Navigation – Plan du site

L’écologie est en deuil : Pierre Dansereau 1911-2011

Mourning ecology: Pierre Dansereau 1911-2011
A ecologia está de luto : Pierre Dansereau 1911-2011
D. Sampaio da Silva

Résumés

L’éminent scientifique Pierre Dansereau s’est éteint à l’âge de 99 ans. Dès le début de sa carrière, il a défendu une nouvelle perspective écologique basée sur l’analyse des interrelations entre les agents des écosystèmes où l’homme occupe une place à part entière. Son originalité a fait de Dansereau un précurseur de ce qu’est aujourd’hui le développement durable. Son œuvre est riche d’enseignements pour penser la crise écologique actuelle ainsi que les possibilités d’en sortir. Elle est marquée en effet par la nécessité de repenser la relation entre l’humanité et son environnement.

Haut de page

Texte intégral

1

Quelques mots sur l’homme

2Éminent scientifique, sommité mondialement reconnue en géobotanique et en biogéographie, grand spécialiste de l’écologie humaine et des sciences de l’environnement, Pierre Dansereau s’est éteint à l’âge de 99 ans. Il a été l’un des rares intellectuels contemporains qui ont réussi à faire le pont entre ce que C.P. Snow a appelé les deux cultures, à savoir les sciences naturelles et les sciences humaines (Vaillancourt, 1999).

3Surnommé l’écologiste aux pieds nus en raison de sa passion pour la recherche sur le terrain (particulièrement dans la forêt tropicale), Pierre Dansereau a connu une carrière phénoménale (Tableau 1). Si Pierre Dansereau est reconnu aujourd’hui comme un des grands pionniers des sciences environnementales, un domaine qu’il a profondément marqué de son empreinte, cet homme au sourire en coin, un brin moqueur, et à l’œil pétillant, était accessible à tous. Il était d’ailleurs détenteur d’une foi (critique) admirable.

4On l’a souvent décrit comme un homme éclectique s’intéressant à tous les domaines de l’esprit humain, de la poésie à la peinture en passant pas les langues et la géographie, Curieux, il savait écouter les autres, peu importe leur rang dans la société. Dans une conversation ou dans un cours, il disait souvent :

« Il y a peu de chances que vous appreniez quelque chose de moi si je n’apprends rien de vous. »

5nous rappelle le professeur Claude Villeneuve dans une déclaration sur la disparition de ce scientifique modèle et engagé social et politiquement (comme devraient l’être tous les intellectuels).

Quelques mots sur son œuvre et ses concepts

6Dès le début de sa carrière, Pierre Dansereau manifeste une volonté très forte de décloisonner les savoirs. Selon le sociologue Jean-Guy Vaillancourt, l’œuvre de Dansereau comporte trois axes principaux. Il part des sciences naturelles (taxonomie végétale, écologie naturelle, bio-systématique et biogéographie). Il emprunte ensuite aux sciences sociales (écologie humaine, écodéveloppement, sociologie de l’environnement et éco-sociologie) et couronne le tout en filigrane par un troisième axe, celui de l’humanisme et de l’éthique.

7Au cours des années 1950, Pierre Dansereau poursuit ses recherches, notamment sur la dynamique des forêts, qui mèneront à l’introduction d’éléments nouveaux dans la vision de l’écologie. Ses recherches témoignent de l’analyse des interrelations entre les agents des écosystèmes dans une perspective multidisciplinaire où l’homme occupe une place à part entière. L’introduction de ces nouveaux paramètres le mènera vers une nouvelle approche de l’écologie : l’étude globale d’un milieu et non plus la seule étude des impacts d’un agent isolé. Ces recherches mèneront, en 1957, à la publication de l’ouvrage Biogeography : An Ecological Perspective qu’il dédie à ses élèves de l’Université de Montréal, de l’Universidade do Brasil et de l’University of Michigan.

8La perspective écologique qui y est présentée inclut l’entièreté des sciences de l’environnement, dont l’écologie humaine. Précisément, elle propose une étude des origines, de la distribution, de l’adaptation et des associations de plantes et d’animaux. Cet ouvrage introduit en effet l’homme comme nouveau sujet d’étude écologique et présente une vision multidisciplinaire de l’écologie. Cette publication est à la base de la renommée mondiale de son auteur et demeure aujourd’hui encore un ouvrage de référence important.

9Dès les années 1950, il est clair pour Dansereau que l’écologie ne doit pas se limiter à l’étude de la nature. Elle doit aussi prendre en considération l’impact des comportements, des activités et des réalisations des êtres humains. Il n’est donc pas surprenant de voir l’écologiste s’impliquer dans diverses causes sociales à saveur environnementale. Vers les années 1960, il intègre à son oeuvre les notions d’écodéveloppement et d’écodécision. La diffusion de ces nouvelles notions a fait de Pierre Dansereau un précurseur de ce qu’est aujourd’hui le développement durable, malgré son scepticisme à l’égard de ce concept. « Le développement durable, c’est faire durer le développement actuel qui, au point de vue économique, est apparemment satisfaisant pour les pays riches, mais désastreux pour les pays pauvres » a-t-il déjà déclaré (Hamel-Dufour, 2002).

10Il a également fortement soutenu qu’on ne pouvait pas comprendre ce qui se passait dans l’environnement si on n’abordait pas les questions de façon multidisciplinaire. Autant Darwin mettait l’accent sur l’impact de la compétition dans l’évolution des espèces, Dansereau a toute sa vie mis plutôt l’accent sur la « collaboration » entre les plantes, animaux et humains.

11Tout au long de sa vie et de sa longue carrière, Dansereau s’est attaqué aux grands problèmes d’environnement de la planète, dont il retraçait les causes dans « l’accroissement vertigineux de la population, la croissance industrielle effrénée sans respect de la nature et des humains, la surconsommation, et les pratiques d’aménagement inadéquates ». À ces maux, Pierre Dansereau opposera le concept « d’austérité joyeuse ». Ce concept, près de la « simplicité volontaire », propose un partage des ressources de la société visant à faire plus avec moins tout en étant heureux de le faire. Selon Dansereau, « l’austérité joyeuse ne saurait commencer qu’avec l’identification de ce qui nous entoure, la conscience du milieu, la présence aux objets du quotidien […] ».

12Face aux problèmes actuels, tels les changements climatiques, la crise financière, la pollution, etc., Dansereau se définit comme un optimiste : « [si personne n’est optimiste], on va sombrer dans la médiocrité ». Il croyait fermement « que nous ferons ce qu’il faut faire à temps pour éviter le pire ». Et en cela, Pierre Dansereau se distinguait d’autres pionniers du mouvement écologiste. Dansereau prend donc position et s’implique à plusieurs reprises dans la défense de l’environnement contre certains projets de développement mettant en danger l’équilibre des écosystèmes.

13Pierre Dansereau a été l’un des pionniers dans l’introduction de l’enseignement de la biogéographie au Brésil en 1945. Il a été invité par des Universités brésiliennes et par l’Institut brésilien de géographie et statistique (IBGE) pour former des professeurs et des chercheurs (géographes, agronomes, biologistes…) locaux en même temps qu’il met sur pied un programme d’échange entre le Brésil et le Canada dans le but d’étudier la biodiversité tropicale. En 1998, un colloque de deux jours sur l’œuvre de Dansereau a eu lieu au Brésil. Le livre « Ecologia Humana, ética e educação : a mensagem de Pierre Dansereau résumant ses travaux a d’ailleurs été publié uniquement au Brésil en 1999.

14Le Professor Dansereau, comme il était appelé, demeure très connu des chercheurs brésiliens travaillant sur la biogéographie.

« Depuis 1945, le Brésil est devenu ma seconde patrie. Dans les moments difficiles que j’ai vécu ailleurs dans le monde, j’ai l’habitude d’évoquer l’optimisme du peuple brésilien, l’orientation de l’avenir du pays et également l’ouverture à toutes les influences culturelles étrangères devant lesquelles les brésiliens ne perçoivent aucune menace », a-t-il déjà déclaré.

15L’œuvre de Dansereau est riche d’enseignements pour penser la crise écologique actuelle ainsi que les possibilités d’en sortir. Le cœur de cette œuvre est animé par la nécessité de repenser la relation entre l’humanité et son environnement

16Modèle de rigueur et de curiosité, ce libre penseur continuera, assurément, d’influencer de nombreuses générations par ses recherches, ses idées, mais aussi ses valeurs, aussi actuelles qu’il y a 100 ans.

« Je vais disparaître un jour, prédisait-il, mais mon nom me survivra... ».

17Ses funérailles ont eu lieu le jour du centième anniversaire de sa naissance.

Haut de page

Bibliographie

Hamel-Dufour S., Dossier : Agendas 21 locaux – Des perspectives à l’action. Vertigo, la revue électronique en sciences de l’environnement, vol 3, n° 3, 2002. http://vertigo.revue.org/4141

Vaillancourt J-G., « Pierre Dansereau, écologue, écosociologue et écologiste ». Sociologie et sociétés, vol. 31, n° 2, 1999, p. 191-193. http://id.erudit.org/iderudit/001811ar

Vieira O.F. et Andres M. (org.), Ecologia Humana, ética e educação: a mensagem de Pierre Dansereau. Ed. Pallotti, Florianópolis, 1999.

Haut de page

Annexe

Qui a été Pierre Dansereau ?

Né en 1911 à Outremont, élève des Jésuites au collège Ste-Marie (et, pendant un an, au Collège du Sacré-Coeur de Sudbury), Pierre Dansereau a obtenu son baccalauréat ès arts en 1932 de l’Université de Montréal. Il y a aussi obtenu en 1936 son baccalauréat ès sciences, après trois années d’études à l’Institut agricole d’Oka, qui était alors affilié à l’Université de Montréal. Il reçoit par la suite, en 1939, un doctorat en taxonomie végétale de l’Université de Genève. De 1940 à 1942, il est le collaborateur du Frère Marie-Victorin au Jardin Botanique de Montréal. Entre 1940 et 1950, chargé de cours à l’Université de Montréal, il est le premier à y donner un enseignement en écologie. Il dirige le Service de biogéographie de la province de Québec et continue ses recherches sur l’évolution des érablières laurentiennes. Comme l’Université de Montréal ne lui offre pas un poste à temps plein, il s’exile aux États-Unis, et devient professeur à l’Université du Michigan à Ann Arbor, de 1950 à 1955. Puis de 1955 à 1961, de retour à l’Université de Montréal, il y dirige l’Institut Botanique, tout en assumant la charge de Doyen de la Faculté des sciences. Son engagement politique lui attire les foudres des autorités politiques et universitaires de l’époque. En 1961, il retourne de nouveau aux États-Unis, pour y enseigner à l’Université Columbia. Il devient aussi directeur-adjoint et chef du département d’écologie du Jardin Botanique de New York. C’est dans cette ville qu’il commence à s’intéresser activement à l’écologie humaine et à l’écologie urbaine. Il revient à l’Université de Montréal, en 1968, comme professeur à l’Institut d’Urbanisme de la Faculté de l’Aménagement avant de quitter définitivement l’Université de Montréal en 1971 pour l’Université du Québec à Montréal où il a dirigé le Laboratoire pour l’étude des écosystèmes et l’aménagement des territoires. Source : Vaillancourt, 1999

On retrouve également une partie de sa fascinante histoire présentée sous la forme de bande dessinée dans le magazine Les Débrouillards en mai 1999 :

http://www.lesdebrouillards.com/​client/​page_article.asp ?page =6113

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

D. Sampaio da Silva, « L’écologie est en deuil : Pierre Dansereau 1911-2011 », Confins [En ligne], 13 | 2011, mis en ligne le 30 novembre 2011, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/confins/7325 ; DOI : 10.4000/confins.7325

Haut de page

Auteur

D. Sampaio da Silva

Ph.D., UMR G-EAU CEMAGREF, 361, rue Jean-François Breton - BP 5095, 34196 Montpellier cedex 5, Francesampaio.delaine@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals