Navigation – Plan du site
Articles

Le savoir-faire comptable des receveurs du comté de Bourgogne au XVe siècle : fiabilité des chiffres et des opérations

Accountant expertise in the County of Burgundy in the fifteenth century : reliability numbers and operations
El saber contable práctico de los receptores del condado de Borgoña en el siglo XV : fiabilidad de las cifras y operaciones
Das Fachwissen der Geldeintreiber der Grafschaft Burgund im 15. Jahrhundert : die Zuverlässigkeit der Zahlen und der Arbeitsschritte
Sylvie Bepoix

Résumés

S’interroger sur la fiabilité des chiffres et opérations des comptables comtois au XVe siècle amène à constater les difficultés auxquelles sont confrontés les calculateurs. Les données qu’ils manipulent se révèlent extrêmement diverses. Ils effectuent avec celles-ci une majorité de calculs simples mais, de façon certes marginale, des opérations complexes apparaissent qui mettent en évidence des difficultés de calcul. Il apparaît aussi qu’un nombre important de personnes intervient et la responsabilité de la justesse du calcul s’en trouve diluée. Au bout du compte, au moment de la vérification de la Chambre, il apparaît que la fiabilité des calculs n’est pas remise en cause par les instances de contrôle pour qui l’essentiel réside en la justification par le texte plus que par les chiffres.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dép. Haute-Saône, arr. Lure.
  • 2 Dép. Jura, arr. Dôle
  • 3 Dép. Jura, arr. Lons-le-Saunier.
  • 4 Dép. Jura, arr. Lons-le-Saunier

1Pour vérifier la fiabilité des comptables comtois, plutôt qu’étudier une même châtellenie dans sa dimension chronologique, nous avons choisi de nous appuyer sur plusieurs circonscriptions administratives du comté de Bourgogne : bailliage d’Amont, bailliage d’Aval, en ajoutant des entités intermédiaires comme la seigneurie de Faucogney1 ainsi que les cellules de base, les châtellenies, en étudiant celles de Saint-Aubin2, Saint-Julien3 et Bracon4. Une telle investigation ne nécessite pas un vaste champ chronologique. En effet, méthode et fonctionnement connaissant une importante pérennité aux XIVe et XVe siècles, l’étude porte principalement sur des sources du début du XVe siècle, même si parfois nous nous référons à des comptes plus tardifs.

  • 5 Mattéoni Olivier, Servir le prince, les officiers du duc de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-152 (...)
  • 6 Gresser Pierre, La Franche-Comté au temps de la guerre de 100 ans, Besançon, 1989, p. 203-208.
  • 7 Schärlig Alain, Compter avec des jetons. Tables à calculer et tables de compte du Moyen Âge à la Ré (...)
  • 8 Comme le remarque Alain Schärlig, Compter avec des jetons, op. cit., p.14.
  • 9 Favier Jean, De l’or et des épices, naissance de l’homme d’affaire au Moyen Âge, Paris, 1987, p. 31 (...)

2Cette présentation ne tend pas à une approche exhaustive jugeant de façon définitive le nombre d’erreurs comparé à la justesse des comptes. L’intention est plutôt de constater les difficultés auxquelles se trouvent confrontés les calculateurs. Il existe plusieurs travaux sur les officiers de différents pouvoirs5 et les officiers comptables du comté de Bourgogne ont été étudiés6. La façon de calculer à l’époque ainsi que le problème de l’utilisation des chiffres romains ont également bénéficié de plusieurs travaux7. Cependant, l’officier en train de calculer a très peu fait l’objet d’études spécifiques8. On trouve plutôt mentionnée la notion de justesse des calculs pour les marchands, certifiant d’ailleurs la haute fiabilité des résultats9, mais ce sont des marchands.

3Cependant, cela ne s’avère pas simple d’émettre un avis péremptoire sur la fiabilité des officiers comptables comtois ou son absence. La première difficulté à laquelle ils doivent se confronter porte sur la diversité des données à manipuler, que celles-ci soient en argent ou en nature. On constate cependant une majorité de calculs simples effectués avec ces données : principalement des additions et des multiplications. Marginalement existent pourtant des calculs réellement complexes mettant en évidence certaines difficultés propres à la période. Mais finalement, qui effectue ces calculs ? Il apparaît une dilution de la responsabilité de la justesse du calcul entre un nombre important de ce que l’on pourrait qualifier des « officiers inférieurs ». Et dès lors, qui contrôle et comment ? Car les erreurs existent, nous en avons trouvées.

1 – Les données de base utilisées : des données complexes

1.1 – Le comté de Bourgogne : un carrefour. Multiplicité des monnaies employées

  • 10 Ces équivalences sont bien connues : 1 livre = 20 sous = 240 deniers, ajoutons, 1 obole = ½ denier (...)
  • 11 Louis le Pieux, en 825, décréta que l’on frapperait désormais 240 pièces pour une livre de poids d’ (...)
  • 12 Fournial étienne, Histoire monétaire de l’occident médiéval, Paris 1970, p. 140-147. L’auteur disti (...)

4La monnaie constitue la première donnée de base. Les comptables utilisent une monnaie de compte permettant d’unifier plus facilement les calculs10. Le système de compte, issu des frappes de deniers d’argent à l’époque carolingienne11 reste l’échelle idéale ; on y raccroche donc de façon systématique les espèces réelles qui se révèlent multiples en raison du nombre d’ateliers monétaires. On s’explique alors l’instauration de systèmes de compte12 permettant de comptabiliser les différentes espèces d’or, d’argent et de deniers noirs de monnaie d’appoint. Il devient alors nécessaire de savoir dans quel système de compte s’effectuent les calculs, c’est-à-dire avec quelle valeur de la monnaie réelle.

Fig. 1 – La diversité des données et valeurs monétaires dans le comté de Bourgogne au début du XVe siècle.

Fig. 1 – La diversité des données et valeurs monétaires dans le comté de Bourgogne au début du XVe siècle.
  • 13 Pour en voir une illustration en Normandie pendant la crise de 1420-1422, consulter Lardin Philippe (...)

5Cette traduction dans les comptabilités se révèle primordiale en période de crise, expliquant aussi les mentions de monnaie plus ou moins fortes avec les valeurs afférentes13. En effet, à partir du XIVe siècle, les fréquentes mutations que connaissent les deniers amènent les notions de deniers « forts », « faibles » ou « affaiblis », variations rendant malaisée la tenue des comptabilités.

  • 14 Fohlen Claude dir, Histoire de Besançon, t. 1 : Des origines à la fin du XVIe siècle, Besançon, 196 (...)
  • 15 Dép. Haute-Saône, arr. Vesoul.
  • 16 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, compte Erart du Four, 1404-1405, f° 20.
  • 17 Aucune pièce nommée franc n’a jamais été en circulation. Belaubre Jean, Dictionnaire de numismatiqu (...)
  • 18 Gresser Pierre, La Franche-Comté…, op. cit., p. 176-178.
  • 19 Belaubre Jean, Dictionnaire de numismatique…, op. cit., p. 56

6La position du comté de Bourgogne, carrefour géographique proche du royaume de France, de l’Empire, des comtés suisses, du comté de Savoie voisin de l’Italie, entraîne la présence dans les comptabilités domaniales d’une multitude d’espèces monétaires. Mais tout d’abord, il existe une monnaie comtoise : l’estevenant. L’archevêque de Besançon, seigneur régalien, a conservé le droit de frappe monétaire14, ce qui explique l’existence très localisée de l’estevenant. On l’utilise de façon systématique en comté et la grande majorité des montants récoltés sont transcrits dans la monnaie locale. Un exemple observé dans le registre du bailliage d’Amont résulte d’une mainmise comtale : la terre de Cemboing15 intègre alors le domaine. Or, les habitants, en 1404 au nombre de 19, y rachètent une corvée de bras fixée à trois corvées par an. La somme réclamée, établie en francs, se monte à 6 engrognes par corvée. Pourtant le receveur reporte un total de 35 sous 7 deniers, privilégiant ainsi la livre estevenante16. On perçoit toutefois la concurrence que lui opposent la livre tournois ainsi que le franc. L’utilisation en comté de la livre tournois et du franc17, devenus synonymes dans les livres de compte, découle évidemment de son intégration au domaine du duc de Bourgogne18. En effet, les gens des comptes utilisent systématiquement ces deux monnaies lors du contrôle par la Chambre, nous y reviendrons. Le système florin-gros apparaît également très régulièrement. émis à Florence à partir de 1253, le succès du florin est immédiat. Il se répand dans toute l’Europe, imité dans de nombreux pays dans des conditions d’émissions variables19.

  • 20 Bépoix Sylvie, Le comté de Bourgogne au temps de Jean sans Peur (1404-1419), administration et gest (...)
  • 21 Dép. Ain, arr. Nantua.
  • 22 Bépoix Sylvie, Le comté de Bourgogne…, op. cit., p. 410-413.
  • 23 Favier Jean, De l’or et des épices…, op. cit., p. 181.

7Les annexions participent fortement à la diversité monétaire dans le domaine. Le comte a récupéré en 1403 de petites châtellenies très excentrées en direction du sud20 : Montréal-en-Montagne, Arbent et Matafélon21 appartenant à l’origine au seigneur de Thoire et Villars. On y comptabilise des florins, des livres viennois et des livres genevois. Or ces châtellenies, intégrées aux comptes du bailliage d’Aval, contraignent son trésorier à manipuler ces données. Il existe également le cas, moins extrême dans sa diversité monétaire, de Saint-Aubin, confisqué au comte de Chalon-Auxerre par arrêt du Parlement22. Les comptes de la châtellenie restés séparés n’ont pas été intégrés au registre comptable du bailliage d’Aval, contrairement aux précédentes. Ici, le florin est principalement utilisé, simplifiant le degré de maîtrise nécessaire. Cette monnaie représente longtemps la référence la plus sûre aux yeux de tous, justifiant peut-être son maintien23.

  • 24 Fournial étienne, Histoire monétaire…, op. cit., p. 97-139.
  • 25 Citons seulement cet exemple extrait de Favier Jean, De l’or et des épices…, op. cit., p. 166. L’éc (...)
  • 26 Fournial étienne, Histoire monétaire…, op. cit., p.175. Soit le prince dévalue une monnaie existant (...)
  • 27 Ibid., p 95.
  • 28 Ibid., p. 95.

8La multiplicité des monnaies employées oblige receveurs et trésoriers à connaître les taux de change et peut-être savoir les pratiquer sur des sommes parfois complexes. Les comptes contiennent alors les équivalences, car il importe de connaître les espèces en circulation. Mais à la multiplicité des monnaies s’ajoutent les variations de leur valeur déjà évoquées24. Le changement de la valeur par rapport à l’unité de compte est tributaire de la quantité de métal fin contenu dans la monnaie25. Sans entrer dans le détail de tous les affaiblissements monétaires, soulignons que le gouvernement se voit contraint de procéder à des dévaluations chaque fois que le prix des métaux augmente trop par rapport au coût de la frappe26. Mais si les cours viennent à diminuer, le roi s’empresse de revenir à une bonne monnaie. Les mutations correspondent à l’adaptation du cours légal de la monnaie au cours commercial des métaux précieux27. évidemment, les crises aux XIVe et XVe siècles ont eu des répercussions sur la valeur des métaux précieux mais s’est ajouté à ce moment-là le besoin de ressources pour les princes. On peut distinguer deux périodes connaissant la même évolution. En 1337 s’ouvre une crise aigue, de moindre durée, qui s’achève par une phase de stabilité en 1417. La période de 1417 à 1514 subit exactement le même schéma. étienne Fournial évoque pour la période de 1417 à 1422, période de la crise donc, une anarchie monétaire28.

Fig. 2 – Un exemple des différentes monnaies utilisées (Archives départementales de Côte d’Or

Fig. 2 – Un exemple des différentes monnaies utilisées (Archives départementales de Côte d’Or

(www.archives.cotedor.fr), B 5895, f° 28, réutilisation soumise à conditions).

  • 29 Dép. Doubs, arr. Pontarlier.
  • 30 Donc à 17 sous 6 deniers le franc, Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 3.
  • 31 Voir Bépoix Sylvie et Couvel Fabienne, « Rendre bon compte en Bourgogne à la fin du Moyen Âge : le (...)
  • 32 Bompaire Marc, « Un livre de changeur languedocien au milieu du XIVe siècle », Revue numismatique, (...)
  • 33 Bompaire Marc, « évaluer les monnaies à la fin du Moyen Âge, une information imparfaite et inégale  (...)

9Les variations résultent donc de l’action princière et permettent d’éviter une paralysie économique découlant d’une disette monétaire. Elles doivent être connues et indiquées dans le registre, établissant le système de compte choisi. On remarque ainsi en comté l’existence de deux valeurs de l’estevenant : au nord, dans le bailliage d’Amont, elle correspond invariablement à 18 sous le franc, tandis qu’au sud prédomine une valeur plus forte de 17 sous 6 deniers le franc. Les receveurs doivent donc constamment veiller à indiquer de quelle valeur il s’agit pour une même référence monétaire : l’estevenant. Par exemple, en 1405, lorsque le trésorier du bailliage d’Aval relève la redevance des nouveaux bourgeois habitants Orchamps-Vennes29 se montant à 22 sous, le comptable précise : « à la monnaie que dessus valent 21 sous 4 deniers 2/3 de deniers »30. On retrouve une situation similaire pour le florin : il peut correspondre à une valeur de 15 sous tournois ou de 20 sous tournois. Le comptable rédigeant les comptes doit donc se montrer extrêmement vigilant face à toutes ces données. Nous avons déjà évoqué dans de précédentes études sur les comptabilités l’importance de la copie31. Mais cela prend ici une dimension encore différente amenant à s’interroger sur le mode de transmission des taux de change. Comment les comptables répercutent-ils les variations : sont-ils suffisamment au courant de l’évolution des valeurs monétaires et des taux de change, les modifiant dès qu’intervient une transformation ? Ou bien recourent-ils aux indications fournies par des professionnels comme les changeurs ? On connaît pour eux la pratique du livre du changeur : les informations qu’il contient étant tirées des criées des ordonnances royales ainsi que des renseignements issus des ateliers monétaires32. Il n’en demeure pas moins que l’accès aux informations monétaires apparaît particulièrement difficile33.

  • 34 Voir Bépoix Sylvie, « Saint-Aubin au XVe siècle, la gestion d’une châtellenie au cours d’une périod (...)
  • 35 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 5895.
  • 36 La valeur réelle du florin ayant donc vraisemblablement faibli par rapport au franc, monnaie de com (...)
  • 37 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 5895, f° 4. Il est précisé dans la marge : si la somme payée pour chaque (...)
  • 38 Ibid., f° 12. Voir la figure n° 2 qui reprend la somme totale du compte de Saint-Aubin de 1408-1409

10Un autre cas de gestion particulière de variations monétaires concerne la châtellenie de Saint-Aubin. Son histoire très complexe explique sans doute l’absence de volonté d’unification, de normalisation de sa comptabilité34. Dans le compte de 1408-140935, le receveur change en florin chaque somme récupérée dans le village de Saint-Aubin puis il ajoute l’essor de la monnaie qu’il compte à 6 francs équivalant 1 florin36. Les variations monétaires obligent le receveur à rajouter systématiquement la différence de valeur. Dans un autre village de la même châtellenie, Saint-Loup, les recettes de deniers non muables sont à la valeur de 17 sous 6 deniers pour 1 franc mais en précisant : « et celle monte moins que l’on doit compter 1 franc pour 3 blancs du roi »37. Ajoutons que les autres villages de la châtellenie, Aumur et Hotelans, ont encore des données différentes38.

Fig. 3 – Le cas du rajout de l’essor de la monnaie dans la châtellenie de Saint-Aubin

Fig. 3 – Le cas du rajout de l’essor de la monnaie dans la châtellenie de Saint-Aubin

(Archives départementales de Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), B 5895, f°1, réutilisation soumise à conditions).

  • 39 Qui provient peut-être de la lenteur à répercuter les variations, voir Lardin Philippe, « Monnaie d (...)
  • 40 L’instabilité monétaire des XIVe et XVe siècles amène à établir l’usage d’indexer les valeurs sur l (...)

11Ce cas extrême apparaît cependant marginal. Il n’empêche que les comptables comtois doivent détenir une nécessaire maîtrise des monnaies, des taux de change et de leurs variations. Il est d’ailleurs aujourd’hui difficile d’appréhender cette idée de la multiplicité des valeurs d’une même monnaie circulant au même moment39. Dans quel contexte et selon quelles modalités les comptables mettent-ils en place les variations monétaires ? Il est finalement très difficile de répondre à cette question40.

12Moins spécifique à la Comté, la diversité des mesures est évidemment présente également.

1.2 – L’invraisemblable diversité des mesures

  • 41 Hocquet Jean-Claude, « Le médiéviste et la métrologie historique » dans Garnier Bernard, Hocquet Je (...)
  • 42 Dép. Haute-Saône, arr. Vesoul.
  • 43 Dép. Doubs, arr. Besançon.
  • 44 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 1541, f° 138, bailliage d’Aval. Rochefort-sur-Nenon, dép. Jura, arr. Dol (...)
  • 45 Ibid, f° 140. Montmirey-le-Château, dép. Jura, arr. Dole.
  • 46 Pour le détail consulter Fourcault Nicolas, Évaluation des poids et des mesures de la province de F (...)
  • 47 Dép. Doubs, arr. Besançon.
  • 48 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 1541, f° 148.
  • 49 Dép. Doubs, arr. Pontarlier.
  • 50 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 1541, f° 150.
  • 51 Hocquet Jean-Claude, « Le médiéviste… », op. cit., p. 10.

13Chacun connaît l’extrême diversité des mesures utilisées jusqu’à l’uniformisation post-révolutionnaire. On trouve évoquée parfois l’analogie avec un puzzle : les mesures variant d’un lieu à l’autre et même quelquefois dans un même lieu41. Il s’agit de mesures de capacité pour les céréales ou le vin, de mesures de poids pour la cire. Chaque châtellenie détient les siennes propres systématiquement déclinées dans les comptes (voir figure 4), par exemple mesure de Jussey42 ou mesure de Châtillon43. En règle générale, elles ne s’additionnent pas. Les céréales, recettes en nature les plus présentes, donnent lieu à d’importantes énumérations. Les receveurs sont également tenus de connaître ou tout au moins de recopier les déclinaisons des mesures. Par exemple, dans la châtellenie de Rochefort44, le bichot de froment fait 6 mines et la mine 4 quarterons. Tandis qu’à Montmirey45, le quartal vaut 4 quarterons et le quarteron 12 mines. Ces deux aperçus suffisent à démontrer la diversité car il serait fastidieux de donner toutes les mesures existant dans le domaine comtal46. Il arrive malgré tout que certaines mesures soient équivalentes, l’indication en est systématiquement reportée même si elle n’entraîne pas obligatoirement l’addition des données. Les équivalences ne peuvent être appliquées à d’autres marchandises que celles pour lesquelles elles ont été établies. Le compte de cire d’Ornans47 précise que le poids y équivaut à celui de Dijon48 tandis qu’à Pontarlier49, le compte indique un poids plus fort que celui de Dijon de 4 livres pour cent50. Dans ce cas, de fortes présomptions concourent à une précision signifiant l’utilisation d’autres livres à la pesée d’autres denrées51, un même mot pour une réalité différente obligeant à ces énumérations.

Fig. 4 – La diversité des mesures : le cas des céréales dans le bailliage d’Amont

Fig. 4 – La diversité des mesures : le cas des céréales dans le bailliage d’Amont

(Archives départementales du Doubs, 1B101, f° 60v).

  • 52 Ibid, p. 16.

14Toutes ces indications se révèlent obligatoires pour la vérification finale réalisée par la Chambre des comptes mais ne nécessitent pas réellement un savoir-faire ou des connaissances élaborées puisque les mesures et leurs équivalences recopiées sont immuables. Des instruments étalons construits en matériau durable (métal ou pierre) empêchent toute contestation52. Mais à nos yeux, cette absence de normalisation complique évidemment la tâche des comptables et demande encore une fois de leur part une attention soutenue.

  • 53 Des manuels à l’usage des marchands contiennent des informations sur les poids et les mesures, mais (...)

15Ces savoirs nécessaires à l’élaboration des registres comptables s’acquièrent très vraisemblablement par la pratique car il n’existe aucune formation spécifique53 : la manipulation des données résulte d’un savoir-faire d’origine empirique. On peut pourtant s’interroger sur leur mise à jour, principalement concernant les données monétaires. Cependant, il s’agit là de données brutes ; la phase suivante consiste à les utiliser dans le cadre de calculs qui se révèlent dans leur grande majorité faiblement complexes.

2 – Les types de calcul rencontrés : des calculs simples majoritaires et des calculs complexes plus marginaux

2.1 – Des calculs relativement simples : additions et multiplications

16Avant même de s’attacher à présenter les calculs opérés par les receveurs, il faut souligner le nombre élevé de simples reports de montants ne nécessitant aucune opération. Toutes les redevances nominales correspondent à ce type de cas, qu’il s’agisse de cens, de taille ou d’autres redevances plus marginales.

Fig. 5 – Un exemple de redevances nominales : les prélèvements de cire dans le bailliage d’Amont

Fig. 5 – Un exemple de redevances nominales : les prélèvements de cire dans le bailliage d’Amont

(Archives départementales du Doubs, 1B101, f° 64r).

17Il faut y ajouter toutes les amodiations. La vente par adjudication, quelle que soit son origine : prévôté, moulin, four, pêcherie, prés, etc., n’entraîne également qu’un simple report de montant ne réclamant aucun savoir-faire mathématique. On retrouve la même configuration dans les dépenses où nombre d’entre elles ne changent jamais : les aumônes, les pensions, les fiefs-rentes, etc. Nominales, elles ne nécessitent aucun calcul. Les versements aux receveurs généraux de Bourgogne ne demandent pas non plus la maîtrise d’une quelconque technique opératoire.

  • 54 Montjustin-et-Velotte, dép. Haute-Saône, arr. Vesoul.
  • 55 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, bailliage d’Amont, 1404-1405, f° 7.
  • 56 Châtillon-le-Duc, dép. Doubs, arr. Besançon.
  • 57 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, bailliage d’Amont, 1404-1405, f° 16.
  • 58 Dép. Haute-Saône, arr. Vesoul.
  • 59 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, bailliage d’Amont, 1404-1405, f° 25.

18Cependant, lorsqu’il y a des calculs, les plus nombreux se composent essentiellement d’additions et de multiplications. Les additions seules portent principalement sur des sommes de cens ou de tailles de villages qui représentent une part importante des comptes. Ainsi, les habitants francs de Louhans dans la châtellenie de Montjustin54 versent un cens résultant de l’addition de l’ensemble des cens individuels55. Autre cas ne nécessitant que de simples additions : les amendes de justice. La « gardienneté de Besançon » comptabilisée dans la châtellenie de Châtillon56 au bailliage d’Amont ne reporte qu’une somme provenant de l’addition de toutes les amendes57. Les recettes de la gruerie sont dans le même cas : les amendes des bois de Jussey58 n’étant pas amodiées, le montant reporté provient aussi de l’addition de l’ensemble des amendes59.

  • 60 Chargey-lès-Gray, dép. Haute-Saône, arr. Vesoul.
  • 61 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, bailliage d’Amont, 1404-1405, f° 2.
  • 62 Ibid., f° 27.
  • 63 Ibid., f° 27, 2 bichots sont vendus donc pour un gain de 6 francs.
  • 64 Dép. Jura, arr. Lons-le-Saunier.
  • 65 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 1541, 1405, f° 16.

19Les multiplications seules apparaissent également fréquentes, concernant des montants en argent comme en nature. Dans le nord du comté, les habitants de Chargey60 doivent 12 deniers par feu pour la garde qu’ils ont eux-mêmes réclamée au comte de Bourgogne. Le village comptant 16 feux, « valent et monstrent les parties, XVI sous estevenant »61. Toutes les redevances par feu débouchent sur ce genre d’opérations, aussi retrouvé fréquemment pour la vente des produits en nature. Dans le bailliage d’Amont, la coutume veut que les gélines soient vendues à ceux qui les doivent au tarif de 6 deniers la pièce. En 1405, 132 gélines vendues génèrent une recette de 66 sous estevenants62. Ou encore, la même année, le blé mouturé de Montjustin se vend au plus offrant au tarif de 3 francs le bichot ou 6 blancs par quarte63. Enfin, la multiplication simple se retrouve également dans le cadre d’activités spécifiques, comme la comptabilisation des travaux effectués dans le domaine. Lorsqu’il ne s’agit pas d’un travail à la tâche ne nécessitant aucun calcul, la dépense résulte en général d’un montant fixé à la journée et il faut donc multiplier le tarif établi par le nombre de jours travaillés. Autre exemple, cette fois dans le bailliage d’Aval : à Poligny64 existe le quatorzième des vins s’élevant à 14 deniers par muid récolté. Le compte de 1405 reporte la redevance issue des vendanges de 1404. La multiplication se révèle plus complexe en raison des montants élevés : 1 460 muids récoltés en 1404 montent la redevance, nous dit le registre, à 95 livres 12 sous 9 deniers65. Pourtant, en effectuant le calcul, on obtient 85 livres 3 sous 4 deniers, dévoilant une erreur relativement importante.

  • 66 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, f° 7.
  • 67 Arch. Dép. de Côte d’Or, B5895, compte de Saint-Aubin, 1408-1409, f° 19-23.
  • 68 Dép. Doubs, arr. Besançon.
  • 69 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 1541, 1405, f° 32.

20Tout en restant dans ces types de calculs relativement simples, il peut exister quelques variantes. La multiplication se conjugue parfois avec une soustraction mais ne présentant pas d’importantes difficultés. Dans le bailliage d’Amont, le cens des habitants d’Aynans, village de la châtellenie de Montjustin, s’élève à 5 sous par feu pour 23 feux. Cependant, ici, il faut soustraire 5 sous « pour le maire qui ne paie néant »66. Multiplications et additions peuvent aussi se conjuguer comme dans le village d’Hotelans dans la châtellenie de Saint-Aubin où la recette d’argent de cens pèse à la fois sur les maisons : 5 sous par frète, et aussi sur la terre : 4 sous 6 deniers par journal de terre. Le receveur effectue donc deux multiplications et ajoute les deux résultats pour obtenir le montant de cens dû67. Ce type de calcul conjugué n’est pas rare, surtout lorsqu’il y a plusieurs termes dans la même année. Mais cette simple difficulté peut aboutir à des erreurs de calcul. Dans le bailliage d’Aval, les pêcheurs de Quingey68 doivent une redevance surnommée « serviz de poissons » se montant à 2 sous estevenants quatre fois par an. Le montant est tributaire du nombre de pêcheurs. En 1405, on en dénombre 1369 et le trésorier reporte un montant total de 6 livres 10 sous. Or la redevance pour 13 pêcheurs se monte en réalité à : (13 x 2 sous) x 4 = 104 sous = 5 livres 4 sous. Il y a une erreur de plus d’une livre.

  • 70 Les exemples ont été choisis de façon aléatoire ; les erreurs de calcul découvertes relèvent donc d (...)

21Les montants reportés dans les registres comptables résultent donc majoritairement d’opérations simples, ce qui, on le voit, n’exclut pas les erreurs70. Il ne faut cependant pas négliger l’existence de situations nettement plus compliquées.

2.2 – De façon plus marginale, il existe des problèmes complexes

22La complexité des opérations se révèle variable. Les exemples cités, évidemment non exhaustifs, se composent d’un ensemble de cas reflétant assez bien les diverses situations susceptibles de survenir. Commençons avec le plus simple pour terminer avec le plus compliqué.

  • 71 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, f° 7.
  • 72 Ibid., f° 25.
  • 73 Ibid., f° 3. Jean Prévôt de Quingey, clerc, tabellion de Vesoul et par ses coadjuteurs.
  • 74 Tous les noms des bénéficiaires sont donnés : prévôt, curé ou autre tabellion…
  • 75 Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 106.
  • 76 Arch. Dép. de Côte d’Or, B4685, f° 14.

23Le premier cas concerne les calculs à données multiples demandant attention et bonne maîtrise de véritables problèmes. Cela porte sur des redevances comportant au moins deux possibilités. Le cens de Montjustin distingue ceux possédant des « bestes trayans », qui doivent alors 2 sous par feu et 2 amines d’avoine, de ceux qui n’en ont pas et dont la redevance est divisée par deux : 12 deniers par feu et 1 amine d’avoine71. Le pesnage des porcs de Jussey aboutit à la même configuration. Pour les porcs de « norrin », c’est-à-dire nés chez le propriétaire, il faut payer 2 deniers, tandis que ceux découlant d’un achat entraînent un versement de 12 deniers72. Ces résultats se modifiant chaque année, la copie est impossible. Toujours dans le cas de ces calculs à données multiples se rencontrent des recettes où la composition intègre entrée et sortie diverses. Les revenus des tabellionages font partie de ce type de recettes. Prenons l’exemple de la valeur du sceau du tabellion de Vesoul73 qui comptabilise 88 lettres entre la Toussaint 1404 et la Toussaint 1405, trois d’entre elles étant gratuites74. Il reste 85 lettres qui récoltent 106 sous 6 deniers obole de recette, « dont il chiet pour cire verde pour le seel des lettres et pour les despenses des seelleurs » 20 sous 6 deniers obole, soit 4 livres 6 sous de reste. Les recettes de tabellionages se présentent ainsi, même si elles n’apparaissent pas toutes aussi détaillées dans les comptes. Autre type de calcul à données multiples, cette fois, il s’agit de dépenses. Les missions pour vendanges de l’année 1405 dans le bailliage d’Aval nécessitent l’acquisition de deux douzaines de cercles : 12 de 3 toises ½ à 5 gros la douzaine et 12 de 3 toises à 4 gros la douzaine. S’ajoutent à cela, 22 douzaines de cercles de queue à 5 engrognes les 12, plus une journée de charroi pour le transport de l’ensemble sur deux lieues au tarif de 6 gros par jour. Enfin, il faut payer un aide au tarif de 1 gros par jour pour charger et décharger le tout. Le comptable aboutit à une dépense de 2 francs 2 gros alors que, vérification faite, le montant s’élève à 2 francs 1 gros 2 engrognes75. Autre ensemble de données d’un type assez exceptionnel issu de la seigneurie de Faucogney : les tailles du village de Montigny s’élèvent à 2 sous par journal de terre arable plus 2/3 de quarte de blé (moitié froment, moitié avoine), 12 deniers par ouvrée de vigne (en état ou en désert) et 2 sous par fauchée de pré. Cependant, la diversité des données se couple au fait que chaque année des tenanciers achètent des terres. Par exemple en 1404-140576, Hugot le Coinget et Vuillemette sa femme, en plus de leur taille initiale, doivent la redevance pour 7 journaux 1/3 et ¼ de terres arables, 2 faux ½ et 1/3 de pré et ¼ de la journée d’une ouvrée de vigne, le tout acheté et déclaré dans le compte de 1390. L’ensemble se monte à une redevance en argent de 21 sous 1 denier. Tous les ans, des terres en désert sont achetées à Montigny et amènent ce genre de calcul, bien complexe pour les sommes finalement dérisoires qu’il génère.

  • 77 C’est le cas par exemple des servis de Saint-Martin-du-Fresne dans la châtellenie de Montréal où le (...)
  • 78 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, f° 25.Montbozon, dép. Haute-Saône, arr. Vesoul.
  • 79 Ainsi, cette année 1405, il y a 23 amendes entre 60 sous et 3 sous, le vingtième représente 14 sous (...)
  • 80 Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 16.

24Autre cas de calcul complexe : lorsqu’une recette complète doit être partagée. Il y a alors deux cas de figure. Le premier correspond à un partage de recettes entre plusieurs bénéficiaires qui peut se révéler assez simple, de type moitié chacun77. Pourtant, l’opération peut aussi être plus compliquée, portant sur des montants soit faibles, soit plus élevés. Dans la châtellenie de Montbozon78, les amendes du bois du Fontenoy reviennent en partie aux héritiers du sergent de Fontenoy. Sur les amendes de 60 sous, ils prélèvent le vingtième (4 sous), sur celles de 3 sous, le neuvième (4 deniers) et entre 60 et 3 sous, ils récupèrent le vingtième79. Concernant cette fois des montants plus importants, les dîmes des vendanges de Poligny s’élèvent à 5 francs le muid80. En 1405, elles génèrent un total de 43 francs 5 gros 9 engrognes. Mais 1/6 de ce montant revient à l’abbé de Baume, soit 7 francs 2 gros 11 engrognes ½.

  • 81 Arch. Dép. de Côte d’Or, B5895, f° 1.
  • 82 Ibid., le receveur Guiot de Toux est chargé de celui-ci le premier mai 1408, en cours d’année, et l (...)
  • 83 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, f° 30. Il détenait l’office depuis le premier novembre 1404 inclus.
  • 84 Le montant annuel des gages est de 20 livres.

25Un autre type de partage, plus ponctuel, porte sur des recettes ou des dépenses ne s’étalant pas sur une année complète. Il faut alors établir des proportions, généralement en fonction du nombre de mois concernés. Il peut s’agir d’amodiation dont le versement ne s’est pas effectué de façon normale, c’est-à-dire pour une année. En 1408-1409, le receveur de Saint-Aubin précise avoir déjà rendu sept mois du montant de l’adjudication de la prévôté dans le compte précédent. Donc, pour l’année en cours, il ne comptabilise plus que cinq mois « au fuer » de 40 livres par an, c’est-à-dire 16 livres 13 sous 4 deniers estevenants81. Lorsque le compte ne court pas sur 12 mois, ce type de calcul devient systématique pour un nombre important de recettes ou de dépenses82. Les partages proportionnels se produisent aussi lorsqu’un changement d’officier a lieu en cours d’année, son salaire lui est alors versé en fonction du nombre de jours effectués à la tête de son office. Dans le bailliage d’Amont, le capitaine du château de Montbozon est déchargé de son office le 7 mars 140483. Les gages correspondant aux 120 jours où il a tenu son office lui sont versés au tarif de 13 deniers ½ poite par jour et ¼ de ½ poite tournois84.

26Les calculs complexes existent donc bien, même s’ils apparaissent marginaux sur la totalité d’un registre. La dernière opération qui vient d’être présentée amène à s’interroger sur les problèmes de calculs à l’époque médiévale.

2.3 – Les principaux problèmes de calcul à la fin du Moyen Âge

  • 85 Bien que la multiplication ait pu parfois se limiter à l’addition du chiffre initial le nombre de f (...)
  • 86 Mattéoni Olivier, Servir le prince…, op. cit., p. 332. Seuls 6,12% sont dans ce cas, cela ne concer (...)
  • 87 Ibid. Voir aussi n. 53.

27Il est difficile de cerner vraiment la maîtrise détenue par les comptables pour ces différents procédés calculatoires. Additions et soustractions sont considérées comme suffisamment simples pour être enseignées de façon précoce. La fréquentation des petites écoles fait certainement partie du cursus des officiers pour l’apprentissage de la lecture, l’écriture et les bases du calcul. En revanche, il semble que la multiplication et la division ne s’acquièrent qu’en suivant des études universitaires85. Pourtant, les travaux déjà réalisés sur le sujet montrent des officiers ayant principalement étudié le droit et une étude chiffrée menée dans la principauté bourbonnaise a prouvé que très peu d’officiers comptables passent par l’université86. Il paraît donc qu’une pratique antérieure provenant sans doute d’une activité commerciale compte plus que des diplômes universitaires permettant ainsi la détention d’un certain savoir-faire87.

Fig. 6 – Le cas du problème de l’addition des fractions (Archives départementales de Côte d’Or

Fig. 6 – Le cas du problème de l’addition des fractions (Archives départementales de Côte d’Or

(www.archives.cotedor.fr), B 5895 f° 36r, réutilisation soumise à conditions).

  • 88 Favier Jean, De l’or et des épices…, op. cit., p. 322.
  • 89 Ibid.
  • 90 Sur le développement de l’utilisation des chiffres dits arabes, voir l’étude très récente de Schärl (...)
  • 91 Schärlig Alain, Compter avec des jetons…, op. cit., p. 43-44. Ajouté aux procédés de calculs par bi (...)
  • 92 Arch. Dép. de Côte d’Or, B5895, f° 34-35.
  • 93 Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 142, bailliage d’Aval, 1405
  • 94 Arch. Dép. de Côte d’Or, B4685, f° 47, il s’agit de la taille réelle dont nous avons déjà parlé.
  • 95 Arch. Dép. de Côte d’Or, B5903, f° 17.

28Malgré tout, d’importantes difficultés techniques demeurent. Premier écueil important : l’officier de finance, comme d’ailleurs le marchand, s’en tient aux chiffres romains « dont il sait pourtant les insuffisances »88. On voit alors dans les chiffres dits arabes une plus grande facilité de fraude car encore mal fixés et passant pour aisément falsifiables89. De plus, les changements d’habitude n’appartiennent pas vraiment aux coutumes de l’époque90. Mais surtout, les calculs à la plume découlant de l’utilisation des chiffres arabes nécessitent la mise en place d’une production de papier bon marché91. Autre difficulté visible dans les comptes : le problème des chiffres décimaux. Il existe principalement dans le cadre des montants perçus en nature et concerne plusieurs centres de perception, n’apparaissant donc pas circonscrits à un seul lieu. En 1408-1409, la recette de blé de Saint-Loup dans la châtellenie de Saint-Aubin s’élève à ½ carteron par journal situé dans le finage (moitié froment, moitié avoine). Les montants aboutissent à des énumérations de fractions, par exemple : 11 carterons 1/3 et ¼ et 1/3092. D’autres montants présentent des similitudes, par exemple les recettes de froment dans la châtellenie d’Arbent : 46 quartaux 3 mittières 1/3 et ¼ de mittières93. Mais aussi, dans la seigneurie de Faucogney, les tailles de Montigny apportent par exemple des recettes de froment de 1 quarte ½ et ½ 1/3 à la mesure de Vesoul pour l’une ou 1 quarte ¾ et ½ 1/3 pour une autre94. Enfin, dernier exemple, le receveur de la châtellenie de Saint-Julien comptabilise la cire pour les habitants du lieu à 67 livres 12e et 48e tandis que les cens des forains s’élèvent eux à 3 livres 12e et 80e95.

  • 96 Nous avons pu constater que le problème se pose tout de même aussi pour des montants en argent. Mai (...)
  • 97 Fournial étienne, Histoire monétaire…, op. cit., p. 18-20.
  • 98 Schärlig Alain, Compter avec des jetons…, op. cit., p. 91 à 127.
  • 99 Alain Schärlig ne les présente pas toutes, aussi faut-il se reporter à l’ouvrage d’étienne Fournial (...)
  • 100 Favier Jean, De l’or et des épices…, op. cit., p. 323. L’auteur nous dit que les comptables du Moye (...)

29Ces énumérations témoignent que tous ont plus ou moins les mêmes difficultés face aux divisions produisant des décimaux dont la représentation se fait sous forme de fractions. On l’a dit, cet écueil se retrouve principalement dans les montants en nature. Cela s’explique par l’existence de sous divisions monétaires plus nombreuses : par exemple le denier se sous-divise par moitié en obole et par quart en poite ou poge96. La mise en évidence de ce type de difficultés propre à la période conduit à s’interroger sur les pratiques de calcul au Moyen Âge. Selon certains auteurs, on compte fort bien avec les chiffres romains grâce à l’utilisation de l’abaque. Pour les calculs comptables, on utilise des jetons et un comptoir97. Le jeton est une rondelle de métal que l’on « jette » sur le « comptoir » ou « jetoir », tablette divisée en six bandes horizontales : milliers, centaines, dizaines et unités (la livre), s’ajoutent des bandes plus ou moins détaillées pour les sous et les deniers. Les abaques à bandes ont été très bien étudiés par Alain Schärlig qui montre leur adaptation au système de compte denier/sou/livre mais également leur facilité d’utilisation avec le chiffrage romain98. Avec ce système, les quatre opérations sont possibles99. Marchand ou officier de finance, l’homme du Moyen Âge compte lentement mais il compte bien et ne voit pas de raison de compter vite. On sait pourtant que les astronomes utilisent déjà les chiffres arabes pour les calculs décimaux et les opérations complexes portant sur les fractions100. On ne peut donc que constater l’importante pérennité des méthodes utilisées en comptabilité, les habitudes s’apparentent à de la sécurité, tout progrès étant appréhendé comme un risque potentiel, générateur d’erreur.

30Des données complexes, des opérations pouvant l’être également, ces constatations aboutissent à une interrogation : qui détient le savoir-faire, qui procède aux manipulations les plus complexes ?

3 – Les calculs dans les comptes : une évidente répartition des tâches

31Il apparaît assez rapidement que plus on monte dans la hiérarchie des officiers comptables, moins ceux-ci sont amenés à réaliser de calculs. Et, au bout du compte, il faut que la Chambre des comptes intervienne. On ne peut évoquer les calculs et les montants comptables sans conclure sur son rôle dans les sommes terminales.

3.1 – Des tâches réparties à l’échelon local

  • 101 Bépoix Sylvie, Couvel Fabienne, Leguil Matthieu, « Entre exercice imposé et particularismes locaux. (...)
  • 102 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 1. L’ordonnance a été éditée : Riandey Paul, L’organisation financière d (...)
  • 103 Ibid., article 19.
  • 104 Par exemple, arch. Dép. du Doubs, 1B101, f° 2 : « appert par certification du tabellion ».
  • 105 Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 5.
  • 106 Salins-les-Bains, dép. Jura, arr. Lons-le-Saunier.
  • 107 Dép. Jura, arr. Dole.
  • 108 Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 6, même chose pour le péage d’Augerans f° 8.
  • 109 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, f° 16.
  • 110 Arch. Dép. de Côte d’Or, B5895, f° 18, en 1408, il s’agit de Perrenin Luillier.
  • 111 Arch. Dép. de Côte d’Or, B4685, f° 2.
  • 112 Arch. Dép. de Côte d’Or, B1583, f° 40, 1415, bailliage d’Amont. La vente de froment et son tarif so (...)
  • 113 Par exemple à Ornans, Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 50.
  • 114 Ibid, f° 50, à Pontarlier.

32Un nombre élevé de personnes se trouve chargé de prélever les recettes. Maints exemples le signalent au travers de la mention de restitution de rôle, document justificatif joint au registre final. Ce point a déjà été évoqué dans un travail précédent portant sur la codicologie101. L’ordonnance de 1386 sur l’organisation de la Chambre des comptes insiste sur le fait que rien ne sera accepté sans mandement et quittance102, précisant même, pour les dépenses de travaux, la nécessité d’un rôle des parties certifié par le prévôt, le tabellion ou une autre personne notable du lieu où s’effectuent les interventions103. Ces rôles peuvent émaner d’une personne détenant une recette particulière : les tabellions valident leurs propres comptes104, les receveurs de péage également. Dans le bailliage d’Aval, les « parties » du péage de Pontarlier sont rapportées par Estevenin de Laule, receveur du passage105 ou encore Guillaume Merceret, receveur du péage de Salins106 et Fraisans107, rend au trésorier pour son compte ce qu’il a reçu de son office108. Une situation similaire existe lorsque la basse justice n’est pas intégrée à une amodiation. Le capitaine du château de Châtillon « gouverne les amendes de la justice de la gardienneté de Besançon » ; les montants récoltés apparaissent « par les parties contenues en un rôle de papier seellé du seel aux causes de la gardienneté »109. à Aumur, dans la châtellenie de Saint-Aubin, les amendes sont extraites du papier de la cour certifié par le clerc juré de la cour110. Ou encore, à Faucogney, exploits et amendes sont rendus par Perrin, le prévôt de Faucogney, « appert par menues parties escriptes ou papier et registre du prevost rendu au receveur »111. Les ventes des redevances en nature, les « vendues de garnison », présentent la même configuration. Sont alors mentionnées des certifications de tabellions112, mais aussi de prévôts113 ou de châtelains114.

  • 115 Ibid., f° 104, pour des ouvrages réalisés à La Loye (dép. Jura, arr. Dole).
  • 116 Par exemple le tabellion d’Orchamps (dép. Jura, arr. Dole) certifie les missions d’ouvrage à Etrepi (...)
  • 117 Verdon Laure, « Les notaires, officiers du comte de Provence aux XIIIe et XIVe siècles », Rives nor (...)
  • 118 Castelnuovo Guido, « Physionomie administrative et statut social des officiers savoyards au bas Moy (...)
  • 119 Et cela sans compter les fermiers de péage, tonlieux et autres droits ducaux, Mattéoni Olivier, Ser (...)
  • 120 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 6495-3. à la fin du cahier, il est indiqué : « certifie en vérité que le (...)
  • 121 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 6495-4.
  • 122 Arch. Dép. du Doubs, E 2847 : parties particulières des rentes et émoluments de Saint-Julien en 139 (...)

33Les dépenses peuvent également être certifiées par des officiers ; le cas est systématique pour les missions liées aux travaux. La pratique rejoint donc bien les recommandations de l’ordonnance de 1386. Si on remarque par exemple la présence d’un certificat émanant du lieutenant du bailli d’Aval115, les rôles déclarent surtout des certifications de tabellions116. Les tabellions ou notaires sont devenus des personnages omniprésents avec l’émergence de ce que l’on peut qualifier d’acte authentique117. Ils rédigent et authentifient donc des actes de la pratique qui deviennent leur principal moyen de rémunération. Produisant déjà leur propre compte, ne peut-on alors leur attribuer certains calculs ? à ces notaires se mêlent des personnes officiant pour la gestion de la principauté mais ne bénéficiant pas toujours de lettres de nomination comtale et donc de salaire visible dans les comptabilités. Certains auteurs évoquent même à leur sujet la « faune des postes mineurs » dont on ne sait s’ils sont affermés, inféodés ou salariés par leurs supérieurs118. Certaines châtellenies du Bourbonnais peuvent compter jusqu’à une trentaine d’officiers119. Cette situation génère immanquablement une répartition des calculs de recettes, surtout les plus simples, additions, voire multiplications et donc une dilution de la responsabilité de la justesse du calcul. Il est cependant très difficile d’établir qui effectue réellement les opérations. Différents cas de figure se présentent, dévoilant une grande diversité des pratiques. Rares sont les comptes incluant des rôles ou parties, en raison sans doute de leur destruction une fois la vérification effectuée. Pour en découvrir, il faut se tourner vers le duché où certains de ces rôles sont intégrés dans des comptes de la châtellenie de Vergy. En 1422-1423, le compte d’Huguenin Quarrey comporte le « contrerolle des étalages et menus ventes et portaiges » de la foire de Vergy et les amendes advenues dans la prévôté. La somme des étalages et celle des amendes sont réalisées par Jean Moichet, clerc de la cour de la prévôté, à l’origine du rôle120. Mais dans le compte suivant121 le même rôle présente des différences : les détails sont recopiés et la somme a clairement été rajoutée ultérieurement car l’encre apparaît différente. En comté, nous avons (pour l’instant) trouvé un seul rôle provenant visiblement d’une comptabilité seigneuriale122. Les rentes y sont énumérées par personne, avec en regard la somme à verser en argent par chacun ainsi que les montants en nature. Le rôle ne comporte pas d’addition finale. Dans ce cahier, seules deux listes bénéficient d’une somme : les droits de lods et vente et les amendes ; les deux fois, la somme est d’une encre différente. Il paraît bien exister une pratique de décomposition des tâches : des montants énumérés sous forme de liste puis dans un deuxième temps les calculs proprement dits. Mais qui effectue les opérations ? Une personne identique à celle qui établit les listes ou une autre plus spécialisée dans les calculs ? Difficile à déterminer.

  • 123 Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 77. Sont comptabilisés les salaires des receveurs de Poligny, d’ (...)

34Si l’on progresse dans la hiérarchie comptable, on rencontre les receveurs, moins spécialisés que ceux cités précédemment, chargés par exemple d’un unique péage. Leur existence est formellement attestée dans le bailliage d’Aval où tous les receveurs de châtellenie perçoivent une rémunération123 et on connaît aussi leur existence dans toutes les circonscriptions gérées indépendamment des bailliages : Bracon, Saint-Aubin, Faucogney, etc. Cependant, on n’en trouve aucune trace dans les registres du bailliage d’Amont. Selon toute vraisemblance, ces receveurs effectuent une partie des calculs nécessaires à la réalisation du compte. En revanche, il est à peu près certain que le trésorier finalisant les comptes de bailliage (ou tout au moins ses clercs) se contente de recopier les données fournies par l’ensemble des agents qui viennent d’être énumérés. Son rôle se borne sans doute uniquement à la vérification de ces chiffres. Il semble même que le contrôle concerne principalement le contenu du rôle, non le calcul final. La somme doit être acceptée ultérieurement à la Chambre, sa justification se révèle donc essentielle. Les erreurs, petites ou grandes, mentionnées plus haut, démontrent l’absence de calculs de vérification effectués à ce niveau. à la Chambre non plus d’ailleurs, car jamais les gens des comptes ne biffent une somme sous prétexte d’une erreur de calcul. Et les fautes découvertes dans les registres n’y ont pas été détectées.

3.2 – Le rôle de vérification et de contrôle de la Chambre

  • 124 Sur le sujet des états abrégés, voir Bépoix Sylvie, Couvel Fabienne, Leguil Matthieu, « Entre exerc (...)

35La Chambre des comptes effectue les ultimes vérifications et, en particulier, les gens des comptes se chargent de réaliser les sommes totales voire les sommes intermédiaires. Mais, dans ce cas, la maîtrise de l’addition suffit. De la même façon, ils établissent les états abrégés présents dans certains comptes, opérant par là une synthèse comptable124. Il apparaît bien pourtant, tout comme pour le trésorier dans l’étape antérieure, que la principale préoccupation touche à la justification du montant, le chiffre lui-même ne faisant pas l’objet d’un nouveau calcul puisqu’il reste des erreurs. Il n’en demeure pas moins un savoir-faire évident, en particulier pour la conversion monétaire puisque toutes les sommes sont réduites à une seule monnaie : livre tournois ou franc.

Fig. 7 – La Chambre des comptes calcule les sommes intermédiaires (Archives départementales de Côte d’Or

Fig. 7 – La Chambre des comptes calcule les sommes intermédiaires (Archives départementales de Côte d’Or

(www.archives.cotedor.fr), B 4685 f° 6r, réutilisation soumise à conditions).

Fig. 8 – La Chambre réduit toutes les sommes en une seule monnaie

Fig. 8 – La Chambre réduit toutes les sommes en une seule monnaie

(Archives départementales du Doubs, 1B101, f° 23r).

  • 125 Bépoix Sylvie et Couvel Fabienne, « Rendre bon compte en Bourgogne…, op. cit.
  • 126 Voir Bépoix Sylvie, « Saint-Aubin au XVe siècle… », op. cit.
  • 127 Arch. Dép. de Côte d’Or, B5897, f° 13 et 18.
  • 128 Situation très particulière où les tenanciers varient constamment, voir Bépoix Sylvie, « Saint-Aubi (...)
  • 129 De plus, des problèmes entre une branche cadette de la famille de Chalon et le comte de Bourgogne o (...)
  • 130 Arch. Dép. de Côte d’Or, B5897, f° 13 et 18.
  • 131 Bépoix Sylvie et Couvel Fabienne, « Rendre bon compte en Bourgogne… », op. cit.

36Autre point rejoignant l’idée déjà développée dans un autre travail125 : le registre est un instrument de gestion mais aussi de conservation du domaine. L’exemple le plus flagrant concernant des calculs touche la châtellenie de Saint-Aubin. Elle connaît une histoire un peu chaotique composée de brefs passages aux mains du comte de Bourgogne qui s’empresse aussitôt d’en faire donation à des fidèles pour ensuite la récupérer dans des circonstances diverses126. En 1417, la châtellenie revient dans le domaine comtal après le décès du bénéficiaire d’une donation à vie. Mais les gens des comptes ne sont pas satisfaits de la somme résultant des redevances prélevées dans deux des villages de la châtellenie : Aumur et Hotellans127. Dans les deux cas, les remarques apparaissent à peu près similaires : les parties déclarées dans ces villages ne correspondent pas à celles des comptes datés de 1409 et de 1422 qui sont en possession des gens des comptes. En effet, le compte de 1417 n’est vérifié à la Chambre qu’en 1422, date à laquelle les sommes dont il est question sont identiques à celles de 1409. Les gens des comptes ont parfaitement compris l’origine du problème et l’expriment d’ailleurs dans l’encart : « pour ce que les tenanciers de meix cy déclarés povent estre changé et l’on ne les puet pas bien sensément veoir »128. Les contrôleurs ne possèdent pas le compte de l’année précédente puisque la châtellenie faisait alors l’objet d’une donation129. à Hotelans par exemple, le receveur comptabilise une recette de 49 livres 9 sous 5 deniers obole alors que les comptes de 1409 et 1422 aboutissent à un total de 52 livres 18 sous 7 deniers obole poite130. Pour les deux villages, la réaction de la Chambre se révèle la même : elle charge le chapitre de la somme initiale présente dans le compte de 1409 jusqu’à ce que soit retrouvé le compte de l’année précédente, c’est-à-dire 1416. La justesse du montant perçu est donc secondaire, ce qui importe, c’est la mémoire du domaine inscrite dans une comptabilité envisagée non comme un bilan annuel mais comme insérée dans une série131.

Conclusion

37La position et l’histoire du comté de Bourgogne entraînent, pour ses agents comptables, la manipulation de données diverses, parfois complexes et nécessitant maîtrise et attention. Les calculs opérés à l’aide de ces données apparaissent parfois compliqués même s’ils s’avèrent être réalisés par plusieurs personnes, rarement les officiers hiérarchiquement les plus haut placés. Le maintien de l’utilisation des chiffres romains complique fortement à nos yeux la tâche des calculateurs. Il est vraisemblable qu’eux y voyaient une pérennité dans leur savoir-faire, la nouveauté, par exemple l’utilisation de chiffres dits arabes, semblant synonyme pour les comptables comtois de risque d’erreurs ou de falsification.

38En définitive, on remarque la grande confiance accordée aux calculateurs. Les correctifs portent sur les justificatifs des sommes, qu’elles soient en recette ou en dépense. Mais les erreurs existent dans ces comptabilités sans que personne ne les ait corrigées. Une étude réellement exhaustive de celles-ci permettrait une meilleure approche de la fiabilité réelle des calculs effectués. Mais finalement, compte tenu de ces différents facteurs, la fiabilité des résultats, si elle n’est pas pleine et entière, apparaît malgré tout assez forte.

  • 132 Sur l’importance de cette justification et des mots dans le registre comptable voir Beck Patrice, « (...)

39Et, au bout du compte, ce qui importe réellement à la Chambre c’est la stabilité des recettes ajoutée à une justification de toute dépense ainsi que de toute évolution des montants132. Le chiffre importe moins que le texte. La fiabilité des calculs effectués semble acquise et ne paraît pas remise en cause par les instances de contrôle.

Haut de page

Notes

1 Dép. Haute-Saône, arr. Lure.

2 Dép. Jura, arr. Dôle

3 Dép. Jura, arr. Lons-le-Saunier.

4 Dép. Jura, arr. Lons-le-Saunier

5 Mattéoni Olivier, Servir le prince, les officiers du duc de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523), Paris, 1998, Castelnuovo Guido, « Quels offices, quels officiers? L'administration en Savoie au milieu du XVe siècle », Études savoisiennes, 2, 1993, p. 3-43.

6 Gresser Pierre, La Franche-Comté au temps de la guerre de 100 ans, Besançon, 1989, p. 203-208.

7 Schärlig Alain, Compter avec des jetons. Tables à calculer et tables de compte du Moyen Âge à la Révolution, Lausanne, 2003. Ou encore, Portet Pierre, « Les techniques du calcul élémentaire dans l’Occident médiéval : un choix de lecture », dans Coquery Natacha, Menant François, Weber Florence dir., écrire, compter, mesurer, vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, 2006, p.51-66.

8 Comme le remarque Alain Schärlig, Compter avec des jetons, op. cit., p.14.

9 Favier Jean, De l’or et des épices, naissance de l’homme d’affaire au Moyen Âge, Paris, 1987, p. 317-320.

10 Ces équivalences sont bien connues : 1 livre = 20 sous = 240 deniers, ajoutons, 1 obole = ½ denier et 1 poite = ¼ de denier. Consulter Belaubre Jean, Dictionnaire de numismatique médiévale occidentale, Paris, 1996.

11 Louis le Pieux, en 825, décréta que l’on frapperait désormais 240 pièces pour une livre de poids d’argent, Favier Jean, De l’or et des épices…, op. cit., p. 157-158.

12 Fournial étienne, Histoire monétaire de l’occident médiéval, Paris 1970, p. 140-147. L’auteur distingue bien monnaie de compte et système de compte relié à la monnaie réelle.

13 Pour en voir une illustration en Normandie pendant la crise de 1420-1422, consulter Lardin Philippe, « Monnaie de compte et monnaie réelle : des relations mal étudiées » dans La monnaie, personnage historique, Revue européenne des sciences sociales, Vuillermot Catherine dir, n°137, 2007, p. 45-68. Mais cela signifie également qu’il faut faire très attention avec les comparaisons entre entités territoriales n’utilisant pas les mêmes monnaies.

14 Fohlen Claude dir, Histoire de Besançon, t. 1 : Des origines à la fin du XVIe siècle, Besançon, 1964, 2e éd. 1981. Sous Hugues de Salins (1031-1066) sont apparus les premiers deniers estevenants (p. 255) et à partir du XIIe siècle, l’archevêque a le monopole d’émission de la monnaie (p. 344). En 1290, au moment de l’installation de la Commune, une prescription établit que le titre et le poids de la monnaie doivent être stables (p. 401) sous le contrôle de la Commune.

15 Dép. Haute-Saône, arr. Vesoul.

16 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, compte Erart du Four, 1404-1405, f° 20.

17 Aucune pièce nommée franc n’a jamais été en circulation. Belaubre Jean, Dictionnaire de numismatique…, op. cit.,p. 61.

18 Gresser Pierre, La Franche-Comté…, op. cit., p. 176-178.

19 Belaubre Jean, Dictionnaire de numismatique…, op. cit., p. 56

20 Bépoix Sylvie, Le comté de Bourgogne au temps de Jean sans Peur (1404-1419), administration et gestion d’une principauté, Besançon, 2001, thèse non publiée, p. 194.

21 Dép. Ain, arr. Nantua.

22 Bépoix Sylvie, Le comté de Bourgogne…, op. cit., p. 410-413.

23 Favier Jean, De l’or et des épices…, op. cit., p. 181.

24 Fournial étienne, Histoire monétaire…, op. cit., p. 97-139.

25 Citons seulement cet exemple extrait de Favier Jean, De l’or et des épices…, op. cit., p. 166. L’écu de 1420 (66 pièces au marc d’argent) n’a pas la même valeur que celui de 1419 (64 au marc) ou encore d’avant 1411 (61 1/3 au marc).

26 Fournial étienne, Histoire monétaire…, op. cit., p.175. Soit le prince dévalue une monnaie existante, soit il émet une nouvelle monnaie de plus faible valeur.

27 Ibid., p 95.

28 Ibid., p. 95.

29 Dép. Doubs, arr. Pontarlier.

30 Donc à 17 sous 6 deniers le franc, Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 3.

31 Voir Bépoix Sylvie et Couvel Fabienne, « Rendre bon compte en Bourgogne à la fin du Moyen Âge : le dire au travers des ordonnances et le faire selon les mots des receveurs », Comptabilités [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 23 janvier 2013. URL : http://comptabilites.revues.org/1195

32 Bompaire Marc, « Un livre de changeur languedocien au milieu du XIVe siècle », Revue numismatique, 29, 1987, p. 118-183.

33 Bompaire Marc, « évaluer les monnaies à la fin du Moyen Âge, une information imparfaite et inégale », dans La monnaie personnage historique…, op. cit., p. 69-79.

34 Voir Bépoix Sylvie, « Saint-Aubin au XVe siècle, la gestion d’une châtellenie au cours d’une période mouvementée », dans Société d’émulation du Jura, 2010, p. 69-87.

35 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 5895.

36 La valeur réelle du florin ayant donc vraisemblablement faibli par rapport au franc, monnaie de compte.

37 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 5895, f° 4. Il est précisé dans la marge : si la somme payée pour chaque terme est supérieure ou égale à 17 sous 6 deniers, les habitants doivent payer 1 franc, si elle est inférieure, ils doivent payer au tarif de 16 deniers parisis pour 1 franc. « Il est à savoir que si en terme, on doit 20 sous, les 17 sous 6 deniers se recouvrent pour 1 franc et le demorant des 20 sous se paient a parisis ainsi que l’on a accoustumé de recevoir ».

38 Ibid., f° 12. Voir la figure n° 2 qui reprend la somme totale du compte de Saint-Aubin de 1408-1409.

39 Qui provient peut-être de la lenteur à répercuter les variations, voir Lardin Philippe, « Monnaie de compte et monnaie réelle… », op. cit.

40 L’instabilité monétaire des XIVe et XVe siècles amène à établir l’usage d’indexer les valeurs sur le prix de l’argent ou d’une bonne monnaie, le problème se posant pour les changeurs mais aussi tous les comptables, pour cela on établit des tableaux d’équivalence. Bompaire Marc, « Compétences et pratiques de calcul dans les livres de changeurs français (XIVe-XVe s.) », dans écrire, compter, mesurer…, op. cit., p. 143-162. Mais cela est valable dans le royaume de France et on ne sait pas si ces principes se réalisent et comment dans le comté de Bourgogne.

41 Hocquet Jean-Claude, « Le médiéviste et la métrologie historique » dans Garnier Bernard, Hocquet Jean-Claude, Woronoff Denis dir., Introduction à la métrologie historique, Paris, 1989, p. 10. Par exemple dans la seigneurie de Faucogney, il existe une mesure du marché de Faucogney et une mesure du grenier de Faucogney.

42 Dép. Haute-Saône, arr. Vesoul.

43 Dép. Doubs, arr. Besançon.

44 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 1541, f° 138, bailliage d’Aval. Rochefort-sur-Nenon, dép. Jura, arr. Dole.

45 Ibid, f° 140. Montmirey-le-Château, dép. Jura, arr. Dole.

46 Pour le détail consulter Fourcault Nicolas, Évaluation des poids et des mesures de la province de Franche-Comté ou du comté de Bourgogne, Besançon, 1872.

47 Dép. Doubs, arr. Besançon.

48 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 1541, f° 148.

49 Dép. Doubs, arr. Pontarlier.

50 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 1541, f° 150.

51 Hocquet Jean-Claude, « Le médiéviste… », op. cit., p. 10.

52 Ibid, p. 16.

53 Des manuels à l’usage des marchands contiennent des informations sur les poids et les mesures, mais cela se développe surtout à partir du XVIe siècle dans l’espace italien. Ibid. p. 71. On peut citer le cas savoyard où des marchands prêteurs et autres notaires peuvent faire carrière à Chambéry comme auditeurs ou maîtres des comptes en tant que techniciens de l’écrit. Guilleré Christian et Castelnuovo Guido, « De la comptabilité domaniale à la comptabilité d’état. Les comptes de châtellenies savoyards », dans écrire, compter, mesurer…, op. cit., p. 213-230.

54 Montjustin-et-Velotte, dép. Haute-Saône, arr. Vesoul.

55 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, bailliage d’Amont, 1404-1405, f° 7.

56 Châtillon-le-Duc, dép. Doubs, arr. Besançon.

57 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, bailliage d’Amont, 1404-1405, f° 16.

58 Dép. Haute-Saône, arr. Vesoul.

59 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, bailliage d’Amont, 1404-1405, f° 25.

60 Chargey-lès-Gray, dép. Haute-Saône, arr. Vesoul.

61 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, bailliage d’Amont, 1404-1405, f° 2.

62 Ibid., f° 27.

63 Ibid., f° 27, 2 bichots sont vendus donc pour un gain de 6 francs.

64 Dép. Jura, arr. Lons-le-Saunier.

65 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 1541, 1405, f° 16.

66 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, f° 7.

67 Arch. Dép. de Côte d’Or, B5895, compte de Saint-Aubin, 1408-1409, f° 19-23.

68 Dép. Doubs, arr. Besançon.

69 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 1541, 1405, f° 32.

70 Les exemples ont été choisis de façon aléatoire ; les erreurs de calcul découvertes relèvent donc du hasard le plus total. La quantification réelle des erreurs demanderait un important travail.

71 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, f° 7.

72 Ibid., f° 25.

73 Ibid., f° 3. Jean Prévôt de Quingey, clerc, tabellion de Vesoul et par ses coadjuteurs.

74 Tous les noms des bénéficiaires sont donnés : prévôt, curé ou autre tabellion…

75 Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 106.

76 Arch. Dép. de Côte d’Or, B4685, f° 14.

77 C’est le cas par exemple des servis de Saint-Martin-du-Fresne dans la châtellenie de Montréal où le comte de Bourgogne prend la moitié et le prieur de Nantua l’autre moitié. Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 42.

78 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, f° 25.Montbozon, dép. Haute-Saône, arr. Vesoul.

79 Ainsi, cette année 1405, il y a 23 amendes entre 60 sous et 3 sous, le vingtième représente 14 sous 3 deniers, plus deux amendes de 3 sous qui apportent encore 8 deniers aux héritiers.

80 Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 16.

81 Arch. Dép. de Côte d’Or, B5895, f° 1.

82 Ibid., le receveur Guiot de Toux est chargé de celui-ci le premier mai 1408, en cours d’année, et le registre s’achève le 30 avril 1410 (n.s.).

83 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, f° 30. Il détenait l’office depuis le premier novembre 1404 inclus.

84 Le montant annuel des gages est de 20 livres.

85 Bien que la multiplication ait pu parfois se limiter à l’addition du chiffre initial le nombre de fois nécessaire.

86 Mattéoni Olivier, Servir le prince…, op. cit., p. 332. Seuls 6,12% sont dans ce cas, cela ne concerne pas bien sûr les officiers de la Chambre des comptes.

87 Ibid. Voir aussi n. 53.

88 Favier Jean, De l’or et des épices…, op. cit., p. 322.

89 Ibid.

90 Sur le développement de l’utilisation des chiffres dits arabes, voir l’étude très récente de Schärlig Alain, Du zéro à la virgule. Les chiffres arabes à la conquête de l’Europe, 1143-1585, Lausanne, 2010. Un compte rendu de l’ouvrage est disponible en ligne : Beck Patrice, « Alain Schärlig, Du zéro à la virgule.., 2010, 296 pages. », Comptabilités [En ligne], 2 | 2011, URL : http://comptabilites.revues.org/622

91 Schärlig Alain, Compter avec des jetons…, op. cit., p. 43-44. Ajouté aux procédés de calculs par biffage, très inconfortables, l’invention de la retenue prit plusieurs siècles.

92 Arch. Dép. de Côte d’Or, B5895, f° 34-35.

93 Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 142, bailliage d’Aval, 1405

94 Arch. Dép. de Côte d’Or, B4685, f° 47, il s’agit de la taille réelle dont nous avons déjà parlé.

95 Arch. Dép. de Côte d’Or, B5903, f° 17.

96 Nous avons pu constater que le problème se pose tout de même aussi pour des montants en argent. Mais, pour les sous-divisions, le choix se porte alors sur ½, ¼ ou ¾.

97 Fournial étienne, Histoire monétaire…, op. cit., p. 18-20.

98 Schärlig Alain, Compter avec des jetons…, op. cit., p. 91 à 127.

99 Alain Schärlig ne les présente pas toutes, aussi faut-il se reporter à l’ouvrage d’étienne Fournial dans lequel les quatre opérations sont très bien expliquées avec des exemples : Fournial étienne, Histoire monétaire…, op. cit., p. 19.

100 Favier Jean, De l’or et des épices…, op. cit., p. 323. L’auteur nous dit que les comptables du Moyen Âge sont rarement pris en faute par les historiens contemporains qui contrôlent leur calcul.

101 Bépoix Sylvie, Couvel Fabienne, Leguil Matthieu, « Entre exercice imposé et particularismes locaux. Étude codicologique des comptes de châtellenie des duché et comté de Bourgogne de 1384 à 1450 », Comptabilités [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 05 septembre 2011. URL : http://comptabilites.revues.org/491.

102 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 1. L’ordonnance a été éditée : Riandey Paul, L’organisation financière de la Bourgogne sous Philippe le Hardi, Dijon, 1908, p. 175-187.

103 Ibid., article 19.

104 Par exemple, arch. Dép. du Doubs, 1B101, f° 2 : « appert par certification du tabellion ».

105 Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 5.

106 Salins-les-Bains, dép. Jura, arr. Lons-le-Saunier.

107 Dép. Jura, arr. Dole.

108 Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 6, même chose pour le péage d’Augerans f° 8.

109 Arch. Dép. du Doubs, 1B101, f° 16.

110 Arch. Dép. de Côte d’Or, B5895, f° 18, en 1408, il s’agit de Perrenin Luillier.

111 Arch. Dép. de Côte d’Or, B4685, f° 2.

112 Arch. Dép. de Côte d’Or, B1583, f° 40, 1415, bailliage d’Amont. La vente de froment et son tarif sont certifiés par Oudet Galardet, tabellion de Chargey (Chargey-lès-Gray ou Chargey-lès-Port, tous deux sont situés en Haute-Saône, arr. Vesoul). Dans le bailliage d’Aval, c’est aussi le tabellion qui certifie la vente de céréales dans la châtellenie de Rochefort : Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 52.

113 Par exemple à Ornans, Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 50.

114 Ibid, f° 50, à Pontarlier.

115 Ibid., f° 104, pour des ouvrages réalisés à La Loye (dép. Jura, arr. Dole).

116 Par exemple le tabellion d’Orchamps (dép. Jura, arr. Dole) certifie les missions d’ouvrage à Etrepigney (dép. Jura, arr. Dole) dans un rollet de parchemin, Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, 103.

117 Verdon Laure, « Les notaires, officiers du comte de Provence aux XIIIe et XIVe siècles », Rives nord-méditerranéennes, [en ligne], 28/2007, mis en ligne le 21 décembre 2012 URL : http://rives.revues.org/1223.

118 Castelnuovo Guido, « Physionomie administrative et statut social des officiers savoyards au bas Moyen Âge : entre le prince, la ville et le seigneur (XIVe-XVes.) », dans Les serviteurs de l’état au Moyen Âge, Paris, 1999, p. 181-192.

119 Et cela sans compter les fermiers de péage, tonlieux et autres droits ducaux, Mattéoni Olivier, Servir le prince…, op. cit., p. 156.

120 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 6495-3. à la fin du cahier, il est indiqué : « certifie en vérité que les amendes ont été payées par les personnes pour les causes énoncées et la somme totale est de 130 sous et 8 deniers », daté et signé.

121 Arch. Dép. de Côte d’Or, B 6495-4.

122 Arch. Dép. du Doubs, E 2847 : parties particulières des rentes et émoluments de Saint-Julien en 1398. Cahier de papier.

123 Arch. Dép. de Côte d’Or, B1541, f° 77. Sont comptabilisés les salaires des receveurs de Poligny, d’Ornans, des menues rentes de Dole, de Pontarlier, de Montmorot, d’Arbois, de Quingey, de Thoraise, de Rochefort, de Montmirey, de Valempoulières et Montrond, d’Orchamps, de Gray, de Tholouse, de Montréal, Arbent et Matafélon.

124 Sur le sujet des états abrégés, voir Bépoix Sylvie, Couvel Fabienne, Leguil Matthieu, « Entre exercice imposé et particularismes locaux… », op. cit.

125 Bépoix Sylvie et Couvel Fabienne, « Rendre bon compte en Bourgogne…, op. cit.

126 Voir Bépoix Sylvie, « Saint-Aubin au XVe siècle… », op. cit.

127 Arch. Dép. de Côte d’Or, B5897, f° 13 et 18.

128 Situation très particulière où les tenanciers varient constamment, voir Bépoix Sylvie, « Saint-Aubin au XVe siècle… », op. cit.

129 De plus, des problèmes entre une branche cadette de la famille de Chalon et le comte de Bourgogne ont abouti à une confiscation puis à une restitution à la branche aînée des Chalon pour finalement revenir au comte de Bourgogne. Cela explique sans doute la restitution tardive du compte à la Chambre. Ibid.

130 Arch. Dép. de Côte d’Or, B5897, f° 13 et 18.

131 Bépoix Sylvie et Couvel Fabienne, « Rendre bon compte en Bourgogne… », op. cit.

132 Sur l’importance de cette justification et des mots dans le registre comptable voir Beck Patrice, « Le vocabulaire et la rhétorique des comptabilités médiévales. Modèles, innovations, formalisation. Propos d’orientation générale », Comptabilités [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 08 février 2013. URL : http://comptabilites.revues.org/840.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La diversité des données et valeurs monétaires dans le comté de Bourgogne au début du XVe siècle.
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/1687/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 2 – Un exemple des différentes monnaies utilisées (Archives départementales de Côte d’Or
Crédits (www.archives.cotedor.fr), B 5895, f° 28, réutilisation soumise à conditions).
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/1687/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 3 – Le cas du rajout de l’essor de la monnaie dans la châtellenie de Saint-Aubin
Crédits (Archives départementales de Côte d’Or (www.archives.cotedor.fr), B 5895, f°1, réutilisation soumise à conditions).
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/1687/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 4 – La diversité des mesures : le cas des céréales dans le bailliage d’Amont
Crédits (Archives départementales du Doubs, 1B101, f° 60v).
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/1687/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 5 – Un exemple de redevances nominales : les prélèvements de cire dans le bailliage d’Amont
Crédits (Archives départementales du Doubs, 1B101, f° 64r).
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/1687/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 6 – Le cas du problème de l’addition des fractions (Archives départementales de Côte d’Or
Crédits (www.archives.cotedor.fr), B 5895 f° 36r, réutilisation soumise à conditions).
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/1687/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 7 – La Chambre des comptes calcule les sommes intermédiaires (Archives départementales de Côte d’Or
Crédits (www.archives.cotedor.fr), B 4685 f° 6r, réutilisation soumise à conditions).
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/1687/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 8 – La Chambre réduit toutes les sommes en une seule monnaie
Crédits (Archives départementales du Doubs, 1B101, f° 23r).
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/1687/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Bepoix, « Le savoir-faire comptable des receveurs du comté de Bourgogne au XVe siècle : fiabilité des chiffres et des opérations », Comptabilités [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 02 octobre 2015, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/comptabilites/1687

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals