Thoër et Florence Millerand (Université du Québec à Montréal) s’interrogent sur les enjeux éthiques que la recherche sur internet soulève. Si elles s’intéressent forcément au débat espace public ou privé, elles s’attardent plus concrètement sur six catégories d’enjeux liés à l’accès aux échanges en ligne, au recrutement de participants à des entrevues de recherche, au recueil du consentement libre et éclairé, aux contacts avec les participants, à la gestion des risques associés à la participation au projet de recherche et à la présentation et à la diffusion des résultats de recherche. Les modalités d’exploitation et de recueil des données que nous utilisons font l’objet d’un regard attentif de la part de la communauté, non seulement en raison des dimensions éthiques de plus en plus importantes mais également en raison d’un souci épistémologique de validité et, comme s’en inquiète Julien Rueff (Université McGill), pour ne pas risquer la délégitimisation de la parole des acteurs étudiés. Il rappelle que cela est particulièrement important dans les recherches qualitatives et critiques dans le champ de la communication et, domaine particulier qui l’intéresse, dans les technologies de l’information. Il cherche une voie entre « réalisme naïf » et « relativisme radical » pour défendre un principe de plausibilité qu’il s’agirait de normaliser à travers des critères de validité et de pertinence spécifiques.

3L’ethos en rhétorique établit également la façon d’être et la crédibilité d’un locuteur. Gabrielle Ebacher et Mireille Lalancette (Université du Québec à Trois-Rivières) travaillent sur la manière dont des hommes politiques se présentent dans une émission de divertissement et actualité (infotainment) québécoise, Tout le monde en parle. Elles qualifient leur style de plutôt autopromotionnel et pointent qu’il sert avant tout au renforcement de l’agenda politique de leur parti. Cela est d’ailleurs le reflet de l’impérieuse nécessité d’investir les espaces médiatiques que consomment les spectateurs-électeurs au risque d’un mélange des styles qui est toujours source de débat. Où et comment placer la limite dans les stratégies de communication politique ? Sophie Boulay (Université du Québec à Montréal) alimente cette question en interrogeant les théories de l’agenda sous l’influence du phénomène de l’astroturfing, manœuvre de communication dont la source réelle est masquée et se prétend à tort d’origine citoyenne. Elle établit des relations entre les différents types d’agenda et les cibles et objectifs de l’astroturfing.

4Enfin, nous clôturons ce numéro avec Karine Johaness et Nicolas Baygert (Université catholique de Louvain) qui s’intéressent aux centres commerciaux en tant qu’espaces archétypiques du système consumériste et leur mode d’assujettissement du consommateur. Ces derniers opèrent par un travail de réenchantement de la consommation qui est en fait une tactique de communication immersive qui agit à travers un conditionnement culturel, des dispositifs sensoriels et des mécanismes de ritualisation. Leur charme enferme les consommateurs et amène les auteurs à ouvrir sur la question des stratégies d’émersion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoit Cordelier, « Présentation », Communiquer, 7 | 2012, i-ii.

Référence électronique

Benoit Cordelier, « Présentation », Communiquer [En ligne], 7 | 2012, mis en ligne le 21 avril 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/1400

Haut de page

Auteur

Benoit Cordelier

Directeur, Revue internationale de communication sociale et publique
Professeur, Département de communication sociale et publique, Université du Québec à Montréal (UQAM), Canada
cordelier.benoit[@]uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals