Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Laurence De Cock

L’Achac et la transmission du passé colonial : stratégies entrepreneuriales et culturalisation de la question immigrée dans la mémoire nationale

The ACHAC and the Transmission of the Colonial Past: Entrepreneurial Strategies and the Culturalization of the Immigrant Issue in the National Memory
p. 105-121

Résumés

L’Association pour la Connaissance de l’Histoire de l’Afrique Coloniale (ACHAC) est à l’origine de très nombreuses publications sur le passé colonial. Son co-fondateur et dirigeant, Pascal Blanchard, est une figure originale dans le champ des études coloniales, n’hésitant pas à mêler stratégie entrepreneuriale et démarche académique. La « culture coloniale » et le continuum colonial sont les principes sur lesquels s’appuie l’association pour circonscrire et légitimer la place du passé colonial dans la définition de la mémoire nationale. L’ACHAC nourrit ainsi une approche culturalisante de la question de l’immigration. Ce faisant, l’association s’est imposée, institutionnellement, comme un interlocuteur privilégié sur les questions historiques liées aux discriminations. L’article retrace la démarche entrepreneuriale développée par Pascal Blanchard et l’ACHAC à destination des pouvoirs publics et montre comment la multipositionnalité de l’ACHAC permet de brouiller les frontières entre la sphère du marketing et les codes académiques, introduisant ainsi une nouvelle coordonnée dans les usages sociaux et politiques du passé.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

À l’origine de l’Achac, un entrepreneur bâtisseur : Pascal Blanchard
Multipositionnalité de l’Achac
Les partenariats institutionnels 
L’usage de la culture coloniale et du continuum comme instruments de catégorisation culturelle
Le marché de l’histoire scolaire
Essentialisation et déshistoricisation de la question immigrée

Aperçu du début du texte

Acteur multipositionnel, l’Association pour la connaissance de l’histoire de l’Afrique contemporaine (Achac) est une association de chercheurs et chercheuses sur le passé colonial née en 1989, et dont le but était de donner une visibilité à la mémoire coloniale dans la société française, en mobilisant des répertoires d’action variés. L’Achac a réussi à se bâtir une position d’incontournable pivot à la fois dans la détermination de diagnostic et dans la prestation de services en direction de différentes institutions et collectivités territoriales. Grâce à un équilibre toujours recherché entre le monde académique et le monde profane, l’association entretient son capital savant tout en maintenant un capital militant contre le racisme et pour une république multiculturelle. La transmission de l’histoire coloniale est au cœur de sa démarche. Ce faisant, l’Achac nourrit la corrélation entre la connaissance du passé colonial et le traitement du « problème de l’immigration » dans la société...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 107, automne 2017, p. 105-121

Référence électronique

Laurence De Cock, « L’Achac et la transmission du passé colonial : stratégies entrepreneuriales et culturalisation de la question immigrée dans la mémoire nationale », Cultures & Conflits [En ligne], 107 | automne 2017, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/conflits/19563 ; DOI : 10.4000/conflits.19563

Haut de page

Auteur

Laurence De Cock

Laurence De Cock (ECP, Université Lyon 2) est professeure agrégée en lycée à Paris et Docteure en Sciences de l’éducation. Elle est l’auteure de nombreux articles sur l’enseignement de l’histoire. Ses travaux portent sur l’articulation entre le pluralisme culturel et l’universel républicain, notamment à l’école. Elle vient de publier : Laurence De Cock et Régis Meyran (dir.), Paniques identitaires, identités et idéologies au prisme des sciences sociales, Le Croquant, 2017 et Laurence De Cock (dir.), La Fabrique scolaire de l’histoire II, Agone, 2017.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page