Navegação – Mapa do site

Enjeux de la Tunisie orientale : un territoire développé et un environnement à protéger

Desafios da Tunísia oriental: um território desenvolvido e um ambiente a proteger
Challenges of Eastern Tunisia: a developed territory and an environment to be protected
Walid Chouari e Mongi Belarem

Resumos

Três décadas em Tunísia oriental, a exacerbação de problemas ambientais e de perigos naturais tornou-se aparente : erosão, poluição e riscos hidrodinâmicos e hidrológicos…

Sem restatement desta tendência, o país podia incorporar uma espiral descendente; perdendo os ativos que fazem a riqueza e o abandono de uma parcela de sua população para viver em um mal.

Estas perspectivas necessários para iniciar uma reflexão global no espaço tunisino, em seus limitações e riscos, e as forças e os meios disponíveis guiar mudanças na perspectiva do desenvolvimento econômico que melhora a qualidade da vida humana.

Topo da página

Texto integral

SousseVisualizar a imagem
Créditos : GIRAUD Patrick, Creative Commons

1Depuis le milieu des années 1970, les transformations démographiques, les nouvelles activités économiques et l'exode rural sont des facteurs qui ont contribué à la mutation des paysages naturels, agricoles ou urbanisés de la Tunisie (Girard, 2006). Après la révolution du 14 janvier 2011, l’action nuisible de l’homme sur son environnement a déjà dépassé à plusieurs égards le seuil de tolérance en plusieurs endroits. Au-delà des causes physiques, nous pointons le doigt sur les responsabilités humaines dans la recrudescence récente des dégradations de l’environnement naturel et des dommages liés à l'eau. Les principaux critères qui permettent d’évaluer l'état de l'environnement concernent notamment, la pression exercée sur les écosystèmes des zones humides, la vulnérabilité aux risques liés à l'eau et la prolifération d'une pollution solide.

2Le cadre naturel de la Tunisie orientale parait vulnérable. Ce territoire possède des atouts propices à son urbanisation soient une bonne accessibilité et une topographie favorable, caractérisée par la prédominance des plaines etc. Cependant, elle est confrontée à des contraintes telles que la prolifération de l'habitat spontané à la périphérie des villes, la dégradation des terres agricoles périurbaines, le risque d’inondation, l’érosion des plages et la pollution hydrique et solide, etc. C'est autour des grandes villes littorales que l'environnement devient fragile et que la sensibilité à la dégradation est de plus en plus perçue.

Dynamique démographique, urbanisation et développement économique de la Tunisie orientale

3À l’époque du protectorat français, le renforcement d’une administration fortement centralisée contribue à maintenir la prééminence de la ville de Tunis, qui accueille une masse importante des européens. Après l’indépendance, la Tunisie a hérité un modèle administratif très centralisé autour de la capitale Tunis. À partir de 1975, la croissance de la population totale tunisienne se stabilise et l'exode rural est ralenti mais Tunis continu de croître de façon endogène, par transfert des villes de tailles moyennes vers la capitale (Girard, 2006). Depuis, les facteurs les plus importants d'attraction vers la côte ont été essentiellement les ressources naturelles (vue sur mer, sols fertiles, nappes phréatiques), la facilité d'accès et par la suite l'urbanisation et le développement des pôles économiques (fig. 1).

Figure 1 : Localisation régionale de la Tunisie

Figure 1 : Localisation régionale de la Tunisie

Dynamique démographique et croissance urbaine du littoral

4L’indicateur sur le développement régional (IDR) élaboré par l’Institut Tunisien de la Compétitivité et des Études Quantitatives (ITCEQ) en 2011 est une moyenne (score) de 17 variables socio-économiques normalisées qui représentent à leur part une moyenne de 4 indices (indice du savoir, indice de richesse et emploi, indice de santé et population et indice de justice et équité) ; (MDRP-ITCEQ, 2012). L'objectif était de disposer d'un moyen pour le suivi et l'évaluation de l'état de développement régional en Tunisie, dresser une classification des régions et discerner les éventuelles défaillances et inégalités freinant leur développement. L'examen de l'indicateur synthétique du développement régional montre que le Nord-Ouest et le Centre-Ouest ont peu profité de la croissance du pays, en termes de conditions de vie, santé, éducation, emploi etc. (fig. 2).

Figure 2 : Une disparité intérieur/littoral dans la répartition de l'indicateur de développement régional en Tunisie (IDR par gouvernorat est à la base du lissage)

Figure 2 : Une disparité intérieur/littoral dans la répartition de l'indicateur de développement régional en Tunisie (IDR par gouvernorat est à la base du lissage)

Source : MDRP-ITCEQ (2012)

5Il apparait d'après la carte ci-dessus que l'axe littoral (Nord-est, Sahel Nord et Central, Sfax, Gabès et Jerba-Zarziz) enregistre des scores au-dessus de la moyenne tandis que l'axe de la Majerda et quelques foyers du Sud-Ouest autour de Kébili et Tozeur occupent une position intermédiaire avant les ensembles défavorisés du Centre-Ouest, du Nord-Ouest et du Sud qui sont marquées par des scores en dessous de la moyenne (MDRP-ITCEQ, 2012). Le tableau n° I montre ce clivage Est-Ouest.

Tableau I : Indice de développement régional (IDR) en Tunisie par région en 2012

Région

IDR du savoir

IDR économique

IDR de la santé

IDR de la justice

IDR total

Nord-Est

70.9

73.2

38.7

67.6

62.4

Nord-Ouest

27.0

32.8

24.1

59.9

35.9

Centre Est

66.9

69.3

27.9

63.9

56.9

Centre Ouest

10.9

30.5

7.9

43.1

23.1

Sud-Est

63.8

54.3

22.2

66.5

51.9

Sud-Ouest

54.5

42.8

19.7

63.3

45.0

Source : MDRP-ITCEQ, 2012

6Il est important de signaler que d’importants flux d’exode du centre et du Sud vers le Nord ont jalonné la période coloniale (1881-1956), pour la recherche du travail dans l’agriculture mais aussi dans les villes surtout Tunis. Cette mobilité s’est accélérée durant la période coloniale avec la crise des campagnes suite à la mainmise coloniale sur les terres des tribus. Ainsi, Tunis, comme Sfax vont connaître leurs premiers quartiers spontanés créés par les migrants après la première guerre mondiale et la crise de 1929. Ce mouvement va se poursuivre après la deuxième guerre mondiale et à la veille de l’indépendance (Bennasr, 2012). Avec l’avènement de l’indépendance du pays en 1956, le littoral tunisien, une bande dont la largeur ne dépasse guère les 30 km, regroupait déjà 51% de la population (Bennasr, 2012). Depuis, une migration intérieure importante a été enregistrée des régions du Nord-Ouest et du Centre-Ouest vers les régions du Nord-Est et du Centre-Est.

7Aujourd’hui, un déséquilibre entre les zones littorales et les régions intérieures, marqué par une concentration de la population sur le littoral qui compte désormais les 2/3 de la population, 73% des habitations du pays sur moins du 1/3 de la superficie du territoire national (tableau II).

Tableau II : Répartition de la population de la Tunisie selon les régions

Région

Nombre de population

Part de la population en %

Nord-Est

3914400

37.1

Nord-Ouest

1220000

11.6

Centre Est

2454400

23.3

Centre Ouest

1404500

13.3

Sud-Est

963600

9.1

Sud-Ouest

592300

5.6

Source : http://www.ins.tn/​

8L'agglomération du Grand Tunis compte à elle seule, environ le 1/4 de la population totale et 34 % de la population urbaine du pays. Si on considère l’arc « métropolitain » qui s’étend de Bizerte à Hammamet, cette part va s’élever au 1/3 de la population du pays (PNUE, 2000 ; Dlala, 2008 et Bennasr, 2012) ; (fig. 3).

Figure 3 : Croissance démographique en Tunisie (1994 et 2004) et évolution des tissus urbains des agglomérations du Grand Tunis, du Grand Sousse et du Grand Sfax

Figure 3 : Croissance démographique en Tunisie (1994 et 2004) et évolution des tissus urbains des agglomérations du Grand Tunis, du Grand Sousse et du Grand Sfax

9Toutes les délégations de plus de 100 000 habitants et les plus denses appartiennent à des gouvernorats littoraux, exceptée la délégation de Gafsa Sud (Tableau III). La plupart de grands centres urbains littoraux sont situés sur les plaines côtières les plus fertiles.

Tableau III : Les délégations tunisiennes de plus de 100 000 habitants

Délégation

gouvernorat

Type de gouvernorat

Population totale 2004

Population communale 2004

Population totale 2010

Sakiet Eddaïer

Sfax

Littoral

98988

94892

115214

Sfax Sud

Sfax

Littoral

101904

74655

114664

Hammamet

Nabeul

Littoral

95468

63116

114351

El Mourouj

Tunis

Littoral

81986

81986

113339

Sfax Ouest

Sfax

Littoral

104998

104998

111597

L'Ariana Ville

Tunis

Littoral

97687

97687

109500

Sfax Ville

Sfax

Littoral

105958

105958

108279

Soukra

Tunis

Littoral

89151

89151

107829

Gafsa Sud

Gafsa

intérieur

90742

84676

103697

Source : http://www.ins.tn/​

10Quant à l'urbanisation extensive se produit souvent dans un contexte de désorganisation urbaine de faible densité qui aura des conséquences majeures sur l'environnement et la population. La plus visible et la plus marquante étant le recul des terres agricoles autour des grandes villes sur lesquelles s'exercent une spéculation agricole (Girard, 2006 ; Chouari, 2009, 2013 et 2015). Ainsi, la croissance spatiale de l’agglomération tunisoise s’est caractérisée dès le début par une occupation lâche du sol urbain, un étirement linéaire le long des axes routiers et un envahissement de terres agricoles et des rives des zones sensibles (oueds, sebkhas, lagunes, salines, etc.) ; (fig. 3 et tableau IV).

Tableau IV : L’évolution de la surface urbanisée de l’agglomération tunisoise depuis le début du XXème siècle.

Date

Habitants

Hectares

1902

80000

262

1921

176000

-

1936

258000

-

1950

100000

600

1956

560000

4000

1966

659000

-

1970

-

10500

1980

900000

-

2002

2000000

25000

Sources : Cartes topographiques et photographies aériennes multidates et http://www.ins.tn/​

11À Tunis, comme à Sfax on assiste donc à une dilution forte de l’espace urbain dans un territoire surdimensionné, significative de grandes difficultés à maîtriser une extension régulée et légale (fig. 3 et tableau IV). Les illustrations sur le littoral sont tout autant expressives ailleurs. Dans le Cap Bon, la jonction entre les villes de Nabeul et de Hammamet est presque achevée. Dans le Sahel, la continuité est quasi totale entre les agglomérations de Kalâa Kébira et de Monastir (fig. 3). La plus grande partie de la côte sableuse de la façade nord-est de l’île de Jerba, presque déserte, au début des années 1960, est aujourd’hui longée par des installations touristiques parfois très denses et contiguës (Oueslati, 2010).

12La maîtrise incomplète d’une urbanisation croissante dans les agglomérations côtières a été accompagnée d’une prospérité économique croissante.

Développement économique du littoral

13Au fil de l'histoire, l'accessibilité des côtes tunisiennes tant par voie terrestre que maritime a favorisé l'implantation humaine et l'essor des activités économiques. Le littoral concentre l'essentiel des activités industrielles. Les grands pôles industriels du littoral (Tunis, Bizerte, Sousse-Monastir, Sfax et Gabès) concentrent plus de 80 % des activités industrielles. On recense sur le littoral 1257 ha de zones industrielles réalisées sur un total de 1410 ha pour l'ensemble de la Tunisie (PNUE, 2000).

14Par ailleurs, le développement du tourisme international balnéaire, comme l'aspiration aux loisirs de vacances et de week-end des tunisiens, ont contribué à une large occupation des espaces littoraux dotés de plages sableuses. En 2000, le littoral concentre 93% des activités touristiques du pays (MEAT et groupement DIRASSET – Groupe Huit –IGIP, 1996). Les infrastructures hôtelières se sont concentrées au départ à proximité des villes et villages balnéaires (Sousse, Monastir, Jerba, Hammamet etc.) pour se propager dans tous les sens et essentiellement vers les belles plages (Sousse Nord, Hammamet Sud). Au rythme actuel, dans une ou deux décennies, tout le golfe d'Hammamet sera occupé par des unités hôtelières. Selon des estimations, les espaces littoraux urbanisés couvrent 140 km et les zones touristiques réservés à l'hôtellerie et à des résidences secondaires 80 km, soit au total de 220 km de littoral artificialisé (18 % du total des côtes de Tunisie). Les projets en cours ou encore à l'étude occuperaient 230 km (PNUE, 2000 et Oueslati, 2010).

15Avec une forte concentration de la population et un tissu économique relativement performant sur le littoral est du pays, le système de transport tunisien (routes, ports, aéroports, moyens de communication) et dans sa configuration générale privilégie la région du Grand Tunis (fig. 4). Au lendemain de l’indépendance, le réseau continue à se densifier le long du littoral oriental du pays et surtout autour de la capitale. L’examen des nouvelles cartes routières montre que la densification du réseau s’est faite à partir des villes ports, Tunis notamment. Concernant le réseau ferroviaire, la dualité de l’écartement à partir de Tunis (voie normale au Nord, voie métrique au Sud) fait de la capitale un lieu de passage obligé de toute échange entre le Nord et le Sud du pays. La prépondérance de l'axe routier littoral nous a poussé de le mettre en relief et d'abstenir les zones qualifiées d'un trafic faible, notamment l'intérieur et le sud du pays (fig. 4).

Figure 4 : Importance de l’intensité de la circulation routière sur l’axe littoral

Figure 4 : Importance de l’intensité de la circulation routière sur l’axe littoral

Source : MEAT- Direction Générale des Ponts et Chaussées (2007)

16Aujourd’hui, Tunis abrite le dixième de la population tunisienne et produit le quart des richesses du pays : son poids économique dépasse de 2,5 fois son poids démographique (CNUEH et PGU, 2001). Avec Tunis, six autres gouvernorats affichent un poids économique prépondérant par rapport à leur dimension humaine : il s’agit des gouvernorats de Sfax, Bizerte, Sousse, Ben Arous, Monastir et Gabès soient des gouvernorats littoraux.

17En effet, la Tunisie se trouve subdivisée sur le plan socio-économique et sur celui du niveau de développement en deux grandes zones : une Tunisie littorale dotée d'infrastructures dépassant la moyenne nationale et une Tunisie intérieure défavorisée et où l'activité économique est réduite.

18Les politiques mises en œuvre, depuis la période coloniale, semblent renforcer une tendance lourde à la littoralisation de l’urbanisation où on assiste à une concentration excessive de la population et des activités économiques sur le littoral du pays. La pression sur le littoral est sans équivoque, espace convoité par tous les secteurs et les acteurs (habitat, industrie, tourisme, etc.). Il faut également noter une tendance à l'abandon des activités agricoles afin de se tourner vers des activités touristiques et industrielles perçues comme lucratives ce qui a pour effet une spéculation foncière autour de ces zones.

19La Tunisie littorale connaît depuis plus d’une décennie et particulièrement au cours de ces dernières années une urbanisation accélérée et une prolifération de zones d’activités concentrées sur un espace déjà fragile et menacé. Cet espace constitué essentiellement de dunes, de forêts et de terres agricoles fertiles, continue de subir toutes formes d’atteintes à son environnement naturel. Il en résulte une pression sur les zones sensibles et les zones littorales et des problèmes environnementaux liés à la pollution dans les grandes zones industrielles.

Des habitations de plus en plus vulnérables aux risques liés à l’eau

Construire en zone à risques d’inondation

20En Tunisie orientale, les inondations ne sont pas un fait nouveau. La mémoire humaine a bien conservé le souvenir des plus importantes d’entre elles (1969, 1973, 1979, 1982, 2003, 2007, 2009, 2012 et dernièrement en 2013). Ces évènements se sont traduits par des pertes en vies humaines et par plusieurs millions de dinars de dégâts matériels, auxquels s’ajoutent des milliers de sinistrés touchés dans leurs vies quotidiennes dont certains, notamment les plus atteints, ont subi des séquelles psychologiques importantes et durables (Oueslati, 1999 ; Chouari, 2006 et 2009).

21La Tunisie orientale, est soumise à des inondations qui résultent principalement de la formation rapide de crues consécutives à des averses violentes, à des ruissellements pluviaux en milieu urbain ou rural et à la montée lente des eaux dans les régions les plus basses. Ces phénomènes sont déterminés par l’importance des précipitations, par la concentration des eaux et par la configuration des bassins versants, mais ils peuvent aussi être aggravés par les activités humaines (Oueslati, 1999). Le 23 septembre 2009, plus de 150 mm de pluies se sont abattues sur le Grand Sfax (Photo 1). Les quantités de pluies enregistrées ont dépassé de trois fois la moyenne ordinaire du mois. En Tunisie littorale, et surtout dans les grandes agglomérations, les modalités de l’anthropisation ont joué un rôle décisif, amplificateur ou limitant, tant du point de vue hydrologique que du point de vue morphogénique. Parfois, les ouvrages de rétention ne sont pas à la hauteur pour contenir toutes les quantités d’eau déferlantes. Rues et artères se transforment en torrents bouillonnants, qui charrient boue et pierraille, la circulation se paralyse dans plusieurs endroits des agglomérations : des moyens de transport sont contraints au chômage et des artères, reliant des agglomérations entières sont submergées (Chouari, 2006 ; Chouari et al., 2013).

22

Photo 1. Sfax le 19 septembre 2013

Photo 1. Sfax le 19 septembre 2013

La circulation dans pratiquement toute la ville a été perturbée. Des principales artères sont devenues de véritables vasières qui ont ensevelies les trottoirs et les jardins et des familles ont été coincés dans leurs véhicules.

Cliché : Chouari, 2013

23En outre, si on remonte un peu dans le temps on constate que l’apport de pluies torrentielles dans la station de Sfax-El Maou a dépassé en octobre 1982 l’apport annuel moyen (212 mm). En considérant, comme pluies torrentielles, les cas des pluies journalières égales ou supérieures à 30 mm, les valeurs maximales des pluies enregistrées durant la période 1928-2013 dans cette station varient entre 67 mm et plus que 150 mm. Ces abats extrêmes peuvent représenter jusqu’aux 2/3 des moyennes pluviométriques annuelles.

24La vulnérabilité de l’agglomération de Sfax s’est beaucoup amplifiée par les effets directs et indirects d’une urbanisation le plus souvent spontanée. Les murs de clôture des nouvelles constructions, ayant remplacé les dédales de tabias et les routes asphaltées, ayant remplacé les lits naturels d’oueds. La plupart des pistes convergeant vers l’agglomération ou dirigées perpendiculairement par rapport aux oueds collecteurs fonctionnent, souvent, en oued. La voirie primaire est mal entretenue et mal drainée (Oueslati, 1999).

Impacts des aménagements sur la dynamique de l'environnement littoral

25À l’exception d’études de portée limitée dans le temps et dans l’espace, les zones côtières, les systèmes insulaires et les milieux humides littoraux, les golfes, la biodiversité des zones côtières, les phénomènes d’eutrophisation et leur évolution, les impacts des changements climatiques sont peu étudiés en Tunisie. En milieu littoral, l'accélération de l'urbanisation, du tourisme balnéaire et les implantations industrielles sur des sites fragiles a souvent sous-estimé les contraintes écologiques et a généré des impacts en termes de dégradation des écosystèmes côtiers et de pression sur les ressources naturelles. Les problèmes les plus graves identifiés sont l’érosion du littoral, l’intrusion des eaux marines (région de Sfax, Sahel, Cap Bon, Sahel de Bizerte etc.), la salinisation des terres et le recul de la faune et de la flore. De l’avis du Groupe d’Experts Internationaux sur le changement global du climat, la Tunisie se situe dans une région menacée par les changements climatiques (PNUD, 2009) ; (tableau V).

Tableau V : Élévation moyenne des niveaux de la mer sur les côtes tunisiennes à l’horizon 2100 par rapport à l’état actuel NGT (mètres)*

Actuel

État futur à l’horizon 2100

R-Min

R-SC

R-Max

Extrême Nord

0,16

0,54

0,66

0,71

Golfe de Tunis

0,16

0,54

0,66

0,71

Golfe d’Hammamet

0

0,38

0,50

0,55

Sfax

0

0,38

0,50

0,55

Îles de Kekennah

0

0,38

0,50

0,55

Gabès

-0,13

0,25

0,37

0,42

Île de Jerba

0

0,38

0,50

0,55

Extrême Sud

0

0,38

0,50

0,55

*Hypothèses combinées de l’IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change ; scénarios IS92a, IS92e et IS92c), et du développement des activités côtières en Tunisie.

Source : MEAT, 2001

  • 1 Des restes de construction (Sidi Erreis, Sallakta, Kerkennah, Jerba etc.), des tombes (Mahdia), des (...)

26En Tunisie, une élévation des niveaux de la mer est corroborée par les indications des vestiges archéologiques1. Des observations faites en différents points de la côte tunisienne concordent pour indiquer une légère transgression depuis l’Antiquité, probablement d’origine eustatique. Son amplitude est variable (de 1,5 à 0,2 m) parce que, suivant les endroits, le comportement tectonique local l’a accentuée ou réduite (Paskoff, 1979 et Slim et al., 2004).

27Par conséquent, il est probable que la côte a reculé pendant les temps historiques. À Carthage-Salammbô par exemple, on voit clairement des ruines romaines se prolonger sous l'eau sur quelques centaines de mètres en avant du rivage. Selon les indications des vestiges archéologiques, l’élévation constatée au cours des temps historiques atteint 20 à 40 cm (Oueslati, 1993). Ces vestiges archéologiques, visibles sur les côtes, comptent parmi les meilleurs indicateurs de la modification des lignes de rivage. En outre, les premiers traitements effectués sur les enregistrements marégraphiques des ports de Sfax et de la Goulette viennent confirmer les remarques précédentes. Ils montrent une remontée marine, à un rythme important depuis le début du XXème siècle. On estime aussi sur la base des enregistrements des marégraphes, que le niveau moyen de la mer méditerranée s’est élevé de 1,5 cm par décennie pour la période 1891-1950 (Paskoff, 1979).

28Des signes tangibles d’élévation du niveau marin et d’érosion, sont déjà perceptibles (Oueslati, 1993 et 2004). Ils se manifestent par le recul des plages, la submersion des zones côtières par les entrées maritimes et l’exposition d’infrastructures urbaines stratégiques, notamment les infrastructures portuaires (fig. 5).

Figure 5 : Les plages sableuses de la Tunisie : impact des aménagements sur l'érosion et une vulnérabilité à l’élévation du niveau de la mer

Figure 5 : Les plages sableuses de la Tunisie : impact des aménagements sur l'érosion et une vulnérabilité à l’élévation du niveau de la mer

29Outre les pollutions et les perturbations des écosystèmes littoraux liées aux diverses occupations de l’espace, les côtes et en particulier les plages tunisiennes sont exposées à deux risques majeurs : un risque d’agression par des pollutions du bassin méditerranéen et un risque d’amaigrissement des plages et de destruction des dunes bordières (construction sur la dune, dérèglement du transit littoral, utilisation de moyens de protection non adaptés, exploitation du sable par les carrières, et les grands oueds du Nord et du Centre. Ceux-ci étant barrés, les apports terrigènes sont actuellement réduits et les plages ont un bilan sédimentaire global déficitaire et une érosion exacerbée lors des tempêtes). La valeur estimée pour le retrait du rivage varie de 0,5 et 1,5 m/an ; l’extrême peut atteindre 12 m/an, sur des rivages subsidents ou à aménagements perturbateurs (photo 2). L’installation d’ouvrages déréglant le transit hydrodynamique ou sédimentaire (jetées de ports par exemple), peut provoquer un recul de ligne de côte atteignant 12 m/an comme à Hammamet en face de l’hôtel Sindabed entre 1979 et 1982. La vitesse la plus marquée de recul du rivage existe à la banlieue sud de Tunis (plages d’Ezzahra, d’Hammam-Lif, d’Ejjehmi, de Soliman), à Hammamet Sud et à Jerba-Aghir, (PNUD, 2009 et Oueslati, 2010). Le démaigrissement s’exprime à travers un recul du rivage, un dégarnissement vertical de la plage ou les deux à la fois (photo 2). Aujourd'hui, les plages les plus touchées par l’érosion appartiennent aux segments de côtes les plus occupées. Les tentatives de protection (rechargement et ouvrages de défense lourds) se sont souvent soldées par des échecs (Oueslati, 2010).

30

Photo 2. Amoindrissement de l’épaisseur de la plage d’Amilcar (fond du Golfe de Tunis)

Photo 2. Amoindrissement de l’épaisseur de la plage d’Amilcar (fond du Golfe de Tunis)

Cliché : Chouari, 2006

31Il est intéressant aussi de souligner la dégradation des herbiers de phanérogames marines (Posidonies et Cymodocées : Posidoniaoceanicaet Cymodoceanodosa), capables de freiner l'érosion de la côte, par leurs fonctions stabilisatrice des fonds et dissipatrice de l'énergie de la houle. Ce phénomène est dû à la pollution, à la turbidité de l'eau, à la pêche au chalut et aux mouillages sauvages.

Dégradation de l’environnement littoral : prix du développement économique et social !

32La Tunisie orientale est une zone de plaines basses parsemées des zones humides. Ces milieux représentent le niveau de base des effluents des bassins versants, anciennement occupés et de plus en plus urbanisés. Maints problèmes environnementaux sont apparus et n’ont cessé de se multiplier (une dynamique hydrologique et sédimentaire modifiée par l’homme, une augmentation des rejets solides et liquides, etc.).

Détérioration des cours d’eau, destruction des zones humides et dégradation des eaux de baignade

33Dans les villes littorales, la pollution des cours d’eau urbains provient principalement des rejets domestiques et industriels, après leur passage ou non par une station d’épuration. L’observation prospective de l’état des cours d’eau révèle que la plupart des canaux non couverts de ces villes semblaient plutôt pollués (oued Guériana à Tunis, Oued El Maou et le canal de Bourguiba à Sfax, oued Hamdoun à Sousse Sud etc.). La consultation de différents Schémas Directeurs d’Assainissements des grandes agglomérations tunisiennes (Grand Tunis, Sousse et Sfax) montre que des parties des réseaux d’assainissement sont unitaires. Les surverses unitaires rejettent aux cours d’eau urbains, lorsque le débit généré pendant les orages dépasse celui pour lequel le collecteur a été construit, une eau composée pour une partie d’eau de ruissellement avec sa propre pollution. Pendant les décrues, des déchets flottants (plastiques, bouteilles, branches etc.) s’accumulent souvent sur les berges des cours d’eau et constituent une pollution visuelle peu agréable pour les riverains, les usagers et les promeneurs.

34Par ailleurs, des quartiers périurbains entiers ne sont pas, jusqu’à présent, dotés d’un réseau de collecte et de transport des eaux usées et rejettent leurs eaux sans aucun traitement, directement dans le milieu récepteur (oueds, sebkhas etc.). Ainsi, du fait de leur proximité de la ville de Tunis, les berges des sebkhas Essijoumi et Ariana sont actuellement soumises à la pression d’une extension urbaine matérialisée par une progression rapide de l’habitat périurbain (les quartiers Helal, Sidi Hassine Essijoumi, El Madrassa et M’ghira sur les berges de la sebkha Essijoumi et les quartiers de Raoued, Jâafar et Dar Fadhal sur les berges de la sebkha Ariana). En effet, les cadres naturels de ces zones exigües et fragiles ont été profondément modifiés suite à une perturbation de la dynamique hydrologique naturelle qui risque de devenir irréversible. En plus des eaux de ruissellement, les sebkhas tunisoises reçoivent des quantités considérables des eaux usées domestiques et industrielles provenant des bassins versants de plus en plus envahis par l’urbanisme et l’implantation anarchique d’industries polluantes. Les ruelles des quartiers populaires disposées perpendiculairement aux plans d’eau réceptacles, constituent des drains permanents (Chouari, 2009 et 2013). Les eaux ainsi eutrophisées sont des lieux favorables à la prolifération des algues et des moustiques gênants pour la population limitrophe et parfois même lointaine.

35De même, la lagune de Korba est le siège des rejets permanents des eaux usées de la ville et des rejets saisonniers des eaux usées industrielles correspondant aux eaux de lavage des conserveries de tomate (en Juillet, Août et Septembre). L’ONAS (Office National de l’Assainissement) évalue cet apport à 2635 Mm3/an. Les rejets contribuent d’une façon notoire au bilan annuel en eau de la lagune et contribuent pleinement à la pérennité d’un plan d’eau pendant toute l’année. La faible hauteur du plan d’eau est l’une des raisons de son confinement naturel (MEAT- APAL, 2001).

36Cinq stations d’épuration dans le Grand Tunis déversent la plupart de leurs effluents dans le Golfe de Tunis. Les stations d’épuration n’ont été conçues jusqu’à présent que pour l’élimination du carbone piégé dans les boues. L’azote et le phosphore sont en fait minéralisés et redonnés à la nature. Ce traitement partiel n’est pas suffisant pour maintenir un équilibre biologique satisfaisant au sein du milieu récepteur. Par ailleurs, la concentration des industries autour de quelques pôles industriels littoraux provoque localement de graves pollutions, se répercutant sur la dégradation de l’environnement marin. Ainsi, sur la côte du golfe de Gabès, dans la zone industrielle de Ghannouch, une unité d’acide phosphorique déverse tous les jours dans la mer 10 000-12 000 tonnes de phosphogypse sous forme de boues (Photo. 3), entraînant des effets désastreux pour l’environnement littoral marin (MEAT, 1996 et PNUD, 2009).

Photo 3. L’un des points les plus sensibles pour la Tunisie demeure, aujourd’hui encore, le rejet de phosphogypse en mer dans le golfe de Gabès

Photo 3. L’un des points les plus sensibles pour la Tunisie demeure, aujourd’hui encore, le rejet de phosphogypse en mer dans le golfe de Gabès

Cliché : Chouari, 2012

  • 2 NPK : Société Industrielle d’Acide Phosphorique et d’Engrais.

37Sfax qui a connu une situation similaire sur sa côte Nord (rejets de la NPK2) a mis en place un projet de dépollution et de réhabilitation du littoral sensible pour remédier à la dégradation de la côte Nord de la ville suite notamment aux divers rejets de phosphogypse. De même que l’arrêt partiel de l’usine NPK de Sfax a permis une amélioration de la qualité des eaux littorales de la zone (CAR/PAP, 2005), mais l’effort reste décevant pour la plupart des observateurs.

38Pendant l’été 2016, le Ministère de la santé proclame 12 plages soient 10 % des côtes tunisiennes, impropres à la baignade suite à une pollution organique et chimique qui dépasse les normes. Des côtes très et anciennement urbanisées viennent en tête, notamment dans le fond du Golfe de Tunis, à Sousse et à Monastir (fig. 5).

39Le changement d’affectation du sol des dernières décennies a perturbé le régime hydrologique des écosystèmes aquatiques du littoral tunisien et a favorisé des concentrations élevées de substances nutritives dans les eaux. Les eaux polluées riches en matières organiques et chimiques donnent naissance à une pollution bactériologique aquatique. Pendant la saison estivale, l’eau des sebkhas polluées, prend souvent une couleur rougeâtre, signe d’une eutrophisation importante et du dégagement d’odeurs très nuisibles aux riverains et même aux habitants des cités situées plus loin. En effet, les sebkhas et les lagunes dont l’utilité aujourd’hui s’affirme progressivement, continuent à subir de multiples dégradations en termes d’environnement.

Une pollution solide au rythme de la multiplication et la densification des espaces bâtis

40L’expérience tunisienne dans le domaine de gestion des déchets solides n’est pas encore mature. Jusqu’à présent, dans toute la Tunisie, l’alternative est simple puisque le gestionnaire des déchets solides n’avait, le plus souvent, pas d’autres choix que de les mettre dans les décharges, les éloigner ou les brûler sans récupération d’énergie. La valorisation, avec toutes ses variantes, reste très limitée par rapport aux quantités produites, et souvent nulle dans la majorité des petites villes (Belarem, 2003) ; (tableau VI).

Tableau VI : Production annuelle des déchets solides en Tunisie par région

Région

Quantité t/an

Nord-Est

1378000

Nord-Ouest

218000

Centre Est

648500

Centre Ouest

150000

Sud-Est

165000

Sud-Ouest

97000

41Source : ANGED, 2012

42Dans la plupart des cas on se débarrasse des déchets sans trop s’occuper des conséquences, qui à terme, pourraient survenir et causer des méfaits sur le milieu naturel (l’atmosphère, l’eau, les sols etc.) et humain. L'urbanisation extensive, avec son rythme accéléré au cours des dernières années, a aggravé la situation. En effet, la production des déchets solides est en croissance proportionnelle aux changements des modes et niveau de vie de la population. Le nombre de décharges sauvages et non contrôlées se multiplie et les actions de contrôle et de réhabilitation de ces dernières sont insuffisantes (fig. 6).

43Néanmoins, pendant les dernières années, un net regain d’intérêt s’est fait sentir que ce soit au niveau législatif ou au niveau opérationnel. Ainsi, la gestion des déchets solides est, aujourd'hui, placée parmi les préoccupations majeures de la politique environnementale tunisienne (Belarem, 2003).

44Actuellement, à l'échelle du pays seulement 40% (1,6 millions de tonnes par an) des déchets solides produits sont évacués dans les décharges contrôlées, le reste étant déversé dans des décharges sauvages (fig. 6). Par ailleurs, les déchets solides ne font pas l’objet d’un tri avant d’être collectés. Les déchets industriels et médicaux sont souvent évacués conjointement avec les ordures municipales. En effet, quel que soit son mode d’exploitation, une décharge peut être à l’origine de plusieurs sources de nuisance environnementale telles que l’émission d’odeur, le bruit, la poussière, la production de biogaz et surtout le lixiviat.

Figure 6 : Répartition de la production d’ordures ménagères et des équipements de la gestion des déchets solides et leur impact sur l’environnement en Tunisie

Figure 6 : Répartition de la production d’ordures ménagères et des équipements de la gestion des déchets solides et leur impact sur l’environnement en Tunisie

Sources : MEAT- DIRASSET (1996) et ANGED (2012)

45Malgré la politique générale menée par l’État pour fermer les décharges publiques de sites sensibles des berges de dépressions humides sensibles, des situations encore alarmantes persistent dans certains endroits. Dans le Grand Tunis, la plupart des décharges sont illicites (fig. 5). Par ailleurs, surtout après la révolution de 14 janvier 2011, les services municipaux n’interviennent que irrégulièrement. Des déchets de toutes natures posent ainsi des problèmes sérieux visuels et olfactifs mais aussi de colmatage des canaux d’évacuation des eaux pluviales. Ils provoquent lors des évènements pluviométriques importants des stagnations d’eau et des débordements aux dépens des habitations riveraines, dont témoignent les points de rejets qui devancent les quartiers Helal et Sidi Hassine sur les berges nord et nord-ouest de la sebkha Essijoumi (Chouari, 2013). Sur les berges sud-est de cette même sebkha l'ancienne décharge de Henchir Liahoudia a été convertie en partie en parc urbain et recouverte en totalité par une couche de sol non compactée de nature limono-argileuse. Malgré la fermeture de cette décharge, les nuisances surtout pour l’environnement sont assez importantes, sachant que la production de biogaz et de lixiviats se poursuivra. Un échantillon d’eau de la sebkha a été prélevé et a montré la contamination de celle-ci par les lixiviats (Chouari, 2013).

46Sous la tutelle de l’Agence Nationale de Gestion des Déchets (ANGED), la mise en place d’une politique de généralisation des décharges contrôlées et des centres de transfert à travers le territoire est en cours. La même stratégie vise, aussi la réhabilitation et la fermeture de près de 400 dépotoirs et décharges anarchiques avec l’introduction d’un système de gestion intégrée des déchets solides urbains (collecte, traitement, recyclage, valorisation et enfouissement technique approprié).

Conclusion

47En Tunisie, l’État demeure l’initiateur et l’acteur prépondérant de toute action de développement. Il est aussi (avec les agences publiques) l’unique planificateur de l’action environnementale et de la gestion des zones littorales ainsi que le principal opérateur au niveau de la mise en œuvre. Cette prépondérance du rôle de l’État s’explique en partie par les capacités limitées de certains acteurs tels que les collectivités locales et les associations (CAR/PAP, 2005). En matière de participation de la société civile, la fourniture d’informations aux ONG (Organisations Non Gouvernementales) de protection de l’environnement dans le cadre de réunions, de journées d’informations ou d’ateliers reste limité. L’accès à l’information reste insuffisant pour garantir un dialogue avec la société et la participation active des acteurs. En effet, le public est peu consulté au sujet de la législation, des stratégies ou de projets spécifiques et, lorsqu’il l’est, c’est principalement pour améliorer des points de détail de la décision et non la décision en elle-même.

48La nouvelle approche du développement en Tunisie doit être basée sur une complémentarité entre les aspects juridiques et les efforts déployés par les intervenants dans le domaine de l'environnement. Cette même stratégie de développement doit prendre en considération l’approche locale participative et le principe de transversalité. Cette approche englobe la valorisation du savoir traditionnel, la promotion des produits des terroirs (utilisation vocationnelle des terres) et la mise en place d’activités connexes pour créer des emplois. Parallèlement, une bonne gouvernance doit se mettre en place à travers la décentralisation, la proximité, l’appui financier et technique, le développement des infrastructures de base et la lutte contre la pauvreté.

Topo da página

Bibliografia

BANQUE MONDIALE. Évaluation du coût de la dégradation de l’eau, Rapport n° 38856 – TN, Bureau Régional Moyen-Orient et Afrique du Nord, Département Développement Durable, 68 p., 2007.

BELAREM M. La mise en œuvre d’un SIG pour la gestion des déchets solides dans les communes du gouvernorat de Sfax. Tunis : mémoire de DEA, FSHS, 180 p., 2003.

C.A.R./P.A.P. Gestion des zones côtières en Tunisie, Centre d’Activités Régionales pour le Programme d’Actions Prioritaires, Split, 52 p., 2005.

CHOUARI W. « Les pluies torrentielles des 17 et 24 septembre 2003 dans le Grand Tunis : analyse météorologique et impacts immédiats ». In : Les risques liés au temps et au climat, actes du XIXème colloque de l'AIC (Épernay), G. BELTRANDO, M. MADELIN et H. QUÉNOL édit., Édit. PRODIG, Paris, p. 166-171., 2006. En ligne :https://www.google.fr/#q=association+internationale+de+climatologie.

CHOUARI W. Environnement et risques naturels dans le Grand Tunis : approche cartographique. Paris : Université Paris VII, thèse de Doctorat de géographie, 408 p + annexes et cartes. 2009.

CHOUARI W. « Problèmes d'environnement liés à l'urbanisation contemporaine dans le système endoréique d'Essijoumi (Tunisie nord-orientale) », Physio-Géo [En ligne], Volume 7, p. 111 – 138, 2013.

CHOUARI W., NASR M., BELAREM M. « L’apport du SIG pour une carte de la dynamique environnementale en Tunisie ». Cahiers de CERES, série cartographie n°2, Tunis, pp. 89-96, 2013.

CHOUARI W. « Occupation des sols et morphodynamique récente dans le bassin versant de la sebkha de l’Ariana (Tunisie Nord-orientale) », Confins [Online], 24 | 2015. URL : http://confins.revues.org/10269 ; DOI : 10.4000/confins.10269.

CNUEH et PGU., 2001, Stratégie de développement de la ville de Tunis, Diagnostic stratégique et problématiques de développement, 152 p., 2001.

GIRARD O. « Enjeux d'aménagement en Tunisie : l'urbanisation, l'aménagement du territoire et la gestion de l'environnement », WAT Workshop_atelier/terrain, Mahdia, 23 p., 2006.

HADJ AHMED A. « La prise en compte de l’environnement dans l’aménagement spatial : des études d’impact à la planification écologique ». Actes du colloque « l’environnement à travers la science géographique », Tunis, p. 121-150., 1992.

MDRP (ITCEQ), Indicateur de développement régional : étude comparative en terme de développement régional de la Tunisie, Tunis, 25 p., 2012.

MEAT (Ministère de l’Environnement de l’Aménagement du Territoire) - Direction Générale des Ponts et Chaussées. Recensement général de la circulation, Tunis, 374 p., 2007.

MEAT. Communication Initiale de la Tunisie à la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, Tunis, 214 p., 2001.

MEAT, groupement DIRASSET – Groupe Huit –IGIP. Schéma Directeur d’Aménagement du Territoire National, étude stratégique, Bilan-diagnostic – rapport de première phase, livre 2 : les limites du milieu, 310 p., 1996.

MEAT-APAL. Projet de conservation des zones humides littorales et des écosystèmes côtiers : Cap Bon - Économie et territoires au Cap Bon, Rapport de diagnostics des sites, MedWetCoast, Tunis, 119 p., 2001.

MUNICIPALITE DE TUNIS. Projet citées durables, Tunis Séjoumi, schéma de développement de la zone de la sebkha de Séjoumi, rapport préliminaire 1ére phase, Tunis, 171 p., 1997.

OUESLATI A. Les côtes de la Tunisie : géomorphologie et environnement et aptitudes à l’aménagement. Tunis : Fac. Sc. H. Soc., thèse d’Etat, vol. II, 387 p., 1993.

OUESLATI A. Les inondations en Tunisie, Tunis : Orbis, 206 p. ISBN : 9973-31-180-9. 1999.

OUESLATI A. Littoral et aménagement en Tunisie : des enseignements de l’expérience du vingtième siècle et de l’approche géoarchéologique à l’enquête prospective, Tunis : Orbis, 534 p. ISBN : 9973-51-570-6. 2004.

OUESLATI A. « Plages et urbanisation en Tunisie: des avatars de l’expérience du XXe siècle aux incertitudes de l’avenir », Méditerranée, n° 115, p. 103 -116, 2010.

PASKOFF R. « Évaluation de la vulnérabilité à l’érosion marine de sites archéologiques antiques de la côte tunisienne ». Les cahiers de la Tunisie, n° 109-110, p. 301-327, 1979.

PASKOFF R. Géographie de l’environnement : problèmes d’utilisation des ressources et d’adaptation aux contraintes des milieux naturels : exemples tunisiens. Tunis : Université de Tunis, « série Histoire-Géographie » 227 p., 1985.

PNUD. Étude de la vulnérabilité environnementale et socio-économique du littoral tunisien face à une élévation accélérée des niveaux de la mer due aux changements climatiques et identification d’une stratégie d’adaptation, rapport de synthèse, 57 p., 2009.

PNUE. TUNISIE : enjeux et politiques d’environnement et de développement durable », Plan Bleu, Sophia Antipolis, 70 p., 2000.

SLIM H., TROUSSET P., PASKOFF R., OUESLATI A. Le Littoral de la Tunisie : étude géoarchéologique et historique, éd. CNRS, France, 308 p., 2004.

SWEEPNET.  Rapport par pays sur la gestion des déchets solides en Tunisie, 52 p., 2010.

TABET-AOULM. Développement et environnement au Maghreb : contraintes et enjeux. Québec : Université Laval, 257 p., 2010. ISBN : 978-26920027-41-1.

Webographie

Http://www.anged.nat.tn/

http://www.ins.tn/

Topo da página

Notas

1 Des restes de construction (Sidi Erreis, Sallakta, Kerkennah, Jerba etc.), des tombes (Mahdia), des ruines à Sidi Mechreg (IV – Vème siècles après J.C) - Jetée romaine submergée par la mer et des restes de construction à Gammart.

2 NPK : Société Industrielle d’Acide Phosphorique et d’Engrais.

Topo da página

Índice das ilustrações

Título Figure 1 : Localisation régionale de la Tunisie
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/11701/img-1.png
Ficheiro image/png, 110k
Título Figure 2 : Une disparité intérieur/littoral dans la répartition de l'indicateur de développement régional en Tunisie (IDR par gouvernorat est à la base du lissage)
Créditos Source : MDRP-ITCEQ (2012)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/11701/img-2.png
Ficheiro image/png, 119k
Título Figure 3 : Croissance démographique en Tunisie (1994 et 2004) et évolution des tissus urbains des agglomérations du Grand Tunis, du Grand Sousse et du Grand Sfax
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/11701/img-3.png
Ficheiro image/png, 578k
Título Figure 4 : Importance de l’intensité de la circulation routière sur l’axe littoral
Créditos Source : MEAT- Direction Générale des Ponts et Chaussées (2007)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/11701/img-4.png
Ficheiro image/png, 182k
Título Photo 1. Sfax le 19 septembre 2013
Legenda La circulation dans pratiquement toute la ville a été perturbée. Des principales artères sont devenues de véritables vasières qui ont ensevelies les trottoirs et les jardins et des familles ont été coincés dans leurs véhicules.
Créditos Cliché : Chouari, 2013
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/11701/img-5.jpg
Ficheiro image/jpeg, 308k
Título Figure 5 : Les plages sableuses de la Tunisie : impact des aménagements sur l'érosion et une vulnérabilité à l’élévation du niveau de la mer
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/11701/img-6.png
Ficheiro image/png, 422k
Título Photo 2. Amoindrissement de l’épaisseur de la plage d’Amilcar (fond du Golfe de Tunis)
Créditos Cliché : Chouari, 2006
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/11701/img-7.jpg
Ficheiro image/jpeg, 452k
Título Photo 3. L’un des points les plus sensibles pour la Tunisie demeure, aujourd’hui encore, le rejet de phosphogypse en mer dans le golfe de Gabès
Créditos Cliché : Chouari, 2012
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/11701/img-8.jpg
Ficheiro image/jpeg, 332k
Título Figure 6 : Répartition de la production d’ordures ménagères et des équipements de la gestion des déchets solides et leur impact sur l’environnement en Tunisie
Créditos Sources : MEAT- DIRASSET (1996) et ANGED (2012)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/11701/img-9.png
Ficheiro image/png, 585k
Topo da página

Para citar este artigo

Referência eletrónica

Walid Chouari e Mongi Belarem, « Enjeux de la Tunisie orientale : un territoire développé et un environnement à protéger », Confins [Online], 30 | 2017, posto online no dia 18 Fevereiro 2017, consultado o 11 Dezembro 2017. URL : http://journals.openedition.org/confins/11701 ; DOI : 10.4000/confins.11701

Topo da página

Autores

Walid Chouari

Laboratoire SYFACTE, Université de Sfax, Tunisie, courriel : walidchouari@yahoo.fr

Artigos do mesmo autor

Mongi Belarem

Université du Roi Abdulaziz, Jeddah, Arabie Saoudite.

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Topo da página
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals