Navigation – Plan du site

Le Festival du livre en Bretagne ou comment un lieu de sociabilité sert à entretenir l’illusio

Mannaig Thomas

Texte intégral

  • 1 L’auteure remercie Philippe Lagadec pour son aide et ses conseils dans la réalisation de cette enqu (...)
  • 2 Pour une sociogenèse du Festival du livre en Bretagne, voir Sempé (Mathilde), L’invention d’une ide (...)
  • 3 Voir Sapiro (Gisèle) (sous la direction de), L’écrivain-e à la rencontre de son public. Enquête sur (...)
  • 4 Clerc (Adeline), ibid., pp. 87-88.
  • 5 Créé en 1982 par Charlie Grall, voir Grall (Charlie), Un combat pour la Bretagne. Entretien avec Gu (...)
  • 6 Il s’agit des deux principaux titres de la presse quotidienne régionale en Bretagne qui couvrent tr (...)
  • 7 La Bretagne compte une centaine de manifestations de ce type chaque année dont la fréquentation var (...)

1Le Festival du livre en Bretagne a été fondé en 1990 à Carhaix, ville de 7 500 habitants du centre Finistère, le département le plus à l’ouest de la région Bretagne, connue surtout pour son festival de musique « Les Vieilles Charrues » qui rassemble plus de 200 000 festivaliers chaque été1. Occupant une position centrale dans le département, la ville reste éloignée des principaux centres urbains de la région (à plus d’une heure de route de Brest, Saint-Brieuc, Lorient ou Quimper, à 1 h 30 de Vannes et à 2 heures de Rennes). Le dernier week-end d’octobre, Carhaix devient le lieu de rendez-vous incontournable de la plupart des agents du champ littéraire régional. À première vue, le Festival2 revêt les mêmes caractéristiques que de nombreux salons d’éditeurs régionaux3 : des stands où les éditeurs présentent leurs nouveautés, des séances de dédicaces avec des auteurs, une thématique annuelle qui fait l’objet d’un ou plusieurs débats, un président d’honneur à chaque édition, la remise de prix littéraires, etc.4 Organisé par le centre culturel Egin5 et soutenu par la ville de Carhaix, le Festival du livre en Bretagne bénéficie, chaque année, d’une couverture médiatique régionale remarquable - Ouest-France et Le Télégramme6 sont en effet partenaires de la manifestation -  et accueille des visiteurs relativement nombreux : 10 000 personnes pour l’édition 2015, par exemple7.

  • 8 Le même genre de manifestation existe ailleurs, notamment au pays Basque où le Salon de Durango, or (...)
  • 9 Sont exclus également les auteurs autoédités.
  • 10 Il est courant, dans le milieu militant breton, de faire référence à la « Bretagne historique » ou (...)
  • 11 Il s’agit principalement d’auteurs que Géraldine Bois définit comme peu reconnus. Voir Bois (Gérald (...)

2Les principales singularités de ce Festival8 résident, d’une part, dans la présence et la grande visibilité d’éditeurs et d’auteurs de langue bretonne et, d’autre part, dans la spécificité des éditeurs présents : pour pouvoir prétendre y tenir un stand9, il est en effet nécessaire d’avoir son siège social en Bretagne (« historique10 »). Aucun grand éditeur national n’a, de ce fait, de stand au Festival de Carhaix ; de même, le champ littéraire français fonctionnant selon une hiérarchie très centralisée, cette absence des éditeurs extérieurs à la région explique qu’aucun écrivain ayant acquis une reconnaissance nationale11 ou obtenu des prix littéraires nationaux ne participe non plus à la manifestation.

  • 12 Voir notamment Broudic (Fañch), La pratique du breton de l’Ancien Régime à nos jours, Rennes, Press (...)
  • 13 Voir notamment Calvez (Ronan), « Ce que parler du breton veut dire », Ethnologie française, tome 42 (...)
  • 14 Il y a très peu de livres en breton en vente dans les grandes librairies régionales (Dialogues à Br (...)

3La visibilité de la production littéraire de langue bretonne, le temps d’un week-end annuel, contraste fortement avec ce qui est sa réalité le reste de l’année : du fait de la baisse continue du nombre de bretonnants12, de la situation sociolinguistique de la langue13 et de niveaux de ventes très faibles14, l’espace littéraire de langue bretonne est très limité mais subsiste essentiellement grâce aux subventions des collectivités territoriales et à un fort engagement militant de ses différents agents (auteurs, éditeurs, animateurs de revues littéraires, lecteurs, etc.). Ceci explique certainement pourquoi cette activité a été présentée comme un quasi sacerdoce par Martial Ménard, militant breton de longue date et président d’honneur de l’édition 2015 :

À l’occasion du Festival du livre, on verra à Carhaix tout ce qu’on édite aujourd’hui en breton. [...]. Ce qu’on ne verra pas, c’est le dévouement, le sacrifice, le volontariat des militants qui travaillent sans gloire pour faire vivre leurs éditions. Pour les faire vivre ou survivre, tant il est difficile de trouver des lecteurs dans un pays où l’on n’apprend à lire [en breton] qu’à un nombre restreint de gens15.

4Les éditeurs de langue bretonne ne sont pas les seuls présents au Festival, de nombreux petits éditeurs régionaux y occupent également des stands. Ces maisons d’éditions souvent associatives comptent très peu de salariés, voire aucun, et publient relativement peu d’ouvrages chaque année. Elles sont généralement spécialisées, au moins en partie, dans la publication d’ouvrages à vocation régionale : histoire locale ou régionale, récits de vie ou témoignages de figures locales, romans noirs ou policiers régionaux, beaux-livres sur l’art en Bretagne, le patrimoine breton ou maritime, littérature de jeunesse portant sur la géographie ou l’histoire régionales, guides touristiques sur la Bretagne, etc.

  • 16 Voir l’entretien de Charlie Grall, Sempé (Mathilde), op. cit., p. 357 ; des propos repris par Yann (...)

5Par ailleurs, de nombreux auteurs participent également au Festival. Ils peuvent être soit présents sur le stand de leur éditeur, soit invités par les organisateurs de la manifestation. Dans cet Espace romanciers, ils sont placés sur une grande table en face de l’entrée du Festival et s’y succèdent pour des séances de dédicace. Il peut s’agir d’auteurs dont les éditeurs sont déjà présents au Festival mais aussi d’auteurs qui ont publié un ouvrage prenant la Bretagne pour décor chez un éditeur extérieur à la région et qui, par conséquent, ne peut occuper un stand au festival : il s’agit souvent, pour ces derniers, d’auteurs ayant publié aux Presses de la cité. Cette maison d’édition nationale, membre du groupe Editis, fait partie du pôle de grande production dans le champ littéraire français et publie des romans régionaux et des romans policiers dont les intrigues se déroulent dans la région : Daniel Cario, Nathalie De Broc ou encore Hervé Jaouen en sont les auteurs les plus connus. Autre exemple, Fabienne Juhel qui publie aux éditions du Rouergue et chez Babel des romans qui se déroulent en Bretagne. Ces auteurs sont en quelque sorte les têtes d’affiche du Festival du livre en Bretagne qui se refuse, par ailleurs, à l’invitation de « peoples », selon les termes de son fondateur et principal organisateur Charlie Grall16.

  • 17 J’entends la notion de champ littéraire au sens où Pierre Bourdieu la définit, voir Bourdieu (Pierr (...)

6Cette présentation rapide met en évidence trois catégories de participants présents chaque année au Festival - l’édition 2015 ne faisant par exception - : les éditeurs et auteurs de langue bretonne, les éditeurs régionaux qui publient principalement des ouvrages en français ayant trait à la Bretagne et les auteurs présents sur les stands de leurs éditeurs ou dans le cadre de l’Espace romanciers, très majoritairement francophones. Par une description plus précise de l’édition 2015 (auteurs présents, description des lieux, contenu des débats…), je souhaite montrer en quoi ce Festival est un lieu de sociabilité pas uniquement littéraire et définir ce qu’il représente pour les agents du champ littéraire17 mais également du champ identitaire régional.

Méthodologie de l’enquête :

Il s’agit d’une enquête réalisée à partir de questionnaires et d’entretiens ethnographiques . Deux entretiens ont été réalisés auprès du coordinateur du Festival et auprès d’une des libraires responsables de l’Espace romanciers. Les auteurs et les éditeurs, repérés à partir du catalogue de l’édition 2015, ont été interrogés par questionnaires distribués par mail à partir d’une liste transmise par les organisateurs de la manifestation (30 réponses obtenues sur 61 éditeurs sollicités et 32 réponses obtenues sur 64 auteurs sollicités).

Dans le cadre des entretiens, les questions posées portaient sur l’histoire du Festival, l’arrivée des personnes interrogées dans l’équipe organisatrice, leur rôle concret dans l’organisation de la manifestation (choix des thématiques, choix des auteurs et des éditeurs, aménagement de l’espace, etc.), la comparaison avec d’autres salons du livre, l’organisation de l’édition 2015 en particulier et enfin leur parcours professionnel et militant afin de situer le Festival dans leur trajectoire d’engagement personnel.

Les questionnaires à destination des auteurs et des éditeurs portaient sur le nombre de participation au Festival, les raisons de leur présence, l’organisation matérielle de leur venue, la caractérisation de la manifestation (au choix : élitiste, engagé, généraliste, populaire, spécialisé, autre, à préciser), l’image de la ville de Carhaix et enfin la présence de la langue bretonne dans le cadre du festival.

Le Festival du livre en Bretagne : un contre Festival Étonnants Voyageurs ?

  • 18 Sur environ 300 éditeurs en Bretagne historique, source : Livre et lecture en Bretagne http://www.l (...)
  • 19 Aber, Al lanv, Al liamm, An alarc’h, Coop Breizh, Emgleo Breiz, Hor yezh, Mouladurioù hor yezh, Nad (...)
  • 20 Il s’agit notamment des revues Al liamm, Brud nevez, Aber ou Nidiad (littérature pour les premières (...)

7En 2015, 75 éditeurs18 ont occupé un stand au Festival. La majorité sont des fidèles : la moitié des éditeurs sont ainsi venus tous les ans, à une édition près, entre 2007 et 2015. Parmi ces éditeurs étaient représentées, lors de l’édition 2015, toutes les maisons d’édition qui publient exclusivement ou fréquemment des ouvrages en langue bretonne19 : une petite vingtaine d’éditeurs au total dans les domaines de la littérature pour adultes, de la littérature jeunesse, des manuels scolaires ou des méthodes d’apprentissage du breton mais aussi des revues diverses de type littéraire, philosophique ou religieuse20. Les auteurs, quant à eux, sont environ une trentaine présents dans l’Espace romanciers, et environ 300 au total principalement sur les stands de leurs éditeurs, quand ceux-ci sont présents.

L’organisation de l’espace

  • 21 Entretien du 2 février 2016 avec Yann Pelliet.
  • 22 « Le mot du centre culturel breton Egin », Catalogue de l’édition 2010, p. 8.

8Comme le montre le plan annexé au présent article, les éditeurs sont répartis sur des tables en longueur et ne sont pas regroupés selon le type d’ouvrages publiés. Le visiteur lambda doit donc sillonner toutes les allées pour avoir une vue d’ensemble de ce qui est proposé, ce qui donne une impression de profusion et d’éclectisme mais aussi d’amateurisme. Les organisateurs justifient cette occupation de l’espace par des raisons matérielles (taille des stands, branchements électriques…) et personnelles (affinités ou mésententes connues entre certains éditeurs21). Ce souci d’afficher une grande diversité et une forme d’abondance se retrouve dans les propos des organisateurs qui souhaitent en faire la « vitrine la plus fidèle de l’édition en Bretagne ouvrant librement la porte à tous, aussi bien aux grands qu’aux petits, aux éditeurs de langue française comme aux éditeurs de langue bretonne22 ».

9L’Espace romanciers occupe une place qui matérialise sa spécificité : alors que les stands des éditeurs sont constitués de tables installées en longueur, l’Espace romanciers (en rouge sur le plan, annexe 1) est constitué d’une table rectangulaire autour de laquelle sont installés des auteurs tournés vers les visiteurs. Cette table est en outre située en face de l’entrée du Festival (en vert sur le plan, annexe 1), ce qui lui confère une place privilégiée : tout visiteur entrant dans la salle principale passe devant cet espace. Tout en étant un salon d’éditeurs, la place attribuée aux auteurs est donc importante : au Festival du livre en Bretagne, comme dans les autres manifestations du même type, le public vient avant tout rencontrer les auteurs.

  • 23 Quelques éditeurs de langue bretonne ne faisant pas partie de cette fédération sont toutefois répar (...)

10Il semble y avoir une exception dans la volonté des organisateurs de ne pas regrouper les éditeurs en fonction du type d’ouvrages qu’ils publient. Un grand nombre d’éditeurs de langue bretonne sont en effet rassemblés autour de cette table réservée aux auteurs, sur une trentaine de mètres linéaires (en jaune sur le plan, annexe 1). Les organisateurs le justifient en précisant que tous ces éditeurs appartiennent à une seule et même fédération (« Kuzul ar brezhoneg » [Le conseil de la langue bretonne]). Que ce soit une volonté de cette fédération, des organisateurs ou d’un accord entre les deux, ce choix d’occupation de l’espace offre une importante visibilité à ces éditeurs. Ainsi rassemblés, éditeurs et auteurs de langue bretonne - qu’ils soient sur les stands ou, en face, dans l’Espace romanciers - s’expriment ostensiblement en breton entre eux et avec leurs lecteurs dans ce qui constitue le cœur du salon. Cette organisation concrète de l’espace offre donc une place de choix à certains de ces éditeurs de langue bretonne23 et à la langue bretonne par la même occasion alors qu’elle est, a contrario, peu visible et peu audible dans l’espace social en général.

L’atmosphère du festival

  • 24 Les réponses des éditeurs sont indiquées sous la forme [E + numéro d’identification], les réponses (...)
  • 25 Entretien du 2 février 2016 avec Yann Pelliet.

11On constate, dans les réponses aux questionnaires, une sur-représentation des termes « convivial[e] » ou « convivialité » utilisés spontanément par de nombreuses personnes interrogées, qu’elles soient éditeurs ou auteurs24 [par exemple E2, E11, E17, E18, E22, E27, A4, A10, A11, A14, A22, A23] ou des réponses du type : « dans ce salon, je me sens comme à la maison » [A3] ; « j’aime bien les réunions de famille où on mange bien et on cause » [A7] ou encore « c’est le plus accueillant, le plus sympathique festival du livre que je connaisse » [E15]… En cela, le discours des participants est très proche de celui des organisateurs pour qui la volonté d’instaurer un climat convivial passe notamment par une certaine simplicité dans l’organisation de l’événement : le Festival de Carhaix, c’est « à la bonne franquette, pas de chichi25 ». Ceci est décrit comme une qualité par plusieurs éditeurs ou auteurs qui vantent un « esprit bon enfant » [E14, E27, A4], un lieu « où personne ne se la joue » [E14], « où les auteurs se sentent à l’aise » [A4], où l’on rencontre « des gens qui ne se prennent pas trop au sérieux » [E2]. Plusieurs informateurs associent cette atmosphère particulière du Festival à la représentation qu’ils se font de Carhaix et de la région Centre-Bretagne, en général : « les organisations, les repas, etc. restent très simples, dans l’esprit du Centre-Bretagne, sans prise de tête comme dans d’autres salons » [E23] ou encore « c’est l’ambiance générale du Centre Bretagne (fêtard, Bonnet rouge, Breizh) » [A5]  et enfin « c’est un peu comme ces fêtes populaires où toutes les catégories et générations se rencontraient… » [E17].

12Cette convivialité qui revient constamment dans les discours vise à trancher avec la représentation des salons littéraires parfois considérés comme des manifestations guindées et on remarque un certain plaisir dans les discours des organisateurs du Festival à renverser l’image habituelle de ce type de manifestation, tout en exploitant ce renversement. C’est ainsi que Charlie Grall, l’un des fondateurs du Festival, en raconte la genèse :

  • 26 Grall (Charlie), op. cit., pp. 149-150.

Lorsque nous avons proposé au conseil d’administration du Centre culturel breton d’organiser un salon du livre, il y a eu quelques réticences et des remarques du style : « Oui mais c’est pas pour nous ce type de manifestation. Il faudra mettre une cravate ou un nœud papillon… » Bref, nous n’appartenions pas à la « République des Lettres ». Certains bénévoles craignaient de ne pas y trouver leur place. […] Pour les rassurer, nous avons décidé de l’intituler "festival" et d’ajouter réellement une partie festive à la manifestation. C’est la raison pour laquelle nous avons organisé un fest-noz et fait venir Dan ar Braz en concert pour la première édition. […] Puis au fil du temps les bénévoles récalcitrants se sont aperçus que les livres et les auteurs ne mordent pas. Ils ont aussi découvert des auteurs bons vivants et que les éditeurs ne sont pas que des snobinards méprisants, bien au contraire26.

  • 27 Ory (Pascal), « Qu’est-ce qu’un festival ? Une réponse par l’histoire » dans Une histoire des festi (...)
  • 28 Bourdieu (Pierre), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, éditions de Minuit, « Le se (...)
  • 29 Entretien du 2 février 2016 avec Yann Pelliet. Un auteur compare également Carhaix à Vannes : « À V (...)

13Cette volonté de convivialité est liée à un autre type de discours récurrent : ne pas être un salon « intello », selon le terme utilisé par les organisateurs eux-mêmes. Ceci leur permet de présenter le Festival comme un pari : faire d’un événement littéraire une manifestation qui se veut populaire, à petit budget, gérée par des bénévoles et non des professionnels, qui s’appelle « festival27 » et non « salon du livre »... Tout ceci visant à mettre symboliquement sur un pied d’égalité une culture populaire, dont ils seraient les garants, et la culture légitime28. Le coordinateur compare ainsi le Festival de Carhaix au Salon du livre de Vannes : « avec des moyens disproportionnés, c’est dans le château, c’est moquette et tout ça, c’est nickel… Mais bon, le constat, c’est qu’il n’y a pas plus de visiteurs et les éditeurs ne sont majoritairement pas des éditeurs bretons. C’est vrai aussi pour Saint Malo [le festival Étonnants voyageurs], c’est des éditeurs parisiens29. » Les organisateurs de la manifestation mettent donc l’accent sur le rendez-vous populaire annuel que constitue le festival plus que sur le livre en soi et ceci même si la dimension populaire est à nuancer fortement concernant l’édition en langue bretonne : la langue écrite est en effet très souvent inconnue de la plupart des locuteurs du breton hérité qui savent rarement la lire et encore moins l’écrire.

  • 30 Voir Brochen (Philippe), « Christian Troadec. Bonnet d’âme », Libération, 17 novembre 2013, http:// (...)
  • 31 Une question avec plusieurs propositions portait sur la manière de qualifier le Festival. Les répon (...)

14Le discours tenu par les organisateurs est finalement très proche de celui qui était tenu au moment de la création du Festival des vieilles charrues en 1992, organisé à Carhaix tous les ans à la mi-juillet et devenu l’un des plus grands festivals de musique en France. Il s’agissait de proposer une manifestation populaire qui se présentait comme un pied de nez aux fêtes maritimes organisées à Brest le même été, opposant de manière caricaturale, d’un côté, la ville, les bateaux majestueux et les riches plaisanciers, de l’autre, la campagne, les charrues et l’ambiance « potache30 ». La récurrence de l’idée de convivialité est ainsi à rapprocher du qualificatif « populaire » également très utilisé31 par les personnes interrogées. Ces deux éléments montrent que le Festival entretient et alimente l’image d’une ville de Carhaix et d’un Centre-Bretagne qui seraient restés proches d’un mode de vie rural basé sur la proximité et la solidarité.

15Dans cette manière de définir le Festival se dessine, en creux, un repoussoir : devenir un « salon parisien décentralisé32 » tel que le festival Étonnants voyageurs de Saint Malo, selon Charlie Grall. Beaucoup d’éléments concourent à façonner l’image d’un contre festival Étonnants voyageurs : les thématiques abordées et l’enjeu même de la manifestation (la Bretagne à Carhaix, la littérature-monde33 notamment à Saint-Malo), les éditeurs et auteurs présents, l’organisation (des professionnels principalement pour Saint-Malo, des bénévoles pour Carhaix), les budgets des deux manifestations, le prix des stands (très abordable à Carhaix selon les éditeurs eux-mêmes, prohibitif selon certains éditeurs également à Saint-Malo) et l’entrée (gratuite pour Carhaix, payante à Étonnants voyageurs)… Cette opposition se retrouve nettement dans le discours d’un éditeur :

Il y a peu de salons invitant les éditeurs en tant que tels. Ou alors un ou deux éditeurs importants selon leur thématique. Ceux où les éditeurs ont une place sont prohibitifs pour nous (et d’ailleurs nous ignorent). Tous les éditeurs sont bien accueillis. Il n’y a pas de discrimination (ce qui n’est pas le cas ailleurs). Le Festival est organisé par une asso[ciation] et des bénévoles et non par une boîte de communication déconnectée […]. Nous sommes bien reçus. Nous sommes contre les présidents « peoples » et « bling bling », donc cela tombe bien. [E18]

16Le refus de ce que les organisateurs présentent comme du « parisianisme » transparaît également dans le choix des invités, toujours par comparaison avec le festival Étonnants voyageurs : « Le Festival fait toujours attention de ne pas tomber dans la facilité des auteurs hexagonaux à succès. Il privilégie des gens qui vivent et écrivent la Bretagne [A6] ; il s’agit d’« un événement unique en son genre consacré à la Bretagne, sans vedettes “parisiennes” ni “peoples” » [A14]. Convivial, populaire et non-parisien sont donc des éléments fortement revendiqués par les organisateurs et la majorité des participants au Festival, mais ces qualificatifs ne constituent pas les seules caractéristiques de celui-ci.

La part du militantisme

  • 34 Historiquement, les premières structures de l’espace linguistique engagées dans la défense de la la (...)
  • 35 Il s’agit d’une association créée en 1984 qui militait pour une meilleure visibilité publique du br (...)

17Un autre élément domine dans les discours : l’engagement en faveur de la Bretagne et de la langue bretonne34. Cet aspect était présent dès la genèse de la manifestation en 1990 et les organisateurs se plaisent régulièrement à raconter l’origine du Festival. Charlie Grall alors journaliste et militant de « Stourm ar brezhoneg35 » [le combat pour la langue bretonne] est chargé d’organiser une rencontre entre des militants de l’association, des élus et des responsables de l’Équipement du département du Finistère :

  • 36 Grall (Charlie), op. cit, p. 150.

Entre la poire et le fromage, alors que les militants négociaient avec l’Équipement, je bavardai tranquillement avec Jean-Yves Cozan, vice-président du Conseil général, Daniel Cotten, élu à Carhaix et Martial Ménard, éditeur de son métier. Par le plus pur des hasards, nous avons évoqué le Salon des éditeurs de Bretagne qui se tenait autrefois à Saint-Brieuc. […] « Pourquoi ne pas organiser ce salon à Carhaix ? », lança alors Jean-Yves Cozan en regardant l’élu carhaisien Daniel Cotten. Lequel s’est empressé de me regarder à son tour et d’annoncer : « ce serait un beau projet pour le Centre culturel breton… » Le lendemain, j’étais au pied du mur, face au conseil d’administration du centre culturel Egin36

18De même, depuis la première édition du Festival, les catalogues offrent-ils une large place à la défense de la Bretagne et de la langue bretonne, dans les textes des organisateurs comme dans le choix des thématiques37 ou des invités d’honneur et dans les débats organisés. Est-ce la thématique de 2015 « La langue bretonne à la croisée des chemins (voir affiche en annexe 2), la trajectoire de son président d’honneur ou encore la proximité des élections régionales ? La dimension militante de l’édition 2015 du Festival du livre était fortement affirmée. Pour preuve, la conclusion du discours inaugural du président d’honneur :

Il nous faut mener un dur combat, un combat révolutionnaire pour gagner à notre peuple, à notre pays, à nous-même, le droit de vivre libre et librement notre culture. Je voudrai également rappeler le titre d’une chanson qui connut son heure de gloire dans les années 1970, une chanson d’Alan Stivell : « Hep brezhoneg, Breizh ebet ! » [Sans langue bretonne, pas de Bretagne !] C’était plus qu’un titre : un titre-slogan ! Ce slogan indique clairement que la langue bretonne est l’essence même de la Bretagne, exactement ce qui fait que la Bretagne n’est pas une province, mais un pays dans tous les sens du terme, avec tous ses droits à reconquérir38

  • 39 Cet aspect est confirmé par les résultats de l’enquête menée par Mathilde Sempé auprès des visiteur (...)

19Comme pour les organisateurs et le président d’honneur, la dimension engagée ressort également très nettement des réponses des éditeurs et des auteurs présents au salon. Une grande majorité d’entre eux, qu’ils publient en langue bretonne ou non, le considère comme un salon engagé en faveur de la Bretagne et de la culture bretonne et cet engagement semble faire consensus. De même, selon les éditeurs et les auteurs, cette dimension militante est présente dans le profil du public fréquentant le salon39.

  • 40 Extrait de la ligne éditorial de l’ABP : « L’Agence Bretagne Presse (ABP) met librement à dispositi (...)
  • 41 Extrait de sa ligne éditoriale : « La rédaction de 7seizh se reconnaît dans un certain nombre de va (...)
  • 42 Voir http://ai-ta.eu/accueil/ (consulté le 1er septembre 2016).
  • 43 Diwan est un réseau d’écoles, de collèges et d’un lycée immersifs en langue bretonne.
  • 44 « On leur a dit : vous vous installez et vous vendez ce que vous voulez. C’est du soutien. » Entret (...)
  • 45 La date de cette manifestation avait été décidée par les organisateurs au niveau national.
  • 46 L’objectif était de faire une manifestation, au même moment, dans différentes régions de France.

20D’autres aspects annexes au Festival lui-même confirment et accentuent cette dimension militante : la présence dans le hall d’accueil de deux médias participatifs (ABP40 et 7Seizh info41) spécialisés dans la diffusion d’informations régionales en français, breton et gallo et revendiquant « une vision nationale » de la Bretagne ; un stand tenu par Aï ’ta42 : un collectif menant des actions en faveur d’une plus grande visibilité du breton dans la vie sociale ; il y a également, depuis l’origine du Festival, un stand de l’école Diwan43 de Carhaix auquel le Festival apporte ainsi son soutien44 ; enfin, le samedi de l’édition 201545 correspondait avec l’organisation d’une manifestation en faveur de la ratification de la charte sur les langues régionales initialement prévue à Quimper46. La manifestation, finalement organisée à Carhaix pour ne pas créer de concurrence entre les deux événements, a commencé au centre-ville et s’est achevée sur les lieux du Festival, qui a connu une affluence exceptionnelle le samedi en fin d’après-midi.

  • 47 Pour une définition de l’engagement militant, voir Sawicki (Frédéric) & Siméant (Johanna), « Décloi (...)
  • 48 Front de libération de la Bretagne : il s’agit d’une organisation indépendantiste qui a mené des at (...)
  • 49 Voir Matonti (Frédérique) & Poupeau (Franck), « Le capital militant. Essai de définition », Actes d (...)
  • 50 Sur ce mouvement, voir Rabier (Marion), « Sous le bonnet la classe, Retour sur le mouvement des "Bo (...)
  • 51 Christian Troadec acquiert, par ces actions, une certaine visibilité qui passe notamment par des po (...)

21Cette dimension militante du Festival en faveur de la Bretagne et de la défense de la langue régionale peut s’expliquer de diverses manières : tout d’abord, l’engagement continu47 pour la langue bretonne des deux principaux fondateurs du Festival, Charlie Grall et Martial Ménard. Par leur participation aux activités du FLB48 au milieu des années 1970, à « Stourm ar brezhoneg » dans les années 1980, puis dans le domaine culturel ensuite, ces derniers disposaient, dès la fondation du Festival, d’un capital social et militant49 conséquent. À ceci s’ajoute ce que représente la ville de Carhaix devenue, à partir des années 1990, à la fois symbole de la défense de l’identité régionale et d’une certaine combativité. D’une part, Carhaix accueille depuis 1998, le premier et le seul lycée immersif en langue bretonne de la Région - le lycée Diwan - ; elle est aussi connue pour sa promotion du mariage en breton ou la délivrance de livrets de famille bilingue (français et breton) ; elle est le siège social de la brasserie artisanale Coreff (dont les bières sont devenues l’un des principaux produits identitaires bretons) ; il n’est pas rare non plus que des commerces affichent des enseignes bilingues… D’autre part, Carhaix a récemment connu différents épisodes de forte visibilité médiatique nationale : en 2008, à l’occasion de la tentative de fermeture par l’Agence régionale de l’hospitalisation de certains services de l’hôpital de la ville et en 2013 avec le mouvement des « Bonnets rouges50 » fondé contre l’écotaxe prévue par le gouvernement et qui avait pour slogan « Vivre, décider et travailler au pays », sans parler de la renommée nationale du festival des Vieilles Charrues… Toutes ces actions sont incarnées par Christian Troadec51, maire de la ville, depuis 2001 et également conseiller départemental, co-fondateur des Vieilles Charrues et du mouvement des Bonnets rouges, propriétaire de la brasserie Coreff de 2005 à 2008 ; il a, par ailleurs, lancé en 2010 son mouvement régionaliste « Bretagne et progrès » et envisageait sous cette étiquette une candidature à la présidentielle de 2017 même si celle-ci n’a pas abouti.

22L’espace Glenmor - du nom d’un poète et militant politique breton des années 1970 - accueille une manifestation dont la dimension engagée est partagée par tous les éditeurs de langue bretonne et une large partie des éditeurs de langue française présents au Festival : « embann e brezhoneg a zo un ober emsavel » [éditer en breton est un acte militant] [E3] ; « le seul festival où on peut voir l’ensemble de la production en langue bretonne » [E15] ; « je peux m’exprimer de façon continue en breton » [E19] ; « rendez-vous essentiel pour l’édition en breton. Parce que la situation actuelle du breton et de la Bretagne exige que l’on se batte ! » [E22] ; « que ce soient les clients ou l’organisation, on sent qu’il y a un fort sentiment breton, d’ailleurs beaucoup de clients parlent breton. C’est important pour moi que les Bretons se réapproprient leur culture et leur histoire. » [E27] ; « la "marque bretonne" du Festival du livre en Bretagne est un atout. Ces choix correspondent à la façon dont je vois également le monde. Il s’agit de choix engagés politiquement correspondant à des sujets de société forts en Bretagne. » [A6] ; « un festival engagé en faveur de la langue et la culture bretonne. Oui. Les Bretons doivent se sentir autant Français que Bretons » [A24].

  • 52 Voir le catalogue de cet éditeur : http://www.yoran-embanner.com/ (consulté le 1er septembre 2016).
  • 53 Extrait du contrat de diffusion entre Coop Breizh et ses clients : « 7.1 - Coop Breizh se réserve l (...)

23Ces discours ne sont pas propres aux éditeurs ou auteurs de langue bretonne. Certains éditeurs d’ouvrages en français également présents au Festival ont un engagement militant très fort, comme Yoran Embanner52 ou encore Coop Breizh, à la fois éditeur et principal diffuseur régional qui précise dans ses contrats pouvoir refuser de diffuser des ouvrages qui dénigreraient la langue bretonne53. Par ailleurs, d’autres structures ou auteurs de langue française défendent, quant à eux, une version un peu détournée de cet engagement. Ils se retrouvent ainsi dans la dimension fédératrice de certains de ces discours qu’ils peuvent adapter à des causes dans lesquelles ils se reconnaissent plus. En voici quelques exemples tirés des réponses aux questionnaires :
- la défense d’une petite langue comme on défend la petite édition face aux grands éditeurs nationaux : « montrer que les petites structures existent et qu’elles sont vivantes, qu’elles ont des idées. » [E18] ; « une ouverture à la pluralité et à l’indépendance éditoriales » [E7] [idem E15, E23, A6, A24] ;
- de la défense de la culture bretonne à celle de « la diversité culturelle » [A6], « il est important de défendre la langue bretonne comme les différentes langues régionales menacées d’extinction. Je défends aussi la langue française menacée à [son tour] dans le monde et en France même » [A23] ; « la diversité est nécessaire » [A24] ;
- la « défense du livre papier » [A9], « la protection de la nature en Bretagne mais en français » [A8], « la lutte pour un Centre-Bretagne dynamique » [E25]…

24Ce type de discours de défense « des petits et des faibles » face aux puissants devient en quelque sorte la doxa du Festival du livre en Bretagne partagée par l’ensemble des participants.

Des sociabilités littéraire et militante

  • 54 Ces bénévoles sont en effet souvent les mêmes : « à Carhaix, il faut dire qu’on les retrouve dans t (...)
  • 55 Un espace de lecture et de détente à l’atmosphère bien différente est aménagé avec transats et cana (...)

25Comme dans la plupart des manifestations de ce type, la convivialité est le maître-mot pour les organisateurs comme pour les participants, qu’ils soient éditeurs ou auteurs. C’est un choix qui se manifeste concrètement dans l’organisation de l’espace du Festival, y compris pour des activités annexes à la dimension littéraire de la manifestation. Le déjeuner des éditeurs, auteurs et invités, par exemple, est organisé de manière à favoriser les échanges et les rencontres entre les convives. Le placement se fait sur de grandes tables rondes qui se remplissent dans l’ordre au fur et à mesure des arrivées. Ce choix pratique - pour éviter que les tables ne soient qu’à moitié occupées - a des conséquences très concrètes et provoque de nombreux échanges au moment des repas où personne ne mange seul et où les discussions à table vont bon train : le Festival prend, à cette occasion, tout son sens de lieu de sociabilité entre professionnels qu’il soit éditeur ou auteur (chevronné comme débutant), illustrateur, maquettiste free-lance, salarié d’une maison d’édition, gérant d’une librairie... Autre exemple, impliquant cette fois éditeurs, auteurs et visiteurs : la buvette - et non le café, comme c’est souvent le cas dans les salons du livre -, qui est installée dans le hall du Festival et qui est tenue par des bénévoles. La grande majorité des clients y boivent de la bière, il n’y a pas de tables pour s’asseoir, tout le monde se tient donc debout au comptoir et les barmans bénévoles qui plaisantent ou s’adressent aux clients souvent spontanément en breton se comportent comme ils le feraient lors d’un concert, d’une kermesse ou d’un tournoi de football54. Très peu de livres circulent ici et on est loin de l’atmosphère de calme recherchée dans les lieux de ce type dans d’autres salons du livre55.

Un lieu de sociabilité littéraire

  • 56 Voir Bois (Géraldine), op. cit. p. 80.
  • 57 Bois (Géraldine), op. cit., pp. 84-85.

26Le Festival du livre de Carhaix est un lieu de sociabilité littéraire mais sans doute pas tout à fait comme n’importe quel autre salon du livre. Le choix des organisateurs du Festival de restreindre les stands aux éditeurs régionaux fait que l’ensemble des auteurs francophones présents s’apparente à la définition que Géraldine Bois donne des écrivains peu reconnus du champ littéraire56. En effet, qu’ils soient présents dans l’Espace romanciers ou sur le stand de leur éditeur, ces derniers partagent un certain nombre de caractéristiques communes : ils sont publiés, souvent exclusivement, par des maisons d’éditions régionales, publient des ouvrages (roman, essai ou témoignage) que l’on peut qualifier de régionalistes et fréquentent très régulièrement les salons du livre de la région. En raison de l’absence d’un champ régional qui aurait des règles ou des enjeux particuliers, ce sont les règles du champ littéraire français qui s’appliquent pour ces auteurs et c’est la raison pour laquelle, à l’instar de Géraldine Bois, et même s’il faut se garder d’uniformiser des acteurs aux propriétés sociales et aux capitaux diversifiés, on pourrait les qualifier d’écrivains dominés du champ littéraire. Il serait d’ailleurs possible élargir cette définition aux éditeurs qui présentent, en grande partie, les mêmes caractéristiques : structures au statut souvent associatif qui reposent principalement sur un engagement bénévole, forte participation à des salons du livre de la région, prédominance des genres régionaux dans leurs catalogues, faiblesse, voire absence, de diffusion des ouvrages au niveau national… Cette appartenance des auteurs peu reconnus au champ littéraire fait qu’ils peuvent, à certaines occasions, percevoir très fortement les hiérarchies57, notamment lorsqu’ils côtoient des auteurs consacrés au cours de séances de dédicace, par exemple. Au Festival du livre en Bretagne, les hiérarchies ne sont pas abolies mais, en l’absence d’écrivains dominants le champ ou d’auteurs de best-sellers, elles sont probablement moins frontales que dans d’autres salons offrant un brassage d’éditeurs beaucoup plus large et la présence d’éditeurs prestigieux.

  • 58 Lahire (Bernard), La condition littéraire, Paris, La Découverte, 2006, p. 212.
  • 59 Voir Lahire (Bernard), ibid., p. 214 ou Heinich (Nathalie), Être écrivain, Paris, La Découverte, 20 (...)
  • 60 Seuls un éditeur et un auteur francophones m’ont répondu avoir été très insatisfaits de leur passag (...)
  • 61 Voir Lahire (Bernard), ibid., p. 219.

27Reproduisant une grande partie des activités habituelles des salons du livre (rencontre avec les lecteurs par l’intermédiaire de séances de dédicace, discours officiels, président d’honneur, distribution de prix littéraires…), la participation au Festival contribue à renforcer le sentiment d’être écrivain58 et une forme d’appartenance à l’institution littéraire. Bernard Lahire et Nathalie Heinich ont par ailleurs montré que plus on est dominé dans le champ, plus le salon du livre est un lieu valorisé, et inversement, plus on est un écrivain consacré, plus la participation à ce type de manifestation est considérée comme une activité annexe, une contrainte, voire une corvée59. Ainsi, la grande majorité des auteurs et éditeurs du Festival du livre en Bretagne qui participent régulièrement à la manifestation le font avec un plaisir certain60, celui-ci passant entre autres par le sentiment de participer pleinement à un moment de sociabilité littéraire d’autant plus valorisant pour ces auteurs et éditeurs peu reconnus61. Le Festival est ainsi présenté à de nombreuses reprises comme un lieu d’ « échanges amicaux » [pour E1, E12, E14, E15, A18…] mais également professionnels en lien direct avec les activités littéraires des auteurs : « une occasion de rencontrer des lecteurs et d’échanger et présenter des projets à des éditeurs » [A1] ; « échanges sur le contenu des ouvrages et partage d’expériences » [A6] ; « l’unique occasion de rencontrer l’éditeur en chair et en os. C’est souvent là que se discutent les projets d’édition » [A9] ; « échanges avec les autres auteurs sur leur façon de travailler, avec les éditeurs sur les difficultés de l’édition, avec les lecteurs, c’est plus varié. Dans le cas de l’édition en langue bretonne, […] la proximité avec les éditeurs permet de discuter des projets à venir » [A11]… Le festival servant ainsi à pallier en partie l’étroitesse de ce milieu professionnel restreint au niveau régional. Les éditeurs et auteurs francophones présents au Festival du livre en Bretagne sont donc des agents dominés du champ littéraire français qui participent ici à une manifestation qui relève pleinement de leur activité littéraire.

Sociabilité militante et illusio littéraire : la spécificité des éditeurs et auteurs de langue bretonne

  • 62 La situation est comparable pour la littérature en basque, voir Apalategui (Ur), La naissance de l’ (...)
  • 63 Bourdieu (Pierre), Sociologie générale, Cours au collège de France, vol. 1, Paris, éditions du Seui (...)

28Si les auteurs et éditeurs de langue française participant au Festival font partie du champ littéraire, il n’en va pas de même pour les auteurs et éditeurs de langue bretonne. En effet, contrairement à ce que leur coexistence dans le cadre du Festival peut laisser croire, écrire ou éditer des ouvrages en breton les exclut, de fait, de ce champ pour des raisons linguistiques62 : les auteurs de langue bretonne ne peuvent aspirer à être publiés par une maison d’édition nationale, ne peuvent prétendre à une diffusion large ou à une reconnaissance nationale par l’attribution de prix… Ils se positionnent par conséquent dans un espace singulier qui a ses propres enjeux et ses propres règles de fonctionnement63 : contrairement au champ littéraire français, il n’y a pas dans cet espace en langue bretonne de distinction entre sous-champ de production restreinte et sous-champ de grande production, pas de différence de positionnements esthétiques entre les éditeurs, pas de concurrence entre les auteurs puisque tout le monde y est aisément édité… enfin, l’enjeu principal de l’espace ne semble pas être uniquement la littérature mais tout autant la défense de la langue bretonne : les prises de position, les rapports de force et les hiérarchies reposent donc sur des considérations autres que littéraires.

  • 64 Voir Saint-Amand (Denis) & Vrydaghs (David) (sous la direction de), « Nouveaux regards sur l’illusi (...)
  • 65 Nous pouvons définir le champ identitaire breton comme l’ensemble des agents, individus, associatio (...)

29Du point de vue des agents de cet espace, le Festival du livre de Carhaix est déterminant parce qu’il permet d’entretenir annuellement l’illusio64 : la croyance en l’importance, voire la nécessité, de produire une littérature en langue bretonne, au même rang que les autres et dont le prestige pourra rejaillir sur la langue bretonne elle-même. Car, au-delà de la littérature, la défense de la langue est sans doute l’enjeu qui prédomine chez la plupart des agents de cet espace qui partagent ainsi les enjeux du champ identitaire breton65 : c’est pourquoi, pour un auteur, le choix d’un éditeur relèvera plus d’un positionnement politique ou idéologique qu’esthétique.

  • 66 C’est-à-dire le mouvement militant breton.
  • 67 Dans les années 1990, la « Fête nationale de la langue bretonne » [Gouel broadel ar brezhoneg] étai (...)

30Pour les éditeurs et auteurs de langue bretonne - et sans doute également pour une majorité de visiteurs sur lesquels l’enquête ne portait pas directement -, ce Festival est fortement fédérateur : c’est « l’une des grands messes de l’Emzao66 » [A2], le lieu où se retrouvent annuellement les militants bretons, les auteurs écrivant en breton, des parents d’élèves d’écoles immersives associatives recherchant des ouvrages pour compléter la bibliothèque de leur école, le lieu où l’on peut entendre un lecteur et un auteur échanger en breton, où certains bénévoles de la buvette s’adressent spontanément au consommateur en breton, autrement dit « c’est un lieu où l’on peut parler breton sans être regardé comme des extra-terrestres » [A6], « Carhaix, ce sont les retrouvailles annuelles des anciens combattants » [A7], le « rassemblement des acteurs de la culture bretonne » [A25]. C’est tout à la fois l’occasion de montrer son engagement vis-à-vis de l’extérieur – en direction des autres éditeurs, auteurs ou du public – mais aussi de se retrouver entre soi, c’est-à-dire entre militants et plus concrètement encore entre membres d’une même association puisqu’en quelque sorte, tout le monde se retrouve à cette occasion à Carhaix : « un digarez da gejañ gant izili hor c’hevredigezh a ver hon ti-embann, izili strewet dre holl. Kemeret en deus plas Gouel ar brezhoneg, da lavaret eo un emgav bloaziek evit emsaverion ar brezhoneg [une occasion de voir les membres de notre association qui gère notre maison d’édition, les membres étant répartis un peu partout. Ça a pris la place de la Fête de la langue bretonne67 c’est-à-dire le rendez-vous annuel des militants pour le breton] » [E3]. C’est également, pour une autre maison d’édition associative, « l’un des seuls rendez-vous de l’année qui réunit toute l’équipe » [E19].

  • 68 Ollitrault (Sylvie), Militer pour la planète, Sociologie des écologistes, Rennes, PUR, « Res public (...)
  • 69 Ibid.
  • 70 Entretien avec l’une des libraires responsables de l’Espace romanciers le 2 février 2016.

31Tout ceci contribue, pour ces militants, à faire du Festival un « moment d’enchantement68 », c’est-à-dire qu’à l’instar d’une grande manifestation par exemple, c’est le moment où les militants perçoivent les rétributions de leurs actions et constatent que leur engagement, et donc leur investissement important dans le jeu, n’est pas vain. Ces moments constituent une « ressource de légitimation69 » de l’action militante. Ainsi, le Festival du livre est pour certains « une façon de voir le résultat concret de notre engagement bénévole au service de la culture bretonne » [E26] et, comme les visiteurs sont au rendez-vous : « c’est un lieu où l’on peut partager ces aspirations auprès d’un public plus large » [A26]. D’autres éditeurs vont même plus loin : « Carhaix est à la pointe du “revival” breton, le Poher est actuellement ce que sera toute la Bretagne demain » [E27] ; c’est « le symbole d’une Bretagne émancipée » [E29]. Le sentiment général des militants peut se résumer dans la formule d’une des libraires responsables de l’Espace romanciers : « Le temps d’un week-end, on rencontre tout le monde. Ça donne de l’énergie. C’est un sacré concentré de gens qui font des choses en breton70. »

32L’illusio des auteurs et éditeurs de langue bretonne est accentué par la présence d’éditeurs et d’auteurs de langue française qui sont comme des garants de la portée littéraire de la manifestation. C’est ainsi que le Festival du livre en Bretagne contribue, le temps d’un week-end, à mettre sur le devant de la scène régionale l’espace littéraire de langue bretonne par rapport au reste du champ identitaire breton. Comme le reconnaît un éditeur de langue bretonne : « ar vrezhonegerion n’hellfent ket aozañ un dra evit ar bzhg hepken gant un darvoud ken brudet » [les bretonnants ne pourraient pas organiser une manifestation avec un tel succès pour le breton uniquement] [E3]. En effet, si l’on peut considérer que l’espace littéraire a été dominant dans le champ identitaire breton jusqu’aux années 1970 environ, ce n’est plus le cas actuellement et l’activité littéraire est elle-même dominée dans un champ qui valorise bien plus l’enseignement de la langue (aux enfants et aux adultes), les nouvelles technologies en breton ou encore les panneaux de signalisation bilingues. La littérature a perdu sa place centrale dans la revendication linguistique.

33De manière plus générale, le champ littéraire français est depuis longtemps le modèle de l’espace littéraire breton qui en copie la plupart de ses aspects principaux : les genres littéraires et le contenu des ouvrages édités, la remise de prix divers et variés, la traduction d’ouvrages étrangers… Or, malgré cette proximité apparente, l’espace littéraire breton ne fonctionne pas comme un champ qui bénéficierait d’une autonomie relative71. Les enjeux littéraires y sont en effet fortement dépendants des enjeux politiques et cet espace n’a pas d’autonomie par rapport à la politique régionale (l’EPCC Office public de la langue bretonne et le Conseil régional de Bretagne) qui subventionne en grande partie les ouvrages en langue bretonne72 et oriente même une partie de la production (ils promeuvent, par exemple, par des subventions la traduction d’une liste de cent chefs d’œuvres internationaux73) ou encore d’autres agents du champ identitaire (associations, collectifs et partis politiques) pour qui l’espace littéraire se doit d’être l’un des fournisseurs d’ouvrages à destination des scolaires.

34Le Festival peut de ce fait être considéré comme un lieu de coalescence d’agents dominés : d’une part, des éditeurs et auteurs très spécialisés (soit parce qu’ils publient en breton, soit parce qu’ils publient des ouvrages très engagés)  - dominés dans le champ identitaire breton - qui apprécient à la fois le Festival comme lieu de sociabilité, la dimension militante clairement mise en avant par les organisateurs et le fait d’être au centre du jeu le temps d’un week-end ; d’autre part, des éditeurs et auteurs régionaux, dominés dans le champ littéraire français, qui apprécient à la fois l’institution littéraire que représente le Festival mais également sa dimension conviviale et engagée. C’est sans doute l’association de ces deux espaces différents qui assure au Festival la fidélité de ses participants, qu’ils soient éditeurs ou auteurs, et un succès public relativement important à chaque édition.

  • 74 Lahire (Bernard), op. cit., p. 221.

35Le Festival du livre en Bretagne permet donc de s’interroger sur ce que représente un lieu de sociabilité littéraire accessible aux agents peu reconnus du champ littéraire français mais également pour l’espace à la fois étroit, dominé et non-autonome que constitue l’espace littéraire de langue bretonne. Le Festival revêt un enjeu crucial pour ces agents : il s’agit à la fois d’un lieu de visibilité privilégié pour eux qui n’ont souvent « pas d’autres moyens publics d’exister en tant qu’écrivains et d’accéder au lectorat74 ». On peut enfin supposer que, compte tenu du succès de l’opération, le Festival contribue également à renouveler annuellement le sentiment, que bien que dominés dans l’espace social, le jeu en vaut véritablement la chandelle.

Haut de page

Bibliographie

Apalategui (Ur), La naissance de l’écrivain basque, Paris, L’Harmattan, 2000.

Beaud (Stéphane), « L’usage de l’entretien en sciences sociales. Plaidoyer pour l’« entretien ethnographique », Politix, n35, 1996/9, pp. 226-257.

Bois (Géraldine), « Les écrivains peu reconnus de la région Rhône-Alpes : des membres de l’univers littéraire national » dans Des littératures périphériques, sous la direction de Nelly Blanchard & Mannaig Thomas, Rennes, PUR, 2014, pp. 79-90.

Bois (Géraldine), « Des degrés et des formes d’investissement. La notion d’illusio confrontée au cas des écrivains très peu reconnus », COnTEXTES [En ligne], n9, 2011, (consulté le 1er septembre 2016).

Bourdieu (Pierre), « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 89, septembre 1991, pp. 3-46.

Bourdieu (Pierre), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1979.

Bourdieu (Pierre), Sociologie générale, Cours au collège de France, vol. 1, Paris, éditions du Seuil, coll. « Raisons d’agir », 2015.

Broudic (Fañch), La pratique du breton de l’Ancien Régime à nos jours, Rennes, PUR, 1995.

Broudic (Fañch), Parler breton au xxie siècle, Brest, Emgleo Breiz, 2009.

Calvez (Ronan), « Ce que parler du breton veut dire », Ethnologie française, tome 42, n4, 2012, pp. 647-655.

Casanova (Pascale), La république mondiale des lettres, Paris, Seuil, [1999], 2008.

Clerc (Adeline), Le monde du livre en salon. Le livre sur la place à Nancy, thèse de doctorat sous la direction de Béatrice Fleury, Université Nancy 2, 2011.

Grall (Charlie), Un combat pour la Bretagne. Entretien avec Guy Le Corre, s. l., Spered Gouez, 2006.

Heinich (Nathalie), Être écrivain, Paris, La Découverte, 2000.

Lahire (Bernard), La condition littéraire, Paris, La Découverte, 2006.

Le Berre (Yves) et Le Dû (Jean), « Devoir et nécessité : à quoi sert le breton à ceux qui le parlent ? », La Bretagne linguistique, Brest, CRBC, n20, 2016, pp. 140-167.

Matonti (Frédérique) & Poupeau (Franck), « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la recherche en sciences sociales, n155, 2004/5, pp. 4-11.

Ollitrault (Sylvie), Militer pour la planète, Sociologie des écologistes, PUR, Rennes, coll. « Res publica », 2008.

Ory (Pascal), « Qu’est-ce qu’un festival ? Une réponse par l’histoire » dans Une histoire des festivals, xxe-xxie siècle, sous la direction d’Anaïs Fléchet, Pascale Goetschel & al., Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, pp. 20-32.

Rabier (Marion), « Sous le bonnet la classe, Retour sur le mouvement des “Bonnets rouges” », Revue Agone, n56, 2015, pp. 127-142.

Saint-Amand (Denis) & Vrydaghs (David), « Nouveaux regards sur l’illusio », COnTEXTES [En ligne], n9, 2011, (consulté le 1er septembre 2016).

Sapiro (Gisèle), « L’autonomie de la littérature en question » dans Bourdieu et la littérature, sous la direction de Jean-Pierre Martin, Nantes, Cécile Defaut, 2010, pp. 45-61.

Sapiro (Gisèle) (sous la direction de), L’écrivain-e à la rencontre de son public Enquête sur le public du festival les correspondances de Manosque, Paris, CESSP, 2012.

Sawicki (Frédéric) & Siméant (Johanna), « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant. Note critique sur quelques tendances récentes des travaux français », Sociologie du travail, n51, 2009, pp. 97-125.

Sempé (Mathilde), L’invention d’une identité régionale : la Bretagne et le livre (1945-2014), thèse de doctorat sous la direction d’Emmanuel Wallon, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2014.

Serry (Hervé) & Vincent (Josée), « Penser le rôle des foires internationales dans la mondialisation de l’édition. L’exemple des éditeurs québécois à la Buchmesse de Francfort », Le mouvement social, n243, 2013/2, pp. 105-116

Serry (Hervé), « La littérature pour faire et défaire les groupes », Sociétés contemporaines, n44, 2001/4, pp. 5-14.

Thomas (Mannaig), « Une littérature en dépendances. La littérature de langue bretonne 2000-2010 », La Bretagne linguistique, Brest, CRBC, n18, 2014, pp. 177-203.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 L’auteure remercie Philippe Lagadec pour son aide et ses conseils dans la réalisation de cette enquête et la rédaction de cet article.

2 Pour une sociogenèse du Festival du livre en Bretagne, voir Sempé (Mathilde), L’invention d’une identité régionale : la Bretagne et le livre (1945-2014), thèse de doctorat sous la direction d’Emmanuel Wallon, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2014, pp. 351-400.

3 Voir Sapiro (Gisèle) (sous la direction de), L’écrivain-e à la rencontre de son public. Enquête sur le public du festival Les Correspondances de Manosque, Paris, CESSP, 2012, p. 1 et Clerc (Adeline), Le monde du livre en salon : le livre sur la place à Nancy, thèse de doctorat sous la direction de Béatrice Fleury, Université Nancy 2, 2011, p. 61.

4 Clerc (Adeline), ibid., pp. 87-88.

5 Créé en 1982 par Charlie Grall, voir Grall (Charlie), Un combat pour la Bretagne. Entretien avec Guy Le Corre, s. l., Spered Gouez, 2006, p. 128.

6 Il s’agit des deux principaux titres de la presse quotidienne régionale en Bretagne qui couvrent très largement la manifestation : 72 occurrences dans Le Télégramme et Ouest France concernant l’édition 2015 du Festival entre le 1er janvier et le 1er novembre 2015 (http://www.europresse.com/, consulté le 15 septembre 2016).

7 La Bretagne compte une centaine de manifestations de ce type chaque année dont la fréquentation varie de quelques centaines de visiteurs à plusieurs dizaines de milliers, voir « Les Bretons sont-ils les plus intellos ? », [interview de Christian Ryo, directeur de l’EPCC (Établissement public de coopération culturelle) Livre et lecture en Bretagne], Bretons, n76, mai 2012, p. 43. Avec 10 000 visiteurs, le Festival du livre de Carhaix est l’une des principales manifestations littéraires en Bretagne. À titre de comparaison, la fréquentation du festival Étonnants voyageurs à Saint-Malo est d’environ 60 000 visiteurs, celle du Festival du livre de Vannes de 30 000 visiteurs et celle du Festival du livre en Bretagne de Guérande d’environ 4 000 visiteurs.

8 Le même genre de manifestation existe ailleurs, notamment au pays Basque où le Salon de Durango, organisé par l’association Gerediaga, semble avoir des caractéristiques assez similaires, voir http://www.eke.eus/fr/culture-basque/litterature-basque/salon-de-durango-2015-et-editeurs-du-pays-basque-nord/salon-du-livre-et-du-disque-basques-de-durango (consulté le 10 septembre 2016).

9 Sont exclus également les auteurs autoédités.

10 Il est courant, dans le milieu militant breton, de faire référence à la « Bretagne historique » ou à la « Bretagne à 5 départements », autrement dit, les 4 départements actuels et la Loire-Atlantique dont fait partie la ville de Nantes.

11 Il s’agit principalement d’auteurs que Géraldine Bois définit comme peu reconnus. Voir Bois (Géraldine), « Les écrivains peu reconnus de la région Rhône-Alpes : des membres de l’univers littéraire national » dans Des littératures périphériques, sous la direction de Nelly Blanchard & Mannaig Thomas, Rennes, PUR, 2014, p. 81.

12 Voir notamment Broudic (Fañch), La pratique du breton de l’Ancien Régime à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1995 ou du même auteur, Parler breton au xxie siècle, Brest, Emgleo Breiz, 2009.

13 Voir notamment Calvez (Ronan), « Ce que parler du breton veut dire », Ethnologie française, tome 42, no 4, 2012, pp. 647-655 ou Le Berre (Yves) et Le Dû (Jean), « Devoir et nécessité : à quoi sert le breton à ceux qui le parlent ? », La Bretagne linguistique, Brest, CRBC, no 20, 2016, pp. 147-160.

14 Il y a très peu de livres en breton en vente dans les grandes librairies régionales (Dialogues à Brest, Ravy à Quimper, Le Failler à Rennes…). À ceci s’ajoute la disparition en 2009 de la librairie « Ar bed keltiek » [le monde celtique] (à Brest et Quimper) spécialisée dans les ouvrages en breton ou sur la Bretagne. D’autres petites librairies proposent également quelques livres en langue bretonne à côté de divers objets touristiques (drapeaux bretons, mugs estampillés, bijoux…).

15 Voir http://www.festivaldulivre-carhaix.bzh/fr/discours-inaugural-de-martial-menard-president-dhonneur-du-festival/ (consulté le 1er septembre 2016).

16 Voir l’entretien de Charlie Grall, Sempé (Mathilde), op. cit., p. 357 ; des propos repris par Yann Peillet, le coordinateur du Festival (entretien du 2 février 2016). Les présidents d’honneur des éditions 2000 et 2006, respectivement Patrick Poivre-d’Arvor et Irène Frain font ainsi figure d’exception, même si le coordinateur de la manifestation, Yann Pelliet, précise que la venue de l’ancien journaliste de télévision a probablement joué un rôle dans la popularisation du Festival et dans la hausse de fréquentation qu’il a connue cette année-là et les suivantes.

17 J’entends la notion de champ littéraire au sens où Pierre Bourdieu la définit, voir Bourdieu (Pierre), « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 89, 1991, pp. 3-46, limité, ici, aux agents régionaux faisant partie du champ littéraire national, pour ceux qui écrivent en français, voir Bois (Géraldine), op. cit., pp. 79-90.

18 Sur environ 300 éditeurs en Bretagne historique, source : Livre et lecture en Bretagne http://www.livrelecturebretagne.fr/livre-et-lecture-en-bretagne/nos-publications/ (consulté le 1er septembre 2016).

19 Aber, Al lanv, Al liamm, An alarc’h, Coop Breizh, Emgleo Breiz, Hor yezh, Mouladurioù hor yezh, Nadoz-vor, Skol an emsav, Skol ober et Skol Vreizh, littérature et ouvrages généralistes ; Imbourc’h et Minihy levenez, revues religieuses ; Nidiad, revue philosophique ; le CRBC, édition critique d’ouvrages bilingues ; TES, ouvrages scolaires ; Bannoù-heol et Keit vimp bev, littérature jeunesse.

20 Il s’agit notamment des revues Al liamm, Brud nevez, Aber ou Nidiad (littérature pour les premières, philosophie pour la dernière), des bulletins religieux de Minihy Levenez ou Emglev an tiegezhioù (Imbourc’h) ou encore de l’édition scolaire représenté par TES (éditeur de ressources pédagogiques en langue bretonne placé sous la tutelle du Ministère de l’éducation nationale).

21 Entretien du 2 février 2016 avec Yann Pelliet.

22 « Le mot du centre culturel breton Egin », Catalogue de l’édition 2010, p. 8.

23 Quelques éditeurs de langue bretonne ne faisant pas partie de cette fédération sont toutefois répartis ailleurs dans le Festival.

24 Les réponses des éditeurs sont indiquées sous la forme [E + numéro d’identification], les réponses des auteurs sont indiquées sous la forme [A + numéro d’identification].

25 Entretien du 2 février 2016 avec Yann Pelliet.

26 Grall (Charlie), op. cit., pp. 149-150.

27 Ory (Pascal), « Qu’est-ce qu’un festival ? Une réponse par l’histoire » dans Une histoire des festivals, xxe-xxie siècle, sous la direction d’Anaïs Fléchet, Pascale Goetschel & al., Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, pp. 20-32.

28 Bourdieu (Pierre), La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, éditions de Minuit, « Le sens commun », 1979.

29 Entretien du 2 février 2016 avec Yann Pelliet. Un auteur compare également Carhaix à Vannes : « À Vannes, je n’ai ressenti aucune chaleur, aucune convivialité et un intérêt plus que moyen pour la langue bretonne » [A11].

30 Voir Brochen (Philippe), « Christian Troadec. Bonnet d’âme », Libération, 17 novembre 2013, http://www.liberation.fr/futurs/2013/11/17/christian-troadec-bonnet-d-ame_947598 (consulté le 1er septembre 2016).

31 Une question avec plusieurs propositions portait sur la manière de qualifier le Festival. Les réponses proposées étaient les suivantes : « élitiste », « engagé », « généraliste », « populaire », « spécialisé », « comme les autres », « différent des autres », « autre » et demandaient une justification. L’adjectif « populaire » a été coché par 25 auteurs sur 32 et par 24 éditeurs sur 30, ce qui représente, dans les deux cas, environ 80% des personnes interrogées.

32 Voir l’entretien de Charlie Grall avec Mathilde Sempé, Sempé (Mathilde), op. cit., p. 362.

33 Voir les thématiques des différentes éditions depuis 1990 : http://www.etonnants-voyageurs.com/spip.php?rubrique3 (consulté le 1er septembre 2016).

34 Historiquement, les premières structures de l’espace linguistique engagées dans la défense de la langue bretonne étaient des revues littéraires associées à des maisons d’édition et regroupées en fédérations. Ces structures sont animées par quelques permanents salariés (essentiellement pour le volet technique : infographie, mise en page, gestion administrative et financière…) mais surtout par des militants bénévoles qui proposent des textes ou des articles, des comptes rendus, assurent les relectures et les corrections, sollicitent des contributeurs, etc. De même, les auteurs de romans, de nouvelles, de poésie, de théâtre, etc. qui écrivent en breton et dont les ouvrages sont publiés par ces maisons d’édition ne reçoivent pas de droits d’auteur.

35 Il s’agit d’une association créée en 1984 qui militait pour une meilleure visibilité publique du breton, notamment sur les panneaux de signalisation. Leur moyen d’action le plus fréquent consistait à barbouiller de nuit des panneaux routiers.

36 Grall (Charlie), op. cit, p. 150.

37 Pour un aperçu des thématiques des éditions précédentes : http://www.festivaldulivre-carhaix.bzh/fr/les-editions-passees/ (site consulté le 1er septembre 2016).

38 Voir http://www.festivaldulivre-carhaix.bzh/fr/discours-inaugural-de-martial-menard-president-dhonneur-du-festival/ (consulté le 1er septembre 2016).

39 Cet aspect est confirmé par les résultats de l’enquête menée par Mathilde Sempé auprès des visiteurs du Festival, voir Sempé (Mathilde), op. cit., p. 96.

40 Extrait de la ligne éditorial de l’ABP : « L’Agence Bretagne Presse (ABP) met librement à disposition de ses lecteurs des informations sur ce qui se passe en Bretagne ou sur les activités des Bretonnes et des Bretons expatriés. ABP encourage les informations inédites et les informations rectifiant celles qui sont déformées, abrégées ou censurées par les médias nationaux ou dits "régionaux". […] L’international est limité aux actualités concernant les minorités nationales en Europe et tout spécialement celles des pays dits "celtiques". » Voir https://abp.bzh/ligne-editoriale.php (site consulté le 1er septembre 2016).

41 Extrait de sa ligne éditoriale : « La rédaction de 7seizh se reconnaît dans un certain nombre de valeurs. Tout d’abord, une vision nationale de la Bretagne. Cela implique le respect systématique de son intégrité territoriale, la valorisation des langues utilisées en Bretagne. Cela signifie également un suivi régulier de sujets peu ou mal abordés par d’autres médias : entre autres questions de la réunification, questions linguistiques et culturelles, prospective à l’échelle bretonne. » Voir http://7seizh.info/a-propos-de-7seizh/ (site consulté le 1er septembre 2016).

42 Voir http://ai-ta.eu/accueil/ (consulté le 1er septembre 2016).

43 Diwan est un réseau d’écoles, de collèges et d’un lycée immersifs en langue bretonne.

44 « On leur a dit : vous vous installez et vous vendez ce que vous voulez. C’est du soutien. » Entretien du 2 février 2016 avec Yann Pelliet.

45 La date de cette manifestation avait été décidée par les organisateurs au niveau national.

46 L’objectif était de faire une manifestation, au même moment, dans différentes régions de France.

47 Pour une définition de l’engagement militant, voir Sawicki (Frédéric) & Siméant (Johanna), « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant. Note critique sur quelques tendances récentes des travaux français », Sociologie du travail, n51, 2009, p. 2.

48 Front de libération de la Bretagne : il s’agit d’une organisation indépendantiste qui a mené des attentats à la bombe principalement en Bretagne contre des édifices publics (perceptions, préfectures, casernes…) du milieu des années 1960 à la fin des années 1970.

49 Voir Matonti (Frédérique) & Poupeau (Franck), « Le capital militant. Essai de définition », Actes de la recherche en sciences sociales, n155, 2004/5, p. 8.

50 Sur ce mouvement, voir Rabier (Marion), « Sous le bonnet la classe, Retour sur le mouvement des "Bonnets rouges" », Revue Agone, n56, 2015, pp. 127-142.

51 Christian Troadec acquiert, par ces actions, une certaine visibilité qui passe notamment par des portraits dans la presse nationale, voir par exemple http://www.liberation.fr/futurs/2013/11/17/christian-troadec-bonnet-d-ame_947598, https://www.mediapart.fr/journal/dossier/france/qui-est-vraiment-christian-troadec, http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/11/07/christian-troadec-l-intransigeant_3509824_823448.html (consultés le 1er septembre 2016)

52 Voir le catalogue de cet éditeur : http://www.yoran-embanner.com/ (consulté le 1er septembre 2016).

53 Extrait du contrat de diffusion entre Coop Breizh et ses clients : « 7.1 - Coop Breizh se réserve le droit de ne pas diffuser un ouvrage excluant volontairement la Loire-Atlantique de la Bretagne ou présentant un caractère de "dénigrement systématique" de la langue bretonne. »

54 Ces bénévoles sont en effet souvent les mêmes : « à Carhaix, il faut dire qu’on les retrouve dans toutes les manifestations : les Charrues, le foot, Diwan… Ils sont bénévoles avant tout. » Entretien du 2 février 2016 avec Yann Pelliet.

55 Un espace de lecture et de détente à l’atmosphère bien différente est aménagé avec transats et canapés dans le cadre du Livre sur la place de Nancy, par exemple, voir Clerc (Adeline), op. cit., pp. 112-117.

56 Voir Bois (Géraldine), op. cit. p. 80.

57 Bois (Géraldine), op. cit., pp. 84-85.

58 Lahire (Bernard), La condition littéraire, Paris, La Découverte, 2006, p. 212.

59 Voir Lahire (Bernard), ibid., p. 214 ou Heinich (Nathalie), Être écrivain, Paris, La Découverte, 2000, pp. 156-157.

60 Seuls un éditeur et un auteur francophones m’ont répondu avoir été très insatisfaits de leur passage au Festival du livre de Carhaix.

61 Voir Lahire (Bernard), ibid., p. 219.

62 La situation est comparable pour la littérature en basque, voir Apalategui (Ur), La naissance de l’écrivain basque, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 61.

63 Bourdieu (Pierre), Sociologie générale, Cours au collège de France, vol. 1, Paris, éditions du Seuil, coll. « Raisons d’agir », 2015, p. 484.

64 Voir Saint-Amand (Denis) & Vrydaghs (David) (sous la direction de), « Nouveaux regards sur l’illusio », COnTEXTES [En ligne], n9, 2011, (consulté le 1er septembre 2016).

65 Nous pouvons définir le champ identitaire breton comme l’ensemble des agents, individus, associations, partis politiques qui participent à la défense de ce que ces derniers appellent « l’identité bretonne », celle-ci passant, en partie, par une défense de la langue dont elle semble indissociable, y compris pour ses agents non bretonnants.

66 C’est-à-dire le mouvement militant breton.

67 Dans les années 1990, la « Fête nationale de la langue bretonne » [Gouel broadel ar brezhoneg] était un événement festif et engagé qui avait lieu tous les ans à Spézet en Centre-Bretagne.

68 Ollitrault (Sylvie), Militer pour la planète, Sociologie des écologistes, Rennes, PUR, « Res publica », 2008, p. 145.

69 Ibid.

70 Entretien avec l’une des libraires responsables de l’Espace romanciers le 2 février 2016.

71 Sapiro (Gisèle), « L’autonomie de la littérature en question » dans Bourdieu et la littérature, sous la direction de Jean-Pierre Martin, Nantes, Cécile Defaut, 2010, pp. 45-61.

72 Sur ce sujet, voir Thomas (Mannaig), « Une littérature en dépendances. La littérature de langue bretonne 2000-2010 », La Bretagne linguistique, Brest, CRBC, n18, 2014, pp. 177-203.

73 Voir le site de la Région Bretagne : http://www.bretagne.bzh/jcms/preprod_164208/aide-a-la-traduction-litteraire-en-langue-bretonne (consulté le 1er septembre 2016).

74 Lahire (Bernard), op. cit., p. 221.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mannaig Thomas, « Le Festival du livre en Bretagne ou comment un lieu de sociabilité sert à entretenir l’illusio », COnTEXTES [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 22 décembre 2017, consulté le 21 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/contextes/6338 ; DOI : 10.4000/contextes.6338

Haut de page

Auteur

Mannaig Thomas

Université de Brest

Haut de page