Navigation – Plan du site
II. Typologie et (micro)variation dans la famille berbère

Le syntagme prépositionnel à la périphérie gauche en Taqbaylit

Sabrina Bendjaballah, Samir Ben Si Saïd et Martin Haiden
p. 263-280

Résumés

Dans cet article, nous examinons les constructions interrogatives portant sur un groupe prépositionnel dans un réseau de 10 points d’enquête en Kabylie. Certaines de ces constructions sont caractérisées par la préfixation de la préposition (P) sur le complémenteur (C). Nous mettons en évidence que si, dans une construction interrogative portant sur un complément prépositionnel, C est spécifié par un constituant interrogatif, alors C ne porte pas de P préfixée. Si C est spécifié par un constituant non interrogatif ou bien si le spécificateur de C n’est pas réalisé morphologiquement, alors C est préfixé par P. Cet article fait partie d’un projet plus large portant sur la phonologie, la morphologie et la syntaxe des groupes prépositionnels dans différentes variétés du taqbaylit.

Haut de page

Texte intégral

1. Le problème : la position de la préposition
dans les constructions interrogatives prépositionnelles

1Dans les langues berbères, l’interrogation sur un groupe prépositionnel déclenche l’emploi de constructions particulières (pour des informations pertinentes, on pourra consulter, entre de nombreux autres, Penchoen 1973, Chaker 1983, Guerssel 1987, Bendjaballah & Haiden 2005, 2013a, b, Mettouchi 2005, Ouali 2011, Ouhalla & El Hankari 2012/ce volume). Dans cet article, nous analysons ces constructions sur la base de données recueillies dans un réseau de 10 points d’enquête en Kabylie. L’analyse syntaxique, pensons-nous, ne peut reposer que sur la segmentation et l’identification précise de la distribution des éléments impliqués dans les structures examinées. Ceci suppose de prendre au sérieux la dimension morpho-phonologique de ces structures. Cet article fait ainsi partie d’un projet plus large portant sur la phonologie, la morphologie et la syntaxe des groupes prépositionnels dans différentes variétés du berbère kabyle (détails en section 2).

  • 1  Abréviations : EL : état libre, EC : état construit, OD : objet direct, OI : objet indirect, PF : (...)

2Dans le parler de Chemini (Petite Kabylie), les questions portant sur un groupe prépositionnel sont caractérisées par la préfixation de la préposition sur le complémenteur et la réalisation du complément nominal de la préposition à la gauche du complexe préposition-complémenteur (Bendjaballah & Haiden 2005, 2013a, b). Ainsi, dans les configurations (1a, b), le complémenteur (C) est morphologiquement complexe : il est composé de la base C et du préfixe P1. Ces configurations sont intéressantes parce qu’elles impliquent soit la séparation de la P de son complément nominal (1a), soit le redoublement de la P (1b). Notons qu’outre (1a, b), la configuration (1c) est également attestée à Chemini. Celle-ci nous intéressera cependant moins : elle correspond en effet à la configuration par défaut, que l’on retrouve dans de nombreuses langues, à savoir le déplacement d’un syntagme prépositionnel (PP) entier.

  • 2  Sur ce point, voir aussi les sections 3 et 4 de cet article.

3(1a) est problématique car un syntagme nominal (DP) ne peut pas directement prendre la fonction de complément prépositionnel. On pourrait envisager de proposer que le DP initial apparaît séparé de sa P (cf. la structure anglaise « Where did he go to ? »). Cependant, une telle analyse implique que la P reste dans sa position d’origine. Or la P en (1a) apparaît dans le domaine du complémenteur. De telles configurations ont certes été relevées, mais seulement dans des structures bien particulières, ce qui n’est pas le cas ici (voir par ex. le phénomène de sluicing, Merchant 2002). (1b) est problématique car la préposition est redoublée : en ce cas, l’hypothèse d’une séparation de DP et P est exclue.2

4Afin de rendre compte de ces constructions à complémenteur préfixé, Bendjaballah & Haiden (2005, 2013a, b) proposent une structure de prédication, représentée en (2) : le constituant interrogatif initial des structures (1a, b), anwa axxam / gwanwa axxam, ne fait pas formellement partie de la phrase, mais y est rattaché par une relation de prédication. Il se trouve dans une position externe à la phrase, que nous nommons ici « position (I) ». Etant externe à la phrase, ce constituant ne peut pas directement avoir la fonction grammaticale de complément prépositionnel. Cette fonction est remplie par un opérateur vide en position de spécificateur de C (position (II)), dont le contenu référentiel est déterminé par le constituant interrogatif initial. Le complémenteur (et son préfixe éventuel), enfin, est hébergé par la position (III).

(2)

(I)

(II)

(III)

anwa axxam/

gwanwa axxam

OPzéro

g-i

5Dans les constructions à complémenteur nu, i.e. non préfixé (type (1c)), l’hypothèse d’un opérateur vide n’est pas nécessaire, car le PP interrogatif initial peut directement prendre la fonction de complément prépositionnel. Il occupe donc la position (II), celle du spécificateur de C :

(3)

(I)

(II)

(III)

gwanwa axxam

i

6Dans cet article, nous partons de l’observation suivante. Notre corpus présente, comme à Chemini, (i) des complémenteurs morphologiquement complexes composés d’un préfixe prépositionnel et d’une base C, (ii) des constituants interrogatifs, avec et sans P, en tête de la phrase. En outre, et c’est le point crucial, un troisième type de structure est attesté, caractérisé par la présence d’un constituant entre le constituant interrogatif initial et le complémenteur complexe. Nous proposons que ce constituant est la manifestation morphologique de l’opérateur zéro représenté en (2) pour le parler de Chemini. En d’autres termes, la position (II), réalisée zéro à Chemini, fait surface dans divers parlers kabyles. Notre objectif est tout d’abord de décrire et analyser la réalisation morphologique de cette position (II) et ensuite de comprendre les conséquences sur le contenu morphologique de la position (III) du fait que cette position est réalisée.

  • 3  Pour des données comparables dans d’autres langues berbères, voir Ouhalla & El Hankari (2012/ce vo (...)

7Nos nouvelles données permettent ainsi de préciser les traits de l’opérateur zéro représenté en (2) ainsi que sa structure interne. Plus précisément, nous mettons au jour la généralisation suivante3 :

(4) Si, dans une construction interrogative portant sur un complément prépositionnel, le complémenteur (C) est spécifié par un constituant interrogatif, alors C ne porte pas de P préfixée. Si C est spécifié par un constituant non interrogatif ou bien si le spécificateur de C n’est pas réalisé morphologiquement, alors C est préfixé par P.

2. La constitution du corpus

8Nous sommes partis d’un corpus établi auprès d’une locutrice à L1 kabyle avec L2 français, native de Chemini en Kabylie orientale (Petite Kabylie, chef-lieu : Bejaïa, cf. Bendjaballah & Haiden (2005, 2013a, b) pour plus de détails), puis avons élargi le périmètre dialectal de la façon suivante : a) ajout d’un point d’enquête en Kabylie orientale — la localité de Tighramt, située à 40 km à l’est de Chemini et b) ajout de huit points d’enquête en Kabylie occidentale (Grande Kabylie, chef-lieu : Tizi Ouzou). Ces huit points se répartissent sur le nord et le sud de la région de la façon suivante :

9• au nord : trois localités

10Makouda : au nord-ouest de la région, à 20 km de la wilaya de Tizi Ouzou et à 20 km de la mer Méditerranée.

11Alma et Freha : à 30 km de Tizi Ouzou, séparées de 15 km et situées à 45 km à l’est de Makouda.

12• au sud : cinq localités

13Berkouka et Souk El Thenine : au sud-ouest de la région, à 35km et 22 km de Tizi Ouzou, respectivement, et séparées de 16 km.

14Agouni Gueghrane et Aït Abdelouahab : à 40 km de Tizi Ouzou, séparées de 10 km, et situées à 25 km à l’est de Berkouka et Souk El Thenine.

15Aïn El Hammam : à 50 km de Tizi Ouzou et à 35 km au nord d’Agouni Gueghrane et Aït Abdelouahab.

16Au total, nous disposons donc d’un réseau de 10 points d’enquête et nous renverrons par la suite à ces points par les abréviations suivantes :

17Ces dix points sont représentés sur la carte ci-dessous, générée avec le logiciel Mapinfo :

18Nous avons présenté les phrases (en français) qui ont servi à l’élaboration du corpus de Bendjaballah & Haiden (2005, 2013a, b) aux locuteurs et nous leur avons demandé de les produire dans leur parler (date de l’enquête : février 2015). Afin d’assurer la compréhension des phrases proposées, nous avons choisi, pour chacun des points d’enquête sauf AEH, un(e) étudiant(e) de Master de l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou avec L1 kabyle, L2 arabe et L3 français. Ces étudiant(e)s, deux hommes et six femmes, sont âgés de 25 à 30 ans au moment de l’enquête. Ensuite, nous avons complété et vérifié les données obtenues pour les localités de Mk, B, SET et AG avec six locuteurs supplémentaires. A Mk et B, il s’agissait de quatre hommes, fonctionnaires, âgés de 40 à 45 ans, avec L1 kabyle, L2 arabe, L3 français et à SET et AG, de deux femmes au foyer, âgées de 30 et 40 ans, avec L1 kabyle, L2 arabe, L3 français. En ce qui concerne AEH enfin, l’un des auteurs de cet article [Samir Ben Si Saïd] est locuteur natif de ce parler ; le questionnaire a également été soumis à un enseignant de français à la retraite, âgé de 61 ans.

3. Un paradigme de complémenteurs complexes
grammaticalisés : contraintes de taille et gabarit
du constituant (III)

19Nous commençons par examiner la structure du complémenteur morphologiquement complexe (position (III)) et montrons que la taille des composants de ce complémenteur n’est pas libre mais obéit à des contraintes strictes. Nous en concluons que la préposition préfixée au complémenteur fait partie du gabarit du complémenteur, c’est-à-dire que le complexe P-C est grammaticalisé.

3.1 L’identification du complémenteur
et de l’opérateur interrogatif

  • 4  Nous revenons sur le statut de aj/aʃu plus bas en section 4.2.

20L’analyse requiert d’établir clairement l’identité du complémenteur C et de l’opérateur interrogatif. Considérons à cette fin les exemples en (6)-(7). (6a-b) illustre des questions portant sur un PP dont la tête est P = s « avec », avec C = i et a respectivement, (7a-b) illustre les configurations parallèles avec P = g « dans ». Dans chacun des cas, nous donnons deux exemples : dans le premier, l’opérateur interrogatif comporte l’élément pronominal aʃu, dans le second, l’élément aj.4

  • 5  On notera que la séquence [ggʷaʃu] correspond phonologiquement à /g-waʃu/ et [ggaj] à /g-waj/. Ain (...)

21Etant donné que C varie avec l’aspect et que l’opérateur interrogatif varie avec la P, les exemples en (6) et (7) permettent d’établir la segmentation suivante, en particulier l’analyse de a/i comme complémenteurs :5

3.2 Contraintes gabaritiques

22Certaines P présentent une allomorphie de taille : selon leur contexte d’apparition, elles ont une réalisation légère (= une consonne) ou bien lourde (> une consonne). Dans le parler de Chemini, la P préfixée sur le C ne peut être que légère (Bendjaballah & Haiden 2005, 2013a, b). Ainsi, pour la P « dans », dont les deux allomorphes sont ðəʝ et g, on a :

23L’élargissement du périmètre dialectal révèle que cette restriction doit être formulée de manière plus générale : il existe bien une contrainte de taille sur les éléments du complémenteur complexe P-C, mais celle-ci porte sur l’ensemble de la structure et non pas sur l’un ou l’autre de ses éléments. Les 10 parlers examinés illustrent en effet les 3 combinaisons suivantes : P réduite – C plein, P réduite – C réduit, P pleine – C réduit. La combinaison P pleine – C plein en revanche n’est pas attestée.

24Nous illustrons cette généralisation par les P ðəʝ « dans » et ʁəf « sur » (exemples en (a) et (b) respectivement ci-dessous) et le complementeur [+irrealis] ara, dont les deux allomorphes sont a (léger) et ara (lourd).

3.3 Conclusion

25Si le complémenteur en position (III) est préfixé, une contrainte de taille sur la séquence P-C s’applique dans tous les parlers : une préposition pleine n’est jamais suivie d’un complémenteur plein. Ceci indique que, dans tous les parlers examinés, la P préfixale fait partie du gabarit du complémenteur. Nous en concluons que les séquences P-C sont grammaticalisées comme complémenteurs prépositionnels interrogatifs. (Sur ce point, voir Chaker (1983) : 398, « Par leur stabilité et leur fréquence dans certains parlers, ces complexes sont certainement l’indice d’une tendance à la constitution d’un paradigme de supports spécifiques. »)

  • 6  Notons que la généralisation précédente s’applique : la séquence P - C n’est jamais de type « P pl (...)

26Une généralisation supplémentaire, mise en évidence dans notre corpus, vient confirmer cette conclusion. Dans certains cas, la P réalisée sur le C en (III) n’est pas identique à celle en (II). Ainsi, dans les exemples ci-dessous, la P en (II) est ʁəf « sur » mais la P préfixée sur C en (III) est ʝ, allomorphe léger de ðəʝ « dans ».6 Il est donc impossible d’analyser les structures de ce type comme impliquant un redoublement de la P. Le préfixe sur le C est grammaticalisé.

4. La structure du constituant (II)

27Nous examinons maintenant la structure du constituant (II). Notre objectif est d’abord de mettre au jour l’identité des éléments de ce constituant puis de comprendre la façon dont constituant (II) et constituant (III) interagissent.

4.1 Les positions de P, règles de distribution

28La configuration de départ est celle donnée en (1a) pour Chemini et rappelée ci-dessous en (14). Cette configuration est également celle attestée à Alma :

29Cette structure comporte un constituant interrogatif sans P à la périphérie gauche (I) et un complémenteur complexe (III). Nous rappelons que le constituant anta θaqənḍurθ ne peut pas occuper la position (II) parce que sa forme syntaxique (syntagme nominal) n’est pas compatible avec la fonction qu’il doit remplir dans la phrase, celle de complément prépositionnel. Pour cette raison nous avons fait l’hypothèse d’un opérateur vide occupant la position (II).

30Dans les 8 autres parlers que nous avons examinés, deux grandes familles de structures sont attestées :

  • 7  [tqənḍurθ] est le nom θaqənḍurθ « robe » à l’EC précédé de la P n de génitif : sa forme sous-jac (...)

31a) des structures impliquant un constituant initial avec P, mais pas de P sur le C en (III). Il s’agit de configurations comparables à (1c) : le constituant initial étant un syntagme prépositionnel, il peut réaliser sa fonction grammaticale dans la phrase sans l’intervention d’un opérateur vide. Pour cette raison, nous faisons l’hypothèse que ce constituant occupe la position (II).7

  • 8  Nous revenons en détail sur ce point plus bas en section 4.3.
  • 9  En (16c), i est une réalisation de aj. A AEH, i et aj sont en variation libre, avec néanmoins une (...)

32b) des structures impliquant trois constituants : (I) sans P, (III) avec ou sans P préfixée8 et, entre ces deux complexes, un constituant (II) de structure variable, grisé en (16) ci-dessous. En (16a), le constituant (II) comporte P et l’élément aj, P est préfixée sur C en (III). En (16b), (II) comporte P et l’élément aʃu, P n’est pas préfixée sur C en (III). Enfin en (16c), (II) ne comporte pas P mais soit i/aj 9 soit u, P est préfixée sur C en (III).

33Examinons maintenant les 3 familles de structures attestées et que nous venons d’illustrer en (14), (15), (16). L’ensemble des structures relevées est résumé en (17) : celles en (17a) impliquent un C nu, celles en (17b) un C préfixé.

34Un examen des contraintes de cooccurrence de P sur les 3 positions (I), (II) et (III) révèle que certaines combinaisons ne sont pas attestées. Il existe donc des règles de distribution de P. Afin de comprendre ces règles, nous devons tout d’abord examiner en détail la nature des constituants symbolisés par x et y en (17), i.e. des éléments aj/i, aʃu et u.

4.2 La structure de (II) : à propos de aj/i, aʃu et u

35Outre P-NP[+wh] et OPzéro, on trouve 3 structures en (II) : P-x, P-y et y. Pour la clarté, nous répétons ci-dessous les exemples correspondant à chacune de ces configurations en ajoutant les constructions datives, qui ne nous intéressent pas directement dans le cadre de cet article, mais qui nous permettent de compléter le tableau de la distribution de P et aj/i, aʃu et u.

  • 10  Dans notre corpus, on trouve également P suivie de w-aʝi, mais sur un seul point d’enquête (à Mk) (...)

36Un examen précis des données révèle que x = waʃu, i.e. aʃu à l’état construit (cas régi par la P, marqué par w- au masculin singulier). y correspond à aj/i ou u, à l’état construit (= waj, wu) si précédé de P et à l’état libre si non précédé de P.10

  • 11  Pour une vision similaire, cf. Chaker (1983) : 398 : « combiné au nominal ay/i, le support préposi (...)

37Nous considérons que aʃu et aj/i sont des éléments pronominaux.11 Le cas de l’élément u est plus complexe : nous trouvons en effet u précédé de P dans les constructions datives (19), mais non précédé de P dans les contextes de type (20).

38Nous proposons que u est la variante de aj/i en contexte directionnel : u fait surface dans des contextes directionnels impliquant un mouvement vers un but, par ex. avec la P ʁur « vers » en (20) et la construction dative (19) peut être considérée comme un exemple particulier de construction directionnelle. Nous faisons l’hypothèse que u est sous catégorisé comme complément soit de la P dative i, soit d’une P directionnelle vide. Nous illustrons ces deux cas en (21a, b) respectivement.

39Enfin, le dernier cas est celui de AEH en (20). Dans cette configuration, on a, comme à B et AG, un seul élément sans P en (II) mais cet élément est aj/i, et non u. Cette opposition u vs aj/i à AEH s’étend aux constructions datives : là où B, F, AA, AG ont u (22a), AEH a aj/i (22b).

40AEH emploie donc aj/i dans les constructions directionnelles. Nous interprétons ce fait de la façon suivante : la contrainte forçant la substitution de aj/i par le morphème plus spécifique u ne s’applique pas en AEH. La structure du domaine (II) de (20) à AEH est telle qu’en (23). Dans les autres parlers, cette structure est celle donnée précédemment en (21b).

41Pour résumer, le constituant (II) a la structure suivante :

42Nous examinons désormais les implications sur (III) de l’identification du complément de P par les pronoms aj/i et u ou bien par aʃu.

4.3 L’interaction entre (II) et (III)

43Reprenons notre tableau en (17). Nous pouvons faire les deux observations suivantes :

44• le complémenteur nu (i.e. sans P préfixée) est précédé soit d’un PP interrogatif plein (17a.i), soit d’un constituant prépositionnel de type P-aʃu.EC (17a.ii).

  • 12  Nous rappelons que l’existence de cet opérateur est motivée par l’incompatibilité de la catégorie (...)

45• le complémenteur préfixé par P est précédé soit d’un constituant prépositionnel de type P-aj/i.EC (17b.i), soit d’un constituant prépositionnel de type Pzéro-u/aj/i (17b.iv), soit enfin d’un opérateur zéro.12

46Nous en déduisons la généralisation en (24) :

(24) a. aʃu en (II) est incompatible avec P en (III).

b. aj/i et u sont compatibles avec P en (III).

47Cette généralisation émerge très clairement de l’ensemble de notre corpus, ainsi qu’illustré ci-dessous avec les complémenteurs i (25, 26, perfectif), ara (27, futur) et ur (28, perfectif négatif).

48aj et aʃu diffèrent à deux égards. Tout d’abord, aʃu se comporte comme un nom en ce qui concerne la complémentation : il prend un complément au génitif (cf. AG en (27)). Par contraste, aj n’est jamais attesté dans cette configuration :

49Ensuite, aʃu peut être employé comme pronom interrogatif en position (I), aj n’a jamais cette fonction :

50Sur la base de ces contrastes, nous proposons que aj est un élément pronominal non interrogatif ([-wh]) tandis que aʃu est un élément pronominal interrogatif ([+wh]). Ainsi, P-aʃu en position (II) est la manifestation d’un PP interrogatif plein (i.e. P-NP[+wh]). Par conséquent, dans les constructions de type anta θaqənḍurθ swaʃu its iwala « Avec quelle robe l’a-t-il vue ? », la structure syntaxique des positions (II) et (III) est identique à celle des constructions bien connues dans lesquelles le PP interrogatif est en position (II), type swanta θaqənḍurθ its iẓra.

5. Conclusion

51Pour conclure, le tableau (17) peut-être précisé comme suit :

52Sur la base des configurations dans lesquelles (II) est morphologiquement réalisé (a.i-ii, b.i-ii), on constate que le complémenteur n’est préfixé par P que si (II) ne comporte pas de morphème interrogatif. Ceci nous permet d’extrapoler sur la valeur du trait [+/-wh] de l’opérateur zéro que nous avions admis dans les configurations (b.iii) et (b.iv). Puisque, dans ces configurations, C est préfixé par P, il doit s’agir d’un opérateur [-wh]. Celui-ci est donc comparable à un pronom relatif plutôt qu’à un pronom interrogatif.

53Les configurations (b.iii) et (b.iv) comportent toutes les deux un opérateur vide. Or les deux configurations se distinguent par la présence d’une P en position (I) en (b.iv) vs son absence en (b.iii). Nous supposons que cette différence en position (I) implique une asymétrie inverse en position (II) : absence de P en position (II) en (b.iv) vs sa présence en (b.iii).

Haut de page

Bibliographie

Bendjaballah S. & M. Haiden. (2005). « The Grammar of Prepositions in Berber (Taqbaylit) », LingBuzz/000261.

—. (2013a). « La représentation syntaxique des prépositions faibles du berbère de Chemini », in J. Tseng (éd.) Prépositions et postpositions : approches typologiques et formelles. Paris : Hermès Lavoisier, 87-123.

—. (2013b). « The representational anomalies of floating markers : light prepositions in Taqbaylit of Chemini », in T. Biberauer & I. Roberts (éds) Challenges to Linearization. Berlin/New-York : Mouton de Gruyter, 331-375.

Chaker S. (1983). Un parler berbère d’Algérie (syntaxe). Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence.

Dell F. & M. Elmedlaoui. (1989). « Clitic Ordering, Morphology and Phonology in the Verbal Complex of Imdlawn Tashlhiyt Berber », Langues Orientales, Anciennes, Philologie et Linguistique 2 : 165-194.

—. (1991). « Clitic Ordering, Morphology and Phonology in the Verbal Complex of Imdlawn Tashlhiyt Berber. Part II », Langues Orientales, Anciennes, Philologie et Linguistique 3 : 77-104.

Guerssel M. (1987). « The Status of the Lexical Category Preposition in Berber : Implications for the Nature of the Construct State », in K. Hale (éd.) Studies in Berber Syntax. Cambridge, Mass. : Center for Cognitive Science, MIT, 159-190.

Merchant J. (2002). « Swiping in Germanic », in J.-W. Zwart & W. Abraham (éds) Studies in Comparative Germanic Syntax. Amsterdam : John Benjamins, 295-321.

Mettouchi A. (2005). Contribution à l’étude de la prédication. De la sémantique énonciative à la typologie. Mémoire d’HDR, Paris : INALCO.

Ouali H. (2011). Agreement, Pronominal Clitics and Negation in Tamazight Berber. London, New Delhi, New York, Sydney : Bloomsbury Publishing.

Ouhalla J. (2001). Clitics and edges : a comparative study of clitic placement and grammaticalization in Berber, ms. Queen Mary, University of London.

—. (2005). « Clitic-placement, grammaticalization and reanalysis in Berber », in G. Cinque & R. Kayne (éds) The Oxford Handbook of Comparative Syntax. Oxford : Oxford University Press, 607-638.

Ouhalla J. & A. El Hankari (2012 / ce volume). « Wh-clitic-doubling and wh-Cliticisation », Corpus 14. [Rééd. de Iberia vol. 4, http://dialnet.unirioja.es/ejemplar/327045. ISSN-e 1989-8525]

Penchoen T. (1973). Tamazight of the Ayt Ndhir. Los Angeles : Undena Press.

Haut de page

Notes

1  Abréviations : EL : état libre, EC : état construit, OD : objet direct, OI : objet indirect, PF : perfectif. Noter la présence du pronom enclitique 3fs -s à la droite du complexe P-C. La distribution de ce pronom est régie par des contraintes indépendantes, cf. Dell & Elmedlaoui (1989, 1991), Ouhalla (2001, 2005), Ouali (2011) entre autres.

2  Sur ce point, voir aussi les sections 3 et 4 de cet article.

3  Pour des données comparables dans d’autres langues berbères, voir Ouhalla & El Hankari (2012/ce volume).

4  Nous revenons sur le statut de aj/aʃu plus bas en section 4.2.

5  On notera que la séquence [ggʷaʃu] correspond phonologiquement à /g-waʃu/ et [ggaj] à /g-waj/. Ainsi, on doit poser la règle g+w -> [ggʷ] dans le premier cas et g+w -> [gg] dans le second cas. Nous retrouvons ici un phénomène bien connu : la réalisation de la labiovélarisation en général est sujette à une variation dialectale. Nous laissons la description précise de cette variation pour un travail ultérieur.

6  Notons que la généralisation précédente s’applique : la séquence P - C n’est jamais de type « P pleine - C pleine ». Par ailleurs, dans tous les parlers, la règle phonologique /f+w/ -> [ff] s’applique : /f-waj/ -> [ffaj].

7  [tqənḍurθ] est le nom θaqənḍurθ « robe » à l’EC précédé de la P n de génitif : sa forme sous-jacente est /n-θqənḍurθ/ et la règle /n-θ/ -> [t] s’applique. (II) doit ainsi être segmenté comme suit :

/s-waʃun-θqənḍurθ/avec-chose[+wh].ECGEN-robe.EC

8  Nous revenons en détail sur ce point plus bas en section 4.3.

9  En (16c), i est une réalisation de aj. A AEH, i et aj sont en variation libre, avec néanmoins une tendance à employer aj dans le contexte phonologique V__. On a par ex. : anwa axxam i ʝ-i-ts ruʒan « Dans quelle maison l’ont-ils attendue ? » vs ð axxam-agi aj ʝ-i-ts ruʒan « C’est dans cette maison qu’ils l’ont attendue ». Dans la suite, nous noterons cet élément sous la forme aj/i.

10  Dans notre corpus, on trouve également P suivie de w-aʝi, mais sur un seul point d’enquête (à Mk) et dans un seul exemple, le suivant :

Etant donné que cet élément n’apparaît que dans un exemple unique, nous le laissons de côté dans le cadre de cet article.

11  Pour une vision similaire, cf. Chaker (1983) : 398 : « combiné au nominal ay/i, le support prépositionnel acquiert des latitudes fonctionnelles similaires à celles des “relatifs” pronominaux » et pour une discussion, cf. Bendjaballah & Haiden (2013a) : § 5.2.

12  Nous rappelons que l’existence de cet opérateur est motivée par l’incompatibilité de la catégorie DP avec la fonction de complément prépositionnel (17b.ii) et par le redoublement de la P (17b.iii). Dans les deux cas, une analyse simple de déplacement d’un PP (comme nous la proposons pour 17a.i) est intenable.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-1.png
Fichier image/png, 27k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-2.png
Fichier image/png, 55k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-3.png
Fichier image/png, 10k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-4.png
Fichier image/png, 34k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-5.png
Fichier image/png, 36k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-6.png
Fichier image/png, 23k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-7.png
Fichier image/png, 23k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-8.png
Fichier image/png, 51k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-9.png
Fichier image/png, 62k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-10.png
Fichier image/png, 20k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-11.png
Fichier image/png, 41k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-12.png
Fichier image/png, 19k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-13.png
Fichier image/png, 8,7k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-14.png
Fichier image/png, 35k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-15.png
Fichier image/png, 21k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-16.png
Fichier image/png, 62k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-17.png
Fichier image/png, 15k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-18.png
Fichier image/png, 52k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-19.png
Fichier image/png, 13k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-20.png
Fichier image/png, 22k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-21.png
Fichier image/png, 8,5k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-22.png
Fichier image/png, 58k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-23.png
Fichier image/png, 56k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-24.png
Fichier image/png, 10k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-25.png
Fichier image/png, 32k
URL http://journals.openedition.org/corpus/docannexe/image/2710/img-26.png
Fichier image/png, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabrina Bendjaballah, Samir Ben Si Saïd et Martin Haiden, « Le syntagme prépositionnel à la périphérie gauche en Taqbaylit », Corpus, 14 | 2015, 263-280.

Référence électronique

Sabrina Bendjaballah, Samir Ben Si Saïd et Martin Haiden, « Le syntagme prépositionnel à la périphérie gauche en Taqbaylit », Corpus [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 29 août 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/corpus/2710

Haut de page

Auteurs

Sabrina Bendjaballah

UMR 6310 LLING - CNRS & Université de Nantes

Articles du même auteur

Samir Ben Si Saïd

UMR7320 BCL CNRS

Martin Haiden

Université Lille 3 & CNRS UMR 8163 STL

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revues électroniques de l’université de Nice
  • OpenEdition Journals