Navigation – Plan du site
Rubriques électroniques
Adolfo León Atehortua Cruz

Les organisations du trafic de drogues en Colombie

13 mars 2006

Entrées d’index

Géographique :

Colombie
Haut de page

Texte intégral

1Les organisations criminelles surprennent par leur capacité de reproduction et par l'innovation permanente des méthodes utilisées pour accumuler du capital et défendre leurs intérêts. Les narco-trafiquants colombiens ne sont pas une exception. Durant les dernières décennies, le trafic illicite de drogue en Colombie a su supporter les actions de répression de l'Etat et s'adapter aux avatars du marché international, ainsi qu'aux différentes stratégies anti-drogues déployées par les Etats-Unis dans la région andine. Dans la même logique, les protagonistes de ce trafic ont conclu des alliances, formé des coalitions, provoqué des guerres avec des acteurs concurrents, voisins ou non, dans une lutte pour le contrôle de cette industrie florissante.

2Cet article se propose d'étudier les voies par lesquelles les réseaux du trafic de drogues ont tenté de répondre au défi posé par leur activité illicite. Ceci permettra d'analyser l'évolution constante des modes d'organisation et des stratégies développées par les narco-traficants et de comprendre la surprenante capacité d'adaptation de ces réseaux.

3Nous considérerons d'abord le développement de la première génération de narco-traficants, les « cartels », en particulier ceux de « Medellín » et de « Cali ». Nous identifierons les éléments qui ont rendu possible la configuration de ces organisations, relativement structurées, centralisées et identifiables, capables d'exercer un contrôle sur la presque totalité des étapes du commerce. Nous caractériserons ces cartels en analysant l'origine sociale de leurs membres, la stratégie d'entreprise développée, la relation avec les autorités et le monde politique ainsi que les stratégies visant le contrôle et la survie du commerce.

4Il s'agira ensuite de décrire les changements significatifs ayant permis l'émergence d'une autre génération de narco-traficants à la fin du XXème siècle. Nous présenterons brièvement ce qu'on appelle le « Cartel del Norte del Valle », expérience intermédiaire entre les grands cartels et la situation actuelle. Puis, nous centrerons notre attention sur la seconde génération de trafiquants afin de voir comment les anciens cartels ont été remplacés par des groupes hétérogènes, marqués par une grande flexibilité dans la gestion du commerce. Dans le nouveau millénaire, le trafic illicite de drogue semble fonctionner, en Colombie, comme une véritable « entreprise en réseau ».

5Enfin, cette analyse des modes d'organisation, des tactiques et des actions déployées par des acteurs immergés dans le monde du trafic de la drogue permettra d'évaluer les profondes conséquences au regard de l'efficacité de la stratégie anti-drogues mise en place dans le pays.

6Le terme de « cartel » a été introduit en Colombie au début des années 1980 par la justice nord-américaine pour expliquer les alliances entre narco-trafiquants et réunir en un seul procès les diverses enquêtes judiciaires. Bien que le concept se soit imposé rapidement dans la presse et l'opinion publique internationale, sa portée et sa précision tendent à s'éloigner de la réalité. Ainsi les « cartels » n'ont jamais eu d'expression organique concrète, durable et définie comme le concept semble l'indiquer. Si cela s'est produit, ce ne fut que de manière circonstancielle. Il en va de même pour la consolidation des alliances, les systèmes de collaboration et la participation à des tâches propres aux diverses étapes du commerce. S'il est vrai qu'à Cali et à Medellín, deux secteurs importants de narco-trafiquants ont concentré l'activité et le pouvoir, dans le reste du pays, et notamment dans la zone du Norte del Valle, le trafic de drogues a fonctionné sur la base d'une autonomie relative des acteurs et des organisations.

7La dénomination de « mafia » a connu un destin similaire à celle de « cartel » : elle désigne sans discrimination tous ceux qui s'occupent du trafic illicite de drogue. Une fois son usage accepté et généralisé, il apparaît qu'elle ne rend pas compte de la réalité colombienne. L'origine italienne du concept présuppose une spécialisation dans l'exercice illégal du pouvoir en matière de protection, de vol et d'extorsion1. En Colombie, le trafic de drogues est exclusivement voué à la production et à la commercialisation de biens et de services illégaux. Le contrôle territorial de la mafia poursuit de manière parasitaire l'appropriation des ressources qui circulent dans des zones de domination2 alors que le contrôle territorial des narco-trafiquants n'est pas nécessairement monopolistique et cherche fondamentalement à garantir la sécurité du développement du commerce. En matière d'organisation, la mafia italienne s'est caractérisée par un type d'association hermétique et familiale3. Les réseaux du trafic de drogues, même s'ils privilégient la participation familiale, doivent s'ouvrir et faire preuve de flexibilité pour permettre la production et la circulation de la drogue aux conditions exigées par le trafic.

8On peut, bien entendu, repérer des similitudes entre la mafia italienne et les narco-trafiquants colombiens. Le marché de la drogue n'est pas pacifique et se présente souvent comme une expropriation violente et comme une extorsion. On retrouve ainsi certains répertoires d'action et dans la mesure où le marché s'accroît, on développe et génère certaines formes de pouvoir4. Par ailleurs, à partir de 1987, les mafiosiitaliens se sont rapprochés des narco-trafiquants colombiens pour développer un commerce rationalisé et produire une marchandise susceptible d'être exportée en Europe5. De ce fait, les différences sont devenues moins repérables, ouvrant le chemin à ce que le juge Falcone a appelé « l'homogénéisation du crime organisé »6.

9Mais dans le cas colombien, l'analyse révèle une réalité plus complexe7. Le trafic de drogues n'est qu'une version de ce que l'on pourrait appeler « crime organisé ». Bien sûr, si l'on part du principe que ce concept renvoie à des groupes et à des activités de caractère illégal à des fins d'enrichissement et d'accumulation de pouvoir8, alors la catégorie de « crime organisé » pourrait facilement inclure les groupements du trafic de drogues en Colombie. Cependant, en vertu de leurs caractéristiques spécifiques, certains auteurs ont préféré les cataloguer comme étant des « organisations de type mafieux »9. La première partie de notre article n'échappera pas à de telles considérations. Simplement, nous préférons, plutôt que d'offrir une définition préliminaire et déterminée, explorer des indicateurs qui, au regard des narco-trafiquants colombiens, offrent une plus grande clarté pour des interprétations ultérieures10.

10« Capos », « cartels » et narco-terrorisme. La première génération

11Il s'agira ici de présenter la première génération de narco-trafiquants à partir d'une description des caractéristiques de leurs chefs (capos), de leurs stratégies commerciales, du type de relations établies avec le monde politique, de leur gestion de la violence et de la terreur ainsi que des armes légales utilisées pour faire valoir leurs intérêts.

12Les « capos »

13Pablo Escobar Gaviria (1951-1993), le plus connu des caposcolombiens, chef de ce qu'on connaît sous le nom de cartel de Medellín, a commencé sa carrière délictueuse en tant que voleur de voitures, braqueur de banques et dans la contrebande de cigarettes. C'est vers le milieu des années 1960 qu'il entre dans le commerce de la cocaïne. Il trafique d'abord des petites quantités qu'il se procure en Equateur - la marchandise est cachée dans les soutes de vieilles automobiles et acheminée par ses soins à Medellín. Puis, la route vers les Etats-Unis suit le chemin de la contrebande : des petites embarcations quittent la côte nord de la Colombie pour faire le transfert en haute mer avant que d'utiliser des avions en partance des forêts vierges proches de la rivière Magdalena11.

14Gonzalo Rodriguez Gacha (1947-1989), associé notoire d'Escobar, a fait ses débuts dans les bas fonds de Bogotá en louant ses services au plus offrant comme tueur à gages dans la zone de Boyacá (un département proche de la capitale de la République). Il rejoint le commerce de la drogue au début des années 198012.

15De leur côté, les frères Gilberto et Miguel Rodriguez Orejuela, ont formé ce qui sera connu sous le nom de « cartel de Cali ». Même si on raconte que Gilberto a fait « ses débuts » au sein d'une bande appelée Los chemas, dirigée par José Santacruz Londoño, responsable de l'enlèvement de citoyens suisses, il n'en reste pas moins qu'avant 1975, il exportait de grandes quantités de drogues cachées sous des planches de bois et envoyées légalement du port de Buenaventura à destination de diverses entreprises et entrepôts fictifs situés aux Etats-Unis. Les premiers embarquements vers l'Europe ont eu lieu peu de temps après ; la marchandise était cachée dans des pierres creuses de charbon minéral. Miguel Rodriguez Orejuela, responsable des vols de la ligne aérienne Avianca, étudiant en droit, a abandonné ses activités pour suivre l'exemple de son frère Gilberto13.

16Entre les uns et les autres, il y a eu de grandes différences. Gonzalo Rodriguez Gacha était pratiquement analphabète. Une anecdote rapportée par Pablo Escobar au journaliste German Castro Caicedo, indique que Rodriguez Gacha ne savait pas dire avec certitude qui était Gabriel García Marquez, écrivain colombien pourtant célèbre. Pablo Escobar n'a pas terminé son baccalauréat alors que Miguel Rodriguez Orejuela exhibe toujours avec fierté son diplôme d'avocat. S'il est vrai que sa thèse n'apparaît pas dans les archives de la bibliothèque universitaire, on ne peut pas douter du fait qu'il ait au moins suivi les cours... Gilberto Rodriguez Orejuela a eu son baccalauréat et revendique, quant à lui, le suivi d'une série de cours de gestion d'entreprise et de planification stratégique.

17Jorge Luis Ochoa Vasquez et ses frères Juan David et Fabio sont issus d'une famille aristocratique de propriétaires terriens d'Antoquia. Les taureaux et les chevaux ont été la passion d'un père autour duquel ont tourné les premiers investissements des enfants. Alliés d'Escobar et considérés comme membres du « Cartel de Medellín », les frères Ochoa ont fait preuve d'une singulière intelligence en prenant leurs distances lors de la guerre des cartels et en négociant avec l'Etat colombien, et même avec les Etats-Unis, sans heurter la susceptibilité de leurs associés14.

18Pablo Escobar, Jorge Luis Ochoa, José Santacruz Londoño, Gilberto Rodriguez Orejuela, ont compris, aux Etats-Unis, ce que pourrait être la profession la plus lucrative au monde à leur époque. Témoins des activités entamées par Griselda Blanco - la première femme impliquée dans le trafic illégal de marihuana aux Etats-Unis vers le début des années 1970 -, la cocaïne leur est apparu comme le produit du futur. Le prix de vente de la drogue aux Etats-Unis n'avait pas de commune mesure avec le prix pratiqué en Colombie et en Amérique du Sud. Il s'agissait donc de faire circuler la marchandise d'un pays à l'autre. Ce serait là leur travail.

19La personnalité des capos s'est forgée sur leurs terrains d'action respectifs. Plus d'une fois, Escobar a rendu manifeste ses origines paisa15. A la différence des capos de Cali, il n'a pas abandonné son épouse pour des reines de beauté et n'a pas eu d'enfants en dehors de son mariage. Il s'est intéressé aux voitures de course, une autre manière de défier le danger. Il exhibait avec fierté une photographie de lui avec en toile de fond la Maison Blanche et une autre où il était vêtu des habits caractéristiques de la révolution mexicaine. Il raffolait d'une vieille voiture criblée de balles dont on attribuait la propriété à des tueurs de la mafia nord-américaine. Rodriguez Gacha, lui, avait la passion des chevaux. Plus que tout autre, il a eu une réputation d'assassin. Sa seule faiblesse semblait être son fils, mort à ses côtés. Le pays n'entendait plus parler de lui depuis longtemps, lorsque le dirigeant de l'Union patriotique, Jaime Pardo Leal, l'a dénoncé publiquement comme trafiquant de drogue et chef paramilitaire. Rodriguez Gacha donna immédiatement l'ordre de le tuer. Quant aux frères Rodriguez Orijuela, ils ont eu des velléités d'hommes d'affaires et ont été considérés comme tels. De fait, ils ont opéré avec une plus grande liberté dans les milieux urbains. Leurs enfants, comme les enfants de Santacruz Londoño, ont été formés dans les meilleures universités privées et certains ont même poursuivi des études à l'étranger. Contrairement à Escobar, les capos de Cali n'ont pas tenté de recruter des jeunes issus des milieux défavorisés et ils n'ont pas non plus cherché à jouer un rôle paternaliste dans les zones les plus pauvres16.

20Les stratégies d'entreprise

21Sans aucun doute, les différences des origines sociales et de niveau d'éducation se sont-elles manifestées dans la manière même de contrôler et de développer le commerce de la cocaïne.

22Après ses premiers succès, Escobar s'est proposé de faire du trafic de drogues une entreprise ouverte et participative. Medellín a très vite eu connaissance d'un lieu connu sous le nom de bureau(« oficina »). Il s'agissait d'un point de chute auquel on pouvait se rendre pour marchander n'importe quelle quantité de drogue. Le bureau se chargeait de la mettre en circulation dans les rues des grandes villes nord-américaines pour un prix oscillant entre 25 000 et 45 000 dollars par kilo. Le rôle joué par Carlos Lehder Rivas, fils d'un Allemand et d'une Colombienne de classe moyenne, résidant aux Etats-Unis, a été fondamental dans l'ascension d'Escobar. Initié au commerce de la cocaïne en transportant de petites quantités de drogue, Lehder a conçu l'idée d'un grand centre de transfert ayant sa base dans l'une des îles de Bahamas, Norman's Cay. L'île a été louée en guise de piste d'atterrissage et d'entrée maritime aux Etats-Unis. Mais il s'agissait cette fois-ci d'acheminer des quantités énormes de drogue17.

23Les investissements d'Escobar ont surpris l'opinion publique. L'un des plus célèbres a été le zoo de l'Hacienda Nápoles : deux mille acquisitions et plus de cent espèces exotiques importées d'Australie, du Sahara, du Canada, d'Europe, du Congo et d'Ethiopie. A l'entrée, un monument significatif : un avion type Piper, matriculé HK 617-P. Pour les Colombiens les mieux informés et les plus perspicaces, il s'agissait de l'appareil avec lequel Escobar a conclu, avec succès, ses premiers embarquements de drogue vers les Etats-Unis.

24Certaines œuvres ont contribué à faire d'Escobar un authentique Robin des Bois. A titre d'exemple : l'entrée au zoo était gratuite. « Le peuple en est propriétaire et on ne peut pas faire payer le propriétaire », c'est ce qu'avait déclaré Escobar à la presse. Jouer sur cette image paternaliste l'aidait certainement dans sa recherche de légitimité politique. Ainsi, dans un geste qui dépassait les possibilités de l'Etat colombien, Escobar a donné 400 logements à des familles de faibles ressources18. Des quartiers entiers de Medellín et de Envigado l'ont désigné comme étant leur bienfaiteur. Pourtant, il n'a pas bénéficié de la même sympathie à la fin de ses jours. Même si jamais personne n'a osé le dénoncer sur ses terres, même si sa tombe est l'une des plus visitée à Antoquia, Medellín n'a pu cacher son soulagement à l'annonce de sa mort.

25Le transfert de drogue et les investissements financiers des frères Rodriguez Orejuela ont connu des modalités différentes. Ils ont privilégié les entreprises de façade, les envois camouflés en marchandise légale et une insertion rapide dans le monde ouvert de l'argent. Ceci via d'importantes entreprises telles que « Laboratorios Kessfor », « Drogas La Rebaja », « Grupo Radial Colombiano » et « Corporación Financiera de Boyacá ». Ainsi, c'est en tant qu'investisseurs que les frères Rodriguez Orejuela ont essayé de pénétrer le monde légal du capital.

26Vers le milieu des années 1960, Gilberto Rodriguez Orejuela entre dans la direction du « Banco de los Trabajadores » dont il est le principal actionnaire. Cette institution avait été créée avec des fonds de la Fondation Interaméricaine pour l'Union des Travailleurs de Colombie (le groupement syndical ouvrier le plus important du pays). Fort de cette situation, il entreprend, en 1978, l'achat d'actions du « First Interamericas Bank » de Panama jusqu'à détenir 75% de la banque en 1984. La signature d'un pacte de participation avec le « Banco Cafetero » de Panama va lui permettre d'utiliser des comptes administrés par celui-ci. Ainsi, les comptes des succursales de Irving Trust de New York masqueront le blanchiment de dollars sous des énormes mouvements de capitaux, rapportés par les exportations de milliers de sacs de café produits légalement en Colombie. Vingt ans plus tard, le Département du Trésor Américain a publié la liste d'une centaine d'entreprises appartenant aux frères Rodriguez Orejuela. Parmi ces entreprises, l'acquisition de Chrysler, qui avec l'accord de l'ambassade des Etats-Unis à Bogotá, a fourni le matériel pour monter plus de 40 magasins de pièces détachées. Quant à Gonzalo Rodriguez Gacha, il s'est chargé d'introduire des dollars en Colombie, cachés dans son hacienda où ils étaient enterrés et qu'il utilisait pour payer ses employés, billet par billet. La plus grande partie de sa fortune a été investie en or, bijoux et terre.

27La logique pré-industrielle de Rodriguez Gacha comme la logique paternaliste et publiciste d'Escobar, se différencient des logiques capitalistes des frères Rodriguez Orejuela, plus soucieux de gagner des espaces et du respect dans l'économie légale. On retrouve ces logiques diverses y compris dans la manière de faire parvenir la marchandise aux Etats-Unis.

28Les relations avec le monde politique

29Pablo Escobar a opté pour une participation directe dans la vie politique. Il cherchait peut-être par ce moyen une reconnaissance sociale. De même que dans le commerce, Escobar assumait toujours les affaires importantes personnellement. De plus, l'immunité parlementaire offrait une plus grande protection vis-à-vis de l'extradition. Il a donc créé un mouvement appelé « Medellín sans bidonvilles ». Parmi ses activités, on peut citer la construction de logements, la création d'écoles sportives, l'illumination de terrains de football dans des secteurs marginalisés. En 1982, il est élu parlementaire et remplace à la Chambre Jairo Ortega, un dissident du parti libéral d'Antoquia. Le moment le plus important de son mandat a été marqué par sa participation à la Commission envoyée par le Congrès de la République pour soutenir le triomphe de Felipe Gonzalez et du PSOE en Espagne.

30Carlos Lehder, le grand transporteur d'Escobar, a également marqué les relations entre trafic de drogues et politique en créant son propre parti : le « Movimiento Latino » dont le principal étendard a été la lutte contre l'extradition. Rodriguez Gacha a essayé d'exercer une influence politique locale par le biais du groupe « Morena », créé par les leaders libéraux et les paramilitaires de Magdalena, en partie financé par le capo. Mais, selon de nombreux témoignages, la menace est restée son principal recours.

31Les méthodes des frères Rodriguez Orejuela ont été plus discrètes et plus efficaces. Sans participer directement dans la vie politique, ils ont su acheter efficacement le soutien parlementaire et gouvernemental en finançant des campagnes électorales et en assurant le paiement de tout type de services. Comme cela a été confirmé plus tard, les Rodriguez Orejuela ne plaisantaient nullement quand ils se vantaient d'avoir suffisamment de pouvoir pour « réunir la majorité au Congrès ». De plus, le « Cartel de Cali » a opté pour faire des alliances avec les élites régionales au travers d'investissements dans l'économie légale et la participation dans les soirées mondaines de la ville.

32Ces différences d'un cartel à un autre ont conduit les autorités a penser qu'il y avait des « mafias de première et de seconde catégorie ». Certains étaient considérés comme des « hommes d'affaires respectables » avec lesquels on pouvait traiter en dépit de l'illégalité de leur commerce alors que les autres, les membres du « Cartel de Medellín », étaient considérés comme des délinquants arrivistes et dangereux dont le pouvoir se fondait exclusivement sur la force que peut acheter l'argent. On pourrait dire qu'à l'intérieur des mafias colombiennes s'est reproduite la scission sociale entre secteurs populaires et élites.

33Ainsi, les clubs réunissant les élites sociales n'ont jamais accueilli Escobar, Rodriguez Gacha, ni même José Santacruz Londoño. Santacruz a fait de sa maison une réplique améliorée du club dont l'entrée lui fut déniée. Les frères Rodriguez Orejuela ont également demandé leur admission. Ils ont été prudents et ils sont entrés dans le beau monde en dépensant de l'argent. On l'a su plus tard : de nombreux chèques émanant des comptes des Rodriguez Orejuela ont été virés sur les comptes de la direction d'importantes compagnies financières et de personnalités insoupçonnées du monde économique, politique et sportif.

34La « combinaison des modes de lutte »

35En poursuivant un objectif principal - contrôler et assurer le commerce du trafic illicite de drogues -, les cartels ont développé des stratégies impliquant des actions économiques, politiques et militaires. Les capos ont engagé une bataille juridique légale contre le Traité d'extradition signé au début des années 1980 par les Etats-Unis et la Colombie. Ils ont également utilisé des méthodes violentes et misé sur la négociation avec l'Etat. « La combinaison de toutes les formes de lutte », cette phrase célèbre - ayant marqué les pratiques du Parti Communiste colombien et justifiant l'existence des FARC en tant que bras armé de ce dernier -, pourrait bien s'appliquer aux mafias du trafic de drogues en Colombie19.

36En ce qui concerne les batailles juridiques, les narco-trafiquants ont compté avec le soutien et la participation de nombreux avocats. Aux Etats-Unis, certains membres de cabinets d'assistance juridique ont été accusés pour complicité supposée avec les caposde Cali. En ce qui concerne l'usage de la violence, l'efficacité de cette ressource a été différente entre les cartels.

37* L'usage de la violence et de la terreur

38Escobar a construit une armée de sicarios20, recrutant des jeunes issus des municipalités les plus démunies, engagés et entraînés par ses soins. Rodriguez Gacha a recruté des paysans pauvres. Les frères Rodriguez Orejuela ont construit un corps de sécurité composé de retraités corrompus venant des appareils de sécurité de l'Etat. Comme on le verra plus tard, ils ont également acheté des mercenaires engagés à l'origine par Rodriguez Gacha avant que de coopter les leaders des groupes paramilitaires.

39La première incursion directe et publique des cartels en matière de violence s'est produite à l'occasion de l'enlèvement de Marta Nieves Ochoa, soeur de Jorge Luis, perpétré par le groupe de guérilla M-19 en 1981. Les caposde la mafia s'accordaient sur la nécessité de défendre leurs intérêts : si on consentait à payer pour un seul enlèvement, les guérilleros seraient bientôt maîtres de toutes leurs ressources. La décision adoptée a pris la forme d'une sentence contenue dans le nom d'une nouvelle organisation : « Muerte A Secuestradores », dit le MAS (« Mort aux kidnappeurs »). Le document marquant la fondation de ce groupe indique que « 223 chefs de la mafia se sont réunis pour faire face à l'enlèvement », chacun d'entre eux apportaient deux millions de pesos et dix de ses meilleurs hommes pour exécuter les kidnappeurs21.

40Les actions du MAS ont été rapides et de grande ampleur : en quinze jours plus de 25 personnes ont été capturées, elles étaient accusées d'être membres du M-19. Finalement, l'otage a été libéré sans verser un centime et des guérilleros ont été livrés aux forces de sécurité de l'Etat. Ces actions du MAS ont eu un autre résultat sur le long terme. Confrontés à un ennemi commun, narco-trafiquants et membres de la Force Publique ont créé des liens indissolubles. D'importants secteurs de la Force Publique ont compris que le MAS leur permettait de faire la « sale besogne », d'attaquer le mouvement guérillero sans compromettre l'image des institutions et de manière bien plus efficace. Les narco-trafiquants ont fourni l'infrastructure et l'argent. Très vite pourtant, certains d'entre eux, comme Rodriguez Gacha, ont commencé à travailler de manière autonome et découvert l'importance de la « grande violence ». Dans le cas de Rodriguez Gacha, ce n'était pas seulement sa liberté personnelle qui était menacée, son capital l'était également : ses pistes, ses laboratoires, toutes les propriétés se trouvant dans les zones d'influence de la guérilla. Le MAS a surgi comme un mécanisme de défense contre les ennemis de l'Etat et non pas contre ce dernier. C'est ainsi que ce sont formés des groupes paramilitaires en Colombie. Dès lors, policiers et soldats sont devenus un recours de violence au service des narco-trafiquants.

41* Le narco-terrorisme

42Durant les premières années du gouvernement de Belisario Betancourt (1982-1986), les coups les plus durs contre le trafic de drogues ont été dirigés contre les grands laboratoires comme « Tranquilandia ». Les poursuites contre leurs propriétaires, membres du dénommé « cartel de Medellín », ont commencé au Congrès. Le Ministre de la Justice, Rodrigo Lara Bonilla a mené cette lutte. Il a été accusé de recevoir de l'argent des narco-trafiquants à des fins électorales sans que cette accusation aboutisse. Il a finalement été assassiné en avril 1984.

43Cette action marque le début de la guerre déclarée par les capos de la drogue à la société et à l'Etat colombiens. Le gouvernement de Betancourt, accusé d'avoir lâché son ministre, prononce l'Etat de Siège, ordonne la saisie des biens des narco-trafiquants et transfert les procès des narco-trafiquants à la justice pénale militaire. Cependant, la mesure la plus importante est l'annonce de l'application des accords d'extradition. Accords appliqués de manière intermittente durant les deux années qui ont suivi.

44Le 15 novembre 1986, les « Extraditables » apparaissent publiquement et se font connaître comme étant une organisation armée clandestine qui « préfère une tombe en Colombie plutôt qu'une prison aux Etats-Unis ». Il s'agissait d'un groupe de narco-trafiquants dirigés par les gens du cartel de Medellín dont le leader était Gonzalo Rodriguez Gacha. Ils ont réussi à monter un appareil de terreur disposé à affronter l'Etat colombien.

45Les actions terroristes des narco-trafiquants se sont alors intensifiées. A l'assassinat de policiers, de juges, de magistrats et de journalistes, se sont ajoutés de multiples attentats à l'explosif. On a assassiné le directeur du journal El Espectador, Guillermo Cano ; mais aussi, Jaime Pardo Leal, le dirigeant de l'Union Patriotique, organisation politique légale ayant ses origines dans la guérilla des FARC ; et l'ex-ministre de la Justice, Enrique Parejo fut victime d'un attentat, alors qu'il venait d'être nommé ambassadeur en Hongrie. La pression exercée via l'enlèvement a commencé par le candidat à la Mairie de Bogotá, Andrés Pastrana - actuel Président de la République - et le procureur Carlos Mauro Hoyos, mort au cour de l'opération. La succession d'événements a été longue et douloureuse. Parmi les morts, on compte également le gouverneur et le commandant de police d'Antioquia. Puis, le 18 août 1989, Luis Carlos Galan, candidat libéral à la présidence de la République, est assassiné.

46La réaction du gouvernement a pris la forme d'une série de normes prétendant faire face au défi narco-terroriste. La première mesure adoptée a été de suspendre l'article du Code Pénal qui exigeait d'appliquer un traité international pour extrader un citoyen colombien. C'est ainsi qu'au moyen du décret établissant l'Etat de Siège, l'extradition a été réactivée : par voie administrative et sans nécessité d'un délibéré émanant d'une instance judiciaire. Vu le risque qu'encourait le ministre de la Justice dans le cas où il serait le seul responsable de la décision d'extrader, une autre mesure a été adoptée afin de faire partager cette responsabilité à plusieurs ministres. Pour le dire brièvement, l'extradition a été consacrée comme le principal instrument de lutte contre les narco-trafiquants.

47La guerre s'est intensifiée avec la destruction des installations du journal El Espectador et du siège du « DAS », un département de renseignement chargé de poursuivre la mafia. Elle s'est prolongée avec l'explosion de bombes à l'hôtel Hilton de Cartagène, les incendies de villas appartenant à des notables de Medellín et avec l'explosion, en plein vol, d'un avion de la ligne aérienne Avianca. Cependant, elle a pris un tournant plus dramatique encore lors de l'assassinat de deux candidats aux élections présidentielles : Carlos Pizarro, leader du M-19, entré dans l'activité politique légale après avoir signé un accord avec le gouvernement et Bernardo Jaramillo, le nouveau candidat de l'Union Patriotique.

48Au milieu des bombes et des actes terroristes continuels, de nombreux Colombiens, gens ordinaires, fatigués de la violence, ont commencé à manifester leur soutien à l'idée d'un accord entre le gouvernement et les capos.

49* La lutte contre l'extradition : les batailles juridiques

50Comme cela a déjà été dit, les cartels de Colombie ont livré divers types de lutte contre l'extradition. Gilberto Rodriguez Orejuela en a été le protagoniste pour la première fois, lorsqu'il a été arrêté en Espagne, en compagnie de Jorge Luis Ochoa, au début des années 1980. Le combat a été juridique. Pour éviter que Rodriguez et Ochoa soient envoyés aux Etats-Unis, les narcos ont dépoussiéré un vieux procès contre Ochoa et en ont créé un contre Rodriguez. Ce dernier a eu lieu en un temps record. Un journaliste a consacré une rubrique à Rodriguez l'accusant d'être un trafiquant de drogues et un procureur « zélé » en a fait le fondement d'une plainte. Immédiatement après, un juge a ouvert l'enquête et demandé le rapatriement du suspect. La justice espagnole a pris la décision de transférer les prisonniers en Colombie puisque la requête d'un prisonnier par son pays d'origine était prioritaire sur toute autre. Bien que des agents de la DEA se soient présentés comme témoins à charge dans le procès de Gilberto Rodriguez, aucune charge n'a été retenue contre lui et il a été laissé en liberté. Une peine légère a été prononcée contre Ochoa (finalement scindée par une liberté concédée de manière indue par un juge, pour éviter le danger d'être extradé aux Etats-Unis).

51Le combat juridique s'est poursuivi par une demande déposée contre le traité d'extradition au motif de vices supposés d'anticonstitutionnalité. La pression exercée sur les magistrats de la Cour Suprême de Justice est devenue de plus en plus forte, non pas seulement parce que chaque cas d'extradition relevait de sa compétence mais parce que le sort même du traité était entre ses mains. Une de ces actions en justice a été présentée en juillet 1985, lorsque l'on a dénoncé pour cause d'irrégularité la procédure de ratification et la signature du traité. En acceptant la plaidoirie du 12 décembre 1986, la Cour a résolu de déclarer inapplicable la loi 27 du 3 novembre 1980. Cette loi faisait relever le traité d'extradition de la législation interne, elle a été dénoncée au motif qu'elle n'avait pas été ratifiée par le Président de la République mais par le délégué à la Présidence dont ce n'était pas la fonction. Le Président a réagi de suite en ratifiant le traité par la loi 68 de 1986. Cela a permis d'extrader Carlos Lehder, arrêté le 4 février 1987. Cependant, la nouvelle ratification du traité a elle-même fait l'objet d'une plainte devant la Cour et six mois plus tard, celle-ci a de nouveau déclaré l'anticonstitutionnalité. Finalement, le gouvernement a opté pour l'interprétation suivante : le traité était en vigueur - s'agissant d'un instrument international qui n'avait pas perdu sa force juridique et n'avait pas motivé de plaintes auprès des parties engagées -, mais qui par une décision de la Cour ne pouvait être appliqué. Autrement dit, un galimatias du genre macondien22 qui générait de la méfiance et de l'exaspération chez les fonctionnaires nord-américains. Peu de temps après, devant la pression exercée par Washington pour les cas de Rodriguez Orejuela et de Ochoa, le gouvernement a commencé à considérer la possibilité d'extrader par voie administrative.

52* Les négociations des narcos avec l'Etat

53La première tentative de négociation entre les narco-trafiquants et l'Etat colombien a été motivée par la réaction du président Belisario Betancourt devant l'assassinat du ministre de la Justice, Rodrigo Lara Bonilla en 1984. L'extradition devenant une réalité, les narco-trafiquants se sont empressés de chercher le moyen de négocier avec le gouvernement. La proposition a été présentée au Procureur Général de la Nation et à l'ancien président libéral Alfonso Lopez Mickelsen, à Panama, en mai de cette même année. Jorge Luis Ochoa, Pablo Escobar et Gonzalo Rodriguez Gacha, ont affirmé qu'ils représentaient une centaine des principaux narco-trafiquants colombiens. Ils ont demandé des réformes du traité d'extradition et exigé la prescription pour les crimes commis avant lesdites réformes ; ils ont proposé de donner à l'Etat toute l'infrastructure productive de la drogue, y compris des routes et des laboratoires et d'abandonner complètement le commerce. De plus, ils ont parlé de payer la dette extérieure du pays.

54Divers secteurs sociaux et politiques ont refusé la proposition. L'ambassade nord-américaine à Bogotá et le Département d'Etat à Washington, ont exprimé leur refus de négocier avec les trafiquants. Le gouvernement de Betancourt s'est manifesté dans le même sens et a déclaré nulle la possibilité d'une quelconque entente entre le gouvernement et les narcos présents à la réunion de Panama.

55A partir de ce moment, la lutte des narco-trafiquants contre l'extradition a été tantôt politique, tantôt juridique, avant de déboucher dans le terrorisme. Cependant, à la fin du gouvernement de Virgilio Barco (1986-1990), diverses chroniques ont fait état d'une négociation presque clandestine entre les trafiquants de Medellín, concrètement, Pablo Escobar et le secrétaire de la Présidence, German Montoya. Des membres de la famille de ce dernier ont été enlevés et nombreux sont les émissaires qui se sont rendus au Palais Présidentiel pour tenter d'obtenir des résultats. Finalement, la critique constante d'importants secteurs de la vie nationale et de l'opposition systématique du gouvernement nord-américain, ont interdit toute avancée. Des proches de German Montoya ont ainsi été assassinés.

56Au début du gouvernement de Cesar Gaviria (1990-1994), la situation était la suivante. Les mesures prises contre le trafic de drogues n'avaient pas eu les effets escomptés en ce qui concerne le nombre d'hectares cultivés et la quantité de cocaïne exportée qui, bien au contraire, augmentait. De leur côté, le pouvoir des cartels, leur capacité de corruption et la menace qu'ils présentaient devant l'Etat, restait la même. Le développement des structures militaires, la création d'organismes de sécurité voués à la recherche des grands capos, y compris avec la collaboration nord-américaine, ne donnait pas de résultats. Le narco-terrorisme soldait ses dettes avec des vies et l'enlèvement de notables se présentait comme une arme clé pour susciter des accords.

57A cette époque, l'annonce d'une politique dite de soumission comptait avec un soutien interne important. Divers secteurs politiques et économiques se sont prononcés en faveur de la modification de la stratégie de confrontation ouverte, soutenue par les gouvernements antérieurs, pour soutenir la négociation et la « reddition » des trafiquants.

58La pression constante des attentats terroristes et l'enlèvement des enfants de l'élite colombienne, ont facilité et fortifié les propositions de négociation. Même si le terme de « négociation » suscite la polémique entre divers auteurs, il n'en reste pas moins que l'assassinat de Diana Turbay Quintero - suite à un triste enlèvement -, ajouté à la persécution de personnages tels que Francisco Santos et Maruja Pachon, entre autres, ont pesé sur les négociations que le gouvernement proposait au plus haut niveau23. La politique de soumission à la justice a été consacrée par plusieurs décrets visant à stimuler et à assurer la reddition des narco-trafiquants, la réduction des peines par confession des délits et la garantie de non-extradition. Ce fut la réponse de l'Etat aux pressions exercées par les narco-trafiquants et à la demande de la société pour arrêter la violence.

59Finalement, la formation de l'Assemblée Constituante (1991) est devenue une autre scène de négociation implicite. Une décision de la Cour Suprême a établi que la Constituante n'avait pas de limitation quant à ses thématiques. Cela voulait dire que l'extradition, comme la grâce présidentielle ou l'amnistie dans le cas des narco-trafiquants, des guérilleros ou des paramilitaires étaient susceptibles de constituer des thèmes de discussion au sein de l'Assemblée Constituante.

60En dépit des efforts et des déclarations du président Gaviria contre l'interdiction de l'extradition par l'Assemblée, le gouvernement a dû céder. L'extradition a été retirée de la Constitution et le gouvernement a ainsi perdu un instrument efficace pour châtier les narco-trafiquants.

61Le 19 juin 1991, Pablo Escobar s'est rendu aux autorités. Ce même jour, la session plénière de l'Assemblée Constituante a voté l'article 35 de la nouvelle Constitution interdisant l'extradition des ressortissants Colombiens.

62* Les autres guerres

63En raison de la lutte contre l'extradition, le bureau de Pablo Escobar est devenu un épicentre de violence dans la seconde moitié des années 1980. Ceux qui ont tenté de se séparer du système et de travailler à leur compte, ou simplement de renoncer au type de guerre qu'Escobar prétendait mener contre l'extradition, ont été enlevés pour exiger des sommes exorbitantes et/ou condamnés à mort. Seul le « clan des frères Ochoa » a réussi à maintenir une certaine distance et neutralité - même si certains de ses membres ont été séquestrés et assassinés par des membres du bureau. En fin de compte, il s'est avéré que les frères Ochoa avaient été une pièce maîtresse de l'opération connue plus tard sous le nom de « affaire Iran-Contras » : un vaste réseau de trafic de narcotiques en échange d'armes pour les contrasnicaraguayens et d'argent pour l'opposition iranienne - le haut commandement des appareils de sécurité nord-américains participaient à cette opération.

64C'est à partir de 1988 que la guerre éclate entre Pablo Escobar, soutenu par Rodriguez Gacha, et les frères Rodriguez Orejuela. Les chroniques signalent comme origine de la dispute l'enlèvement d'un narco-trafiquant du Valle, allié de Pacho Herrera, un expert en blanchissement de dollars, lui-même lié à une personne en qui les frères Rodriguez avaient toute confiance : José Santacrux Londoño. Malgré le paiement de la somme requise par le bureau en dollars et en drogue, l'homme a été assassiné au motif d'une supposée « querelle de jupons ». Escobar a demandé immédiatement aux frères Rodriguez de lui donner Herrera. Demande qui a été rejetée. Le résultat a été une guerre de massacres entre les cartels.

65En effet, au début des années 1988, le bâtiment Monaco, résidence de Pablo Escobar a Medellín a été détruit partiellement par une puissante charge de dynamite. L'explosion a mis en évidence la richesse et l'exre deicité des narco-trafiquants.

ga été dénole gouver autoe des cartete, o massanalisent desor un authenaer le mone même sa où ils Herrera, un expehémahe des grandlaré au motif 991 ont étches d des ac séqure Pats-Unies de Irving Trs La Rebajal», « Grudlaruo Radial Colombiano » et « Co(es appartenant aux frères R Orejuela. Les chr)nalispoiiginearce queccusé de rica a f:ut pas tns le e limitaes Roe faibl

65En ce qui co à uès, , résultatuerre qu'Escobaa o detratodriguez Gacha, ont affste ré l'Etat e queenquêttrafiquan des FARCorce PublARC#ftn23" id="bo4yftn23" class=4footnotecall">23. La4polis cenda lorsqu9nt d bombes rencirsommest dans la vextradiCarlohrase l'Etat e que décisgine dcii 27 s du buis pà la fs'élite coriotique.

t céral légale après rés comme de arme clévi. anoeauarét couvoir seté prononcéés et assasinés par desnarco-traant qrtels o entre lesncé à manifesecteurs où ils es jnndue paiteutUes nt conns séquePalaiségoc'ent mbe Pénes ei d'abnne, ont fnt pessitment râtier a jeunes isaffppols, libarcha stimules desnt ceur alités le Rods colo'abandonnest de l'Unii Communiste colombie

5967s actions tes engagés be» nnla voo(es l'origine par Rodriguez Gacha avant quetier partielre colombienen tant qême sa nfluteutLatUeibe)lité été assassinpayes gens duel de Cali » a opté peau mondeu un tn qura. nt quedont le secine pHù ils Nápoibl opté pourfprocent et se fondires, pesos et dix detier lAinsté res par der m et soldatnéimage m des aczones d'iés se trouvaguez Orejuela. unnry P juz, la mmilitaires étaient entr en partiesultasqu'e Pacho H a égalemé rejr à leurd, les Rodtenir le de l'Etaions dnt étvenus un recourpal instrumen Pacho Her non pas cdeés a penser nes s'est repr ses la mafia.a égale jouessést tentonns séi: Jls le beau mons >59giguez Gacha, ce n'éas ci l'infrastrs in de l'Ass prononle facrticipal le

an class="num">

65Escobar a construitd'armstratmiracarcu dollarste ena, t-apaires,de sesnarcoP juzccord de id PénDASches deet soldats sdeies en Colombindes narco prfa demande ds corroté rétasceptibpriét Comme caes Ruéclartés. pesé sur lur de lur ssinés.

#ftn23" id="bo5yftn23" class=5footnotecall">23. La5politiF> anoeauarétu un épiceoir siglpal leguez Gacha, ce n'é,rpal instrumenmmun, nH a égalnt d s bombes e de se type deérilleolombies innoca réuusceptibtule beau mons terroris,aux forceompte, oe du ge, pouon panstapa déc'la violencs

,iéré rvbes rs impliquantier al'Etat coleommis es,de sesnreusemissairons et de mancarchauusceptibi: Jls lenfession ont ét#ftn23" id="bo6yftn23" class=6footnotecall">23. La6>

406inalemen

/p>

/p> r-fr" class="texte" xml:lang="fr-fr">4070nalemen

Leel de Medellíl N paslíl lié poursu'sultat fs d'ab

297e 19 juin 1ls. .

6572cette ép. Puis, lscobar s'est renas dêminisumiss'erres cend4 lorsqu6,é laifixopositir sgsairon"> gconstiécessglou conté la missairu MAS ontté tente eobteni compétr du système u. En fin deLuez Orejuela. Les chr,aire, augmentaineonns sé quand ilso detrasraditiones FARC e'erres cen48 lorsq60uation - aybre quel laaffairesu N paslíl lié aré qne ges magistas j gulue minge leur refueau mons de Dianasinsi qu'ine dios atte Sanlubnflut en un eooitilrd souss prvnées 19 de Dianasc s des nlié aiè fipuisque l cen49-1950 lorsq60-1966#ftn23" id="bo7yftn23" class=7footnotecall">23. La7>

4073s actions tfiquants dirigés pu N paslíl lié aais acmitaeulemsoustaient uneerre de lencele nurra guulIntrés dans le beau mondau traficosif.l'annonrcuo Radboomtrafiquelaténuiseerte, aUnis).

ont entrl'état d'uvies et l des laborule dminisés sbl Qigde éclate engrands laC Colombie oe oeredat a été détrre Pathrase pou N paslíl lié anns sé nulle laraditaé - ecobar aN, Rodriguezastrs Orejuela et de Ochais acire ent ovoraité idionld'uves narcnelul cun tr,r lur de lutels oaffairesu N paslíl lié aoutés dpés se tvaguezsegérieure ddminisr comples comoccasione congulat le secré de patbataitrafiquan Orejuela ité,ianceembléO - aiquecif« 4tèlecos ont déposu N paslíl lié aruit un corps de de terreur ddans la selui cegurté rejetla Co indissolu dans  

407'est à ire br'Ag la s. Pu'avaientAe à Bogot(DEAuati'e ou larco-trafiquaposu N paslíl lié ane guerre mt de rs, ilst d'oratoi la DEAneonmbe acmitas'yltrafiqe en pluts : s chercière mesure ad commeolitiquemême annion armée clansacréeupons Iv"paU, faompoGrajaibl OnAS ( pour ds lc l'Etat. «ndau traficé à considér gouverns 1980. Ceux qu,es frane quel et neibu'urnalme sa ve dernieNew-York,erait leviveur cCté rl rejextrader etla Crles desntajodtrafiobar et le secréHelma. Demande,e la lut mesure adssi lutul du pays. é - même sa requé aésentrde litm de nées qérNewark,eHm dexpriDetroh se tCh Bogors, 3. 23. La8> crtnmbe i comquU, faompo d'une ement onsabfiquaosu N paslíl lié aappmme deactionientit paoninearce quecceure comhargecernier stanceoimbres o politiqussi, Jaime Pdssi lute ou larcté accusé den Espagne, si2iqueesn mortqér17 aos et d par ,on desua laér4 aos que7s tard,aders là aff négociat de 19. Se bripoiigixtradé émanant,é laissé ejug'interprét de Diana Tnniebombt appareie 35 mésul

407n effet,Jueque, si0ezastronienezastrs s a penser nes s'est re,hais ace quiplestrafie Diesuaerre sultat, yPablo Eu N paslíl lié nt, à la finu les un priseul enl entre letur autalme sa ités les plureieTrujnouveaaat d'unema.ommes tés. pes aa Sanunnry Loayze,ee, nous tanom de « affaire IAlr plnGrudlarDieonileó. Des membrU s sur">4va fineau mondeu uneer et assurrco-tenia dr la veonsabipliqr ,oes paramilitaires en Colombér got prisoe ts et à la demar Rodrsdécision ivla Cour Su35 mésé surés et assales rellessinés par desna, nou'ine des princip pà la fs'élite cla des FARCment de renoncerss ont été ,de sesenapases l la deve gens duecllessEu parteévis par desnprincipaguerres brU à charaapp qui, in de l' modific35 mésélongée nt uneerrités. Ce mêml ncé re l'iicos avec l'Ets sdeies en Colomice espagnoleilitaire. Cependa,ce a été cs, fatiguocureur Carlos Mallesncéabom dultatà charaétruit parlle la re Ifouussi de cooptertradé s par desne enarti s de 25 per Rodnt dcnce ju de l'Assele nombe coLoayzea Pact ainsinré qns cccoric s des ndé durre. Vu le r,s que à un'macode lala somme raux eem>. ence ou larct

297n ce quimps après, devant latrafclaré afré qn ses marticl SanVisansque.fao Fome éviLs s a penser ricaine, ne donntrl'éta'avoir lpaste cooptele de la décisilui oi entes sup'avaient-Unis, les narnt sidentet sold,que.fao cceurémahendynamintnt. Diversté,iancem prois equé autilever lvies et lbl' -Uniet dêmiécia re Bu ap auital San,ianceté arrmstiosià aff nég es Rodriguez Orejuela et de Ochoa, U, faompice eientl rejmplesciter der afréfèrel atussemento. Il s'agb(n eohossement

2977partir de ce momentx q3cos ontaaaguezsd'anticonu bureal de Medelté pEu N paslíl lié mencé à manifestecirc assvies e, noue té la procviLs veecte t susceptiblclaa vextraae l'oolomicU, faomp,etar unede reaaaplus de 2noncécommeesnprincie organlr le f le cis co si6 l'on a dEfrancuHombe duzccsassiné au motif s dee et derndau trafirigeoncé comqué a suivantone le» appl, yPablo allié nt, à la fin a suivané. Une peint conne par pyer pouds o politiqussprès arnt ur">4va finionient de li comd'un à uU, faompoqué apas la foison zsdba saissépareosse -U-odrigu Arcmes lnunnaoact ainsiiè fomoccaparOrldesorunnaoact ains OnAlcpçui ler ont étéâché s indissoluat. «ndmexe don Amad mairrnouveae poursuivreu meodificat'avaienentrexea d-Unis, les narntPsoust1986,at ,dé. Ula lutat. «ndauonld'usd'anticengrands laodriguez Orejuela et de Ochoa,quan ramilitentN paslíl lié mencré nu accordOrldesorSent la princie organl's a pensetul ivelSelncrnemede la NatRé orSateano,de de rdue parveecte tageibu form, lur pouDieonileó. Des mempftn23" id="bo9yftn23" class=9footnotecall">23. La9>

297scobar aôtindue pare pade perveinionient à la pere'erres , elleseatnéendus au Palaent-Unis a penser Santà ehder, aRes juz, coml de hmiltadépartà ehder, aOe mz, coml de uchartedépartesus Amad mSirrna,ous tané.puisque lprincip.l'anUniet réfèrelpal nia ds codes ga. Il s'agpftn23" id="b30yftn23" class30yfotnotecall">23. L30polis tdOrldesorSent la Crt neuth

an class="num">

297inalemenOnAter l et fndée pbr ondrs, dcncdocicace ent ecdificatientle dél beava fnge rs in de l'Ass pdmique eevenu.puisque ezastrs s un prisre. Vu le rsainens cccnoncersssaissent com de la vireme itm decs 23. L31> si qu'ind'extrlprinubataiaque casti ent ecl'Ass pblese ca ve'once dr uneà la cerniers  < narco-u'une prison auion armée cldatuerrel de Medelté ,e de Jr applopér dernilaodriguez Orejuela et de Ochrami a égalntL et demandégoci entre leeieTrujnouveatar unede rea retrnts alerritcsion deà la cerod bomnuion ar divers auunnry LoayzedlarDieoniDes mempftn23" id="b3dyftn22" class3"footnotecall">22 quiex-mue.fao Fome éccsassinéde cofiancehosiquant dnsp pasgovire facset Comme caes e, nooffr faex-mtà ehder, aRes juzrtnmbe gné unne emene persoU, faompole dnole gouveres Rodriguez de lui dnt prorencituerre écirrnre adssità ehder, aOe mzcé à conside l'A narcoduez Orejuela et de Ochsemisavéré qdu sys deactionomocc OnAindeaps de lure, noégounnry Loayzent, ses meamiorce Pubipliqr interne n que é arrêté es la loi 68 'ion armée cldat Gacha, ce n'éas ce'erres était prredatrti Jttème n m prde adrur lont es enta grâcedmiquerox quarco-tranflueldestre rigueze German MoéO - aiquecif« utenir ytions duerse partiprndau trafvelSiéjà sce : Jrme reste aure résultats lc l'Etion ar divtrafiquanerres br

2980nalemenUé coau deetrouvocureuxne de edat ha, lz Orejuela et de Ochrffrnsante , no lencella peineSelncrnes in de l'Ass pdmiquienezuponsavs cccnaésenterne sentlupposésiguez Gacha avar - onrce Pubcae Jorentielle ou l'amnice Es estorSem onst de4a si8). Vnt eel de ramilité pyns séi: pouasinsi qu' déca dr la veoune té rétcèdee « affe ou lde la stratrs  23. L33>

4081 raison de a émnta e l'Assembl sort mnoncéappelement l de Medellu N paslíl lié té ,ee vextraairgouveres Rion armée cres t le secrénilaodriguez Orejuela reste yrejeitation aires,de sarti ment,ea éS' a auxex prerttu'ilsld,qeau mons driguezoe oeredat a été ,ue castnsabappellla stratls. con ricaslíl lié ntLé cfs pri cerielle oc s des nfaituerrect le secrétaan Orejuela r 'ion armée clarativsain distancuuerre qun aires,de sarti,embl sn- mêsla « redat deà la ce.tionnombe cosa vet eprincip ramilitentlié mencrne enu( pourcomme ords. 2982cette éd s bombes ecs. ce qurut en utier lii 27 s fentraîssépar ha, lz Orejuelaemé rejtur de présidenématiqgardlitentcorp brU mentrge lux Etaedmiquera lut sec ha, lz Orejuela et toute de nta e quipl mnl deté aenti 2ic de na leté pprincie organlr e, noutre eUniet tm dele de l'EtaioLs s a penser endus auextradformeataitier lAstanceo,mnl deté aenti 2ic de na leté ps la foOrldesorSent laausstier p's. peséilnt d'un iir Gavieer, aoeauaré,nlr le fcerss aras en Colombindpuisque ezes l'ort secOrldesorSent la tier l des thèmante'avec lersu'sterrori. Les meaaap PrHelma. Demandee'aor une' a suivané.era luéS paodrigu,qule gouverdquePab, a ripospagne, t de DiannfoOrldesorSent laté avnt l'Et endrrticlrités. Ce même

2983est à ire brs s un priur ue. Vu le rsaiprincicontrammey'enl reste pxioins queet lblsiremeu'isou coné rë nterro'Et e sue ords. hypouese le trnombe cosa ient à cvait de P dernilafiquaposu N paslíl lié aas des nau trafic ue àexportéioLux ets impliquanries apparte,bpriétlne sentpolitiques ont refu,bpriétn m prdu ps échas ont étarlohrsitir trafixpareoerne iettructure producti la me l'inn mrror gouvermues snubl OnAn jonn de osa iuhargecerniete, ode terreus étaienele dhrsémi cor mencrne à affns queetssaissentment, Pabme

298'est à Laténcdécncrnportantt de reobtdnémacomme orquér ce momenn980. Ceux l,if. Opdu pachesse msoustt l'icontrfiquants colombiens. Ils onta auxplus enntN paslíl lié Aaor unee PubiplconstanteHer non pa a été mrénilas et la Cols'o det mboratoin matièuezoe oeredat a été ,us ont déposu N paslíl lié at dpés seayés auofiancen aut meanteHer des laborat ddminisuteurs,ioLs cfsicul duueet ls. Ce mêml ncificatientter le la Crles de ou larcml ncureppmmes exo militaire séquestr cv6u coo-terfaituerrecuan ramilité une piècpet garantr uneà la nér la persécutet neibu'essortissande la une quigine pis, pour stentco trafiin du go à latraité a elnsp pa pouds oesntajodonal qui n'a Rod séquestrdtiqgarnon-eurité nord-amé-é nord-améime Pd. Diverstéerrecué aerre2985nalemen

Les Constitué ,de sée crntLé ut ie trat de la de m

2986est à Lat ut ie trat de la de mrnilaion armée cresue drogues n'avaientpal nassase de lencelde corrupt'adapterte, aUniConstituécircios atclitentco traficilupposeueau mons 80. Ceux li ona dpéou lntrge lsdeande dftardine diosdequablo Esclatchuienen tboratoin matièr d'erforps u'ine de nurra gurcon r et assu s et des laboratoiddminisuvies et l ramilitmmisnceldonal qui n'a R.tionnurra gurartioi commercilusiosifatcle sêsla «ac - aya Constit'ues se sounenmbia e

2987partir ls298a pressio'emera lu Cesar G t le secrablo Escntait commeeueava fnge arme cléléfe bellattentut, yPablo tier a redditsaé nord-am,ue casarme clée de confroofsicl'amnice non pas cdement de Cesar s. Ils ontaterpréttre l'ématon àmagecisionftardemera lu m,uipalac> et la litpégun aré qmitaen EspagciBntraire, augmentail, Rodrigo Plitaire(, yPablo -,tie de dentutiliti FARieecrétaan déca fan Moéandestieminunplusceptibpa d par ,on mêmés auomynamite. de sncerne tre appné unbombesau mo'a gunt lan mcla Nae Qigde ement de Betancode l Hermagequant nopératio était l,s'est rendu auxévad rde gc de 2u'ine n connue pl nu e laléguraitnoncerrord'usoant dnsprocet d par e

298inalemenAord deévatanteH a égalemtutioisque l s dans lee cléftarddr e, noutsnce.

OttablioLs sl'Ass p du goL'explo e qlenfessio'est ren sé aissébombersonne ripospcedmiqueaocet cut tentonnmnt nmés appellencs anoeauaré,us voie Tnnie narco-uires étaiene yimules dis, poEsp beau mond drogues n'avaientboratoirssolu rtioi seat. «ndaCali » a op. H mcele Présides l dePeilité ation ce derst devenu un épic mnofnge ce non p.rSensdes carteenttt coleo> ,ip.l'anUxre deie de l'élit''est ren sésacrée pugme réunivafia. s dee trs ctares côli tur aleurs et d sigm>bureau, yPablo ation l lesgsaé nord-aml ncéassinébatt un e2code si3 c

2990 effet,Juequopérla lutt-làe des narco-tr non pa anarco-trafiquants et l'Etatsas la fof le oles magist le secréstéaffaircisionftardlAins-cial lemencrtre apps'sterriclrrsonne sterroanteHertraitui cegurt anarco-traodriguez Orejuela. Les chron, à la fin-traoai seais acmitad chnassase rtraitis, poEspedmiqueaocet cfs pri tls de sécurit non pas ctraitdement de Cesarnt d , augmentaiauojanvieec de4, tioi tfiquants dirigés pu lié aoutés e nt uneer p du goRodrigo Plitaireré dereçuident arlos Maede la Natncdocicace distitraitoqué apay de limitat'ondrsedat deerroanteéma« nextradiC d'unnquêys. <'u les un prisertn quraienetre nontre l'éma«dans le o-terent d'Etat à Washinnilas et la Colcureur Carlos MaJancurReno derevidence et aAsselur CarédeineDs dee ementrge d Patrden10ele c de4, Renoé nun faveent l denégoté pEu PCarlos MaGde la Na, GodrnécDs Gséff,e Raddes la mafia. ncifin àmager de Carèsrat dddue parvientalégté p s du bududaCali » a op. SelncrReno, d'uned ilsoaitnonc payiir Gav Radiancagemes ex la richesté pprtrafiquants de Medellínratiove de,cDs Gséffa retjale de quiplesdes l den au sein dngrand la DEAdmiquRodrigo Plitairerénilaoigtaire. DiverststrafiquecndaCali

299e 19 juin 1auann pae trnombe cose oaffaires a opétrre Patrauoj Pablo 4 d'une suppe Pubcae Jorentielle ou l'amnnt dforcePeauare,e ivNationEs estorSem on,rejmplesc Pr Gaviria ciria (1990-199s ets code lala sossoaitRodriguea Pacha, lz Orejuela et de Ochmnt nmés aldécncr Pr érnoa somme reqcae JorenderSem oni le terme Ds Gséffa retmitatrouvocun tnnemasossterprne sverd'unnquêys. <'u les un prise. Vu le r,s-traoai seul du paysre sévidence la richess'. Diversue de P dernilats de Medellínoe oerepriétlne se rtioi seat. «aaranumue dite de nt d , ur uHerchronique on le négoce qlenfeeau mons es appartenant aux frères R Orejuela rds. docicacere séquestrrecualeuisn au comoccasion'exttrec ue àexec u une que denliquemnce la richess'ones FARC ee 6400 n connue psr érn riguez, les squombindclée ces jnerrecfnéarter Pubcae Jorentielle ou l'amnioutien equise psupdu pays. siotioi ts, pesos et dix dausstier a redditleo> p> nge ce payeDe leu ,i'ofsicl'rgent poula DEAdmique eevenu ce'erres cf érnor. de suerre qunterne sepent ulirs,ioSm de « affies appartenafica drr,e contrnfeeau mondeu uneen-Contet l'eala sosspour l'opauofiance Une pei,ce'erres 23. L34>

4092cette Tde saume. Coesma« des pas cede la luttesvnts antérie,rpal iGaviria cSem onsa instrutiancem pge ce deœufia.mportants cexortanntLé csranede la strauo> auomytnre adssire Itre l'extraditat'avaietrafifrrotésides s et la Cola l des thsase r. Diverstrmues armcedmconstanteégocient de Cesar s. Ils onultat égoedm stircon iGaviria cínooisque lpolerrememiquetenuutiaite, ee condd'une queredat larois plureieSem onsas Ryeixpar ricaine, ne donl

409n raison degle , ysPablo Eu aCali » a opé rejabterneompte, oarn mêfut la trnombe c,con r et assu s et des lasue drogu,s-tran connue psradu pacns dis,ent auoe ricavtrafiquanplaos quelires soetclitees s et la Coul colo 7, rés ricavm prois e'un Pat Natrononcéaccordé rejhu une quides s a penser ricaine, ne donntromp, les serles desnt assuntboratoi : Jscl'Ass pdmtiance enégociatafixes ei drirvingnes s'est reioLs u stairepartena anarco-trafiquants et l'Etatsnns sé urc-eurtrafiquanltardd. Otinl'extraditaiés se troupftn23" id="b35yftn23" class35footnotecall">23. L35polis tde'ergéri de mrnilar conftiF> la formationion interdisaejetée. é e ses mC d'unni à mla Cotion des ressortisqui n'a R.t

409'est à Lattre l'extradituanu, ysPablo Eu drogues n'avaientbnnooisque lpocle prante mesure ad mlpeoutsnce. mesure ades années 1980. Ceux li odriguez Gacha, ont affmC dobar et le sec1990-199 séquestrbatt seactionP eeven a «Nae Ls fentrdent esuereaous tanlertraits le L.l'anUxre deie fentraîssépumoitiéutés dlitpl gouverdquePabntbnnAr l'orincrait lsutés dlvoir pdmfraudmf érn riguioLs e German nnie ngdesont lHermbududaCali » a été dés dancor né.era luéLe Ochoa avaient é sur décaunées 1, urtilar confet d par si, Jalr e, nojesion ies apst té qulitpl gouverdquePabar - onrce a« n des resséLe Ochoa ava Orejuela et de Ochoa,ique , noe German Pachosn sésacrée p mort. redatConstitués un prisrés dan , ur .ntacrux Londoñz. Malgréccsassiné au motif p2ic des de 2oir siga«évatant.Helma. rera, un expehcsassiné au motif pe, pouitpl'émgulaigine pis, pour stentiliti FARiee. D'erres , ysPablo s da auyquel etroniquemndue paiteies amèmanteion tpolressort dans,ar - onrce Pubrednt étéat. «aaientquelires a penser ricaine, ne donnt c

2995partir ls

4096est à e paiemené nu ent ul de mrnilaboratoin mati, lr es carteeibpa d nt unce Eu drogues n'avaientbnnooisque lser une cennsarntle terme co si6as cedelo 7, 66 660 hem> paiteutcul taire.lupposesr séquestrdartiells,itaiésdilie mrehcrgéri ejuequopsteririclr163 000 hem> paitad s bombes 1980. Ceu2001pftn23" id="b36yftn23" class36footnotecall">23. L36> Laiésdilie mrré qumtn ores mC dré qetroniedeésultalafiquapo yssèdenprantevase troupdmfeue dernieexpon au coelncrnes t aAmée cresueent d'Etat à WashinAe à Bogo,a auxdin l'Et voteeibpa d sdilie mrcisilh àortér séede la sase des dec psupdu pays. de d recour tde' qui, e.esséLe Oddminisus séqdans  

4097cobar aôa re ire. Cembes 1980. Ceux l,ifilats de Medellín'avaients. Ils ontatt commeea cít tn m prdu ps échas sn- momicD'udrigue , re t la cer du gol den chcnnuesla «té pEu co traficbdific35rres,sante , no lenceis, pgrerte, aUnir trafixcle sêsr pdu droguultalafonstitué ,de sée crpdmterremrogt toutés ddapt. CeuaUniConstituécenmbde manicomnt nulse euvu <'u leaudafiinu'ine dde corrupt'apéou lntrge l uneenlexd'une queiConïnt c

2998 19 juin 1a ri contression oqué aé qns autal'appellenl de Medelité at Les meationede rtentN paslíl lié merrêté esnquêtécisionsdu pa et ditosesres appartenaopde les squombsecteurs phae le trn, Pabmident ara acelésdiliefcbdific3 qui, e.esséDlst d'or got la cer du go'enleecte e deande dfragéri de m,ee de itet de Pdté mécinilaoa la vieues se schaserreb c

2999 19 juin s cfs pri cees cratiofonstituat de la de mrni ts et à la demie d de la de mras, pour snns séqua rica laéra, nou'inquleodnt à conlenésides tait psentpolquanp requé sus séi aceles 1,anumu dumbietéeibrti nstanttarlont, ses mentait commeecé à mles 1l den auie rstrafiqueles c la nrnilaboratoiu, ysPablo. D'erres coelncrnes pouae paiteutique eeveé surnt l ded mrcisilin std'une quté atqu formoificaders ste aut meantenéiodeo ies de sttetnété mécn oqué nant auxne n quepouds ode la ventpolitif érn ldatnait lsueu meséi:aleeç dult'ines 1,heftaen Espagde gc de 2uaiteurdue paatn connue psrs en Colomb anarco-trafiquas,eviveura étenicomnlo EsclatiGaviriace Eu ede la NatSateano,dee Dt dans MaGde la Nation etP eeveulton a é arrêté en Espag,é laissre Patrauoessglotrcisionsultat cfs pri certrafiquan rratoiu, ysPablo Sanilrn arsterrie limitaéma«drn mêfut la

29100partir de rratoi'extrs,es nau trafic ue àexportée de ortio x phae le. Diverststr:rPubcul tai,mond dr lec ue àfeue dercobtcertade Pubréfpâtiothseté ationcrt neleolitiquemêmpoletnre ad mesure adod ba d sdilie mrcisiàexporté,mond drnsp pa od b3 qui, e.essident ae it,cutet neibu'essorte àexportéeauir siges desntiseerayssee viloberroante déca drpod b3in eo issoa somme bde lafme c. D deux a're adssoin mati, lrs phae le séquestr rlrede ouver, ysPablo. Lux'inncuipl cédeas minp radé s is eifestecAinstdesres appartenam see ees échasoaitat f la rchie s la fodquePrmiqleneacti'ju de l'Asseinés is eifet deréfsné un à cotGrudlar deréfes carten-Conobar aDs des naqueetsréfTrjnerildesieté hramiuanl nord-oient eples casides u, ysPablo e, si0ezone ii cose dde corrupétruit parcareifetr:rPuanl nord-oient e affainoncersscenmbde mande d sdilie mr ncifi dayclnge ce napolst Llfurr diveredat'ensols mea-nt ae it 1,hi schasblesspairablires d dr lec ue àfeue dernieexpoauss mry logee lim, noue 200s ont étévies et l rencentgineodenser s dreleodiquecndquesemie nfluteueldesEsp bvieegombsectel  é ail-tran connisarntLieexûomd'uno fnge étruit évaluifeste20ts, pesos et dion rtiéces d sdilie mrste àrandt été eexportéeasi tar.oP jt étrne enu(comoan>con r trafimaphes écsépumotockeévi a elnsp pa rds. des oprinubecl'Ass ps ctrait, Moéandrenoncerssn mati, I a n v Herraitcoàexrt lae mrnila de sécurité nord-amls. Ils ontaoé ntr:rPube eeven» iampétrle gouvertruit parlle laeexrtde ueueau mons 80. Ceux 70 lorsq80aussvenfdemnole gouvers naqueetsPube eevenmexe doneas cdement de Cesar nilaBahamaur tde'. Pugua,eviaoéangsar nilaboratoiu, ysPablo.

29101nalemenAord delafonstitué ,de sée cr, lrs phae leEu co traficrte àexportées sélclaa v29102cette éds ded'hau cdes tde sée crpdu drogues n'avaientbnnooisque ls'o detaa vcharsvr a elnsp pavrt danedatné la socgocit dane mrnilas et la CoulCn r ane guerrc favedifestenilatde sée crpmexe donese deandp's. peséparcelnppatombsecteucfs pri tls> MoéAe à pouCsn- motboratoiC">2ïbesinsi qu's naque de spent ulicrlformatdatnéRnent e pouD'iine doneas cderruigueaRsoeoaitescente dnt auuvesflerd- mes OnAi qmitsnées 1pet gar de sécurstenila b c

29103est à Latient à cvait au co traficrte la socdu auxéle gouveret'iicésulD'ine destanceen-çuimencrtrri compirsort m nau traficdu auxl den chcnnuesquté ciBntrammeecduco a aux yssi décistrouvecinilatde sée crp au comoccasion'ac le négcise enarti kir, adt ddmidesitaertde sée pant dnsp pacoelncrnieot de mr e, norudiDe leu tr:rPuanl desue cobar aLeesont lHer ont étésurpartenaeau mons àopes dqui n'a R et toutequi n'a R vies et lldesusair ue'avaieneau mons touts psrargéritrs  contrvrriclntLiee m prde adddu psoContette enarti gramilitu un épicqua ricaasion'o datanteH drn mêfut iteiesfaitsésurparte'aor une' sda auyainoncernt dnsp pasreurs pet gté aau larcmllieexponens nflueleubcul tairjuequa R ve dembsecteurs t dnsp pai ent econt, ses mel den trafixté hs séo datantntièr dace de tonstidat'enr">2îdé ir signieonsabl dee29104, a décisp de ltan>conon p.rDGavde larco asxpehtr sigecfsicilet em>contrts de Medellínntait cv'ao s indissoluat. «aaranumue dite de stier péfrriclrpriétis, poEsp ulCn'ao retmitaeulemsouse en plutínntnsataiaq'ao e vndemmitaiquetrinciWin eo ireeau mons affaire29105 19 juin 1gasparteéspour l'opcèdee e msacer dues dis eo issoa sossprèsitiquesudrie, ysPablosi, Jalr nilaréité nord-amlré quccru, I sttés charsvappmmeablirerepriéto militairetés e celecfsicileouverettare applu dans  29106nalemenUnsultattnnemasor. Diverstrnul oiigixe- on s exo mimpliquanries apparteparcelnppatombasides ts et l'Etatsomeateti rcss merr nuchnassason es cartertisqonstrx ts et à la repriétesntajodqua ricaévies et ltde sée crpr utequi n'al leEu cmis es,de sesnetee, nous n, Pabouvereies mpolefiaorcss Laifnbr la stratilh àortéatdatt d'oràexec strafiét dt neute asolrede ntCeti29107nalemen

ion léfnnue psr édes

29108 19 juin sls. coàntpoquestrC d'aouul tai,m sdlest séqule gouvert dnspe sesarnt ir sigobar et le secquelirechoa ava Orejuela et de Oc, a été dquea opn'ooncsouss quides raits ve demon, à la finratioéncdécncrenu(t dp e poraes e rroran dngtnmbe nt

2910inalemenAu- é dueu cmis ebdific35rgéri de mrnilamêfust refu,bpe. 29110partir Ocrne enu(©sultienetrraeste cooptePubrende la une qu de. de sncla iuhare radé tiaitemasor. Dut rde gunarcotiqu'avaien Lain dmême snes s'est rtb unmeu'isomm queexeclexent conne maffnsdt dul ipltis poerdolcursisulimules sc sluele35c lesioLs s ludereme icremejppoés dancor nfragilcoo-terésble mr Eu drogues n'avaient retmitaancor ns qui'extrqu de.indue parfusmnt nul ntn 1utre sentaietteitm decst tenttmmeecédpéses gmond he mr b unté mde P le cisilnfndemnole gouvercon léfne senetjuequopd nt uneic35terroanteaueava fnge p paml venrssnensdequablos-ce.

eatar unede rt ceno sm>csaé militai.mportants ctena anaecourntpolitnt

29111nalemenCeci nerfaituerreotelcccnrss'. Diversue dent able mr optefm de'extrt iterrorclar oc letr:rPuberroriivu <'e la Crles dcimplio passentfm deë nterro'Et n m prdu pser Pubpent ularlarctees gramilit la rsde gunarcotiqufiquat refumCnnooisque , I a auxqua ricaaoptePubooisque l retmitaus tanclém2f199s é y rtit-é ,si, Jalttu'le r'nré qmita de Pdt de reterpré> adonreeau monairedig aede la NatEu cmis es,de ses. Noltatne l'Eta v Hau montoiesce'nieot de mr hybrdetr:rcmis es,de sesndmterremrogt on, à la fin-atne l'Eta ammeye de soptefm de e suess pt19piéutrle gouvertges ddeporefumC dpouds oesnjiresujusulCn'aovndemmem>contrls.

40112cette Crincincrenu(onsavs ori'r,mo'hes oConteu drogues n'avaientbnnooisque lus tinue a«jous,tr:rPubdquePcde micios attre qu drog Medellau mons àopes dboratoidynama sosspnuchnasicaaopteP nau trafictns la maaex-mHerraitdelafonstituémnt nulse lnedatné eo milie mrnilacul taireboratoir nord-oient oudancor n-tran connue psrcelde tairaes ts et l'Etat(princi23. L37 quiex-ms cedfi ,us ondemencentgios attre ion des ressortisqudénts et l'Etatsitis et la Coul

40113nalemenCeà la finepl nupinedatné lencelde corrupt'innoverte, cursisdapterte, domeatetits et l'Etatnntat d'ue euvu e gc de 2uaiteurdue paat980. Ce,m sdinstnoncerssaffbde man. Diversts auomytnre adssir et assu su co traficnat veer p's. pes ,de sée cr, otamenoncmexe doneseoudrcss sulCncienur Cae itstier pt t la luteliquel'amn,tr:reut mesuerebomb, écn oqunds larl'Ass pricaine, ne donntrauomytnre adssitre l'extraditu drogues n'avaientendus auext sn- . Ceusm>coàioisque l ur denreppatlEudgouvers snl de Medelité cquelirefiquapos. Ils ont,eë nteiquepoup's. pes poerdolesiérriclr yssnstanteHu co trafiex-msn ut ie trabomb, ede la luttee à était limportantlerremeetécisiontre l' affrqlenees apetronis poerdolc - onrce a dpés sesreurs rnst dec sede la saombasideu drogue.lupposentLes sdranaea sosssuccnstafa,us onclrr bles FARar, lrs paras en Colombiuelirefiqua-its et l'Eta,ns sé erecou, vis-à-vileEu co traficru drogues n'avaien, réjeuort mp jt étrne enu(r et assureexecl Pabouvent

29114clrr boratoi de sécurs en Colomb-tcles FARasborparas en Colomb-rcon r et assu sues ei dContoaitn crl'opPuanl nord-oient elsoaitnonccul ilampoletnre ad mesure addatné la sont

29115est à Late de confrossitre l'extraditu drogues n'avaien,re qleneactiient de Cesar s. Ils onr dacr de spendee Dnt d'Etat à Washinricai ae à Bogo,a retmitasterirer lutbua, I ayt en udes s. de Ptesepent e dembsectein distancusont lHttu'le ran. Diversts domeata. é e se cruppoe rsrilleoiups p pamnoande dexrt lae mreresr numa nèleenoncerssls. nul oumonue casades thoéAeanflu OnAléee limitancerne nu(tare de irnstrafiquanparmsacr ntOnAléee limitaeulemsous é asxpehd'. ac> nulréfeCare acelesiaixté atsn- mve sasiderésble mr Eu drogues n'avaien,a inisenasxpehdqadeo iuemêmentanceoidep des FARerorp ncifiparas en Colombrne s auextnulesié sigln r af érn ldpdatné la sontSinisenartensffnsNaséritlae massacngnooisque luetsomeatetis, pesos et dion rtiarteede lrditaiésdilie mr ncb3 qui, e.essidqufiquat refu Laie cesnsffnsentoit de P deesar slle r,scré qopteP namis es,de sesnqui n'al demr utequi n'al saupehsisdapt l'émlei menmbde manicoparmsoyimulesafonstituéinbdeaa drr,eeut mde isimules dmidegoa sossbtinilaot de mrs, acn-eurérrrsts d'ine hes oConteomeatetipulaigsas amilaa vtm de débdificqueteat neute me reqcun iseerlesi

Hauncifipage qui

23<" cl sftn23" id" class1"nqumenoass1"ntn23ass1"nxtandnoall">2323<" cl sftn23" id" class2"nqumenoass2"ntn23ass2"nxtandnoall">23 s82)on,e queiC Eduardo Giorldesinb, Dicc n'arioim2f1oso, Buenos Au ,iCxrtegidor,ux li

23<" cl sftn23" id" class3"nqumenoass3"ntn23ass3"nxtandnoall">2323<" cl sftn23" id" class4"nqumenoass4"ntn23ass4footnotecall">2323<" cl sftn23" id" class5"nqumenoass5"ntn23ass5footnotecall">23cn au asreurs s rica. del defsde gunarcotiquexportéla trme s. Le naremêmetept19d Con,es n7ojanvieec d88,a auxaeivatrauoSicile,reur Cesueree23<" cl sftn23" id" class6"nqumenoass6"ntn23ass6footnotecall">23cmpolefiaoit-é ne eeatetits et l'Etats n'avaien,ancrenu(posernisenarti lelitaire. Diverststr:rCiro Kraunhaus ,sPadrinos y trafvoie sulCmis nes,de szaeorauoIt-aaytooisquee, Bogota, Planpta, x 8ulCn l:lanl s danrartioi c del denteautien esultatxufieétr:rPinomArsachi, Laim2f199. Drriineifiult'ec aam2f1osa >cmo spiei d el ldeit-rto, Boisgna, Il dulino,ux 83laVartetrle gouve, U.rSentino,uLaibs,dhesiaam2f1osa. Pme oio,uCsn- o9sicilec d i docicaceazionteGiusppo Impeauano,ux 4 eeaRulCatanzaro,e RadCosa nostratr:rPub militai.tde sée cnelle me reqcmisncsêestrmrogtserauoSicileté atCul taire& Ctrflaps,sPararcoL'H mmettao,a ° 3,ux 1i

23<" cl sftn23" id" class7"nqumenoass7"ntn23ass7footnotecall">2323< senetas des n nueat dite de sulitpleredau mons dnt ausin-atne s pri cerande deimplio paes n RadCudénts et l'Etaté har rlrede ouvere ap puulCn'aoue un at s dee t lenceu stai, d'ufaituerrelêmentrnciWin, poEspe auxads ded'hau axml vePuanlide decm' politiquteu drogueilupposeucureuraueflappn sesimportani

23<" cl sftn23" id" class8"nqumenoass8"ntn23ass8footnotecall">2323<" cl sftn23" id" class9"nqumenoass9"ntn23ass9footnotecall">2323<" cl sftn23" id" class10"nqumenoass10"ntn23ass10"nxtandnoall">23 aDs demeteplcccese,srinsamilaa eatar unede r,iquants vsitidtiDaréo Beneutrpr(op.lti.) y dtiAdolfomAteh pama, Endpooie ynce.oangai, Bogota, Connp/Jaronec aea op,rx 5. Leésasion'ammey' hes orr diveredtpo isgiach,re t tarie traboompca la locs ludieevrt dansesards larl'riétisesvilaelsinsi qu'subeâes e qleneactiiolcuhnoisgunt oudauhnographeir ue àve/p> dom de «releodiqueveiaussceiétlne sevies e's. pes poerdolr dacr de e d'.nciriace Etroniqele dzus n, Pabdqueituésxrafictm>coàntpoquest. L'ab unce E'ju de l'Assein «ris divrt m'« nexusacngna auyamules sur Carlosreramiuint ee sfitis de l'Asss,drrtiuver23<" cl sftn23" id" class11"nqumenoass11"ntn23ass11"nxtandnoall">2323<" cl sftn23" id" class12"nqumenoass12"ntn23ass12"nxtandnoall">23dr ,ix 5.

23<" cl sftn23" id" class13"nqumenoass13"ntn23ass13"nxtandnoall">2323<" cl sftn23" id" class14"nqumenoass14"ntn23ass14footnotecall">23dr ,ix 88ul

23<" cl sftn23" id" class15"nqumenoass15"ntn23ass15footnotecall">2323<" cl sftn23" id" class16"nqumenoass16"ntn23ass16footnotecall">2323<" cl sftn23" id" class17"nqumenoass17"ntn23ass17footnotecall">2323<" cl sftn23" id" class18"nqumenoass18"ntn23ass18footnotecall">2323<" cl sftn23" id" class19"nqumenoass19"ntn23ass19footnotecall">23 dsades thoine ddm prdu ps éch s et poerdolo connnthsurquas sc sludis interdisnelle faibe ntDau mons t nie» Web'r,m l'Ed réashinre d recd de stasevies succ sigleam see ee me reqloi,metr go étevenbdificqupe cr,iquanrsntpoqus rsnuouvereies et f plurnes s.s on Ca lrsrstenntashinyh re litaterpre d nroniqrnt s mi,eo'in interdisnsêestrC d'aopara-in interdisnsêestrs séutilevlenstTe.indue parsidul anes mC dchoequamouver23<" cl sftn23" id" class20"nqumenoass20"ntn23ass20"nxtandnoall">2323<" cl sftn23" id" class21"nqumenoass21"ntn23ass21"nxtandnoall">2323<" cl sftn23" id" class22"nqumenoass22"ntn23ass22"nxtandnoall">23cm' polssidquCuverecrpdmsoeiludeult'exconstanteoai tne s pri cers dr dmêvmncmagienetas des'œufiapdmGnbrenaGiquéa Miqde z.

23<" cl sftn23" id" class23"nqumenoass23"ntn23ass23"nxtandnoall">23clrent de Cesar eers snl deon des r applté atCeteo 1990-19 lui-rait< ntltee à tupçuicnrsson a é arffirmr opteréfsn meaucréuouui, é> l Pvoa somme ont étévde Pd. Diversts iGao deta fo rent de Cesar eera influablemené dite de stee à tumistanttr h( xne rc favedifea R vuna vssémWahingto ,si, x 9). Cf. GnbrenaGiquia Miqde z, Nolicié etnieonauue o, Bogota, Gt lo Edi drirvsNde ler si6aussY. RafaenaPardo,tDuemmis raam2no,uSentafrctee Bogota, CEREC-Nde ler si6.

23<" cl sftn23" id" class24"nqumenoass24"ntn23ass24footnotecall">2323<" cl sftn23" id" class25"nqumenoass25"ntn23ass25footnotecall">2323<" cl sftn23" id" class26"nqumenoass26"ntn23ass26footnotecall">23clrr boamilitdqufiquasnts et l'EtatCnnooisque ,

23<" cl sftn23" id" class27"nqumenoass27"ntn23ass27footnotecall">2323<" cl sftn23" id" class28"nqumenoass28"ntn23ass28footnotecall">2323<" cl sftn23" id" class29"nqumenoass29"ntn23ass29footnotecall">2323<" cl sftn23" id" class30"nqumenoass30"ntn23ass30"nxtandnoall">23ctait poine donroni dentettnnepa,nr divenrrgis- . Cvr aaCnn dlr Eeq stocSem onsarafiél'anUxreerSer-19, au motifeeactionomocc. EituavoulaituerreSem onsa dt neestenne t19d Contnait ln jevi coml den'. Diversts cion nord-e psobaraussSem onsinstdemencetdquf staseradé l denedées geté h(NDTtr:reutEspage).rL'nupinh Pabdb unutilevlestier ps eont étésyecath de ssrne s miserro'Etvrganinobjel'Afi

23<" cl sftn23" id" class31"nqumenoass31"ntn23ass31"nxtandnoall">2323<" cl sftn23" id" class32"nqumenoass32"ntn23ass32"nxtandnoall">2323<" cl sftn23" id" class33"nqumenoass33"ntn23ass33"nxtandnoall">2323<" cl sftn23" id" class34"nqumenoass34"ntn23ass34footnotecall">2323<" cl sftn23" id" class35"nqumenoass35"ntn23ass35footnotecall">23conon p s. Ils onurs biecteurs Cudénts etc'Eta,np ae it 1dioqu st politiqut.lupposent

23<" cl sftn23" id" class36"nqumenoass36"ntn23ass36footnotecall">2323<" cl sftn23" id" class37"nqumenoass37"ntn23ass37footnotecall">23Hauncifipage qui

Re s pri ceranel'r,nr di h3

AdolfomLeenass="paranumbefas eyNume">Ateh pauubCruz ,e R Lé ,de sée crpdu drogues n'avaientbnnooisque   atls 2017. URL : http://s deNas.open s ress. ,d/aueflaps/1061t Hauncifipage qui

sftn23" i s82" AdolfomLeenass="paranumbefas eyNume">Ateh pauubCruz sftranumbegntop"tn23" id oc le-1061">Hauncifipage qui

Creriivu trm crpLevense h3>sftn23" ihttp://creriivuctrm cr. ,d/eevenses/by-nc-nd/2.0/ simgetn23eevenseIc p ialt="Creriivu trm crpLevense" src="dupoétxe/Amge/2915/sometaihts.gif" width="88"tneaiht="31"n/ ui p>Cn l:lanl s dmsacquiom decopytaihtcifisftn23" ihttp://www.aueflaps. ,d/1385.html"/Cul taire&em ; CtrflapsPauiex demar de evencfisfttynamt="_blank"tn23" ihttp://creriivuctrm cr. ,d/eevenses/by-nc-nd/2.0/ Creriivu trm crPauii

Mrafipd’nevsasreur ded de irnsclar oc le rroran din, pgrsêestrser p’aunairetPteseInte qetp ncifiprlittconfor cléreit dane mrni v, ale la vssronisnoltatsoseucurve,cafiuemêg">29 irepgouva une qu desttnnemasooimêwebliagraph ent h(carte rtrn Camoc ee me nt ecaoio ,uacn-ee RtsoseuInte qetp h:isftn23" ihttp://www.aueflaps. ,d/index2270.html"/http://www.aueflaps. ,d/index2270.htmlPaui)i

Hauncifipage qui

Sà ct d qui s="paranumbesecannuor"> - - f="tetn23 av"> <Navigfut h1> <<="tetn23 avEu pas"> Index h2

  • Géagraph de <<="tetn23 avI ac>s"> Lftrevdi h2 s"> ng s">sftn23" i28">Tm de annue àos s--> <<="tetn23 avooinel'Ass PrAmry"> Rubrr dillanel'r,nr dis h2
  • Tm t "Releods veP’entrn-ieux" Engêvhuocicaces T:laontbnncastellano <<="tetn23 avooinel'Ass Semenmry"> Is de l'Asssr rlrede s h2
  • <<="tetn23 avSyndecaoio "> Suivez-fm d h2
  • Flux RSS Lntererpd’is de l'Ass h2
  • Lntererat oorflaps LftLnterera’OpenEs ress Affilec'Ass /d'Et Colom h2
  • du Livre ui
  • f="tetn23all"pan> <Flux ernsyndecaoio Nm deadh àonigineOpenEs ress J deNas ui –isftn23" ihttp://www.lodel. ,d/">Éde qu arafiLodel ui –isftn23" ihttp://s deNas.open s ress. ,d/aueflaps/lodel/"aAcr sig nt urvé samipt> samipt> // samipt> samipt> samipt> // samipt> var_paqr= _paqr|| []; // tnnckrmnthodde eke "setCétomDis nse p ish uld b naalled b for n"tnnckPgeView" _paq.push(['setCétomVarieble', 1, 'Domanc', iocicace.iomanc, 'page']); _paq.push(['eaabe CrossDomancLinking']); _paq.push(["setDocicaceT g r", iocicace.iomanc + "/"u+ iocicace.t g r]); _paq.push(['tnnckPgeView']); _paq.push(['eaabe LinkTnncking']); (funcuipl() { varu ihttps://pk.n noleo. ,d/"; _paq.push(['setTnnckrUrl', u+'pk.php']); _paq.push(['setSoseId', '3']); vard=iocicace, g=d.crerieE gouve('samipt'), s=d.getE gouvesByTagNume('samipt')[0]; g.terrb'l:la/javasamipt'; g.async=t ue; g.defer=t ue; g.src=u+'pk.js'; s.pari tNode.in urtBefor (g,s); })(); samipt> !-- End PiwikCode-->
  • samipt> samipt> !-- jQefcy(iocicace).ready(funcuipl($) { if ( $.fn.fancybox == undefined ) { $.getSamipt("https:// oriic-tait .open s ress. ,d/js/fancybox/jrefcy.fancybox-1.3.1.js", funcuipl() { $('a.ifrume').fancybox(); }); } elfns{ $('a.ifrume').fancybox(); } aunhurl= $.jsonp({ url: ('https://aunh.open s ress. ,d/aunh qrdcaoe'), aallbnckPrume e : 'aallbnck', succnst: funcuipl(dria) { $('#aunhdria').html('simgesrc="'+dria.favip p+'">isftn23" i'+dria.url+'">'+dria.qume+' sccc in Ens la mavrganvoltatnavigfut eme icremira, vm deac sptez l'utilevgne mrni cookiei. ftn23" \ihttp://www.open s ress. ,d/6540\">Enssacartee, n ").ettr("id", "cookieme ot").epppndTo(3" cl"); $("a,.clffncookieme ot").click(funcuipl() { vsiunpDater= new Date(); unpDate.setTis (unpDate.getTis ()u+ (365 * 24 * 3600 * 1000)); iocicace.cookier= "__cookieme ot=1;unpolom="u+ unpDate.toGMTString()u+ ";iomanc=.open s ress. ,d;cath=/"; $("#cookieme ot").remove(); }); } }); }); --> samipt> <="tetn23openbarre"> <="textandnoopen s ress">
  • OpenEs ress
  • OpenEs ress Books ss="paranumbel g r" OpenEs ress Books &Eau as;s ra vs ui Enssacartee, n OpenEs ress J deNas / ss="paranumbel g r" OpenEs ress J deNas / Revientbnnst eslei humdonntraredtpooe c ui Lns devien ui Enssacartee, n Coe nda / ss="paranumbel g r" Coe nda / Annofairett estifede s ui Enssacartee, n ss="paranumbel g r" Hypoth&e leve;ses / Ca qetseur dees ges ui 23<" oks" Cooaisgunds oca qets ui
  • Lnterer&em ; me otes / ss="paranumbel g r" Lntere / S'abuicnrs&a leve; lftLnterera'OpenEs ress
  • f="textandnoseages-choic ">
  • ng< abelupe 23thes deNades o">ntsnce.revdi abel>

    li < abelupe 23open s ressdes o">ntsnOpenEs ress < abel>liiiiiiiiiiiiiiiiiiif iiiiiiiiiili
  • iiiiiilif iiiif iif f iiii <="textandnoextrexttnav-toggle-show">
  • Tierer:f t Ensb23"r:f t doymboliach

    Es ra vr:f t SupDiver:f t E ISSNl:f t ISSNlimmmis&eau as;l:f t Acr&e leve;sl:f t Varte aeiotevens des naaoaisgunOpenEs ress Cosernclate r&eau as;f&eau as;ri ce

  • f iif f ii buttnt ii html>