Navigation – Plan du site

Compte rendu de Deluermoz (Quentin) et Glinoer (Anthony) (dir.), L’Insurrection entre histoire et littérature (1789-1914)

Paris, Publications de la Sorbonne, « Histoire de la France aux xixe et xxe siècles », 2015.
Marie-Agathe Tilliette

Texte intégral

1L’écueil que rencontrent trop souvent les éditeurs ou éditrices scientifiques d’un recueil d'articles est celui d’une diversité excessive des thèmes abordés, qui oublie le fil directeur pour devenir une juxtaposition de touches impressionnistes dont l’ensemble ne suffit pas à faire œuvre. Face à ce Charybde se trouve le Scylla d’une trop grande homogénéité du propos et, en conséquence, d’un amoindrissement de sa force novatrice. Quentin Deluermoz et Anthony Glinoer ont admirablement réussi à éviter ces deux écueils, dans L’Insurrection entre histoire et littérature (1789-1914), recueil issu des journées d’études qui ont eu lieu à l’École Normale Supérieure de Paris, les 10 et 11 mai 2013.

2La trame de l’ouvrage est exposée dans l’introduction des deux éditeurs. Ils commencent par constater que la coordination de ces deux réalités, l’insurrection comme objet historique et l’insurrection comme objet littéraire, bien qu’elle paraisse évidente pour le long xixe siècle, demande à être interrogée. D’une part, parce que le moment historique des insurrections ne correspond guère à celui des « révolutions » littéraires, quoique le même vocabulaire soit employé pour désigner l’une et l’autre. D’autre part, parce que les acteurs du monde littéraire et ceux des insurrections ne correspondent que dans de rares cas. Il ne s’agit pas seulement de reconnaître que les moyens d'action sont différents, qu’ils combattent par les armes ou par la plume, mais de souligner la méfiance que de nombreux écrivains ont éprouvé devant ces révolutions politiques, ou plus largement devant un peuple dont l’accession à la lecture et à l’écriture semblait menacer la qualité de la production littéraire nationale. Les révolutions politiques du xixe siècle ont pour corrélat d’élargir progressivement l’ancienne République des Lettres, ce qui accroît le rôle de l’écrivain vis-à-vis d’un lectorat en pleine expansion, mais le diminue aussi devant la multiplication des hommes et des femmes de lettres. Comme le font très justement remarquer Quentin Deluermoz et Anthony Glinoer, « c’est toute la structure du champ littéraire, mais aussi les codes narratifs et les relations entre les genres qui ont été déstabilisés par l’événement insurrectionnel » (p. 6). Il est en effet crucial de souligner à quel point et de quelle manière ces circonstances influent sur l’ensemble du champ littéraire, à la fois dans son rapport au contexte socio-politique et dans son économie propre. Ainsi posé, le fil directeur du recueil laissait ouvert un très large domaine de réflexion, que la suite de l’introduction précise grâce à un état de la question rapide et efficace.

  • 1 Bénichou (Paul), Le Temps des prophètes. Doctrines de l’âge romantique, Paris, Gallimard, 1977 et O (...)

3Après avoir évoqué les études désormais classiques de Paul Bénichou et de Dolf Oehler1, les éditeurs montrent à quel point ces problématiques ont été transformées par les apports récents de la recherche, aussi bien littéraire qu’historique. Que les études littéraires mettent l’accent sur la participation de la littérature à l’élaboration d’imaginaires sociaux, ou qu’elles insistent au contraire sur la création de mondes fictionnels spécifiques, elles ont permis une vision nouvelle de la littérature dans son contexte, aussi bien culturel que social et politique. De manière concomitante, la recherche historique s’est efforcée de repenser le moment insurrectionnel dans sa différence existentielle, en ce qu’il instaure une temporalité spécifique, et non comme transition d’une époque historiquement déterminée à une autre. Le présent recueil croise ces avancées parallèles pour ressaisir le rapport entre production littéraire et insurrection, dans une réflexion stimulante qui propose des angles d’approche variés.

4Les neuf articles du recueil font le choix d’approfondir des exemples précis, introduisant ainsi la diversité dans les réponses apportées à ce questionnement à large portée. La première contribution, rédigée par Jean-Luc Chappey à propos de l’auteur révolutionnaire Michel de Cubières, pose d’emblée une question incontournable du rapport entre production littéraire et insurrection : qui est responsable de la production littéraire dans ces moments de crise ? En outre, comment définir ce qu’est la production littéraire dans le cadre de la production écrite de pamphlets, libelles ou essais, née de la circonstance politique exceptionnelle ? Ce problème de délimitation de la production littéraire intervient de manière aiguë lorsque de nouvelles figures d’écrivains ou écrivants apparaissent et réclament une légitimité qui ne leur est pas toujours accordée. Le cas de Michel de Cubières est exemplaire à cet égard : c’est précisément en tant qu’écrivain révolutionnaire qu’il a été disqualifié par la postérité. Le dernier article du recueil complète cette réflexion en introduisant la question du genre. Alain Vaillant y rappelle en effet, en s’appuyant sur les données bibliométriques, que les insurrections du xixe siècle ont tout particulièrement favorisé l’activité poétique. Le canon littéraire, dans la continuité de la répression institutionnelle, n’a guère retenu cette poésie révolutionnaire qui impose la violence comme condition nécessaire de lecture.

5À l’inverse, les études de Sébastien Hallade sur les rapports entre « les romanciers journalistes et les insurrections sous la Deuxième République », de Sarah Mombert sur le journal d’Alexandre Dumas, Le Mois, paru de mars 1848 à février 1850, et d’Anthony Glinoer sur Les Mystères du peuple d’Eugène Sue, dont la publication commence en décembre 1849, s’intéressent à des écrivains plus reconnus, mais qui n’en ont pas moins participé à l’écriture de l’insurrection, dans un cadre fictionnel ou non. Chaque analyse met en relief la spécificité des choix de chaque auteur, mais toutes illustrent leur volonté d’inscrire la production littéraire dans le contexte insurrectionnel, comme commentaire, réflexion, mais aussi comme action à proprement parler. En effet, comme le montre Anthony Glinoer, Eugène Sue, dans Les Mystères du peuple, vise bien à communiquer à ses lecteurs l’idée selon laquelle le peuple ne peut conquérir sa liberté que par l’insurrection, et ainsi à encourager un soulèvement populaire. Resterait à savoir, grâce à une étude de réception, quelle influence réelle cette œuvre a pu avoir sur l’imaginaire social de l’insurrection et dans quelle mesure l’ambition performative de ce long roman s’est traduite de manière concrète.

6La problématique de la délimitation du champ littéraire et de son rapport à l’action insurrectionnelle nous amène à évoquer une autre interrogation transversale posée par différents articles : celle du rôle politique de la production littéraire post-insurrectionnelle. Ainsi, Laure O’Brien s’intéresse aux « auteurs des premières histoires de la révolution de 1848 », au nombre desquels on peut compter Louis Ménard, qui fait paraître dès novembre 1848 son Prologue d’une révolution, Louis Blanc, dont les deux petits ouvrages La Révolution de Février au Luxembourg et Appel aux honnêtes gens représentent sa première tentative pour dire la révolution, ou encore Marie d’Agoult, qui publie en 1850 son Histoire de la révolution de 1848, sous le pseudonyme de Daniel Stern. Pour ces écrivains, de différentes manières, écrire est bien un moyen de prolonger la révolution, car le récit historique permet de replacer les événements de 1848 dans le vecteur ascendant du progrès social, malgré un recul temporaire. Laure O’Brien souligne en outre la place particulière de Marie d’Agoult dans ce corpus : son rôle politique est nécessairement limité, en tant que femme, et la plume remplace alors la tribune. Le thème de la production littéraire post-insurrectionnelle est également abordé par Laure Godineau, qui s’interroge sur l’écriture de la Commune de Paris dans les années 1880. Elle montre que cette écriture remplit un double rôle : blanchir la mémoire des révoltés, souvent salie par la littérature anti-communarde, mais aussi essayer de faire vivre le souvenir, d’affirmer qu’ « elle n’est pas morte », et que le sens de la Commune de Paris peut participer à l’avancée politique du présent. Il s’agit d’empêcher que la mémoire de la révolution ne soit définitivement enterrée. Cette représentation de l’écriture post-insurrectionnelle comme geste politique est enfin cruciale dans le cas de Louise Michel, dont trois romans sont étudiés par Stéphane Zékian : Les Microbes humains (1886), Le Monde nouveau (1888) et Le Claque-dents (1890). Plus encore que les deux exemples précédents, l’écriture de Louise Michel est insurrectionnelle, au sens où son but explicite est de continuer une révolution inachevée. Ses romans cherchent à la fois à déconstruire la langue rodée des procédures judiciaires et administratives de la répression et à faire émerger l’oralité de la langue du peuple, oralité rude, repoussante parfois, mais qui apparaît comme l’outil nécessaire de l’émancipation sociale. La comparaison de ces articles permet, dans trois directions différentes, d’approfondir la réflexion sur l’écriture post-insurrectionnelle et sa situation vis-à-vis du moment de crise. La dimension performative de l’acte d'écriture est mise en relief par ces exemples, posant à nouveaux frais la question de la nature de l’efficacité sociale et politique de l’activité littéraire.

7La diversité des articles permet enfin d’esquisser un panorama des motifs récurrents dans la littérature du moment insurrectionnel. L’étude de Corinne Saminadayar-Perrin se propose de comparer deux récits de la journée révolutionnaire du 20 juin 1792, où le peuple parisien envahit les Tuileries : celui de Jules Michelet, dans son Histoire de la Révolution française (livre IV), et celui d’Alexandre Dumas, dans La Comtesse de Charny, qui s’inspire du récit de Michelet. Ces deux textes mettent en avant une même problématique, récurrente dans l’écriture de l’insurrection : celle de la légitimité politique de l’action du peuple, ici descendu dans la rue pour pratiquer une démocratie directe entravée par ses représentants. Un tel motif est également présent dans Les Mystères du peuple d’Eugène Sue. Les trois écrivains, dans le cadre d’un récit historique, posent et répondent à la question du rôle du peuple en politique, en affirmant la nécessité de la résistance à l’oppression par l'action, qu’elle soit pétition, manifestation ou révolte.

8Pour conclure ce bref compte rendu, nous voudrions saluer la réussite interdisciplinaire d’un recueil qui a réuni des chercheurs et chercheuses en histoire et en littérature. Il a donné lieu à une collaboration féconde, dont les premiers résultats, comme le notent Quentin Deluermoz et Anthony Glinoer dans l’introduction, demandent à être prolongés par de nouvelles études, éclairant les périodes laissées dans l’ombre, ajoutant une dimension transnationale à ce questionnement centré sur la France, ou encore insistant davantage sur la multiplication des écrits politiques de circonstance, qui ne trouvent pas tout à fait leur place dans le recueil.

Haut de page

Notes

1 Bénichou (Paul), Le Temps des prophètes. Doctrines de l’âge romantique, Paris, Gallimard, 1977 et Oehler (Dolf), Le Spleen contre l'oubli. Juin 1848. Baudelaire, Flaubert, Heine, Herzen, [1988], tr. fr., Paris, Payot, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Agathe Tilliette, « Compte rendu de Deluermoz (Quentin) et Glinoer (Anthony) (dir.), L’Insurrection entre histoire et littérature (1789-1914) », COnTEXTES [En ligne], Notes de lecture, mis en ligne le 17 mai 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6279

Haut de page

Auteur

Marie-Agathe Tilliette

Université Paris-Nanterre

Haut de page