Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Les fabriques de soi ?

Note de lecture
Gomez-Mejia, G. (2016). Les fabriques de soi ? Paris: MKF Éditions. Book Review
Pergia Gkouskou-Giannakou
p. 145-149
Référence(s) :

Gomez-Mejia, G. (2016). Les fabriques de soi ? Paris: MKF Éditions.

Résumés

Cette note de lecture porte sur Les fabriques de soi ? de Gustavo Gomez-Mejia (2016). Dans cet ouvrage, l’auteur démontre comment les technologies d’écriture numériques construisent l’illusion d’un univers personnel et social euphorique, et convivial, à partir d’éléments sémio-techniques hétérogènes.

Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage traite de la représentation de soi dans l’univers numérique, à travers le réseautage social dans le web contemporain, en réinterrogeant le concept ancien d’identité. Gustavo Gomez-Mejia analyse l’évolution des représentations identitaires en formulant l’hypothèse que les dispositifs numériques sérialisent, standardisent et rentabilisent ces représentations (p. 11). L’identité est considérée dans ses dimensions matérielle —c’est-à-dire formatée en grande partie par les spécificités du support technique— mais aussi historique et idéologique. Ce travail de recherche s’appuie sur des approches post-structuralistes, francfortiennes et culturelles issues des études anglo-saxonnes et latino-américaines.

  • 1 D’après le terme allemand « zeitgenössisch » qui se traduit textuellement par « contemporain » (p. (...)

2En se positionnant dans la lignée des chercheurs français contemporains comme Yves Jeanneret, Emmanuel Souchier et Bruno Ollivier, l’auteur met l’accent sur la matérialité de l’écriture informatisée et les « contraintes » industrielles qui s’imposent aux problématiques identitaires et formatent l’expression des internautes. Constamment, dans l’ouvrage, émerge la question de la matérialité discursive et identitaire définie par la contrainte technologique. L’auteur utilise aussi le terme « web contemporain » pour décrire un web caractérisé par la domination des médias de réseautage social qui visent à transformer les internautes en « camarades de leur temps »1.

Un ouvrage sur la création scripturale des identités imaginaires

3Dans la première partie de son ouvrage, Gustavo Gomez-Mejia analyse la construction d’une identité en ligne comme un processus de montage automatisé. Dans le sens où le support « monte » (p. 29) de façon standardisée les contenus produits par un internaute sur un espace numérique (nommée « page ») afin de créer la représentation d’une « personne » (p. 30). L’auteur s’interroge sur ce qu’est une personne pour les industries du web. En s’appuyant sur les écrits de Michel Foucault et de Jacques Goody, il démontre comment l’écriture tabulaire générée par les systèmes de gestion de contenus transforme les productions écrites des internautes en « damiers d’identité » (p. 36), c’est-à-dire des constructions graphiques et textuelles aperçues comme des personnes en ligne.

4Cet univers imaginaire ne peut fonctionner que par le biais des métaphores qui naturalisent la personnification du dispositif. Ces métaphores ne sont pas seulement graphiques mais aussi présentes dans les mots : les noms des dispositifs, les fonctions des utilisateurs et les actions de ces derniers. Entre autres exemples supplémentaires, ajoutons que Facebook comporte la métaphore du trombinoscope, MySpace celle de l’espace privé, YouTube véhicule la métaphore de la télévision, Twitter incarne la métaphore ludique du cri d’un oiseau, alors que Pinterest est basé sur la métaphore visuelle des photographies épinglées.

Des identités créées à partir des écritures polyphoniques

5La deuxième partie de l’ouvrage concerne l’émergence de nouvelles valeurs médiatiques dans le web contemporain. Ces valeurs sont ancrées dans l’histoire des médias ayant hérité des formes et des pratiques d’écriture provenant des industries culturelles. Parmi les principales formes recueillies, le « fil » ou « flux » (p. 63) véhicule la valeur d’actualité. Les flux possèdent le format graphique de la liste et, dans les médias du web contemporain, ils deviennent une forme narrative, soient des récits de vie fragmentés. Or, l’auteur remarque sur ce point un élément novateur par rapport aux écritures médiatiques précédentes : ces fragments narratifs ne sont pas mis en récit par des auteurs uniques, mais portent des signatures collectives via des formes d’écriture métaphoriques comme le « share », le « like » ou les commentaires. L’auteur qualifie ces formes de « conscriptives ».

6Gustavo Gomez-Mejia introduit donc la notion de conscription qu’il définit comme « le fait pour un individu de voir son nom écrit ensemble avec d’autres noms » (p. 60). Cette nouvelle pratique d’écriture induite par le web contemporain s’avère extrêmement importante puisqu’elle introduit une polyphonie synoptique et le sentiment d’une collectivité médiatique. Dans un même mouvement, la conscription impose de nouvelles formes d’économie de médias et de stratégie publicitaire puisque les annonces commerciales apparaissent sur le profil ou parmi les publications des internautes-auteurs. Par ailleurs, l’auteur remarque un processus d’euphorisation généré par le sentiment d’appartenance et par l’incitation continue à l’approbation via l’utilisation du bouton « like ». Dans ce climat d’euphorisation, la popularité devient une valeur comptabilisée à partir du calcul systématique du nombre des internautes qui ont approuvé un contenu. Parallèlement, la figure du « fan » se transforme puisque le bouton « like » se substitue à l’engagement de l’« amateur » (p. 85) passionné. L’auteur voit donc dans cette popularité conscriptive l’évolution de la logique de « fan » (p. 83).

Un regard critique

7Dans la troisième partie, Gustavo Gomez-Mejia s’interroge sur la possibilité de formuler une critique des médias du web contemporain concernant l’exploitation des fabriques identitaires des internautes. À partir du constat des profils des internautes en tant qu’« assemblages d’écritures préfabriquées » (p. 103), l’auteur considère le web contemporain comme un « intertexte » au sens du concept introduit par Roland Barthes (p. 96), c’est-à-dire des textes qui contiennent d’autres textes à des niveaux de quantité et de reconnaissance variables. Les « identités » sont des constructions issues des pratiques discursives des sujets.

8Dans le web contemporain, au-delà d’être de simples usagers, les internautes deviennent des sujets à explorer et à analyser à des fins sociopolitiques et commerciales. Gustavo Gomez-Mejia remarque l’émergence des mots euphorisants et « précieusement ambigus » (p. 106 ; en citant Barthes) comme « profil », « aimer », « amis », « partager » ou « suivre » qui créent une ambiance conviviale et personnalisée. L’auteur souligne l’ambivalence du mot « profil » qui est perçu comme « trait » mais également comme « variable de segmentation d’une audience » (p. 108). Ainsi, les internautes-sujets sont vus à la fois comme auteurs et diffuseurs de contenu, et comme pairs ou clients. Cette ambiguïté rend les écritures du web contemporain « polychrésiques » (p. 113) et, du coup, masque leur valeur marchande et publicitaire.

9Gustavo Gomez-Mejia souligne aussi la prise en charge de l’écriture identitaire de l’internaute par les dispositifs du web contemporain. Sa signature, ses traits personnifiés et sa façon de s’exprimer sont générés ou formatés, mais surtout gérés et reproduits automatiquement par le support. L’auteur avance qu’il s’agit d’un processus d’aliénation dans lequel l’internaute voit la création automatique d’une personne par l’assemblage de ses propres écritures.

10En guise de conclusion, l’auteur formule une série de thèses. Ces thèses concernent : le jeu d’écriture caché derrière le format anthropomorphique ; la création d’une identité imaginaire par le biais d’un procédé calculatoire ; la métaphore euphorique du vivre-ensemble ; les catégories de valeur médiatique héritées des industries médiatiques ; la nature imprévisible de la conscription ; la comptabilisation de la popularité ; l’ambiguïté (amphibologie) du discours dans le web contemporain ; et la peur déplacée concernant la « privacy » qui détourne l’attention de vrais enjeux de la marchandisation de la créativité humaine.

Une réflexion dans la lignée de la pensée benjaminienne

11Gustavo Gomez-Mejia opère dans cet ouvrage une analyse critique des industries culturelles contemporaines marquées par les technologies numériques. Dans la lignée des théories de l’École de Franfort et de la sémiologie critique, il cherche les éléments d’aliénation et de réification sociale dans la structure même discursive et sémiotique des supports. C’est d’ailleurs ce que le sémioticien et sociologue argentin Eliseo Veron avait argumenté, « c’est dans la sémiosis que la réalité du social se construit » (Veron, 1987, p. 123).

12Or, la discursivité des supports est ancrée dans leur matérialité technologique. Aux premières décennies du vingtième siècle Walter Benjamin avait introduit le concept d’appareil pour décrire tout dispositif de reproduction technique qui induit une nouvelle temporalité, un nouveau rapport entre la subjectivité sociale et la réalité. Un appareil est un support qui, comme dirait Walter Benjamin (2011), fait époque, non seulement parce qu’il représente le monde qui entoure l’homme mais surtout parce qu’il change la façon dont l’homme se représente. Car, « au principe de l’appareil, il y a la fonction de “rendre pareil”, d’“apparier” : de comparer ce qui jusqu’alors était hétérogène » (Déotte, 2007, para. 14).

13Gustavo Gomez-Mejia démontre comment les technologies d’écriture numériques construisent l’illusion d’un univers personnel et social euphorique et convivial à partir d’éléments sémio-techniques hétérogènes. Dans cet univers, l’homme a le sentiment d’être représenté en tant que personne. Les appareils benjaminiens — cinéma, photographie, passages urbains... — intervenaient dans la vie quotidienne des sujets pour changer leur perception du monde, orienter leur attention, imprégner et rythmer leur mouvement. Le web contemporain, lui, va encore plus loin en formatant, modelant et contrôlant le geste des sujets, leur créativité et leur perception identitaire. Il s’agit d’une ingénierie auctoriale basée sur le calcul, le formatage graphique tabulaire (Bertin, 2005) et les figures de la métonymie et de la métaphore. En 1962, Jakobson a réduit les tropes linguistiques en deux figures : la métonymie et la métaphore. En 2001, Manovich a mis de l’avant ces deux figures dans l’analyse de ce qu’il a appelé « langage » des médias numériques. Gustavo Gomez-Mejia démontre comment la métonymie et la métaphore servent à construire l’illusion d’une identité anthromorphique exploitable et d’une convivialité à partir des fragments d’écriture. L’apogée de la figure de la métonymie se trouve d’ailleurs dans la « conscription » : une série de symboles et de fragments de textes qui créent l’imaginaire d’un « vivre-ensemble ».

14L’originalité de cet ouvrage se trouve donc dans sa capacité de démontrer un processus d’aliénation identitaire à travers une écriture sérialisée qui industrialise l’expression personnelle. Est-ce que ce processus aliénant est uniquement identitaire ou il s’agit plutôt d’un mécanisme de standardisation de la pensée qui dépasse les médias de réseautage social et concerne d’autres médias en ligne aussi comme les moteurs de recherche, les médias d’actualité et/ou les plateformes d’échange professionnel ?

Haut de page

Bibliographie

Benjamin W. (2011). L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique. Paris: Allia.

Déotte J-L (2007). Qu’est-ce qu’un appareil ? Benjamin, Lyotard, Rancière. Paris: L’Harmattan.

Bertin J. (2005). Sémiologie graphique: les diagrammes, les réseaux, les cartes. Paris: Editions de l’EHESS.

Jakobson R. (1969). Essais de linguistique générale. Les fondations du langage. Paris: Minuit. (pages, 43 – 67).

Manovich L. (2001). The langage of new media. Cambridge: The MIT Press.

Veron E. (1987). La sémiosis sociale. Fragments d’une théorie de la discursivité. Saint-Denis: Presses universitaires de Vincennes, Saint Denis, p. 123.

Haut de page

Notes

1 D’après le terme allemand « zeitgenössisch » qui se traduit textuellement par « contemporain » (p. 20).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pergia Gkouskou-Giannakou, « Les fabriques de soi ? », Communiquer, 19 | 2017, 145-149.

Référence électronique

Pergia Gkouskou-Giannakou, « Les fabriques de soi ? », Communiquer [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 31 mars 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/communiquer/2196

Haut de page

Auteur

Pergia Gkouskou-Giannakou

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication (SIC)
Université de la Nouvelle Calédonie, Nouvelle-Calédonie

Haut de page

Droits d’auteur

© Communiquer

Haut de page
  • Logo UQAM - Université du Québec à Montréal
  • OpenEdition Journals