Skip to navigation – Site map
The Journal
Dossier
Sylvain Laurens

De la « Promotion culturelle des immigrés » à « l’interculturel » (1974-1980) : Discours d’État sur une catégorie d’État

From the “Cultural Promotion of Immigrants” to “Interculturality” (1974-1980): State Speeches on a State Category
p. 15-41

Abstracts

This article provides a study of state-funded associations which ensured the dissemination and the media coverage of positive speeches on immigrant workers in France since the mid-1970s. The creation, in its contemporary form, of a policy of “cultural promotion” of immigrants and then of an “intercultural policy” will be examined from the vantage point of materials that were collected in the framework of a research project on the role of French senior officials in defining the social problem of immigration in French public debates since the 1970s. Examining the evolution and transformation of the cultural component of immigration policy during this period offers insights into how officials concretely promote a state discourse on cultural differences. Since most of these associations have partly destroyed their archives, this contribution is primarily based on a study of private archival collections, supplemented by interviews with various senior officials and politicians in charge of these issues in the 1970s.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2021.
Read it

Outline

« Vont-ils rester ou partir ? » L’ambivalence originelle d’une « promotion culturelle des immigrés »
Une politique culturelle marquée par les paradoxes d’une « nouvelle politique de l’immigration »
« S’occuper des immigrés » pour séduire l’opinion publique
Les fondements sociaux hétérogènes d’une « promotion culturelle des immigrés »
L’État parlant de « ses » immigrés : la routinisation d’une production symbolique
Faire exister le besoin de l’État en matière de « culture d’immigration »
« La semaine des immigrés » : un « grand » événement qui doit rester discret
La politique « interculturelle » : la diffusion d’une représentation du social sans l’État
« L’interculturel » comme moment de réactualisation de l’énonciation publique des spécificités nationales
Mosaïque : la parole des immigrés instituée en enjeu politique et diplomatique

Text / first lines

« On voulait déplacer des préjugés, montrer aux Français que les immigrés n’étaient pas un peuple d’ignorants, que l’ouvrier qui travaillait à la chaîne faisait partie de la frange la plus pauvre mais que les cultures étaient belles ».
Entretien avec Francis Bouquillon, ancien directeur de l’organisme l’Information culture et immigration, Paris, 2003

Si notre façon de penser l’immigration est largement tributaire d’une pensée d’État, cela est sans doute dû au fait que les agents de l’État veillent non seulement à l’établissement et au maintien de frontières juridiques et administratives mais sont aussi en position de produire un métadiscours sur leurs propres catégories de classement . Ils contribuent, dans le même mouvement, à actualiser les principes de division entre nationaux et étrangers au sein de l’espace social – mobilisant pour cela des ressources réglementaires et juridiques  – mais participent aussi à l’écriture d’une histoire « officielle », immédiate, de cette opération d...

Top of page

References

Bibliographical reference

Cultures & Conflits, n° 107, automne 2017, p. 15-41

Electronic reference

Sylvain Laurens, « De la « Promotion culturelle des immigrés » à « l’interculturel » (1974-1980) : Discours d’État sur une catégorie d’État », Cultures & Conflits [Online], 107 | automne 2017, Online since 30 October 2019, connection on 22 January 2018. URL : http://journals.openedition.org/conflits/19527 ; DOI : 10.4000/conflits.19527

Top of page

About the author

Sylvain Laurens

Sylvain Laurens est maître de conférences à l’EHESS et chercheur au CESSP. Il est notamment l’auteur de l’ouvrage Une politisation feutrée. Hauts fonctionnaires et immigration en France (2009). Ses travaux se situent au croisement de la socio-histoire de l’État et des classes dominantes.

By this author

Top of page

Copyright

Licence creative commons

Top of page