Navigation – Plan du site

La « brésilianisation » du football professionnel portugais : une approche géographique

A "brasileirização" do futebol profissional português: uma abordagem geográfica
The "brazilianization" of Portuguese professional football: a geographical approach
Bertrand Piraudeau

Résumés

L’analyse des migrations des footballeurs professionnels brésiliens à destination du championnat élite portugais (18 clubs étudiés) permet de mettre en relief les grandes périodes historiques des déplacements des joueurs entre le Brésil et le Portugal entre 1955 et 2013. Par ailleurs, cela permet de comprendre les interactions spatiales entre les clubs portugais d’accueil et les clubs brésiliens exportateurs de joueurs et d’étudier la place occupée par le Portugal dans le système des transferts des joueurs brésiliens en Europe. Cette contribution montre la distribution spatiale des joueurs brésiliens évoluant dans les clubs recruteurs portugais et rend possible la compréhension de la position du Portugal dans le système footballistique européen et international. Ainsi, l’approche géographique des transferts des footballeurs brésiliens invite, en définitive, à nous interroger sur les dynamiques spatiales, créées et développées par les clubs portugais, et vécues par les joueurs brésiliens.

Haut de page

Texte intégral

Jogadores brasileiros em clubes portuguesesAfficher l’image
Crédits : http://uipi.com.br/wp-content/uploads/2013/09/Crise-afeta-clubes-portugueses-e-traz-mais-riscos-para-jogadores-brasileiros.jpg
  • 1 Selon les statistiques du Service des étrangers et des frontières (SEF), en 2005, 81000 Brésiliens (...)
  • 2 « Seul le Portugal, de par son passé, a connu avant les années quatre-vingt-dix un flux important d (...)

1La présence des Brésiliens au Portugal remonte à plusieurs décennies. Entre 1960 et 2010, le nombre de Brésiliens à destination du Portugal n’a cessé d’augmenter et représente au début des années 2000, la première communauté étrangère recensée au Portugal1. « Les liens coloniaux expliquent les relations qui se sont construites tout au long des siècles de domination ibérique en Amérique latine, tant de l’Espagne que du Portugal et dont nous trouvons aujourd’hui un héritage que ce soit dans la langue, dans une partie de la culture, des coutumes et de la religion » (Padilla ; 2008, p. 64). Si comme le souligne Hélion Povoa Neto (2006) « l’émigration des Brésiliens représente une discontinuité historique » en référence et comparaison aux « émigrants portugais, ”les Brasileirosˮ, qui ont fait de l’argent au Brésil » (Rocha Trindade ; 1995), les migrations des Brésiliens à destination du Portugal et de l’Europe se sont progressivement structurées2. « Les liens de retour dans certains cas renforcent les liens coloniaux […] Cette immigration de retour disparaît souvent dans les statistiques parce que les immigrants brésiliens sont porteurs de passeports européens » (Padilla ; Ibid.). Dans le cadre des migrations de travail actuelles entre le Brésil et le Portugal, il existe deux types de trajectoires : celles des travailleurs très qualifiés et celles des peu ou pas qualifiés. Les footballeurs professionnels brésiliens sont ainsi considérés au Portugal comme une élite migrante, jeune, masculine et formée. En 2008, « le pays qui a accueilli le plus de joueurs brésiliens est le Portugal (132 joueurs), pour des raisons historiques et linguistiques évidentes (cf. carte n°1) » (Théry ; 2008).

Carte n°1 : Le Portugal principale destination des footballeurs brésiliens exportés en 2008

Carte n°1 : Le Portugal principale destination des footballeurs brésiliens exportés en 2008

Source : CBF 2004-2008 – réalisation Hervé Théry 2014

  • 3 « Le Portugal, gros consommateur de joueurs brésiliens, n'alignera qu'un joueur brésilien, le défen (...)

2Dans le système de régulation des transferts mis en œuvre par la FIFA, « en 2014, le Brésil reste le pays le plus actif en matière de transferts internationaux, avec 746 joueurs transférés au Brésil et 656 qui ont quitté le pays. L’axe Brésil-Portugal est le premier axe mondial d’échanges de joueurs. La connexion Brésil-Portugal est particulièrement active, avec 91 joueurs passant du Brésil au Portugal et 137 joueurs faisant le chemin inverse » (Le Monde ; 29 janvier 2014). Pour faciliter leur intégration dans le marché footballistique européen, le Gouvernement portugais propose un statut spécifique aux joueurs brésiliens. « Après une année de présence au Portugal, les joueurs brésiliens peuvent demander au Gouvernement un statut spécial qui leur permet d’être considérés comme des footballeurs nationaux » (Poli ; 2010, p. 82). La réglementation favorise parfois la naturalisation portugaise de certains footballeurs brésiliens évoluant au Portugal. « En 2012, le footballeur Képler Laveran Lima Ferreira, plus connu sous le nom de Pepe3, est actuellement le seul membre de la « brazilian connection » au sein de la sélection portugaise, qui a également compté dans un passé récent d’autres joueurs brésiliens naturalisés Deco et Liédson. Arrivé au Portugal en 2001, il a reçu son passeport et une première convocation dans la foulée en 2007 pour évoluer avec la sélection portugaise» (So Foot ; 11 septembre 2012). Si les facteurs économico-sportifs jouent un rôle essentiel dans la configuration des modèles migratoires footballistiques brésiliens à destination du Portugal, d’autres critères sont aussi impliqués. « Des réseaux d’interdépendances spécifiques influencent et donnent forme aux migrations globales de sportifs » (Maguire et Pearton ; 2000, p. 187-188). A ce titre Raffaële Poli souligne que « la sélectivité géogra­phique des flux inter­nationaux des footballeurs [brésiliens] montre la nécessité de tenir compte, dans l’analyse, de facteurs qui ne sont pas directement économiques [et sportifs], mais font intervenir l’histoire des relations entre les territoires (liens linguistiques, similitudes de cadre juridique…), acteurs et réseaux » (2007).

Cadre d’étude

  • 4 Cette contribution sur les footballeurs brésiliens est une « extension » d’une contribution réalisé (...)
  • 5 Notre analyse dissocie les notions de « flux », « stock » et « sans double compte ». Les « flux » c (...)
  • 6 L’étude porte sur les 18 clubs professionnels portugais évoluant au sein de l’élite au cours de la (...)

3L’étude est consacrée à l’ensemble des footballeurs brésiliens qui ont évolués et évoluent au sein des 18 clubs du championnat professionnel élite portugais (ici appelé Primeira Liga) au cours de la saison 2013-2014 et ce, pendant la période 1955-20134. Pour analyser les résultats à l’échelle des clubs portugais, cet article s’est appuyé principalement sur le site Le monde du foot (http://www.mondedufoot.fr/​). Il comptabilise tous les joueurs de football ayant évolué et évoluant au sein des clubs portugais étudiés entre 1955 et 2013. Il contient également des informations précises et actualisées sur l’âge, la nationalité, les clubs fréquentés… des joueurs brésiliens figurants dans les clubs de la Primeira Liga depuis 1955, et cela jusqu’à la saison 2013-2014. Afin de vérifier et compléter l’ensemble des données dont dispose ce site, nous nous sommes aussi appuyés sur les sites des clubs portugais qui permettent de confirmer la présence des joueurs brésiliens au sein des effectifs étudiés. Entre 1955 et 2013, 1277 joueurs de nationalité brésilienne ont été recensés à destination (flux5) des 18 clubs portugais analysés6. Certains joueurs brésiliens ont évolué dans 2, 3 voire 4 clubs portugais analysés. On recense ainsi 896 joueurs brésiliens « sans double compte ». À notre connaissance, aucune étude fondée sur un corpus de joueurs brésiliens évoluant au sein des clubs portugais sur une période aussi vaste (1955 à 2013) n’avait été réalisée jusqu’à présent. Ces sportifs, représentatifs de l’élite des footballeurs professionnels, ont pu débuter leur carrière professionnelle dans des clubs brésiliens voire sud-américains pour une grande majorité d’entre eux, comme dans des clubs européens et portugais.

4Le décompte minutieux de la présence des joueurs brésiliens au sein du championnat portugais permet d’appréhender le degré de « brésilianisation » au sein des effectifs portugais et de comprendre les « articulations spatiales » entre les clubs brésiliens « exportateurs » et les clubs portugais « consommateurs ». Les traitements statistiques et cartographiques des recensements des footballeurs brésiliens proposent de valider ou d’invalider certaines hypothèses sur la « brésilianisation footballistique » du championnat professionnel élite portugais. Par ailleurs, cette étude révèle les arrivées (« flux ») progressives des joueurs brésiliens à destination des clubs portugais au cours des différentes saisons, les clubs de provenance et le nombre de saisons passées au sein de ces clubs portugais. Elle permet enfin de cartographier les clubs de provenance et d’arrivée et de montrer l’articulation du championnat portugais au sein des autres championnats européens. Est-ce que le Portugal est un véritable « pays tremplin » de footballeurs professionnels brésiliens à destination de l’Europe ?

Présence des joueurs brésiliens dans les clubs professionnels portugais entre 1955 et 2013 

L’arrivée progressive des footballeurs brésiliens au Portugal

  • 7 L’arrêt Bosman rendu par la Cour de justice européenne le 15 décembre 1995 est une décision qui éte (...)

5La présence des footballeurs brésiliens dans le championnat portugais entre 1955 et 2013 illustre trois grandes périodes (cf. graphiques n°2). Tout d’abord, le premier temps correspond à 1955 - 1985. Une soixantaine de joueurs brésiliens est recrutée pas les clubs portugais. « Le footballeur brésilien est reconnu pour ses qualités sportives mis en avant par les bons résultats des sélections nationales, il réalise ainsi une grande partie de sa carrière professionnelle en Europe. Au regard des nouvelles réglementations imposées par les fédérations nationales et dans un contexte de limitation du nombre de joueurs étrangers au sein des effectifs des clubs européens, les footballeurs brésiliens vont connaître une progression au début des années 1970. Les victoires du Brésil lors des Coupes du Monde de football en 1958, 1962 et 1970 vont « officialiser » la qualité footballistique des joueurs brésiliens et se ressentir dans le nombre de transferts réalisés entre le Brésil et les clubs portugais et européens » (Piraudeau ; 2014). Une seconde période 1985 – 1995 va être marquée par un accroissement significatif de footballeurs brésiliens à destination des clubs portugais. Ainsi, en dix ans, 89 joueurs vont être recrutés. Leur présence plus importante au cours de cette période est régulière malgré l’existence des réglementations limitatives des joueurs étrangers évoluant au sein des clubs européens. Enfin, la dernière période débute en 1995 et se poursuit jusqu’en 2013. Victoires en Coupe du Monde du Brésil (1994 et 2002) et Arrêts Bosman et Malaja7 (1995 et 2002) vont accentuer et faciliter la circulation des footballeurs brésiliens à destination de l’Europe et du Portugal. En 2008 et 2010, deux « pics » respectivement de 78 et 71 joueurs brésiliens sont recensés au sein des clubs portugais. Au regard de ces deux saisons étudiées (2008 et 2010), on comptabilise plus du double de footballeurs brésiliens qu’en trois décennies de transferts (1955-1985).

6

Graphique n°2 : Arrivées des joueurs brésiliens au sein des clubs européens et portugais entre 1955 et 2013

Graphique n°2 : Arrivées des joueurs brésiliens au sein des clubs européens et portugais entre 1955 et 2013

Source : Mondedufoot.fr ; 2014

Répartition des footballeurs brésiliens étudiés au sein des clubs du championnat portugais

7L’ensemble des données disponibles et traitées en 2014 portent sur l'ensemble des saisons de 1955-1956 à 2013-2014 et permettent d’appréhender le degré de « brésilianisation » des 18 équipes portugaises étudiées (cf. graphique n°3). Les footballeurs brésiliens se répartissent au sein des clubs portugais localisés (cf. carte n°2) principalement autour de deux pôles : Porto au nord et Lisbonne au sud ainsi que dans le club Académica de Coimbra et les clubs du CS Maritimo et CD Nacional sur l’Ile de Madère.

Graphique n°3 : Nombre de joueurs brésiliens évoluant dans les clubs portugais étudiés entre 1955 et 2013

Graphique n°3 : Nombre de joueurs brésiliens évoluant dans les clubs portugais étudiés entre 1955 et 2013

Source : Mondedufoot.fr ; 2014

8

Carte n° 2 : Les joueurs brésiliens évoluant dans les clubs portugais étudiés entre 1955 et 20

Carte n° 2 : Les joueurs brésiliens évoluant dans les clubs portugais étudiés entre 1955 et 20

L’origine géographique des clubs de provenance des footballeurs brésiliens évoluant dans le championnat portugais

9L’analyse conduite sur le nombre de joueurs brésiliens transférés vers les clubs portugais entre 1955 et 2013 nous amène à dissocier les footballeurs professionnels exportés par les clubs brésiliens et les footballeurs brésiliens qui ont connu leur première professionnalisation au sein d’un club européen ou portugais sans avoir été transférés au départ du Brésil.

Les clubs brésiliens exportateurs de footballeurs brésiliens à destination du Portugal

  • 8 « L’économie du football sud-américain [brésilien] est en effet largement extravertie et repose en (...)

10Entre 1955 et 2013, une centaine de clubs brésiliens a exporté des footballeurs brésiliens à destination des clubs portugais (cf. carte n°3). « L’affirmation d’une industrie du football puissante en Amérique Latine [au Brésil] commence pour sa part à être mise en lumière. A ainsi été souligné le fait qu’il s’agissait d’abord d’une industrie exportatrice de joueurs, et ce depuis les années 1920, à destination de l’Europe [du Portugal], puis de plus en plus du monde entier8 » (Lanfranchi, Taylor, 2001 ; Taylor, 2006). L’analyse conduite sur la période 1955-2013 permet de dresser une typologie des clubs brésiliens exportateurs de footballeurs professionnels à destination du championnat portugais. 558 des joueurs brésiliens (soit 62% du total des joueurs brésiliens analysés) ont été transférés par un club brésilien ou d’Amérique Latine.

Carte n°3 : Les clubs brésiliens exportateurs de footballeurs brésiliens entre 1955 et 2013

Carte n°3 : Les clubs brésiliens exportateurs de footballeurs brésiliens entre 1955 et 2013

11-Les deux principaux « pôles footballistiques exportateurs » (entre 21 et 35 joueurs – cf. graphique n°4) : les clubs de Vasco Da Gama et Cruzeiro EC, deux institutions footballistiques localisées respectivement dans les villes de Rio de Janeiro et Belo Horizonte. Les deux clubs brésiliens ont exporté 26 et 33 joueurs brésiliens entre 1955 et 2013 à destination des clubs portugais. 6,5 % des 896 joueurs brésiliens transférés vers le Portugal proviennent de ces deux clubs exportateurs.

12 -Les 15 pôles majeurs d’exportation (entre 10 et 20 joueurs - cf. graphique n°4) : 15 clubs brésiliens ont transférés 229 joueurs à destination du championnat portugais, soit 25,5 % du nombre total de joueurs brésiliens exportés. Sur ces 15 clubs, 10 d’entre eux sont localisés dans les aires urbaines des métropoles brésiliennes : Porto Alegre (Internacional et Grêmio), Belo Horizonte (Atlético Mineiro), Sao Paulo (Corinthians, Palmeiras) et Rio de Janeiro (Botafogo, Flamengo, Fluminense).

  • 9 Ce résultat fait référence à une étude intitulée Regard géographique sur les transferts des footbal (...)

13 -Une centaine de pôles mineurs d’exportation (entre 1 et 9 joueurs – cf. carte n°1) : 102 clubs brésiliens ont ainsi exportés 608 joueurs (soit 68 % du nombre total de joueurs) vers le Portugal. Comme le souligne Fabien Archambault « le système d’exportation ne concerne pas uniquement les grands clubs employant des cadors repérés et révélés comme tels lors des compétitions internationales mais également la masse des petites formations salariant des joueurs en devenir et candidats au départ à un âge toujours plus précoce » (2010 ; p. 28). Si 68 % des brésiliens à destination du championnat portugais proviennent d’une centaine de clubs brésiliens (102), on recense 320 joueurs brésiliens (soit 41 % du total des joueurs brésiliens) exportés par « seulement » 14 clubs brésiliens à destination des cinq principaux championnats européens (Allemagne, Angleterre, Espagne, France et Italie)9. Il existe donc une multiplication des « pôles brésiliens de départ » de joueurs brésiliens à destination du championnat portugais. Par ailleurs, notons que moins d’une dizaine de clubs sud-américains (Equateur, Mexique, Uruguay et Venezuela) exportent aussi des footballeurs brésiliens à destination du Portugal.

Graphique n°4 : Les 20 premiers clubs brésiliens exportateurs de footballeurs brésiliens à destination des équipes portugaises entre 1955 et 2013

Graphique n°4 : Les 20 premiers clubs brésiliens exportateurs de footballeurs brésiliens à destination des équipes portugaises entre 1955 et 2013

Source : Mondedufoot.fr ; 2014

Les clubs portugais : clubs professionnels de début de carrière des footballeurs brésiliens

  • 10 L’analyse des premiers clubs professionnels des joueurs brésiliens ne prend pas en compte les clubs (...)

14Entre 1955 et 2013, 338 (soit 38%) des 896 joueurs brésiliens étudiés ont ainsi débuté leur carrière au sein d’un club professionnel portugais10 (cf. graphique n°5 – carte n°4). 54 clubs portugais ont ainsi proposé un premier contrat professionnel aux 338 joueurs brésiliens. Les clubs portugais de Boavista Porto et Paços de Ferreira arrivent en tête suivis du CS Maritimo, Sporting Braga, CD Nacional, OS Belenenses, Rio Ave FC, Sporting CP, Vitoria Guimaraes… Ils n’ont ainsi pas connu de premiers transferts au départ du Brésil. Ces derniers ont pu toutefois, au cours de leur carrière, repartir au Brésil pour revenir ensuite évoluer en Europe et/ou au Portugal.

Carte n°4 : Les clubs professionnels portugais de début de carrière des footballeurs brésiliens entre 1955 et 2013

Carte n°4 : Les clubs professionnels portugais de début de carrière des footballeurs brésiliens entre 1955 et 2013

Graphique n°5 : Les 20 premiers clubs professionnels portugais proposant un contrat professionnel à des joueurs brésiliens entre 1955 et 2013

Graphique n°5 : Les 20 premiers clubs professionnels portugais proposant un contrat professionnel à des joueurs brésiliens entre 1955 et 2013

(pas de premier transfert entre le Brésil et le Portugal)

Source : Mondedufoot.fr ; 2014

La distribution spatiale des footballeurs brésiliens au sein des clubs européens et portugais

15Les premières destinations européennes des joueurs brésiliens évoluant au Portugal (1955-2013)

16Au regard des 896 joueurs brésiliens recensés au sein des 18 équipes portugaises analysées, 7 clubs portugais (CS Maritimo, CD Nacional, FC Porto, OS Belenenses, Vitoria Guimaraes, SL Benfica, Academica de Coimbra, Sporting CP, Sporting Braga) accueillent plus de 40 footballeurs brésiliens (cf. graphique n°6). Ils constituent ainsi les premières et principales destinations des footballeurs brésiliens entre 1955 et 2013. On retrouve dans ce groupe le FC Porto, le Sporting Club du Portugal et le SL Benfica, trois des plus importants clubs portugais en termes de popularité, sportif et économique. Les 20 premières destinations européennes de l’ensemble des joueurs brésiliens étudiés sont portugaises. 89% des footballeurs brésiliens ayant évolué dans l’un de ces clubs entre 1955 et 2013 ont débuté leur carrière professionnelle en Europe dans un club portugais. 11% des joueurs brésiliens ont évolué dans une vingtaine de pays européens (Espagne, Italie, Belgique,…cf. graphique n°7 - carte n°5).

Carte n°5 : Les premières destinations européennes des joueurs brésiliens ayant évolué au Portugal entre 1955 et 2013

Carte n°5 : Les premières destinations européennes des joueurs brésiliens ayant évolué au Portugal entre 1955 et 2013

Graphique n° 6 : Les 20 premiers clubs européens (portugais) de destination des joueurs brésiliens entre 1955 et 2013

Graphique n° 6 : Les 20 premiers clubs européens (portugais) de destination des joueurs brésiliens entre 1955 et 2013

Source : Mondedufoot.fr ; 2014

Graphique n°7 : Premier pays européen de destination des joueurs brésiliens évoluant au Portugal entre 1955 et 2013

Graphique n°7 : Premier pays européen de destination des joueurs brésiliens évoluant au Portugal entre 1955 et 2013

Source : Mondedufoot.fr ; 2014

Une tentative de typologie des clubs portugais « consommateurs » de footballeurs brésiliens

17En examinant le nombre de joueurs brésiliens présents dans l’ensemble des effectifs des clubs étudiés entre 1955 et 2013, on observe une disparité de clubs portugais de première destination concentrés autour de deux « pôles » : Porto et Lisbonne. On recense ainsi 65 clubs portugais « consommateurs » et considérés comme la première destination pour les footballeurs brésiliens (cf. carte n°6).

Carte n°6 : Les clubs portugais de premières destinations et « consommateurs » des footballeurs brésiliens entre 1955 et 2013

Carte n°6 : Les clubs portugais de premières destinations et « consommateurs » des footballeurs brésiliens entre 1955 et 2013
  • Les « clubs brésilianisés » avec un fort degré de « brésilianisation », recensant plus de 50 joueurs brésiliens recrutés au sein de leurs effectifs (cf. carte n°6). Les 7 clubs représentent presque la moitié (45,5 %) des premières destinations des joueurs brésiliens évoluant dans les 18 clubs portugais étudiés. On retrouve une fois de plus, les grands clubs phares du pays (SL Benfica, FC Porto et Sporting Club de Portugal) et 4 autres clubs localisés pour une grande partie d’entre eux au sein des villes moyennes portugaises (CS Maritimo, CD Nacional, OS Belenenses, Vitoria Guimarães).

  • Les « clubs satellites » disposant entre 20 et 50 joueurs représentent 37,5% des clubs analysés (cf. carte n°5). Excepté le club de Boavista Porto localisé à Porto, on retrouve essentiellement des clubs situés dans des moyennes et petites villes portugaises (Braga, Coimbra, Paços de Ferreira, Estoril, Setubal, Vicente, Rio Ave, Penafiel).

  • Les « clubs d’accueil secondaires » qui ont entre 1 et 20 joueurs (cf. carte n°6) représentant 17% des destinations des joueurs brésiliens accueillis.

« Transferts boomerang » des joueurs brésiliens vers le Portugal

18Le recensement des clubs professionnels brésiliens servant d’« espaces-rebonds » vers le Portugal pour les joueurs brésiliens permet de souligner l’importance des « clubs tremplins » exportateurs d’Amérique Latine (cf. carte n°7). Le « club rebond » brésilien correspond à un club qui exporte/transfère un joueur professionnel brésilien pour la seconde fois de sa carrière vers un club portugais et/ou européen.

Une « ré-exportation » des joueurs brésiliens à destination du Portugal

19Les clubs brésiliens vendeurs d’un joueur brésilien à destination des clubs portugais et/ou européens pour la seconde, troisième, quatrième voire cinquième fois sont régulièrement différents dans une carrière d’un joueur brésilien. Les principaux clubs rebonds exportateurs ou clubs « re-exportateurs » brésiliens correspondent principalement aux clubs exportateurs de provenance analysés. « Leur position d’espaces de transferts de joueurs pour la seconde fois de leur carrière montre leur domination dans le système de transferts de joueurs d’Amérique Latine. Ils sont localisés dans les grandes métropoles brésiliennes (Rio de Janeiro et Sao Paulo – cf. graphique n°8) […] (PALOMINO ; 1988). Le club de Cruzeiro EC, localisé à Belo Horizonte arrive nettement en tête des clubs brésiliens re-exportateurs de joueurs à destination du Portugal (cf. graphique n°8). Ces « clubs rebonds » sont pleinement intégrés dans le système footballistique international. Comme le souligne Carmen Rial (2014) en s’appuyant sur les travaux de Saskia Sassen sur les villes globales (1991, 2003), ces clubs brésiliens sont des « clubs globaux », « ils transcendent les frontières de leurs villes, régions et même de leur Etat-nation. Ce sont des nodules de flux économiques, humains, médiatiques et symboliques globaux parce qu’ils concentrent des capitaux qui circulent mondialement ». La multiplication des transferts opérés par ces clubs garantit leur prospérité économique et leur assure un rayonnement footballistique mondial. Sur les 896 joueurs analysés, 358 d’entre eux, soit 40% de l’ensemble des joueurs brésiliens, ont au moins réalisé un aller-retour dans leur carrière entre un club portugais et un club brésilien (cf. graphique n°9). Ce processus s’intensifie depuis une dizaine d’années. Le retour provisoire ou parfois définitif dans leurs pays d’origine est une caractéristique propre des trajectoires des joueurs brésiliens. « Ces retours temporaires résultent souvent d’une non adaptation du joueur au contexte européen, celui-ci préférant repartir vers son pays d’origine plutôt que d’envisager une carrière descendante vers des championnats de niveaux inférieurs. […] le retour vers l’Amérique Latine [le Brésil] est une parenthèse souhaitée et nécessaire pour la reprise d’un parcours ascendant. Cette stratégie est rendue possible par les accords entre les clubs européens et sud-américains [brésiliens] ainsi que par leur capacité à payer une partie des salaires des joueurs » (Besson et Ravenel ; 2009).

20

  • 11 L’Atlas du sport mondial, (Autrement ; 2010) présente une carte du Monde et d’Europe des allers-ret (...)

Carte n°7 : Les clubs brésiliens re-exportateurs de footballeurs brésiliens à destination du Portugal entre 1955 et 201311

Carte n°7 : Les clubs brésiliens re-exportateurs de footballeurs brésiliens à destination du Portugal entre 1955 et 201311

21

Graphique n°8 : Les principaux clubs brésiliens reexportateurs de joueurs brésiliens à destination du Portugal entre 1955 et 2013

Graphique n°8 : Les principaux clubs brésiliens reexportateurs de joueurs brésiliens à destination du Portugal entre 1955 et 2013

22Source : Mondedufoot.fr ; 2014

23

Graphique n° 9 : Nombre d’aller(s)/retour(s) réalisé(s) au cours de leur carrière par les joueurs brésiliens évoluant au Portugal entre 1955 et 2013

Graphique n° 9 : Nombre d’aller(s)/retour(s) réalisé(s) au cours de leur carrière par les joueurs brésiliens évoluant au Portugal entre 1955 et 2013

Source : Mondedufoot.fr ; 2014

Les trajectoires professionnelles des footballeurs brésiliens à destination de l’Europe et du Portugal

  • 12 16 des 20 premiers clubs recensés sur les 254 clubs au total sont portugais. Soulignons que 142 jou (...)

24L’analyse spatiale approfondie des trajectoires professionnelles des footballeurs brésiliens à destination des clubs portugais met aussi en relief les clubs européens et sud-américains (principalement brésiliens) fréquentés après avoir évolué dans l’un des 18 clubs portugais analysés (cf. graphique n°10). Il en ressort que les joueurs brésiliens poursuivent leur carrière majoritairement dans les clubs portugais12 (cf. carte n°8). 50% d’entre eux poursuivent leur carrière au sein d’un second club professionnel portugais. Par ailleurs, notons que 4 clubs brésiliens s’inscrivent dans les 20 premiers clubs suivant le premier club portugais de destination : Cruzeiro EC (3ème), Fluminense RJ (12ème), SE Palmeiras (14ème) et Vasco da Gama (17ème). 30 % des footballeurs brésiliens qui ont évolué et évoluent au sein des clubs portugais analysés continuent leur carrière au Portugal, et enfin 20% dans d’autres eux vers d’autres pays internationaux (cf. graphique n°11).

25

Carte n°8 : Les pays suivant le premier club portugais de destination des joueurs brésiliens entre 1955 et 2013

Carte n°8 : Les pays suivant le premier club portugais de destination des joueurs brésiliens entre 1955 et 2013

Graphique n°10 : Clubs européens (portugais) et brésiliens suivant le premier club portugais de destination des joueurs brésiliens entre 1955 et 2013

Graphique n°10 : Clubs européens (portugais) et brésiliens suivant le premier club portugais de destination des joueurs brésiliens entre 1955 et 2013

Source : Mondedufoot.fr ; 2014

Graphique n°11 : Pays suivant le premier club portugais de destination des joueurs brésiliens entre 1955 et 2013

Graphique n°11 : Pays suivant le premier club portugais de destination des joueurs brésiliens entre 1955 et 2013

Source : Mondedufoot.fr ; 2014

26Au cours de leur carrière professionnelle, les footballeurs brésiliens ayant évolué au Portugal connaissent des trajectoires individuelles variées. En analysant spécifiquement le nombre de saisons passées au sein des clubs portugais (cf. graphique n°12), on observe que plus de la moitié des joueurs (soit 64%) n’évoluent qu’entre une et trois saison dans les clubs portugais. Plus le nombre de saisons passées au Portugal se prolonge, moins le nombre de joueurs brésiliens sont concernés. Soulignons qu’une quinzaine de joueurs brésiliens ont réalisé entre 13 et 16 saisons au Portugal, soit l’intégralité parfois de leur carrière.

Graphique n°12 : Nombre de saisons passées au Portugal par les joueurs brésiliens ayant évolué au Portugal entre 1955 et 2013

Graphique n°12 : Nombre de saisons passées au Portugal par les joueurs brésiliens ayant évolué au Portugal entre 1955 et 2013

Source : Mondedufoot.fr ; 2014

27L’analyse approfondie du nombre des clubs portugais (cf. graphique n°13) fréquentés par les joueurs brésiliens met en évidence que plus de la moitié des Brésiliens (52 %) n’ont connu qu’un seul club portugais au sein de leur carrière. 30 % d’entre eux ont évolué dans 2 voire 3 clubs professionnels et 18 % dans 4 clubs portugais et plus. Une forte mobilité intranationale liée aux transferts entre clubs portugais est donc à mettre en relief.

28

Graphique n°13 : Nombre de clubs portugais fréquentés par les joueurs brésiliens ayant évolué au Portugal entre 1955 et 2013

Graphique n°13 : Nombre de clubs portugais fréquentés par les joueurs brésiliens ayant évolué au Portugal entre 1955 et 2013

Source : Mondedufoot.fr ; 2014

29Par ailleurs, une importante mobilité internationale des joueurs brésiliens évoluant dans les clubs portugais est aussi à relever. 44,5 % des joueurs brésiliens ont évolué dans au moins trois pays (exclus le Brésil et le Portugal – cf. graphique n°14).

30

Graphique n°14 : Nombre de total de pays fréquentés par les joueurs brésiliens ayant évolué au Portugal entre 1955 et 2013

Graphique n°14 : Nombre de total de pays fréquentés par les joueurs brésiliens ayant évolué au Portugal entre 1955 et 2013

Source : Mondedufoot.fr ; 2014

Les positions sportives occupées par les footballeurs brésiliens dans les équipes portugaises

  • 13 Adrien PECOUT Le Brésil, premier pays exportateur de footballeurs, Le Monde, 23 juin 2014.

31L’examen de l’ensemble des footballeurs brésiliens recrutés entre 1955 et 2013 par les clubs portugais montre une représentation équilibrée des profils de joueurs au regard de leur position sportive occupée dans les équipes (cf. graphique n°15). Les joueurs, opérant comme « attaquant », sont les plus représentés (33 %), suivis respectivement par les milieux de terrain (32 %), les défenseurs (30 %) et les gardiens de but (5 %). « Comme il s'agit d'une immigration de masse, on a désormais des joueurs qui ont des niveaux très différents, analyse Loïc Ravenel. Et contrairement au cliché, maintenant, le profil type du Brésilien expatrié n'est pas un joueur au dribble chaloupé, comme Neymar, mais plutôt des défenseurs ou des milieux de terrain13».

Graphique n°15 : Positions sportives occupées par les footballeurs brésilien dans les équipes portugaises entre 1955 et 2013

Graphique n°15 : Positions sportives occupées par les footballeurs brésilien dans les équipes portugaises entre 1955 et 2013

Source : Mondedufoot.fr ; 2014

Conclusion

32La présence d’une grande partie d’internationaux brésiliens au sein des clubs portugais est le résultat d’interconnexions (culturels, historiques, linguistiques, sportives…) entre l’espace d’exportation brésilien et l’espace de consommation portugais. Si les connexions entre les deux pays sont évolutives, la présence des footballeurs brésiliens nous renseigne alors sur « un processus de mondialisation qui contribue à l’intégration fonctionnelle des espaces à une échelle transnationale. Ainsi, l’approche relationnelle de la globalisation est particulièrement utile en permettant à l’analyse économique [et sportive] de s’inscrire dans un environnement socio-historique qui, s’il n’est pas déterminant, pèse sur l’organisation des réseaux migratoires » (Besson et Ravenel ; 2009) entre les clubs portugais et brésiliens (Piraudeau ; 2014). L’exportation de joueurs brésiliens répond donc à une nécessité économico-sportive pour les clubs professionnels portugais. A ce titre, le Portugal n’est plus une porte d’entrée pour les footballeurs brésiliens en quête d’une trajectoire migratoire et sportive européenne. Comme le précise Loïc Ravenel (2014) « Ce n’est plus un passage obligé. De plus en plus de Brésiliens arrivent directement dans les autres championnats sans passer par la case Lisbonne ou Porto. Une des autres caractéristiques, quand l’adaptation est difficile, c’est le retour au pays sous forme de prêt. Ils rentrent 6 mois au Brésil puis ils reviennent. Les aller-retours entre l’Amérique du Sud et l’Europe sont fréquents ». L’exportation des joueurs brésiliens se réalise aujourd’hui à l’échelle internationale. Dès lors, quelle va être la place du Portugal dans les trajectoires professionnelles des footballeurs brésiliens dans les prochaines années (un espace tremplin vers le Brésil, de début ou fin de carrière, espace de transit vers l’Europe, la Chine, l’Inde, les pays du Moyen Orient…) ? L’évolution de la mobilité intranationale (entre clubs professionnels portugais) et internationale (entre clubs internationaux) des joueurs brésiliens, le rôle des clubs brésiliens exportateurs et parfois re-exportateurs et la position des clubs portugais/européens laissent entrevoir de nouvelles perspectives d’analyses géographiques.

Haut de page

Bibliographie

ASTRUC, Clément (2014). "Le métier de footballeur : origines, ascension sociale et condition des joueurs brésiliens des années 1950 à 1980", Les Cahiers d’Amérique Latine, n°74, p. 75-92.

BALE John, MAGUIRE Joseph, dir. (1994). The Global Sports Arena: Athletic Talent Migration in an Interdependant World. London: Frank Cass, XII- 289 p.

BESSON, Roger et RAVENEL, Loïc (2009). Migração dos jogadores sul-americanos de futebol profissional para a Europa : uma abordagem geográfica. Consultable : http://observatoriogeograficoamericalatina.org.mx/egal12/Geografiasocioeconomica/Geografiadelapoblacion/13.pdf

DAMATTA, Roberto (1982). « Notes sur le futebol brésilien », Revue Le Débat, publiée chez Gallimard, n°19, p.68-76.

DAMO, Arlei Sander, (2007). Do dom à profissao : formaçao de futebolistas no Brasil e na França, Sao Paulo, Hucitec.

DIETSCHY, Paul (2010). « Les révolutions sud-américaines », in Histoire du football, Paris, Perrin, p. 247-301.

EISENBERG Christiane, LANFRANCHI Pierre, TONG Muson et WAHL Alfred, avec la collaboration de Heidrun Hamburg et Paul Dietschy (2004). 1904-2004 Le siècle du football. Le Cherche Midi, 311 p.

FINDLAY A., LI F. (1998). «A Migration Channels Approach to Study of Professionals Moving to and from Hong Kong». International Migration Review, 32 (3), p. 682-703.

LEITE LOPES, José Sergio, FAGUER, Jean-Pierre (1994) « L’invention du style brésilien. Sport, journalisme et politique au Brésil », Revue Actes de la recherche en sciences sociales, publication du Seuil, n°103.6, p. 27-35.

LANFRANCHI, Pierre, TAYLOR Matthew (2001) « The South American Artists » in Moving with the Ball. The Migration of Professional Footballers, Oxford-New-York, Berg, p. 69-110.

MAGEE, John, SUGDEN, John (2002). «The World at Their Feet. Professional Football and International Labor Migration». Journal of Sport & Social Issues, 26 (4), p. 421-437.

MAGUIRE, Joseph, PEARTON, Robert (2000). «Global Sport and the Migration Patterns of France ’98 World Cup Finals Players: Some Preliminary Observations». In GARLAND J., MALCOLM D., ROWE M., dir., The Future of Football. Challenges for the Twenty-First Century. p. 175-189. London: Cass, XIV-238 p.

PADILLA, Beatriz, HERNANDEZ-PLAZA, Sonia, ORTIZ, Alejandra (2013). « Avaliando as boas práticas em Saúde e Migrações em Portugal: Teoria, prática e política », [Evaluating good practices on health and migration in Portugal: Theory, practice and politics], Forum Sociológico, 22, pp. 33-41.

Padilla, Beatriz (2013). « Saúde dos imigrantes: multidimensionalidade, desigualdades e acessibilidade em Portugal », Revista REMHU XXI, 21 (40), pp. 49-68. Disponible sur Internet : http://www.csem.org.br/remhu/index.php/remhu/article/viewFile/363/322).

PIRAUDEAU, Bertrand (2012). La sélection des footballeurs professionnels : les stratégies de recrutements des centres de formation du football français, Paris, L’Harmattan, 245 p.

PIRAUDEAU, Bertrand (dir.), (2014). Le football brésilien. Regards anthropologiques, géographiques et sociologiques, L’Harmattan, 218 p.

POLI, Raffaele (2004). «L’Europe à travers le prisme du football. Nouvelles frontières circulatoires et redéfinition de la nation». Cybergéo, n°294.

POLI, Raffaele (4/2007). Migrations et mondialisation : du système-monde aux réseaux sociaux, Mappemonde, n°88. En ligne : http://mappemonde.mgm.fr/num16/articles/art07401.html

POLI, Raffaele, RAVENEL, Loïc (2005). «Les frontières de la libre circulation dans le football européen. Vers une mondialisation des flux de joueurs?». Espace Populations Sociétés, n° 2, p. 293-303.

POLI, Raffaele, RAVENEL, Loïc (2006). The Annual Review of European Football Players’ Labour Market 2006. Neuchâtel: CIES, 80 p.

RASPAUD, Michel (2010). Histoire du football au Brésil, Paris, Chandeigne, 247 p.

RIAL, Carmen (2008). ‘Rodar: the circulation of brazilian football players abroad’, Horizontes antropológicos, 14, 30:21-65. Available HTTP http://socialsciences.scielo.org/scielo.php?pid=S0104-71832008000100007&script=sci_arttext (accessed 15 August 2013).

RIAL, Carmen (2009). “Porque todos os ‘rebeldes’ falam português”: a circulação de jogadores brasileiros/sul-americanos na Europa, ontem e hoje. Carmo, Renato Miguel e José Alberto Simões (org). A produção das Mobilidades - Redes, Espacialidades e Trajectos. Lisboa, ICS. pp.203-224.

ROSENFELD, Martin, GOIS, Pedro, LENZ, Annika, REYNTJENS, Pascal, REA, Andrea (2009). « France-Brésil sous l’angle des migrations et de l’altérité. Différences et similitudes », Homme et Migrations, n°1281, pp.54-63, Consultable sur Internet : [http://hommesmigrations.revues.org/374]

TAYLOR, Matthew (2006) « Les migrations de footballeurs : une approche historique », Histoire et Sociétés, Revue européenne d’histoire sociale, n°18-19, p.24-25.

THÉRY, Hervé (2006) « Futebol et hiérarchies urbaines au Brésil », Mappemonde, n°81.1.

Haut de page

Notes

1 Selon les statistiques du Service des étrangers et des frontières (SEF), en 2005, 81000 Brésiliens sont recensés au Portugal, soit 15% des étrangers présents au Portugal.

2 « Seul le Portugal, de par son passé, a connu avant les années quatre-vingt-dix un flux important de migrants brésiliens. Plusieurs auteurs (Beatriz Padilla, Cristina Braga Martes ou Soraya Fleischer) affirment que la croissance rapide que connaît aujourd’hui cette immigration trouverait son origine à la suite du 11 septembre 2001. Le durcissement des contrôles aux États-Unis aurait rendu cette destination moins accessible et ouvert la voie à une émigration brésilienne vers l’Europe » (Martin Rosenfeld, Pedro Góis, Annika Lenz, Pascal Reyntjens et Andrea Rea ; 2009).

3 « Le Portugal, gros consommateur de joueurs brésiliens, n'alignera qu'un joueur brésilien, le défenseur du Real Madrid, Pepe. Ce dernier avait choisi la nationalité portugaise, poussé par le sélectionneur de l'équipe Luiz Felipe Scolari » (France TV info ; mars 2014).

4 Cette contribution sur les footballeurs brésiliens est une « extension » d’une contribution réalisée sur les transferts des footballeurs brésiliens à destination des clubs européens (Allemagne, Angleterre, Espagne, France et Italie) entre 1930 et 2013.

5 Notre analyse dissocie les notions de « flux », « stock » et « sans double compte ». Les « flux » correspondent à l’arrivée des joueurs brésiliens au sein des différents clubs portugais. Le joueur brésilien peut ensuite évoluer une à plusieurs saisons au sein d’un club portugais/européen. Dès lors la deuxième, troisième et plus saison passée dans le club correspond à la notion de « stock ». Le joueur brésilien est ainsi comptabilisé autant de fois que le nombre de saison passée au sein du club. Enfin, la notion « sans double compte » concerne les joueurs brésiliens ayant évolué dans plusieurs clubs portugais/européens du championnat portugais analysés au cours de leur carrière professionnel. Ainsi, l’analyse « sans double compte » évite de recompter le joueur plusieurs fois au sein de notre étude.

6 L’étude porte sur les 18 clubs professionnels portugais évoluant au sein de l’élite au cours de la saison 2013-2014. Au cours de la période étudiée (1955-2013), certains clubs portugais analysés ont connu des cycles de bons et de mauvais résultats sportifs, les conduisant à des relégations ou des progressions au sein de la hiérarchie footballistique.

7 L’arrêt Bosman rendu par la Cour de justice européenne le 15 décembre 1995 est une décision qui étend le principe de la libre circulation des travailleurs aux sportifs professionnels. L’arrêt Malaja en 2002, rendu par le Conseil d’Etat en faveur de la basketteuse polonaise Lilia Malaja, accorde les dispositions de l’arrêt Bosman aux ressortissants des pays ayant signé un traité d’association avec l’Union européenne.

8 « L’économie du football sud-américain [brésilien] est en effet largement extravertie et repose en grande partie sur la manne des transferts vers le reste de la planète qui permettent à ses clubs non seulement d’équilibrer leur budget mais aussi de continuer à réaliser des investissements, notamment en achetant d’autres joueurs du cru destinés à leur tour à être vendus pour réaliser des bénéfices » (Archambault ; 2010, p. 27).

9 Ce résultat fait référence à une étude intitulée Regard géographique sur les transferts des footballeurs brésiliens à destination des championnats européens entre 1930 et 2013. Si une cinquantaine de clubs exportateurs brésiliens ont ainsi contribué à transférer des joueurs brésiliens à destination des championnats allemands, anglais, espagnols, français et italiens, le championnat portugais est donc caractérisé par une centaine de clubs exportateurs brésiliens.

10 L’analyse des premiers clubs professionnels des joueurs brésiliens ne prend pas en compte les clubs amateurs et formateurs brésiliens où ils ont pu évoluer avant d’arriver au Portugal.

11 L’Atlas du sport mondial, (Autrement ; 2010) présente une carte du Monde et d’Europe des allers-retours réalisés par les footballeurs brésiliens en 2008 à travers l’espace international et européen. La carte met en relief le nombre de joueurs brésiliens expatriés dans le monde et le fort taux de retour au pays.

12 16 des 20 premiers clubs recensés sur les 254 clubs au total sont portugais. Soulignons que 142 joueurs ont évolué dans des clubs portugais fréquentés en fin de carrière.

13 Adrien PECOUT Le Brésil, premier pays exportateur de footballeurs, Le Monde, 23 juin 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n°1 : Le Portugal principale destination des footballeurs brésiliens exportés en 2008
Crédits Source : CBF 2004-2008 – réalisation Hervé Théry 2014
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-1.png
Fichier image/png, 191k
Titre Graphique n°2 : Arrivées des joueurs brésiliens au sein des clubs européens et portugais entre 1955 et 2013
Crédits Source : Mondedufoot.fr ; 2014
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-2.png
Fichier image/png, 48k
Titre Graphique n°3 : Nombre de joueurs brésiliens évoluant dans les clubs portugais étudiés entre 1955 et 2013
Crédits Source : Mondedufoot.fr ; 2014
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-3.png
Fichier image/png, 25k
Titre Carte n° 2 : Les joueurs brésiliens évoluant dans les clubs portugais étudiés entre 1955 et 20
Légende L’origine géographique des clubs de provenance des footballeurs brésiliens évoluant dans le championnat portugais
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-4.png
Fichier image/png, 168k
Titre Carte n°3 : Les clubs brésiliens exportateurs de footballeurs brésiliens entre 1955 et 2013
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-5.png
Fichier image/png, 89k
Titre Graphique n°4 : Les 20 premiers clubs brésiliens exportateurs de footballeurs brésiliens à destination des équipes portugaises entre 1955 et 2013
Crédits Source : Mondedufoot.fr ; 2014
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-6.png
Fichier image/png, 34k
Titre Carte n°4 : Les clubs professionnels portugais de début de carrière des footballeurs brésiliens entre 1955 et 2013
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-7.png
Fichier image/png, 180k
Titre Graphique n°5 : Les 20 premiers clubs professionnels portugais proposant un contrat professionnel à des joueurs brésiliens entre 1955 et 2013
Légende (pas de premier transfert entre le Brésil et le Portugal)
Crédits Source : Mondedufoot.fr ; 2014
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-8.png
Fichier image/png, 31k
Titre Carte n°5 : Les premières destinations européennes des joueurs brésiliens ayant évolué au Portugal entre 1955 et 2013
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-9.png
Fichier image/png, 660k
Titre Graphique n° 6 : Les 20 premiers clubs européens (portugais) de destination des joueurs brésiliens entre 1955 et 2013
Crédits Source : Mondedufoot.fr ; 2014
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-10.png
Fichier image/png, 25k
Titre Graphique n°7 : Premier pays européen de destination des joueurs brésiliens évoluant au Portugal entre 1955 et 2013
Crédits Source : Mondedufoot.fr ; 2014
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-11.png
Fichier image/png, 53k
Titre Carte n°6 : Les clubs portugais de premières destinations et « consommateurs » des footballeurs brésiliens entre 1955 et 2013
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-12.png
Fichier image/png, 121k
Titre Carte n°7 : Les clubs brésiliens re-exportateurs de footballeurs brésiliens à destination du Portugal entre 1955 et 201311
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-13.png
Fichier image/png, 81k
Titre Graphique n°8 : Les principaux clubs brésiliens reexportateurs de joueurs brésiliens à destination du Portugal entre 1955 et 2013
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-14.png
Fichier image/png, 24k
Titre Graphique n° 9 : Nombre d’aller(s)/retour(s) réalisé(s) au cours de leur carrière par les joueurs brésiliens évoluant au Portugal entre 1955 et 2013
Crédits Source : Mondedufoot.fr ; 2014
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-15.png
Fichier image/png, 9,9k
Titre Carte n°8 : Les pays suivant le premier club portugais de destination des joueurs brésiliens entre 1955 et 2013
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-16.png
Fichier image/png, 254k
Titre Graphique n°10 : Clubs européens (portugais) et brésiliens suivant le premier club portugais de destination des joueurs brésiliens entre 1955 et 2013
Crédits Source : Mondedufoot.fr ; 2014
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-17.png
Fichier image/png, 32k
Titre Graphique n°11 : Pays suivant le premier club portugais de destination des joueurs brésiliens entre 1955 et 2013
Crédits Source : Mondedufoot.fr ; 2014
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-18.png
Fichier image/png, 137k
Titre Graphique n°12 : Nombre de saisons passées au Portugal par les joueurs brésiliens ayant évolué au Portugal entre 1955 et 2013
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-19.png
Fichier image/png, 17k
Titre Graphique n°13 : Nombre de clubs portugais fréquentés par les joueurs brésiliens ayant évolué au Portugal entre 1955 et 2013
Crédits Source : Mondedufoot.fr ; 2014
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-20.png
Fichier image/png, 13k
Titre Graphique n°14 : Nombre de total de pays fréquentés par les joueurs brésiliens ayant évolué au Portugal entre 1955 et 2013
Crédits Source : Mondedufoot.fr ; 2014
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-21.png
Fichier image/png, 10k
Titre Graphique n°15 : Positions sportives occupées par les footballeurs brésilien dans les équipes portugaises entre 1955 et 2013
Crédits Source : Mondedufoot.fr ; 2014
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/10344/img-22.png
Fichier image/png, 36k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Piraudeau, « La « brésilianisation » du football professionnel portugais : une approche géographique », Confins [En ligne], 24 | 2015, mis en ligne le 24 juillet 2015, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/confins/10344 ; DOI : 10.4000/confins.10344

Haut de page

Auteur

Bertrand Piraudeau

Docteur en Géographie-aménagement du territoire, bertrand.piraudeau@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals