Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Rencontres

Monuments ou documents ? Les comptabilités, sources pour l’histoire du contrôle social (XIIIe-XVIIIe siècles)

Archives générales du Royaume, Bruxelles, 13-15 décembre 2012
Nathalie Demaret et Aude Wirth-Jaillard

Texte intégral

1Qu’elles soient médiévales ou modernes, les comptabilités font actuellement l’objet d’un renouveau historiographique sous plusieurs angles : celui de la source elle-même, dans le cadre d’approches d’une culture de l’écrit ou d’une approche de la matérialité de la source (codicologie, vocabulaire, etc.) - Monuments -, celui des institutions productrices de ces sources, ou encore celui de l’exploitation des données - Documents -. Mais d’autres perspectives sont également possibles, notamment pour l’étude de la justice. Ce sont celles-ci qui ont été au cœur de ce colloque. Les communications présentées ont abordé sous des angles multiples différents types de comptabilités, de datations et de localisations variées.

Session 1

2La première session avait pour titre « Les comptabilités comme documents : critique et méthodes ». Kevin Troch s’est intéressé, comme l’indiquait le titre de sa communication, aux comptes « perdus » de la ville de Mons. Il a expliqué qu’en réalité, ces 77 registres appartenant à deux séries, celle des comptes de la « grande maltôte » et celle des comptes de la trésorerie (1700-1794), avaient été classés sous une dénomination erronée dans la « section ancienne » des archives de cette ville, conservées aux archives de l’Etat à Mons. Il a décrit leur contenu et mis en valeur les perspectives de recherche offertes par ces documents : étude des institutions et des acteurs mais aussi activités, formes et vocabulaire du contrôle social. Les sources complémentaires (registres de rentes et de gages, dossiers relatifs à la police, registres aux résolutions du conseil de ville, etc.) ont également été abordées. Il a finalement souligné les limites de la recherche sur le terrain montois, dues notamment à la mauvaise signalisation de certaines sources et à l’impossibilité de les confronter aux archives judiciaires, pour la plupart disparues durant la seconde guerre mondiale. Xavier Rousseaux a, quant à lui, présenté les comptes du maire de Nivelles en Brabant (1378–1550). Ceux-ci ont pour particularité de rendre compte de manière groupée des finances de divers seigneurs haut-justiciers qui se partagent l’autorité sur le territoire de la ville de Nivelle : le duc de Brabant, l’abbesse et le prévôt de Nivelles. Les 22 comptes en rouleaux et 126 comptes en registres comprennent environ 8.000 notices d’amendes dans les recettes, des centaines de notices d’emprisonnement et environ 300 notices d’exécution qui esquissent un panorama du droit de juger dans ce territoire et un modèle de répartition entre les diverses autorités. XR a proposé une photographie d’ensemble de ces 172 ans d’exercice de la justice avant d’en exposer les principales caractéristiques et le passage d’une justice taxatoire à une justice qui châtie.

Session 2

3La deuxième session avait pour thème « Gérer, archiver, légitimer : les fonctions des comptabilités ». Sylvie Bépoix y a montré le fonctionnement de la basse, de la moyenne et de la haute justice grâce à l’étude d’exploits de justice dans les comptabilités domaniales du comté de Bourgogne au début du XVe siècle. Celle-ci révèle que le traitement des exploits par les clercs n’a pas pour unique motivation la consignation de la somme récoltée et que ce traitement différait en fonction des niveaux de justices dont les clercs rendaient compte et des types de sentences qu’ils consignaient dans ces derniers. Ainsi, ces amendes avaient également pour fonction de montrer les prérogatives du prince. La communication de Jean-Baptiste Santamaria portait sur « Les comptes d’un officier de justice à la fin du XIVe siècle : le gouverneur du souverain bailliage de Lille, Douai et Orchies », soulignant notamment les efforts de classification faits par l’officier pour complaire à ceux qui vérifient les comptes. À travers une analyse pointue tant de l’évolution de la structure de ces comptabilités que de celle de leur vocabulaire, il démontre notamment que les comptes ne se hiérarchisent pas en fonction du poids financier des rubriques mais que cette structure définit la hiérarchie des missions de l’officier de justice. Enfin, Christian Speer a exploité différents types de sources du XVIe siècle (Liber exactorum, comptes de Quedlinburg, Kamenz, Görlitz) montrant un contrôle social de plus en plus clair et de plus en plus étendu dans la région d’étude. Cette analyse croisée des dépenses reprises dans la comptabilité et des registres des villes montre que leur tenue reflète les changements sociaux intervenus dans ces régions entre le XIVe et le XVIe siècle, notamment au temps de la Réforme religieuse.

Session 3

4La session 3 a porté sur le contrôle institutionnel et communautaire. Adèle Berthout s’est intéressée à un cas de documents de gestion d’une abbaye tenus en partie par un laïc : les comptes de l’abbaye cistercienne du Val-Benoît (près de Liège), au nombre de 21 pour les années 1441–1452, dont une partie tenue par Baudouin de Corbion, seigneur du village du même nom. Les différents types de comptes ont été présentés, puis les fonctions de Baudouin et ses intérêts au Val-Benoît. L’étude croisée des documents semble montrer que ce dernier exerça un rôle important dans la gestion du monastère et qu’il en joua, semblant notamment tenir l’institution dans une forme de dépendance financière. Cette recherche en étant encore à ses débuts, la question des intérêts poursuivis par ce gestionnaire reste posée. Brossant un large panorama, Gérard Minaud a décrit l’évolution en deux temps de la comptabilité qui passe d’un héritage à une éthique puis d’une éthique (de marchands) à un droit (comptable). Il a montré que la comptabilité était devenue un instrument de contrôle social des gens de commerce avant même Luca Pacioli. Avec « Les comptes de la ville d’Augsbourg et les formes du contrôle social à la fin du Moyen Âge », Dominique Adrian a envisagé ces sources à la fois comme produits du contrôle social des gouvernés sur les gouvernants, et comme témoignages du contrôle social des gouvernants sur les gouvernés. Dans « Justice et police dans le Barrois : les structures administratives d’après les sources comptables de prévôté (1320–1420) », Mathias Bouyer s’est appuyé sur les données contenues dans 228 registres, principalement de prévôtés et de châtellenies, pour présenter le prince et l’expression de sa justice personnelle (grâce, rémission), les Grands Jours de Saint-Mihiel, cour de justice souveraine, les bailliages et le prévôt, ainsi que la fréquence à laquelle ceux-ci se retrouvent dans les comptabilités. Il a également montré à quel point les comptabilités sont précieuses puisqu’elles comprennent parfois des informations qui ne se retrouvent dans aucune autre source. Lisa Roscioni, dans « Une « comptabilité » des fous ? Nouvelles approches pour l’étude de l’internement et du contrôle social entre XVIIe et XVIIIe siècle : sources, méthodologie et perspectives de recherche », s’est intéressée aux documents comptables relatifs à deux hôpitaux italiens, l’un à Rome, l’autre à Florence. L’étude montre notamment que les comptes révèlent une pratique d’internement éloignée du paradigme classique, de durée brève et présentant des cas de guérison. Elle montre également que l’enfermement était conçu comme un instrument d’exclusion, que les familles y avaient un rôle essentiel et qu’en réalité, pour ces dernières, la possibilité de l’internement pouvait constituer une forme de résolution des conflits. La Casa Pia, étudiée par Christelle de Monserrate, est une institution d’assistance et de contrôle social fondée en 1780 dans un contexte de croissance de l’État-police. L’étude de ses dépenses permet de saisir les nouvelles exigences de contrôle des comportements.

Table ronde

5La table ronde, intitulée « Sources comptables et Humanités digitales » a réuni, autour de Paul Bertrand et de Marc Boone, plusieurs intervenants : Marc Libert, Armand Jamme, Georg Vogeler et Aude Wirth-Jaillard. S’appuyant sur des exemples de numérisation et d’éditions de sources de la pratique, elle a tenté de définir avec quels outils et dans quels buts proposer de telles numérisations et éditions. Il semble ainsi évident qu’il faudra dans le futur naviguer entre idéal et réalités pratiques et financières pour l’établissement d’éditions numériques pluridisciplinaires dont les informations pourront être automatiquement croisées par exemple.

Session 4

6La session 4, « Sources comptables, contrôle social et administration de la justice » a permis à Lucas Fois de présenter une réflexion sur les archives de l’Officium Inquisitionis : archives comptables mais aussi notariées. Il n’a pas été question des « comptes d’hérétiques » tenus par l’office mais des sources, y compris comptables, renseignant sur l’organisation plus quotidienne de ce dernier. Christelle Loubet, en analysant « la justice artésienne sous le règne de la comtesse Mahaut (1302-1329) à travers les comptes de bailliage », a fait porter son étude sur deux points en particulier : la justice répressive et la composition. Le premier a notamment porté sur les choix du vocabulaire et dressé une typologie des crimes et délits recensés en Artois. L’ensemble dresse le tableau d’une justice partagée entre répression et conciliation, témoin de l’affirmation de la souveraineté comtale. Cette affirmation passe par la définition du licite et de l’illicite et par la défense de l’ordre social. Dans « Interpréter le rôle de la justice dans les Terres italiennes de l’Église à la fin du Moyen Âge. Contrôle social, soumission politique ou rente judiciaire ? », Armand Jamme a abordé l’évolution des structures judiciaires et a proposé une réflexion sur la façon dont les comptes doivent être envisagés avant de proposer un bilan comptable. L’étude souligne le passage d’une pénalisation financière à une atteinte physique. Bart Lambert a, quant à lui, étudié le compte et la figure d’un officier du milieu du XVe siècle. Il a notamment montré combien la personnalité et la gestion d’un acteur particulier peut influencer la vie des sujets vivants sous son office et comment, en dépit des contrôles, les comptabilités peuvent être instrumentalisées par ces acteurs. Daniela Cereia, a étudié le fonctionnement de la justice dans deux régions du duché de Savoie au milieu du XVe siècle, la Bresse et le Varais. Elle y a montré que les particularismes n’empêchaient pas le duc de régner et que le contrôle de la Chambre des comptes était aussi celui de la bonne administration de la justice. Enfin, le sens du vocabulaire qu’utilisent les comptes a été au centre de « La critique des comptes, le cas du vocabulaire, l’exemple des comptes des officiers de justice » que Bernard Dauven à conduite à travers l’analyse de deux substantifs, « brimbeur » et « vagabond », de leurs occurrences, de leurs significations et de leur emploi dans le processus d’incrimination du vagabondage qui prend pied dans les anciens Pays-Bas au XVIe siècle.

7Parmi les points soulignés par Lars Behrisch dans les conclusions du colloque, figurent la nécessité de compléter l’étude des comptes avec d’autres sources en croisant les uns et les autres, mais aussi l’importance des enjeux du long terme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Demaret et Aude Wirth-Jaillard, « Monuments ou documents ? Les comptabilités, sources pour l’histoire du contrôle social (XIIIe-XVIIIe siècles) », Comptabilités [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 21 janvier 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/comptabilites/996

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • Logo Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals