Navigation – Plan du site

« Life itself ». L’engagement d’Howard Philips Lovecraft dans le journalisme amateur

Samuel Coavoux

Résumé

Cet article cherche à saisir l'effet sur la création d'un écrivain de son insertion dans un groupe social aux marges du champ littéraire. Nous analysons pour cela, par une méthode de biographie sociologique, l'engagement du romancier fantastique américain Howard Phillips Lovecraft (1890-1937) dans le mouvement du journalisme amateur, un ensemble d'associations d'auteurs auto-publiés. Après avoir présenté ce mouvement, nous montrons que l'engagement de Lovecraft lui a donné des ressources pour faire face au décalage entre ses dispositions d'héritier et de lettré d'une part, et sa position sociale dominée d'autre part. Mieux doté que les autres amateurs, Lovecraft trouve dans le mouvement des disciples, des amis, et un public. Nous examinons enfin les effets de cette rencontre sur l'œuvre de Lovecraft. Le journalisme amateur agit comme un terrain d'exercice d'écriture et de publication. Il contribue à forger un style caractérisé par la mise en commun de ressources narratives comme en témoigne les histoires rassemblées sous l'étiquette de “mythe de Chtulhu”.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Griswold (Wendy), « Recent Moves in the sociology of literature », Annual Review of Sociology, vol. (...)
  • 2 Anheier (Helmut K.) et Gerhards (Jürgen), « Literary Myths and Social Structure », Social Forces, v (...)
  • 3 Lahire (Bernard), Franz Kafka : Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Déco (...)

1La sociologie rappelle régulièrement le caractère social et collectif de la production littéraire1. Les écrivains sont inscrits dans des collectifs, groupes, cercles ou réseaux, et cette inscription a une incidence sur leurs manières d’écrire. Les sociologues et les historiens de la littérature privilégient, parmi ces formes sociales, les plus proprement littéraires : amitiés entre écrivains, ou écrivains et éditeurs, réseaux d’interconnaissance professionnelle, école, courants ou mouvements littéraires, etc2. Comme le souligne Bernard Lahire, le risque est grand, alors, de surestimer l’effet du champ littéraire et de faire comme si la position relative de l’écrivain dans son monde professionnel pouvait à elle seule expliquer son œuvre. Il importe, au contraire, de saisir le créateur dans la multiplicité des sphères qu’il habite, des rôles qu’il endosse, des instances de socialisation qu’il a fréquentées3.

  • 4 Le terme d’amateur, en matière de pratiques artistiques, n’est pas sans poser problème, comme le no (...)
  • 5 Fossé-Poliak (Claude), Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris (...)
  • 6 Bois (Géraldine), « Le consentement à la domination littéraire. Degrés et diversité de ses formes c (...)
  • 7 Anheier (Helmut K.) et Gerhards (Jürgen), « Literary Myths and Social Structure », op. cit.

2Nous souhaitons ici saisir l’effet sur la création d’un écrivain de son inscription dans un groupe social aux marges du champ littéraire. Le cas de Howard Phillips Lovecraft (1890-1937), écrivain fantastique américain, et de sa participation au mouvement dit du « journalisme amateur4 » est à ce titre particulièrement intéressant. Ce mouvement rassemble des auteurs aspirants qui trouvent dans l’auto-édition de leurs revues à la fois un moyen d’exercer leur plume et une « consolation » à leur absence de publication professionnelle5. Il est difficile de caractériser ce mouvement tant il rassemble de membres aux profils divers. Certains d’entre eux sont des écrivains « peu reconnus6 », qui connaissent des difficultés à publier leurs textes, et ont donc recours à des modes d’auto-édition comme le journalisme amateur. Ce manque de reconnaissance peut être temporaire, comme pour les écrivains débutants, ou permanent, sans pour autant que l’on soit capable de distinguer les deux situations autrement que rétrospectivement7. D’autres ne se qualifieraient pas d’écrivains, et ne cherchent pas à être publiés, mais considèrent l’écriture comme une passion. Le journalisme amateur leur offre alors un espace où montrer tout de même leurs textes. Quoi qu’il en soit, le journalisme amateur n’est pas un mouvement littéraire, pas plus qu’une école. Il n’existe pas de manifeste fondateur, ni style ou ligne de conduite, implicite ou explicite.

3Les sociabilités que noue Lovecraft dans ce milieu ne sont pas exclusivement littéraires. Elles ne sont pas orientées uniquement vers d’autres écrivains, reconnus ou non, mais vers des individus aux profils variés, et aux rapports à la littérature divers. Pourtant, comme nous voulons le montrer dans cet article, son engagement dans le journalisme amateur a produit des effets considérables sur sa création littéraire. D’abord, ce monde a permis à Lovecraft de réconcilier, au moins partiellement, son image de soi, inscrite dans un habitus de rentier bourgeois et de lettré, avec ses conditions objectives d’existence. Le journalisme amateur lui a fourni un monde dans lequel exister. Ensuite, il a procuré à l’auteur un ensemble de ressources, au premier rang desquels les liens de sociabilité noués avec les journalistes amateurs. Ces deux mécanismes ont influencé la production de Lovecraft quantitativement, en libérant son écriture et qualitativement, en valorisant une forme d’écriture collective, valorisant la reprise et le croisement de thèmes, caractéristique d’un auteur qui a fait l’objet de nombreux pastiches.

  • 8 Giraud (Frédérique), Raynaud (Aurélien) et Saunier (Émilie), « Principes, enjeux et usages de la mé (...)
  • 9 Bourdieu (Pierre), Esquisse d’une théorie de la pratique. Précédé de trois études d’ethnologie kaby (...)

4Nous adoptons, pour saisir ces effets, une approche biographique et dispositionnaliste8. Elle met au centre de l’analyse la socialisation de l’écrivain, l’ensemble des traces laissées par ses expériences passées sous la forme de dispositions à sentir, à penser et à faire9. Ces dispositions guident l’action des individus, par exemple leur création littéraire, action qui est elle-même prise dans des contextes particuliers. L’analyse de l’enfance et l’adolescence de Lovecraft mettent ainsi au jour deux ensembles dispositionnels majeurs, concernant d’une part le rapport à l’héritage, à l’argent et à la rente, et d’autre part le rapport à la culture. Lovecraft est un héritier sans héritage, premier et dernier de sa famille, et un lettré sans éducation. Ces deux contradictions sont centrales dans sa vie adulte, et c’est parce qu’il les atténue que le journalisme amateur fait l’objet d’un si fort engagement de la part de l’écrivain.

  • 10 Si les biographes de Lovecraft ne manquent pas de décrire longuement le journalisme amateur, ses cr (...)

5L’étude du journalisme amateur permet donc d’éclairer sous un nouveau jour l’œuvre de Lovecraft. Son engagement dans ce mouvement, s’il est souvent rappelé par les critiques, est rarement mis en relation avec son œuvre littéraire10. Or, cette œuvre n’aurait sans doute pas vu le jour, du moins pas sous la forme qu’on lui connaît, sans la rencontre avec le journalisme amateur. Au-delà, ce mouvement mérite en lui-même une étude, tant on y voit se construire une forme d’organisation sociale de la littérature et de la critique qui aura une grande importance pour le développement de genres comme la science-fiction et le fantastique. Nous souhaitons donc attirer l’attention des historiens et sociologues de la littérature sur cet épisode de la constitution de ces genres. On ne peut pas simplement imputer l’influence de Lovecraft sur la littérature fantastique à sa singularité, en tant que personne et en tant qu’auteur : il faut également considérer son inscription dans le réseau du journalisme amateur.

6L’article débute par une présentation analytique du journalisme amateur, puis de la biographie de Lovecraft. Cette dernière insiste sur deux ensembles dispositionnels structurants. Nous reviendrons ensuite sur le moment de l’entrée dans le journalisme amateur et sur l’investissement de Lovecraft dans ce mouvement. Enfin, nous proposerons de suivre les deux effets principaux de cet engagement, sur l’image de soi de l’écrivain, et sur ses sociabilités, et de mesurer leur influence sur sa création littéraire.

Le journalisme amateur : principe et histoire

  • 11 Nixon (John Travis), A History of the National Amateur Press Association, Crowley, Louisiana, John (...)
  • 12 Bosky (Bernadette), « Amateur Press Associations: Intellectual Society and Social Intellectualism » (...)

7Une présentation brève du mouvement du « journalisme amateur » dans lequel Lovecraft s’engage dans les années 1910 est d’autant plus nécessaire que ce phénomène n’a quasiment pas été étudié. Mouvement marginal, qui n’a jamais rassemblé plus de quelques centaines de personnes, il est pourtant important au moins pour une raison : il a préfiguré et influencé l’organisation des fanzines, au rôle considérable dans le développement de genres littéraires comme la science-fiction et le fantastique. Pourtant, il n’existe à notre connaissance nulle histoire du mouvement, sinon des publications elles-mêmes amateures et hagiographiques11, et nulle étude systématique, sinon des textes brefs et épars12. La quasi-totalité des informations dont on dispose sur le journalisme amateur provient donc des études lovecraftiennes. Elles se sont focalisées sur la participation de Lovecraft au mouvement, sans nécessairement essayer d’appréhender la situation du journalisme amateur à son époque.

8Le mouvement de l’amateur press débute aux États-Unis au milieu du xixe siècle avec la diffusion de machines d’impression bon marché, des presses mécaniques permettant de reproduire des textes à bas coûts. Naît alors un hobby qui consiste à écrire, éditer et imprimer ses propres magazines, et à les faire circuler autour de soi. Il prend le nom de « journalisme amateur ». Cette désignation peut être trompeuse : le « journalisme amateur » a peu en commun avec le journalisme, sinon une ressemblance matérielle dans les modes de reproduction de l’écrit et dans le format des publications. Il s’agit à la fois d’une activité mécanique, la maîtrise d’une machine d’impression, et d’une activité, sinon tout à fait littéraire, du moins éditoriale, la production, la sélection et l’édition de textes à imprimer. La coexistence de ces deux dimensions produira une tension permanente au sein du mouvement des amateurs, dans un continuum allant d’un pôle de techniciens à un pôle d’écrivains. Rapidement, des associations se créent pour rassembler et organiser ces journalistes amateurs. Elles deviennent à la fois un espace d’entraide et le débouché principal des publications amateures. Les revues produites par les amateurs n’étant pas commercialisées, elles sont destinées quasi exclusivement au cercle restreint des membres de l’association. Chaque amateur peut ainsi produire son propre magazine ou contribuer à ceux des autres. Une fois imprimées, ces revues sont envoyées à un animateur de l’association, chargé d’en faire parvenir une copie à chacun des membres. Aucun critère ne limitait la nature ou le contenu des textes amateurs, sinon les coûts de reproduction qui décourageaient les travaux trop longs.

  • 13 Petrik (Paula), « The Youngest Fourth Estate. The Novelty Toy Printing Press and Adolescence, 1870– (...)
  • 14 Moe (Maurice W.), « Amateur journalism and the English teacher », The English Journal, vol. 4, no 2 (...)

9Outre la circulation des publications, les associations de journalisme amateur remplissent au moins deux rôles. Le premier est éducatif. La plupart des membres intègrent le mouvement dans leur jeunesse. Longtemps, celui-ci reste d’ailleurs associé à un passe-temps adolescent13. L’un des principaux objectifs promus par les associations est le développement de la maîtrise de l’écrit des jeunes membres14. Les associations principales confient donc à un membre expérimenté le soin de donner aux auteurs des retours systématiques sur leurs travaux. Le second rôle est l’animation des sociabilités. Chaque membre de l’association dispose d’un annuaire régulièrement mis à jour, qui indique les coordonnés de chacun de ses collègues. L’envoi régulier de revues amateures joue un rôle important dans le maintien de la sociabilité. Il alimente la conversation entre les membres, prolongée par la correspondance privée, deux à deux ou dans des cercles plus étendus.

  • 15 On s’appuie ici sur les données compilées par Joshi et Schulz dans leur encyclopédie, qui contient (...)
  • 16 Lahire (Bernard), La condition littéraire: la double vie des écrivains, Paris, La Découverte, 2006.
  • 17 Bourdieu (Pierre), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

10À notre connaissance, aucun travail de collecte systématique de données démographiques sur la population des journalistes amateurs n’a été mené. Les biographies de Lovecraft, plus intéressées par le maître que par son entourage, donnent peu de précisions de ce type. En dépouillant ces travaux biographiques, ainsi que les textes d’histoire produits par les amateurs, on peut toutefois avancer quelques hypothèses15. La double dimension technique et littéraire du journalisme amateur produit une première ligne de césure entre passionnés de l’impression et écrivains amateurs. Les premiers sont d’ailleurs parfois des imprimeurs professionnels. Leur intérêt principal va en tout cas à la dimension matérielle de l’impression, et ils se recrutent plutôt dans les métiers techniques et manuels. Les seconds, eux, se recrutent dans deux catégories sociales. Il peut s’agir de membres des professions intellectuelles occupant souvent des positions basses ou intermédiaires dans les hiérarchies du champ intellectuel : journalistes, enseignants ou simplement écrivains et poètes peu reconnus multipliant les seconds métiers16, dans la communication, la publicité ou la librairie. Un autre groupe est fortement représenté : celui des classes moyennes en ascension sociale. Ces individus, d’origine souvent populaire, et peu diplômés, connaissent une mobilité sociale ascendante plus ou moins prononcée. Pour eux aussi, le journalisme amateur est un lieu d’éducation : l’occasion de pallier une éducation insuffisante à l’âge adulte. Leurs aspirations littéraires ressemblent ainsi à la « bonne volonté culturelle » que Pierre Bourdieu repérait au sein des classes moyennes françaises des années 197017.

H. P. Lovecraft, héritier sans héritage

  • 18 Les informations biographiques sur Lovecraft sont tirées, sauf mention contraire, de Joshi (S. T.), (...)
  • 19 Camp (Lyon Sprague de), Lovecraft. Le roman de sa vie, Paris, NéO, 1987, p. 27.
  • 20 Faig (Jr.) Kenneth W., « Lovecraft’s Parental Heritage », Books at Brown, no 38-39, 1991, p. 43‑66.

11L’importance qu’a pu avoir le journalisme amateur dans la vie de Lovecraft ne peut se comprendre qu’en regard de sa biographie18. Il convient, d’abord, de préciser son origine sociale. Il naît en 1890, d’un père représentant de commerce et d’une mère issue d’une famille bourgeoise, les Phillips. Dès 1893, son père, probablement atteint de syphilis, est interné dans un hôpital psychiatrique où il meurt quelques années plus tard. Sa mère retourne alors vivre dans la maison de ses parents, à Providence, la capitale du Rhode Island ; c’est là, entouré de ses grands-parents et de ses deux tantes, que Lovecraft est élevé. Whipple Phillips, son grand-père a connu une ascension sociale importante. Né dans une modeste famille de meuniers, dans une région rurale de l’état, orphelin à 15 ans, il fréquente peu l’école. Il exerce divers métiers, achète une épicerie qu’il fait prospérer, la revend, et investit dans une usine. Il diversifie peu à peu ses activités, du textile au tourisme, et investit jusque dans le Midwest, en Iowa, où il fait construire un barrage. Sa fortune faite, il s’installe enfin à Providence avec sa femme et ses trois filles. Il fréquente alors la bonne société de l’état (industriels, hommes politiques, universitaires, et francs-maçons19), et exerce même quelques années en politique, en tant que député du Rhode Island. L’enfance de Lovecraft se passe ainsi dans une certaine aisance. Son grand-père possède plusieurs usines, quelques hôtels, et un barrage, et vit avec domestiques et voitures dans une demeure cossue de Providence20.

  • 21 Pinçon (Michel) et Pinçon-Charlot (Monique), Sociologie de la bourgeoisie, Paris, La Découverte, «  (...)

12Lovecraft est le premier des Phillips à être né bourgeois : la richesse acquise par les générations précédentes était pour lui une richesse héritée. Les travaux de sociologie de la bourgeoisie ont bien montré l’importance de cette identité d’héritier, caractéristique de l’habitus bourgeois, et nécessaire à la pleine acceptation dans la société bourgeoise21. Malheureusement pour lui, Lovecraft est également le dernier des héritiers Phillips : en 1904 – il avait alors 14 ans – les entreprises familiales traversent une mauvaise passe, suite notamment à un accident sur le barrage où avait investi la famille. Le coup n’aurait sans doute pas été si dur – les affaires des Phillips ont déjà, après tout, connu des périodes difficiles – si Whipple Phillips n’était mort brutalement après cet accident. Privés de son patriarche, qui menait les affaires de tous, les Phillips peinent à se remettre. Les oncles par alliance de Lovecraft, un médecin et un journaliste, étaient incapables de reprendre le flambeau de l’homme d’affaire. La famille vend donc toutes les possessions industrielles, ainsi que la grande demeure familiale, et la mère et les tantes de Lovecraft se partagent l’héritage. Comme les entreprises familiales étaient à leur plus bas au moment de leur vente, cet héritage, in fine, est modeste. Il s’agit là de la première rupture dans la biographie de Lovecraft : alors qu’il est né et a été élevé dans la bourgeoisie, il vit, à partir de la fin de son adolescence, dans des conditions matérielles incompatibles avec ce statut. L’héritage de Whipple Phillips ne produit que de maigres rentes, et s’amenuise à mesure que l’on doit rogner sur le capital.

13La seconde rupture concerne l’éducation de Lovecraft. Au collège et au lycée, il est un élève peu assidu, en partie pour des raisons médicales. Cependant, ses ambitions et ses capacités sont grandes. Passionné par les sciences, la chimie et l’astronomie, il souhaite poursuivre leur étude à l’université, et imagine une carrière de scientifique ou d’enseignant. Au sein de sa famille, il reçoit une solide éducation dans les lettres classiques, grâce à des précepteurs et aux conseils de son grand-père, un autodidacte qui dispose d’une bibliothèque conséquente, puis de son oncle, médecin. Pour la bourgeoisie de Providence, des études supérieures ne sont imaginables qu’à Brown University, l’établissement de l’élite. Cependant, à 18 ans, Lovecraft se voit refuser l’inscription dans son département d’astronomie. Plutôt que de s’accommoder d’un autre diplôme ou d’une autre université, il quitte le lycée avant même d’avoir terminé sa dernière année, et met de côté ses ambitions universitaires.

  • 22 Lahire (Bernard), « Publicisation de la littérature et frontières invisibles du jeu littéraire », L (...)
  • 23 Veblen (Thorstein), Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, 1970.
  • 24 Shapin (Steven), Une histoire sociale de la vérité. Science et mondanité dans l’Angleterre du xviie(...)

14L’usage de la méthode biographique, dans le cadre d’une sociologie de la socialisation des écrivains, a pour objectif de reconstruire, à travers la description des trajectoires et des pratiques des acteurs, l’ensemble des dispositions, des manières d’être, de penser et de faire susceptibles de faire sens de leur production littéraire22. Dans le cas qui nous intéresse ici, c’est une contradiction entre le patrimoine dispositionnel et la situation sociale objective de l’individu qui est essentielle à la compréhension de son action. Lovecraft développe dans son enfance un ensemble de traits qui font de lui un bourgeois et un lettré. Il grandit dans l’aisance, alors que ses parents avaient connu une enfance bien plus modeste. La fortune des Phillips est récente. Pour sa mère, elle est encore une nouveauté ; pour Lovecraft, elle est une évidence. Il apprend ainsi à se comporter en rentier, confiant dans la continuité de ses moyens financiers, insouciant des conditions matérielles de l’existence assurées par l’héritage. Il adopte les loisirs de la classe oisive23, ce à quoi l’encourage sa famille, en particulier son grand-père, celui qui, ayant bâti la fortune, est en quête de respectabilité. Son penchant pour les sciences et pour la littérature, pour une connaissance gratuite, n’est pas sans rappeler l’idéal de l’honnête homme, ou encore celui du savant anglais du xviie siècle24. Les ambitions universitaires et professionnelles affirmées par Lovecraft sont alors raisonnables, et parfaitement adaptées à sa situation. Pour un enfant de la nouvelle bourgeoisie, une carrière scientifique et intellectuelle constituerait une profession respectable, qui inscrirait la famille de manière durable dans la notabilité en lui permettant d’accéder à une plus grande légitimité culturelle. Le rendement économique moindre d’une telle carrière, en comparaison, par exemple, à l’industrie, n’est pas un obstacle tant que les Phillips peuvent espérer, comme c’est le cas durant l’enfance de Lovecraft, que la fortune du patriarche assurera à tous des rentes confortables.

  • 25 Bourdieu (Pierre), Boltanski (Luc) et Saint Martin (Monique de), « Les stratégies de reconversion. (...)
  • 26 Comme l’explique Bourdieu à propos de Flaubert : Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art, Paris, Seu (...)
  • 27 Veblen (Thorstein), Théorie de la classe de loisir, op. cit., p. 52.
  • 28 Coavoux (Samuel), « Ruptures biographiques et écriture du fantastique dans L’Affaire Charles Dexter (...)

15Les deux ruptures biographiques que connaît Lovecraft, la disparition de la fortune familiale et l’échec de ses ambitions scolaires, produisent donc un effet terrible. Elles reconfigurent radicalement l’espace des possibles : le destin probable devient un horizon inatteignable. La vie de rentier est impossible sans un capital conséquent. La vie d’intellectuel est également compromise par son éloignement des institutions légitimes. Cependant, ces ruptures ne modifient pas les dispositions du jeune écrivain, qui continue à se vivre, faute d’avoir appris d’autres manières d’agir et de penser, en rentier et en intellectuel. La perte quasi simultanée de ces deux capitaux empêche enfin la compensation de l’un par l’autre25. Le décalage est alors considérable entre son identité vécue, intériorisée, et les ressources effectives dont il dispose ; cela devient alors une source de malaise et d’exclusion. Héritier sans héritage, lettré sans éducation, Lovecraft s’essayera tout de même à la vie de rentier, avec les restes de la fortune des Phillips, faute, sans doute, de savoir faire autrement. Ainsi, il conserve toute sa vie un rapport désinvolte à l’argent, par exemple en renonçant à réclamer son salaire ou ses droits d’auteur à plusieurs occasions, considérant que ce ne serait pas digne d’un gentilhomme. Mais plutôt que le confort bourgeois, même celui, modeste, des petits propriétaires, c’est une pauvreté de plus en plus difficile qui l’attend. Quant à l’oisiveté de Lovecraft, elle n’est pas tant celle du bourgeois dégagé des nécessités matérielles qui peut se lancer à corps perdu dans une autre entreprise26, mais plutôt, dans un premier temps du moins, celle du désœuvré qui se sent exclu de tous les cercles qu’il voudrait pouvoir fréquenter. Lovecraft ressemble ainsi au gentilhomme désargenté que décrit Thorstein Veblen : « Hériter de la noblesse, c’est hériter aussi d’une obligation de loisir ; or, on peut hériter d’une noblesse assez haute pour imposer la vie de loisir, sans hériter du complément de richesse qui permette d’y subvenir dignement27. » Un roman comme L’affaire Charles Dexter Ward (1927), illustre bien la position paradoxale de Lovecraft. Le personnage principal de cette histoire est, comme l’auteur, humaniste, passionné par la science et par l’histoire, méprisant le travail manuel et salarié, mais particulièrement investi dans ses recherches personnelles. Deux choses, cependant, différencient le personnage de son auteur : d’une part, Charles Ward a reçu l’héritage promis, et réalisé grâce à cet argent ses rêves, un long voyage initiatique en Europe et une vie sans soucis matériels, consacrée à l’étude. D’autre part, sa distance vis-à-vis des institutions légitimes du savoir, et en particulier de l’université, est le résultat d’un choix, et non d’un échec : il renonce à son diplôme considérant ses propres recherches occultes comme plus importantes que le savoir officiel. Il cherche un savoir que l’université ne pourrait appréhender. Charles Ward ressemble ainsi très fortement à une vision idéalisée de l’auteur : non pas la personne que H. P. Lovecraft était réellement, mais celle qu’il aurait dû être sans les infortunes de sa biographie28.

Sortir des années de réclusion : l’engagement dans le journalisme amateur

  • 29 « I am today unwilling to visit them as a casual outsider and non-university barbarian and alien. » (...)

16Les quelques années qui suivent la majorité de Lovecraft, de 1908 à 1914 environ, sont mal connues, du fait de la réclusion partielle dans laquelle vit Lovecraft après cette double rupture biographique. Son grand-père est mort en 1904, et il a abandonné ses études en 1908. Durant cette période, il ne travaille pas, et ne cherche pas à retourner à l’école ou à l’université. Il vit avec sa mère et voit peu d’amis. Ses ambitions littéraires anciennes restent bridées : il écrit peu, sinon quelques articles de vulgarisation scientifique pour des journaux locaux, ainsi que quelques poèmes. Quand, plus tard, il évoquera ses souvenirs de cette période dans sa correspondance, il en parlera comme d’un moment sombre. Il se sent étranger au monde qui l’entoure, rejeté et exclu. Par exemple, alors qu’il fréquentait enfant l’observatoire astronomique de Brown University, grâce aux relations de son grand-père, il n’y retourne plus depuis l’abandon de ses études, et ce malgré une passion encore vive pour l’astronomie. Il se sentirait, écrit-il, « barbarian and alien » dans une université qu’il n’a pu rejoindre, dans un monde qui, croit-il, l’a rejeté29.

  • 30 Bourdieu (Pierre), Manet. Une révolution symbolique, Paris, Seuil, « Raisons d’agir », 2013, p. 246

17Pierre Bourdieu étudie l'opposition à laquelle Manet fût, de son vivant, confronté. Dans L'Œuvre de Zola (1886), le peintre Claude Lantier, personnage inspiré en partie de Manet, mais que Bourdieu tend à identifier à celui-ci, est rejeté par la critique et par le public, et en vient au suicide. « Comment se fait-il qu[e Manet] ne se soit pas suicidé ? » demande Bourdieu30. La réponse tient entre autres à ce que Manet n’était pas si isolé qu’il y paraît. On pourrait poser la même question à propos de Lovecraft, ou du moins, se demander comment il est sorti de cette période de réclusion. La rencontre avec le journalisme amateur constitue sans doute la principale réponse. En le réintégrant dans un réseau d’interconnaissance dense, elle fait plus que le tirer d’une période difficile de son existence : elle relance ses ambitions et sa production littéraires. Le biographe et principal spécialiste de Lovecraft, S. T. Joshi, analyse ainsi les raisons de la rencontre fructueuse avec le journalisme amateur.

  • 31 Joshi (S. T.) et Schultz (David E.), An H. P. Lovecraft Encyclopedia, op. cit., p. 5.

On the whole, amateur journalism appealed to HPL because it provided him with a forum where his literary and critical skills could be exhibited and because it supplied him with a network of friends with whom he could correspond on various topics and thereby hone his philosophical, aesthetic, and literary views. HPL is still regarded a giant in the amateur world, and articles on him continue to appear in The Fossil, the organ of amateur alumni31.

  • 32 Joshi (S. T.), H.P. Lovecraft, op. cit., p. 101.

18Joshi consacre dans son autobiographie un chapitre à ce moment, qu’il intitule « a renewed will to live » : « the tiny world of amateur journalism was a place where he could shine32 ». Cependant, ni Joshi, ni les autres critiques ne cherchent à mesurer l’effet de cet engagement sur la création de Lovecraft. Celui-ci est plutôt vu comme un homme exceptionnel dans un milieu somme toute banal, qui a éclairé de son génie les membres de ce milieu, mais n’a rien reçu en retour qui ait participé de sa création littéraire. Nous souhaitons montrer ici que ça n’est pas le cas.

  • 33 Voir par exemple Lovecraft (Howard Phillips), Collected Essays. Vol. 5: Philosophy, Autobiography (...)
  • 34 Sur l’histoire des pulps et ses liens avec la science fiction et le fantastique, cf. Ashley (Mike), (...)

19La rencontre avec le journalisme amateur n’est pas fortuite. Lovecraft partage avec les membres de ce courant un certain nombre de pratiques et de propriétés. Ainsi, durant son enfance et son adolescence, il écrit et imprime sur une presse miniature, ses propres revues. Il s’agit surtout de magazines scientifiques, dont il écrit tous les articles, et qu’il tire à quelques exemplaires vendus ou donnés à des membres de sa famille. Il ne fait encore partie d’aucune association de journalisme amateur, et c’est donc là un jeu d’enfant, mais qui correspond exactement à la pratique des journalistes amateurs, dont un certain nombre ont commencés très jeunes. Cette passion juvénile pour l’édition de revues est régulièrement rappelée dans ses textes amateurs, pour attester de l’ancienneté de son engagement33. Dès cette époque, et surtout durant sa période de réclusion, il lit du premier au dernier numéro, et de la première à la dernière page, les magazines populaires, les pulps, en particulier ceux qui se spécialisent dans les histoires de genre fantastique34. La lecture de ces publications, qui occupent une place dominée sur l’échelle de la légitimité littéraire, est une activité partagée par de nombreux amateurs. C’est parce qu’il participe du public de ces pulps qu’il entre pour la première fois en contact avec les cercles amateurs. En 1913, le courrier des lecteurs de The Argosy publie une de ses lettres critiquant vertement un auteur du magazine, lettre qui déclenche une guerre épistolaire d’un an sur les mérites comparés des auteurs. Le débat est l’occasion pour Lovecraft d’exercer ses talents de satiriste. Un journaliste amateur, parmi les participants, ayant repéré la verve et les opinions arrêtées du jeune Lovecraft l’invite alors à rejoindre le mouvement.

  • 35 Rheinhart Kleiner écrit ainsi, à propos de la revue éditée par Lovecraft, The Conservative : « many (...)
  • 36 Lovecraft (Howard Phillips), Collected Essays. Vol. 1: Amateur Journalism, New York, Hippocampus Pr (...)
  • 37 Ibid., p. 259.

20Il devient membre de la United Amateur Press Association (UAPA), l’une des principales associations nationales de journalisme amateur. Son investissement dans le mouvement du journalisme amateur est rapide et intense. Il publie sa propre revue, The Conservative, qui témoigne aux yeux des amateurs de son talent d’écrivain35. Il occupe immédiatement des fonctions d’animations au sein de l’association. Dès l’été 1914, il prend la responsabilité du Department of Public Criticism de l’UAPA, qu’il conserve jusqu’en 1918. Ce poste consiste à commenter en quelques lignes, dans chaque numéro de l’organe officiel de l’association, chacune des revues publiée par les membres. Dans sa chronique, Lovecraft défend une vision exigeante de la littérature amateure. Il se prononce pour un mouvement purement littéraire, et cherche à marginaliser le pôle des typographes, ceux que les techniques d’impression intéressent plus que l’écriture : « The United [Amateur Press Association] now aims at the development of its adherents in the direction of purely artistic literary perception and expression36 ». En mettant en avant l’importance de l’éducation des amateurs, il rappelle régulièrement les lacunes de chacun et le manque général de maîtrise de la syntaxe et du style des amateurs. Il décrit ainsi les fléaux menaçant le journalisme amateur : « crude, flamboyant and inartistic papers, papers of lax literary standards, and official criticism so puerile that its appearance in an official letter is almost an insult to amateur letters37 ». Il est rapidement reconnu comme une autorité en matière d’écriture, comme en témoigne sa réélection à ce poste de critique officiel du mouvement plusieurs années durant. Par ailleurs, il cumule plusieurs années durant cette responsabilité avec celle du Department of Private Criticism. À ce titre, il relit et commente les publications que lui soumettent volontairement les membres de l’UAPA.

  • 38 Lovecraft (Howard Phillips), Œuvres, t. 2, Paris, Robert Laffont, 1991.

21Lovecraft devient donc rapidement une autorité de premier plan pour la communauté des amateurs, et la figure d’une autorité littéraire. Son jugement est respecté et recherché par les membres. De plus, à ce rôle de critique, il ajoute une activité intensive de révision et de réécriture. Il co-signe plusieurs textes dans des revues amateures. Sa contribution est parfois passée sous silence, et des textes qu’il a en grande partie écrits sont publiés sous un autre nom dans de telles revues. Enfin, les amateurs les plus ambitieux, lorsqu’ils préparent des textes pour une édition professionnelle, font appel à ses services pour relire, corriger, réécrire si besoin, parfois partiellement et parfois intégralement. Ce travail de réécriture peut être bénévole, en particulier pour les publications amateures, mais Lovecraft va aussi monnayer ses services de ghostwriter. Parmi ses clients figure par exemple le prestidigitateur Harry Houdini, alors très célèbre, qui lui commande une nouvelle fantastique ainsi qu'un traité sur le charlatanisme. Ainsi, les œuvres complètes de Lovecraft contiennent plusieurs textes parus sous d’autres signatures, dont les commentateurs s’accordent à dire qu’ils sont principalement ou intégralement de la plume de Lovecraft38.

22Aux sollicitations de l’UAPA s’ajoutent celles de l’autre grande association nationale d’amateurs, la National Amateur Press Association (NAPA). Les deux structures partagent un certain nombre de membres, et alors que la préférence de Lovecraft va à l’UAPA, jugée plus exigeante et plus sérieuse, les demandes répétées de membres de la NAPA finissent par le convaincre d’adhérer aux deux associations. Il en sera président tour à tour – pour la NAPA, il s’agit d’une présidence par intérim dans un moment de crise, qui témoigne une nouvelle fois de son autorité morale.

23L’autorité de Lovecraft au sein du mouvement amateur s’impose donc rapidement. Elle est littéraire autant que morale. Lovecraft dispose en effet d’un ensemble de ressources qui lui assurent dans cette communauté une position dominante. Le journalisme amateur lui donne ainsi un ensemble de solutions pratiques à l’inadéquation qu’il vivait entre sa présentation de soi et sa situation, sans changer l’écrivain, mais en changeant plutôt son monde de référence. Dans les associations d’amateurs, l’étudiant raté apparaît comme un autodidacte original et brillant. Sa culture classique, acquise dans sa famille plutôt qu’à l’école, le distingue radicalement des journalistes amateurs d’extraction modeste, en quête d’éducation. Son ethos de rentier, malgré l’absence de fortune, le singularise tout autant de ses camarades issus des classes moyennes. Ceux qui possèdent une certaine richesse n’étaient souvent pas des héritiers, et ne disposaient donc pas nécessairement de l’éducation bourgeoise qui va de soi dans les classes supérieures. Ses prises de positions légitimistes, qui pourraient paraître paradoxales dans un espace dominé comme le journalisme amateur, témoignent de sa position singulière, tout comme la rapidité et le succès de sa carrière d’amateur. Il devient in fine l’incarnation même du journaliste amateur, si ce n’est son idéal. Le fait même que nulle étude du mouvement n’existe qui ne soit, en réalité, consacrée à Lovecraft, le montre bien.

Image de soi et sociabilités. L’effet du journalisme amateur

24L’entrée dans le journalisme amateur fut vécue par Lovecraft comme un tournant majeur de sa vie, et le biographe peut montrer à quel point elle le fut effectivement. Dans un discours qu’il prononce en 1921 à une convention de journalistes amateurs à Boston, ambitieusement intitulé « What Amateurdom and I have Done for Each Other », il affirmait ainsi : « Amateur Journalism has provided me with the very world in which I live ». Or, il ne s’agit en rien d’une exagération. À cette époque, la plupart des relations sociales qu’entretient Lovecraft prennent place au sein du milieu du journalisme amateur, et la majeure partie de son activité quotidienne est également consacrée à ce dernier. Son tempérament était, avant 1914, « nervous and reserved », et il était « as close to the state of vegetation as any animal can be ». Il décrit, ici, l’état d’isolement dans lequel il était plongé entre la fin de ses études au lycée et le début de sa carrière d’amateur. Le journalisme amateur l’a, selon lui, sorti de cet état.

  • 39 Lovecraft (Howard Phillips), Collected Essays. Vol. 1: Amateur Journalism, op. cit., p. 271-273.

25Lovecraft continue ainsi : « For the first time I could imagine that my clumsy gropings after art were a little more than faint cries lost in the unlistening void. » Le journalisme amateur, comme on l’a noté plus haut, lui a donné un public bienveillant, et même admiratif de ses qualités littéraires et de son érudition. Il s’agit, qui plus est, d’un public captif : le principe même du journalisme amateur est d’organiser un échange de lectures entre ses membres, chacun s’assurant du public de ses propres textes en participant à la lecture de ceux des autres. Dans ce contexte, Lovecraft se démarque par ses qualités d’écrivains, et reçoit d’autant plus de retours positifs sur ses textes. Il n’avait, avant son entrée dans le mouvement, aucun lecteur pour réagir à ses textes. On comprend alors que Lovecraft conclue son texte par une phrase emphatique et poignante : « What I have given Amateur Journalism is regrettably little ; what Amateur Journalism has given me is – life itself39 ».

  • 40 Joshi (S. T.) et Schultz (David E.), An H. P. Lovecraft Encyclopedia, op. cit., p. 144.

26Ce tournant n’est pas seulement subjectif. Les biographes remarquent en effet que la vie de Lovecraft change radicalement à partir de son entrée dans le journalisme amateur. La première conséquence tangible, à l’influence considérable jusque sur son œuvre, est l’accroissement de son cercle de sociabilité. Durant l’isolement des années 1908-1914, s’il maintient quelques contacts avec ses amis de lycée, sa correspondance est principalement dirigée vers les éditeurs et les auteurs des magazines pulps qu’il lisait alors. Il écrit moins à des personnes qu’à des institutions. En 1914, Lovecraft entame des relations épistolaires avec quelques amateurs. Elles se multiplient rapidement : quelques années plus tard, il affirme consacrer plusieurs heures par jour à son courrier. Il envoie alors jusqu’à dix lettres quotidiennes, dont certaines font plusieurs dizaines de pages. Comme l’écrit Joshi, « it is now abundantly clear that his correspondence ranks among the pinnacles of his literary achievement40 ». Lovecraft est alors au centre de plusieurs cercles de correspondants, des forums épistolaires où les lettres de chacun des participants circulaient parmi tous les autres, dans un ordre préétabli.

27Si cette sociabilité épistolaire est importante, du fait en particulier de la dissémination du mouvement amateur aux États-Unis, elle alimente également une sociabilité de face à face. Ce sont d’abord les voyages que l’écrivain, qui jusque-là n’a presque jamais quitté Providence, se met à accomplir. L’opportunité lui en est donnée par les invitations d’écrivains amateurs, ou par les conventions. Il séjourne fréquemment à Boston et à New York, et pousse, occasionnellement, jusqu’à la Floride au sud, le Québec au nord, et Cleveland à l’ouest. En 1921, Lovecraft rencontre, à la faveur de son engagement dans le journalisme amateur, Sonia Greene, qui deviendra brièvement son épouse, entre 1924 et 1926. Née en Ukraine dans une famille juive, elle est arrivée à New York alors qu’elle était enfant. Elle quitte l’école à l’adolescence, et travaille dans un grand magasin. Un premier mariage, avec un homme plus riche qu’elle, lui permet de reprendre quelques études. Après son divorce, elle travaille dans un grand magasin de la cinquième avenue, principale artère commerçante de luxe de la ville, puis ouvre sa propre chapellerie, et gagne correctement sa vie. Elle suit toujours des cours du soir, et s’engage dans le journalisme amateur par ambition littéraire.

  • 41 Lovecraft (Howard Phillips), Letters from New York, San Francisco, Night Shade Books, 2005.

28Lovecraft et Greene se marient en 1924, et Lovecraft rejoint alors son épouse à New York. Les deux années qu’il passe dans cette ville sont importantes dans sa carrière. La pression financière y est, pour lui, moindre : les revenus de Greene permettent d’assurer les besoins du ménage. Surtout, il s’agit pour lui d’une période d’intenses sociabilités. Si peu d’amateurs habitaient Providence, ils sont bien plus nombreux à New York. Les journées de Lovecraft, qu’il décrit dans le détail dans les lettres, quasiment quotidiennes, qu’il envoie à ses tantes restées à Providence41, sont rythmées par les réunions avec un groupe de proches, tous journalistes amateurs partageant son goût des lettres et des antiquités : discussions littéraires, promenades historiques, débats politiques.

Une écriture forgée dans le mouvement amateur

29En définitive, l’engagement dans le journalisme amateur a considérablement influencé la production littéraire de Lovecraft. Nous avons souligné dans la section précédente les deux effets principaux de cet engagement : la mise en adéquation de la position sociale objective de Lovecraft à ses dispositions, d’une part, et la multiplication de ses sociabilités, d’autre part. Or, cet engagement est corrélé, d’abord, avec une productivité littéraire croissante. Les écrits qui demeurent de sa période de réclusion sont assez rares. Presque aucun n’a été publié, à l’exception de quelques articles et poèmes dans des journaux locaux. Lovecraft juge lui-même sa poésie de l’époque peu élégante. Les textes fictionnels qui le rendront célèbres, de manière posthume, et feront même de lui un classique de la littérature fantastique, sont écrits à partir de 1917. Les années 1919 à 1928 sont les plus productives, en termes de nombre comme de longueur de textes. Cela coïncide avec la période du plus fort engagement formel (direction d’associations) et informel (sociabilités new-yorkaises) de Lovecraft dans le journalisme amateur.

30La productivité de Lovecraft peut être comprise comme un résultat à la fois de sa meilleure image de soi et de son intégration dans un cercle d’écrivains. Le fait d’être accepté dans un milieu nouveau, et plus encore, d’être immédiatement lu, admiré et commenté, relance les aspirations littéraires de Lovecraft. Il a désormais un nouveau monde de référence : il écrit non seulement pour un public, mais pour un public actif, critique, et bien identifié. Par ailleurs, ce sont les demandes et les conseils répétés de ses amis amateurs qui relancent son écriture, dans un premier temps, puis sa volonté d’être publié. On remarque ainsi (figure 1) que la publication de textes de fiction devient régulière à partir de 1919. Dans un premier temps, elle a surtout pour destination des publications amateures. Jusqu’à 1923, toutes les fictions de Lovecraft sont d’abord publiées dans de tels supports. C’est également l’année où l’un de ses textes, « Dagon », paraît pour la première fois dans le magazine pulp Weird Tales. Après 1923, les magazines professionnels deviennent la principale cible de Lovecraft. Ils publient à la fois des inédits, et ses textes des années 1919-1923 qui n’avaient connu que des éditions amateures. Or, l’insistance de W. Paul Cook, un amateur de premier plan, est pour beaucoup dans l’envoi par Lovecraft de ses premiers manuscrits à Weird Tales. Ce graphe fait ainsi apparaître un rôle de « terrain d’entraînement » que joue le journalisme amateur. Les textes de Lovecraft sont d’abord, durant quelques années, éprouvés sur ce public. Puis les pulps prennent le relais dès lors que l’auteur a intégré ce nouveau réseau de diffusion.

  • 42 Lovecraft (Howard Phillips), Œuvres, op. cit.

Figure 1. Dates de publication des textes de fiction de Lovecraft – Source : données compilées par Francis Lacassin42. Le graphique prend seulement en considération les textes de fiction publiés pour la première fois du vivant de Lovecraft, et écrits seul (ni les collaborations, ni les textes écrits par Lovecraft mais signés par d’autres auteurs). La distinction entre publication professionnelle et publication amateure repose principalement sur un critère financier. Est professionnelle la publication dans un support commercial payant, et/ou donnant lieu à une rémunération de l’auteur, ne serait-ce que sous forme de droits d’auteurs (les publications amateures ne remplissent ni l’un ni l’autre de ces critères).

31Au-delà du nombre de textes écrits et publiés, c’est la forme même de la littérature de Lovecraft qui est forgée par son inscription dans le journalisme amateur. On peut en prendre pour exemple le fameux « mythe de Cthulhu » auquel l’écrivain est souvent associé. Ses textes fantastiques mobilisent souvent des figures d’êtres surnaturels, entre le dieu et l’entité extraterrestre, dont certaines reviennent d’un texte à l’autre. Les écrits de Lovecraft sont ainsi liés par une mythologie lâche, jamais réellement définie comme telle, ni systématisée, mais dominée par quelques figures récurrentes. On peut citer parmi elles Cthulhu, le « grand ancien », banni de sa planète natale et attendant son heure dans sa cité enfouie dans l’Océan Pacifique, ou encore le Necronomicon, un ouvrage occulte écrit par un poète fou qui recèlerait de terribles secrets. Ces figures fonctionnent comme des éléments d’un répertoire narratif dans lequel Lovecraft pioche à chacune de ses nouvelles, et qui lie entre elles ces histoires apparemment déconnectées. Ce procédé existait avant lui dans cette littérature : les nouvelles formant le recueil Le roi en jaune de Robert W. Chambers (1895) s’articulent également autour d’une telle figure, l’ouvrage occulte qui donne son titre au recueil. Chez Lovecraft, il est généralisé, et s’inscrit dans un collectif d’écrivains contemporains plutôt que dans une tradition ou chez des auteurs isolés.

  • 43 Jarocha-Ernst (Chris), A Cthulhu Mythos Bibliography and Concordance, Seattle, Armitage House, 1999
  • 44 Joshi (S. T.), « The Cthulhu Mythos », dans Joshi (S. T.) (dir.), Icons of Horror and the Supernatu (...)
  • 45 Après la mort de Lovecraft, August Derleth et Donald Wandrei, ses correspondants et amis, se sont c (...)
  • 46 Lovecraft (Howard Phillips), Collected Essays. Vol. 5: Philosophy, Autobiography & Miscellany, op.  (...)

32Les éléments de ce mythe ne sont jamais décrits de manière systématique et cohérente dans l’œuvre de Lovecraft, et c’est après sa mort que August Derleth a rassemblé une partie de ses textes sous l’appellation générique de « mythe de Cthulhu ». Certaines des entités du mythe connaissent des incarnations contradictoires. La plus grande partie d’entre elles ne sont que des noms : Lovecraft énumère souvent, dans ses nouvelles, les grands anciens, les dieux, ou les forces des ténèbres. Cependant, la malléabilité même de ces éléments fictionnels caractérise son œuvre. Elle a partie liée avec l’organisation sociale de son écriture. Le « mythe de Cthulhu » existe surtout par le travail des continuateurs de Lovecraft, qui, comme August Derleth, ont repris ses inventions et ses personnages pour écrire leurs propres histoires. Ce phénomène existait du vivant de Lovecraft, et s’est amplifié après sa mort, avec sa notoriété croissante43. Il y a dès l’origine, dans le travail de Lovecraft, ce caractère ouvert et collectif, d’idées émises pour être reprises par d’autres. Lovecraft réutilise certaines figures d’un texte à l’autre. Il les introduit lui-même directement dans les textes de ses collègues lorsqu’il révise ceux-ci. Il les prête volontiers à tel ou tel écrivain amateur. Il les emprunte également, reprenant à son compte, comme un clin d’œil, certaines figures créées par ses collègues44. Le noyau dur des continuateurs du « mythe de Cthulhu » est né dans le cercle des amateurs fédérés autour de Lovecraft, ses admirateurs et ses amis. Le travail de Derleth45, ainsi, a été largement fondé sur un carnet hérité de Lovecraft où figuraient de nombreuses pistes pour des histoires fantastiques46. Dans le journalisme amateur, la création littéraire est un produit collectif.

  • 47 Francis Lacassin, « Préface », in Lovecraft (Howard Phillips), Œuvres, op. cit., t. 1.

33La prédilection de Lovecraft pour la forme de la nouvelle plutôt que pour le roman a sans doute également un lien avec les modes de publication qu’il privilégiait. Les journaux amateurs contenaient surtout des textes courts. Les pulps ne publiaient également que des nouvelles, en les séparant si nécessaire en plusieurs parties, à la manière des feuilletons. Enfin, bien qu’il s’agisse de la partie la plus connue de sa production, la place de la fiction dans l’œuvre de Lovecraft est en définitive restreinte comparée au volume d’essais politiques, philosophiques, ou scientifiques en tous genres, tout comme de la poésie. On peut là encore voir l’influence du journalisme amateur sur la carrière de l’écrivain. Le mouvement valorisait des genres variés d’écritures variés, au sein desquels la fiction n’avait pas de priorité particulière. Si l’on s’étonne aujourd’hui de ce que Lovecraft n’ait pas prêté plus d’attention à l’édition de ses textes de fiction47, et n’ait pas, en particulier, essayé plus ardemment de s’extraire des pulps pour rejoindre une forme plus légitime littérairement, le roman et le recueil de nouvelles, il faut garder à l’esprit que ces textes n’étaient que l’une de ses productions littéraires parmi bien d’autres.

Conclusion

34La biographie de Lovecraft est caractérisée par une double rupture. Né dans la bourgeoisie nouvelle et élevé en rentier, il n’a jamais pu vivre de la sorte, faute de disposer des ressources financières nécessaires. Ses ambitions intellectuelles, encouragées par sa famille, se sont heurtées à ses difficultés à étudier à l’université. Jeune adulte, Lovecraft se sentait rejeté, exclu de la société qui l’entourait. Le futur écrivain écrivait alors peu. La rencontre avec le journalisme amateur, en lui donnant un public, une meilleure image de lui-même, une certaine confiance, et une position enfin adaptée à ses dispositions, inaugure un nouveau moment de sa biographie, le début de sa vie d’écrivain. L’engagement dans ce mouvement a stimulé son écriture, a donné un premier public bienveillant à ses textes, et lui a permis d’exercer sa plume. Il a modelé, in fine, jusqu’à son style et ses choix littéraires.

35Les thèses relatives à la carrière de Lovecraft que nous avançons dans cet article trouvent de forts appuis dans l’étude de sa biographie. On dispose de suffisamment d’informations et d’indices sur la position sociale de sa famille, sur sa trajectoire, sur son éducation, sur ses ambitions et sur ses actions pour repérer des ensembles dispositionnels et des ruptures biographiques caractéristiques, et pour émettre des hypothèses robustes. On sait également bien quel a été l’engagement de Lovecraft dans le journalisme amateur.

36L’analyse de ce mouvement, second volet empirique de cet article, repose cependant sur des matériaux plus dispersés et plus lacunaires. Le travail d’histoire du journalisme amateur reste à faire. Un tel projet présente plusieurs enjeux. Il participerait d’abord d’une histoire des formes d’organisations sociales d’une littérature de genre. Mais au-delà, le mouvement du journalisme amateur constitue un cas limite particulièrement intéressant de collectif aux marges du champ littéraire. Il rassemble des profils hétérogènes, de l’écrivain « amateur », au sens du hobby, à l’écrivain peu reconnu, du technicien imprimeur à l’écrivain, de la bonne volonté culturelle de l’autodidacte aux exigences artistiques du déclassé.

37Notre étude appelle donc une analyse plus précise de ce mouvement, dont nous pouvons décrire ici deux pistes. Il s’agira d’une part de saisir les liens entre trajectoires sociales, cycle de vie, et engagement dans le journalisme amateur des membres du mouvement. L’appréhension des enjeux de mobilité sociale à l’œuvre dans la pratique littéraire intéresse à la fois la sociologie de la littérature et celle de la stratification sociale. D’autre part, l’étude poussée des formes de collaboration littéraire au sein du mouvement, à partir des réseaux de correspondants de Lovecraft, et jusqu’à la structuration du groupe des continuateurs du « mythe de Cthulhu », permettrait de faire la lumière sur la singularité de l’héritage de Lovecraft, un auteur célébré à la fois pour son œuvre et pour les matériaux qu’il a fourni à celle de ses successeurs.

Haut de page

Bibliographie

Anheier (Helmut K.) et Gerhards (Jürgen), « Literary Myths and Social Structure », Social Forces, vol. 69, no 3, 1991, p. 811‑830.

Ashley (Mike), The Time Machines. The Story of the Science-Fiction Pulp Magazines from the Beginning to 1950, Liverpool, Liverpool University Press, 2000.

Becker (Howard S.), Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 2006.

Bois (Géraldine), « Le consentement à la domination littéraire. Degrés et diversité de ses formes chez les écrivains “les moins reconnus” » de l’univers littéraire », Tracés, no 14, 2008, p. 55‑76.

Bosky (Bernadette), « Amateur Press Associations : Intellectual Society and Social Intellectualism », dans Joe Sanders (dir.), Science Fiction Fandom, Westport, Greenwood Press, 1994, p. 181‑196.

Bourdieu (Pierre), Manet. Une révolution symbolique, Paris, Seuil, « Raisons d’agir », 2013.

Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art, Paris, Seuil, 1998.

Bourdieu (Pierre), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

Bourdieu (Pierre), Esquisse d’une théorie de la pratique. Précédé de trois études d’ethnologie kabyle, Genève, Droz, 1972.

Bourdieu (Pierre), Boltanski (Luc) et Saint Martin (Monique de), « Les stratégies de reconversion. Les classes sociales et le système d’enseignement », Social Science Information, vol. 12, no 5, 1973, p. 61‑113.

Camp (Lyon Sprague de), Lovecraft. Le roman de sa vie, Paris, NéO, 1987.

Coavoux (Samuel), « Ruptures biographiques et écriture du fantastique dans L’Affaire Charles Dexter Ward de H. P. Lovecraft », dans Bernard Lahire (dir.), Ce qu’ils vivent, ce qu’ils écrivent. Mises en scène littéraires du social et expériences socialisatrices des écrivains, Paris, Archives Contemporaines, 2011, p. 369‑398.

Faig Jr. (Kenneth W.), « Lovecraft’s Parental Heritage », Books at Brown, nos 38-39, 1991, p. 43‑66.

Fossé-Poliak (Claude), Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris, Economica, 2006.

Giraud (Frédérique), Raynaud (Aurélien) et Saunier (Émilie), « Principes, enjeux et usages de la méthode biographique en sociologie », Interrogations, no  17, 2014.

Glinoer (Anthony) et Laisney (Vincent), L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au xixe siècle, Paris, Fayard, 2013.

Griswold (Wendy), « Recent Moves in the sociology of literature », Annual Review of Sociology, vol. 19, 1993, p. 455‑467.

Houellebecq (Michel), H.P. Lovecraft : contre le monde, contre la vie, Paris, J’ai lu, 1999.

Jarocha-Ernst Chris, A Cthulhu Mythos Bibliography and Concordance, Seattle, Armitage House, 1999.

Joshi (S. T.,), « The Cthulhu Mythos », dans S. T. Joshi (dir.), Icons of Horror and the Supernatural. An Encyclopedia of our Worst Nightmares, Londres, Greenwood Press, 2007, p. 98‑128.

Joshi (S. T.), H.P. Lovecraft : a life, West Warwick, Necronomicon Press, 1996.

Joshi (S. T.) et Schultz (David E.), An H. P. Lovecraft Encyclopedia, Greenwood Publishing Group, 2001.

Lahire (Bernard), Franz Kafka : Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, 2010.

Lahire (Bernard), « Publicisation de la littérature et frontières invisibles du jeu littéraire », Littérature, vol. 160, no 4, 2010, p. 20‑29.

Lahire (Bernard), La condition littéraire : la double vie des écrivains, Paris, La Découverte, 2006.

Lahire (Bernard), L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.

Lévy (Maurice), Lovecraft ou du fantastique, Paris, Union Générale d’Éditions, 1972.

Lovecraft (Howard Phillips), Collected Essays. Vol. 5 : Philosophy, Autobiography & Miscellany, New York, Hippocampus Press, 2006.

Lovecraft (Howard Phillips), Letters from New York, San Francisco, Night Shade Books, 2005.

Lovecraft (Howard Phillips), Collected Essays. Vol. 1 : Amateur Journalism, New York, Hippocampus Press, 2004.

Lovecraft (Howard Phillips), Œuvres, Paris, Robert Laffont, 1991.

Moe (Maurice W.), « Amateur journalism and the English teacher », The English Journal, vol. 4, no 2, 1915, p. 113-115.

Nixon (John Travis), A History of the National Amateur Press Association, Crowley, Louisiana, John T. Nixon, Publisher, 1900.

Petrik (Paula), « The Youngest Fourth Estate. The Novelty Toy Printing Press and Adolescence, 1870–1886 », dans Elliott West et Paula Petrik (dir.), Small Worlds. Children and Adolescence, in America, 1850-1950, Lawrence, University Press of Kansas, 1992, p. 125‑142.

Pinçon (Michel) et Pinçon-Charlot (Monique), Sociologie de la bourgeoisie, Paris, La Découverte, « Repères », 2000.

Prickman (Gregory J.), « A Network and its Ephemera before the Internet : The Hidden Treasures and Clear Challenges of Apazines », RBM : A Journal of Rare Books, Manuscripts and Cultural Heritage, vol. 9, no  1, 2008, p. 136‑141.

Shapin (Steven), Une histoire sociale de la vérité. Science et mondanité dans l’Angleterre du xviie siècle, Paris, La Découverte, 2014.

Spencer (Truman J.), The History of Amateur Journalism, New York, The Fossils, 1957.

Stiénon (Valérie), « Des « univers de consolation ». Note sur la sociologie des écrivains amateurs », COnTEXTES [En ligne], note de lecture, 2008. URL : http://contextes.revues.org/2933.

Uzzi (Brian et Spiro (Jarrett), « Collaboration and Creativity. The Small World Problem », American Journal of Sociology, vol. 111, no 2, 2005.

Veblen (Thorstein), Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, 1970.

Haut de page

Notes

1 Griswold (Wendy), « Recent Moves in the sociology of literature », Annual Review of Sociology, vol. 19, 1993, p. 455‑467. À propos, plus généralement, de la production artistique : Becker (Howard S.), Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, 2006.

2 Anheier (Helmut K.) et Gerhards (Jürgen), « Literary Myths and Social Structure », Social Forces, vol. 69, nᵒˢ 3, 1991, p. 811‑830 ; Glinoer (Anthony) et Laisney (Vincent), L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au xixe siècle, Paris, Fayard, 2013. Sur d’autres univers de production artistique, cf. Uzzi (Brian) et Spiro (Jarrett), « Collaboration and Creativity. The Small World Problem », American Journal of Sociology, vol. 111, no 2, 2005.

3 Lahire (Bernard), Franz Kafka : Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, 2010, p. 21‑48.

4 Le terme d’amateur, en matière de pratiques artistiques, n’est pas sans poser problème, comme le note bien Valérie Stiénon (« Des 'univers de consolation'. Note sur la sociologie des écrivains amateurs », COnTEXTES [En ligne], note de lecture, 2008. URL : http://contextes.revues.org/2933). Elle renvoie à une opposition amateur/professionnel qui n’a rien d’évident dans un milieu où les créateurs les plus reconnus ne peuvent pas nécessairement vivre de leur création. Dans cet article, nous n’employons pas le terme dans cette acception. Nous l’utilisons au contraire parce qu’il constitue la désignation indigène du mouvement étudié. Le substantif « amateur » qualifie donc ici les membres d’associations de « journalisme amateur », et l’adjectif désigne leurs activités en tant que membres de ces associations, ainsi que celles de leurs publications qui répondent aux critères de ces associations : auto-publications, à faible tirage, exclusivement destinées aux autres membres du mouvement, et dont l’édition se fait sans objectif lucratif. Auteur, éditeur et imprimeur ne font souvent qu’un dans ces publications. Il est entendu qu’un journaliste amateur peut avoir une autre activité littéraire en sus. De la même manière, le terme de journaliste est employé dans cet article parce qu’il l’est par les acteurs que nous étudions, mais leur pratique effective est bien plus proche de la littérature que du journalisme.

5 Fossé-Poliak (Claude), Aux frontières du champ littéraire. Sociologie des écrivains amateurs, Paris, Economica, 2006.

6 Bois (Géraldine), « Le consentement à la domination littéraire. Degrés et diversité de ses formes chez les écrivains « les moins reconnus » de l’univers littéraire », Tracés, no 14, 2008, p. 55‑76.

7 Anheier (Helmut K.) et Gerhards (Jürgen), « Literary Myths and Social Structure », op. cit.

8 Giraud (Frédérique), Raynaud (Aurélien) et Saunier (Émilie), « Principes, enjeux et usages de la méthode biographique en sociologie », Interrogations, no 17, 2014.

9 Bourdieu (Pierre), Esquisse d’une théorie de la pratique. Précédé de trois études d’ethnologie kabyle, Genève, Droz, 1972 ; Lahire (Bernard), L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.

10 Si les biographes de Lovecraft ne manquent pas de décrire longuement le journalisme amateur, ses critiques, eux, ne le mentionnent qu’en passant. Par exemple, Lévy (Maurice), Lovecraft ou du fantastique, Paris, Union Générale d’Éditions, 1972 ; Houellebecq (Michel), H.P. Lovecraft : contre le monde, contre la vie, Paris, J’ai lu, 1999.

11 Nixon (John Travis), A History of the National Amateur Press Association, Crowley, Louisiana, John T. Nixon, Publisher, 1900 ; Spencer (Truman J.), The History of Amateur Journalism, New York, The Fossils, 1957.

12 Bosky (Bernadette), « Amateur Press Associations: Intellectual Society and Social Intellectualism », dans Joe Sanders (dir.), Science Fiction Fandom, Westport, Greenwood Press, 1994, p. 181‑196 ; Prickman (Gregory J.), « A Network and its Ephemera before the Internet: The Hidden Treasures and Clear Challenges of Apazines », RBM: A Journal of Rare Books, Manuscripts and Cultural Heritage, vol. 9, no 1, 2008, p. 136‑141.

13 Petrik (Paula), « The Youngest Fourth Estate. The Novelty Toy Printing Press and Adolescence, 1870–1886 », dans Elliott West et Paula Petrik (dir.), Small Worlds. Children and Adolescence in America, 1850-1950, Lawrence, University Press of Kansas, 1992, p. 125‑142.

14 Moe (Maurice W.), « Amateur journalism and the English teacher », The English Journal, vol. 4, no 2, 1915, p. 113‑115.

15 On s’appuie ici sur les données compilées par Joshi et Schulz dans leur encyclopédie, qui contient des entrées détaillées sur ceux des amateurs qui ont correspondu avec Lovecraft (Joshi (S. T.) et Schultz (David E.), An H. P. Lovecraft Encyclopedia, Greenwood Publishing Group, 2001) ainsi que sur le dépouillement des publications amateures, en particulier la revue The Fossils et la collection d’ouvrages de David Haden, Lovecraft in historical context.

16 Lahire (Bernard), La condition littéraire: la double vie des écrivains, Paris, La Découverte, 2006.

17 Bourdieu (Pierre), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979.

18 Les informations biographiques sur Lovecraft sont tirées, sauf mention contraire, de Joshi (S. T.), H.P. Lovecraft: a life, West Warwick, Necronomicon Press, 1996.

19 Camp (Lyon Sprague de), Lovecraft. Le roman de sa vie, Paris, NéO, 1987, p. 27.

20 Faig (Jr.) Kenneth W., « Lovecraft’s Parental Heritage », Books at Brown, no 38-39, 1991, p. 43‑66.

21 Pinçon (Michel) et Pinçon-Charlot (Monique), Sociologie de la bourgeoisie, Paris, La Découverte, « Repères », 2000.

22 Lahire (Bernard), « Publicisation de la littérature et frontières invisibles du jeu littéraire », Littérature, vol. 160, no 4, 2010, p. 20‑29.

23 Veblen (Thorstein), Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, 1970.

24 Shapin (Steven), Une histoire sociale de la vérité. Science et mondanité dans l’Angleterre du xviie siècle, Paris, La Découverte, 2014.

25 Bourdieu (Pierre), Boltanski (Luc) et Saint Martin (Monique de), « Les stratégies de reconversion. Les classes sociales et le système d’enseignement », Social Science Information, vol. 12, no 5, 1973, p. 61‑113.

26 Comme l’explique Bourdieu à propos de Flaubert : Bourdieu (Pierre), Les règles de l’art, Paris, Seuil, 1998.

27 Veblen (Thorstein), Théorie de la classe de loisir, op. cit., p. 52.

28 Coavoux (Samuel), « Ruptures biographiques et écriture du fantastique dans L’Affaire Charles Dexter Ward de H. P. Lovecraft », dans Lahire (Bernard) (dir.), Ce qu’ils vivent, ce qu’ils écrivent. Mises en scène littéraires du social et expériences socialisatrices des écrivains, Paris, Archives Contemporaines, 2011, p. 369‑398.

29 « I am today unwilling to visit them as a casual outsider and non-university barbarian and alien. », cité par Joshi (S. T.), H.P. Lovecraft, op. cit., p. 87.

30 Bourdieu (Pierre), Manet. Une révolution symbolique, Paris, Seuil, « Raisons d’agir », 2013, p. 246.

31 Joshi (S. T.) et Schultz (David E.), An H. P. Lovecraft Encyclopedia, op. cit., p. 5.

32 Joshi (S. T.), H.P. Lovecraft, op. cit., p. 101.

33 Voir par exemple Lovecraft (Howard Phillips), Collected Essays. Vol. 5: Philosophy, Autobiography & Miscellany, New York, Hippocampus Press, 2006, p. 205 et 209.

34 Sur l’histoire des pulps et ses liens avec la science fiction et le fantastique, cf. Ashley (Mike), The Time Machines. The Story of the Science-Fiction Pulp Magazines from the Beginning to 1950, Liverpool, Liverpool University Press, 2000.

35 Rheinhart Kleiner écrit ainsi, à propos de la revue éditée par Lovecraft, The Conservative : « many were immediatly aware that a brilliant new talent had made itself known (…). The Conservative took a unique place among the valuable publications of its time. » cité par Joshi (S. T.), H.P. Lovecraft, op. cit., p. 112.

36 Lovecraft (Howard Phillips), Collected Essays. Vol. 1: Amateur Journalism, New York, Hippocampus Press, 2004, p. 254.

37 Ibid., p. 259.

38 Lovecraft (Howard Phillips), Œuvres, t. 2, Paris, Robert Laffont, 1991.

39 Lovecraft (Howard Phillips), Collected Essays. Vol. 1: Amateur Journalism, op. cit., p. 271-273.

40 Joshi (S. T.) et Schultz (David E.), An H. P. Lovecraft Encyclopedia, op. cit., p. 144.

41 Lovecraft (Howard Phillips), Letters from New York, San Francisco, Night Shade Books, 2005.

42 Lovecraft (Howard Phillips), Œuvres, op. cit.

43 Jarocha-Ernst (Chris), A Cthulhu Mythos Bibliography and Concordance, Seattle, Armitage House, 1999.

44 Joshi (S. T.), « The Cthulhu Mythos », dans Joshi (S. T.) (dir.), Icons of Horror and the Supernatural. An Encyclopedia of our Worst Nightmares, Londres, Greenwood Press, 2007, p. 98‑128.

45 Après la mort de Lovecraft, August Derleth et Donald Wandrei, ses correspondants et amis, se sont chargés de rassembler et de publier ses textes, fondant pour cela une maison d’édition, Arkham House, après les refus de plusieurs éditeurs. Derleth a fait publier ses propres textes dans cette maison, dont certains tirés des idées de Lovecraft, en se déclarant « collaborateur posthume » de ce dernier. Ces textes proposent une vision bien plus cohérente du « mythe de Cthulhu » que celle qu’avait Lovecraft, et à ce titre. Pour s’être auto-proclamé co-auteur de Lovecraft et pour avoir présenté cette vision systématique du mythe, loin de celle de Lovecraft, Derleth a été particulièrement critiqué. Cf. Ibid.

46 Lovecraft (Howard Phillips), Collected Essays. Vol. 5: Philosophy, Autobiography & Miscellany, op. cit., p. 219‑235.

47 Francis Lacassin, « Préface », in Lovecraft (Howard Phillips), Œuvres, op. cit., t. 1.

Haut de page

Figure 1. Dates de publication des textes de fiction de Lovecraft – Source : données compilées par Francis Lacassin42. Le graphique prend seulement en considération les textes de fiction publiés pour la première fois du vivant de Lovecraft, et écrits seul (ni les collaborations, ni les textes écrits par Lovecraft mais signés par d’autres auteurs). La distinction entre publication professionnelle et publication amateure repose principalement sur un critère financier. Est professionnelle la publication dans un support commercial payant, et/ou donnant lieu à une rémunération de l’auteur, ne serait-ce que sous forme de droits d’auteurs (les publications amateures ne remplissent ni l’un ni l’autre de ces critères).
URL http://journals.openedition.org/contextes/docannexe/image/6031/img-1.png
image/png, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Coavoux, « « Life itself ». L’engagement d’Howard Philips Lovecraft dans le journalisme amateur », COnTEXTES [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 26 février 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6031

Haut de page

Auteur

Samuel Coavoux

ENS – Lyon (Centre Max Weber)

Articles du même auteur

Haut de page