Navigation – Plan du site

Compte rendu de Dorleijn (Gillis J.), Grüttemeier (Ralf) & Korthals Altes (Liesbeth) (dir.), Authorship revisited. Conceptions of the author around 1900 and 2000

Louvain-Paris-Walpole, Peeters, coll. « Groningen studies in cultural change », 2010, 253 p.
Laurence van Nuijs

Entrées d'index

Haut de page

Texte intégral

1Dans la vaste bibliographie sur l’auteur, Authorship revisited se distingue par le point de vue à partir duquel il se propose de « revisiter » le concept. L’ambition de l’ouvrage, qu’il réalise de manière convaincante, est d’« examiner les débats sur le concept d’auteur comme une lutte de participants – écrivains, critiques, et chercheurs – concernant différentes poétiques et différentes conceptions de l’interprétation, une lutte dans laquelle toutes sortes de normes littéraires et non-littéraires sont en jeu » (p. ix, nous traduisons). La perspective adoptée se veut, dès lors, résolument métracritique : il ne s’agit pas « de justifier ou de rejeter des conceptions particulières de l’auteur sur base d’une théorie générale de la littérature », mais, au contraire, « de reconstruire les différentes vues qu’auteurs, critiques et chercheurs adoptent sur l’auteur » (ix, nous traduisons). Pour les directeurs du volume, seule une démarche contextuelle – inspirée des travaux de Pierre Bourdieu, mais allant également au-delà – autorise ce regard métacritique : « Ceci implique à la fois de rendre compte du contexte social, politique et institutionnel de ces vues et de les analyser comme des stratégies permettant de revendiquer et de légitimer une position dans le champ littéraire (ou académique) » (ix, nous traduisons).

  • 1 Voir Dorleijn (Gillis J.), Grüttemeier (Ralf) & Korthals Altes (Liesbeth) (dir.), The Autonomy of L (...)

2Le volume fait suite à The Autonomy of Literature at the Fins de Siècles (1900 and 2000)1, qui examinait l’« autonomisation » de la littérature vers 1900 et 2000 dans d’autres contextes que celui de la France, où les outils pour examiner ce processus ont principalement vu le jour (notamment dans les travaux d’Alain Viala, Pierre Bourdieu et Gisèle Sapiro). Pour les mêmes années de repère et également dans différentes situations géographiques occidentales, Authorship revisited étudie un groupe particulier d’agents impliqués dans ce processus, à savoir les « auteurs », dont le statut et les représentations changent alors profondément – il en va, autrement dit, de « positions » comme de « postures ». Comme dans le volume précédent, le choix de l’année 1900 en tant que point de repère reste quelque peu surprenant. Certes, il ne s’agit pas pour les directeurs du volume de fixer l’autonomisation de la littérature et l’apparition de l’écrivain moderne en 1900, mais il y a selon eux bel et bien un changement (« shift ») à cette époque, marqué par un certain nombre de phénomènes pourtant plus anciens que dans le contexte néerlandais qu’ils ont peut-être à l’esprit : l’organisation des écrivains en tant qu’agents (relativement) indépendants dans le champ littéraire et sur le marché ; leur constitution en tant que groupe distinct ; leur émancipation du pouvoir politique et clérical ; la manière dont ils s’approprient de nouvelles formes de responsabilité ou encore le fait qu’ils thématisent ce nouveau statut dans leurs écrits. En guise de contraste et pour donner plus de profondeur à cette analyse globale, un certain nombre de contributions examinent également le statut de l’auteur aux alentours de l’année 2000.

3Concrètement, le volume est organisé autour de trois problématiques complémentaires, évoquées dans le sous-titre de l’introduction, « Aspects of authorship : professionalising - posturing - intention ».

Professionnalisation

  • 2 Bourdieu (Pierre), « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 89, se (...)

4La problématique de la « professionnalisation » se trouve au cœur des quatre premières contributions. Donnant suite au propos de Pierre Bourdieu selon lequel « La ‘profession’ d’écrivain ou d’artiste est […] une des moins codifiées qui soit […] ; une des moins capables aussi de définir (et de nourrir) complètement ceux qui s’en réclament »2, ces articles problématisent précisément les critères à partir desquels cette « profession » peut être définie.

5Dans le premier article du volume, Gisèle Sapiro éclaire l’engagement d’Émile Zola dans l’affaire Dreyfus, à la lumière de la problématique de la « responsabilité » de l’écrivain – concept dont la définition variable est révélatrice des attentes envers le rôle des écrivains dans la société. L’écrivain moderne constitue selon Sapiro la meilleure incarnation de la notion subjective de responsabilité (Paul Fauconnet), en ce qu’il peut être vu comme l’équivalent du « prophète », agissant en vertu d’une vocation personnelle et au nom de valeurs dites universelles – contrairement au « prêtre », qui appuie son pouvoir sur l’institution qu’il représente (Max Weber). Cette conception de l’écrivain se rencontre dans la définition que donne Voltaire des « Gens de lettres » dans L’Encyclopédie, mais il revient à Zola de l’avoir imposée au début de la Troisième République. À l’encontre de la conception pénale de la responsabilité de l’écrivain qui domine alors, selon laquelle celui-ci a à protéger la moralité publique et l’identité nationale – une conception, en d’autres mots, hétéronome, que l’on retrouvera chez les antidreyfusards Paul Bourget et Maurice Barrès –, Zola se fait le défenseur de valeurs universelles (la « vérité », la « justice ») contre l’ « arbitrarité » des institutions. Ainsi que Sapiro le rappelle très justement, cette redéfinition trouve son origine dans le secteur le plus « autonome » du champ littéraire : l’engagement de Zola et des « intellectuels » dreyfusards se fait sur base de leur capital symbolique en tant qu’écrivains. Son article place ainsi dans une perspective historique et sociologique la « posture » de l’écrivain engagé, dont la chercheuse ne manque pas de rappeler les variantes, de Voltaire à Sartre en passant par Zola.

  • 3 « […] il est clair aujourd’hui que la multidimensionalité de l’auteur continue à nourrir le débat e (...)

6La contribution de Gun-Britt Kohler ouvre par un exposé théorique « de la notion, du rôle et de la fonction » (p. 12, nous traduisons) de l’auteur chez Pierre Bourdieu. La chercheuse revient notamment sur la rupture avec l’idéologie du « créateur » qu’implique la théorie du champ littéraire et sur la conception de l’auteur en tant qu’« agent » ou « point d’intersection » dans l’espace littéraire, pour évoquer ensuite un certain nombre des critiques théoriques, méthodologiques et épistémologiques que le modèle a suscité. Kohler insiste aussi sur les faiblesses de la thèse de l’« homologie » et sur les insuffisances du concept d’« habitus ». Didactique et nuancée, cette partie – et notamment sa conclusion apodictique3 – laisse pourtant un peu songeur lorsqu’on pense à la vaste réévaluation en cours de l’œuvre de Pierre Bourdieu. La deuxième partie examine l’autonomisation de l’écrivain vers 1900 dans les champs littéraires polonais et croate. Dans les deux cas, les écrivains ne se réclament pas tant de valeurs universelles – comme dans le cas français examiné par Sapiro –, mais d’un ensemble de valeurs nationales (séculaires-pragmatiques dans le premier cas et sacrales-esthétiques dans le second), que Kohler identifie à une « disposition » déterminée par le fait d’être un agent dans un champ littéraire faiblement institutionnalisé. En ce sens, l’article ne se veut pas uniquement une critique de modèle du champ, mais cherche également à le prolonger.

7Les deux articles suivants concernent l’écrivain flamand et néerlandais respectivement, vers 1900. Hans Vandevoorde et Christophe Verbruggen s’appuient sur une définition de la « profession » de l’écrivain qui fait à bien des égards écho à celle de Sapiro. Deux phénomènes marquent selon eux la « professionnalisation » de l’écrivain en Flandre vers 1900 : la fondation, en 1907, d’une Association flamande des gens de lettres (Vereeniging van Letterkundigen ou VVL), et la collaboration de nombre d’hommes de lettres flamands en tant que journalistes à la presse. La participation à des organisations professionnelles et l’activité journalistique contribuent selon les chercheurs à socialiser les écrivains en tant qu’« intellectuels », légitimés à prendre position dans les débats de l’époque sur base de leur capital symbolique – ce que les écrivains flamands feront massivement à l’occasion de l’affaire Edward Joris, présentée dans la dernière partie de l’article. S’inscrivant plutôt dans le prolongement des travaux de Bernard Lahire, Gillis J. Dorleijn s’intéresse quant à lui à la vie concrète des écrivains, et notamment un des aspects les plus matériels de celle-ci : leur revenu. Son analyse porte sur le revenu des écrivains dotés du plus grand capital symbolique dans le champ littéraire néerlandais, encore faiblement autonomisé, vers 1900 : les poètes. Impliqués dans le « jeu économique », ceux-ci doivent gagner leur vie et défendre leurs intérêts de concert avec d’autres écrivains dans des associations professionnelles nouvellement créées ; mais impliqués dans le « jeu artistique », ils affichent en même temps une certaine indifférence face aux conditions matérielles de leur production et cherchent à se singulariser. L’intérêt de cette analyse n’est pas uniquement de mettre au jour les revenus des poètes en question et de confirmer par là la logique de dénégation qui caractérise le secteur le plus artistique du champ (l’activité qui définit ces poètes en tant que tels ne leur procure guère de revenu). Exposant en détail ses choix méthodologiques, Dorleijn fournit également au lecteur une réflexion stimulante sur les marques de visibilité et de consécration dans le champ.

Postures

8La deuxième partie de l’ouvrage aborde les (auto-)présentations des écrivains. Elle s’ouvre par une contribution de Jérôme Meizoz, qui expose dans un premier temps dans les grandes lignes et avec la clarté qu’on lui connaît la notion de « posture », pour l’appliquer ensuite à l’étude des « postérités » de Jean-Jacques Rousseau. Son analyse prend comme point de départ la tradition prolétarienne, allant des révolutionnaires de 1789 jusqu’aux représentants de la littérature prolétarienne (Henri Poulaille), qui insiste chez l’auteur des Confessions sur son origine humble, son caractère autodidacte, son authenticité et sa loyauté de classe. Meizoz montre qu’il ne s’agit pas là uniquement d’une construction postfactum, mais qu’une telle vision est en large partie fondée sur une présentation de soi réalisée par l’auteur lui-même. Le cas de Rousseau permet aussi à Meizoz de poser différemment la sempiternelle question biographique de l’« honnêteté » de l’écrivain, en mettant en évidence le fait que celui-ci conforme en partie son comportement public au « masque » qu’il se forge dans ses écrits – phénomène que l’on observe également chez Louis-Ferdinand Céline et Michel Houellebecq. C’est sur ce dernier que porte l’étude de Liesbeth Korthals Altes. Dans une perspective plus résolument communicationnelle que celle de Meizoz, la chercheuse examine l’impact de la figure d’auteur, en tant que cadre cognitif construit par le lecteur, sur l’interprétation et l’évaluation d’une œuvre. Se basant sur les travaux de Nathalie Heinich (Être écrivain) et de Luc Boltanski et Laurent Thévenot (De la Justification), elle rend compte du côté conventionnel de l’attribution de valeur : les argumentations mobilisées dans les conflits sur l’interprétation d’une œuvre sont en effet basées sur un nombre limité d’échelles de valeurs (artistique, commerciale, civique, notamment). Avec une remarquable attention pour la complexité du cas de Houellebecq, Korthals Altes expose les différentes images d’auteur, souvent délibérément contradictoires, construites à travers les apparitions médiatiques de l’auteur comme dans ses œuvres (le poète maudit, le gourou, l’écrivain ironique, l’intellectuel, le provocateur, etc.). Elle examine ensuite comment deux critiques diamétralement opposés puisent dans cet arsenal d’images d’auteur en vue, soit d’établir sa grandeur artistique (c’est le cas de Dominique Noguez), soit, au contraire, de faire de lui le seul produit de stratégies médiatiques et commerciales (c’est le cas de Jean-François Patricola).

9Pour Britta Herrmann, il s’agit d’examiner les discours sur l’auteur (« rhetorics of authorship ») avec une attention particulière pour les thèmes majeurs, les oppositions et les non-dits qui le marquent, et de les situer dans une perspective culturelle et historique plus générale. Son étude de cas porte sur la présence du « corps » dans les discours sur l’auteur en Allemagne vers 1900. En contrepoids à la dépression générale de l’époque, on observe une demande sociétale de héros forts. Ainsi, dans le discours littéraire, les sportifs sont présentés comme des modèles à suivre. Dirigé contre toutes les formes de décadence culturelle – et notamment contre toute conception artistique liant le génie à la faiblesse corporelle et à la maladie nerveuse – ce discours se caractérise aussi par une conception particulière du texte, issu d’un travail appliqué, plutôt qu’expression d’idées brillantes. Hermann met ce discours en rapport avec le discours anthropologique qui, depuis le xviiie siècle, se fonde largement sur une antithèse entre l’âme et le corps, et remonte également jusqu’au xviie siècle en vue de mieux rendre compte de l’idéal de masculinité qu’il mobilise.

10Les deux articles suivants examinent des œuvres de fiction (littéraires et cinématographiques) qui interrogent explicitement l’auctorialité vers 1900 et 2000 respectivement. Le premier, de Marieke Dubbelboer, porte sur les Almanachs du Père Ubu d’Alfred Jarry. Son analyse montre que, à l’instar de Stéphane Mallarmé, Jarry réagit contre la conception romantique dominante de l’auteur, centrée sur sa singularité et sa biographie. Or, à l’inverse de Mallarmé, dont la réaction consiste à défendre l’autonomie esthétique et l’impersonnalité du travail du langage contre l’écriture journalistique (« l’universel reportage »), Jarry va précisément thématiser et interroger les différentes et contradictoires fonctions de l’auteur à l’époque. Ses almanachs sont en effet le résultat d’un travail collectif, mais renvoient en même temps à l’« auteur » Jarry ; ils thématisent la tension mallarméenne entre la puissance des mots et la supériorité de l’auteur ; ils passent sans cesse de la fiction à la réalité (biographique et contextuelle) ; et ils mettent de manière ironique en scène différentes figures auctoriales (le journaliste, le scribe, le visionnaire, l’écrivain engagé ou encore le compilateur de textes). Sabine Schlickers s’interroge quant à elle sur l’« autofiction ». Elle rappelle dans un premier temps dans les grandes lignes les réflexions qui ont été consacrées à ce « genre pas sérieux » (Marie Darrieusecq) sous-tendu par un pacte d’écriture (et de lecture) caractérisé comme suit par Gérard Genette : « Moi, auteur, je vais vous raconter une histoire dont je suis le héros, mais qui ne m’est jamais arrivée » – le propre du genre étant, en effet, l’identité de l’auteur, du narrateur et du protagoniste, tout comme son statut fictionnel, explicitement affiché. La deuxième partie de l’article prolonge et approfondit ces considérations, à partir d’une étude de cas littéraire (le roman Niebla de Miguel de Unamuno) et de l’analyse de trois « autofictions » cinématographiques (Otto e mezzo de Federico Fellini, Adaptation de Spike Jonze et Atonement de Jow Wright). L’article ne pousse pas véritablement plus loin la réflexion théorique sur l’autofiction et n’affine pas non plus la typologie du genre établie par Vincent Colonna rappelée en début de l’analyse ; son mérite est plutôt d’illustrer une série de « stratégies de narration paradoxale » (« strategies of paradoxical narration ») rencontrées dans des œuvres dont l’appartenance même au « genre » de l’autofiction reste sujette à discussion.

Intention

11Les trois dernières contributions du volume développent l’idée selon laquelle au cours des deux centenaires précédents, l’autonomisation de l’auteur s’est accompagnée d’une professionnalisation de la critique littéraire, ce qui s’observe dans le développement des débats scientifiques sur l’« intention » d’auteur.

12Dans une perspective alliant théorie littéraire, théologie et philosophie, Anton Kirchhofer s’interroge sur la très vaste question « des théologies culturelles européennes et des fonctions du ‘littéraire’ dans nos sociétés » (p. 177, nous traduisons). Prenant comme point de départ l’idée développée par Jacques Derrida dans Foi et Savoir selon laquelle la modernité serait à penser plus dans la continuité de la tradition chrétienne qu’en opposition à celle-ci, le chercheur revisite la soi-disant « disparition » de l’auteur, dans la littérature moderniste (Henri James, Gustave Flaubert, James Joyce) comme dans la critique littéraire (les new critics, Roland Barthes, Michel Foucault). L’apport principal de cet article pour les chercheurs en littérature nous semble résider dans l’idée que la « mort » de l’auteur a contribué à faire émerger de nouvelles questions sur le rapport complexe et difficile entre l’auteur et l’œuvre – autant de questions auxquelles le critique littéraire (professionnel) est censé désormais répondre. La disparition de l’auteur constitue ainsi la justification d’une nouvelle forme de critique, dite « interprétative ». La conclusion principale de l’article est une hypothèse qui mériterait à notre sens une analyse plus approfondie, et de nature proprement philosophique. Selon cette hypothèse, la conception moderniste de la « mort de l’auteur » et la critique « interprétative » que cette vision des choses a engendrée, constituent l’une des manifestations de la « sécularité paradoxale » de la littérature en ce que l’« auteur » aurait hérité « la position qui appartenait au Dieu chrétien, le Dieu dont la mort a été identifiée par Derrida à une caractéristique distinctive de la chrétienté. » (p. 193, nous traduisons)

  • 4 Dont les néerlandophones liront avec profit Auteursintentie. Een beknopte geschiedenis, Antwerpen – (...)
  • 5 Soulignant que l’intention d’auteur n’est « ni disponible ni souhaitable » (« neither available nor (...)
  • 6 Sans pour autant remettre en question l’autorité de l’auteur, Schleiermacher introduit l’idée de l’ (...)

13Ralf Grüttemeier4 examine les conceptions sur l’intention d’auteur dans le champ littéraire néerlandais vers 1900, en situant celles-ci à l’intérieur d’une évolution plus générale scandée par deux textes emblématiques : en aval, le célèbre texte « The intentional fallacy » de 1946 des new critics Wimsatt & Beardsley5 ; en amont, une conférence de 1828 de Friedrich Schleiermacher (reprise dans Hermeneutik und Kritik en 1838)6. Son étude porte, plus exactement, sur la critique littéraire du mouvement des Tachtigers. Le chercheur montre non seulement que leur discours participe de la doxa intentionnaliste traditionnelle (selon laquelle un auteur écrit en fonction d’une certaine intention), mais examine aussi dans quelle mesure ils l’adaptent à leur conception littéraire « expressive » et « autonomiste » (l’auteur exprime des sentiments individuels) et en explorent également, à quelques occasions rares, mais significatives, les limites. Outre son intérêt intrinsèque, cette analyse débouche ainsi sur une hypothèse plus générale intéressante, concernant le parallélisme entre le retard avec lequel sont introduites de nouvelles conceptions sur l’intention d’auteur et celui avec lequel le champ littéraire néerlandais s’est constitué.

  • 7 Il s’agit de la werkimmanente Interpretation, du new criticism, du structuralisme, de la déconstruc (...)

14Dans la dernière contribution du volume, Tom Kindt et Tilmann Köppe présentent les lignes de force des débats sur l’intention auctoriale dans les études littéraires anglo-saxonnes des dernières décennies. Les chercheurs résument d’abord de manière succincte et limpide les principaux arguments avancés contre la thèse anti-intentionnaliste qui a longtemps dominé dans les études littéraires (en l’identifiant un peu rapidement faut-il ajouter à sept « écoles » métalittéraires dont les différences pourtant essentielles concernant cette épineuse question sont ainsi passées sous silence7). Ils examinent ensuite les deux positions majeures de la tendance « néo-intentionnaliste » : celle de l’« intention hypothétique » (« hypothetical intention »), d’abord, qui prend comme point de référence pour l’interprétation la connaissance dont le lecteur contemporain peut raisonnablement disposer ; et celle de l’« intention actuelle » (« actual intentionalism »), ensuite, qui cherche à établir le sens d’une œuvre en déterminant les intentions de l’auteur empirique. La présentation de ce débat sert de prétexte à une réflexion métathéorique, présentée dans la troisième partie de l’article : il ne s’agit pas pour les chercheurs de trancher quant à la validité des arguments avancés par les uns et les autres, mais de comprendre cette controverse scientifique comme la résultante de conceptions divergentes de la littérature, du langage et de la recherche en littérature. Si l’on peut regretter que cette ambition métathéorique reste programmatique (les deux auteurs se limitant à souligner en guise de conclusion qu’une telle réflexion aboutirait à un « pluralisme modéré »), l’article illustre bien l’intérêt et l’importance d’une telle démarche.

15Parmi les nombreux mérites de l’ouvrage, soulignons tout d’abord la qualité intrinsèque des études de cas. Celles-ci explorent non seulement les « aspects de l’auteur » (« aspects of authorship : professionalising - posturing - intention ») distingués dans l’introduction, elles sont aussi pertinentes pour les différents contextes linguistiques qu’elles concernent, notamment parce qu’elles y introduisent certaines notions théoriques et méthodologiques qui y sont encore peu en usage (« posture », « ethos », « jeu littéraire », « disposition », parmi d’autres) et ouvrent ainsi de nouvelles perspectives de recherche. Parallèlement, l’application toujours judicieuse, nuancée et critique de ces différents concepts à d’autres contextes que ceux dans lesquels ils ont été forgés permet de les interroger à de nouveaux frais, ainsi que de formuler des hypothèses de recherche sur l’autonomisation de la littérature et la professionnalisation de l’écrivain dans une perspective transnationale (on pense, en particulier, à la naissance de l’intellectuel moderne à l’échelle européenne, à la création d’associations professionnelles d’écrivains vers 1900, aux différentes temporalités dans la constitution de champs littéraires nationaux). Mentionnons aussi le fait que l’ouvrage illustre de manière convaincante l’intérêt et la richesse d’une perspective dite « contextuelle », au sens large. Une telle perspective implique à la fois la mise « en contexte » des représentations auctoriales, comme la prise en compte des discours lorsqu’il s’agit d’étudier le statut, la position ou encore la vie matérielle des auteurs. Enfin, si les directeurs du volume font clairement référence aux travaux de Pierre Bourdieu dans leur introduction, il ne s’agit pas pour eux d’appliquer avec dogmatisme le modèle du champ littéraire (d’ailleurs complété par d’autres approches, interrogé et critiqué au fil des différentes contributions), mais d’insister sur l’intérêt et l’importance d’une perspective réflexive. À travers l’analyse des débats (que ceux-ci soient menés par des écrivains, des critiques ou des chercheurs) sur l’auteur, il en va en effet de l’importance sociale, politique et morale que nos sociétés accordent non seulement à la littérature, mais aussi à la recherche littéraire. En ce sens, Authorship revisited ne contribue pas uniquement à « revisiter » un concept clé des études littéraires, mais invite aussi à une réflexion stimulante et nécessaire sur la pratique même de la recherche.

Haut de page

Notes

1 Voir Dorleijn (Gillis J.), Grüttemeier (Ralf) & Korthals Altes (Liesbeth) (dir.), The Autonomy of Literature at the Fins de siècles (1900 and 2000). A Critical Assessment, Leuven-Paris-Dudley, Peeters, « Groningen studies in cultural change », 2007.

2 Bourdieu (Pierre), « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 89, septembre 1991, pp. 3-46 (p. 15).

3 « […] il est clair aujourd’hui que la multidimensionalité de l’auteur continue à nourrir le débat et qu’on ne peut en rendre compte à partir du concept d’habitus » (p. 19, nous traduisons).

4 Dont les néerlandophones liront avec profit Auteursintentie. Een beknopte geschiedenis, Antwerpen – Apeldoorn, Garant, « Colleges Literatuur », 2010.

5 Soulignant que l’intention d’auteur n’est « ni disponible ni souhaitable » (« neither available nor desirable ») pour la compréhension du sens de l’œuvre, Wimsatt & Beardsley donnent au critique professionnel un rôle plus important que celui de l’auteur dans l’interprétation d’une œuvre.

6 Sans pour autant remettre en question l’autorité de l’auteur, Schleiermacher introduit l’idée de l’autorité du critique ou de l’expert, capable de comprendre l’œuvre aussi bien voire mieux que son auteur (« understanding-the-author-better-than-he-understands-himself »).

7 Il s’agit de la werkimmanente Interpretation, du new criticism, du structuralisme, de la déconstruction, de l’analyse du discours, de l’approche reader-response, et de la sociologie empirique de la littérature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence van Nuijs, « Compte rendu de Dorleijn (Gillis J.), Grüttemeier (Ralf) & Korthals Altes (Liesbeth) (dir.), Authorship revisited. Conceptions of the author around 1900 and 2000  », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 24 août 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/contextes/5558

Haut de page

Auteur

Laurence van Nuijs

FWO-Vlaanderen - Katholieke Universiteit Leuven

Articles du même auteur

Haut de page