Navigation – Plan du site

La représentation du Brésil et de ses habitants dans l’Europe de la fin du xvie siècle

A representação do Brasil e dos seus habitantes na Europa no fim século XVI
Grégory Wallerick

Résumés

À la fin du xvie siècle, le graveur d’origine liégeoise, Théodore de Bry, met en image, dans le cadre de sa collection de voyages en Amérique, deux épisodes d’excursions protestantes au contact d’une tribu anthropophage, les Tupinamba. Par les cartes, qui permettent de localiser l’espace brésilien concerné, ainsi que par la qualité de ses planches, mettant en scène des cannibales dans un décor exotique, il contribue à édifier une représentation durable de l’espace brésilien et de ses habitants, alors que le souci ethnographique semble avoir été mis entre parenthèses par l’initiateur des Grands Voyages.

Haut de page

Entrées d’index

Índice de palavras-chaves :

anthropofagia, Brasil, percepção, representação, Tupinamba
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Christophe Colomb est convaincu, jusque sa mort en 1506, qu’il a atteint les Indes (occidentales) (...)
  • 2  Pour un développement sur ce traité, cf. B. Bennassar, « Tordesillas : le premier partage du monde (...)
  • 3  Il s’agit en réalité du partage du monde suite au Déluge, Bible, Genèse, IX, 20-27.
  • 4  Cité par A. Milhou, in B. de Las Casas, La destruction des Indes, Chandeigne, 1995, p. 32.

1Dès la découverte de l’Amérique, en 1492, par le Génois Christophe Colomb1, les puissances ibériques parviennent à prendre possession de ce territoire, qui prend rapidement le nom de Nouveau Monde. En 1494, le pape Alexandre VI (1492-1503) Farnèse signe, avec l’Espagne et son voisin lusitanien, le traité de Tordesillas2, par lequel il affirme que la péninsule ibérique, de par le testament d’Adam3, se voit octroyer la possession des terres découvertes et à découvrir. Par ce texte, seuls l’Espagne et le Portugal se voient autorisés, par décision de la papauté, à se lancer dans la course à la découverte par l’océan, puis, par extension, à la conquête des terres d’Amérique, excluant de fait les autres puissances européennes. Auparavant, la papauté avait déjà permis à l’Espagne, par la Bulle In Caetera (4 mai 1493), de jouer un rôle fondamental dans la prise de possession des terres nouvelles car « ces rois vraiment catholiques [s’étaient déjà] illustrés par la conquête de Grenade. »4

Figure 1 Le partage du monde en 1494

Figure 1 Le partage du monde en 1494

In C.Michon, « Le temps des découvertes », Historia thématique n° 101, p. 73, mai-juin 2006.]

  • 5  Sur les doutes qui entourent le voyage de Binot Paulmier de Gonneville, cf. L. Perrone-Moisés, « L (...)
  • 6  Les premiers voyages de Jacques Cartier au Canada eurent lieu en 1534-1535, mais l’implantation da (...)
  • 7  Cf. F. Lestringant, Le Huguenot et le sauvage, Droz, p. 49.
  • 8  Les livres qui paraissent sur l’Amérique continuent de faire recette, bien que F. Lestringant préc (...)

2Toutefois, les autres puissances européennes n’ont pas attendu l’accord pontifical pour se lancer dans la conquête des territoires du Nouveau Monde. En effet, le Brésil avait probablement été atteint par Gonneville5 vers les années 1503-1505, ainsi que par les frères Verrazane dans les années 1526-1529 alors qu’il faut attendre la décennie 1530 pour les prémices de la conquête française de l’Amérique du Nord6. Durant près d’un siècle, ce Brésil, peuplé d’êtres tout droit sortis des fables médiévales, ainsi qu’en avait décrit en Asie Marco Polo dans son Devisement du Monde, publié au xive siècle, fascine l’Europe. Un exemple parmi d’autres, lorsque le roi de France Henri II, accompagné de Catherine de Médicis, le premier octobre 1550, met en scène son entrée royale dans la ville de Rouen, où est organisée une parade avec des Indiens du Brésil, dans la reproduction de leur village7. Leur présence donne une note exotique à l’entrée solennelle des souverains, dans une ville qui joue un rôle important pour les expéditions outre-atlantiques. La peinture qui en a été réalisée permet de véhiculer une vision des populations de cette région et influence grandement le regard qu’ont sur elles certains Français. Près d’un demi-siècle plus tard, les presses de Francfort sortent un ouvrage relatif aux mondes brésiliens du milieu du siècle. L’auteur, Théodore de Bry, Liégeois émigré à Strasbourg puis installé à Francfort, a fort probablement été lui-même influencé par ces images véhiculées avant l’édition de son ouvrage. Ce dernier constitue un témoignage visuel particulièrement novateur pour l’époque, en raison des nombreuses images gravées en taille-douce : la finesse du travail et le choix du sujet intéressent ses contemporains8. De quelle manière Théodore de Bry a-t-il présenté le Brésil du milieu de son siècle à ses lecteurs ? Comment a-t-il représenté les populations autochtones ? Quelle image les Européens conservent-ils de ces récits ?

  • 9  Lors de l’installation par Walter Raleigh en 1585, pour l’Admiranda Narratio (1590).
  • 10  Relative au voyage de Laudonnière en 1565 pour la Brevis Narratio (1591).
  • 11  L’ouvrage, Les Singularitez de la France Antarctique, connaît des rééditions et des traductions, t (...)
  • 12 Ibid.

3La source première pour cette présentation est constituée par le 3e livre des Grands Voyages, publié à Francfort en 1592. Cet ouvrage sort des presses en deux versions linguistiques, latine en 1592, et allemande en 1593, et est réédité à sept reprises en un demi-siècle. Les premiers volumes concernaient chacun un espace géographique spécifique, la Virginie anglaise9, et la Floride française10, et De Bry poursuit son œuvre avec un troisième espace, le Brésil. L’évolution politique de ce territoire le mène à traiter deux puissances différentes. La plus grande partie du volume relate le Brésil sous domination portugaise, alors qu’une part réduite à moins d’un tiers du volume et trois images – le livre en compte vingt-sept ! – concerne la France Antarctique. Afin de pouvoir présenter à son lecteur une histoire aussi attrayante qu’intéressante, De Bry a été amené à se documenter sur le Brésil du milieu du XVIe s. Trois ouvrages semblent avoir constitué les bases de ces informations. D’abord, le récit de Hans Staden, publié en 1557, agrémenté de planches gravées sur bois, donc nettement plus imprécises que celles de 1592, qui rappelle son voyage vers la colonie portugaise et surtout son expérience de captif chez les peuples autochtones. Ensuite, les textes du cosmographe catholique français André Thevet, publiés dès 155711, ainsi que ceux du protestant Jean de Léry, publiés près de vingt années plus tard, en 1578, et qui relancent l’intérêt français pour ce territoire outre-atlantique12. Il est fortement probable que ces ouvrages aient été connus et utilisés par TDB, ainsi que nous l’évoquerons ultérieurement. Deux éléments méritent alors attention dans le cadre de cette étude. D’abord, la manière dont Théodore de Bry représente la terre brésilienne, tant dans sa localisation sur une carte que dans les décors brésiliens. D’autre part, la présence d’autochtones sur cet espace, et leur illustration, revêt un caractère particulier. Enfin, la manière de représenter le territoire et ses habitants nous pousse à nous interroger sur la portée de cet ouvrage et de ses illustrations.

Le territoire brésilien

4La représentation d’un espace encore inconnu pour les Européens de la fin du xvie siècle passe par la nécessité de localiser ce territoire afin de permettre aux lecteurs d’enrichir ses connaissances, et de lui montrer un certain éloignement, limitant la crainte qu’ils peuvent ressentir devant certaines images d’une grande cruauté. Théodore de Bry choisit alors de figurer les terres évoquées dans ses ouvrages par des cartes qu’il réalise lui-même. De quelle manière ces dernières peuvent-elles être considérées comme véridiques ? De même, comment le graveur parvient-il à représenter un décor qu’il ne connaît que par les écrits de voyageurs ?

Les cartes du Brésil : une référence jusqu’au xixe siècle

Figure 2 Cartes du Brésil selon De Bry

Figure 2 Cartes du Brésil selon De Bry

Extrait de l’Americae Pars Sexta, 1596

Figure 3 Extrait de la carte de l’Amérique latine De Bry

Figure 3 Extrait de la carte de l’Amérique latine De Bry

Carte de l’Amérique latine De Bry de 1625

  • 13  C’est à partir de cette carte, datée de 1506, que l’Amérique prend son nom, la présence d’Amerigo (...)

5La majeure partie composant les Grands Voyages comporte des cartes à plus ou moins grande échelle. Celles-ci ont pour objectif principal de permettre une localisation d’un coup d’œil des espaces concernés par le volume. Certes, allégories ou personnages célèbres entourent la carte, comme c’était souvent le cas à l’époque, à l’exemple de la carte de l’œkoumène de Waldseemüller qui constitue une référence pour cette période13. La qualité et l’apparent respect géographique des cartes de De Bry poussent ses contemporains à être tentés de les considérer comme des documents d’une grande véracité, notamment dans la précision des localisations. Ainsi, sur les cartes de l’Amérique du Sud, qui se trouvent dans les volumes six et huit, chaque fleuve possède son nom inscrit sur la carte. La difficulté qui se pose ici est de déterminer dans quelle mesure le positionnement relatif des cours d’eau repose sur une description recevable géographiquement plutôt que du point de vue stratégique de sa source.

  • 14  Les marins bretons et normands avaient implanté des entrepôts commerciaux (notamment pour le bois- (...)

6La région du Brésil était majoritairement dominée par la puissance portugaise, et la France a cherché à réduire l’influence de son adversaire en tentant de s’implanter de façon durable dans le territoire brésilien14. La Guyane française en constitue un des vestiges. Le xixe siècle lève le problème de trouver une délimitation précise des espaces en Amérique du Sud. En effet, l’indépendance du Brésil, dès les années 1820, conduit le nouveau gouvernement à déterminer les frontières de l’État, notamment avec son voisin, la Guyane, cherchant à localiser avec précision le fleuve Japoc, mis au jour par Vincent Pinzon, auquel le découvreur avait donné son nom en remplaçant l’appellation indigène. La localisation est nécessaire pour la jeune nation et des cartes évoquant cet espace sont dès lors recherchées.

  • 15  Théodore de Bry est cité aux côtés des Mercator, Ortelius, Postel ou Thevet, cosmographe des Valoi (...)
  • 16  J. Caetano da Silva, L’Oyapoc et l’Amazone…, 1861, p. 310.

7Jusqu’au milieu du xixe siècle, il semblerait que le Liégeois ait été considéré comme une référence géographique pour les espaces outre-atlantiques. En effet, en 1861, l’historien et géographe de Paris Joaquim Caetano da Silva publie un ouvrage, L’Oyapoc et l’Amazone : Question brésilienne et française, dans lequel De Bry apparaît comme un géographe d’une « réputation universelle (p. 310) et colossale » (p. 477), voire une « grande autorité géographique » (p. 355)15. Ses œuvres publiées entre 1592 et 1596 sont prioritairement concernées, car elles évoquent l’Amérique du Sud, dans laquelle les Français cherchent à définir des limites avantageuses pour leur colonie de Guyane. L’une d’elles a été placée sur d’anciennes cartes, « loin du Cap Nord, [le long d’]un grand cours d’eau sous le nom de Rivière de Vincent Pinzon. »16

  • 17  Même s’il existait une traduction latine des textes publiés par De Bry, ce dernier préférait obten (...)
  • 18  Dont De Bry a publié son voyage en 1599, lors du huitième volume des Grands Voyages.
  • 19 Les rivières de la Guyane ont dès lors retrouvé leur nom indien (Ibid., p. 315).

8Le travail de De Bry est dès lors présenté comme une référence certaine, l’historien-géographe n’hésitant pas à le décrire comme « un savant du xvie s. […] à la fois imprimeur, graveur et libraire, c’est-à-dire dont les travaux nous offrent la double sécurité du savoir et de la perfection d’exécution » (p. 352). La certitude d’un travail bien fait et respectueux d’une certaine véracité géographique et historique a pourtant été ébranlée quelques pages auparavant, lorsque les traductions latines réalisées par le graveur17 sont caractérisées de « mauvaises traductions » (p. 312). De surcroît, elles servent de sources pour une traduction française du texte relatif à l’explorateur espagnol Vincent Pinçon par Pierre Martyr d’Anghiera. De même, un texte de Keymis18 aurait été mal interprété, par le Liégeois, notamment à propos de la localisation d’un fleuve amazonien, que De Bry place en dehors de cet espace. Cette invention fut rectifiée dès 1630, lorsque De Laet localise le véritable Araguari amazonien19.

9Selon toute vraisemblance, il paraît assez surprenant que les œuvres des De Bry soient considérées d’une telle fiabilité, notamment en raison de la seconde main du travail. Il est alors important de préciser que le graveur originaire de Liège n’a jamais entrepris de voyage sur les terres outre-atlantiques, aussi, les cartes qu’il réalise, pour exceptionnelles qu’elles furent par la qualité de la réalisation, manquent toutefois de fondements géographiques concrets. Les éléments qui ont permis à De Bry de se documenter se regroupent en deux catégories : les ouvrages publiés par des voyageurs, qui décrivent les côtes, et permettent en ce cas au graveur d’imaginer puis de mettre en images un littoral inconnu ; des cartes ou des croquis réalisés sur le vif par des explorateurs hardis, soucieux de se repérer dans une terre inconnue. Lors de la réalisation et de la publication des Grands Voyages, le Brésil est néanmoins plus connu, ou moins inconnu, et certaines erreurs du début du siècle peuvent avoir été corrigées. Le problème de la dénomination des fleuves se pose de manière récurrente, et les auteurs, selon les époques, n’ont pas donné le même nom aux cours d’eau littoraux, car le nom permettait aux colons de se l’approprier.

Le décor brésilien : une certaine fiabilité

  • 20  Cf. J. Delumeau, Le pécher et la peur, 1983, p. 567.
  • 21 La question d’une possible conversion avait été débattu au milieu du siècle lors de la controverse (...)
  • 22 O. P. Dickason, Le Mythe du sauvage, 1984, p. 64.

10Une des particularités du Brésil, comme le précisent aussi bien Léry que Staden, est de permettre, pour des raisons climatiques, à ses habitants de vivre dans une quasi-totale nudité. Les Européens associaient cet état de nature à un manque voire une absence de richesses, de possessions20. Les princes européens cherchaient, par leurs costumes, à marquer leur importance aux yeux des ambassadeurs et des cours. De nombreux ouvrages sont parus au xvie s. sur les vêtements, allant jusqu’à établir des différences entre les peuples en fonction du costume. Rapidement, la relation entre la nudité et la nécessité de l’évangélisation, les colons amenant souvent avec eux une volonté de convertir les indigènes21, mène non seulement à opposer la richesse à la pauvreté, mais aussi la civilité à l’état de nature22.

  • 23  Dès la p. 56 des Singularitez de la France antarctique, 1557.
  • 24  Ces essences sont présentées p. 157 pour l’explication et p. 158 pour l’illustration.

11Vivant à l’extérieur, les Amérindiens évoluent dans un décor particulier, que le graveur liégeois se doit de représenter de manière aussi précise que possible. Ce décor contient des éléments indigènes, permettant de prouver à ses lecteurs que les images qui illustrent le volume correspondent bien à une région exotique. Pour se faire, le graveur ajoute des objets typiques. Plusieurs d’entre eux reviennent de manière récurrente, comme les palmiers ou les huttes dans lesquelles vivent les peuples brésiliens. Les premiers sont attestés tant chez Léry que chez Thevet ou Staden, qui les avaient représentés sur certaines de leurs images. Thevet, dans un souci d’analyse, fait figurer des palmiers dès les premières planches de son œuvre23 et précise ainsi l’importance que cette essence revêt pour les autochtones, mais en décrit d’autres, comme l’haïri, proche du palmier, utilisée pour la fabrication des flèches, ou encore l’ébène, pour les épées24.

Figure 4 Les éléments indigènes des Tupinamba

Figure 4 Les éléments indigènes des Tupinamba

Planche 08 du troisième volume des Grands Voyages

  • 25  H. Staden, Nus, féroces et anthropophages, 2005, p. 169.

12Plus imposantes et spécifiques sont les malocas. Ces grandes bâtisses étaient aisément reconnaissables par leur forme allongée et leur toit arrondi. Une description précise des dimensions est apportée par Staden : elles « ont environ quatorze pieds de large [soit quatre mètres vingt] et cent-cinquante de long [quarante-cinq mètres], elles ont près de deux toises de haut [deux mètres soixante], leur toit est rond comme la voûte d’un caveau et fait de feuilles de palmiers. »25 La forme particulière est précisée, le rôle du palmier dans ces sociétés est rappelé, et le graveur s’appuie prioritairement sur cette description plutôt que celle de Thevet, où le toit est proche des maisons européennes, ou les quelques images les représentant chez Léry. Dès lors que peu d’illustrations lui permettaient de se faire une réelle idée de l’aspect des malocas, Théodore de Bry a pu laisser son imagination compléter certains détails peu clairs sur les planches originales.

  • 26  Colomb, Verrazano, Cartier ou Cortès ont chacun amené un ou plusieurs Amérindiens sur le vieux con (...)
  • 27 D’après J. Heers, La Découverte de l’Amérique, 1991, p. 61.
  • 28 Cf. J. A. de Sousa Filho, « Le "conte cannibale" de Montaigne » : réalité historique et représentat (...)

13D’autres éléments des planches sur cuivre permettent de symboliser l’aspect exotique de l’image, comme les animaux exotiques. Depuis la mise au jour des terres d’Amérique, certains découvreurs ont cherché à amener en Europe des indigènes vivants pour faire découvrir aux souverains leurs nouveaux sujets et s’approprier leur différence26. Des plantes ont aussi été transportées en Europe, de même que des animaux comme de nombreux perroquets aux couleurs enchantées (une quarantaine par Colomb27). Lors de l’entrée royale d’Henri II28en 1550, au-delà des Tupinamba, un certain nombre d’animaux exotiques avaient été présentés en même temps que les « sauvages ». Ainsi, dès Christophe Colomb, les Européens avaient esquissé un lien entre les animaux exotiques et l’Amérique. Ils n’avaient toutefois que peu de connaissances des populations qui y vivaient.

Les autochtones brésiliens : de « bons » sauvages ?

14Au-delà de la mise en images d’espaces inconnus pour ses lecteurs, De Bry cherche avant tout à présenter un peuple, au sein duquel un Hessois a vécu quelques mois. Le récit de Staden, édifiant à plus d’un titre pour les Européens, constitue une particularité par son statut de prisonnier. Un second ouvrage permet d’approfondir la découverte des autochtones, à travers le récit de Jean de Léry.

Le récit de Staden : une bande dessinée d’un Européen chez les Tupinamba

15L’histoire de Hans Staden, publiée en 1558 avec pour illustration des planches sur bois, a été mis en image par Théodore de Bry en 1592, pour l’édition latine, et l’année suivante en allemand. Elle permet aux Européens d’appréhender une vision qui devient récurrente sur les peuples d’Amérique, avec un effroyable réalisme, tant la finesse de l’exécution des planches sur cuivre permettait d’améliorer les détails du rituel cannibale. La majeure partie du troisième volume des Grands Voyages concerne la mésaventure de Staden. De Bry s’attache à présenter le périple d’un unique acteur, alors que les précédents volumes ne provenaient pas d’une unique source pour conter l’histoire d’une personne.

  • 29  Il le précise lui-même, au chapitre 29, p. 105.
  • 30  Ibid., p. 39.
  • 31 Pour de plus amples renseignements sur ces deux capitaineries, cf. G. Medeiros, « Les Portugais fac (...)

16Marin allemand originaire de Hombourg en Hesse29, Hans Staden a reçu une formation d’arquebusier et est devenu un expert en artillerie30 pour le compte de l’empereur Charles Quint. Il découvre les Indes en janvier 1548 par l’intermédiaire des Portugais. Après un bref séjour à Pernambouc, puis Itamaraca31, il rentre au Portugal, puis retourne en Amérique avec les Espagnols. Il s’embarque en 1550 sur un navire espagnol partant pour le Pérou, et intègre la flotte commandée par Diego de Sanabria. Le voyage souffre de difficultés, et un naufrage le contraint à rejoindre à la nage São Vicente, où il séjourne quelque temps comme artilleur pour le compte de la Couronne du Portugal.

Figure 5 Départ vers l’Amérique

Figure 5 Départ vers l’Amérique

Planche 01 de l’Americae Tertia Pars

Figure 6 La traversée vers l’Amérique

Figure 6 La traversée vers l’Amérique

Planche 03 de l’Americae Tertia Pars

  • 32  Ce sont d’ailleurs trois navires qui sont visibles sur la planche de De Bry, alors que Staden n’av (...)

17L’illustration qu’en réalise De Bry suit de manière très précise un ordre chronologique. Le départ de l’Europe est effectué à partir d’un port typiquement européen, mais plus proche des ports de la fin du xvie siècle que du milieu, date à laquelle le voyage a eu lieu. Aussi, De Bry a cherché à représenter une structure qu’il connaissait. La traversée s’appuie sur des éléments imaginaires, permettant aux lecteurs d’imaginer les difficultés rencontrées par les voyageurs vers l’Amérique. Des poissons volants, en grand nombre, nous précise l’auteur, entourent le navire, proche des caravelles de Colomb32, alors qu’un visage de chérubin souffle dans les voiles, tel Eole permettant au navire de traverser la Mer Océane.

  • 33 H. Staden, op. cit., p. 79 et suiv.

18L’arrivée en Amérique et les vicissitudes de Staden occupent quelques planches, mais l’important du travail consiste en la rencontre avec les Tupinamba. Le frontispice appelait le lecteur à découvrir une société encore inconnue, notamment dans ses rites. Staden permet ainsi aux lecteurs de la découvrir depuis l’intérieur, notamment lorsqu’il est capturé, après s’être trop éloigné du fort portugais. Cette capture mérite un approfondissement, car elle montre clairement une opposition entre les sociétés locales et la perception européenne. En effet, dès que les autochtones ont attrapé Staden, ils s’empressent de le déshabiller, une manière de lui permettre de rejoindre la tribu, puis ils le lient à l’aide d’une corde. L’usage de cet objet de facture européenne est attesté par Staden, qui précise avoir les mains attachées, et une corde autour du cou33. Celle-ci n’était pas utilisée par des sociétés tupi que depuis l’arrivée des Européens, tant la conception de la détention diffère entre l’Ancien et le Nouveau mondes. Dans ce dernier, les prisonniers ne cherchaient pas à fuir, pour ne pas jeter la honte et le déshonneur sur leur tribu, mais assumaient honorablement leur statut de captifs. Attacher un prisonnier signifiait la crainte de le voir s’échapper, et donc la volonté de le retenir contre son gré. La corde symbolise aussi les liens entre les Tupinamba et les colons européens. Durant le temps passé dans la tribu, Staden justifie d’ailleurs la présence de la corde, car il tente de s’enfuir. Il fut cependant rejeté par les Français du navire, qui lui préférèrent les relations économiques avec les Tupinamba plutôt que de sauver un Européen. La libération du protagoniste n’est toutefois pas mise en image par De Bry, qui préfère poursuivre sa présentation des autochtones brésiliens par le récit que Léry en avait donné, du point de vue de la modeste implantation française.

Le Brésil de Léry

  • 34 Ch.-A. Julien, Les Voyages de découvertes et les premiers établissements (XVe-XVIe s.), 2003, p. 18 (...)
  • 35  M. Acerra, G. Martinière (s.d.),Coligny, les protestants et la mer (actes du colloque de Rochefort (...)
  • 36 D’après Ch.-A. Julien, op. cit., p. 188-189, l’expédition se compose de La Chapelle et Boissy (deux (...)

19L’initiative de la France brésilienne semble venir d’un chevalier d’obédience calviniste, du nom de Nicolas Durand de Villegagnon, qui non seulement propose l’expédition, mais occupe aussi le poste de commandement de l’établissement français qui s’y implante34, soutenu par l’Amiral Gaspard de Coligny35. Officieusement, l’idée de cette entreprise semble avoir été la mise en place d’un refuge pour les protestants français, Coligny embrassait des sensibilités pour les huguenots même s’il ne le reconnaît qu’à partir de 1557, car les persécutions des catholiques contre les protestants se multipliaient, notamment depuis l’édit de Chateaubriand (1551). L’expédition36 se prépare, dans une apparente neutralité religieuse, comme le prouvent les soutiens financiers, comme le cardinal de Lorraine, chef du clergé catholique.

  • 37  « "Gua-na-para" ou "Para-na-gua" est le mot par lequel les Indiens désignent habituellement une pe (...)
  • 38 On les désigne souvent sous le nom général de Tupinamba, terme impropre car ce terme ne concerne qu (...)
  • 39  Les Indiens l’appelaient Segeripe, alors que pour les Portugais, il s’agissait de das Palmeiras (I (...)
  • 40  J. de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Bresil, autrement dite Amerique…, chap. VII.

20Trois navires quittent le Havre de Grâce au milieu de l’année 1555 pour jeter l’ancre, trois mois plus tard, dans la baie de Guanabara37 afin d’éviter la côte, déjà occupée par des tribus tupi38. Un site d’île, dite « île aux Français »39, est choisi, permettant une stratégie militaire efficace malgré le manque d’eau potable, de terres suffisantes à cultiver, créant d’emblée une dépendance vis à vis de la terre. Villegagnon, avec l’aide de ses compagnons, fait édifier une forteresse, le Fort Coligny en la France antarctique40. C’est ainsi que la colonisation française peut commencer au Brésil.

  • 41  Ch.-A. Julien, op. cit., p. 192.
  • 42 Ibid. p. 193.
  • 43  L’expression est d’A. Heulhard, Villegagnon, roi d’Amérique. Un homme de mer au XVIs., 1897.
  • 44  J. de Léry, Histoire d’un voyage… (1578).
  • 45  Ch.-A. Julien, op. cit., p. 194. Cette installation française est attestée dans les ouvrages de de (...)

21Le chevalier de Villegagnon dirige alors sa colonie d’une main de fer, il impose une discipline militaire41, et tente de limiter autant que possible les longues incursions sur le continent, en raison de l’intérêt que les Français portaient aux Indiennes. Les liens avec ces dernières leur permettaient certes de servir de truchements entre les deux peuples, mais de nombreux marins, entre autres normands, s’adaptaient à la vie « sauvage », abandonnant leur religion pour les rites indiens. Toutefois, cette discipline de fer, accompagnée de querelles intestines, menace l’équilibre de l’établissement français, et la colonie se scinde progressivement : une partie des huguenots est exilée sur le continent par Villegagnon : ils préfèrent chercher un site meilleur42 que de supporter la rigueur du « roi d’Amérique. »43 C’est ainsi que se crée la forteresse nommée Henryville, qui fait face à l’île. L’arrivée de renforts dès l’année 1556, parmi lesquels le calviniste Jean de Léry44, envoyé directement par Calvin, permet toutefois de conforter la présence française sur le continent45.

Figure 7 Les Tupinamba et leurs démons

Figure 7 Les Tupinamba et leurs démons

Planche 27 de l’America Tertia Pars

  • 46  Pour de plus amples explications, cf. l’article de J.-P. Duviols, « Théodore de Bry et ses modèles (...)
  • 47  L’idée est reprise dans le Drake Manuscrit de 1586, dont une traduction fidèle est publiée par F. (...)
  • 48 I. Combès, op. cit., p. 161.
  • 49  F. Lestringant, Le Huguenot et le Sauvage, 2004, p. 20.
  • 50  Ibid., p. 21 : Jean de Léry se serait inspiré d’une image relatant une « haüt beste qui vit de ven (...)
  • 51  Ibid.
  • 52  Ibid., p. 20, p. 19.
  • 53  F. Lestringant, L’Expérience huguenote au Nouveau Monde, 1995, p. 195.

22Les extraits de Léry que le graveur liégeois choisit de mettre en images concernent la vie sauvage des Tupinamba, notamment des danses, en grande partie, il est vrai, inspirées de Thevet, et la probable relation que nouaient les Amérindiens cannibales avec les démons. De prime abord, les images apparaissent très proches, même si le travail du Liégeois apparaît plus fin, plus précis, plus net. Les planches sont d’ailleurs inversées, car le passage de l’image issue de la gravure sur bois (concernant l’originale) à la taille douce (utilisée par De Bry) permet d’améliorer le sujet, qui est en symétrie par rapport à son modèle, conséquence du tirage sur papier de la plaque gravée46. L’image avec les démons présente un intérêt à plus d’un point de vue. D’abord deux Européens parlent, du haut d’un promontoire, avec un Indien tupinamba, dominant ainsi la scène. La discussion semble être animée, comme en témoigne la gestuelle, Jean de Léry montre le ciel, symbolisant peut-être la volonté divine, alors que l’Indien montre ses démons, qu’il appelle Aygnan47, démon représenté sous les traits du Diable des chrétiens48. La posture de l’autre calviniste invite le lecteur à contempler la scène qui se déroule derrière le groupuscule : d’autres Tupinamba sont agressés par d’affreux démons, de toute sorte. Ceux-ci sont particulièrement originaux, parfois proches des représentations du diable, comme la bête aux cornes de satyre qui frappe le malheureux Indien au premier plan, sous le regard probablement horrifié du calviniste. Les ailes nervurées rappellent celles que les chrétiens dessinent dans le dos de l’ange déchu, les cornes, le mufle à la place du sexe, les griffes de rapaces49 ainsi que la queue pointue entrent encore dans l’imaginaire diabolique des Européens chrétiens. Son arme reste toutefois primitive, peut-être en raison de ses victimes, considérées par les habitants de l’Ancien Monde comme telles. D’autres bêtes semblent sorties directement des frayeurs médiévales, ainsi cette sorte de loup-garou au centre de l’image, entre ours et monstre50. La bête à sa gauche peut rappeler des animaux de l’Antiquité, comme les hydres, ou une « Mélusine ailée », à moins qu’il ne s’agisse de « quelque démon succube. »51 Les actes de violence des « monstres d’Amérique » présentent des particularités typiquement médiévales, maltraitant les Indiens en raison des trois péchés commis : « luxure, gourmandise et orgueil y sont châtiés par des tourments appropriés. » Alors que De Bry a représenté dix Indiens, ce ne sont pas moins de huit bêtes différentes qui peuvent être dénombrées sur cette seule image. Enfin, des êtres volants, tels des vampires, se dirigent vers le navire, « une caravelle à voile carguée, à l’ancre »52 dans la partie gauche de l’image. Celui-ci semble servir d’issue de secours aux deux protestants, suite à l’échec de leur tentative de conversion. La scène, toutefois, présente des aspects exotiques de cette région du monde, ainsi les quelques palmiers éparpillés, ou les malocas situées à l’arrière-plan. Par cette planche, placée en fin du volume, De Bry semble prendre parti et préciser les liens étroits entre ces créatures de l’outre-Atlantique et le Malin. Comme l’indique F. Lestringant, ce monde nouveau apparaît dès lors « comme un monde réprouvé […] en proie aux puissances diaboliques. »53

  • 54  Le premier volume concerne l’expédition britannique sous Elisabeth Ière, alors que le deuxième tra (...)

23Il pourrait paraître assez surprenant que De Bry ait choisi de mettre en image le récit de Léry plutôt que celui de Thevet, alors que l’histoire est similaire, le second ayant participé à l’aventure brésilienne dès son origine, et que son ouvrage, paru en 1557,apparaissait plus fiable, Léry ayant attendu près de vingt années pour publier son récit. Quels éléments auraient pu amener Théodore de Bry à privilégier Léry, dont l’ouvrage est apparenté aux yeux des spécialistes comme une réponse à celui de Thevet ? La vision des peuples Tupinamba ne diffère pas dans ses grands traits, et il semble bien qu’il s’agisse ici davantage d’un combat d’ordre idéologique, Thevet prenant parti pour les catholiques, alors que Léry se retrouve dans le camp des protestants, notamment dans une période fortement marquée par les troubles religieux, qui ont poussé les camps catholique et protestant à utiliser des armes encore peu employées, comme les affrontements idéologiques par le biais des ouvrages ou des images. Aussi, le protestant Théodore de Bry a cherché à prendre part aux affrontements religieux qui déchiraient l’Europe par la publication de récits avant tout protestants54.

La portée de l’ouvrage

24La troisième partie des Grands Voyages remporte une audience assez rapidement, comme le prouvent les rééditions, tant en langue allemande qu’en latin. Par ces dernières, il nous est possible de percevoir une volonté des Européens de se représenter les territoires lointains, comme le Brésil. De la même manière, les visages des autochtones que De Bry avait réalisés sont rapidement diffusés, puis considérés comme véridiques.

Une représentation stéréotypée des Amérindiens

25Afin de s’approprier le récit de Staden, Théodore de Bry n’hésite pas à intégrer dans ses textes un certain nombre de termes utilisés par les Tupinamba. C’est le cas, par exemple de l’iwera pemme. Cette massue sacrificielle apparaît à plusieurs reprises sur les planches relatives aux peuples du Brésil, notamment au moment de l’exécution du supplicié. Selon toute vraisemblance, cette utilisation semble logique, dans la mesure où Staden utilise lui-même dans son texte des termes indiens, justifiant sa présence auprès des Tupinamba. Toutefois, la massue est aussi ajoutée sur certaines planches, en tant qu’arme employée par des Amérindiens, même s’ils ne sont pas Brésiliens. Elle apparaît alors, tout comme les animaux exotiques que sont les perroquets et les singes, comme symbole des armes indigènes, et non tupinamba.

26Un certain nombre des ouvrages de De Bry ont pour source des textes, dans lesquels une description précise des autochtones n’apparaissait que rarement. Aussi, le graveur utilise une des références qu’il possède, à savoir le Tupinamba. Certes, dans ses précédents volumes, il avait représenté les Virginiens au travers des aquarelles de John White, et les Floridiens à partir des images de Jacques Le Moyne de Morgues.

Figure 8 La tupinambisation des Amérindiens chez De Bry

Figure 8 La tupinambisation des Amérindiens chez De Bry

Planche 05 de la Brevissima Relacio de Las Casas

  • 55  « Les costumes et les ornements serv[e]nt indifféremment aux Brésiliens, aux Floridiens ou aux Pat (...)
  • 56 La description du procédé est de W. C. Sturtevant, « La "tupinambisation" des Indiens d’Amérique du (...)
  • 57  L’ouvrage provient en grande partie de l’Historia de las Indias, rédigée dès 1527 par Frère Las Ca (...)

27Les visages des Tupinamba apparaissent reconnaissables : le crâne est en partie rasé, hormis sur les côtés, sans tatouage comme en Floride, mais souvent avec un ornement visible sur le visage, une pierre incrustée en quelque partie (joue, menton, oreille...). Ces faciès et les coiffures se retrouvent dans les différentes parties de l’Amérique, qu’ils concernent les habitants d’Haïti, de la Havane, de Cibagua, de Carthagène (actuelle Colombie), du Pérou, du Mexique ou du Brésil55. Ces visages peuvent ainsi s’intégrer à tous les espaces américains, suivant un procédé qualifié de tupinambisation des Amérindiens56. Un exemple permet d’étayer cette thèse, à partir de la cinquième planche issue de l’œuvre de Bartholomé de Las Casas et mise en image par De Bry, publiée sous le titre de Narratio Regionum Indicarum per Hispanos quosdam devastatarum verissima, en 159857. Le visage et l’allure générale du cacique Hatuey ne permet pas de le différencier des Amérindiens d’Amérique, alors qu’il était originaire de l’île d’Hispaniola.

  • 58 Il s’agit des planches 21, 19 et 29 du troisième volume.
  • 59  Cf. l’analyse qu’en a réalisé F. Lestringant, Le Huguenot et le Sauvage, 2004, p. 289 et suiv.
  • 60  Il apparaît toutefois que la confusion ne soit pas nécessairement volontaire de la part du graveur (...)

28Certains attributs sont parfois adjoints, comme des plumes multicolores, lors de cérémonies importantes, telle l’exécution du captif ou les fêtes bruyantes et alcoolisées58. Les panaches occipitaux représentés sur quelques planches apparaissent peu crédibles, mais sont davantage issus des images véhiculées sur l’empire aztèque59, présentes, par exemple, chez André Thevet dans Les vrais Pourtraits et Vies des hommes illustres. Cette confusion60 chez De Bry mène une réaction similaire chez ses lecteurs, qui ne sont pas toujours en mesure d’établir une différence entre des cultures aussi éloignées, sur une terre connue de peu d’Européens. Aussi, le travail de De Bry constitue pour ses contemporains une porte ouverte sur le monde américain, malgré les stéréotypes que les chercheurs peuvent aujourd’hui définir. Les Européens de la fin du siècle ont ainsi tendance à se méprendre sur la réalité d’une représentation, et confondent les peuples amérindiens. Toutefois, les images de De Bry permettent de révéler aux yeux de l’Ancien monde une certaine réalité concernant les us et coutumes de ces populations.

Une œuvre d’ethnologie ?

  • 61  N. Wachtel, La Vision des vaincus…, 1971, pp. 136-140 précise, à partir de l’exemple du Pérou, com (...)
  • 62  Cette vision de l’œuvre de De Bry fait l’objet d’un article intitulé « Théodore de Bry, acteur de (...)
  • 63  J. P. Duviols, in B. de Las Casas, Tyrannies et cruautés des Espagnols, 2002, p. 196.

29Bien que l’objectif premier de De Bry ne semble pas avoir été de dresser un tableau des modes de vie des autochtones d’Amérique, il n’en reste pas moins que les tribus représentées dans les premiers volumes, Virginiens, Floridiens et Brésiliens, ont rapidement disparu après les contacts avec les Européens. Certes, les maladies apportées avec les habitants de l’Ancien Monde ont largement contribué à troubler le cycle de vie des indigènes, mais au-delà de ces faits souvent développés61, la pénétration des colons dans les guerres tribales mène irréductiblement à une modification de l’équilibre entre les peuples. Désireux de valoriser leurs armes ou leur savoir-faire guerrier, les Européens cherchent, en échange de nourriture, commerce, notamment du pau brésil, ou informations, à supplanter les efforts de guerre ancestraux par des combats typiques de l’Ancien Monde. Rapidement, les objets européens apparaissent dans les habitudes amérindiennes, comme nous l’avons vu pour la corde. Il nous faut toutefois prendre garde à ne pas confondre la réalité historique des transferts progressifs des objets européens, et l’intégration au sein des planches que Théodore de Bry a pu réaliser, par lacune d’informations. En effet, le Liégeois ne paraît pas chercher à établir un ouvrage à caractère ethnographique, mais à substituer l’Indien au protestant européen62, regroupant différents éléments exotiques « sans juger de leur degré d’authenticité ou de falsification historique ni de leur pertinence. »63

  • 64  Qu’il s’agisse de Thevet, Staden ou Léry, chacun d’entre eux a été au contact avec les peuples con (...)
  • 65 Il s’agit du « sacrifice de l’étranger, de l’homme extérieur au clan, à l’ethnie. Il est associé à (...)
  • 66 Cette tribu du Sud est alliée aux Français, et ennemis des Tupininkins. Celui de la gravure est un (...)

30Du reste, le travail réalisé par De Bry, s’il ne se procède pas systématiquement d’une perspective ethnographique, permet de conserver, grâce aux sources utilisées64, une vision de populations rapidement disparues. La perception intérieure que donne Staden aboutit à une description précise de leurs coutumes. Les scènes de cannibalisme semblent récurrentes, et l’attention apportée au prisonnier, extérieur à la tribu, futur repas, permet de poser les jalons de l’exocannibalisme65. Une image permet d’appréhender cet acte odieux pour les Européens, mais tellement capital pour le fonctionnement de la société tupi. La quatorzième planche présente le rite anthropophage dans une seule et même image, concernant le prisonnier de la tribu Cario66.

Figure 9 Staden et l’anthropophagie tupi

Figure 9 Staden et l’anthropophagie tupi

Planche 14 de l’Americae Tertia Pars

  • 67 J.-P. Duviols, in Th. deBry, Le Théâtre du Nouveau Monde, 1992, p. 214.
  • 68  B. Bucher, La Sauvage aux seins pendants, 1977, pp. 33-34.

31Ce personnage devient malade, et Hans Staden propose de tenter de lui prodiguer les soins que l’Europe utilisait, à savoir la saignée. Dès lors qu’il ne guérit pas, l’Indien Cario ne peut donc plus servir parce que malade67. Dans ce cas-là, les Tupinamba le tuent et le mangent. Sur cette planche (III, 14), l’histoire de son exécution se lit depuis l’arrière-plan jusqu’au premier plan, selon la méthode rotative. Bernadette Bucher définit cette méthode comme consistant « à réunir dans une planche des actions qui se passent en réalité les unes à la suite des autres. Plusieurs actions distinctes sont réparties dans l’espace de la planche, le plus souvent dans un sens rotatif qui reproduit, par contiguïté et succession, l’ordre temporel dans lequel elles se sont déroulées et tel que l’énonce la légende. » L’auteur peut donc représenter « plusieurs périodes de la vie humaine […] dans l’espace limité d’une seule gravure »68, réduisant ainsi le nombre de planches pour une succession de faits décrits dans le texte accompagnant l’image.

  • 69 Légende accompagnant l’image III, 14, in Th. deBry, op. cit., p. 215.
  • 70 « Un Indien sortit de la hutte et lui coupa la tête ; mais la maladie l’avait rendu si effroyable q (...)
  • 71  Ibid., p. 215.
  • 72  J.-P. Duviols, in H. Staden, op. cit., p. 24.
  • 73  M. Bouyer, Ibid. pp. 7-8 : « Plus le désespoir grandit, et plus le guetteur tragique et nu, attent (...)

32Trois étapes se distinguent : d’abord, Staden tente de soigner l’Indien ; ensuite, en raison de sa maladie, il est tué d’un coup de massue sur la tête, « qui lui fit jaillir la cervelle »69 ; enfin, le corps est dépecé et les membres cuits, « à l’exception de la tête et des entrailles qui les répugnaient puisqu’il avait été malade. »70 Tout au long du volume, De Bry permet de différencier, au premier coup d’œil, l’Européen des Amérindiens, grâce à la couleur donnée à Staden : il est « chromatiquement un “Père blanc” chez les cannibales »71, qui tente d’exhorter ce peuple de s’abstenir de dévorer un de leurs semblables. Il encadre la société tupinamba, par sa présence en arrière-plan, lorsqu’il pratique la saignée et quand il assiste à la consommation du corps rôti, où il apparaît comme tentant, par ses conseils, de les empêcher d’accomplir cet acte. Car l’anthropophagie est, à double titre, un « acte contre-nature, la transgression d’un double interdit : d’abord ne pas tuer […] et enfin ne pas manger ses semblables. »72 Son visage est outré par cette coutume, mais il semble aussi avoir peur, car il n’oublie pas qu’il est lui-même prisonnier, et que ce sort lui est fort probablement réservé : il lui faut donc guetter pour éviter un coup de massue qui le transformerait en nourriture pour les Tupis. Dès lors, cherchant à comprendre l’Autre, à approuver plus ou moins les sacrifices, pour survivre, il doit devenir cet Autre et, de « nourriture conquise et offerte », il devient « prophète, sorcier, guérisseur, […] imploré [voire est] Dieu. »73 Plus choquant pour les Européens de la Renaissance est cet enfant qui joue avec la tête, non consommable, du prisonnier exécuté, preuve que l’enfant participe aussi à cette cérémonie, ainsi que l’indiquait le frontispice.

  • 74  M. Duchet, op. cit., p. 43.

33Les scènes d’anthropophagie rituelle chez les peuples tupinamba regorgent d’éléments empruntés à l’iconographie européenne, comme une marmite servant à faire bouillir les viscères et la tête, ainsi qu’un bol, dans les mains de l’enfant, lors du repas des femmes et des enfants, et une assiette, sur laquelle trône soit la tête du sacrifié, regardant vers les cieux, ou encore les boyaux enroulés comme sur la devanture d’une boucherie (planche III, 24). Comme le précise Michèle Duchet : « La gravure de De Bry a comme horreur du vide et comble tous les silences du texte avec des éléments de représentation pris du fond commun à tous les récits de voyage. »74

Conclusion

34L’ouvrage de Théodore de Bry, édité en 1592, permet donc à ses lecteurs de découvrir dans le détail les habitudes d’un peuple presque inconnu, même si certains « spécimens » avaient déjà été présentés dans certaines cours européennes. De ces coutumes, les Européens retiennent prioritairement les actes cannibales, jugés particulièrement horribles par le vieux continent. Toutefois, la présence d’un des leurs dans les rangs indigènes accentue le trouble d’autant plus qu’il risque de subir le même sort. Au-delà de cette ritualisation de la consommation de chair humaine, De Bry dresse, pour un terme relativement long (au moins jusqu’au XIXe s., voire jusque de nos jours en raison de certaines planches encore étudiées au collège), une vision spécifique des peuples d’Amérique, particulièrement ressemblant aux Brésiliens, sans tenir compte des différences ne serait-ce que d’ordre culturel.

  • 75  F. Lestringant, Le Huguenot et le Sauvage, p. 215, pour l’illustration.

35Aux yeux d’un néophyte, les peuples du Nouveau Monde paraissent donc homogènes, vivant dans des cabanes toutes similaires – les malocas –, se vêtant, ou se dévêtant, de la même manière, ou vivant tout nus, portant divers objets pareillement incrustés dans la face, utilisant presque tous cette massue dite de Thevet75, l’iwera pemme, alors qu’elle avait, au départ, pour le peuple Tupinamba, une vocation sacrificielle.

36De la même manière, De Bry ne cherche pas à établir, de son plein gré, une œuvre à vocation ethnographique, et il n’hésite pas à insérer, sans aucun souci de respect culturel ou historique, des objets d’origine européenne, quel que soit le peuple concerné. Le travail, pour exceptionnel qu’il soit par la qualité extraordinaire des planches gravées en taille-douce, ne peut se revendiquer d’une véracité historique : considérer que les images de De Bry constituent un document historique de première main pour étudier le Brésil, ou les autres espaces représentés, relèverait d’un manque de connaissances sur cette période chargée d’affrontements religieux. Ces œuvres permettent cependant d’appréhender une perception que l’Europe des années 1590 pouvait se créer, car Théodore de Bry avait non seulement la volonté de mettre en images des récits de voyages vers le Nouveau Monde, mais nourrissait naturellement l’espoir, notamment aux prémices de sa collection, de s’attacher une clientèle susceptible de l’enrichir.

Haut de page

Bibliographie

Acerra Martine, Martinière Guy (s.d.),Coligny, les protestants et la mer (actes du colloque de Rochefort et la Rochelle), Presses Universitaires de la Sorbonne, 1997, Paris.

Caetano da Silva Joachim, L’Oyapoc et l’Amazone : question brésilienne et française, Tome premier, 1861, Paris.

Combès Isabelle, La tragédie cannibale chez les anciens Tupi-Guarani, PUF, 1992, Paris.

De Bry Théodore, Théâtre du Nouveau Monde : les Grands Voyages, présentéet annoté par Marc Bouyer et Jean-Paul Duviols, Découverte Gallimard Albums, Paris, 1992.

Dickason Olive Patricia, Le mythe du sauvage, Philippe Lebaud, 1984, 1re éd. 1984, Paris.

Duchet Michèle (s.d.), L’Amérique de Théodore de Bry, une collection de voyages protestante du xvie siècle : quatre études iconographiques, Éditions du CNRS, 1987, Paris.

Duviols Jean-Paul, Le miroir du Nouveau Monde : images primitives de l’Amérique, Presses Universitaires de la Sorbonne, 2006, Paris.

Gliozzi Giuliano, Adam et le Nouveau Monde – La naissance de l’anthropologie comme idéologie coloniale : des généalogies bibliques aux théories raciales (1500-1700), Théétète Editions, 2000, Paris.

Havard Gilles, Vidal Cécile, Histoire de l’Amérique française, Flammarion, 2003, Paris.

Heers Jacques, La découverte de l’Amérique, Éditions Complexe, Coll. La mémoire des siècles, 1991, Bruxelles.

Julien Charles-André, Les voyages de découvertes et les premiers établissements (XVe-XVIs.), G. Monfort, 2003 (1re éd. 1948, P.U.F.), Paris.

Lestringant Frank (texte présenté et annoté par), Le Brésil d’André Thevet, Les Singularités de la France Antarctique (1557), ÉditionsChanteigne, Collection Magellane, 1997, Paris.

Lestringant Frank, D’encre et de Brésil, Jean de Léry, écrivain, Paradigme, 1999.

Lestringant Frank, Jean de Léry ou l’invention du sauvage – Essai sur « l’Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil », Champion, Collection Unichamp, 1999, Genève.

Lestringant Frank, L’expérience huguenote au Nouveau-Monde (xvisiècle), Droz, 1996, Genève.

Lestringant Frank, Le Huguenot et le sauvage – L’Amérique et la controverse coloniale, en France, au temps des guerres de religion (1555-1589), Droz, Collection Titre courant, 2004, Genève.

Martinière Guy (s.d.),D’un rivage à l’autre – Villes et protestantisme dans l’aire atlantique (XVIe-XVIIe s.), Actes du Colloque de la Rochelle (13-14 nov. 1998), 1999, Paris.

Métraux Alfred, Religions et magies indiennes d’Amérique du Sud, Gallimard, 1967, Paris.

Neiva Saulo (étude réunie et présentée par), La France et le monde luso-brésilien : échanges et représentations (xviie-xviiie siècles), Presses Universitaires Blaise Pascal, 2005, Clermont-Ferrand.

Staden Hans, Nus, féroces et anthropophages, Métailié Suites, Trad. fr. Henri Ternaux Compans, 2005, Paris.

Thevet André, Les singularités de la France antarctique..., Éditions du Temps, 1982 (1re éd. 1557), Paris.

Wachtel Nathan, La vision des vaincus – Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole – 1530-1570, Gallimard, Folio Histoire, Paris, 1971.

Haut de page

Notes

1  Christophe Colomb est convaincu, jusque sa mort en 1506, qu’il a atteint les Indes (occidentales) et non qu’il a découvert un « nouveau continent », ce qui rend crédible les raisons et l’engagement pris auprès des rois catholiques lors de son premier voyage.

2  Pour un développement sur ce traité, cf. B. Bennassar, « Tordesillas : le premier partage du monde », L’Histoire n° 146, 1991, pp. 86-93.

3  Il s’agit en réalité du partage du monde suite au Déluge, Bible, Genèse, IX, 20-27.

4  Cité par A. Milhou, in B. de Las Casas, La destruction des Indes, Chandeigne, 1995, p. 32.

5  Sur les doutes qui entourent le voyage de Binot Paulmier de Gonneville, cf. L. Perrone-Moisés, « Le voyage de Gonneville a-t-il vraiment eu lieu ? », Colloque international « Voyageurs et images du Brésil », M.S.H. Paris, 10 décembre 2003, Table 2 – Les récits de conquête et de colonisation.

6  Les premiers voyages de Jacques Cartier au Canada eurent lieu en 1534-1535, mais l’implantation dans cette province dut attendre 1541-1543, avec l’aide de Roberval. Cf. G. Havard, C. Vidal, Histoire de l’Amérique française, p. 41 et suiv.

7  Cf. F. Lestringant, Le Huguenot et le sauvage, Droz, p. 49.

8  Les livres qui paraissent sur l’Amérique continuent de faire recette, bien que F. Lestringant précise, dans son introduction au Brésil d’André Thevet. Les singularités de la France Antarctique (1557), p. 11, que dans les années 1590, l’Amérique ne semblait plus intéresser la population française.

9  Lors de l’installation par Walter Raleigh en 1585, pour l’Admiranda Narratio (1590).

10  Relative au voyage de Laudonnière en 1565 pour la Brevis Narratio (1591).

11  L’ouvrage, Les Singularitez de la France Antarctique, connaît des rééditions et des traductions, tant en italien qu’en anglais. Cf. F. Lestringant, op. cit., p. 11.

12 Ibid.

13  C’est à partir de cette carte, datée de 1506, que l’Amérique prend son nom, la présence d’Amerigo Vespucci à proximité du continent associant les deux éléments.

14  Les marins bretons et normands avaient implanté des entrepôts commerciaux (notamment pour le bois-brésil, utilisé dans les teintures) et menaient des exactions pirates contre les navires portugais (d’après F. Bethencourt, « Le Brésil face à la France », in S. Neiva (s.d.), La France et le monde luso-brésilien, CERHAC, p. 22).

15  Théodore de Bry est cité aux côtés des Mercator, Ortelius, Postel ou Thevet, cosmographe des Valois.

16  J. Caetano da Silva, L’Oyapoc et l’Amazone…, 1861, p. 310.

17  Même s’il existait une traduction latine des textes publiés par De Bry, ce dernier préférait obtenir sa propre traduction plutôt que d’en utiliser une autre.

18  Dont De Bry a publié son voyage en 1599, lors du huitième volume des Grands Voyages.

19 Les rivières de la Guyane ont dès lors retrouvé leur nom indien (Ibid., p. 315).

20  Cf. J. Delumeau, Le pécher et la peur, 1983, p. 567.

21 La question d’une possible conversion avait été débattu au milieu du siècle lors de la controverse de Valladolid, qui opposa Juan de Sepulveda, considérant que les Indiens étaient esclaves par nature, et Bartholomé de Las Casas, qui avait la volonté de défendre ces mêmes Indiens.

22 O. P. Dickason, Le Mythe du sauvage, 1984, p. 64.

23  Dès la p. 56 des Singularitez de la France antarctique, 1557.

24  Ces essences sont présentées p. 157 pour l’explication et p. 158 pour l’illustration.

25  H. Staden, Nus, féroces et anthropophages, 2005, p. 169.

26  Colomb, Verrazano, Cartier ou Cortès ont chacun amené un ou plusieurs Amérindiens sur le vieux continent.

27 D’après J. Heers, La Découverte de l’Amérique, 1991, p. 61.

28 Cf. J. A. de Sousa Filho, « Le "conte cannibale" de Montaigne » : réalité historique et représentation littéraire », in S. Neiva, (s.d.), op. cit., p. 118.

29  Il le précise lui-même, au chapitre 29, p. 105.

30  Ibid., p. 39.

31 Pour de plus amples renseignements sur ces deux capitaineries, cf. G. Medeiros, « Les Portugais face aux Français dans la conquête des capitaineries de Pernambouc et d’Itamaraca au XVIe s. », in S. Neiva (s.d.), op. cit., pp. 59-88.

32  Ce sont d’ailleurs trois navires qui sont visibles sur la planche de De Bry, alors que Staden n’avait représenté que son propre bâtiment.

33 H. Staden, op. cit., p. 79 et suiv.

34 Ch.-A. Julien, Les Voyages de découvertes et les premiers établissements (XVe-XVIe s.), 2003, p. 185-186, pour de plus amples informations sur la personnalité de Villegagnon.

35  M. Acerra, G. Martinière (s.d.),Coligny, les protestants et la mer (actes du colloque de Rochefort et La Rochelle), 1997.

36 D’après Ch.-A. Julien, op. cit., p. 188-189, l’expédition se compose de La Chapelle et Boissy (deux gentilshommes), Nicolas Barré (pilote), Thoret, ainsi que des catholiques, comme Bois le Comte, André Thevet (cordelier), Jean Cointa (savant, docteur en Sorbonne).

37  « "Gua-na-para" ou "Para-na-gua" est le mot par lequel les Indiens désignent habituellement une petite baie ou une lagune. On écrivit d’abord Genebara ou Ganahara » (Ibid., note 8).

38 On les désigne souvent sous le nom général de Tupinamba, terme impropre car ce terme ne concerne qu’une tribu, localisée dans la province du Maranhão, la région de Bahia et le pourtour de la baie de Rio de Janeiro. Mais d’autres tribus, telles les Potiguara, les Caité, les Tupininkin, les Timimino, les Tamoyo ou les Tobajara y vivaient aussi (Ibid. p. 179).

39  Les Indiens l’appelaient Segeripe, alors que pour les Portugais, il s’agissait de das Palmeiras (Ibid. p. 190, note 2).

40  J. de Léry, Histoire d’un voyage faict en la terre du Bresil, autrement dite Amerique…, chap. VII.

41  Ch.-A. Julien, op. cit., p. 192.

42 Ibid. p. 193.

43  L’expression est d’A. Heulhard, Villegagnon, roi d’Amérique. Un homme de mer au XVIs., 1897.

44  J. de Léry, Histoire d’un voyage… (1578).

45  Ch.-A. Julien, op. cit., p. 194. Cette installation française est attestée dans les ouvrages de deux des protagonistes, A. Thevet et J. de Léry.

46  Pour de plus amples explications, cf. l’article de J.-P. Duviols, « Théodore de Bry et ses modèles français », in Caravelle n° 58, 1992, p. 11.

47  L’idée est reprise dans le Drake Manuscrit de 1586, dont une traduction fidèle est publiée par F. Lestringant, L’expérience huguenote…, 1996, p. 411. Pour de plus amples renseignements sur Aygnan, cf. I. Combès, La tragédie cannibale…, 1992, pp. 159-161.

48 I. Combès, op. cit., p. 161.

49  F. Lestringant, Le Huguenot et le Sauvage, 2004, p. 20.

50  Ibid., p. 21 : Jean de Léry se serait inspiré d’une image relatant une « haüt beste qui vit de vent », extraite de la Cosmographie universelle de Thevet.

51  Ibid.

52  Ibid., p. 20, p. 19.

53  F. Lestringant, L’Expérience huguenote au Nouveau Monde, 1995, p. 195.

54  Le premier volume concerne l’expédition britannique sous Elisabeth Ière, alors que le deuxième traite de la France floridienne du huguenot Laudonnière. Les trois volumes qui suivent l’aventure tupinamba relatent des premiers contacts avec les indigènes, à travers l’œuvre de Benzoni, traduite et annotée par le pasteur Chauveton.

55  « Les costumes et les ornements serv[e]nt indifféremment aux Brésiliens, aux Floridiens ou aux Patagons » (M. Duchet, « Le texte gravé de Théodore de Bry », in M. Duchet, L’Amérique de Théodore de Bry, 1987, p. 19).

56 La description du procédé est de W. C. Sturtevant, « La "tupinambisation" des Indiens d’Amérique du Nord », in G. Therien, Figures de l’Indien, 1995, pp. 345-361.

57  L’ouvrage provient en grande partie de l’Historia de las Indias, rédigée dès 1527 par Frère Las Casas et publié à Séville en 1552, connu par De Bry par sa traduction du castillan en latin par le protestant flamand Jacques de Miggrode, éditée en 1579.

58 Il s’agit des planches 21, 19 et 29 du troisième volume.

59  Cf. l’analyse qu’en a réalisé F. Lestringant, Le Huguenot et le Sauvage, 2004, p. 289 et suiv.

60  Il apparaît toutefois que la confusion ne soit pas nécessairement volontaire de la part du graveur liégeois, mais en partie due au manque d’informations relative à la description physique des Amérindiens.

61  N. Wachtel, La Vision des vaincus…, 1971, pp. 136-140 précise, à partir de l’exemple du Pérou, combien la population amérindienne a été décimée suite à sa rencontre avec les Européens, naturellement immunisés contre certaines maladies qu’ils pouvaient véhiculer sans les contracter. L’exemple semble transposable à tous les peuples amérindiens qui ont connu des contacts plus ou moins intimes avec les colons, car ils ont tous subi une chute particulièrement rapide de leur population.

62  Cette vision de l’œuvre de De Bry fait l’objet d’un article intitulé « Théodore de Bry, acteur de la Légende Noire », en attente de publication.

63  J. P. Duviols, in B. de Las Casas, Tyrannies et cruautés des Espagnols, 2002, p. 196.

64  Qu’il s’agisse de Thevet, Staden ou Léry, chacun d’entre eux a été au contact avec les peuples concernés, et décrit ce qu’il a pu voir, bien que cette vision soit naturellement influencée par leur point de vue européen, comme le prouvent les remarques relatives aux vêtements.

65 Il s’agit du « sacrifice de l’étranger, de l’homme extérieur au clan, à l’ethnie. Il est associé à la guerre et à la capture de prisonniers destinés à la manducation rituelle des vainqueurs » (D. LeBreton, « Ceci est mon corps. Manger la chair humaine », Religiologiques : Nourriture et sacré, n° 17, 1998, p. 99). Cf. aussi I. Combès, La tragédie cannibale chez les anciens Tupi-Guarani, 1992, p. 46.

66 Cette tribu du Sud est alliée aux Français, et ennemis des Tupininkins. Celui de la gravure est un fugitif recueilli par les Tupinamba ; il ne s’agirait donc pas d’un esclave, comme l’indique H. Staden.

67 J.-P. Duviols, in Th. deBry, Le Théâtre du Nouveau Monde, 1992, p. 214.

68  B. Bucher, La Sauvage aux seins pendants, 1977, pp. 33-34.

69 Légende accompagnant l’image III, 14, in Th. deBry, op. cit., p. 215.

70 « Un Indien sortit de la hutte et lui coupa la tête ; mais la maladie l’avait rendu si effroyable qu’il la jeta avec horreur » (Ibid.).

71  Ibid., p. 215.

72  J.-P. Duviols, in H. Staden, op. cit., p. 24.

73  M. Bouyer, Ibid. pp. 7-8 : « Plus le désespoir grandit, et plus le guetteur tragique et nu, attentif à ce qui l’attend, s’ouvre tout entier au monde fascinant et cruel de la tribu. »

74  M. Duchet, op. cit., p. 43.

75  F. Lestringant, Le Huguenot et le Sauvage, p. 215, pour l’illustration.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Le partage du monde en 1494
Crédits In C.Michon, « Le temps des découvertes », Historia thématique n° 101, p. 73, mai-juin 2006.]
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/6279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Figure 2 Cartes du Brésil selon De Bry
Crédits Extrait de l’Americae Pars Sexta, 1596
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/6279/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Figure 3 Extrait de la carte de l’Amérique latine De Bry
Crédits Carte de l’Amérique latine De Bry de 1625
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/6279/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Figure 4 Les éléments indigènes des Tupinamba
Crédits Planche 08 du troisième volume des Grands Voyages
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/6279/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 5 Départ vers l’Amérique
Crédits Planche 01 de l’Americae Tertia Pars
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/6279/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Figure 6 La traversée vers l’Amérique
Crédits Planche 03 de l’Americae Tertia Pars
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/6279/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Figure 7 Les Tupinamba et leurs démons
Crédits Planche 27 de l’America Tertia Pars
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/6279/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Figure 8 La tupinambisation des Amérindiens chez De Bry
Crédits Planche 05 de la Brevissima Relacio de Las Casas
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/6279/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Figure 9 Staden et l’anthropophagie tupi
Crédits Planche 14 de l’Americae Tertia Pars
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/6279/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Wallerick, « La représentation du Brésil et de ses habitants dans l’Europe de la fin du xvie siècle », Confins [En ligne], 8 | 2010, mis en ligne le 20 mars 2010, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/confins/6279 ; DOI : 10.4000/confins.6279

Haut de page

Auteur

Grégory Wallerick

Doctorant en Histoire moderne, Université Lille 3 - Charles de Gaullehg_wallerick@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals