Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Cécile Collinet, Les Grands courants d’éducation physique en France

Paris, PUF, 2000, 276 p., 148 F.
Jacques Gleyse

Texte intégral

1Le texte que nous propose Cécile Collinet est issu de sa thèse soutenue en 1999. Celui-ci, n’est pas en soi totalement nouveau ni original, dans la mesure où il s’intéresse à un terrain déjà très couru : celui de l’histoire de l’Éducation Physique au XXe siècle. Cependant ce qui en fait la totale originalité et la force, c’est la méthode adoptée et le fond organisateur.

2Tout d’abord, il faut préciser que c’est un travail de Titan auquel s’est livré l’auteur. En effet, les sources documentaires explorées sont d’une telle richesse et en nombre tel, que l’on ne peut qu’être impressionné par la quantité de travail qui a dû être nécessaire pour les recueillir. Peu nombreux sont les auteurs dans le champ qui ont eu cette opiniâtreté et pour tout dire cette puissance de travail.

3Mais de quoi s’agit-il précisément. L’auteur tente, en fait, de réaliser une analyse épistémologique d’une discipline scolaire : l’Éducation physique. Pour ce faire, elle utilise une grille de lecture unitaire qui de prime abord, cherche à saisir les caractéristiques de grands courants de pensée, et à détecter et rendre compte des dimensions de ces courants, dégage ensuite leur structure interne et leur mode de production de connaissance, enfin met en évidence leurs relations aux autres dimensions constitutives du contexte social.

4Six grands courants sont étudiés très méticuleusement : le courant de la gymnastique rationnelle avec Georges Demenÿ, celui de la Ligue française d’EP avec Philippe Tissié et Pierre Seurin, celui de la Méthode naturelle avec Georges Hébert, celui du sport éducatif de la FSGT, celui de la psychocinétique de Jean Le Boulch ; et, enfin, celui dit de la conduite motrice avec Pierre Parlebas.

5Chaque exploration donne lieu, lorsque cela est possible, à l’étude approfondie d’un discours et notamment d’une revue publiée par le courant.

6Ainsi pour le premier, c’est la revue L’Éducation physique, bulletin trimestriel du Cercle de gymnastique rationnelle (1881-1885) qui sert de point de départ à l’étude. Pour le deuxième, il s’agit de la Revue des jeux scolaires (1890-1906) qui deviendra Revue des jeux scolaires et d’hygiène sociale (1906-1934), puis Éducation physique et médecine (1935-1939), Revue médicale d’éducation physique et de biotypologie et d’hygiène appliquée. L’homme sain (1940-1950), L’Homme sain. Revue latine d’éducation physique et de gymnastique appliquée (1950-1961) et enfin L’Homme sain (1961-1972). Pour le troisième il s’agit de la revue L’Éducation physique (1902-1971). Le quatrième courant est étudié d’abord au moyen de la revue La vie de la FSGT (1950-1953), puis de Sport et plein air et enfin de DIRE. L’avant dernier courant trouve comme canal d’expression Les Cahiers scientifiques d’éducation physique (1961-1971) qui donnent lieu à une première exploration. Enfin, le dernier courant est étudié d’abord au travers de 22 articles parus dans la revue E.P.S., mais aussi de la revue Sport en jeux, de 1969 à 1984. Et ce corpus n’est pas exhaustif puisque des ouvrages de certains auteurs sont également étudiés.

7On voit donc là la masse documentaire qui a été manipulée et la richesse qui peut en découler.

8Cécile Collinet constate tout d’abord, l’existence d’une structure commune aux différents courants. Ceux-ci s’articulent autour de trois éléments fondamentaux : un domaine de finalités, un domaine scientifique, un domaine didactique. Autrement dit, elle met en évidence une régularité profonde du discours sur l’éducation physique au cours du XXe siècle ce qui n’avait été réalisé, à ce jour par aucun auteur. Au contraire, tous (à part peut-être Philippe Liotard), jusqu’à présent, insistaient sur les conflits et les débats. Cécile Collinet fait apparaître donc une autre vision de l’histoire, celle des continuités et non celle des ruptures. Cela tient sans doute à son objet « le discours » au sens strict, mais aussi probablement à sa démarche.

9La plus grande similitude de fonctionnement est, paradoxalement — au regard des analyses habituelles —, repérée dans les discours des courants de Tissié, de la FSGT et de Le Boulch, qui définissent une position affirmée et quasiment immuable, pratiquement fixe ; ce que l’auteur appelle « une position fortement définie » (Collinet C. : 257). À l’inverse, deux courants semblent plus susceptibles de mouvement, ce qui permet de les caractériser de « semi évolutifs », ceux d’Hébert et Demenÿ. Enfin, le courant de « la science de l’action motrice » semble lui relativement atypique, en positionnant le débat dans un autre espace que celui spécifique de l’Éducation physique.

10Mais, l’auteur permet aussi de voir comment ces courants dialoguent et fonctionnent dans une sorte d’autarcie au regard du social.

11Bref, au bout du compte, le lecteur sort enrichi de cette nouvelle vision « épistémologique » de l’histoire de l’éducation physique. Celle-ci montre comment c’est bien un « discours » homogène qui organise la discipline et non un système seulement fractionné.

12En définitive l’ouvrage renverse le texte de Bernard Xavier René « L’Un et le multiple », en montrant que l’Un aurait une forte tendance à prévaloir sur la pluralité. Cela évidemment doit inciter à la vigilance tout au moins « épistémologique », puisque le principe d’un discours unique est rapidement de devenir totalitaire.

13Les étudiants de CAPEPS externe d’EPS ainsi que d’agrégation interne trouveront dans cet ouvrage un outil particulièrement intéressant et riche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Gleyse, « Cécile Collinet, Les Grands courants d’éducation physique en France », Corps et culture [En ligne], Numéro 5 |  2000, mis en ligne le 25 avril 2007, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/corpsetculture/742

Haut de page

Auteur

Jacques Gleyse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page