Navigation – Plan du site

Des vies à l’œuvre : agencements pluriels de socialisations

Frédérique Giraud et Émilie Saunier

Texte intégral

  • 1 Celui-ci, intitulé « Propriétés des créateurs et propriétés de leurs créations : sociologies implic (...)

1Le dossier que le lecteur s’apprête à ouvrir prend le relais d’une journée d’étude intitulée « Socialisations et création littéraire » que nous avions organisée l’École Normale Supérieure de Lyon le 12 janvier 2012. Celle-ci se voulait le point d’aboutissement d’un programme de recherche collective autour de la création littéraire qui avait été mené dans le cadre d’un cluster financé par la région Rhône-Alpes1, ainsi qu’un point d’ancrage pour un élargissement de cette réflexion.

  • 2 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992
  • 3 Bourdieu (Pierre), Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, (...)

2Celle menée autour de la création littéraire s’enracine en effet dans un questionnement que l’on pourrait initialement présenter comme disciplinaire. Est-il possible de mener à bien une étude de la création littéraire à partir d’un point de vue sociologique ? Quelles seraient ses conditions pratiques et épistémologiques de réalisation ? L’application de ce regard sociologique à la compréhension du geste créateur permet-il de compléter, sinon de renouveler, les analyses proprement littéraires ? Pierre Bourdieu a été l’un des plus féroces défenseurs d’une telle approche, son ouvrage les Règles de l’art posant les jalons de cette manière de saisir le fait littéraire2. Il entend proposer des pistes théoriques pour dépasser le clivage entre les lectures dites « internes » et les lectures dites « externes » de l’œuvre littéraire, en formulant l’hypothèse d’une homologie entre l’espace des positions et l’espace de prises de position au sein du champ littéraire. Une première manière de penser cette articulation entre les aspects externes et les aspects internes de l’œuvre réside en effet dans sa théorie du champ littéraire : celle-ci permet de répondre aux lacunes identifiées de certaines des théories marxistes qui interprètent les prises de positions littéraires comme le produit « immédiat » d’une classe sociale ou encore, plus sommairement, comme le produit de la société. Le champ littéraire comme espace structuré de positions, où des agents se définissent les uns par rapport aux autres par la distribution inégale du capital spécifique du champ (accès aux salons, aux maisons d’édition les plus légitimes, aux revues, etc.) est pensé comme le prisme à travers lequel se réfractent les contraintes socio-économiques et politiques extérieures au champ sur les prises de position de l’auteur. À chaque position objective structurale dans le champ correspond une prise de position esthétique (correspondant au genre, aux thématiques, au style mobilisés). Le champ littéraire agit comme une instance médiatrice qui, en quelque sorte, « filtre » l’effet des propriétés sociales des auteurs sur les œuvres. Bourdieu donne cependant la priorité à l’espace relationnel dans lequel s’insère l’auteur par rapport aux éléments biographiques individuels. Il note en effet que « les productions symboliques doivent donc leurs propriétés les plus spécifiques aux conditions sociales de leur production et, plus précisément, à la position du producteur dans le champ de production3 ».

  • 4 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op. cit., 1998, p. 381.

3Le traitement des genres, des formes, des styles se pense dès lors en termes d’« écarts différentiels » : « L’on verra ainsi que les différents genres, styles, formes, manières, etc., sont les uns aux autres ce que sont entre eux les auteurs correspondants4. » Or, comme le note Jean-Pierre Esquenazi, une œuvre ne peut se réduire à « une différence symbolique introduite par son auteur pour s’opposer aux œuvres de ses concurrents » :

  • 5 Esquenazi (Jean-Pierre), Sociologie des œuvres. De la production à l’interprétation, Paris, Armand (...)

4« L’œuvre parle d’autre chose, elle déclare (ou semble déclarer) d’autres thèmes, sujets ou motifs que ceux de faire régner un ordre dans le champ de production. Ces thèmes, sujets ou motifs sont extérieurs à la lettre de la lutte dans le champ : ils sont pourtant pris au sérieux par des acteurs qui ne sont pas toujours des agents du champ, qui n’y ont pas toujours "intérêt".5 »

  • 6 Fabiani (Jean-Louis), « Les règles du champ », dans Le Travail sociologique de Pierre Bourdieu. Det (...)
  • 7 Lahire (Bernard), Franz Kafka : éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Déc (...)

5De même, Jean-Louis Fabiani souligne que postuler une homologie structurale entre l’œuvre et la position de son auteur dans le champ littéraire présente le risque de « réduire l’œuvre au statut de support expressif de la position d’un auteur6 ». S’intéressant au cas de Flaubert analysé par Bourdieu, Bernard Lahire met en évidence une tendance du sociologue à réduire les œuvres à des prises de position, des « coups » stratégiques dans un champ littéraire et à très peu décrire l’habitus de Flaubert7. Cette approche s’observe également dans son analyse de Heidegger, où Bourdieu note par exemple :

  • 8 Bourdieu (Pierre), L’ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, Éditions de Minuit, « Le Sens (...)

6« Il serait parfaitement vain d’essayer de comprendre en dehors de ses relations avec le champ philosophique dans laquelle elle s’enracine une pensée philosophique aussi manifestement professorale que celle de Heidegger : celui-ci n’a cessé de penser et de se penser par rapport à d’autres penseurs8 ». Autrement dit, Bourdieu pense plus la « position » de Flaubert ou celle de Heidegger (relativement aux autres positions dans le champ) que réellement leurs « socialisations ». Or c’est bien cette dernière notion que nous souhaitons remettre au centre de l’analyse. L’enjeu principal de ce dossier concerne donc la réflexion sur la possibilité de mettre en relation les mises en scène littéraires du social et les expériences socialisatrices des écrivains qui leur donnent forme. Le travail que nous avons engagé, qui a été mené collectivement sur quatorze auteurs, consistait à défendre, à travers des cas concrets, la possibilité et l’intérêt de relier une étude précise des œuvres avec les propriétés et expériences sociales de leurs créateurs. Ces dernières doivent être mises au jour pour chaque cas à partir d’une analyse des sources disponibles.

  • 9 Proust (Marcel), Contre Sainte-Beuve, Gallimard, « Folio essais », 1987.
  • 10 À l’instar de José-Luis Diaz, notons d’emblée qu’il n’est pas question ici de « reprendre le procès (...)
  • 11 Dosse (François), Le pari biographique : écrire une vie, Paris, Éditions la Découverte, « La Déco (...)
  • 12 Lahire (Bernard), Franz Kafka, op. cit.
  • 13 Lahire (Bernard), L’homme pluriel : les ressorts de l’action, Paris, Nathan, « Collection Essais &  (...)
  • 14 Giraud (Frédérique), Saunier (Émilie) et Raynaud (Aurélien), « Principes, enjeux et usages de la mé (...)

7La question de la place à faire à l’auteur dans l’interprétation des œuvres est l’une des plus controversées dans les études littéraires. Le Contre Sainte-Beuve de Proust9 a longtemps symbolisé les réticences des critiques face à la biographie d’auteur10, celle-ci faisant l’objet de multiples censures épistémologiques (impossibilité d’une représentation objective de la vie, sélection et combinaison inévitable de contenus, illusion de la complétude, connivence avec l’auteur, fictionnalisation indispensable, etc.). Il faut bien entendre ici la manière spécifique à travers laquelle nous l’entendons, fondée sur la reconstruction des cadres de socialisations successifs et parallèles de l’écrivain, des manières de penser, sentir et agir, des dispositions incorporées, etc. Cette méthodologie vise notamment à se démarquer de la biographie littéraire telle que François Dosse la définit dans Le pari biographique, notant que « la biographie se situe en tension constante entre une volonté de reproduire un vécu réel selon les règles de la mimesis, et en même temps le pôle imaginatif du biographe qui doit recréer un univers perdu selon son intuition et ses capacités créatives11 ». L’on ne peut se satisfaire d’une vision considérant l’écrivain comme un individu doté d’un certain volume de capitaux de différentes natures si l’on ne cherche pas à en reconstruire la genèse et l’appropriation. L’objectif est d’identifier comment les différents processus de socialisation se déroulent et s’articulent concrètement, s’ils se renforcent les uns les autres, comment ils se distinguent ou se contredisent, mais également ce qu’ils produisent en termes de dispositions à sentir, penser et agir incorporées en l’individu. Bernard Lahire propose de reconstruire ce qu’il appelle la « biographie sociologique12 » de l’individu, afin de reconstruire les cadres de socialisation successifs ou parallèles13 par lesquels l’individu est passé, ainsi que les traces incorporées (dispositions à croire, voir, sentir, agir) laissées par la fréquentation de ces cadres. Nous parlons à notre tour de biographie sociologique pour désigner un mode d’intelligibilité des pratiques qui se concentre sur la sociogenèse des dispositions sociales structurantes d’un individu, c’est-à-dire ce qui constitue la singularité sociale incorporée d’un individu. Il ne s’agit pas de tout savoir sur un individu, de sa naissance à sa mort, de façon téléologique et chronologique, mais de reconstruire la sociogenèse des cadres de socialisation de l’individu, des traces qu’ils ont laissées en l’individu et de leurs effets sur la production littéraire14. La réalisation d’une biographie sociologique repose sur une démarche interprétative, qui consiste en la description fine des propriétés portées par un individu. Il ne s’agit donc pas de compiler des données de nature biographique pas plus que d’élaborer un résumé linéaire et anecdotisant d’une vie. Il s’agit plutôt de reconstruire la manière et l’ordre dans lesquels un certain nombre d’expériences répétées se sont sédimentées en l’individu.

  • 15 Nous remercions les évaluateurs anonymes des articles de ce dossier pour leur disponibilité et leur (...)

8Les articles réunis dans ce dossier souhaitent « remettre sur le métier » cette problématique. Intitulé « Des vies à l’œuvre : agencements pluriels de socialisations », le dossier proposé souhaite poursuivre l’investigation en réglant la focale sur la façon dont se nouent les diverses expériences socialisatrices des auteurs en « amont » du jeu littéraire (permettant d’expliquer par exemple leur venue à l’écriture et à la publication) et en son sein (éclairant par exemple leurs prises de position littéraires). Il s’intéresse aussi à la façon dont, en « aval », la littérature comme expérience sociale, « vitale » selon le terme employé par José-Luis Diaz, agit sur les écrivains et la société en général. Les articles qui y sont réunis, pour partie issus de la journée d’études, pour l’autre résultats d’un appel à communication15, permettent de reposer, de compléter, voire de renouveler la question des (r)apports contextuels entre la vie et les œuvres sans que ceux-ci ne soient jamais anecdotiques.

9Les questions qui se posent sont à la fois épistémologiques et méthodologiques. De quelles façons la création littéraire entendue au sens large (journalistique, romanesque, poétique, etc.) peut-elle constituer pour un auteur un terrain de déchiffrage et de travail sur des expériences sociales marquantes ? À l’inverse, comment la littérature et les conduites de vie tenues pour littéraires peuvent représenter des instruments collectifs de façonnage des identités sociales et professionnelles ? Quelles sont les expériences qui forgent, donnent forme et modèlent l’envie d’écrire des écrivains ? Comment peuvent-elles être transformées ou sublimées par l’écriture ? Comment l’envie et le besoin d’écrire participent-ils à la structuration de la « vie littéraire » de l’auteur, c’est-à-dire son mode d’engagement au sein de l’espace littéraire ? Comment la littérature imaginée et vécue collectivement peut-elle influencer les conduites de vie individuelles, les manières de faire de la littérature, de se penser et se vivre en écrivain ? D’un point de vue méthodologique, quels outils mobiliser pour tenter de rendre raison des pratiques de création littéraire ? Identifier les cadres pertinents de compréhension de la création littéraire nécessite de délimiter un champ d’observation adapté à l’objet étudié : quelle(s) échelle(s) d’observation (micro-sociologique/ macrosociologique) retenir pour éclairer l’œuvre ? Comment la/les mettre en œuvre ? Dans quelle mesure une explication par des données extralittéraires, articulée à une explication par le champ littéraire, permet-elle d’apporter des éléments à la compréhension de prises de position littéraires ?

  • 16 Lahire (Bernard) L’Homme pluriel, les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.
  • 17 Norbert (Elias), Mozart. Sociologie d’un génie, Paris, Seuil, 1991.

10Faisant l’hypothèse que les productions littéraires expriment, de manière plus ou moins transfigurée, un rapport au monde social qui s’est construit au fil des expériences socialisatrices de l’écrivain, une théorie dispositionnaliste et contextualiste de l’acteur s’avère nécessaire afin d’observer les processus par lesquels l’individu est « modelé » par la société dans laquelle il vit16. Cette approche implique de faire varier les échelles d’observation, sur le modèle du travail qu’a effectué Norbert Elias sur Mozart17 : élaborer, au niveau macrosociologique, une connaissance de la situation littéraire, politique, linguistique, scolaire, sociale (etc.) du pays d’origine de l’écrivain ; reconstruire, au niveau microsociologique, la structure des relations nouées entre l’écrivain et son entourage.

  • 18 Norbert (Elias), op. cit., p. 14.
  • 19 Panofsky (Erwin), Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, Éditions de Minuit, « Le Sens (...)
  • 20 Baudelle (Yves), « Du vécu dans le roman : esquisse d’une poétique de la transposition », Revue des (...)

11Sans réduire notre compréhension d’un auteur à sa dimension biographique, nous pensons donc que l’on ne peut comprendre la production littéraire d’un écrivain sans connaître « les désirs prédominants qu’il aspire à satisfaire18 » pour reprendre la formule d’Elias. Nous défendons l’idée que les fondements de l’activité artistique peuvent être recherchés en l’auteur lui-même, reprenant ici l’idée de Panofsky étudiant les goûts architecturaux de l’abbé Suger de Saint-Denis lorsqu’il écrivait que « le principe de l’activité artistique de Suger – et de ses écrits à son propos – doit être recherché en lui-même19 ». Il ne s’agit pas de postuler que toutes les expériences socialisatrices de l’écrivain sont travaillées dans et par l’écriture mais de mettre au jour les expériences sociales marquantes qui sont transposées dans les productions littéraires20, et la manière dont elles sont mises en formes et retravaillées par leur transfiguration dans les productions littéraires.

  • 21 Darmon (Muriel), La socialisation, Paris, Armand Colin, « 128 », 2006.
  • 22 Lahire (Bernard), (avec la collaboration de G. Bois), La Condition littéraire, la double vie des éc (...)

12En pratique, l’étude des socialisations d’un écrivain, entendue comme la reconstruction des processus au cours desquels l’individu acquiert « des façons de faire, de penser et d’être qui sont situées socialement21 », s’avère, à notre sens, une entrée à la fois nécessaire et féconde pour éclairer les créations littéraires. Penser la socialisation d’un écrivain impose de réfléchir aux configurations sociales concrètes qu’il a traversées, avant même qu’il ne soit écrivain, et qui ont d’une certaine façon, créé, soutenu son envie d’écriture, mais aussi qui ont engendré des questionnements, obsessions qui vont se transposer de manière particulière sous une forme littéraire. C’est en ce sens qu’il s’agit bien de parler d’« agencements pluriels de socialisations » : est au centre de notre questionnement l’entremêlement des actions socialisatrices des différentes expériences (familiales, scolaires, lectorales, etc.) et instances (lieux, personnes) vécues et fréquentées par un individu. Nous ne présumons ni de leur existence, ni de leur influence concrète sur l’individu, mais nous nous laissons la possibilité d’entrevoir leur influence. Il faut donc reconstruire les socialisations littéraires, bien sûr, mais pas seulement et pas prioritairement, au sens où les socialisations littéraires ne sont qu’une des formes possibles, parmi d’autres, des expériences sociales vécues par les écrivains. Parce que l’écrivain préexiste à son entrée dans le champ littéraire et parce qu’il n’entre pas seulement, ni prioritairement, en littérature pour « jouer des coups », mais pour exprimer certaines problématiques personnelles22, il est important d’être attentif à la pluralité des cadres de socialisation et des expériences socialisatrices des écrivains, en les hiérarchisant : relations familiales, amicales, sentimentales, appartenances politiques et religieuses, activités scolaires et professionnelles…

13La première partie du titre « Des vies à l’œuvre » décrit en un premier lieu le mouvement chronologique, à expliquer, menant un individu à un moment donné de sa biographie, après avoir fait une collection d’expériences successives ou simultanées, à se tourner vers l’écriture de façon occasionnelle, ludique ou bien même professionnelle. La question ne saurait trouver de réponse générique, c’est l’examen détaillé et minutieux de chaque cas, qui permet d’expliquer comme telle vie a conduit un individu à se penser comme auteur, à vouloir vivre de sa plume, faire commerce de la littérature, à se penser en littérateur ou bien encore à se fantasmer « poète ». Nous multiplions à dessein des formes possibles d’engagement dans la sphère littéraire afin de rappeler qu’il ne saurait y avoir une seule manière de vivre pour et par la littérature. Le fait que le titre soit au pluriel n’est donc pas un hasard : c’est l’occasion pour nous de mettre l’accent sur la démarche de recherche que doit avoir le sociologue de la littérature : ne pas présupposer l’existence d’un parcours obligé menant à la littérature mais rechercher ce qui, dans les trajectoires de vie singulières, a pu mener à des œuvres et des parcours littéraires particuliers. Pour comprendre les processus sociaux de genèse des œuvres littéraires, il faut remonter en « amont » des textes et cerner les conditions de la pratique littéraire d’un écrivain particulier : conditions matérielles, symboliques, pratiques, cognitives, etc.

14L’expression nous permet également de questionner la possibilité des auteurs de se donner à voir dans leurs créations : quelle que soit le genre auquel elle appartient, l’œuvre littéraire peut être le support d’un travail de soi. Ce sont donc « des vies à l’œuvre » à travers les créations elles-mêmes. L’écriture littéraire est envisagée comme le terrain pour l’écrivain d’un travail sur ses propres expériences sociales. Elle lui offre l’occasion de mettre à distance certains épisodes marquants de sa trajectoire biographique en composant des scènes de fiction qui s’appuient d’une manière plus ou moins éloignée sur ses expériences, de s’interroger sur le sens qu’elles revêtent pour lui, d’en faire le bilan plus ou moins critique ou de se préparer à des événements à venir.

15En se demandant ce que l’auteur produit sur lui-même par l’écriture et à travers quels codes de transposition (par quels procédés génériques, stylistiques, narratologiques) il y parvient, et en tâchant d’y répondre avec un outil permettant de saisir une pluralité de logiques « à l’œuvre » et pas seulement des stratégies d’auteur comme le propose implicitement Pierre Bourdieu à travers le concept de champ, on se donne les moyens de comprendre de façon plus précise des structures narratives, des choix génériques et stylistiques. Ce n’est bien sûr pas sur la concordance factuelle entre des événements racontés et la vie de l’auteur réel que nous pouvons dresser le constat d’une proximité entre les créations et leur auteur, mais sur la mise en évidence d’une récurrence de schémas narratifs, thématiques, stylistiques. Celle-ci est considérée comme l’élément à expliquer. L’hypothèse qui nourrit ici la mise en relation entre des éléments narratifs et la vie de l’auteur est celle selon laquelle « ce que racontent les œuvres » n’est pas anecdotique et ne peut être ramené a priori à une explication stratégique qui fait de l’histoire racontée une variation sur un thème commun à de nombreux auteurs.

  • 23 Glinoer (Anthony) et Laisney (Vincent), L’Âge des cénacles : confraternités littéraires et artis (...)
  • 24 Giraud (Frédérique), Raynaud (Aurélien), Saunier (Émilie), « Principes, enjeux et usages de la méth (...)
  • 25 Mais il faut également réfléchir aux conditions dans lesquelles ces « traces » ont été conservées, (...)
  • 26 Comme le souligne François Rosset, il existe en effet un biais relatif à la « sédimentation des don (...)

16Il s’agit bien de penser la relation entre les socialisations et la création littéraire dans « tous les sens » : d’un côté, comment, pour le dire schématiquement, la vie façonne l’œuvre ; d’un autre côté, comment l’existence d’un écrivain sur la scène littéraire et la participation à des groupes littéraires23 façonnent, modèlent, soutiennent l’envie et le besoin d’écrire et impriment leur marque sur les œuvres. Ce faisant, nous ne négligeons pas les problèmes méthodologiques sur lesquels une telle recherche peut buter. Nécessitant un regard approfondi sur un seul écrivain, un tel dispositif d’enquête suppose que soient disponibles des documents variés permettant de reconstruire et « de décrire finement les propriétés portées par un individu, de reconstruire la manière et l’ordre dont elles se sont sédimentées en l’individu, et de définir ainsi des traits structurants définissant ainsi par leur forme d'organisation, leur volume et leur imbrication un individu socialisé24 ». Il faut donc qu’aient été conservées un certain nombre de traces de la vie de l’auteur25 : documents officiels et administratifs, correspondance, journaux intimes, bibliothèques des écrivains, patrimoine mobilier, etc. Il s’avère nécessaire de disposer d’éléments de nature diverse de « première main »26 afin de pouvoir reconstruire au plus près les conditions réelles d’existence de l’écrivain dans son enfance, sa jeunesse et tout au long de sa carrière.

  • 27 C’est par exemple le cas de Zola. Giraud (Frédérique), Écrire pour résister au déclassement social  (...)
  • 28 Passeron (Jean-Claude), « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociol (...)

17Comment faire lorsque ce n’est pas le cas, c’est-à-dire lorsque le chercheur ne peut accéder à des matériaux précis permettant de reconstruire avec détails, précision et rigueur, les contextes de socialisation de l’écrivain (notamment en ce qui concerne sa prime socialisation) ? Lorsque le chercheur s’intéresse à un écrivain qui est mort, a fortiori lorsqu’il n’est pas célèbre, il peut se retrouver dans l’impossibilité de poser ses propres questions, de croiser les informations disponibles, et de contrôler les reconstructions effectuées par l’enquêté et ses descendants, voire même par les chercheurs qui le précèdent. C’est la nature du matériau qui est en cause : le chercheur peut disposer avant tout d’informations subjectives sur l’écrivain (lettres, témoignages, interviews, articles) et non de données objectives27. Cela n’interdit cependant pas obligatoirement de travailler à la mise au jour des expériences socialisatrices de l’écrivain, mais à la condition que l’on reste attentif au fait que les reconstructions opérées par celui-ci et son entourage, amical comme professionnel, traduisent un « excès de sens et de cohérence inhérent à toute approche biographique28 ».

  • 29 Sur ces questions, voir notamment Saunier (Emilie), « L’écriture comme objectivation et travail par (...)

18Enfin, les romans autobiographiques et les autofictions rédigés par les écrivains peuvent-ils être utilisés comme des sources pour reconstruire leurs dispositions ? Contribuant à la fictionnalisation de soi, de tels discours doivent être abordés avec prudence afin d’éviter de prendre appui sans distance critique sur les éléments biographiques développés par l’écrivain dans ses œuvres pour construire sa biographie. Le risque serait de prendre pour argent comptant ce qui est dit dans l’œuvre, alors même que celle-ci présente bien souvent un miroir déformant de soi, qui est le produit de la subjectivité de son créateur29.

  • 30 Sofio (Séverine), « Méthodes quantitatives et terrain historique : quels outils pour une sociologie (...)

19L’accessibilité des données à partir desquelles reconstruire la biographie sociologique de ces écrivains est une question de première importance30. Elle est soulevée pour chacun des cas présentés dans ce dossier, mais elle l’est plus spécifiquement par Samuel Coavoux qui présente un travail inédit sur le journalisme amateur à partir du cas de Lovecraft, ainsi que par Vanessa Gemis qui s’intéresse à deux auteures femmes, Jean Dominique et Blanche Rousseau.

20Les focales mises en œuvre par les articles sont variées. Tout d’abord, les articles de Samuel Coavoux et Kaoutar Harchi proposent d’étudier respectivement les cas de Lovecraft et de Boudjedra afin de tester empiriquement ce que la vie de ces auteurs « fait » à leurs œuvres. Samuel Coavoux examine l'engagement du romancier fantastique américain Howard Phillips Lovecraft dans le mouvement du journalisme amateur et démontre que celui-ci a joué dans la fabrique de son œuvre un rôle essentiel jusqu’ici méconnu par la critique. Lovecraft trouve dans le journalisme amateur un outil pour dépasser et dominer le déficit de fortune et de légitimité scolaire qui le taraude. L’étude de Kaoutar Harchi dévoile une série de ruptures et de dualités dans la vie de Boudjedra : familiale (une mère d’origine modeste répudiée par un père riche), scolaire (une double scolarisation en français et en arabe), politique (marxisme contre traditionalisme musulman, indépendantisme contre impérialisme colonial). Ces nœuds fondent une « problématique existentielle » qui oriente les formes et les contenus de son premier roman, La Répudiation, ainsi que les fonctions que cet écrivain prête à l’écriture.

21De son côté, José-Luis Diaz fait le pari qu’il est possible et fécond de renverser la perspective mobilisée par les deux premiers auteurs en se demandant ce que la littérature fait à la vie. L’auteur met au jour l’influence de la littérature sur la vie sociale à partir de la mobilisation d’une pluralité d’exemples qui fonctionnent avec efficacité. La littérature a une influence sur les conditions sociales d’existence – des écrivains mais aussi des lecteurs et, par leur canal, de la « société » tout entière. De la revendication d’une confusion entre la vie et l’œuvre qu’il fait remonter à la fin du XVIIIe siècle à la revendication d’une coupure, Diaz propose une réflexion à rebours de la conception habituelle de la littérature comme reflet ou expression de la société.

22Enfin, Vanessa Gemis et David Vrydaghs choisissent de travailler sur un corpus de taille différente, en se centrant pour la première sur deux auteures belges (Marie Closset et Blanche Rousseau) et pour le second sur un collectif d’écrivains, le groupe surréaliste français. Vanessa Gemis met en évidence que le lien entre la vie et l’œuvre représente pour les auteures femmes une imposition qui les cantonne à un espace générique et thématique : elles ne pourraient parler que de leur vie, ce que l’auteure nomme une « paralysie créatrice ». L’ambition de l’analyse est alors précisément de lever le voile sur leur création littéraire à partir d’un cadre épistémologique renouvelé fourni par la sociologie. Quant à David Vrydaghs, il renouvelle l’étude sociologique des groupes littéraires et artistiques à partir d’une problématique de l’adhésion et la volonté de prendre pour objet la « conduite de vie » (comme modèle d’écriture et de comportement) des participants à ces groupes.

23Le dossier se conclut sur la retranscription de la synthèse à deux voix de la journée d’études, qui a été réalisée par Bernard Lahire et Denis Saint-Amand. Chacun de ces deux intervenants avait eu en effet pour mission de proposer une conclusion de cette journée. C’est celle-ci que nous proposons comme ouverture car elle nous semble traduire des questionnements et des pistes de travail à creuser. Elle illustre la tonalité que nous avons voulu donner à ce dossier : proposer un état des lieux des travaux existants sur la question mais aussi dessiner la trame de recherches futures.

Haut de page

Bibliographie

Baudelle (Yves), « Du vécu dans le roman : esquisse d’une poétique de la transposition », Revue des Sciences humaines, vol. 3, n° 263, 2001, p. 75-101 et « Du roman autobiographique, problèmes de la transposition fictionnelle », Protée, vol. 31, n° 1, printemps 2003, p. 7-26.

Bourdieu (Pierre), Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982.

Bourdieu (Pierre), L’ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, Éditions de Minuit, « Le Sens commun », 1988.

Darmon (Muriel), La socialisation, Paris, Armand Colin, « 128 », 2006.

Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

Dosse (François), Le pari biographique : écrire une vie, Paris, Éditions la Découverte, « La Découverte/Poche », 2011.

Esquenazi (Jean-Pierre), Sociologie des œuvres. De la production à l’interprétation, Paris, Armand Colin, 2007.

Fabiani (Jean-Louis), « Les règles du champ », dans Le Travail sociologique de Pierre Bourdieu. Dettes et critiques, sous la direction de Bernard Lahire, Paris, La Découverte, 1999, p. 75-91.

Giraud (Frédérique), Raynaud (Aurélien), Saunier (Émilie), « Principes, enjeux et usages de la méthode biographique en sociologie », dans revue ¿ Interrogations ?, n°17, L’approche biographique [en ligne], janvier 2014, URL : http://www.revue-interrogations.org/Principes-enjeux-et-usages-de-la, consulté le 20 janvier 2015.

Giraud (Frédérique), « Écrire pour résister au déclassement social : analyse sociologique de la carrière et des pratiques littéraires d’Émile Zola », Thèse de doctorat de sociologie (sous la dir. de B. Lahire), ENS de Lyon, 2014.

Lahire (Bernard), L’homme pluriel : les ressorts de l’action, Paris, Nathan, « Collection Essais & recherches. Sciences sociales », 1998.

Lahire (Bernard), (avec la collaboration de G. Bois), La Condition littéraire, la double vie des écrivains, Paris, La Découverte, 2006.

Lahire (Bernard), Franz Kafka : éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, « Textes à l’appui. Laboratoire des sciences sociales », 2010.

Lahire (Bernard) (dir.), Ce qu'ils vivent, ce qu'ils écrivent. Mises en scène littéraires du social et expériences socialisatrices des écrivains, Éditions des Archives Contemporaines, 2011.

Norbert (Elias), Mozart. Sociologie d’un génie, Paris, Seuil, 1991.

Panofsky (Erwin), Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, Éditions de Minuit, « Le Sens commun », 1967.

Passeron (Jean-Claude), « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociologie, 1990, vol. 31, no 1, p. 3‑22.

Rosset (François), « La biographie à l’épreuve de l’écriture », Actes du colloque, La vie et l’œuvre ? Recherche sur le biographique organisé par la Formation doctorale interdisciplinaire de l’Université de Lausanne, novembre 2007.

Saunier (Émilie), « L’écriture comme objectivation et travail particuliers de soi dans les œuvres d’Amélie Nothomb : pour une approche sociologique de la création littéraire », thèse de doctorat de sociologie (sous la dir. de B. Lahire), Université Lumière Lyon II, 2012.

Sofio (Séverine), « Méthodes quantitatives et terrain historique : quels outils pour une sociologie des artistes femmes au XIXe siècle ? », Sociologie de l'Art, 2/ 2006 (OPuS 9 & 10), p. 47-67. URL : www.cairn.info/revue-sociologie-de-l-art-2006-2-page-47.htm.

Haut de page

Notes

1 Celui-ci, intitulé « Propriétés des créateurs et propriétés de leurs créations : sociologies implicites des œuvres et socialisations des écrivains », a trouvé un premier point d’aboutissement dans un livre collectif : Lahire (Bernard) (dir.), Ce qu'ils vivent, ce qu'ils écrivent. Mises en scène littéraires du social et expériences socialisatrices des écrivains, Éditions des Archives Contemporaines, 2011.

2 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

3 Bourdieu (Pierre), Ce que parler veut dire : l’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982, p. 169.

4 Bourdieu (Pierre), Les Règles de l’art, op. cit., 1998, p. 381.

5 Esquenazi (Jean-Pierre), Sociologie des œuvres. De la production à l’interprétation, Paris, Armand Colin, 2007, p. 36.

6 Fabiani (Jean-Louis), « Les règles du champ », dans Le Travail sociologique de Pierre Bourdieu. Dettes et critiques, sous la direction de Bernard Lahire, Paris, La Découverte, 1999, p. 75-91, p. 86.

7 Lahire (Bernard), Franz Kafka : éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, « Textes à l’appui. Laboratoire des sciences sociales », 2010.

8 Bourdieu (Pierre), L’ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, Éditions de Minuit, « Le Sens commun », 1988, p. 68.

9 Proust (Marcel), Contre Sainte-Beuve, Gallimard, « Folio essais », 1987.

10 À l’instar de José-Luis Diaz, notons d’emblée qu’il n’est pas question ici de « reprendre le procès, déjà joué et instruit cent fois, injuste et niais, du beuvisme, du lansonisme, de la “vieille” Sorbonne, du “Lagarde et Michard”, étrangement jetés dans le même cul de basse fosse. En histoire littéraire, le plus démodé, c’est peut-être cela : le retour en boucle des mêmes disputes, des mêmes courtes haines ». José-Luis Diaz, « Quelle histoire littéraire ? », Revue d’histoire littéraire de la France, 2003, Vol. 103, no 3, p. 516.

11 Dosse (François), Le pari biographique : écrire une vie, Paris, Éditions la Découverte, « La Découverte/Poche », 2011, p. 57.

12 Lahire (Bernard), Franz Kafka, op. cit.

13 Lahire (Bernard), L’homme pluriel : les ressorts de l’action, Paris, Nathan, « Collection Essais & recherches. Sciences sociales », 1998.

14 Giraud (Frédérique), Saunier (Émilie) et Raynaud (Aurélien), « Principes, enjeux et usages de la méthode biographique en sociologie », ¿ Interrogations ?, 2014, no 17.

15 Nous remercions les évaluateurs anonymes des articles de ce dossier pour leur disponibilité et leurs relectures.

16 Lahire (Bernard) L’Homme pluriel, les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.

17 Norbert (Elias), Mozart. Sociologie d’un génie, Paris, Seuil, 1991.

18 Norbert (Elias), op. cit., p. 14.

19 Panofsky (Erwin), Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, Éditions de Minuit, « Le Sens commun », 1967, p. 52.

20 Baudelle (Yves), « Du vécu dans le roman : esquisse d’une poétique de la transposition », Revue des Sciences humaines, vol. 3, n° 263, 2001, p. 75-101 et « Du roman autobiographique, problèmes de la transposition fictionnelle », Protée, vol. 31, n° 1, printemps 2003, p. 7-26.

21 Darmon (Muriel), La socialisation, Paris, Armand Colin, « 128 », 2006.

22 Lahire (Bernard), (avec la collaboration de G. Bois), La Condition littéraire, la double vie des écrivains, Paris, La Découverte, 2006.

23 Glinoer (Anthony) et Laisney (Vincent), L’Âge des cénacles : confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle, Paris, Fayard, 2013.

24 Giraud (Frédérique), Raynaud (Aurélien), Saunier (Émilie), « Principes, enjeux et usages de la méthode biographique en sociologie », dans revue ¿ Interrogations ?, N°17. L’approche biographique, janvier 2014 [en ligne], http://www.revue-interrogations.org/Principes-enjeux-et-usages-de-la (Consulté le 20 janvier 2015).

25 Mais il faut également réfléchir aux conditions dans lesquelles ces « traces » ont été conservées, se demander celles qui ont pu être détruites, tronquées, voire falsifiées.

26 Comme le souligne François Rosset, il existe en effet un biais relatif à la « sédimentation des données » : les enquêtes réalisées sur un écrivain, dès lors qu’elles sont considérées comme des « sources », peuvent conduire à reproduire des informations erronées (Rosset (François), « La biographie à l’épreuve de l’écriture », Actes du colloque La vie et l’œuvre ? Recherche sur le biographique organisé par la Formation doctorale interdisciplinaire de l’Université de Lausanne, novembre 2007).

27 C’est par exemple le cas de Zola. Giraud (Frédérique), Écrire pour résister au déclassement social : analyse sociologique de la carrière et des pratiques littéraires d’Émile Zola, Thèse de doctorat de sociologie, ENS de Lyon, 2014.

28 Passeron (Jean-Claude), « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », Revue française de sociologie, 1990, vol. 31, no 1, p. 3‑22, p. 4.

29 Sur ces questions, voir notamment Saunier (Emilie), « L’écriture comme objectivation et travail particuliers de soi dans les œuvres d’Amélie Nothomb : pour une approche sociologique de la création littéraire », thèse de doctorat de sociologie (sous la dir. de B. Lahire), Université Lumière Lyon II, 2012, chapitres 3 et 10 ; Giraud (Frédérique), Écrire pour résister au déclassement social : analyse sociologique de la carrière et des pratiques littéraires d’Émile Zola, Thèse de doctorat de sociologie, ENS de Lyon, 2014, chapitre 9.

30 Sofio (Séverine), « Méthodes quantitatives et terrain historique : quels outils pour une sociologie des artistes femmes au XIXe siècle ? », Sociologie de l'Art 2/ 2006 (OPuS 9 & 10), p. 47-67, URL : www.cairn.info/revue-sociologie-de-l-art-2006-2-page-47.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud et Émilie Saunier, « Des vies à l’œuvre : agencements pluriels de socialisations », COnTEXTES [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 26 février 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6044 ; DOI : 10.4000/contextes.6044

Haut de page

Auteurs

Frédérique Giraud

ENS de Lyon (Centre Max Weber)

Articles du même auteur

Émilie Saunier

ENS de Lyon (Centre Max Weber)

Articles du même auteur

Haut de page