Navigation – Plan du site

Compte rendu de Pierre Lassave, Sciences sociales et littérature. Concurrence, complémentarité, interférences

Paris, PUF, « Sociologie d’aujourd’hui », 2002, 243 p.
Laurence Ellena

Texte intégral

1La question des rapports entre sciences sociales et littérature a fait l’objet de nombreux travaux ces dernières années, certains portant en particulier sur la valeur heuristique des fictions romanesques1. Ces types d’analyse ont fait l’objet de discussions2. L’analyse interne des œuvres, par exemple, ne devrait-elle pas être plus souvent combinée à une analyse externe ? Dans quelle mesure, d’autre part, l’analyse proprement sociologique et historique ne gagnerait-elle pas, dans ce type de travaux, à être associée à une approche en termes de critique littéraire ? Diverses polémiques — quant à la scientificité des sciences sociales, quant à la question de leur relativité constitutive —, marquent ces considérations sur la nature narrative des sciences sociales et l’intérêt heuristique de l’écriture romanesque.

2En réponse à ces questionnements, le texte de Pierre Lassave explore les relations respectives de l’histoire, de l’ethnologie et de la sociologie avec les récits littéraires selon un « chemin de crête » qui emprunte aux outils respectifs des différentes disciplines concernées.

Controverses

3Deux positions s’opposent schématiquement. L’optique rationaliste et positiviste tend à considérer le récit en sciences sociales en tant qu’instrument d’énonciation dont la littérarité ne doit pas inférer avec l’administration de la preuve. Selon l’optique relativiste et subjectiviste, au contraire, le récit, « créateur de sens » se comprend dans un monde où « tout fait de culture s’appréhende comme texte ». C’est dans le cadre de cette opposition que Pierre Lassave fait l’examen des réflexions des dix dernières années sur les relations entre ethnologie, anthropologie, histoire, sociologie, processus d’écriture et fiction littéraire, réflexions qui montrent dans quelle mesure la littérature peut constituer pour les sciences sociales un « corpus de données », une « ressource cognitive », un « modèle d’énonciation ».

4La difficulté de l’entreprise de Pierre Lassave réside dans la nécessité d’éviter ces deux écueils : perspective « ségrégationniste » d’un côté — qui sépare en logique récit de fiction et récit factuel — et perspective « intégrationniste » de l’autre, qui fusionne leurs régimes de pertinence. C’est par l’interrogation des recoupements, emprunts, influences entre sciences et fictions, selon trois niveaux — sémantique, syntaxique et pragmatique —, que l’auteur tente d’échapper à ce hiatus. Trois points de vue analytiques se complètent alors : effets de correspondance entre référents littéraires et notions disciplinaires, opposition entre narration littéraire et structure de l’argumentation scientifique, contextualisation historique et sociologique des récits et des énoncés.

Méthodes

5Le premier chapitre de l’ouvrage vise à éclaircir la question des outils d’analyse. La propre expérience de l’auteur, à la fois scientifique et littéraire, sert tout d’abord d’appui. L’exemple de la ville permet ensuite l’étude du déploiement des discours autour d’un thème de connaissance donné. Puis, l’étude des cheminements respectifs de Louis Chevalier, Jean Duvignaud et Michel Leiris conduit le lecteur à la compréhension des modalités de séparation et de rencontre entre les deux ordres de discours en question. Enfin, la comparaison entre l’histoire, l’ethnologie et la sociologie (qualifiées de disciplines « paranarratives » par l’auteur, afin, dit-il, de les distinguer de la « pure fiction »), s’institue autour de trois figures discursives : Jeanne d’Arc, Robinson et Vendredi, les Misérables.

6Pour expliciter les règles de sa méthode, l’auteur prend donc tout d’abord à témoin deux textes personnels. Les sociologues et la recherche urbaine, publié aux Presses Universitaires du Mirail en 1997, traite de la rencontre entre la sociologie et la question urbaine. La seconde thèse, fiction qui rend compte de l’arrière-plan du travail de thèse à l’origine du premier ouvrage, a été publié en 1999 dans la Revue de l’Institut de sociologie (Université de Bruxelles), à défaut d’avoir trouvé un éditeur littéraire. L’approche concomitante de ces deux textes est une façon de revenir sur la question de départ : « à quel système de conventions d’écriture ou de pactes de lecture l’un et l’autre renvoient-ils ? » Dans ce cadre, l’approche syntaxique évoque les conventions stylistiques propres à la discipline scientifique et au genre littéraire, l’approche sémantique parcourant la frontière entre énoncé de réalité et récit de fiction, et l’approche pragmatique permettant d’appréhender le jeu des institutions supportant l’existence des textes.

7L’auteur montre dans ce chapitre combien les interférences entre les deux textes « se nourrissent de leurs différences mêmes ». D’un côté, « l’effacement du texte » devant l’impératif logique — l’exercice de la thèse — ne permet pas de communiquer ce qui reste confus et équivoque du rapport de l’individu au monde. De l’autre côté, le texte prend les pleins pouvoirs sur la réalité objective au risque de s’isoler du monde. Ainsi existe-t-il, explique l’auteur, une porosité des frontières entre sciences sociales et littérature, au-delà des différences entre genres d’écriture ou pactes de lecture. Mais ces frontières correspondent à une logique institutionnelle : les dépasser revient à pratiquer l’essai.

Ville et littérature

8À travers trois villes-époques ou chronotopes significatifs3, confrontés sous le double rapport de leurs relations intertextuelles, concurrentes ou complémentaires, et de leur apport cognitif, l’auteur s’attache ensuite à l’analyse des discours conjoints de la littérature et de la sociologie sur le monde urbain. La première étude porte sur les discours conjugués de la littérature (Charles Dickens) et de l’enquête sociologique naissante (Friedrich Engels) sur le Pays noir anglais. La deuxième approche confronte deux textes de Louis Wirth à un roman social américain de Theodore Dreiser, Sister Carrie, et à Manhattan Transfer de Dos Passos. Un troisième dossier compare plusieurs recherches et romans sur Marseille parus au même moment, notamment Les grammaires d’une ville de Roncayolo (1996), l’essai d’Alain Medam Blues Marseille (1995), et deux polars de Jean-Claude Izzo, Total Khéops (1995) et Chourmo (1996).

9Chacun des chronotopes considérés condense une image de la ville et renvoie à une forme spécifique de relations entre science et littérature. Un tableau récapitulatif résume ces relations. Au premier chronotope, dans un contexte d’industrialisation, correspondent des rapports de concurrence entre sociologie et roman, au deuxième chronotope, contexte de métropolisation, correspond un rapport de complémentarité. Au troisième contexte enfin, de métapolisation, correspond un rapport d’interférence.

Tensions entre genres

10La troisième étude de cas se penche sur les parcours de Michel Leiris, Louis Chevalier et Jean Duvignaud, trois « francs-tireurs de la science normale », parcours à la fois exemplaires et rares mais qui, dans leur singularité même, éclairent en contrepoint des chemins plus fréquentés.

11L’analyse socio-sémantique comparée dont ils font l’objet met au premier plan le « plaisir du texte »4 auquel se livrent Duvignaud et Chevalier et par lequel ils se rejoignent. Illustrant, par leurs pratiques d’écriture et leur schèmes culturels respectifs, la tension entre sciences sociales et littérature, la narration apparaît chez chacun d’eux comme un échappatoire face aux carcans méthodologiques et idéologiques. Sue, Balzac, Hugo accompagnent Louis Chevalier dans sa quête des « faits d’opinion en leur tréfonds charnel » difficilement saisissables par la statistique de la violence urbaine. Jean Duvignaud, pour ses analyses de la passion, de l’anomie, de l’hérésie, se reporte à Shakespeare, Cervantès, Sophocle. Cependant, dans ce contexte, les frontières imposent leur existence, et chacun des auteurs considérés fait allégeance à sa discipline. L’habitus disciplinaire modèle ainsi leurs productions respectives.

12Située au carrefour entre poésie, autobiographie et ethnologie, et troublant leurs frontières respectives par sa logique d’ensemble, l’œuvre de Leiris, à la double valeur — cognitive et documentaire —, s’impose enfin. La capacité de cette œuvre à se jouer de la tension entre connaissance et littérarité disqualifie ainsi, selon Pierre Lassave, toute interprétation à partir d’une conception essentialiste des genres. Elle inciterait plutôt, indique-t-il, à porter l’attention sur la dynamique des relations ou au jeu des reflets entre thèmes et styles au cours du temps.

Science et mythe

13Le dernier chapitre de l’ouvrage vise à étudier les liens entre énoncé scientifique et récit mythique, en se situant dans la suite logique des trois autres formes d’interrogation. Entre les disciplines étudiées et la fiction littéraire, le dialogue se noue autour d’objets communs, autour d’énigmes, autour de thèmes ou d’idées qui « se fixent dans l’esprit du temps ». Ainsi Pierre Lassave repère-t-il au fondement de chaque discipline un ou plusieurs récits originels exploités en parallèle par poètes et romanciers : le « héros national » pour l’histoire, le « bon sauvage » pour l’ethnologie, les « classes dangereuses » pour la sociologie, récits qui font alors « figure de monuments » et que chaque discipline, à sa manière, s’emploie à détacher du sens commun.

14Le travail propre à la discipline historique se fait le complice, tout en déconstruisant sa légende, des fictions idéologiques et esthétiques qui entretiennent la mythologie de Jeanne d’Arc. Du côté de l’ethnologie, trois moments marquent le cours des jeux de langage autour de l’altérité humaine figurée par Vendredi et Robinson. De la Renaissance aux Lumières, l’antinomie entre le Cannibale et le Bon Sauvage structure les discours, et le récit de voyage, métissage de narration subjective et de description objective, encourage l’essai philosophique de seconde main sur la pluralité de la condition humaine. Des Lumières au tournant du xxe siècle, sur l’échelle hiérarchique de l’évolution humaine, de « naturel » l’homme devient « primitif ». Ce n’est qu’au cours du siècle dernier que l’Autre devient individu, « à la fois banal citoyen du monde et singulier porteur de spécificités culturelles historiquement construites ». Enfin, à travers la question des « classes dangereuses », la gravitation des récits autour de l’auteur transfuge qui narre rigoureusement la réalité vécue, à la manière de l’ethnographe, noue des relations entre genres qui étaient jusque-là départagés entre science et littérature.

15L’exploration des évolutions conjointes de discours et de récits précise alors les conjectures de l’auteur sur la liaison, la dissociation et l’interaction entre littérature et sciences sociales, en illustrant l’antagonisme entre énoncé critique et récit mythique. La réception de l’énoncé critique contribue à enrichir le récit mythique d’une seconde variante. Plus les différents types de discours définissent leurs propriétés sémiotiques respectives, plus ils tendent à marquer de la sorte leurs frontières, plus aussi ils ouvrent le champ de leurs évocations, métissage, emprunts, détournements indique Pierre Lassave. C’est ainsi que, paradoxalement, les répliques précises de Jeanne d’Arc exhumées par les historiens redonnent des couleurs à cette figure légendaire, que le malentendu entre l’indigène et l’ethnologue mis à jour par l’analyse nourrit les récits d’aventures, ou bien encore que les lois du milieu codifiées par la sociologie informent le roman policier.

16L’évolution des relations entre sciences et littérature ne tend pas vers une confusion des genres, conclut Pierre Lassave, qui montre à travers ces études de cas combien la différence des régimes d’écriture et des itinéraires vers la connaissance provoque et permet emprunts, influences, complémentarité, interférences.

17Nous concluons pour notre part que les « travaux exploratoires » présentés dans ce livre — qui sont autant d’appels à de nouvelles recherches sur la tension entre sciences sociales et littérature — sont novateurs à plus d’un titre. Conclusion contre intuitive tout d’abord, produit du regard singulier de l’auteur sur son objet ; originalité ensuite des trois disciplines étudiées et comparées ensemble aux récits littéraires ; créativité enfin de l’utilisation conjointe de plusieurs outils, empruntant à l’analyse sociologique, à la critique littéraire et au point de vue historique. Une contribution érudite et audacieuse au débat actuel sur ce point, qui, manifestement, est loin d’être clos.

Haut de page

Notes

1 Cf. par exemple Lahire (Bernard), L’esprit sociologique, Paris, La découverte, 2005, « Chapitre 9 :  Sociologie et littérature » ; Dubois (Jacques), Pour Albertine. Proust et le sens du social, Seuil, « Liber », Paris, 1997, et Stendhal. Une sociologie romanesque, Paris, La découverte, « Textes à l’appui / Laboratoire des sciences sociales », 2007 ; Bidou-Zachariasen (Catherine), Proust sociologue : de la maison aristocratique au salon bourgeois, Paris, Descartes et Cie, 1997 ; Belloï (Livio), La scène proustienne, Proust, Goffman et le théâtre du monde, Paris, Nathan, 1993.
2 Cf. en particulier Champy (F.), « A propos de lectures sociologiques de A la recherche du temps perdu », Revue Française de sociologie, avril-juin 2000, 41-2, pp. 345-364. 
3 Bakhtine (Mikhaïl), Esthétique et théorie du roman, Paris, Gallimard, 1978 (1975)
4 Barthes (Roland), Le plaisir du texte, Paris, Seuil, 1973.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Ellena, « Compte rendu de Pierre Lassave, Sciences sociales et littérature. Concurrence, complémentarité, interférences », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 23 octobre 2008, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/contextes/3763

Haut de page

Auteur

Laurence Ellena

Groupe de Recherches Sociologiques du Centre-Ouest, Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page