Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Victor Collet

Gouverner par les morts et les mots. Quand le passé colonial et la « culture » immigrée deviennent une priorité municipale

Governing through the Dead and the Words: When Colonial History and Immigrant “Culture” Become a Political Priority
p. 77-103

Résumés

17 octobre 2011. Dans les Hauts-de-Seine et en région parisienne, les commémorations du massacre des Algériens marquent l’apogée d’une forme d’institutionnalisation du souvenir de la colonisation. Par leur durée et leur ampleur, les cérémonies questionnent la séquence d’ascension de ce passé en terre socialiste et communiste. Détour par Nanterre : exceptionnelle pour son histoire immigrée et ses bidonvilles, la commune l’est aussi pour la longévité du silence politique entourant le massacre. Les ressorts et les réussites de la patrimonialisation y sont éclairants : la rapide transformation sociale et urbaine du bastion communiste (depuis 1935) croise le renouvellement des élites locales et d’un tissu militant et associatif de quartier de plus en plus mobilisé autour de son passé. Pour le microcosme politique nanterrien, ce passé ressoude et valorise une identité désormais commune et fédératrice que l’identité ouvrière et communiste n’est plus en mesure d’assurer. L’exemple des luttes pour une école « Abdelmalek Sayad » et en mémoire d’Abdennbi Guémiah, lycéen de Nanterre tué au début des années 1980, illustre finalement le caractère surgénérateur de ces revendications aux appropriations diverses, locales et populaires, nationales et intellectuelles. En peu de temps, le patrimoine local immigré devient un élément central du jeu politique : parce qu’il permet d’affirmer symboliquement le renouvellement du pouvoir et qu’il affiche le dépassement d’une histoire longtemps conflictuelle. Derrière les morts et les mots, la brusque ascension du passé de l’immigration éclaire autrement le profond bouleversement social, culturel et militant, et les jeux de clientèle en banlieue.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

À la recherche du temps perdu. Quand Nanterre ne veut plus oublier
La mise en mémoire des rapports entre « la gauche » et les populations immigrées
Une définition localisée du colonial dans la refonte générale du rapport au « populaire »
Abdelmalek Sayad vs Abdennbi Guemiah : l’intellectuel et le bidonville, le jeune de Nanterre et le transit
Quand culture et passé « immigrés » effacent l’étranger : rénovation urbaine et gouvernement du passé
Quand patrimonialiser, c’est faire exister
L’inauguration du boulevard du 17 octobre 1961, moment-clé des célébrations

Aperçu du début du texte

Un acte de mémoire et d’avenir
La date du 17 octobre 1961 appartient à notre histoire. […] Aujourd’hui encore, cinquante ans après les faits, le crime n’est toujours pas reconnu et la plupart de ses victimes restent anonymes. Si la ville de Nanterre a décidé de s’impliquer activement dans le cinquantième anniversaire de ce drame, c’est pour que l’ensemble de notre population, au-delà d’origines et de parcours différents, s’approprie cette part de notre histoire commune. La décision du conseil municipal […] marque la reconnaissance d’une ville riche de tous ses ailleurs, elle contribue au “vivre ensemble”.
Patrick Jarry
« 17 octobre 1961. Nanterre ne veut pas oublier », Brochure du cinquantenaire du 17 octobre 1961, octobre 2011

17 octobre 2011. Esplanade de la Défense. Les maires de plusieurs communes de l’ancienne boucle nord-ouest de la Seine sont réunis face au Pont de Neuilly en présence de plusieurs centaines de personnes. Suite au refus du maire de Neuilly-sur-Seine d’accueillir ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 107, automne 2017, p. 77-103

Référence électronique

Victor Collet, « Gouverner par les morts et les mots. Quand le passé colonial et la « culture » immigrée deviennent une priorité municipale », Cultures & Conflits [En ligne], 107 | automne 2017, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/conflits/19550 ; DOI : 10.4000/conflits.19550

Haut de page

Auteur

Victor Collet

Victor Collet est docteur en science politique (Labex « Les passés dans le présent »/Institut des sciences sociales du politique, Nanterre). Auteur de : Nanterre, du bidonville à la cité, Marseille, Agone, à paraître (janvier 2018) ; « Un soutien critique : le Comité Gutenberg (Nanterre) et la Marche pour l’égalité de 1983 », in Hadj B., Nasri S. (dir.), La Marche de 1983 : des mémoires à l’histoire d’une mobilisation collective, Nanterre, Presses Universitaires de Nanterre, à paraître (2018) ; « Entre ressource intellectuelle et cause politique. Les différentes vies d’Abdelmalek Sayad », Politix, n° 94, 2011, pp. 155-178.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page