Navigation – Plan du site

Une réédition qui s’imposait

À propos de Macherey (Pierre), Pour une théorie de la production littéraire, édition présentée par Anthony Glinoer, avec une préface de Terry Eagleton et une postface de Pierre Macherey, Paris, ENS éditions, « Bi2S », 2014
Jacques Dubois

Texte intégral

1À l’initiative d’Anthony Glinoer, se voit réédité aujourd’hui Pour une théorie de la production littéraire de Pierre Macherey, ouvrage qui a marqué son temps. Lorsque parut en 1966 l’édition originale à la librairie Maspero, son auteur avait 28 ans et, philosophe, était un élève proche de Louis Althusser. À ce moment et donc juste avant mai 68, la pensée d’Althusser rayonnait, procurant à Karl Marx une nouvelle actualité et désignant l’idéologie, ce « rapport imaginaire des agents sociaux à leur conditions réelles d’existence », comme déterminante et aliénante pour l’individu. Or, qu’en était-il de la littérature face à cette idéologie nocive : se contentait-elle de la reprendre et de la perpétuer dans ce qu’elle avait de trompeur ou bien, dans le meilleur des cas, procédait-elle à sa critique et à son démontage ?

2Telle est la question qu’allait aborder Pierre Macherey dans son livre, définissant dès le titre tout travail intellectuel et toute œuvre comme des « productions » opérant sur un matériau et le transformant. Cette double idée — la littérature comme reprise idéologique et la littérature comme « travail » — allait assurer au volume audacieux du jeune philosophe un grand retentissement, illustré par des traductions nombreuses, un accueil enthousiaste dans le monde anglo-saxon et tout un débat dans les facultés françaises et belges autour de ce qui proposait une nouvelle théorie de la littérature. En 1990, Macherey donnerait aux PUF une manière de suite à son premier ouvrage avec À quoi pense la littérature ?, mais ce second essai n’eut pas la même audience.

3Chez qui lit ou relit aujourd’hui Pour une théorie de la production littéraire, trois sortes de réactions peuvent se faire jour. La première est, il faut bien le dire, négative : dans sa partie théorique en particulier (les cent premières pages du volume), la dialectique de l’auteur se fait parfois si subtile que le lecteur, face à plus d’un passage abscons, rend les armes. La seconde réaction est d’un autre ordre : lisant Macherey, on s’attendrait à trouver Marx et l’on tombe plutôt sur Freud puisque, dans l’analyse, tout un inconscient du texte (et non de l’auteur) est postulé et l’est d’ailleurs à bon escient. Néanmoins, la marque althussérienne demeure et s’exprime en particulier dans la relation d’opposition établie entre idéologie et production (si celle-ci se fait déconstructrice). La troisième réaction actuelle et celle qu’on retiendra a trait à ce qui fait la radicale originalité des positions défendues, positions qui, on peut le déplorer, n’ont été que très rarement reprises par la suite.

4Ainsi demeure particulièrement judicieuse chez Macherey la violente dénonciation des trois illusions dont se nourrit la critique littéraire ordinaire comme aussi la critique structurale si en vogue à l’époque. Et Macherey de pointer l’illusion empirique qui fait de l’œuvre littéraire un pur objet refermé sur lui-même ; l’illusion normative qui renvoie l’œuvre à un modèle dont elle serait la manifestation ; l’illusion interprétative qui prétend débusquer un sens déposé au préalable. Pierre Macherey récuse ces trois illusions qui font du texte littéraire une réalité figée ne renvoyant qu’à elle-même. Or, pour l’auteur, la critique n’a de sens que prenant en charge d’une part les conditions de production de l’œuvre et d’autre part la formation éclatée et contradictoire d’un texte opérant à partir de bases idéologiques. Sur la notion d’œuvre comme « miroir brisé » et comme désaccord de l’œuvre avec elle-même, il faut voir la belle postface qu’a rédigée en 2012 l’auteur à destination de la présente édition.

5Mais la partie théorique du volume, qui comprend aussi une jubilatoire critique de l’école structuraliste (voir « L’analyse littéraire tombeau des structures » aux pages 131-150) et où la formule parodique « La structure, c’est l’homme » est attribuée conjointement à Saint-Exupéry et à un Roger Garaudy de triste mémoire, introduit à trois analyses consacrées à Verne, à Borges et à Balzac. On retiendra surtout la plus développée d’entre elles, réservée à L’Île mystérieuse de Verne et, par-delà, au Robinson Crusoé de Defoe. Dans la ligne méthodologique de Macherey, le roman de Verne est un cas superbe. C’est que, par rapport au projet des colons qui entourent le héros Cyrus Smith et qui entendent domestiquer la nature, le récit vernien ne cesse de montrer que l’entreprise des personnages dans ce qu’elle pourrait avoir de glorieux n’aura pas véritablement lieu du fait qu’elle a été précédée. Et précédée deux fois : hors du récit vernien, par le roman fondateur de Defoe et, à même ce récit, par le surhomme Nemo et le hors-la-loi Ayrton. Ainsi, tout est déjà joué et les naufragés peuvent rentrer chez eux, l’île étant engloutie. Grand amateur de secrets du texte et d’images dans le tapis (l’inconscient encore), Pierre Macherey trouve donc dans L’Île mystérieuse et avec Nemo l’exemple d’une fable sous la fable qui apparaît comme montage où l’idéologie avoue sa présence et son action. Curieusement, c’est aujourd’hui dans le travail critique d’un Pierre Bayard, travail féru de psychanalyse, que l’on trouverait le plus sûrement un prolongement des questionnements et des concepts de Macherey.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Dubois, « Une réédition qui s’imposait », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 14 septembre 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/contextes/5978

Haut de page

Auteur

Jacques Dubois

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page