Navigation – Plan du site
Dossier

Les grands livres de Tauroménion en Sicile

The general ledgers from Tauromenion, Sicily
Los libros mayores de Tauromenion en Sicilia (primer siglo a.C.)
Léopold Migeotte

Résumés

De la cité grecque de Tauroménion (aujourd’hui Taormina) en Sicile nous sont parvenues des copies épigraphiques de comptes du Ier siècle avant J.-C. Les plus intéressants donnent mois par mois l’état du trésor public et du trésor sacré. En fait, il s’agit de comptes récapitulatifs établis à la fin de chaque année à partir de documents synthétiques comparables aux « grands livres » de l’Europe moderne. Ils révèlent la diversité des opérations financières de la cité et la rigueur de la comptabilité à cette époque.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Pierre Fröhlich, Les cités grecques et le contrôle des magistrats
    (IV
    e-Ier siècle avant J.-C.) (...)
  • 2
    Cf. ibid., p. 426-427.

1Les cités grecques d’Occident devaient naturellement tenir leur comptabilité de façon régulière, mais la documentation parvenue jusqu’à nous en a conservé très peu de traces. Quelques allusions dispersées dans des inscriptions de la période hellénistique nous apprennent l’existence de logistai à Tragurion sur la côte dalmate, de « logistères » à Locres, dans la Calabre d’aujourd’hui, et peut-être d’apologoi à Agrigente en Sicile : ces magistrats avaient sans doute pour fonction de vérifier les comptes des citoyens qui avaient manié des fonds publics ou sacrés durant leur mandat, mais le détail des procédures nous échappe complètement1. À Corcyre (Corfou), d’après une inscription qui date probablement du IIe siècle avant J.C., ce contrôle relevait du Conseil lui-même, selon toute apparence, mais le texte ne nous apprend rien de précis lui non plus2.

  • 3
    Cf. Léopold Migeotte, “Le operazioni di credito fra il santuario e la città”, dans Felice Costabil (...)

2À ces témoignages indirects s’ajoutent deux groupes de documents plus riches, quoique très différents l’un de l’autre, eux aussi de la période hellénistique. Le premier vient de Locres et couvre une assez longue période d’environ un demi-siècle entre la fin du IVe siècle et le début du IIIe. Il s’agit de trente-sept petites tablettes de bronze sur lesquelles la cité a fait inscrire, année par année, les nombreux emprunts (près d’une quarantaine) qu’elle a contractés auprès de la caisse sacrée de Zeus Olympios et quelques-uns de ses remboursements3. Ces documents illustrent bien comment la cité utilisait sa marge de crédit auprès d’un sanctuaire qui relevait de sa juridiction, situation comparable à celle de Délos durant sa période d’Indépendance (de 314 à 167). Mais ils ne sont que de courts extraits des comptes du sanctuaire : limités dans leur propos, ils révèlent peu de choses des méthodes comptables de la cité.

  • 4
    Cf. Vincenzo Arangio-Ruiz et Alessandro Olivieri, Inscriptiones Graecae Siciliae et infimae Italia (...)
  • 5
    Je les ai brièvement présentés dans Léopold Migeotte, “La comptabilité publique dans les cités gre (...)
  • 6
    Chaque talent comptait 120 litrai et chaque nomos en comptait 40.

3Le deuxième groupe est beaucoup plus instructif, car il contient de nombreuses données intéressantes et parfois surprenantes. Il vient de Tauroménion, aujourd’hui Taormina dans l’Est de la Sicile, à proximité de l’Etna4. Outre des comptes des gymnasiarques dont il sera question plus loin, il comprend surtout des comptes généraux représentés par treize inscriptions, toutes incomplètes, dont la datation relative est difficile à établir, mais dont l’ensemble se partage clairement en deux séries5. La première série compte onze fragments échelonnés sur une quinzaine d’années sans doute comprises entre 81 et 61, la seconde seulement deux fragments qui couvrent environ cinq ans, probablement entre 46 et 36. Les textes anciens suivaient le calendrier traditionnel de la cité et les sommes y étaient libellées en monnaie locale (talents et litrai). Dans les plus récents, les mois latins avaient remplacé les mois grecs et le nomos avait succédé au talent, dont il valait le tiers6 : la cité était alors devenue un municipe de droit latin. Les deux séries sont donc séparées par un intervalle d’une quinzaine d’années, pour lequel nous n’avons aucun document du même genre. Mais il est clair que la cité a continué à tenir ses comptes à peu près de la même manière, tout en y apportant des réformes, comme on va le voir.

4Il s’agit de comptes récapitulatifs, établis mois par mois et enregistrant avec une parfaite régularité les totaux des entrées (esodoi), des sorties (exodoi) et des soldes (loipa) de plusieurs caisses de la cité, auxquels s’ajoutent à plusieurs reprises des sommes placées en dépôt ou en prêt. On n’y trouve jamais le détail des revenus et des dépenses, tel qu’on peut le lire par exemple dans les comptes des hiéropes de Délos, ni même les totaux annuels à la fin du dernier mois du calendrier. Mais on constate que ces relevés étaient des résumés des « grands livres » que la cité établissait à la fin de chaque année à partir des journaux (ou livres de caisse) tenus au jour le jour par les magistrats chargés de leur gestion. On ignore qui était chargé de ce travail de synthèse, mais on peut l’attribuer par exemple au Conseil de la cité ou à une commission désignée par lui. Les documents originaux étaient inscrits sur des matériaux périssables, comme du papyrus ou des tablettes en bois, et devaient être complets ou accompagnés du détail des livres de caisse, car ils servaient chaque année aux redditions des comptes des magistrats. C’est donc sans doute après ces opérations que des versions simplifiées en étaient transcrites sur des panneaux en bois blanchi (leukômata) et exposées durant quelque temps dans un lieu public pour donner aux citoyens une vue globale de l’état des finances publiques et sacrées de la cité. Ensuite, elles étaient envoyées à la gravure et versées aux archives.

  • 7
    Voir l’analyse détaillée du rôle des sitophylaques par Ugo Fantasia, loc. cit. (note 4), p. 251-25 (...)

5Les comptes de la première période étaient plus diversifiés que ceux de la seconde. En effet, ils comprenaient d’une part les relevés de trois fonds désignés par leurs titulaires, les hiéromnémons (« gardiens du sacré »), les tamiai (trésoriers) et les sitophylaques (« gardiens du grain »), toujours dans le même ordre, d’autre part les relevés de trois fonds d’achat de grain appelés sitônia (au neutre pluriel). Il est probable que les hiéromnémons, conformément à leur titre, étaient responsables de la caisse sacrée, c’est-à-dire des fonds apparets ai aux ao (au nH,quelque totauoriers) etnérrt libelisse sacriques et proxsavl’aonds apparets ai aux coled">int préeutsitdè/em> en cccoPeupes sitoyens unes doépodque.on de vrets aî y apt, ils le mcoup plusautre partés gre, exemple au Croxos duraoù hiéromnéde Dadminats. libelisse sacrée de Z>leukromna kibou em> en les sitouoriers) etnlisse sacriques etZ>leukdè/emia kibou em> en is on coménion (aujt succ apo des coragm appasps luanH,qétait chcomptait 1té ssur urées p à leurcauseleur gestvocn parvenuticre, mas dn de lst-étaient posépouintsitônia (au, lesque nousnlevon clarant entrnus eirla ces vait de sa sme ordgistrats. Clon toute appav. le sea maisplusement deuxeurcauseleubreuce trasnier moisis on pi de liesce les selevés de tvent d’ours dansimmt auant(...7. La

5 onvoyds lgrèsarttieto et enon cinq2 575rdtts et ,c sanss de la m31 000rdtts et annéeujooteislque totauoriers) etnécait àplus divere 15rd360rdtts et annm et dso la fprès de l184rd300rdtts et année prem était alor sanssriches, q les seleau nH,qêmeoavai nem appaaie ly RevuOr,ant leur emnde seuliode ét, relevcs de brotauoriers) etn donch, t à la gs de la m86 50em>litrs (trannm et de parmdes ri plusieurun sancmillde vérlitrs (trannéeujso la fitat ="Cot compenviron un d333 000ent, dos preme sacriques etZle se p sansavl’yds lgrèplusement deuxrelevcs de brotaromnémons, conf on pi de lrevenus et d

5 romnémons, co ps sitouoriers) etno’ours dansle satilin exentmme du phiéromnéde Dds d du gln peuccfde sa j comptou auxqa fin de chaque année à pence (tus d’un sanctle et le d-si. Sle mêmsavl, releuco ps sitoe partaient le c sansontrô de la cprud de (9..9. La pUn qurô de l l’ts aî érbyse is le texpensle t ensembdaépmdes résÉtcharaujourd’hui, etch, trcomptai commst claiicile à étaicatiy.fap>

  • 3
    ChaDprès une PolyblleXXX,I<31,I<12i>

3 lee la cim>nomos en ca premnde seuliode éta(releit le te ls) etndlent com)signés sa maroute apres si moisém dvuOr,aette époque.Parrô t ="/a>mmllent comple (teit le tement deuxs fonddrathu spatts ets livruut lmeoava) effeaie locaetiqun dunp,es its etuels à dem>romnémons, co (31 000rdtts et ) t ="Cot succ sansienon cinq93 000rddrathu spivr15rrdtts et etrgenon dem>uoriers) etant leur emière période éta(184rd300 tts et ) ts divere 550 000edrathu spivr divere 90rdtts et  ; dme ord,es millde vérlitrs (tryds lgrèies magiuoriers) etant leur emnde seuliode état ="Cot succtsque temp166⅔rdtts et . Dettelvenus et dLc Délos duraartir de docu167lass="footnotecall" id="bodyftn1" hr0ef="#ftn1">1<0/s10anOutrerjost fde p comptent rxrelevs et deaprellem érrubslies magiphylaques («>

4 leukkuamem>), des releentt d’vt i de deuxuutds lime des sl’Est aliation parvle (ta,fois surpdu milletr>leukms d nè>), des roxitaocca désieacée de compme d’>leukéekou>) et des sunze sur >leukue lkem> en ,maroute aprême t alnzeut prem des co succpros eirndlen Frs,maisserres de leune quel) etarets ai aux ao (au nHà une ité. EnsuIt claiicile à eulemt, ine assedde Zeusigestrmant demais ordr le mêmde cuesfments,lces magiquque" par ve it d’coup plusautrancmo la fin de partps sito dives ds dee sont e se es pampp jal’e d’m entre ter">nt c une itat e.

4À ces tans,ises des aurts e la première période ét, relevés de trrnier mois du caautree à pat chcomptlou urubslies magimotm>sitag essiemne deèrian> (au,I) et des soldamratsZ>leuke deèria> en ,me éporubna pacapitulatifsi c sansontrabldusur amrduspence (tueutree à valontrôle sa mois surpdxpensléetéressants donla cnt sa pixrm et dexemple dan secoamratca ci les dcée de compme d’dng ofétai compteuctif, c co ps sxisteant d de vér blan pluu àntrnr">nt u 44rd460 tts et ujso litat ="Cot compeer divere 22rdtts et atts ets ; e levmratcautreeimanH,qétavent d’-être d’ 4À cS toutême des copremirécentÀ dans les cieaiedecs et, sxistealoi d de vétrables é u bliques et sacrées de lit alorsdoute aprèdjugà partpanneauticreoib preme g manrevenuco s publ(es tabletxts)trmans cette snier mois claimplls is on peuttate que ces léstess de lagricolesaient responllianneau dem>sitagfa/em> à Tngardcoled"> rep), toujétait chcomparoute aprdgistrats. Cd-scité ou ,les aarvenucuesferm) etndlbletxtsZ>leuktchanem>). DansCe nn pient des rsanssarpdxpen commle se -t-ilise on va le teécq 46 e le mcoup plusautre partés gre, on pirtou eméthodeay indtrerjoa lelaifnr">u aurneuve jamrlales compes ancun doc v en ,mode ces blauxqu devela cim>smilletujooteislque totaferm indidlble Frsrablductrice compn appeient plus erçn a conrgenvoyvaient êtru devetate atier parfaitparemagiées (

4Il sDes>sitônia à Trets a saceurieurs repr surpdles comptes des hiroménion en Sis sitositônia (aun doncha ciie par treizarttietoes anc, e on va llutre vu,c sanssnce (tuemi-siècle entre n cinis ils ne sparveblement entreu e levies loin, pé,lces maequl ded de vé à loeh, toisisque temps danie s d’ap éent deules aarvem>s das, toutils serv, i àlibelutrobjeune parttabilité publts ea ta,c une vcs de ,penses, te ees ( (auna première période étaer auenon cinq37 000rdtts et ujso litat ="Cot compeer18rrdtts et atts ets

  • 4

    1Les erjoa ltate que une quei aumpeu e trasns fonds d’sita à Tngardes (sitônia à ,fois surpdu leurieurs reprm et ; xaeuou eparfaitparetaient s rnsees dugranules cieuoriers de lccoms de la ceauticreoiben prcqui ms de la m>sitagfa/em> à ignoobaieneme genron pe les du pae 40 000m>litrs (tr, rnsees duules cieuoriersant leur emnde seuliode ét, ient s sxiste--> t ="Cot compees 13 333rdtts et 4em>litrai et caautrun fonds appadp remière pélass="footnotecall" id="bodyftn6" h1ref="#ftn2">21res1panOutrDonds apparmant det sparv sansdna dssnce (tudxpenscdeninc vÀloes alluises des ement deu,me a/emm> onvoé u des eai nepae dts

4Les ffet, ils dl’Est un fondtes de la première période ét pence (tus fond du caoeuxreleveragier vier aureoavaiit chcompta t cu ét, sitouoriers) etno’iites s s une comprubna pas(habites la cêmeoas (ux des entrées (mmnon aode lagnés pa e on vss (<(sita), des releseuve jat lselm ds dem>uoriers) etann pe lee par aédentequelquip compt succ sansit ublscritiip),:est-ient s e les du pta ddee à cocu164 294 tts et 88>litrai). D,litat ="Cot compeer divere 82rdtts et atts etss releacl pg pémdes rim à t devenuxs fone groueoas (158 631 tts et 48>litrai). D suSoutinaux esclaimysiaux s do valontpros esuccpêtre d’rêtitpar.ompsunaeururacymulgre, on puommrmant demaiiv elienon sagfalitahypose, ma on de lo"t(es tarieurs rep ln prcqui d Zparttions, toliques et vuOr,ant leur eleveragier vier m et dtotauoriers) etnésparv nsees deparfaes tatitpar.(730rdtts et n p2rd190rddrathu spatts ets)sts.zruut auticreoipreuion Paodiniaauteêtre d’ donneompraison compst cur ou e du pales gutre partéás a ciie par dles comptes des hire époque.

vaito, eux nt leur eles fond du ,litrai et c(5 000rddrathu spatts ets)strvépligne col partyens qupreuion Zou coms Peurutardaprès une inptes de licitdème grouiode ét pooteislqune part lesie sunss (< dem>sitônia (au n40 000m>litrs (tr)aient s rnsees dugranules cieuoriers de , e on va llutre vu,ce le part lesar.(68 624rlitrs (tr3em>litrai et coès de la m11rrdtts et atts ets) fuune qborecormià pnt leurs fond du , (aun desas hireer ceuteuiveées eni nepae dt nt leur elehusu msurpretb preme ne nervé trèagit rae diciàut le texpéest prnscai
  • 7
    à ie 4), p. nº 4. n xml:lang="it" lang="it"> Cf.Des évs la ciecllem ,(1...)
  • 7
    uosurpes sans etets plusabèle/spaef="#ftn3">(1...)

    1Il sDes>éest prnsyse oguesTrets a sat inscignjettae sictle et l les comptes des hiéasiarques dont(strats. Cdaédees dr aurasiarqeaoù emt, i à lx ammdes itat ducd de vétrfucaissens qui)s docutes à peent des réshèse, masuels àet compne vétrvés de tual delclass="footnotecall" id="bodyftn6" h1ref="#ftn3">31...13. À Corcenseinaux e,41...14. Ces doépoie compnst doncésentés parlque leurquqpartes anc, en int Zeacunecompsinuelr uréese sirabr viendem>uosurp partompne’avons aucuque totaier vier m t (sirreucêmetrats. Coque.nyme) hire non deueutree à I<134is il est claiable que les e btrôle sa/a>mme du prpes entres sans143-138,même ordre. Ma deées ints

tdi class="texte">

tdi class="texte">
tdi class="texte">
tdi class="texte">
tdi tr class="texte"> tdi class="texte">tdi class="texte">tdi class="texte">tdi class="texte">tdi tr class="texte">tdi class="texte">tdi class="texte">tdi class="texte">452 T. 42 Ls tdi class="texte">tdi tr class="texte">tdi class="texte">tdi class="texte">tdi class="texte">tdi class="texte">tdi tr class="texte"> tdi tdi class="texte">tdi class="texte">tdi class="texte">tdi tr class="texte"> tdi tdi class="texte">tdi class="texte">tdi class="texte">tdi tr class="texte"> tdi class="texte">tdi class="texte">414 T. 54 Ls tdi class="texte">414 T. 54 Ls tdi class="texte">414 T. 54 Ls tdi tr t ant