Navigation – Plan du site
Compte rendu

Didier Bensadon, Nicolas Praquin et Béatrice Touchelay (éds), Dictionnaire historique de la comptabilité des entreprises, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016

Albert Broder
Référence(s) :

Didier Bensadon, Nicolas Praquin et Béatrice Touchelay (éds), Dictionnaire historique de la comptabilité des entreprises, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016

Résumé

Si le vocabulaire des concepts de l’économie de l’entreprise vous rebute, on ne peut que vous conseiller de lire et surtout d’utiliser ce dictionnaire. L’ouvrage présente des caractéristiques qui, à notre sens, facilitent considérablement la saisie et surtout la compréhension de la dynamique spatiale et temporelle de l’évolution historique depuis le Moyen Âge dans un cadre didactique qui associe les apports des économistes à ceux des grands maîtres de l’Échange depuis Édouard Perroy, Fernand Braudel jusqu’aux tenants américains de l’histoire économique institutionnelle dans la direction suggérée par Douglas North. Ce dictionnaire, construit au cœur d’une population économique réelle et changeante en fonction des progrès des techniques et de la conquête du Monde par les échanges facilite au lecteur l’accès comme l’usage des concepts les plus mobiles.

Haut de page

Texte intégral

1Le propos des auteurs est très clair. Il s’agit de rendre accessible la signification des notions tout en faisant ressortir l’importance de la place des techniques de définition, de mesure, de contrôle, en d’autres termes de « domination », de la comptabilité entrepreneuriale considérée comme un des éléments de la société.

2L’originalité de ce dictionnaire réside moins dans la singularité de la démarche de ses promoteurs que dans la variété de plus de 80 auteurs, rédacteurs de 470 rubriques, dont la diversité est garante d’une lecture non institutionnaliste de la dynamique historique de l’économie politique et de la comptabilité des entreprises en Occident.

3Elle s’inscrit dans une perspective qui dépasse la dimension légale, juridique et économique des approches dominantes du sujet. De l’étude des liens et des relations entre la comptabilité et ses parties prenantes : l’État, l’entreprise et les échanges, le chercheur averti, tout comme l’étudiant, rencontreront l’information qui dépasse les dimensions contractuelles propres à chaque système économique historique. Pour peu que l’utilisateur, sans se contenter de rechercher une rubrique particulière, relève les analyses successives concernant un aspect spécifique de l’évolution du concept d’entreprise, il lui apparaît qu’il est impossible de penser la firme, et partant, de faire son histoire individuelle ou générale, sans prendre en compte l’existence des institutions juridiques, techniques, religieuses et donc politiques.

4Cette variété qu’ont recherché les auteurs a abouti à protéger le chercheur de la compréhension accommodante et à orienter sa réflexion sur l’entreprise dans deux directions fondamentales à propos des relations au sein de la vie économique et non seulement marchandes :

51- L’inscription de ces phénomènes de transformation et expansion dans les différents espaces ouverts à l’activité humaine ;

62- La prise en compte des dimensions politiques, financières contractuelles et spatiales de l’environnement de l’entreprise qu’elle contribue tout autant à modifier.

7Il y a près d’un demi-siècle, Sartre reprochait au marxisme d’être la dépositaire d’une méthode scientifique, le matérialisme historique, mais de ne jamais disposer des instruments permettant d’approfondir les connaissances sur le mouvement des transformations dans la société économique.

8Dans ce contexte, les protagonistes de ce « Dictionnaire Historique de la Comptabilité des Entreprises » ne manquent pas d’audace. Les périodes de grande instabilité économique comme celle que nous vivons depuis plus d’un quart de siècle, ne sont guère propices à l’analyse de la dynamique des mutations entrepreneuriales. L’irruption des méthodes nées de l’explosion des techniques informatiques incite souvent à considérer, à tort, que les structures passées sont obsolètes alors qu’elles sont l’armature du changement.

9Le propos est ici très clair au delà de l’aspect fonctionnel de cet ouvrage. Par la richesse des thèmes abordés il s’adresse en priorité aux chercheurs et aux étudiants. Il concerne aussi tous ceux que la complexité des transformations constantes de l’économie interroge. Les notices constituent de précieux outils analytiques permettant d’approfondir les réalités historiques telles qu’elles se sont amalgamées à la nature des économies humaines tout en participant au changement permanent des sociétés.

10Gageons que sa richesse comme son utilité en feront rapidement un de ces instruments que l’historien et l’économiste considèrent comme un outil indispensable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Albert Broder, « Didier Bensadon, Nicolas Praquin et Béatrice Touchelay (éds), Dictionnaire historique de la comptabilité des entreprises, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016 », Comptabilités [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 04 juillet 2016, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/comptabilites/2045

Haut de page

Auteur

Albert Broder

Professeur émérite, Université Paris Est

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals