Skip to navigation – Site map

Editorial

CORELA est une revue de sciences du langage. Elle accueille toute proposition relevant des domaines de la linguistique. CORELA est une revue semestrielle entièrement en ligne et en accès libre. L'objectif de CORELA est d'encourager les discussions scientifiques et théoriques les plus larges possibles. Le choix du support électronique est d'en faciliter la publication et la diffusion. CORELA est la revue du CerLiCO (Cercle Linguistique du Centre et de l'Ouest).

Latest issue
15-2 | 2017
Vol.15, n°2

Edited by Daniel Roulland

 Les locuteurs construisent l’information différemment selon leur langue. Il reste cependant à savoir à quel niveau ou quel stade cette différence se manifeste. Est-ce très en profondeur, comme Sapir et Whorf le pensaient ? Est-ce plus superficiellement et formellement, comme dans les composants « formulateur » ou « articulateur » du locuteur de Levelt (1989), c’est-à-dire hors du « conceptualisateur » ? Natalia DANKOVA, dans le premier article de ce volume, explore cette question en comparant non pas deux langues mais deux variétés de français, le français « de France » et le français « du Québec ».  Son analyse repose sur la fabrication d’histoires et la mise en récit d’images et de films muets, Cat Story et Quest, à la manière des Pear Stories de W. Chafe. Sa conclusion est que la conceptualisation des événements elle-même est mise en question, ce qui a des conséquences majeures pour l’apprentissage linguistique.

Claire DOQUET étudie le « sous-genre d’oral ritualisé » de la communication en colloque, qui relève de l’écrit, quel que soit le degré de rédaction. Il s’agit donc de la représentation d’un discours autre (RDA) caractérisé par la co-présence de l’écrit (sur le diaporama), donc toujours d’une dimension autonymique et méta-énonciative. Enonciation très singulière, reformulation en « superposition sémiotique », cet oral est exposé ici comme une remarquable illustration de l’ « auto-représentation du dire en train de se faire » de J. Authier-Revuz et une démonstration de l’hétérogénéité de toute parole, toujours méta-énonciation d’elle-même.

Autre cas d’hétérogénéité énonciative, le troisième article de ce volume s’inscrit pour Frédérique SAEZ dans un ensemble de recherches à propos du « désaccord voilé », et traite ici du « désaccord travesti » dans les comédies de Molière. L’interprétation « dissensuelle » met en jeu les phénomènes de polyphonie, tout particulièrement centraux dans le corpus choisi du drame comique classique. Le périverbal intentionnel révélé par les didascalies y joue pleinement son rôle, ainsi que la mise en abyme des actants par la prise en compte du public, allocutaire à part entière puisque c’est à lui que sont adressés les indices du désaccord voilé, mais hors-scène. Il faut considérer ce public comme un ON-Allocutaire interprétateur, un ON-All parallèle au ON-Loc de la Scapoline et définir son rôle.

Les propositions d’articles pour le numéro 1 du volume 16 de la revue Corela sont à envoyer à Sylvester Osu avant le 15 avril 2018.

  • Logo Université de Poitiers
  • Logo MSHS de Poitiers
  • Logo CerLiCO
  • OpenEdition Journals