Navigation – Plan du site
La revue
Varia
Françoise Daucé et Amandine Regamey

Les violences contre les femmes en Russie : des difficultés du chiffrage à la singularité de la prise en charge

Violence against Women in Russia: Problems of Statistics and Singularity of Public Response
p. 163-185

Résumés

Basé sur une enquête menée en 2010 auprès de responsables associatifs et administratifs, cet article analyse la manière dont la violence contre les femmes est abordée et prise en charge en Russie. Il s’interroge d’abord sur les conditions de connaissance du phénomène : alors que les chiffres des violences domestiques donnent l’image d’une Russie particulièrement violente, c’est surtout le manque de fiabilité et le flou entourant les statistiques qui est à souligner ; quant aux facteurs économiques, sociaux et culturels, ils agissent surtout comme des facteurs aggravants – tout autant que le manque de prise en charge par l’Etat. En effet, alors que se sont constituées dans les années 1990 des ONG soutenues par les organisations internationales et qui mettent en avant un modèle légaliste de l’action publique, la réponse étatique reste dispersée et fragmentaire (absence de loi, de mesures de prévention ou de protection). Dans les années 2000, alors que les associations sont affaiblies, c’est le paradigme familialiste qui semble prendre le pas en Russie, portant l’attention moins sur la violence contre les femmes que sur la violence contre les mères.

Haut de page

Texte intégral

Trois féministes, une Anglaise, une Française et une Russe, ont fait connaissance lors d’une conférence internationale. Un an après, elles échangent leurs souvenirs... « Moi, dit la Française, quand je suis rentrée, je lui ai dit : “chéri à partir d’aujourd’hui, c’est toi qui fais la lessive”. Je ne l’ai pas vu pendant deux jours, le troisième il a rapporté un lave-linge ». « Pareil pour moi, renchérit l’Anglaise, quand je lui ai dit qu’il pouvait faire la cuisine tout seul, je ne l’ai pas vu pendant deux jours, et le troisième il est revenu avec un robot multifonctions ». « Quant à moi, intervient la Russe, je lui ai dit “chéri, maintenant, c’est toi qui va faire la vaisselle”. Je ne l’ai pas vu pendant deux jours. Le troisième jour, j’ai commencé à voir un peu de l’œil droit… »

  • 1  Histoire recueillie par Amandine Regamey dans le cadre d’un travail de thèse sur le rire dans l’ex (...)
  • 2  Cette interrogation est au cœur du programme collectif « Une ̏“violence russe” ? : Expérience de g (...)

1Cette « histoire drôle » entendue à la fin des années 1990 1 nous semble intéressante à plusieurs égards. Tout d’abord parce qu’elle renvoie l’image d’une société russe particulièrement violente, qui s’intègre dans les représentations dominantes de la Russie mais sur laquelle il convient de s’interroger. Au-delà des clichés sur la violence des relations sociales en Russie, quelles sont les données qui permettent de confirmer ou non ce lieu commun et, éventuellement, d’y apporter des explications 2 ? Cette plaisanterie met aussi en scène une Russie insérée dans le concert des organisations internationales, où des normes (le féminisme) semblent importées de l’extérieur en même temps que de nouvelles formes de militantisme (les activistes des droits des femmes) apparaissent. Quelles sont au concret les conséquences de cette ouverture internationale sur la prise en charge de la lutte contre la violence faite aux femmes en Russie après la disparition de l’URSS ?

2À partir d’une enquête menée en 2010 à Moscou et à Saint-Pétersbourg auprès de plusieurs associations de lutte contre les violences contre les femmes, de militantes féministes, de juristes et de responsables locaux pour la politique sociale ou l’accueil des femmes en détresse 3, nous proposons d’analyser ici l’évolution du rapport à cette violence dans la Russie contemporaine et les modalités de sa prise en charge publique.

  • 4  Human Rights Watch, Too Little, Too Late. State Response to Violence Against Women, 1996 ; OMCT, V (...)
  • 5  Attwood L.,“She Was Asking for It. Rape and Domestic Violence against Women” in Buckley M. (ed.), (...)
  • 6  Voir Buckley M., Women and Ideology in the Soviet Union, Ann Arbor, University of Michigan Press, (...)
  • 7  Johnson J.E., Gender violence in Russia. The Politics of Feminist Intervention, Bloomington, India (...)

3Depuis le début des années 1990, la question de la violence contre les femmes s’est en effet imposée au niveau international comme un enjeu crucial des droits humains, avec, en particulier, la Déclaration de l’ONU sur l’élimination de la violence à l’égard des femmes en 1993, la conférence de Pékin en 1995 et les recommandations regulières du Comité de l’ONU relatif à la discrimination contre les femmes (CEDAW). Les organisations internationales de défense des droits humains se sont saisies de cette question, et c’est à elles ainsi qu’aux agences spécialisées de l’ONU que l’on doit un certain nombre de rapports sur cette question en Russie, parallèlement aux premières publications d’associations russes 4. Dans le même temps, la question de la violence contre les femmes n’est pas totalement importée en Russie. À l’époque soviétique « les “violences domestiques” (wife battery) ont reçu l’attention de la presse, mais elles étaient attribuées essentiellement à l’abus d’alcool et aux “survivances du passé”. Elles n’étaient pas envisagées d’un point de vue structurel, comme relevant des rapports sociaux et de genre 5 ». En effet, l’URSS se targuait d’avoir réalisé l’égalité homme-femme en droit et dans le travail et d’être à la pointe de la lutte pour l’émancipation des femmes 6, symbolisée par la « journée internationale de la femme » le 8 mars. Théoriquement, les violences contre celles-ci ne pouvaient donc pas être attribuées à une domination masculine structurelle, mais étaient seulement le fait de « mauvais Soviétiques », s’adonnant à l’alcool ou perpétuant des traditions familiales datant d’avant la Révolution (polygamie en Asie centrale par exemple). Pratiquement, la répartition traditionnelle des rôles était loin d’avoir disparu dans toute l’URSS, les femmes portant le double fardeau du travail à l’extérieur et de l’entretien du foyer familial à l’intérieur. Quant aux violences entre partenaires, la police les considérait soit comme des violations de l’ordre public (« hooliganisme »), soit comme des « scandales familiaux » dans lesquels l’intervention des forces de l’ordre devait essentiellement mener à la réconciliation 7.

4Depuis la disparition de l’URSS, la manière de formuler les problèmes et les modalités de réponse proposées tant par les acteurs sociaux que par les pouvoirs publics s’inspirent en grande partie de modèles occidentaux, développés en partie aux États-Unis. Cela pose cependant la question du transfert des normes et des modalités de leur insertion dans les politiques publiques élaborées en Russie. On verra ainsi selon quels modèles et quelles modalités la question de la violence contre les femmes est abordée dans ce pays. Le terme de « violence faites aux femmes » évoque des phénomènes divers comme la violence domestique, la violence sexuelle ou la traite humaine. En nous concentrant ici sur les violences domestiques, on réfléchira sur les chiffres fournis (donnant l’image d’une situation particulièrement grave), sur les phénomènes qu’ils mesurent et sur les explications avancées par les acteurs. On verra ensuite comment les représentants des associations et de l’État ont pris en charge la question depuis le début des années 1990, en arguant qu’à une mobilisation des associations s’oppose la faiblesse de la réponse étatique. On soulignera enfin que, dans les années 2000, l’action des associations est affectée tant par le changement des modalités d’intervention internationales que par une modification du paradigme de l’action publique dans le pays.

Violences contre les femmes : les conditions de la connaissance

  • 8  Le Centre ANNA, basé à Moscou, est à la tête d’un réseau national contre la violence (Nacionalnaia (...)
  • 9  Voir sur cette utilisation des chiffres les critiques de l’association Pénombre, et en particulier (...)
  • 10  Chiffre donné en novembre 2010 par la ministre des Solidarités Roselyne Bachelot en lançant un tro (...)

5En 2010, « en Russie, une femme meurt toutes les 40 minutes sous les coups de son mari ou de son conjoint » alerte sur son site internet le centre ANNA, une des principales organisations de lutte contre les violences faites aux femmes, basée à Moscou 8. Exprimé dans une formule (« une femme meurt tous les …. ») qui s’est imposée internationalement comme un moyen d’alerter l’opinion 9, ce chiffre peut être mis en regard avec les données officielles selon lesquelles « en France, tous les deux jours et demi, une femme meurt sous les coups de son compagnon 10 ». Même si l’on considère la différence de population entre les deux pays (140 millions en Russie contre 65 millions en France), le décalage entre la France et la Russie est évident. La comparaison reste cependant compliquée en raison du flou et des inconsistances sur les mesures du phénomène. Quant aux causes, si l’on en croit les analyses développées par les acteurs russes, elles semblent différer assez peu des autres pays, même si la situation économique et sociale constitue un facteur aggravant et réduit les capacités des femmes victimes de violence d’y échapper.

Troubles de la mesure

  • 11  Amnesty International, Russian Federation, op.cit., p 21.
  • 12  Voir Gorshkova I., Shurygina I., Nasilie nad zhenami v sovremennikh rossiskikh semiakh (La violenc (...)
  • 13  UNDP, UNIFEM, UNFPA, UNESCO, UN, Gender equality and extension of women rights in Russia in the co (...)
  • 14  Voir par exemple, classés par date de publication : Gondolf E., Shestakov D., “Spousal Homicide in (...)
  • 15  Jaspard M. et l’équipe Enveff : « Nommer et compter les violences envers les femmes : une première (...)
  • 16  Le Bras H., Iacub M., « Homo Mulieri Lupus. À propos d’une enquête sur les violences envers les fe (...)

6« Les données des enquêtes sociologiques montrent que 70 % des femmes russes ont été confrontées à un moment ou à un autre à la violence sous l’une ou l’autre de ses formes » affirme en 2002 un rapport de l’UNIFEM, le Fonds de développement des Nations unies pour la femme. Ce chiffre est repris par un rapport d’Amnesty International de 2005 11, se basant sur une enquête menée par des chercheuses russes au début des années 2000 12. Selon un rapport de l’ONU sur l’égalité des genres, « les données d’une enquête de 1996 révèlent que 25 % des femmes mariées ont été exposées à la violence physique et jusqu’à 30 % des femmes divorcées ont été confrontées à la violence dans leur précédent mariage » ; selon une autre enquête citée par ce même rapport, « conduite en 2000-2002 dans sept régions de Russie, 41 % des femmes ont été battues au moins une fois par leur mari, et 3 % des femmes subissaient les coups de leur mari une fois par mois ou plus fréquemment 13 ». Il est néanmoins difficile de travailler avec ces chiffres. Certes, les enquêtes menées permettent de dégager des grandes tendances qui montrent les similarités entre la Russie et la France, par exemple (majorité des violences commises par des proches, y compris dans le milieu familial, sous-déclaration des cas, caractère cyclique des violences conjugales). Mais aucune des enquêtes menées en Russie depuis les années 1990 par des chercheurs, des ONG ou des agences de l’ONU 14 ne s’est imposée sur le plan national, et leur utilisation pose de nombreux problèmes méthodologiques. Comme dans le cas de l’enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (Enveff) 15, commanditée par le Secrétariat d’État aux Droits des femmes, elles enregistrent avant tout des déclarations, c’est-à-dire « les points de vues des femmes au sujet de la violence qu’elles subissent 16», produisant ainsi des données qui laissent une large part à leur propre subjectivité et ne peuvent être assimilées automatiquement à la réalité des faits de violence. À cela s’ajoute le problème des échantillons limités, de l’agrégation et de l’assimilation en un seul indicateur de types de violences différents et, souvent, de l’extrapolation autour des statistiques des centres de crise. Ces centres, qui offrent essentiellement une écoute, un soutien psychologique (par téléphone, lors de permanences et de groupes de parole) et parfois un soutien juridique, n’ont par définition connaissance que d’un nombre limité de cas de violence, lorsque les femmes font elles-mêmes la démarche de les contacter.

  • 17  Le « hooliganisme » qualifie en Russie les troubles à l’ordre public, le vandalisme, et peut aussi (...)

7Pour compléter ces enquêtes de victimation, on pourrait être tenté de se tourner vers les statistiques policières et administratives. Cependant, celles-ci n’existent quasiment pas, non seulement parce que la police intervient avec réticence (cf. infra), mais aussi parce qu’il est impossible de repérer les violences domestiques parmi les chiffres dont on dispose. Il n’y a pas, en effet, d’article du code pénal visant précisément les violences commises par un proche. Les articles du code pénal sont généraux, à l’image des articles 112 (dommages infligés intentionnellement à la santé d’autrui), 115 (légers dommages infligés intentionnellement à la santé d’autrui), 116 (coups), 119 (menace de mort), mais aussi 105 (meurtre). Il est également possible de recourir à des articles du code administratif comme le « hooliganisme 17 » (art. 20) qui entraîne des peines moindres. Contrairement à la France, où depuis le nouveau code pénal de 1994, la peine encourue pour certaines infractions est aggravée lorsque celles-ci sont commises par le conjoint ou le concubin de la victime (ainsi que par le pacsé, l’ancien conjoint, l’ancien concubin ou l’ancien pacsé depuis 2006), le code pénal russe ne prend pas en compte la relation entre la victime et la personne violente. Il n’est ainsi pas possible de repérer, dans les affaires traitées par les tribunaux, celles qui relèvent plus particulièrement de la violence domestique, pas plus que celles-ci ne sont enregistrées par la police. Cette dernière enregistre certes le sexe de la victime, quel que soit le type de crime ou de délit commis – mais ses statistiques ne portent pas spécifiquement sur les violences conjugales ou domestiques.

  • 18  Entretien avec Larissa Ponarina, directrice adjointe, et Andreï Sinelnikov, directeur adjoint, Cen (...)
  • 19  Interview du Lieutenant Général de Police M. Artamoshkin, publiée sur le site du Ministère de l’In (...)
  • 20  Fifth Periodic Report of State Parties to the Committee on the Elimination of Discrimination again (...)
  • 21  Briefing Amnesty au CEDAW Russia, juillet 2010. Disponible sur le site du CEDAW : http://www2.ohch (...)
  • 22  Human Rights Watch, op.cit.
  • 23  Attwood L., op.cit., p. 99.

8Un chiffre revient pourtant en permanence, dans les publications que nous avons consultées comme dans les entretiens que nous avons menés, notamment avec les responsables du centre ANNA : celui des « 14 000 femmes [qui] meurent par an des violences domestiques. Ce sont les chiffres du Ministère de l’Intérieur 18 ». Si ce chiffre vient en effet d’un entretien accordé par un représentant du ministère de l’Intérieur en 2008 19, c’est en réalité le chiffre qu’on retrouve déjà dans le rapport d’État au CEDAW 20 couvrant la période 1994-1998, sans que l’on en connaisse la source exacte. Selon Amnesty International, « depuis lors, différentes autorités ont affirmé dans différents médias qu’entre 9 000 et 14 000 femmes par an avaient été tuées par leurs partenaires ou par des membres de leur famille proche 21 ». En 1997 déjà, dans son rapport Too little too late, l’organisation de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch citait ce chiffre, l’attribuant à Ekaterina Lakhova, conseillère du président Boris Eltsine pour les questions liées aux femmes 22. Mais le chiffre circulait apparemment déjà auparavant, puisque Lynne Attwood écrit, en se basant sur les chiffres présentés à la conférence de Pékin 23, qu’en 1993, 14 500 femmes ont été tuées par leur mari ou leur partenaire.

  • 24  Voir le blog de Laurent Mucchielli, « La dénonciation croissante des violences conjugales et son i (...)

9On a ainsi l’impression d’un aller-retour permanent entre ONG, État et chercheurs, chacun se référant à l’autre pour justifier de ce chiffre, sans que l’on ne sache pour autant comment ces données ont été obtenues. Le fait même que le chiffre ne varie pas en 20 ans montre surtout qu’il n’y a pas de véritable prise en compte de la question, à la différence de la France où le chiffre officiel des femmes victimes de violence est en augmentation année après année (le nombre de décès étant relativement stable), une augmentation qu’il faut lier à une plus forte dénonciation des violences non-mortelles et à une meilleure prise en compte du phénomène et non à une augmentation des cas de violence en général 24.

  • 25  Chernova N., « Semia s riskom dlia zhizni », Novaia Gazeta, 13 décembre 2010.
  • 26  Gondolf E.W. et Shestakov D., “Spousal Homicide in Russia. Gender Inequality in a Multifactor Mode (...)

10Ce chiffre de 14 000 femmes mortes sous les coups de leurs conjoints par an est donc largement sujet à caution. Il est également difficile de s’appuyer sur des comparaisons comme celles selon lesquelles « une femme russe a cinq fois plus de risques d’être tuée par son mari ou son partenaire qu’une habitante d’Europe de l’Ouest 25 » ou qu’une « femme est 2,5 fois plus susceptible d’être tuée par son partenaire en Russie qu’aux États-Unis, où cette probabilité est à son tour deux fois plus importante que dans les autres pays de l’Europe 26 ». Ces chiffres élevés laissent cependant entendre qu’il faudrait chercher, dans la situation russe, un certain nombre de facteurs aggravants : c’est en ces termes, plus qu’en terme de « causes » des violences, que l’on tentera d’analyser le rôle de facteurs économiques, sociaux et culturels.

Causes structurelles et facteurs aggravants

  • 27  OHCHR, Report of the Special Rapporteur on violence against women, its causes and consequences, Ya (...)
  • 28  Mucchielli L., « Les homicides », in Mucchielli L., Robert P. (eds.), Crime et sécurité. L’état de (...)
  • 29  Ainsi, dans le rapport d’état au CEDAW 2010 : « Comme le montre la pratique, la principale cause d (...)

11Peu de recherches ont été menées en définitive sur les causes des violences contre les femmes. Les activistes dont nous reprenons ici les explications articulent leur pratique avec une grille de lecture reposant, à nouveau, sur des approches internationales dominantes. En émerge un tableau où les causes des violences ne sont pas structurellement différentes de ce qu’elles peuvent être dans les autres pays du monde. Ainsi, pour la rapporteure spéciale sur la violence contre les femmes, « la principale cause réside dans les normes et valeurs patriarcales 27 » qui se sont renforcées depuis la fin de l’Union soviétique, le système patriarcal étant entendu dans cette perspective comme une domination masculine s’exerçant dans le domaine familial mais aussi professionnel ou politique. Les proverbes généralement cités à l’appui pour illustrer cet état d’esprit, comme « il me bat donc il m’aime » (bët znachit liubit) – ou « il ne faut pas jeter ses ordures à l’extérieur de l’isba » (nelzia vynosit sor iz izby) trouvent si facilement leur équivalent français (« qui aime bien châtie bien », « il faut laver son linge sale en famille ») qu’il est difficile de parler d’une spécificité russe. De même pour l’alcool : là où nous voyions un lien évident entre les modes de consommation d’alcool en Russie et l’importance de la violence domestique, cette hypothèse a été rejetée par toutes les personnes que nous avons rencontrées. Pourtant, le lien est très présent dans la presse lorsque les journalistes relatent des faits divers de violences domestiques, et le rôle de l’alcool, comme d’autres substances désinhibantes, est reconnu par les chercheurs travaillant sur les violences 28. sdcul class="siegise en compte de la quesauveau,uent difefuue l-xpliatistif papisomme ce des tradit( nouseer.

alcusse. De mla violereincitifier ds que l’opatriarcal én modèrene lmes divorcéi qui fais la lces n “survivances du pstrence de Pique, la vlice >(...)28. c’est en r 2é le) cos explis trave qu’ialyser lces du avec les doéduit les capacitémme deveune gras de vs les ann ne sont pas aggravants
  • 17  Le « hoolig30Larissa Ponarin ét1 e sit05ermettilde leuest lséquens femmetivistonél’Il n’auvreou leoues des ce tuée vi
  • 21  Briefing Amne31rt of the Special Rapporteur on violence against women, its causes and consequences, Ya (...)
  • 3
  • 22  Human Rights 32Larissa Ponarina, directrice adjointe, et Andreï Sinelnikov, p://wipales organ’un r28 surn
  • 2

    11Peu de recherches2LarissaReseulemravailler , un certain nombre de facts, de lises p violences co , e M. Artelle renvoie l ordes centd’intert culturels. 123couvrant la p 3000 fem semblent diakhova,uis le rejetAsie centradititue un funl à le pénaque, nien eadic à l,es femmes, « la principale causel ent encôtl’femme aggravéer les ace enquêteups de leur men psychctivien er le publs éts mesuresv’ie sujet s concmoiakov, violenlan nati étpt raradigmed dits del’appui h1> dière de fepris pndant-ci sont commet, en vist#ftnpêteus activisdent mariage  viohsociations es femm dont c. […] : odologiquob eevaent diakhova,uis mmes est abordée dans ce payscroiterture interne 70-culturels. 123». En 1997 d3 3, dans son tes sinhibantesob eevaent de enquommentavec n comEuro dans es. Comme dculturels. 123 Mais le chiff3 M 32Laans son Lns ce paysoccuptien accordéln des vtion auent lee poiavons res vm agpaye viosations iu publacte visarpournpour res. Certes,f toute femalcusass="fenf jett donc arre sextes. Enriliueminantesudraitiolenuisque Lfaudrains cbleacdomestiqueernantimelui dete f nces yclue, cette hypothef="#ftn2

li>
  • r.org/engref="#fhypo vises.org">
  • r.org/engref="#fwww.openedi li> div> "ulf="#ftn1subml u">
  • r.org/engref="#fnewslander. penedi Landrnt'OpenEdi
  • r.org/engref="#fsean d.openedi li>
  • <.org/engref="#fwww.openediOpenEdi
  • Tidrnt:< dt> Enlbg/et:< dt> f="#ftn1accros e" Revuc essor , lorgrnreg étuef 'i. En émergeRu rilétuc e> co al ctuintoé... énous esesrlo ves,r 1> guersflà> s, « lasymbofrs e ph ddh dl> li>
  • Edi Sup oer:< dt> E ISSNe:< dt> ISSNeimp–ée:< dt> li>
  • Acc&egrrec;se:< dt> li>
  • <.org/eng#fwww.openedi URlismetac0 da leoseratalloui OpenEdi ul> li> sctn DOI / Réfé="fsé sctn ul>
  • <.o="#ftn1iframe"frg/eng183 ?lo vu<= an e">C ofc=qte réfé="fs li> < ul> < li> < ul> <.org/engref="#ftwitder.cli/shar?asxt=Les+es, basé+ef=dit+let+ecall"+en+ 1990 %C2%A0%3A+ons+nd c unn%C3%A9s+nu+t cepetg0+%C3%A0+la+inngularpl%C3%A9...&url=&s,a=openedi <.org/engref=s"#fwww.fac book.cli/sharr.php?u=Les+es, basé+ef=dit+let+ecall"+en+ 1990 %C2%A0%3A+ons+nd c unn%C3%A9s+nu+t cepetg0+%C3%A0+la+inngularpl%C3%A9...&tiele="f="#ftn1fac book butt e-wra"s <.org/engref=s"#folus.google.cli/shar?url=Les+es, basé+ef=dit+let+ecall"+en+ 1990 %C2%A0%3A+ons+nd c unn%C3%A9s+nu+t cepetg0+%C3%A0+la+inngularpl%C3%A9...&tiele="f="#ftn1google butt e-wra"s < ul> < div> < div> < div> < div> butt e> div>