Navigation – Plan du site

Compte rendu de Polémiques médiatiques et journalistiques. Le discours polémique en question(s)

Sous la direction de Ruth Amossy et Marcel Burger, Semen, 31, avril 2011.
Laurence van Nuijs

Texte intégral

  • 1  Deux bibliographies annotées sur le « discours polémique » et la « violence verbale » sont disponi (...)
  • 2  L’on mentionnera dans ce contexte Marc Angenot, La Parole pamphlétaire. Typologie des discours mod (...)
  • 3  Voir, par exemple, Gilles Declercq, Michel Murat & Jacqueline Dangel (dir.), La Parole polémique P (...)

1Le numéro 31 de Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours, coordonné par Ruth Amossy (groupe de recherche de l’Analyse du discours, argumentation et rhétorique de l’Université de Tel Aviv, ADARR) et Marcel Burger (Centre de linguistique et des sciences du langage de l’Université de Lausanne, CLSL)est consacré à la notion de « polémique », telle que celle-ci ressort de diverses pratiques journalistiques et médiatiques récentes : forums de discussions sur internet, articles d’opinion, polémiques politiques médiatisées, modes de communication des mouvements sociaux, débats publics, etc. Le dossier s’inscrit à l’intérieur du vaste et foisonnant domaine de recherche sur la polémique et la violence verbale1, qui ne semble avoir cessé de se développer depuis les années 1980, avec la parution de quelques travaux devenus entretemps classiques2, et qui continue aujourd’hui de susciter l’intérêt de nombre de chercheurs issus de domaines et de disciplines variés3. Les études de cas que ce numéro réunit approfondissent et nuancent une série d’études majeures antérieures, tout en ciblant la problématique du discours agonistique sous un angle spécifique : celui de sa médiatisation. À ce titre, le dossier ne concerne pas la polémique et ses multiples manifestations dans le domaine littéraire. Néanmoins, par la réflexion théorique et la finesse des analyses présentées dans chaque partie, le numéro est destiné à nombre de chercheurs, s’intéressant non seulement aux sciences du langage et à l’analyse du discours, mais également à une approche sociologique et socio-discursive de la littérature.

  • 4  Cf. Nadine Gelas, « Étude de quelques emplois du mot ‘polémique’ », dans Catherine Kerbrat-Orecchi (...)
  • 5  Cf. Christian Plantin, « Des polémistes aux polémiqueurs », dans Gilles Declercq, Michel Murat & J (...)
  • 6  Cf. Catherine Kerbrat-Orrechioni, art. cit.
  • 7  Cf. Dominique Maingueneau, « Les trois dimensions du polémique », dans Lucile Gaudin-Bordes & Gene (...)
  • 8  Cf. Marc Angenot, op. cit.
  • 9  Cf. Dominique Garand, « Propositions méthodologiques pour l’étude du polémique », dans Annette Hay (...)
  • 10  Cf. Catherine Kerbrat-Orrechioni, art. cit.
  • 11  Cf. Ruth Amossy, « The functions of polemical discourse in the public sphere », dans Michelle Smit (...)
  • 12  Cf. Marc Angenot, Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits (...)

2Les directeurs du volume, Ruth Amossy et Marcel Burger, offrent dans leur introduction (pp. 7-24) un véritable état des lieux des études sur la polémique et de la violence verbale. Cet état des lieux est élaboré à travers sept interrogations qui traversent les études de cas réunies dans ce dossier : 1) la question du rapport entre polémique et violence verbale (abordée notamment dans les études antérieures de Nadine Gelas4, Christian Plantin5, Catherine Kerbrat-Orecchioni6 et Dominique Maingueneau7) ; 2) celle de définition et de la spécificité (communicationnelle) de la polémique (Marc Angenot8, Dominique Garand9, Catherine Kerbrat-Orecchioni10) ; 3) celle de l’appartenance de la polémique à l’activité argumentative et ses conséquences pour la définition de l’argumentation (Ruth Amossy11, Marc Angenot12) ; 4) celle de la circulation des discours et des nombreuses formes (discours, échanges, interactions) que la polémique peut y prendre, ainsi que de ses frontières par rapport à la « querelle » (d’ordre privé) et la « controverse » (notamment scientifique, contribuant à l’avancement dans un domaine savant) ; 5) celle de la médiatisation de la polémique, qui concerne à la fois les instances médiatrices et la technologie de médiation ; 6) celle de la « médiagénie » de la polémique, qui s’avère souvent configurée et mise en scène par les médias, tandis que ceux-ci sont en même temps censés rapporter l’information auprès du public ; 7) celle, enfin, de la manière dont la polémique médiatique contribue à la construction identitaire du corps social.

3Le premier article, de Ruth Amossy, s’interroge essentiellement sur l’appartenance de la polémique à l’argumentation, et cela à partir d’un corpus médiatique récent, celui des forums de discussion dans la presse en ligne (notamment les polémiques concernant la réforme de l’âge de départ à la retraite sur les sites de Libération et du Figaro). L’article montre à quel point les échanges d’internautes sur les forums de discussion touchent à des questions sociétales de fond. Ceux-ci n’aboutissent que rarement au consensus, mais autorisent néanmoins une coexistence dans le désaccord. Cette mission, qui dépasse la fonction de persuasion à laquelle a été limitée traditionnellement l’argumentation, constitue un acquis démocratique important, et fait des forums de la presse « cette agora libre où les citoyens masqués peuvent déployer leurs différends » (p. 39). L’article offre aussi, en introduction, une très éclairante et synthétique définition de la polémique. Ruth Amossy y présente d’abord les caractéristiques du « mode de discours polémique » (l’opposition des discours, la polarisation, le dialogisme marqué, la disqualification, et la présence d’un proposant, d’un opposant et d’un tiers parmi les actants de la polémique), pour aborder ensuite les différents cas de figure que ce mode discursif peut recouvrir (discours, échanges, interactions) (pp. 26-27).

4Les deux contributions suivantes abordent la question de la polémique au niveau de l’interaction verbale. Jérôme Jacquin (pp. 43-60) s’intéresse ainsi aux catégories « du » et « de la » polémique pour l’analyse interactionnelle des débats publics. Inscrit dans le cadre de l’interactionnisme socio-discursif (démarche qui insiste sur le caractère typifié, situé et évalué des pratiques), l’article pose le problème de l’écart qui peut exister entre le repérage, par le chercheur, de formes caractéristiques de la polémique, et les évaluations qu’en produisent les acteurs eux-mêmes. À travers l’analyse de plusieurs séquences d’un débat public, l’auteur identifie ainsi, dans un premier temps, la polémique comme « une forme communicative [consistant] à argumenter par disqualification […] et/ou décrédibilisation […] de l’adversaire » (p. 54), pour examiner dans un deuxième temps comment les participants au débat (la cible visée ou un tiers, le public) réagissent par rapport aux attaques repérées (en les valorisant ou en les sanctionnant). La prise en compte de l’évaluation en contexte des acteurs permet ainsi de penser le passage du régime discursif (« le polémique », en tant qu’action verbale produite par un locuteur) à un régime interactionnel (« la polémique », comme type d’échange). Marcel Burger (pp. 61-80) s’interroge quant à lui sur le phénomène du « désaccord polémique ». Son corpus comprend des interactions verbales en situation de travail, notamment entre journalistes de la télévision et leurs collaborateurs, qui précèdent à la production du bulletin de nouvelles télévisé. L’interrogation de Burger porte à la fois sur la polémicité de ces interactions (définie par la persistance dans la différence d’opinions et la présence de formes de violence verbale) et sur leur insertion au sein d’un « trajet négociatif » participant à des enjeux complexes qu’il s’agit de mettre en lumière.

5Trois autres contributions concernent des polémiques médiatiques au sens courant de l’expression : elles se centrent sur un ensemble de textes publiés dans la presse écrite et télévisée et marqués par la mise en présence de positions antagonistes. Au-delà des analyses subtiles que chacune de ces contributions propose des polémiques choisies (protagonistes, argumentaires développés, enjeux, chronologie, etc.), elles participent également d’une réflexion d’ordre théorique sur une dimension particulière de la polémique.

6Roselyne Koren (pp. 81-95) pose la question fondamentale de la « rationalité » des polémiqueurs, qui adressent en effet fréquemment à leurs adversaires le reproche d’irrationalité. Elle l’aborde par l’étude de trois articles concernant les mises en scène médiatiques de la seconde guerre entre Israël et le Liban, publiées dans la rubrique « Tribune » de Libération en août et en septembre 2006. La lecture que propose Roselyne Koren de cette polémique laisse apparaître que chacun des intervenants arbore trois postures de rationalité communes : celle du « rationaliste more geometrico » (instrumentalisant la raison théorique), celle du « juge » (activant un régime de rationalité pratique axiologique) et celle du « censeur » (accusant l’adversaire d’irrationalité). Ces postures relèvent de deux types de rationalité : une « raison théorique » (relevant de la sphère de la spéculation et excluant par définition la réfutation) et une « raison pratique » (ancrée dans un contexte socio-historique concret et soumise à l’approbation d’un auditoire particulier). Les polémiqueurs font toutefois un usage sélectif et relatif de ces types de rationalité, ce qui justifie qu’ils soient qualifiés de « pseudo-rationnels ».

  • 13  Marc Angenot, La Parole pamphlétaire, op. cit.
  • 14  Catherine Kerbrat-Orrechioni, art. cit.

7L’article de Raphaël Micheli (pp. 97-112) porte quant à lui sur un des éléments récurrents dans la définition de la polémique, à savoir le fait que celle-ci se caractérise par une réflexivité du langage : le discours polémique, en effet, est un discours qui prend pour objet un discours autre et qui porte des jugements de valeurs sur celui-ci (Marc Angenot13, Catherine Kerbrat-Orecchioni14). Raphaël Micheli examine plus spécifiquement les interventions de Bertrand Delanoë et de Ségolène Royal autour des notions de « libéral » et « libéralisme » en mai 2008. D’un côté, il examine le « potentiel polémique » des extraits du livre De l’audace de Bertrand Delanoë publiés dans la presse, où celui-ci cherche à imposer un nouveau sens au mot « libéral » et à modifier par là le sens que le mot reçoit habituellement. De l’autre, il étudie la réaction de Ségolène Royal par laquelle la polémique proprement dite (au sens de deux textes s’affrontant) s’enclenche : il s’agit d’un entretien télévisé où celle-ci cherche à se défaire des mots de son adversaire. L’étude met en lumière l’ethos que les deux locuteurs construisent à travers leur activité métalinguistique polémique. Prétendant instaurer un nouvel usage du mot en retournant à son sens originel, Bertrand Delanoë adopte une posture d’autorité ; s’appuyant par contre sur l’usage courant du mot, Ségolène Royal fait passer son adversaire pour quelqu’un qui méprise cet usage réel, et se montre soucieuse de la sensibilité linguistique supposée de la base de son parti.

8Maria Brillant (pp. 113-127) prolonge l’interrogation de Raphaël Micheli et examine de manière plus approfondie les enjeux d’une polémique politique et les présentations de soi qui vont de pair. Son article porte sur l’émergence d’une formule particulière dans les médias français en 2005, celle de l’« immigration choisie », ainsi que sur deux types de polémiques que celle-ci a suscitées. La première oppose deux membres de l’UMP, à savoir Nicolas Sarkozy et Dominique de Villepin, qui défendent chacun une interprétation (légèrement) différente de la formule dans les médias. Cette polémique met davantage en confrontation deux personnalités de l’UMP, à cette époque candidats pressentis pour l’élection présidentielle, que des thèses antagonistes proprement dites. Les deux hommes politiques cherchent avant tout, dans leurs interventions respectives, à prolonger leur ethos préalable : celui d’un provocateur dans le cas de Nicolas Sarkozy et celui d’un homme politique investi d’une autorité institutionnelle dans le cas de Dominique de Villepin. Le deuxième type de polémique examiné concerne celle qui oppose l’UMP à d’autres partis politiques dans les discours toujours à propos de l’« immigration choisie ». De même que dans le cas de la polémique Sarkozy-Villepin, ces polémiques entre partis apparaissent comme autant de jeux sur l’échiquier politique, traduisant des stratégies de positionnement plutôt que des affrontements idéologiques.

9Tout en s’attachant également à analyser des polémiques médiatiques, les deux contributions suivantes ont en commun d’interroger davantage le rôle des médias dans la mise en scène d’une polémique. Karina Masasa (pp. 129-143) s’intéresse ainsi aux débats entre mondialistes et altermondialistes, tels que ceux-ci ont été médiatisés par la presse en 2001 et en 2005. Tandis que les débats eux-mêmes prennent principalement dans un premier temps la forme de l’argumentation ad hominem, l’on observe un tournant argumentatif dans le discours des altermondialistes à partir de 2005, évoluant vers une argumentation ad rem, davantage centrée sur la nécessité et les modalités de l’action. L’article de Karina Masasa montre ainsi en quoi le désir d’une action concrète peut débloquer une situation polémique aporétique. Parallèlement, à partir d’exemples tirés de la presse quotidienne et hebdomadaire française, l’auteur met bien en évidence le rôle joué par les médias dans la mise en scène du conflit, et la large part que ceux-ci ont eu dans le maintien de la thèse d’un dialogue de sourds entre les deux parties. L’article d’Eithan Orkibi (pp. 145-161) examine l’émergence de la violence verbale (notamment d’une rhétorique coercitive et de l’obscénité) au sein d’un mouvement de protestation, celui, plus précisément, qui s’organise autour de l’opposition vis-à-vis du plan de désengagement de la bande de Gaza. L’article cerne le moment précis où émergent ces formes de violence verbale : celui où le mouvement perd sa position d’acteur légitime dans la polémique. Le mouvement se voit disqualifié, voire même diabolisé, par les médias, qui se font par-là les porte-paroles du gouvernement. L’auteur interroge aussi la fonctionnalité du passage à la violence verbale : celle-ci permettrait au mouvement de s’attaquer au pouvoir, de contribuer à une autre perception de la problématique et de réintégrer la polémique dont il avait été éloigné.

10Les deux derniers articles du volume invitent à repenser les frontières entre polémiques et controverses, deux termes souvent utilisés l’un pour l’autre, notamment en raison de l’emploi de « controversy » en anglais pour désigner ce que l’on appelle couramment une « polémique » en français. Dans l’introduction au volume, Ruth Amossy et Marcel Burger définissent la spécificité de la « controverse » au sein de l’espace global de la polémique comme étant celle de « mettr[e] aux prises des attitudes et des préférences dans une confrontation réglée où les deux parties essayent de se persuader mutuellement par le poids d’arguments » (p. 19). Contrairement à la polémique, qui constitue une forme de communication conflictuelle dominée par un désaccord fondamental, la controverse serait donc marquée par la primauté du bénéfice de savoir. Or, les controverses présentées dans cette partie du volume dépassent le seul domaine des sciences par les enjeux éthiques, sociopolitiques et identitaires qu’elles mobilisent. Francine Edelstein (pp. 162-176) examine ainsi une controverse entre quatre théologiens dans la presse suisse en 1942. Ceux-ci s’accordent pour dénoncer la persécution des juifs, mais s’opposent les uns aux autres lorsqu’il s’agit de déterminer sur quel plan (théologique ou temporel, humain), il convient de traiter la question. Dans la mesure où cette controverse ne s’adresse pas uniquement aux spécialistes, mais aussi au public des deux quotidiens genevois où elle se déroule, elle se transforme selon l’auteur en polémique médiatique proprement dite. Haim Admor (pp. 177-191) examine une polémique entre deux spécialistes de la communauté Béta Israël (la communauté juive d’Éthiopie) dans Tarbiz, la revue des sciences humaines de l’Université Hébraïque de Jérusalem en 1936. Analysant à la fois les stratégies argumentatives déployées par les protagonistes de cette polémique et son inscription dans un contexte sociopolitique, institutionnel et religieux complexe, Haim Admor fait ressortir comment la controverse en vient à dépasser le champ scientifique au sein duquel elle s’inscrit en apparence.

11Au terme de ce dossier de Semen, l’on ne peut que réaffirmer la richesse des approches en rhétorique et en analyse du discours, dont l’apport à la connaissance des caractéristiques du discours polémique et à son fonctionnement en tant que phénomène communicationnel est essentiel. L’intérêt de l’ouvrage réside à notre sens dans la cohérence théorique et conceptuelle des études qui le composent, la diversité des exemples abordés et la rigueur méthodologique déployée dans chacune des études de cas. Par ailleurs, l’ouvrage se singularise par le choix judicieux qu’ont fait les directeurs du volume de ne pas revendiquer l’exhaustivité, mais d’aborder la communication conflictuelle telle que celle-ci se manifeste « dans les espaces publics contemporains » (p. 7), et d’éclairer l’objet ainsi défini à partir d’une diversité de questionnements (d’ordre sociologique, praxéologique, idéologique et proprement langagier). Pour les chercheurs en littérature, domaine traversé par de nombreuses relations oppositionnelles, ce volume pourra servir de repère théorique et méthodologique. Comme dans les exemples étudiés dans ce dossier, les polémiques littéraires sont fréquemment l’occasion de mises en scène de soi qu’il s’agit d’appréhender, notamment à partir des outils de l’analyse du discours. Mais surtout, elles sont, et aujourd’hui toujours davantage, des phénomènes fortement médiatisés, dont le fonctionnement n’apparaît clairement qu’à condition de tenir compte du support dans lequel elles prennent place, de l’audience qui leur est donnée et de la manière dont ils sont transmis par les médias, eux-mêmes impliqués dans la situation de polémique.

Haut de page

Notes

1  Deux bibliographies annotées sur le « discours polémique » et la « violence verbale » sont disponibles en ligne, sur le site du groupe de recherche Analyse du discours, Argumentation et Rhétorique (ADARR): http://www.tau.ac.il/~adarr/index.files/biblios.html.  

2  L’on mentionnera dans ce contexte Marc Angenot, La Parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1982, et Catherine Kerbrat-Orecchioni, « La polémique et ses définitions », Linguistique et sémiologie, n°7, avril 1980, disponible en ligne: http://www.tau.ac.il/~adarr/index.files/bibliographies/polemique/kerbrat1980.doc.

3  Voir, par exemple, Gilles Declercq, Michel Murat & Jacqueline Dangel (dir.), La Parole polémique Paris, Champion, Paris, Champion, 2003.

4  Cf. Nadine Gelas, « Étude de quelques emplois du mot ‘polémique’ », dans Catherine Kerbrat-Orecchioni e.a. (dir.), Le discours polémique, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1980, pp. 41-50.

5  Cf. Christian Plantin, « Des polémistes aux polémiqueurs », dans Gilles Declercq, Michel Murat & Jacqueline Dangel (dir.), op. cit., pp. 377-408.

6  Cf. Catherine Kerbrat-Orrechioni, art. cit.

7  Cf. Dominique Maingueneau, « Les trois dimensions du polémique », dans Lucile Gaudin-Bordes & Geneviève Salvan (dir.), Les Registres. Enjeux stylistiques et visées pragmatiques, Paris, Academia-Bruylant, 109-120.

8  Cf. Marc Angenot, op. cit.

9  Cf. Dominique Garand, « Propositions méthodologiques pour l’étude du polémique », dans Annette Hayward & Dominique Garand (dir.), États du polémique, Montréal, Nota Bene, pp. 211-268.

10  Cf. Catherine Kerbrat-Orrechioni, art. cit.

11  Cf. Ruth Amossy, « The functions of polemical discourse in the public sphere », dans Michelle Smith & Barbara Warnick (dir.), The Responsabilities of Rhetoric, Long Grove, Illinois, Waveland Press, Inc., 52-61.

12  Cf. Marc Angenot, Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits, 2008.

13  Marc Angenot, La Parole pamphlétaire, op. cit.

14  Catherine Kerbrat-Orrechioni, art. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence van Nuijs, « Compte rendu de Polémiques médiatiques et journalistiques. Le discours polémique en question(s) », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 09 octobre 2011, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/contextes/4875

Haut de page

Auteur

Laurence van Nuijs

FWO-Vlaanderen - Katholieke Universiteit Leuven

Articles du même auteur

Haut de page