Navigation – Plan du site

Portrait de l’écrivain absorbé

Une allégorie photographique
Marc-Emmanuel Mélon

Entrées d'index

Mots-clés :

Photographie, Portrait, Posture
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Döblin (Alfred), « Fotos ohne Unterschrift », Das Kunstwerk, vol. 1, n°12, 1946-47, p. 33. Cité par (...)

1En 1946, Alfred Döblin publie un court article intitulé « Photos sans légende » dans lequel il raconte une expérience à laquelle il s’est volontiers livré. On lui avait demandé de dire ce que lui inspirait une série de portraits pris par le photographe Hugo Erfurth dans les années 1920. Les visages lui étaient inconnus. Il y vit, dans l’ordre, un activiste politique ; un procureur aigri, faible et colérique ; un enfant gâté ; un bagnard ; un vieil employé des impôts usé par l’ennui. Or tous les individus photographiés étaient des peintres, certains parmi les plus célèbres : Oskar Kokoschka, Max Beckmann, Paul Klee, Lovis Corinth, Max Slevogt. Döblin conclut : « [Ces hommes] ressemblent bien à ce que j’ai décrit, mais ils ne le sont pas. La nature ne se sent pas obligée de faire d’un visage une enseigne. De la physionomie, elle fait plutôt un cache »1.

  • 2 Döblin (Alfred), « Des visages, des images, en vérité », dans Antlitz der Zeit [1929], tr. fr. par (...)
  • 3 « Posture » est employé ici dans le sens que la sociologie de la littérature a donné à ce concept, (...)

2Comme Balzac et tant d’autres avant lui, l’auteur de Berlin Alexanderplatz pouvait bien avoir recours à la physiognomonie pour esquisser le caractère de ses personnages. Mais si cette technique donne quelques résultats en littérature, Döblin a compris qu’y avoir recours pour lire un portrait photographique est un