Navigation – Plan du site
Dossier

La comptabilité des marchands assyriens de Kaniš
(XIXe siècle av. J.-C.)

The Accounting of the Assyrian merchants (19th century BC)
La contabilidad de los mercaderes asirios de Kaniš (xixe siècle av. J.-C.).
Cécile Michel

Résumés

Les 23 000 tablettes cunéiformes découvertes dans les maisons des marchands assyriens dans la ville basse de Kaniš, non loin de Kayseri (Turquie), représentent les plus anciennes et importantes archives privées connues à ce jour. Elles permettent de reconstituer le commerce à longue distance organisé par leurs propriétaires entre leur ville d’origine, Aššur, sur le Tigre (Irak), et l’Anatolie centrale au début du IIe millénaire av. J.-C. et détaillent les multiples relations contractuelles mises en place entre bailleurs de fonds et commanditaires. Ces marchands ont créé un système commercial complexe, bâti sur des réseaux de relations, ayant donné naissance à une abondante documentation comptable.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces archives couvrent pour l’essentiel la seconde moitié du règne de Sargon Ier, celui de Puzur-Ašš (...)
  • 2 Par commodité, la période documentée par ces archives est appelée « paléo-assyrienne ». Pour une bi (...)

1La ville basse du site de Kültepe, l’ancienne Kaniš, à l’est de Kayseri en Anatolie centrale, a produit près de 23 000 tablettes cunéiformes datées pour l’essentiel de la première moitié du XIXe siècle av. J.-C.1 Cette documentation privée hors du commun illustre le commerce à longue distance organisé par les Assyriens entre la ville d’Aššur et l’Asie Mineure, avec en son centre, Kaniš. Exploitant la position stratégique de leur cité-État sur la route reliant le sud mésopotamien et l’ouest iranien à la Syrie et la Turquie, les habitants d’Aššur exportaient de l’étain et des étoffes en Anatolie centrale rapportant en retour or et argent. Ce commerce était favorisé par des accords et des conventions passés avec les princes locaux. Les Assyriens s’installèrent sur le plateau anatolien, à plus d’un millier de kilomètres de chez eux et y organisèrent des comptoirs commerciaux. Ils investirent les importants bénéfices réalisés dans les échanges à longue distance dans toutes sortes de transactions et d’associations à court ou à long terme, ces différentes opérations générant une abondante documentation comptable2.

Les archives privées des marchands assyriens

2Les pièces scellées de certaines maisons de la ville basse de Kaniš comportaient d’impressionnantes quantités de tablettes d’argile remplies de signes cunéiformes – parfois plus d’un millier de textes – constituant les archives privées des marchands. Le classement de ces textes par lot de quelques unités à quelques dizaines fut mis en évidence par les nombreuses étiquettes d’argile inscrites ayant servi à fermer et identifier les récipients qui les contenaient. L’essentiel des fonds d’archives découverts appartenaient à deux, voire trois, générations de marchands originaires d’Aššur, mais quelques rares lots d’archives relevaient d’autochtones. Selon cette documentation écrite, Assyriens et Anatoliens résidaient ensemble dans la ville basse, les premiers s’étant parfaitement adaptés à leur nouvel environnement, les seconds ayant emprunté aux premiers leur dialecte et leur écriture pour les besoins du commerce. Kaniš n’a pas livré d’archives officielles car le centre administratif du comptoir de commerce (bēt kārim) n’a pas été exhumé et le palais, résidence du prince et siège du pouvoir anatolien, était quasiment vide de documentation écrite.

Fig. 1 : Tablettes exhumées en 1993 dans la maison d’Alāhum et de son fils Aššur-taklāku

  • 3 Klaas R. Veenhof, “Archives of Old Assyrian Traders from karum Kanish”, dans M. Brosius (éd.), Anci (...)

3Les sources écrites paléo-assyriennes exhumées à Kaniš peuvent être réparties en différentes catégories, selon leur aspect et leur contenu. La typologie traditionnellement acceptée propose pour les tablettes un classement en trois groupes3 : les lettres, les documents à valeur légale et les notices personnelles comptables. La nature même de cette documentation, totalement orientée sur le commerce à longue distance, explique ses particularités et les différences qu’elle présente avec le reste des sources mésopotamiennes.

  • 4 Cécile Michel, Correspondance des marchands de Kaniš au début du IIe millénaire avant J.-C., Littér (...)

4Les lettres en provenance d’Aššur et d’autres comptoirs de commerce assyriens d’Asie Mineure, ainsi que des copies de lettres expédiées depuis Kaniš, véhiculent toutes sortes d’informations sur le commerce, les individus impliqués dans les différentes opérations en cours, les problèmes rencontrés dans l’activité professionnelle ou dans la vie quotidienne (tout particulièrement dans la correspondance féminine)4. Protégées par des enveloppes d’argile au cours de leur transport, les lettres étaient acheminées par les caravanes marchandes qui circulaient régulièrement entre les différents lieux fréquentés par les Assyriens. En cas d’urgence ou pour sécuriser l’envoi de plusieurs copies par différents moyens de transports, les marchands louaient occasionnellement les services de messagers.

Fig. 2 : Lettre envoyée par Aššur-taklāku à son père Alāhum

  • 5 Georg Eisser & Julius Lewy, “Die altassyrischen Rechtsurkunden vom Kültepe”, Mitteilungen der Vorde (...)

5Les archives contenaient aussi une grande variété de documents qui relevaient d’une part de relations contractuelles ou d’accords passés devant témoins, et d’autre part de documents judiciaires5. La valeur légale de ces documents résidait dans la présence d’une enveloppe qui les renfermait et qui comporte les empreintes des sceaux des parties concernées et des témoins. Les créances, très nombreuses, concernaient des prêts en or, argent, cuivre ou plus rarement en céréales ; elles résultaient de simples prêts ou plus souvent de vente à crédit de marchandises. Un tel document était conservé par le créancier jusqu’au remboursement de la dette.

Fig. 3 : Créance d’Alāhum

6En dehors de quelques contrats familiaux, les archives recelaient de nombreux contrats en relation avec le commerce à longue distance : contrats d’embauche du personnel de la caravane, de transport ou de dépôts de marchandises, contrats d’investissements, d’association, de clôture de comptes, contrats d’achat de biens immobiliers et d’esclaves. Ces textes précisent l’objet de la vente, personnes avec leur parenté ou description du terrain, ainsi que le prix versé, diverses clauses protégeant l’acheteur en cas de revendication, un éventuel droit de rachat pour le vendeur, et les noms des témoins qui ont assisté à la transaction.

7Les documents judiciaires étaient de nature privée ou officielle. Ils consistaient en procès-verbaux et dépositions diverses, témoignages, arbitrages, interrogations et verdicts rendus par les autorités assyriennes de Kaniš ou d’Aššur ; tous ces textes étaient conservés dans les archives des personnes concernées au premier chef.

  • 6 Andrea Ulshofer, Die altassyrischen Privaturkunden, Freiburger altorientalische Studien. Beihefte : (...)

8Le reste de la documentation réunissait notices personnelles comptables, aide-mémoires, long memoranda relatifs à des créances ou petits comptes rendus de transactions commerciales, listes de dépenses, de distribution de denrées ou tout simplement de noms propres6… Ces documents n’ont jamais eu d’enveloppe et sont généralement anonymes.

Achives comptables et commerce caravanier à longue distance

  • 7 Paul Garelli, Les Assyriens en Cappadoce, Bibliothèque archéologique et historique de l’Institut fr (...)
  • 8 Gerd Weisgerber & Jan Cierny, “Tin for Ancient Anatolia ?“, in Ü. Yalçın (éd.), Anatolian Metal II, (...)

9Les habitants d’Aššur exportaient vers l’Asie Mineure de l’étain et des étoffes de luxe, et rapportaient au retour de l’or et de l’argent qu’ils réinvestissaient dans de nouvelles caravanes7. Ils exploitaient ainsi les ressources économiques des palais anatoliens : le cuivre, pour la fabrication locale du bronze, l’or et l’argent. La ville d’Aššur représentait une étape importante sur la route terrestre de l’étain, le minerai exporté en Anatolie provenait peut-être d’Ouzbékistan8.

  • 9 Cécile Michel, “Femmes et production textile à Aššur au début du IIe millénaire avant J.-C. ”, in A (...)
  • 10 Cécile Michel 2001, op. cit,note 4, lettre n˚ 110.
  • 11 Pour les prix des marchandises, cf. Paul Garelli 1963, op. cit.,note 7 p. 265-317 et Klaas R. Veenh (...)

10Le prix moyen d’achat de l’étain, à la porte de la ville ou dans des officines d’Aššur gérées par des particuliers, fluctuait entre 14 et 16 sicles d’étain pour un sicle d’argent en fonction de sa qualité, mais aussi de la disponibilité du métal sur le marché d’Aššur. Lorsque le contexte politique ou le climat interdisait la circulation des caravanes, l’approvisionnement en étain se tarissait et la pénurie du métal avait pour conséquence une flambée des prix. Les Assyriens achetaient également des étoffes, soit auprès de marchands originaires du sud mésopotamien, soit encore auprès de leurs épouses, sœurs et filles qui vendaient le surplus de leur production, participant ainsi activement au commerce international9. De même que pour l’étain, l’approvisionnement en étoffes confectionnées dans le sud mésopotamien fluctuait en fonction de facteurs saisonniers ou politiques10 : « En ce qui concerne l’achat d’étoffes akkadiennes à propos duquel tu m’as écrit, depuis que tu es parti, les Akkadiens n’ont pas pu venir à la Ville : leur pays est troublé. S’ils arrivent (avant) l’hiver, et qu’il y a des possibilités d’achat avec des perspectives de bénéfice pour toi, alors nous t’en achèterons, et nous (les) payerons avec de l’argent nous appartenant. Veille toutefois à envoyer de l’argent. » L’étoffe la plus courante, l’étoffe-kutānum, valait entre 3,5 et 5,5 sicles d’argent à Aššur ; celle de qualité supérieure se vendait à plus d’une dizaine de sicles11.

Système des mesures pondérales

1 gú (talent)

1 ma-na (mine)

1 gín (sicle)

1 še (grain)

60×60

60

1

1/180

≈ 30 kg

≈ 500 g

8,33 g

≈ 0,05 g

Fig. 5 : système des mesures pondérales

  • 12 Klaas R. Veenhof 1972, op. cit. note 7, p. 45 et Jan Gerrit Dercksen 2004, op. cit. note 7, p. 255- (...)

11Étain et étoffes voyageaient vers l’Asie Mineure emballés dans des coupons et chargés sur le dos d’ânes, qui faisaient partie de la valeur marchande de la caravane et étaient en majorité vendus à l’arrivée en Anatolie. Un âne coûtait 20 sicles d’argent, montant auquel il fallait ajouter le prix du harnais, 2 ou 3 sicles. Un âne transportait en moyenne 75 kg de marchandises ; le chargement standard comportait une trentaine de kilos d’étain emballé sous scellés dans des étoffes ordinaires, 4 à 6 étoffes, ainsi que 5 à 6 kg d’étain non scellé destiné aux dépenses en route (fourrage, salaire des conducteurs d’ânes, taxes diverses)12. Le nombre d’ânes affrétés par un marchand assyrien variait d’une à trois bêtes, ces petits convois voyageant généralement groupés, pour former de grandes caravanes pouvant compter jusqu’à 300 ânes. Le trajet effectué par les caravanes assyriennes entre Aššur et Kaniš couvrait environ 1 200 km à travers steppes et montages, et durait un peu plus de six semaines.

  • 13 VS 26 155 : l. 39-41 : la valeur de la caravane d’Imdīlum s’élève à 410 talents et 11 mines d’étain

12Avant de quitter la ville, la valeur du convoi était estimée en étain avec une équivalence de
2 mines d’étain par étoffe et une mine d’étain par âne ; l’un des plus importants convois recensés se monte à plus de 410 talents d’étain soit environ 12 1/3 tonnes d’étain13 ! Cette conversion permettait le calcul des différentes taxes à verser au départ, en route et à l’arrivée. Ces impôts sont résumés dans le tableau ci-dessous :

Quelle taxe ?

Où ?

À quelle institution ?

Combien ?

Taxe d’exportation

(waṣītum)

Aššur

Hôtel de Ville

1/120de la valeur de la caravane en étain (awītum)

Taxe douanière

(dātum)

En route

Autorités locales

10 % de la valeur de la caravane en étain (awītum)

Taxe personnelle

(qaqqadātum)

En route

Autorités locales

10-15 sicles d’étain par personne

Taxe d’importation

(nishatum)

Kaniš

Palais local

3 % sur l’étain et 5 % sur les textiles

« Dîme »

(išrātum)

Kaniš

Palais local

Achat de 10 % des textiles à un prix avantageux

Taxe de transport

(šaddu’atum)

Kaniš

Autorités du comptoir de commerce assyrien

1/60 de la valeur de l’or + de l’argent en route pour Aššur

Taxe d’importation

(nishatum)

Aššur

Hôtel de Ville

4 % des métaux précieux importés

Fig. 6 : les impôts soumis aux caravanes

13Dans les différents royaumes traversés, la caravane franchissait des postes douaniers où des taxes étaient prélevées sur les marchandises et sur les voyageurs. Contre le versement de ces impôts, les souverains assuraient la protection des caravanes contre les brigands et la surveillance des routes dépendant de leur juridiction. À l’arrivée à Kaniš, le responsable de la caravane estimait la part des impôts à verser par chaque propriétaire de marchandises.

  • 14 Mogens T. Larsen 1967, op. cit. note 7, p. 9-14.
  • 15 Mogens T. Larsen 1967, op. cit. note 7, p. 8.

14Plusieurs types de documents détaillaient l’organisation d’une caravane commerciale modèle14. Un contrat de transport enregistrait la remise d’un capital en argent dans la ville de Kaniš à un transporteur chargé de l’apporter à Aššur15 :

« Les 30 mines d’argent – droits d’entrée en sus, taxe de consignation réglée – que Dadāya a confiées à Kukkulānum, fils de Kutāya, et qu’il a apportées à la Ville (d’Aššur) pour (y effectuer) des achats, (cet) argent (est) celui d’Enlil-bāni. Depuis ici (Kaniš), il voyagera au nom d’Enlil-bāni. La marchandise quittera la Ville (d’Aššur) et voyagera de même au nom d’Enlil-bāni. La marchandise arrivera à Kaniš et Enlil-bāni la recevra. Par devant Bazīya, fils d’Ilī-kurub, par devant Asutāya, fils d’Ememe, par devant Aššur-idī, fils de Kurub-Ištar. »

  • 16 Cécile Michel 2001, op. cit. note 4, texte n° 149.

15Parallèlement, une lettre d’instructions était envoyée au propriétaire du capital à Aššur ; elle précisait l’usage qui devait en être fait, la quantité d’étain et le nombre d’étoffes à acheter, ainsi que d’éventuels remboursements de dettes contractées à Aššur16 :

« Dis à Pilahāya, Irma-Aššur, Mannum-balum-Aššur, Kukkulānum et Aššur-lamassī : ainsi (parle) Enlil-bāni. Kukkulānum vous apporte 30 mines d’argent – droits d’entrée en sus, taxe de consignation réglée –, sous mon sceau et sous celui de Kukkulānum. J’ai des droits sur l’argent. Ici, dans la maison du créancier, j’ai été inscrit comme garant de Kukkulānum, et j’ai posé la main sur les 30 mines d’argent. Là-bas, tenez-vous aux côtés de Kukkulānum : qu’il achète avec la moitié de l’argent des étoffes et avec (l’autre) moitié, de l’étain selon ce qu’il jugera profitable pour lui. Scellez (les marchandises) et confiez-les à Kukkulānum avec votre sceau. Vous (êtes) mes frères. De même que moi, ici, j’ai posé ma main sur l’argent, là-bas, à la porte de la ville, vous aussi, en tant que mes représentants, posez votre main sur la marchandise, confiez-la à Kukkulānum afin que Kukkulānum me conduise la marchandise. »

  • 17 Cécile Michel 2001, op. cit, note 4, texte n° 111.

16Une copie de ce message pouvait être conservée à Kaniš. Une fois les marchandises achetées et la nouvelle caravane équipée à Aššur, une lettre avec le compte de la caravane était adressée aux destinataires des marchandises à Kaniš avec des précisions quant à la nature des achats et au montant total des dépenses effectuées17 :

  • 18 sa’edum : taxe ou dépense en relation avec les étoffes exportées en Anatolie.

« Ainsi (parlent) Pilahāya, Irma-Aššur et Mannum-balum-Aššur : dis à Enlil-bāni et Kukkulānum. Kukkulānum a apporté 30 mines d’argent ­ droits d’entrée en sus ­ sous notre sceau. Nous avons contrôlé l’argent, et il manquait ⅔ mine d’argent. Là-dessus : 114 étoffes-kutānum dont le prix est de 7 ½ mines 4 ¼ sicles d’argent ; 2 talents 15 mines d’étain scellé, au taux de 13 ¼ sicles (d’étain) par (sicle d’argent) ; 40 mines d’étain scellé, en outre 8 mines d’étain scellé au taux de 13 sicles (d’étain) par (sicle d’argent) : leur prix est de 13 ⁵⁄₆ mines 2 ⁵⁄₆ sicles d’argent ; 6 ânes noirs ont coûté 2 mines 8 sicles d’argent avec leur fourrage, 16 sicles d’argent : leur harnachement ; 37 mines d’étain pour les dépenses courantes au taux de 13 sicles (d’étain) par (sicle d’argent) : leur prix est de 2 ⁵⁄₆ mines 2 ⁵⁄₆ sicles ; 1 mine d’argent : capital d’exploitation des deux fréteurs, 4 sicles : leurs vêtements. Nous avons ajouté 7 sicles d’argent au capital d’exploitation de Nabi-Sîn. 12 sicles de supplément ; 2 ½ sicles de taxe-sa’edum18 ; 15 sicles de taxe d’exportation ; nous avons remis 6 sicles d’argent à la disposition d’Aššur-malik. Kukkulānum a pris ⁵⁄₆ mine d’argent en disant : « Si l’agent commercial ne me fait pas obtenir l’argent, je le prendrai sur cet argent ».

  • 19 Mogens Trolle Larsen 1967, op. cit. note 7, p. 127-129. Lettre relative au coût du transport des ma (...)

17Les récipiendaires des marchandises calculaient à l’attention de leur correspondant à Aššur le montant des différents péages réglés en cours de route et, à l’arrivée de la caravane à Kaniš, l’informaient des conditions de vente de l’étain et des étoffes19 :

« Dis à Šalim-ahum : ainsi (parle) Pūšu-kēn. Aššur-malik a apporté 61 (étoffes)-kutānum, y compris celles (appartenant) au fréteur et y compris celles que tu as envoyées à Ilabrat-bāni. Là-dessus : 3 (étoffes)-kutānum (de) droits d’entrée et tu devras compléter les droits d’entrée avec une étoffe, 6 (étoffes)-kutānum (en) préemption et ils complèteront pour toi avec 3 sicles d’argent, 52 (étoffes)-kutānum ont été dégagées et tu recevras 2 ¼ sicles. Là-dessus : selon tes instructions Aššur-malik a donné 1 (étoffe)-kutānum à ta servante, ton fréteur a pris 3 (étoffes)-kutānum, et ⅓ mine 5 sicles d’argent ­ droits d’entrée en sus, taxe de consignation réglée ­ a été payé par ton fréteur. Le reste de tes étoffes, soit 48 étoffes, sont dégagées. Pour les deux talents 18 mines d’étain, valeur de ton transport, la taxe routière a atteint pour toi 13 ⁵⁄₆ mines d’étain ; 3 mines 15 sicles 
: nourriture des deux ânes et du fréteur ; 1 âne est mort et (cela) a occasionné (une dépense) de 17 sicles d’argent ; le salaire de l’ânier entre Hahhum et Kaniš a coûté 7 sicles d’argent ; les
12 sicles de pertes sur l’étain pour les dépenses courantes ont été prélevés sur les 12 mines d’étain (prévu) pour les dépenses courantes ; tu devras compléter avec 5 mines 15 sicles d’étain sur l’étain pour les dépenses courantes, à un taux de 8 sicles (d’étain) pour 1 (sicle d’argent), son prix en argent (s’élève à) ½ mine 9 ⅓ sicle ; j’ai ajouté 17 sicles, prix de l’âne, et 7 sicles, salaire de l’ânier, soit au total : tu dois compléter avec 1 mine 3 ⅓ sicles d’argent ; 2 ¼ sicle d’argent qu’ils devaient te donner en compensation a été crédité, donc j’ai complété avec 1 mine 1 sicle 15 grains d’argent auprès d’Aššur-malik. »

18Dès leur arrivée à Kaniš, les caravanes d’étain et d’étoffes étaient dédouanées au palais local (cf. tableau des taxes ci-dessus). Il pouvait aussi exercer son droit de préemption sur les étoffes, c’est-à-dire qu’il pouvait acheter 10 % des étoffes restantes à un taux très avantageux. Le paiement de ces étoffes se faisait par l’intermédiaire des autorités assyriennes siégeant à l’office du comptoir de commerce ; ces dernières versaient un montant compensatoire au marchand en attendant le règlement du palais.

19Les Assyriens écoulaient ensuite leurs marchandises au comptant sur place à Kaniš ou les confiaient à des agents, à crédit, pour une durée plus ou moins longue, ces derniers étant chargés d’aller les revendre dans d’autres comptoirs commerciaux d’Anatolie. Ce second choix impliquait une prise de risque due à la présence d’un intermédiaire ; cette solution imposait un crédit en faveur de l’agent et le partage obligé des profits. En revanche, elle permettait de négocier l’étain et les étoffes au prix fort, dans des localités reculées. Le propriétaire des biens devait avoir une confiance totale dans l’agent recruté qui utilisait ses propres réseaux pour écouler la marchandise.

20Selon sa qualité, l’étain était vendu en Anatolie entre 6 et 8 sicles d’étain par sicle d’argent, soit deux fois son prix à Aššur, tandis que le coupon d’étoffe était négocié une quinzaine de sicles d’argent. Les Assyriens réalisaient donc un bénéfice brut de 100 % sur la vente de l’étain et de 200 % sur celle des étoffes. De ces marges bénéficiaires importantes, plusieurs facteurs imposaient des déductions non négligeables. Aux multiples taxes dues aux autorités assyriennes, à celles des pays traversés ou encore à celles des palais anatoliens, pouvaient s’ajouter des dépenses effectuées au cours du voyage, ainsi que divers imprévus comme le décès d’ânes, le vol et la perte de marchandises. Néanmoins, les bénéfices réalisés par les Assyriens restaient conséquents.

Prix des marchandises en sicles d’argent

Denrée

Aššur

Kaniš

1 sicle d’étain

1/14 – 1/15

1/6 – 1/7

1 étoffe kutānum

3,5 – 5,5

15 – 20

1 âne + harnais

22

30

1 sicle d’or

4 – 9

Fig. 7 : prix des marchandises à Aššur et à Kaniš

  • 20 Prag I 742 réunissait neuf propriétaires possédant ½ talent à 5 talents d’argent chacun. 
  • 21 Cécile Michel, “ ‘Tu aimes trop l’argent et méprises ta vie’. Le commerce lucratif des Assyriens en (...)

21En contrepartie des marchandises qu’ils exportaient depuis Aššur, les Assyriens réunissaient donc le maximum d’argent qu’ils parvenaient à obtenir par le biais d’échanges plus ou moins directs. Une partie de l’argent était convertie en or. La valeur des convois d’or et d’argent était estimée en argent, moyen de paiement à Aššur ; certaines caravanes en partance pour Aššur valaient près de 400 kg d’argent quantités d’argent20. De nouveau des taxes étaient prélevées au départ et à l’arrivée de ces convois de métaux précieux (cf. tableau des taxes ci-dessus fig. 6). Des bordereaux ou encore des instructions données par les lettres précisaient l’usage auquel ces capitaux étaient destinés : achat de marchandises et financement de nouvelles entreprises commerciales, remboursements divers, cadeaux, achat d’immeubles... Une bonne partie de l’argent rapporté d’Asie Mineure servait à acheter des marchandises et affréter de nouvelles caravanes. Il était possible en moyenne d’organiser deux voyages aller-retour par an. Chaque année, plusieurs dizaines de tonnes d’étain et des milliers d’étoffes étaient ainsi exportées en Asie Mineure et plusieurs centaines de kilos d’or et d’argent étaient rapportés à Aššur. Certains marchands se bâtirent de grosses fortunes avec leurs investissements21.

Documents juridiques et opérations financières dans le cadre d’entreprises commerciales

22L’argent rapporté par les Assyriens n’était pas thésaurisé à Aššur mais devait fructifier par le biais de multiples opérations financières : les marchands employaient l’expression « argent affamé » pour un capital qui ne rapportait rien. La documentation témoigne de différents types de relations contractuelles à Aššur et à Kaniš, la plupart étaient directement liées au commerce à longue distance.

23Prêts

  • 22 Sur les prêts, voir Bruce L. Rosen 1977, op. cit. note 5 ; Klaas R. Veenhof , “Silver and Credit in (...)

24Assyriens et Anatoliens, hommes et femmes, pouvaient être engagés dans un prêt par nécessité ou pour des raisons commerciales22. Le contrat de prêt paléo-assyrien était rédigé du point de vue du créancier, d’où son appellation fréquente de « créance ». Les textes ne précisent quasiment jamais la raison du prêt ; les formulaires permettent de distinguer les prêts simples, les prêts à intérêt et les prêts à intérêt moratoire, les plus nombreux. La remise à un employé d’une somme d’argent en guise de capital d’exploitation (be’ūlātum) dont il pouvait tirer profit en commerçant, se présente également comme un contrat de prêt. Le contrat avait une valeur juridique dès lors qu’il était rédigé en présence de témoins et placé sous enveloppe d’argile, laquelle était scellée par les parties et les témoins.

Fig. 8 : Enveloppe de créance, la tablette est toujours à l’intérieur

  • 23 Klaas R. Veenhof 1999, op. cit. note 22.
  • 24 Kt c/k 430 = Izzet Esen, “Anadolu Medeniyetleri Müzesinde Bulunan Kültepe Tabletlerinden Örnekler”, (...)

25La durée du prêt était fixée en semaines, voire mois, et dépassait rarement l’année. Elle pouvait correspondre au voyage aller-retour d’une caravane. Lors du remboursement, la créance était remise au débiteur ou, à défaut, le créancier rédigeait une quittance à son attention. Dans les prêts commerciaux, des biens étaient mis à la disposition d’un marchand pour commercer ; en Anatolie, au lieu d’être vendue au comptant, la marchandise pouvait être remise à un agent contre une créance certifiée, avec intérêt moratoire23. Le montant de la dette était converti en argent ; il dépendait de la valeur estimée des marchandises et de la durée du crédit24 :

« Sceau de Katāya, fils d’Abu-šalim, sceau d’Alāhum, fils de Sukkallīya, sceau de Šamaš-bāni, fils de Puzur-Ištar. Alāhum a (en créance) 3 1/3 mines d’argent fin sur Šamaš-bāni. Depuis la semaine (nommée par) Ennam-Anum et Aššur-rē’ī, il payera (l’argent) dans 13 semaines. S’il n’a pas payé, il ajoutera 1 ½ sicle par mine et par mois (en intérêt). »

  • 25 Innāya tente de récupérer ses marchandises qu’il avait remises en prêt-qīptum à Ilšu-rabi, depuis d (...)

26Cette pratique était largement répandue, en témoignent les nombreuses occurrences de « marchandises vendues à crédit » (bābtum). Un tel procédé impliquait une prise de risque de la part du propriétaire des marchandises : il n’était pas rare qu’un agent disparaisse avec la marchandise qui lui avait été confiée25. La réputation des agents représentait un élément décisif dans ce type de relations contractuelles.

  • 26 TC 3, 232 = B.L. Rosen 1977, op. cit. note 5, p. 137 ; Klaas R. Veenhof, “ ‘Modern’ Features in Old (...)

27Dans certains contrats de prêt, le nom du créancier, propriétaire de l’argent ou de la marchandise, n’était pas indiqué ; à sa place figurait la mention tamkārum, « créancier »26 :

« Šalim-Aššur et Atata doivent 3 mines d’argent fin au créancier ; Šāt-Ea est la garante. Anana et Ṣilli-Kubabat, de même que leurs maisons, constituent ma garantie. Depuis la semaine (nommée par) Laqēpum et Buzutāya, ils payeront (l’argent) dans 6 semaines. S’ils n’ont pas payé, ils ajouteront en intérêt 1 ½ sicle d’argent par mine. Date xii/éponyme n° 88. Par devant Aššur-emūqī, fils d’Eddinnāya, par devant Ennam-Aššur. »

28Dès lors qu’elle était anonyme, la créance pouvait être cédée contre des biens, de l’argent ou une part dans une société. Un tel système impliquait vraisemblablement que le débiteur, partenaire, agent ou collègue du créancier, était au courant de la cession de sa dette.

  • 27 Cf. Joachim Hengstl, 1987, “Zum Kauf unter Rückkaufsvorbehalt in den altassyrischen Urkunden“ aus K (...)
  • 28 Les prêts proposés par les Assyriens aux Anatoliens, avec un taux d’intérêt extrêmement élevé et un (...)

29Tandis que sur les dettes à échéance fixe résultant de la vente à crédit de marchandises, seul un intérêt moratoire était dû, un intérêt était normalement perçu sur les autres emprunts ; différentes garanties pouvaient être également exigées (garant, gage, etc.)27. Fixé par l’office du comptoir commercial à Kaniš, l’intérêt se montait à 30 % par an. Ce taux élevé s’expliquait par la nature souvent commerciale des prêts et aussi par la forte valeur ajoutée de l’argent entre l’Anatolie et Aššur. En cas de défaut de payement du débiteur, le garant devait effectuer lui-même le règlement. S’il contractait un emprunt pour rembourser le prêt qu’il avait garanti, il pouvait ensuite percevoir un intérêt auprès de son débiteur, augmenté d’un intérêt sur l’intérêt de sa propre dette28.

30Associations commerciales et société en commandite

31Il existait de nombreuses autres relations contractuelles ayant pour but une coopération commerciale ; elles se distinguaient généralement par leur durée ; à côté de compagnies commerciales organisées sur le long terme figuraient un certain nombre d’accords conclus pour une opération spécifique ou pour un intervalle de temps limité à un aller et retour d’une caravane.

  • 29 L’exemple le mieux documenté de ce type d’association est offert par les archives d’Innāya, fils d’ (...)
  • 30 Kt 94/k 131. Cécile Michel, “Hommes et femmes prêtent serment à l’époque paléo-assyrienne”, in S. D (...)

32Parmi les entreprises commerciales engagées sur le court terme, figurent l’association-tappā’ūtum et l’entreprise-ellatum. Dans la première, l’un des associés mettait des capitaux à la disposition de ses collègues pour engager une opération spécifique au terme de laquelle les partenaires établissaient les comptes, réglaient leurs dettes et répartissaient les profits en parts égales entre eux29. Dans la seconde, il s’agissait d’une coopération entre marchands organisée à l’instigation de l’un d’entre eux qui en prenait la direction (ellat NP). Chacun des partenaires investissait capitaux et marchandises pour un unique aller-retour en Asie Mineure. Au terme du voyage, les pertes éventuelles survenues en cours de route – vol, marchandise sinistrée, mort d’âne – ainsi que les profits réalisés par la vente des marchandises en Anatolie, étaient calculés par le responsable de l’entreprise ; il répartissait dommages et bénéfices entre les participants, selon des règles fixées à l’avance, de façon proportionnelle aux montants investis. Lorsque le contrat fondateur de l’entreprise comportant la quantité et la nature des capitaux investis par chacun était perdu, le responsable devait rechercher les témoins des transactions initiales, et faire déclarer sous serment à ses associés les montants qu’ils avaient engagés dans l’opération30 :

« Le comptoir commercial, petits et grands, a rendu un jugement devant le poignard d’Aššur. Quant à Irma-Aššur, du fait qu’ils ont effectué un contrôle pour ses pertes (dans le cadre d’une entreprise caravanière), si (c’est) un homme, il (le) fera jurer par le poignard d’Aššur, (si c’est) une femme, par le tambour d’Ištar. Quant à ses témoins (qui figuraient sur) les tablettes perdues, il (les) recherchera. »

  • 31 Jan Gerrit Dercksen, “On the Financing of Old Assyrian Merchants”, in J.G. Dercksen (éd), Trade and (...)
  • 32 Mogens Trolle Larsen, “Partnerships in the Old Assyrian Trade”, Iraq 39, 1977, p. 119-149 ; Klaas R (...)
  • 33 Kayseri 313 = K. Hecker, “In nova…”, Archív Orientální 67, 1999, p. 557-565.

33La société en commandite, ou contrat-naruqqum, relevait en revanche du long terme. Le mot naruqqum désignait à la fois le sac renfermant le capital en or confié à un marchand pour commercer pendant un nombre fixé d’années, et l’association entre les investisseurs et le mandataire auquel le sac était remis par contrat et devant témoins. Ce type de contrat régissait les relations entre les bailleurs de fonds d’Aššur et les marchands en Anatolie, et représentait le principal mode de financement du commerce assyrien en Asie Mineure31 ; il témoigne de la plus ancienne forme de création de fonds collectifs importants mis à la disposition de personnes privées32. Cette société en commandite, exclusivement commerciale, était créée à Aššur où le contrat était établi en présence d’un fonctionnaire (laputtā’um). En l’absence de sources provenant d’Aššur, un seul texte fondateur de société en commandite nous est parvenu ; en revanche, lettres, rapports et documents juridiques découverts à Kaniš en expliquent les mécanismes. Le contrat fondateur donne la liste des investisseurs, le montant du capital en or, le nom du mandataire et la durée du contrat33 :

« 6 mines d’or d’investissements, 1 ½ mine : Irišum, 2 mines : Iddin-Aššur, 2 ½ mines : Alāhum, 2 mines : Šū-Labān, 2 mines : Ikuppī-Ištar, 2 mines : Ilī-dān, 1 ½ mine : Aššur-malik, 1 ½ mine : Aššur-idī, 1 ½ mine : Akusānum, 1 ½ mine : le créancier-tamkārum, 1 mine : Abu-šalim, 1 mine : Hinnāya, 4 mines : Amur-Ištar, soit au total 30 mines d’or (forment) le sac-naruqqum d’Amur-Ištar. Depuis (l’an de) l’éponyme Susāya, il commercera pendant 12 ans. Sur les profits il jouira du tiers, pour un tiers il se tiendra garant. Celui qui reprendrait l’argent avant le terme des échéances ne prendra que 4 mines d’argent par mine d’or (investie). Il ne recevra aucun profit ».

Fig. 9 : Copie par K. Hecker (1999) du contrat fondateur d'une société en commandite

  • 34 Prag I 573 = KKS : 79- 80.

34Une quinzaine de créanciers, parmi lesquels figure le mandataire, ont réuni 30 mines d’or (soit 15 kg) ; le capital a été remis à Amur-Ištar qui s’est engagé à le faire fructifier par le biais d’activités commerciales pendant douze ans. Les parts de chacun des participants furent estimées en or, selon un taux artificiel de quatre mines d’argent pour une mine d’or et correspondaient généralement à un multiple de deux mines. Chaque créancier conservait par devers lui la copie de la section du document original définissant son propre investissement ; certains de ces documents ont été découverts à Kaniš34 :

« 2 mines d’or de Šū-Anum sont (investies dans) le sac de la société en commandite de Puzur-Aššur. Il jouira d’un tiers et se tiendra pour un tiers. Dans Aššur, il (l’)enregistrera dans la maison de Su’etāya avec la tablette de son contrat de société en commandite. Par devant Ennum-Adad, par devant Išme-Adad. »

  • 35 CCT 4, 2a = Cécile Michel 2001, op. cit, note 4, texte n° 221 ; lettre expédiée par Aššur-idī à l’a (...)

35Une fois le contrat rédigé, le mandataire recevait le sac-naruqqum. Le bon déroulement d’un tel partenariat, avec de conséquentes sommes en jeu, reposait d’une part sur une entente cordiale entre banquiers et administrateur des capitaux, et d’autre part sur des contacts réguliers au cours desquels un bilan financier des opérations en cours était établi. Les créanciers préféraient confier leurs investissements à des marchands réputés pour leur intégrité et leurs compétences. Pour le mandataire, être « porteur d’un sac-naruqqum » témoignait d’une certaine reconnaissance sociale comme l’écrit un père à son fils35 :

« Certains moins importants que toi sont porteurs de contrats-naruqqum et d’autres moins importants que moi ont investi 10 mines d’or (dans un tel contrat). Alors viens, procure-toi un contrat-naruqqum, et pars. »

  • 36 TC 3 244 = Lubor Matouš “Der Streit um den Nachlass des Puzur-Aššur”, in H. G. Güterbock & T. Jacob (...)

36Le mandataire s’engageait implicitement à ne pas mener plusieurs contrats-naruqqum simultanément et, afin de diminuer les risques, les banquiers répartissaient leurs investissements dans plusieurs contrats-naruqqum36. Le mandataire devait pouvoir garantir à ses bailleurs de fonds, pendant toute la durée du contrat, le tiers des profits réalisés sur les opérations commerciales qu’il effectuait. Les relations de confiance entre l’administrateur des capitaux et les créanciers pouvaient être mises à mal ; ceux-ci reprochaient parfois à leur agent l’absence d’activités commerciales, une mauvaise utilisation des fonds investis ou même le détournement des capitaux confiés.

37La durée d’un contrat-naruqqum était, par définition, longue ; plusieurs années étaient nécessaires à son gérant pour accumuler d’importants bénéfices. En cas de bonne gestion, le mandataire pouvait voir son contrat reconduit à plusieurs reprises, voire jusqu’à la fin de sa vie. Les parts dans de telles sociétés pouvaient être héritées par les descendants des investisseurs. Lorsque le contrat n’était pas renouvelé, banquiers et gérant procédaient à la clôture définitive des comptes. Les bailleurs de fonds récupéraient leurs investissements originaux, puis calculaient les profits nets réalisés et les répartissaient en tiers. Ils se partageaient les deux-tiers des bénéfices au prorata des capitaux qu’ils avaient investis dans l’entreprise, tandis que le mandataire conservait pour lui le tiers restant. Si, au terme du contrat, le mandataire ne pouvait pas même fournir le montant original des investissements, les bailleurs de fonds étaient autorisés à prélever l’équivalent sur ses biens conservés à Aššur. Si le mandataire décédait en cours de contrat, les bailleurs de fonds se faisaient établir une évaluation officielle de ses biens, ces derniers étant réunis à Aššur sous scellés, et dressaient le bilan des transactions en cours. Les investissements dans des sociétés en commandites étaient comptabilisés à part. En fonction des calculs opérés, les créanciers, prioritaires, preuves à l’appui, récupéraient leurs investissements tout en abandonnant l’intérêt courant et d’éventuels bénéfices attendus. La famille héritait alors du reliquat une fois les dettes remboursées, ou pire, seulement du passif lorsque les emprunts excédaient le crédit.

  • 37 Il existe de nombreuses références à des prêts entre membres d’une même famille : père et fils, frè (...)

38Le commerce mis en place par les marchands assyriens entre Aššur et l’Asie Mineure reposait donc sur un vaste réseau de relations contractuelles et de représentations mutuelles, en partie imposé par la longueur des trajets effectués par les caravanes. Les créanciers investissaient de l’argent dans l’achat de marchandises transportées par un personnel spécialisé qui, arrivé à destination, les confiait à des agents responsables de leur vente. L’argent issu des négociations était, à son tour, remis à des transporteurs pour son acheminement sur Aššur, avant d’être réinvesti dans de nouvelles caravanes. Ce réseau de relations était en partie adossé aux structures familiales – basées à Aššur avec des antennes dans différentes localités anatoliennes –, familles à l’intérieur desquelles il n’y avait pas de fonds collectifs : la propriété était individuelle37.

39La ville d’Aššur était peuplée de nombreux marchands et entrepreneurs. Les bénéfices qu’ils réalisaient chaque année profitaient à l’ensemble de la population de la ville, à ses temples et à ses institutions gouvernementales, clairement impliquées dans les échanges commerciaux. À la variété des métiers commerciaux – banquiers, agents, transporteurs –, s’ajoutaient ceux qui avaient un lien plus ou moins direct avec les échanges à grande distance, comme les artisans du textile et du cuir (sacs et harnais), les éleveurs d’ânes, les messagers… Le roi d’Aššur, tout comme les autres notables de la ville, intervenait à titre privé dans le commerce.

  • 38 Cécile Michel, « Calculer chez les marchands assyriens du début du IIe millénaire av. J.-C. », site (...)

40Dans la pratique de leur métier, les marchands assyriens étaient amenés à produire divers types de documents – lettres, contrats, notices comptables – et devaient être capables de pratiquer toutes sortes de calculs pour mener à bien des opérations parfois complexes. Ils devaient connaître les systèmes de mesure en vigueur à Aššur et en Anatolie et réalisaient quotidiennement des conversions pour calculer le prix des marchandises38. Les calculs d’intérêts successifs sur les emprunts ou des bénéfices dans les associations commerciales nécessitaient la maîtrise des quatre opérations. L’abondance de textes, l’examen des formats des tablettes, des styles d’écriture, l’usage d’un syllabaire restreint pour écrire le dialecte vieil assyrien sont autant d’éléments qui laissent à penser que beaucoup d’Assyriens, sans avoir nécessairement suivi un cursus complet, étaient capables d’écrire leur propres documents. En effet, lors de leurs déplacements, ils ne disposaient pas toujours d’un scribe professionnel pour rédiger leur courrier ou enregistrer leurs transactions. Les quelques textes scolaires découverts à Kaniš – exercices de conversion et calcul de prix, listes métrologiques, listes de noms de métaux et pierres, de noms propres ou d’expressions courantes dans les lettres – témoignent d’une formation professionnelle tournée vers la comptabilité et parfaitement adaptée aux activités du marchand.

41Manuscrit remis le 7 décembre 2012

Haut de page

Notes

1 Ces archives couvrent pour l’essentiel la seconde moitié du règne de Sargon Ier, celui de Puzur-Aššur II et les quinze premières années du règne de Narām-Sîn. Cf. en dernier lieu, Gojko Barjamovic, Thomas Hertel et Mogens Trolle Larsen, Ups and downs at Kanesh. Chronology, History and Society in the Old Assyrian Period, Old Assyrian Archives, Studies 5, Publications de l’Institut Historique-Archéologique Néerlandais de Stamboul 120, Leyde, 2012.

2 Par commodité, la période documentée par ces archives est appelée « paléo-assyrienne ». Pour une bibliographie générale sur cette période, cf. Cécile Michel, Old Assyrian Bibliography of Cuneiform Texts, Bullae, Seals and the Results of the Excavations at Assur, Kültepe/Kanis, Acemhöyük, Alishar and Bogazköy, Old Assyrian Archives Studies 1, Publications de l’Institut historique-archéologique néerlandais de Stamboul, vol. XCVII, Leyde 2003 ; idem, “Old Assyrian Bibliography 1 (February 2003 – July 2006) », Archiv für Orientforschung 51, ­2006, p. 436-449.

3 Klaas R. Veenhof, “Archives of Old Assyrian Traders from karum Kanish”, dans M. Brosius (éd.), Ancient Archives and Archival Traditions. Concepts of Record-Keeping in the Ancient World, Oxford Studies in Ancient Documents, 2003, p. 78-123.

4 Cécile Michel, Correspondance des marchands de Kaniš au début du IIe millénaire avant J.-C., Littératures Anciennes du Proche-Orient 19, Paris, 2001.

5 Georg Eisser & Julius Lewy, “Die altassyrischen Rechtsurkunden vom Kültepe”, Mitteilungen der Vorderasiatisch Ägyptischen Gesellschaft 33 et 35/3, 1930/1935. Bruce L. Rosen, Studies in Old Assyrian Loan Contracts, Unpublished Diss. Brandeis University, University Microfilms International, Ann Arbor, 1977. Burkhart Kienast, Das altassyrische Kaufvertragsrecht, Freiburger altorientalische Studien. Beihefte : Altassyrische Texte und Untersuchungen 1, Fribourg, 1984. Cécile Michel, “Les litiges commerciaux paléo-assyriens”, in F. Joannès (éd.), Rendre la justice en Mésopotamie. Archives judiciaires du Proche-Orient ancien (IIIe-Ier millénaire avant J.-C.), Saint-Denis, 2000, p. 113-139. Cécile Michel, « Prêts paléo-assyriens », Droits Orientaux Cunéiformes,

http://ks353756.kimsufi.com/doc/mainPages/Manuel.php?part=II.+Pr%EAt&row=57, 2012.

6 Andrea Ulshofer, Die altassyrischen Privaturkunden, Freiburger altorientalische Studien. Beihefte : Altassyrische Texte und Untersuchungen, Freiburg, 1995.

7 Paul Garelli, Les Assyriens en Cappadoce, Bibliothèque archéologique et historique de l’Institut français d’archéologie d’Istanbul XIX, Paris, 1963. Mogens T. Larsen, Old Assyrian Caravan Procedures, Publications de l’Institut Historique-Archéologique Néerlandais de Stamboul 22, Istanbul, 1967. Klaas R. Veenhof , Aspects of Old Assyrian Trade and its Terminology, Studia et Documenta 10. Leiden, 1972. Cécile Michel 2001, op. cit note 4 chapitre 3. Jan Gerrit Dercksen, The Old Assyrian Institutions, MOS Studies 4, Publications de l’Institut Historique-Archéologique Néerlandais de Stamboul 98, Leyde, 2004.

8 Gerd Weisgerber & Jan Cierny, “Tin for Ancient Anatolia ?“, in Ü. Yalçın (éd.), Anatolian Metal II, Montanhistorische Zeitschrift DER ANSCHNITT, Beiheft 15, Bochum, 2002, p. 179-186. Jan Gerrit Dercksen, “Metals according to documents from Kültepe-Kanish dating to the Old Assyrian Colony Period”, in Ü. Yalcun (éd.), Anatolian Metal III. Der Anschnitt, Beiheft 18, Bochum, 2005, p. 17-34.

9 Cécile Michel, “Femmes et production textile à Aššur au début du IIe millénaire avant J.-C. ”, in A. Averbouh, P. Brun et alii (éd.), Spécialisation des tâches et sociétés, Techniques & culture 46, 2006, p. 281-297.

10 Cécile Michel 2001, op. cit,note 4, lettre n˚ 110.

11 Pour les prix des marchandises, cf. Paul Garelli 1963, op. cit.,note 7 p. 265-317 et Klaas R. Veenhof, “Prices and Trade. The Old Assyrian Evidence”, Altorientalische Forschungen 15, 1988, p. 243-263.

12 Klaas R. Veenhof 1972, op. cit. note 7, p. 45 et Jan Gerrit Dercksen 2004, op. cit. note 7, p. 255-285.

13 VS 26 155 : l. 39-41 : la valeur de la caravane d’Imdīlum s’élève à 410 talents et 11 mines d’étain.

14 Mogens T. Larsen 1967, op. cit. note 7, p. 9-14.

15 Mogens T. Larsen 1967, op. cit. note 7, p. 8.

16 Cécile Michel 2001, op. cit. note 4, texte n° 149.

17 Cécile Michel 2001, op. cit, note 4, texte n° 111.

18 sa’edum : taxe ou dépense en relation avec les étoffes exportées en Anatolie.

19 Mogens Trolle Larsen 1967, op. cit. note 7, p. 127-129. Lettre relative au coût du transport des marchandises entre Aššur et Kaniš.

20 Prag I 742 réunissait neuf propriétaires possédant ½ talent à 5 talents d’argent chacun. 

21 Cécile Michel, “ ‘Tu aimes trop l’argent et méprises ta vie’. Le commerce lucratif des Assyriens en Anatolie centrale”, in La richessa nel Vicino Oriente Antico, Atti del Convegno internazionale Milano 20 gennaio 2007, Centro Studi del Vicino Oriente, Milan, 2008, p. 37-62.

22 Sur les prêts, voir Bruce L. Rosen 1977, op. cit. note 5 ; Klaas R. Veenhof , “Silver and Credit in Old Assyrian Trade”, in J. G. Dercksen (éd.), Trade and finance in Ancient Mesopotamia, MOS Studies I, Leyde, 1999, p. 55-83 ; Cécile Michel, “Les femmes et les dettes : problèmes de responsabilité dans la Mésopotamie du IIe millénaire avant J.-C.”, Méditerranées 34-35, 2003, p. 13-36 (http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00708384) ; Cécile Michel 2012, op. cit. note 5.

23 Klaas R. Veenhof 1999, op. cit. note 22.

24 Kt c/k 430 = Izzet Esen, “Anadolu Medeniyetleri Müzesinde Bulunan Kültepe Tabletlerinden Örnekler”, Anadolu Medeniyetleri Müzesi Yıllığı 1990, Ankara, 1992, p. 120, 123. Enveloppe d’une créance.

25 Innāya tente de récupérer ses marchandises qu’il avait remises en prêt-qīptum à Ilšu-rabi, depuis décédé, cf. Cécile Michel, Innāya dans les tablettes paléo-assyriennes, Paris, 1991, p. 158-161.

26 TC 3, 232 = B.L. Rosen 1977, op. cit. note 5, p. 137 ; Klaas R. Veenhof, “ ‘Modern’ Features in Old Assyrian Trade”, Journal of the Economic and Social History of the Orient 40, 1997, p. 351-360. Cela est également possible lors d’investissement dans les sociétés en commandite. Le texte n° 104 publié par Eisser & Lewy 1930/1935 (op. cit. note 5) est un contrat de cession.

27 Cf. Joachim Hengstl, 1987, “Zum Kauf unter Rückkaufsvorbehalt in den altassyrischen Urkunden“ aus Kaniš, Zeitschrift für Assyriologie 77, p. 98-116 ; Burkhart Kienast, 1976, “Bemerkungen zum altassyrischen Pfandrecht”, Die Welt des Orients 8, p. 218-227 ; Burkhart Kienast 1984, op. cit. Note 5, p. 95-108 ; Cécile Michel 2003, op. cit. note 22 ; Klaas R. Veenhof, “The Old Assyrian Period”, in R. Westbrook & R. Jasnow (éd.), Security for debt in Ancient Near Eastern Law, 2001, p. 93-159 ; Cécile Michel 2012, op. cit. note 5.

28 Les prêts proposés par les Assyriens aux Anatoliens, avec un taux d’intérêt extrêmement élevé et une multiplication des garanties, eurent pour effet le surendettement de certains habitants de Kaniš. Les souverains locaux prirent alors des mesures de rémission des dettes, ces mesures ne s’appliquant que sur les dettes domestiques et ne concernant pas les dettes commerciales, cf. Kemal Balkan, “Cancellation of Debts in Cappadocian Tablets from Kültepe”, Anatolian Studies Presented to Hans Gustav Gütterbock on the Occasion of his 65th Birthday, Publications de l’Institut Historique-Archéologique Néerlandais de Stamboul 35, Istanbul, 1974, p. 29-42.

29 L’exemple le mieux documenté de ce type d’association est offert par les archives d’Innāya, fils d’Elālī, sans doute parce qu’elle se solde par un échec et génère de ce fait un certain nombre de procès-verbaux et autres textes judiciaires. Cécile Michel 1991, op. cit. note 25,, vol. 1, p. 173 – 182 et les textes correspondants dans le vol. 2.

30 Kt 94/k 131. Cécile Michel, “Hommes et femmes prêtent serment à l’époque paléo-assyrienne”, in S. Démare-Lafont (éd.), « Jurer et maudire». Pratiques politiques et usages juridiques du serment dans le Proche-Orient ancien, Méditerranées 10-11, 1997, p. 105-123. Verdict rendu par l’assemblée du comptoir commercial de Kaniš.

31 Jan Gerrit Dercksen, “On the Financing of Old Assyrian Merchants”, in J.G. Dercksen (éd), Trade and finance in Ancient Mesopotamia, MOS Studies 1, Leyde, 1999, p. 85-99.

32 Mogens Trolle Larsen, “Partnerships in the Old Assyrian Trade”, Iraq 39, 1977, p. 119-149 ; Klaas R. Veenhof 1997, op. cit. note 26 & K.R Veenhof 1999, op. cit. note 22.

33 Kayseri 313 = K. Hecker, “In nova…”, Archív Orientální 67, 1999, p. 557-565.

34 Prag I 573 = KKS : 79- 80.

35 CCT 4, 2a = Cécile Michel 2001, op. cit, note 4, texte n° 221 ; lettre expédiée par Aššur-idī à l’adresse d’Aššur-nādā, ainsi que la lettre Michel 2001 texte n° 222. Voir également Cécile Michel, “Le commerce privé des Assyriens en Anatolie modèle du commerce archaïque selon K. Polanyi », in Ph. Clancier, F. Joannès, P.Rouillard & A.Tenu (éd.), Autour de Polanyi, vocabulaires, théories et modalités des échanges, Colloques de la Maison René-Ginouvès 1, Paris, 2005, p. 121-133.

(http://halshs.archivesouvertes.fr/docs/00/35/17/90/PDF/Michel_2005_ColloquesMRG1.pdf).

Les archives de cette famille ont été éditées par Mogens Trolle Larsen, The Aššur-nādā Archive, Old Assyrian Archives 1, Publications de l’Institut Historique-Archéologique Néerlandais de Stamboul 96, Leyde, 2002.

36 TC 3 244 = Lubor Matouš “Der Streit um den Nachlass des Puzur-Aššur”, in H. G. Güterbock & T. Jacobsen (éd.), Studies in Honor of Benno Landsberger on his Seventy-Fith Birthday”, Assyriological Studies 16, Chicago, 1969, p. 156-180. Ajout de capitaux depuis Kaniš à deux sociétés en commandite à Aššur.

37 Il existe de nombreuses références à des prêts entre membres d’une même famille : père et fils, frères, voire mari et femme. Cf. Mogens Trolle Larsen, “Individual and Family in Old Assyrian Society, Journal of Cuneiform Studies 59, 2007, p. 93-106.

38 Cécile Michel, « Calculer chez les marchands assyriens du début du IIe millénaire av. J.-C. », site Internet CultureMaths (site expert ENS/DESCO)- Juin 2006.
(http://culturemath.ens.fr/nodeimages/images/Michel06.pdf).

Cf. aussi Cécile Michel, « Ecrire et compter chez les marchands assyriens du début du IIe millénaire av. J.-C. », in T. Tarhan, A. Tibet & E. Konyar (éd.), Muhibbe Darga Armağanı, Istanbul : Sadberk Hanım Müzesi, 2008, p. 345-364. (http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00443900/fr/).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Tablettes exhumées en 1993 dans la maison d’Alāhum et de son fils Aššur-taklāku
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/1437/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 2 : Lettre envoyée par Aššur-taklāku à son père Alāhum
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/1437/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 3 : Créance d’Alāhum
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/1437/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/1437/img-4.png
Fichier image/png, 1,3M
Légende Fig. 8 : Enveloppe de créance, la tablette est toujours à l’intérieur
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/1437/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 9 : Copie par K. Hecker (1999) du contrat fondateur d'une société en commandite
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/1437/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Michel, « La comptabilité des marchands assyriens de Kaniš
(XIXe siècle av. J.-C.)
 », Comptabilités [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 01 novembre 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/comptabilites/1437

Haut de page

Auteur

Cécile Michel

CNRS, ArScAn-HAROC, Maison Archéologie et Ethnologie, Nanterre
cecile.michel@mae.cnrs.fr
http://www.mae.u-paris10.fr/arscan/Cecile-MICHEL.html

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals