Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Olivier Razac et Fabien Gouriou

Sous une critique de la criminologie, une critique des rationalités pénales

Beyond a critic of criminology : a critic of the rationale for penalties
p. 225-240

Résumés

La récente évolution des Services Pénitentiaires d’Insertion et de Probation indexe leurs missions à la finalité de « prévention de la récidive », où la dimension criminologique prend une place prégnante. À partir d’une approche structurale des rationalités selon les indications méthodologiques contenues dans L’archéologie du savoir de Michel Foucault, l’article propose d’abord une cartographie des différentes rationalités qui structurent le champ pénitentiaire pour, ensuite, clarifier le système de relations qu’elles entretiennent les unes avec les autres. Ceci permet d’envisager comment une rationalité criminologique s’insère dans cette configuration. Les enjeux épistémologiques et politiques de la « criminologie » peuvent dès lors être saisis : elle n’est pas une « nouvelle » rationalité de la peine qui se substituerait à une autre, mais l’une des pièces d’un montage éclectique de rationalités qui permet de faire fonctionner un arbitraire renouvelé de la justice.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les rationalités de la probation française
Les relations entre rationalités : synergies, contradictions et torsions de sens
Le rôle fantomatique d’une rationalité criminologique
Conclusion : Légitimations éclectiques et arbitraires du droit de punir

Aperçu du début du texte

Il serait difficile de trouver aujourd’hui un ouvrage se réclamant de près ou de loin de ce qui se nomme « criminologie » qui ne cite pas, au moins, Surveiller et punir . Or, cette évidence devrait pourtant surprendre si l’on constate, naïvement, que Foucault parle certes de prison, de criminalité, de psychiatrie criminelle… mais si peu de « criminologie ». Ceci peut s’expliquer par plusieurs raisons. D’abord, au moment où Foucault travaille sur le champ pénal, il n’y a pas en France une discipline universitaire criminologique constituée, comme c’est alors le cas, par exemple, en Belgique ou au Canada . Ensuite, les réformes judiciaires, pénitentiaires, les dispositifs concrets et les pratiques des professionnels ne font que très exceptionnellement référence à un savoir criminologique (ceci malgré le mouvement de la défense sociale nouvelle en France). Enfin, et surtout, Foucault ne se donne pas pour objet la critique d’une forme de savoir qui serait la criminologie ; pas plus d’ail...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 94/95/96, été/automne/hiver 2014, p. 225-240

Référence électronique

Olivier Razac et Fabien Gouriou, « Sous une critique de la criminologie, une critique des rationalités pénales », Cultures & Conflits [En ligne], 94-95-96 | été-automne-hiver 2014, mis en ligne le 20 février 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/conflits/18919 ; DOI : 10.4000/conflits.18919

Haut de page

Auteurs

Olivier Razac

Olivier Razac est philosophe, Maître de conférences en philosophie à l’Université Pierre-Mendès-France, Grenoble.

Fabien Gouriou

Fabien Gouriou est docteur en psychologie, travailleur indépendant et chercheur associé au Centre Interdisciplinaire d’Analyse des Processus Humains et Sociaux (CIAPHS), Université Rennes 2.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page