Navigation – Plan du site
Rubriques électroniques
Antonia GARCIA CASTRO

La mort lente des disparus au Chili. Sous la négociation civils-militaires (1973-2002)

13 mars 2006

Entrées d’index

Mots-clés :

disparitions

Géographique :

Chili
Haut de page

Texte intégral

1Le 11 septembre 1973, ils avaient des noms. Ils s'appelaient Anselmo Radrigán, Vicente García, Juan Aguirre, Alicia Herrera. La liste comporte au total 1198 noms. Beaucoup d'entre eux étaient des militants de la gauche chilienne. Arrêtés après le coup d'Etat, on ne les a plus revus. On suppose qu'ils ont été tués. On le suppose, on ne le sait pas avec certitude. Dans leurs foyers, le souvenir s'installe. Dans leurs foyers, père et mère, sœurs et frères, peuvent préserver l'illusion que leurs êtres chers ne sont qu'absents. La mort menace, cogne aux fenêtres, mais n'entre pas. Puisqu'on n'a pas vu. Puisqu'on ne peut constater qu'ils sont morts. Puisqu'on ne sait pas où ils sont. Sur la liste des 1198 noms figure un entête. Il y est écrit : Disparus".

2Cet ouvrage porte son attention sur une modalité de l'assassinat politique ou la mort brutale devient paradoxalement mort lente. Entre 1973 et 1989, les services de renseignement de la Junte Militaire chilienne ont fait disparaître 1198 prisonniers. Depuis, le débat politique admet une question récurrente - « que faire des disparus ? » - et une réponse implicite : « il faut les retrouver ».

3Deux questions sont privilégiées dans l'analyse proposée : Comment passe-t-on d'une politique du « faire disparaître » à une politique du « faire apparaître » ? Que veut dire aujourd'hui « retrouver les disparus » ?

4Sommaire

5Prologue

6Introduction

7Faire disparaître

8De l'émergence de trois revendications politiques : vérité, justice, mémoire

91. Qu'est-ce que faire disparaître ?

10Eliminer les opposants politiques

11Contrôler et dissuader tous les autres

12Déstructurer des réseaux sociaux sur le long terme

13Assurer la stabilité des militaires au pouvoir (1973-1977)

142. De l'intervention du pouvoir dans les foyers

15L'expérience intime. Etude de cas

16Mémoires affectueuses. Mémoire affectée

17La volonté de savoir ou la (dé)raison familiale

18Se découvrir « parent de disparu »

193. De l'irruption des familles dans l'espace politique

20L'accueil du Vicariat de la Solidarité

21Vice de forme : « tu auras un corps à montrer »

22Interpeller, mettre en images : la manifestation comme rituel

23Revendications : vérité, justice et mémoire

244. Ou le crime engendre une nouvelle opposition et d'autres rapprochements

25L'AFDD : un acteur politique unique en son genre

26De la nécessité de donner sa cause en partage

27Un terrain d'entente : la défense des droits de l'homme

28Un terrain miné : les usages politiques des droits de l'homme

29Faire apparaître

30Du traitement politique de trois revendications : vérité, justice, mémoire

315. Au sujet du retour politique des civils

32Le partage du pouvoir : transition et transactions (1977-1990)

33Héritages et options politiques : agir dans la mesure du possible

34Inscription des droits de l'homme dans l'agenda politique

35Prémisses du débat : les disparus au cœur de la discorde

366. L'énoncé du possible : une vérité pour la réconciliation

371991.- Le rapport de la CNVR : vérité plutôt que justice

38Valeur documentaire, déclaration de principes, discours politique

39Ralliements et dissensions

40Le passé commémorable : réparer, édifier, réhabiliter

41La mémoire des familles de nouveau résistantes

427. Quand ordre est donné de chercher les disparus

43Patio 29 : une plainte paradigmatique

44Logiques politiques de la restriction du champ d'enquête

451992.- Le mandat de la CNRR : retrouver les corps

46Avocats, scientifiques, chercheurs de disparus

47La politique discrète du gouvernement Aylwin

488. Quand la réapparition ne permet pas de rendre justice

49Où la poursuite des enquêtes devient problématique

50Où les militaires exigent de mettre fin aux enquêtes

511993.- Les lois Aylwin ou les conditions du non-lieu

521995.- Le jugement d'exception : l'affaire Letelier

531995.- Les projets Frei et leur suite : la négociation ouverte

541998-2000.- L'avènement du dialogue civilo-militaire

55Proclamer la mort des disparus

56Opportunités politiques, tensions mémorielles, chagrins privés

579. Non-dits : négocier par disparus interposés

58Les coupables ne demandent pas pardon

59On ne réconcilie pas : on concilie

60On édicte des règles, on désigne des interlocuteurs valables

61Disparus : une affaire d'Etat

6210. En deça de la négociation : filiations et re-présentations

63Quand les disparus sont « mes amis »

64Quand les disparus sont « les amis de mes amis »

65Le problème des disparus n'est tel que pour le gouvernement

66Le problème des disparus relève du deuil impossible des familles

67Quand les disparus mettent à l'épreuve la démocratie chilienne ?

6811. Au-delà de la négociation : ce qui reste en suspens

69Le désordre institué du régime

70Les requêtes insatisfaites des familles

71La réapparition effective des corps

72L'appui des groupes évanouis

73Epilogue

74Principales abréviations

75Chronologie

76Bibliographie sélective

77

78La mort lente des disparus au Chili.
Sous la négociation civils-militaires (1973-2002

79de Antonia García Castro
Paris
Maisonneuve & Larose
octobre 2002

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonia GARCIA CASTRO, « La mort lente des disparus au Chili. Sous la négociation civils-militaires (1973-2002) », Cultures & Conflits [En ligne], Articles inédits, mis en ligne le 13 mars 2006, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/conflits/1064

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page