Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Eberhard Bort
Traduction de l’anglais par Miriam Périer

L’Écosse après le vote. Le Non à l’indépendance comme amorce du changement?

After the Vote: Scotland’s No to Independence – a Catalyst for Change?
p. 97-121

Résumés

La victoire du Non lors du référendum sur l’indépendance écossaise du 18 septembre 2014 n’a pas été un vote pour le statu quo constitutionnel, même si elle a confirmé que l’Écosse resterait – du moins pour le moment – au sein du Royaume Uni. Le résultat du référendum aura probablement des conséquences importantes sur les rapports de force entre Londres et Edimbourg et, peut-être au-delà des attentes, sur l’avenir constitutionnel du Royaume Uni dans son ensemble. Un calendrier précis pour l’octroi de nouveaux pouvoirs au Parlement écossais a été arrêté et ce problème fondamental et pourtant volontairement évité du statut constitutionnel et de la gouvernance de l’Angleterre est à présent clairement au programme. Pour certains, l’Écosse elle-même devrait être davantage décentralisée. Et ce grand « réveil démocratique » – appellation donnée à cette « discussion nationale » à propos de l’avenir de l’Écosse ayant suscité une participation démocratique massive et une participation record au vote – exige que les changements soient introduits de manière participative et non pas de manière hiérarchique par Westminster ou Holyrood.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le marathon de la campagne
Une finale effrénée
Résultats et conséquences
Une majorité silencieuse vs une majorité pour le changement
La décentralisation en Écosse
Un impact plus large
Une majorité pour le changement
Post-scriptum

Aperçu du début du texte

L’immense participation populaire à la discussion nationale britannique sur le futur de l’Écosse a transformé le référendum en une véritable « célébration de la démocratie » sans précédent. Le secrétaire général du Scottish Trades Union Congress, Grahame Smith, l’a même qualifiée de « triomphe pour la démocratie », ajoutant que « la participation extraordinaire est le résultat de plusieurs mois de discussions et de débats sur les lieux de travail, au sein des communautés et des familles  ». Cette campagne populaire « électrisée » a politisé des dizaines de milliers d’Écossais. Les plus cyniques ont été stupéfaits du renouveau démocratique des meetings politiques qui ont animés les plus grandes villes comme les plus petits hameaux, organisés dans des paroisses ou des mairies, souvent par de petits groupes populaires ou par les représentants de « Better Together » (les partisans du Non), mais pour la plupart par les militants du « Yes Scotland » (les indépendantistes). Le taux d’inscr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 97, printemps 2015, p. 97-121

Référence électronique

Eberhard Bort, « L’Écosse après le vote. Le Non à l’indépendance comme amorce du changement?  », Cultures & Conflits [En ligne], 97 | printemps 2015, mis en ligne le 30 juillet 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/conflits/18961 ; DOI : 10.4000/conflits.18961

Haut de page

Auteur

Eberhard Bort

Eberhard Bort est coordinateur scientifique à l’Institute of Governance et Maître de Conférence à l’Université d’Edimbourg.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page