Navigation – Plan du site

Aréologie de la réduction vocalique incompatible avec le RF induit par l’accent dans les variétés italo-romanes

Jonathan Bucci
p. 201-229

Résumés

Le raddoppiamento fonosintattico (RF) induit par l’accent est un processus de sandhi externe qui consiste, dans une séquence [mot1+mot2], à redoubler la consonne initiale du second lorsque la voyelle finale du premier est tonique (ex. : città ppulita vs casa pulita), cf. Loporcaro (1997a), Absalom & Hajek (1998). Ce processus est connu surtout en toscan Chierchia (1986). Ce résumé corrèle le RF induit par l’accent avec un autre phénomène qui, de prime abord, n’entretient aucun rapport avec lui : la réduction à schwa des voyelles atones que l’on observe dans certains dialectes italiens. L’objectif de cet article est de montrer, par la diatopie, que les deux sont incompatibles, i.e. qu’aucun système ne peut les combiner.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Cet article se propose d’étudier deux processus phonologiques bien distincts qui sont la réduction des voyelles atones à schwa que l’on trouve dans certains dialectes italiens et le redoublement phono-syntaxique induit par l’accent (Raddoppiamento Fonosintattico), désormais RF. IL semblerait que l’existence de ces deux phénomènes (le RF induit par l’accent et la réduction vocalique) soit en distribution complémentaire puisque l’analyse du coratin permettrait de mettre en lumière la motivation structurelle de cette incompatibilité. Cette étude va mettre à jour et vérifier cette prédiction avec des données diatopiques. En effet, le coratin dispose d’une contrainte pour que les voyelles soient réalisées non réduites rendant le RF déclenché par l’accent incompatible avec ce type de dialectes.

2Ce travail exposera dans un premier temps l’analyse du coratin afin d’en formuler les caractéristiques de ce système. J’exposerai ensuite le second processus et je proposerai une prédiction en m’appuyant sur l’analyse du coratin basé sur ses contraintes structurelles puisque d’après son analyse, le RF induit par l’accent ne pourrait être présent dans les systèmes à réduction vocalique.

  • 1  La réduction vocalique est un processus bien connu dans les dialectes italo-romans méridionaux cf. (...)
  • 2  Le coratin est un dialecte de l’aire apulo-barese parlé dans la ville de Corato située dans la rég (...)
  • 3  Dans cet article, il y a deux auteurs différents portant le nom Bucci (Cataldo Bucci et Jonathan B (...)

3En ce qui concerne la réduction vocalique qui touche un grand nombre de dialectes italo-romans1, je m’appuierai sur les données ainsi que sur l’analyse du coratin2 proposées dans Bucci (2009)3. La manifestation de cette réduction se traduit par la réduction à schwa de toutes les voyelles atones dans un certain nombre de contextes sauf /a/. La généralisation proposée par Bucci (2009) est la suivante : les voyelles d’avant /i,e/ et d’arrière /u,o/ atones ne se réduisent pas lorsqu’elles sont adjacentes à une consonne palatale (pour /i,e/) ou vélaire/labiale (pour /u,o/). Il y a donc deux contextes où les voyelles ne se réduisent pas : lorsqu’elles sont toniques et lorsqu’elles sont adjacentes à une consonne partageant une partie des mêmes traits articulatoires que l’on appelle mélodie. Puisque ces deux contextes ont le même effet, i.e. la non-réduction, on s’attend à ce qu’ils aient quelque chose en commun afin de réduire la disjonction.

4L’analyse de Bucci (2009) s’appuie sur Honeybone (2005) qui montre que le partage de primitives mélodiques entre segments confère de la force contre les réductions. Ce partage, matérialisé en tant que structures branchantes, soulève des questions théoriques plus générales dans deux domaines : 1) l’identification de l’accent tonique en tant qu’espace syllabique (cf. Chierchia, 1986 ; Larsen, 1998 ; Ségéral & Scheer, 2008), et 2) la longueur dite virtuelle (Bendjaballah, 1998, 2001 ; Lowenstamm, 1996).

5Concernant le second processus, i.e. le RF (Chierchia, 1986 ; Loporcaro, 1997a et section 10), il sera démontré dans cet article la prédiction suivante : le RF déclenché par l’accent n’est pas compatible avec les dialectes à réduction vocalique, ce qui implique qu’un système ne peut avoir les deux. En d’autres termes, nous verrons qu’il n’est pas possible de trouver du RF induit par l’accent dans l’aire qui connaît la réduction vocalique. Pour visualiser la diffusion de ces phénomènes dans la zone qui nous intéresse, je présenterai une carte inédite de réduction/maintien vocalique pour toutes les variétés italo-romanes, puis des données diatopiques provenant d’articles et de monographies concernant le RF.

6Le but sera d’éprouver la prédiction pour toute l’Italie en se basant sur l’analyse d’un seul dialecte (le coratin), en confrontant celle-ci aux données diatopiques. Si la prédiction est vérifiée, on ne pourra pas combiner la réduction vocalique et le RF déclenché par l’accent puisque les deux processus sont en distribution complémentaire.

7L’analyse des faits sera formalisée dans un modèle phonologique neutre en utilisant des points squelettaux X de type « autosegmental » à la manière de Chierchia (1986).

2. Inventaire segmental du coratin et suffixation

8Les dialectes de type apulo-barese comme le coratin ont vingt-deux consonnes (1) et sept voyelles en position tonique (2). En positon atone, se trouvent seulement deux voyelles : schwa et a, cf. Valente (1975).

(1) Les consonnes du coratin

labiales

dentales

palatales

vélaires

occlusives

sourde

p

t

c

k

sonore

b

d

ɟ

ɡ

affriquées

sourde

t͡s

t͡ʃ

sonore

d͡z

d͡ʒ

fricatives

sourde

f

s

ʃ

sonore

v

z

nasales

m

n

ɲ

liquides

vibrante

r

latérale

l

(2) Les voyelles du coratin en position tonique

avant

central

arrière

i

u

e

o

ɛ

ɔ

a

  • 4  Le corpus que j’ai utilisé dans Bucci (2009) est basé sur le seul dictionnaire actuellement dispon (...)

9Afin de tester le comportement des voyelles en postion atone, Bucci (2009) a établi une base empirique4 constituée de paires d’items, chacune faite d’un mot isolé et d’un mot suffixé. En effet, en coratin, les suffixes étant toujours toniques, ces paires permettent d’observer la voyelle radicale sous l’accent (en isolation) et en position atone (forme suffixée). Cette alternance entre les réalisations tonique et atone d’une voyelle radicale est illustrée en (3).

3. La réduction des voyelles atones

10Nous avons vu en introduction la généralisation suivante : toutes les voyelles atones se réduisent à schwa lorsqu’elles ne sont pas adjacentes à une consonne qui partage un trait mélodique, sauf la voyelle a (cf. Bucci, 2009 ; D’Introno & Weston, 2000). Les données suivantes permettront d’illustrer cette généralisation. En effet, en (4a) se trouvent les données concernant les voyelles postérieures o, u tandis qu’en (4b), les données concernent les voyelles antérieures i, e.

  • 5  Le maintien de la voyelle a a lieu avec n’importe quelle consonne adjacente.

11La réduction des voyelles atones aperçue en section 3 n’opère pas lorsque la voyelle postérieure est adjacente à une consonne qui partage avec elle un trait mélodique (cf. Bucci, 2009 ; D’Introno & Weston, 2000), i.e. soit la labialité soit la vélarité. Il en va également ainsi pour les voyelles antérieures lorsqu’elles sont adjacentes à une consonne palatale, ainsi que pour la voyelle a5. Les données en (5a) illustrent le maintien des voyelles postérieures atones alors qu’en (5b), elles illustrent les voyelles antérieures atones.

12Nous avons vu en section 4 que les voyelles ne sont pas réduites dans deux contextes : lorsqu’elles sont toniques et lorsqu’elles sont atones mais adjacentes à une consonne qui partage un trait mélodique. Pour les voyelles d’arrière, il s’agit du partage de la labialité ou de la vélarité cf. (5a) alors que pour les voyelles d’avant, il s’agit du partage de la palatalité cf. (5b).

13Puisque ces deux contextes produisent le même effet, ils doivent partager une propriété commune et c’est cette propriété que je me propose de découvrir dans la section suivante. Il faudra pour cela donner une interprétation structurelle à l’immunité des voyelles atones adjacentes à une consonne particulière ainsi qu’aux voyelles toniques.

5. Le partage rend plus fort

  • 6  Les primitives mélodiques utilisées sont de types unaires (Anderson & John, 1974 ; Backley, 2011 ; (...)

14Honeybone (2005) montre que le partage de primitives mélodiques6 entre segments consonantiques permet de résister aux différentes lénitions. Dans le cas du coratin, ce partage opère entre segments consonantique et vocalique formant ainsi une structure branchante. Une voyelle impliquée dans une structure branchante est garantie contre la lénition, dont la réalisation en coratin est une réduction à schwa.

15En coratin, les voyelles postérieures demeurent non réduites lorsqu’elles sont adjacentes à une consonne labiale ou vélaire. Si les voyelles d’arrière réagissent de manière uniforme à ces deux catégories de consonnes, c’est qu’elles partagent une primitive mélodique avec ces dernières. En (6a) est représenté le partage de la primitive mélodique de la labialité (U) entre une consonne labiale m et une voyelle labiale atone o. Cette voyelle atone n’est pas réduite – étant associée à deux points squelettaux, alors qu’en (6b), la voyelle d’avant atone i, ne partageant pas de mélodie avec la consonne précédente m, est réduite à schwa puisqu’elle est associée à un seul point squelettal.

6. Identification des voyelles toniques

16Le second contexte de maintien se présente lorsque les voyelles sont toniques. Nous savons maintenant que les structures branchantes sont une garantie contre les réductions et que s’il n’y a qu’une cause contre la réduction, on en déduit que les voyelles toniques sont également des structures branchantes qui sont associées à deux points squelettaux.

17Or, une voyelle qui branche est une voyelle structurellement longue : les voyelles toniques sont donc longues. Ce processus d’allongement tonique est bien connu puisqu’il est attesté que l’accent peut allonger les voyelles comme en italien (cf. D’Imperio & Rosenthall, 1999 ; Fava & Magno Caldognetto, 1976) et par exemple en islandais (cf. Gussmann 2006).

18Pour la représentation de l’accent tonique, je suis [Chierchia, 1986 ; Larsen, 1998 et Ségéral & Scheer, 2008] qui proposent qu’il se matérialise en tant qu’espace syllabique formalisé par une unité [X] vide. Dans ce cadre, les voyelles en coratin branchent sur cet espace.

19Une question se pose sur cet espace syllabique. En effet, il est primordial de savoir si cette unité vide est insérée à droite ou à gauche. Ségéral & Scheer (2008) ont observé que les effets de l’espace supplémentaire s’observent tantôt à gauche, tantôt à droite de la voyelle tonique. En revanche, l’effet de l’espace syllabique supplémentaire en coratin se produit à droite de la voyelle tonique et par conséquent, l’unité [X] accentuelle est insérée à sa droite, cf. (7a).

20En (7a), l’espace apporté par l’accent est inséré à droite de la voyelle tonique permettant ainsi à celle-ci de brancher et de se réaliser pleine, et donc d’être maintenue. En l’absence d’espace fourni par l’accent comme en (7b), la voyelle ne peut pas brancher et demeure brève, d’où sa réduction à schwa.

21Il est indispensable de noter que dans les termes de cette analyse, le schwa n’est que de surface : lorsque le /u/ sous (7b) est atone, il s’agit toujours d’un u dans la représentation phonologique puisque son identité mélodique n’a pas été modifiée par la computation phonologique. En revanche, ce n’est que lors de l’interprétation phonétique de la structure phonologique qu’il est paramétriquement spécifié, en coratin, qu’une voyelle brève est prononcée schwa (cf. Cyran, 2012 ; Gussmann, 2007 ; Scheer, 2010).

22La question qui se pose concernant la situation décrite supra est de savoir comment il peut y avoir des voyelles longues dans un système qui ne connaît pas d’opposition de longueur. La section 7 traitera de cette perspective nommée la « longueur virtuelle » et nous verrons que c’est justement parce qu’un système ne possède pas d’opposition de longueur en surface qu’il peut distinguer des longues et des brèves en phonologie. En outre, l’opposition de quantité n’est pas signalée par de la longueur en surface mais par un autre marqueur, ici, la (non) réduction à schwa.

7. La longueur virtuelle

23Cette perspective suppose qu’il y a une différence entre la représentation phonologique d’un objet et sa réalisation phonétique. En effet, l’analyse proposée est basée sur des structures où l’opposition de longueur est définie dans les représentations phonologiques qui ne se réalisent pas comme de la longueur en surface.

24L’idée qu’une différence phonétique donnée puisse réaliser une opposition de longueur en surface a été introduite par Lowenstamm (1991). Cette longueur phonologique qui se réalise en surface autrement que par de la longueur est appelée longueur virtuelle. Cette virtualité de longueur peut toucher aussi bien les consonnes que les voyelles.

25La différence entre voyelles pleines et voyelles réduites en tant qu’exposant de la longueur vocalique a été documentée en afro-asiatique par Lowenstamm (1991) pour le sémitique, Bendjaballah (1998, 2001) ; Ben Si Saïd (2011) pour le berbère kabyle et Lahrouchi & Ségéral (2009, 2010) pour le berbère tashelhiyt.

26En ce qui concerne les consonnes, des géminées phonologiques peuvent être signalées en surface, par autre chose que la durée (cf. Lowenstamm 1996). Il en est de même pour l’anglais (cf. Hammond 1997) ; pour l’allemand (cf. Caratini 2009) et pour le somali (cf. Barillot & Ségéral 2005). Enfin on retrouve cette longueur virtuelle dans l’analyse de Curculescu (2011) de l’islandais et des dialectes andalous où la pré-aspiration est la manifestation en surface de géminées phonologiques.

27En outre, la condition pour l’existence de la longueur virtuelle est l’absence d’une opposition basée sur la durée en surface. Une langue qui oppose en surface des voyelles longues et brèves ne peut pas avoir de la longueur phonologique, i.e. une structure branchante.

28Le système du coratin remplit donc les conditions pour l’accommodement de voyelles longues virtuelles puisqu’il n’y a pas d’opposition basée sur la quantité vocalique en surface. Pour résumer, en coratin, les voyelles sous-jacemment longues sont réalisées pleines tandis que les voyelles sous-jacemment brèves sont réalisées schwa, cf. (8) :

8. Représentation du maintien et de la réduction

29Considérons à présent la représentation des deux cas où la réduction n’opère pas, c’est-à-dire lorsque la voyelle est tonique (9a) et lorsqu’elle est adjacente à une consonne avec laquelle elle partage de la mélodie (9b).

30En (9a), la voyelle tonique branche sur l’espace apporté par l’accent, ce qui induit une réalisation de surface pleine. En (9b), la voyelle u du radical ne branche plus sur l’espace accentuel, l’accent étant sur le suffixe, mais sur la consonne suivante puisque le trait labial est partagé par les deux segments. En (9a) et (9b), la nature du branchement n’est pas la même mais le résultat est identique : une voyelle virtuellement longue est réalisée pleine en coratin.

31Il s’agit maintenant de représenter en (10) le sort d’une voyelle atone qui ne partage aucune propriété avec les consonnes adjacentes.

32En (10a), la voyelle e peut brancher sur l’espace apporté par l’accent, d’où sa réalisation pleine, alors qu’en (10b), la voyelle du radical ne peut plus brancher sur l’espace accentuel puisque celui-ci est occupé par le suffixe et qu’aucun trait mélodique n’est partagé avec la consonne adjacente. La voyelle est donc phonologiquement brève et par conséquent se réalise schwa.

9. Dialectes à réduction vs dialectes à non réduction

33Il est bien connu en Italie que les dialectes à réduction vocalique sont regroupés dans la partie centrale de l’aire méridionale alors que dans le reste de l’Italie, la réduction n’opère pas (cf. Loporcaro manib).

3Co/p>

Il estidlité cf. (5b)rincip vocalten poque sont regroupés dans lafr chref=peut pas b011) de l’islandions pour tive mélomment il peut y avtes sous

11a). Alie,,poque sont regroup

11ass="textIcon">

Agrandir Original (png, 8,5k) 2/div>

20En (7a), l’espace appo354 que les vongueuiss branchantes so espcllabisfférenopère n, 197vantsont reg>u 9. Dialectes à 9éduction s ve ldoppia réoafr Cetctiot409justclass="textandnotes">

  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals